Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Première partie. Le changement climatique

Approche sociologique des controverses

Francis Chateauraynaud

Texte intégral

  • 1 Voir Chateauraynaud, Francis et Torny, Didier, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique (...)
  • 2 Par exemple, « Les sciences sont en train de se transformer elles-mêmes en médias », entretien réal (...)

1En 1990, Vincent Descombes m’avait demandé un article sur la sociologie des sciences développée par Bruno Latour et Michel Callon, car il ne comprenait pas leur concept de « controverse sociotechnique ». Pour un philosophe, cela ne correspondait pas à l’idée d’un échange contradictoire d’arguments visant la sélection de la meilleure thèse ! Il y a depuis des décennies un débat interne aux sciences humaines et sociales sur la forme et la portée des controverses. Mes recherches empiriques m’ont conduit à privilégier une approche des controverses à partir de l’étude de processus de transformation de longue durée, faits d’événements marquants, de basculements, de bifurcations ou de rebondissements, au cours desquels se cristallisent, ou se modifient, des jeux d’acteurs et d’arguments. C’est dans cette perspective que j’aborde les enjeux climatiques, mais ce n’est pas le dossier que j’ai le plus investi, puisque les modèles sociologiques développés à ce jour, par exemple autour des lanceurs d’alerte, des formes d’expertise ou des scénarisations du futur, proviennent surtout de travaux concernant l’amiante, le nucléaire ou les OGM, et plus récemment les particules fines, les perturbateurs endocriniens ou les gaz de schiste… La comparaison des trajectoires suivies, dans chaque cas, par les alertes et les controverses, les mobilisations et les décisions publiques, permet d’identifier des configurations ou des jeux de contraintes qui pèsent sur les acteurs, et de saisir les prises de la critique face aux systèmes experts et aux dispositifs de régulation. Bien évidemment, dans ces processus, les journalistes, et les journalistes scientifiques en particulier, jouent un rôle décisif, puisqu’ils interviennent dans la façon dont se déploient les controverses, et plus particulièrement, leurs transformations en polémiques, voire en crises politiques1. Souvent interpellé sur les questions d’alertes sanitaires ou environnementales, j’ai eu l’occasion d’exposer ma vision des tensions entre sciences et médias dans de multiples contextes, et l’on trouve pas mal de contributions en ligne2.

2En quelques mots, sur la question du changement climatique, ce qui est frappant depuis plus d’une dizaine d’années, c’est la manière dont cette alerte globale est devenue une forme de matrice pour une multitude d’autres dossiers, en fournissant des appuis argumentatifs, des modèles de raisonnement et des outils cognitifs – par exemple dans la manière de totaliser des contraintes, d’organiser des expertises collectives et de produire des scénarios. Le seul domaine où une logique d’alerte globale produit des effets de reconfiguration générale est celui des pandémies, avec des différences majeures du fait des temporalités et des modes d’existence du danger. Dans le cas qui nous intéresse ici, une grande partie de l’attention critique porte sur la production des accords internationaux qui, de sommet en sommet, peinent à trouver le régime diplomatique et géopolitique adéquat ; mais la cause climatique est, du point de vue des enjeux épistémiques, une cause réussie, mobilisée comme appui, sur le terrain, par des foules d’acteurs, ce qui conforte en retour l’autorité conquise par le GIEC, dont les dispositifs sont sortis renforcés des moments d’épreuve. J’étais encore hier sur le terrain d’une enquête menée en zone côtière, visant à saisir comment les acteurs affrontent, négocient, composent, hiérarchisent une multiplicité de risques, et il est clair que le changement climatique – et tous les enjeux liés à l’adaptation – fonctionne comme un argument très puissant pour faire avancer sa cause : qu’il s’agisse de la modification du trait de côte, de la protection de la biodiversité, des mesures contre les pollutions, de l’expansion des terres cultivées, des zones urbanisées ou de nouvelles installations industrielles, tous les porteurs de cause ou d’intérêt utilisent l’alerte climatique globale et ses conséquences déjà tangibles comme appui cognitif et politique. Non seulement les écologistes n’en ont pas le monopole mais, vu du terrain, le doute et le climatoscepticisme ont relativement peu de prise.

« […] dans ces processus, les journalistes, et les journalistes scientifiques en particulier, jouent un rôle décisif. »

  • 3 Chateauraynaud, Francis, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Pari (...)

3La référence aux transformations des milieux, aux vulnérabilités et aux événements extrêmes, est de plus en plus liée, dans les interprétations ordinaires, aux changements climatiques, et, sur le fil plus particulier des zones côtières françaises, il y a clairement un après Xynthia (2010). Dans ce contexte, la polémique climatosceptique essentiellement relayée par les médias nationaux ne concerne au final que peu d’acteurs. Sur le terrain, là où les acteurs sont engagés – élus, administrations, chercheurs, associations, riverains, mais aussi industriels ou agriculteurs –, les mesures et les scénarios développés par les climatologues du GIEC sont pris très au sérieux. Et la question climatique surgit continûment dans des scènes d’action ou des arènes de discussion où elle avait moins de chances de pénétrer il y a encore quelques années : par exemple, lors de la réunion d’une CLI d’une centrale nucléaire côtière, un membre a proposé de consacrer une heure de débats au dernier rapport du GIEC, en interpellant le directeur de l’installation sur l’anticipation des risques de submersion. Il me semble que le focus sur les controverses ou les polémiques médiatiques fait perdre de vue des transformations assez profondes, que la sociologie peut faire remonter des terrains les plus divers, sans se cantonner à un suivi de surface, comme lorsque l’on cherche à cerner l’évolution d’une opinion publique désincarnée, coupée, par l’instrument de mesure, des milieux et des dispositifs, des expériences et des formes de vie. Penser les controverses, c’est aussi et surtout suivre comment les questions qu’elles rendent visibles sont saisies, réinterprétées, réinvesties, discutées, transformées par des milieux en interaction. Et c’est souvent de ces milieux que partent de nouveaux signaux, des alertes ou des contestations qui modifient la trajectoire des problèmes publics, et prennent parfois de cours les acteurs institués3.

4Saisie en tendance longue et par comparaison avec de nombreuses causes collectives, la question climatique apparaît donc comme un opérateur de connectivité, amenant les acteurs à produire de plus en plus d’interprétations systémiques, ce qui, en retour, pose des problèmes de saturation des espaces de raisonnement et d’action : puisque tout étant lié à tout, les chaînes d’interdépendances ne cessent de s’allonger rendant difficile la relocalisation des enjeux. Un des traits du travail politique développé par la plupart des acteurs environnementaux est ainsi de donner un maximum de puissance d’expression aux événements marquants et à la manière dont ils révèlent les interconnexions. Les interdépendances contraignent les acteurs à changer leurs échelles de raisonnement et à repenser leurs cartographies des risques – comme on l’a vu avec les inondations ou les tempêtes à répétition. Cela a des conséquences en retour sur les projets d’aménagements ou sur l’installation d’activités dangereuses : il est peu probable que l’on puisse aujourd’hui projeter l’installation d’une centrale nucléaire sur un site comme celui du Blayais, sur l’estuaire de la Gironde, clairement situé en zone inondable, et si sur la côte Est des États-Unis, les centrales nucléaires ont passé l’épreuve de Sandy fin 2012, on voit bien que le regard porté sur les sources de vulnérabilité des systèmes sociotechniques, comme des milieux naturels, a désormais changé.

5Nous sommes ici pour réinterroger la place des journalistes dans les joutes polémiques qui malmènent ou clivent les milieux scientifiques, comme l’ont fait les différents épisodes climatosceptiques, notamment en 2009 et 2010. Si j’ai tant insisté sur le gap entre vision médiatique de la polémique et expériences de terrain, c’est précisément pour inviter à un travail journalistique plus en prise avec les activités aux contacts des choses, et moins soumis aux jeux communicationnels des porte-paroles et aux stratégies d’influence associées. Autrement dit, il convient d’éviter cette forme particulière de distorsion interprétative que produit la focalisation sur les procédés rhétoriques utilisés par des poignées de porteurs d’intérêt ou d’idéologie. D’ailleurs, en utilisant des instruments de mesure fondés sur des corpus multi-sources, on a pu montrer que l’attention portée à l’ensemble des climatosceptiques est très inférieure à celle portée à de nombreux objets et phénomènes plus fondamentaux liés aux changements climatiques : par exemple, si l’on prend soin d’élargir le spectre des supports étudiés, la question des récifs coralliens est beaucoup plus fréquemment investie que celle qui concerne les aventures dialectiques de Messieurs Allègre et Courtillot !

« […] plutôt que d’alimenter la polémique, le travail journalistique peut renouer avec la logique […] »

6Bref, attention à ne pas tomber dans un piège somme toute assez classique : plutôt que d’alimenter la polémique, le travail journalistique peut renouer avec la logique d’enquête en se nourrissant de toutes les expériences, les connaissances et les savoirs produits sur le terrain par une multiplicité de publics. Il est vrai qu’en 2009-2010, on observe un pic de mobilisation médiatique, largement lié à la publicité faite autour d’un certain nombre d’ouvrages conçus pour toucher plus facilement un « grand public » que ne le font des rapports ou des articles scientifiques. Ce pic polémique s’inscrit aussi dans un processus de remise en cause du principe de précaution. J’ai récemment regardé d’un peu plus près les productions d’un certain nombre de personnages et de groupes qui s’en prennent au « catastrophisme » supposé de l’« écologisme », comme par exemple ceux qui se campent en « rationalistes indignés » : il ne s’agit pas, ou pas seulement, de s’attaquer à la légitimité acquise par les experts du climat – puisque sur le site de l’AFIS, on retrouve à peu près les mêmes logiques argumentatives en défense des OGM, du nucléaire ou des gaz de schiste, technologies qui seraient victimes d’une flambée d’irrationalité ; la contre-attaque rationaliste vise plus fondamentalement le « participationnisme » (i.e. la démocratie participative), le « précautionnisme » (l’usage du principe de précaution étant interprété comme un refus de l’innovation) et, tant qu’à faire, les sciences sociales suspectées d’introduire un relativisme et un post-modernisme foncièrement anti-science !

Notes

1 Voir Chateauraynaud, Francis et Torny, Didier, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS, 2013 (1999).

2 Par exemple, « Les sciences sont en train de se transformer elles-mêmes en médias », entretien réalisé début 2013, et disponible sur : <http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=3512>.

3 Chateauraynaud, Francis, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra, 2011.

Auteur

Sociologue à l’EHESS
Directeur d’études en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris où il dirige le Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. Créateur de la notion de « lanceur d’alerte » au milieu des années 1990, il a depuis orienté ses travaux sur la dynamique des controverses publiques, à partir de recherches au long cours sur le nucléaire, les OGM, les pesticides, la pollution atmosphérique, le changement climatique et bien d’autres dossiers qu’il analyse de manière croisée en s’intéressant aussi bien aux modalités d’expertise qu’aux formes de mobilisation et de contestation. Co-auteur de logiciels dédiés à l’analyse socio-informatique de grands corpus évolutifs, notamment Prospéro et Marlowe, il défend une version outillée de la sociologie pragmatique qu’il met à contribution dans une démarche interdisciplinaire (avec la linguistique et les théories de l’argumentation, le droit, l’histoire des sciences, les humanités numériques ou les sciences environnementales). Parmi ses ouvrages les plus récents : Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique (2011) et, avec Marie-Angèle Hermitte, Le droit saisi au vif. Sciences, technologies, formes de vie (2013), tous deux publiés dans la collection « Pragmatismes » qu’il dirige aux Éditions Pétra.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access