Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Première partie. Le changement climatique

De la polarisation à la diversification de controverses ?

Hélène Guillemot

Texte intégral

  • 1 Aykut, Stefan, Comby, Jean-Baptiste et Guillemot, Hélène, « Climate Change Controversies in French (...)
  • 2 Le corpus de cette recherche (à la fois quantitative et qualitative) comprenait tous les sujets rel (...)

1Pour donner une idée de ce que représente le climatoscepticisme dans les médias en France, je me référerai d’abord brièvement à une recherche que nous avons menée (avec deux collègues sociologues) sur la médiatisation du changement climatique et de ses controverses entre 1990 et 20101. Nous avons montré dans ce travail2 que la visibilité médiatique des controverses est étroitement liée à l’évolution de la question climatique, c’est-à-dire à sa trajectoire comme « problème public ». On peut en effet identifier trois phases distinctes de médiatisation des controverses durant ces deux décades, qui correspondent à trois étapes dans la trajectoire publique du changement climatique.

  • 3 L’appel de Heidelberg, signé par près de 4 000 scientifiques, dont 72 Prix Nobel, s’adressait aux c (...)

2Durant la première phase, dans les années 1990, le changement climatique n’est pas encore constitué en problème public en France. Malgré une certaine activité diplomatique et administrative sur cette question, le débat public et médiatique est faible. Les discours d’opposants sont cependant présents dans la presse, notamment à l’occasion du Sommet de la Terre à Rio en 1992. C’est à ce moment-là qu’apparaît une mouvance intellectuelle réagissant contre la montée de l’écologie politique, qui se cristallise, autour de « l’appel de Heidelberg3 ».

  • 4 Les principales personnalités contestant le CCA ont un profil caractéristique : H. Tazieff, C. Allè (...)

3C’est au début des années 2000 que le changement climatique devient un problème public majeur en France : il s’institutionnalise et sa couverture médiatique augmente et change nettement. Dans cette deuxième phase, les scientifiques du climat s’expriment davantage, tandis que les sceptiques, quoique toujours présents, sont marginalisés. Quatre groupes participent activement au cadrage de la question climatique : les journalistes scientifiques et d’environnement, les scientifiques du climat, les services d’État chargés de ce problème (par exemple l’ADEME) et les ONG environnementales. Ils ont chacun connu des évolutions importantes au début des années 2000 (par exemple les sciences du climat en France ont vu la mise en place de nouvelles institutions, adopté de nouvelles façons de travailler, et se sont davantage impliquées dans le GIEC). Ces différentes évolutions favorisent la coopération entre ces groupes, qui vont ensemble définir le changement climatique comme un problème public faisant consensus à partir d’un constat scientifique ; un problème auquel il faut « sensibiliser » les citoyens car ces groupes partagent la conviction que la lutte contre le changement climatique passe par des changements de comportements individuels. Ce cadrage laisse peu de place aux incertitudes et aux controverses. Il y a pourtant quelques disputes médiatisées durant cette période : les opposants qui accèdent aux médias cumulent souvent capital scientifique, académique et politique4. Contestant la réalité du CCA sans être climatologues, ils sont disqualifiés comme scientifiquement illégitimes et minoritaires par les scientifiques du climat et les journalistes spécialisés.

« C’est au début des années 2000 que le changement climatique devient un problème public majeur en France. »

  • 5 Ainsi, dans les JT de 20 heures de TF1 et France 2, entre 1997 et 2006, sur 663 sujets sur le clima (...)

4La troisième phase commence vers 2009. On observe une certaine baisse de la médiatisation du changement climatique dès 2008 (même si elle augmente à nouveau au moment du sommet de Copenhague). Mais dans le même temps le changement climatique est devenu un problème majeur, qui a atteint le sommet de l’agenda politique, est présent dans de nombreuses rubriques, et convoqué dans de multiples domaines (aménagement du territoire, environnement, économie...). Par ailleurs, si les articles sur le changement climatique ont diminué en volume, leur traitement a peu changé, même après l’échec du sommet de Copenhague, le « Climategate » et les erreurs relevées dans le rapport du GIEC. Le cadrage précédent demeure solide : le GIEC reste une autorité peu contestée, les climatologues sont consultés et servent de référence, et les climatosceptiques et leurs idées apparaissent peu dans les médias généralistes5 – grâce notamment à la mobilisation de journalistes spécialisés. Ils sont cependant plus présents dans d’autres espaces médiatiques, à audience plus réduite et plus cultivée (magazines, émissions de radio ou débats). Il faut donc tempérer l’impression de raz de marée climatosceptique menaçant de retourner l’opinion, et insister sur la légitimité acquise par la question du changement climatique. Néanmoins, la vague climatosceptique n’est pas sans effet, en particulier sur la communauté des scientifiques du climat, qui s’est sentie blessée et fragilisée par les accusations violentes portées par Claude Allègre ; d’où leur lettre ouverte aux tutelles ministérielles, pour demander la reconnaissance de leur légitimité institutionnelle et disciplinaire (et non un soutien scientifique comme il a été dit parfois).

5« L’affaire Allègre » – et de façon plus générale la polarisation autour du climatoscepticisme – a comme effet d’occulter l’existence d’autres désaccords, qui ne se rangent pas tout à fait selon cette opposition binaire. Car à partir de cette troisième phase, le changement climatique, reconnu comme problème public majeur, reconfigure de nombreux domaines. Des acteurs multiples cherchent à s’exprimer sur le sujet, et on commence à entendre d’autres thèmes de désaccords et d’autres voix que celles des sceptiques. On distinguera plusieurs groupes formulant des critiques. Le premier est celui des climatosceptiques déjà présents dans la période précédente : des scientifiques de domaines éloignés du climat qui mettent en cause non seulement l’origine humaine du réchauffement global, mais aussi les sciences du climat (notamment la modélisation numérique). Le deuxième groupe comprend des scientifiques dont le domaine d’étude est concerné par le changement climatique. Et le troisième groupe est constitué d’intellectuels non scientifiques (pour faire vite) qui émettent des désaccords d’ordres politique ou éthique.

« « L’affaire Allègre » – […] – a comme effet d’occulter l’existence d’autres désaccords, qui ne se rangent pas tout à fait selon cette opposition binaire. »

6De nombreux secteurs scientifiques sont en effet touchés par le changement climatique, qu’il s’agisse d’inclure de nouveaux processus dans les modèles de climat, d’évaluer les impacts des changements climatiques ou d’envisager des mesures d’adaptation. Les désaccords qui émanent de chercheurs de ces domaines (groupe 2) sont moins violents et moins visibles que ceux du groupe 1, ils ne remettent pas en cause la légitimité des sciences du climat, mais en questionnent les limites. L’impératif de modélisation, la démarche descendante, la primauté du facteur climatique ne sont pas toujours jugés pertinents par les chercheurs qui travaillent à d’autres échelles, et envisagent les interactions entre milieux naturels et sociétés humaines à partir d’autres paradigmes. Ces disputes relèvent en partie de conflits de culture épistémiques (ce terme désigne le fait que des scientifiques ayant des pratiques et des méthodologies éloignées développent des épistémologies et des conceptions de la science différentes). Par exemple la question des impacts du changement climatique est de plus en plus posée au niveau régional ou local ; or à mesure que l’échelle diminue, les mécanismes climatiques sont moins bien compris et les incertitudes des modèles augmentent. Quand on cherche à l’ancrer localement, le changement climatique se mêle à de nombreuses questions majeures traitées dans d’autres cadres par d’autres sciences. La question des limites des modèles se pose d’ailleurs aux modélisateurs eux-mêmes : la fiabilité des prévisions régionales, la pertinence des prévisions décennales, ou l’utilisation des modèles pour l’adaptation font débat dans la communauté des sciences du climat.

« Quand on donne à la science un rôle d’arbitre suprême, […] on charge les disputes scientifiques du poids des enjeux politiques. »

7Des controverses peuvent aussi surgir quand on attribue au climat des phénomènes qui relèvent aussi d’autres causalités : c’est le cas par exemple pour la question des réfugiés climatiques, ou pour certains problèmes liés au développement, reconfigurés par la focalisation sur les stratégies d’adaptation au changement climatique. Ainsi, attribuer des catastrophes au réchauffement global peut reléguer au second plan des paramètres socioéconomiques étudiés par d’autres scientifiques ou des causes de vulnérabilité mises en avant par les populations autochtones pour qui le climat n’est pas le facteur essentiel. Bien entendu, ces différentes dimensions des controverses – scientifique, épistémique, politique… – ne sont pas exclusives et se mêlent souvent.

  • 6 La Société de Géographie a organisé en septembre 2010 un colloque intitulé Non, le ciel ne va pas n (...)

8Ainsi, les géographes sont partagés sur la question du climat, et ces débats revêtent des aspects politiques comme épistémiques6.

9Venons en au groupe 3, celui des intellectuels, journalistes, philosophes etc. qui ont critiqué certains aspects du changement climatique. A-t-on d’un côté les partisans de l’écologie et de l’autre ceux du progrès, productivistes ou anti-écolos ? Ce n’est pas tout à fait aussi simple ; par exemple certains intellectuels ayant exprimé des désaccords sur la question climatique se sont fortement prononcés contre l’appel de Heidelberg il y a vingt ans. On trouve aussi dans ce groupe des désaccords qui touchent au cadrage du problème climatique, en particulier à son « scientisme » – c’est-à-dire, pour faire court, la conviction selon laquelle la science est l’unique autorité qui justifie la décision politique. D’autres dénoncent une vision naturaliste et moralisante du problème climatique qui conduit à en évacuer les divergences, à le dépolitiser. Certains pointent le rapport que le changement climatique instaure à l’avenir, son « réductionnisme climatique » : le climat, seul facteur (en partie) scientifiquement connaissable du futur, en devient la variable de prédiction dominante, en raison du rôle central des modèles globaux dans le problème. En occultant la complexité des interactions entre éléments humains, sociaux et naturels, cette conception marginalise d’autres facteurs contribuant à façonner l’avenir.

10Enrôler toutes ces voix dissonantes dans le camp sceptique revient à renforcer la bipolarisation, figer les positions, et laisser dans l’ombre d’autres enjeux. Il faut souligner que la façon même dont est cadré le problème climatique conduit à une forte polarisation des débats. Le GIEC construit une expertise scientifique qui délimite le consensus, et à partir de laquelle les décideurs politiques sont censés prendre des mesures. Ce schéma linéaire classique, fondé sur l’étanchéité (supposée) de la frontière entre science et politique, est censé « scientificiser » la politique, mais on a montré que ces expertises scientifiques conduisent en réalité souvent à politiser les sciences. Quand on donne à la science un rôle d’arbitre suprême, on semble lier diagnostics et solutions, et on charge les disputes scientifiques du poids des enjeux politiques. À la polarisation sur la responsabilité humaine du changement climatique, se superposerait une polarisation politique entre ceux qui prônent une limitation des rejets de CO2 et ceux qui les refusent.

11Certes, cette polarisation domine – d’autant plus que les protagonistes entendent combattre sur ce terrain ; mais elle empêche de déployer l’éventail des positions sur le changement climatique. L’obsession du climatoscepticisme occulte la diversité des débats, notamment sur les sciences du climat et leur rôle. Mais aussi sur les actions à conduire et les solutions – scientifiques, économiques, politiques – au problème climatique.

Le Monde, dimanche 28 février – lundi 1er mars 2010 : Le cent-fautes de Claude Allègre

Notes

1 Aykut, Stefan, Comby, Jean-Baptiste et Guillemot, Hélène, « Climate Change Controversies in French Mass Media : 1990-2010 », Journalism Studies, volume 13, no 2, 2012, p. 157-174.

2 Le corpus de cette recherche (à la fois quantitative et qualitative) comprenait tous les sujets relatifs au changement climatique dans les journaux télévisés de 20 h (de TF1 et France 2) et dans des journaux (Le Monde, Express, Sud-Ouest).

3 L’appel de Heidelberg, signé par près de 4 000 scientifiques, dont 72 Prix Nobel, s’adressait aux chefs d’État réunis à Rio en 1992 pour le Sommet de la Terre en dénonçant « une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et industriel et entrave le développement économique et social ».

4 Les principales personnalités contestant le CCA ont un profil caractéristique : H. Tazieff, C. Allègre et V. Courtillot sont des géophysiciens occupant des positions académiques importantes et des fonctions politiques gouvernementales.

5 Ainsi, dans les JT de 20 heures de TF1 et France 2, entre 1997 et 2006, sur 663 sujets sur le climat il n’y a aucun climatosceptique, ni aucune référence à leur thèse. De 2007 à juin 2011, sur 633 reportages sur ce thème, deux – sur France 2 – font état d’une « controverse ».

6 La Société de Géographie a organisé en septembre 2010 un colloque intitulé Non, le ciel ne va pas nous tomber sur le tête (d’où est issu un livre éponyme), et remis son Grand Prix à C. Allègre pour son livre L’imposture climatique. En partie en réaction contre cette position, un colloque international s’est tenu en septembre 2012 sur le thème Géographie, écologie, politique : un climat de changement pour questionner « sans instrumentalisation politique » les réticences de la géographie française à aborder les questions écologiques.

Table des illustrations

Légende Le Monde, dimanche 28 février – lundi 1er mars 2010 : Le cent-fautes de Claude Allègre
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/24196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M

Auteur

Après des études de physique et une première carrière de journaliste scientifique, a soutenu en 2007 une thèse sur « la modélisation du climat en France : histoire, pratiques et enjeux politiques ». Chercheuse au Centre Alexandre Koyré (CNRS – EHESS), ses travaux portent sur les pratiques et l’épistémologie de la modélisation, ainsi que sur l’expertise et les débats sur le changement climatique. Elle est l’auteur de plusieurs articles et chapitres d’ouvrage dont : « Les désaccords sur le changement climatique en France : au-delà d’un climat bipolaire », Natures, Sciences, Sociétés, volume 22, (à paraître en 2014) et Comprendre le climat pour le prévoir ? Sur quelques débats, stratégies et pratiques de climatologues modélisateurs », in F. Varenne et M. Silberstein (dir.), Modéliser et simuler. Epistémologies et pratiques de la modélisation et de la simulation, Tome 2 (Éditions Matériologiques, Paris, 2014). Elle est aussi co-auteur avec Stefan Aykut et Jean-Baptiste Comby de « Climate Change Controversies in French Mass Media : 1990-2010 », Journalism Studies, volume 13, no 2, 201, p. 157-174.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access