Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Introductions

Un métier au cœur des polémiques

Sylvestre Huet

Texte intégral

1Il y a une vingtaine d’années, l’AJSPI avait organisé une rencontre avec le sociologue Pierre Bourdieu. Il s’agissait déjà de dialoguer avec un observateur de notre métier et de ses contraintes ; et durant cette rencontre, Pierre Bourdieu nous lança soudain la phrase suivante : « Méfiez-vous, la lucidité ne rend pas nécessairement heureux. » Prendre conscience de ses propres contraintes, dans un métier qui prétend contribuer à la lucidité du corps social sur lui-même, ne peut en effet que se retourner contre les journalistes ou du moins contre leur confort intellectuel, dès lors que cette lucidité appliquée à eux-mêmes ne se traduit pas en moyens d’action pour transformer ces contraintes.

2Serions-nous un peu masochistes, en nous engageant dans un dialogue similaire, cette fois avec les chercheurs en sciences humaines et sociales intéressés à notre activité ? Ce dialogue va-t-il déboucher sur des mises en cause de l’image que nous aimerions avoir de nous-mêmes et de notre métier ? Nous en prenons le risque, car nous nous interrogeons sincèrement sur notre métier, qui s’exerce aujourd’hui bien souvent au cœur de polémiques vigoureuses sur l’usage des technologies issues des sciences. Ceci alors que l’économie de la presse, en crise, accroît les nombreuses contraintes qui pèsent sur les journalistes et qui s’imposent à une profession massivement précarisée.

« […] nous nous interrogeons sincèrement sur notre métier, qui s’exerce aujourd’hui bien souvent au cœur de polémiques vigoureuses sur l’usage des technologies issues des sciences. »

3Le sujet de ce colloque, que nous espérons être le premier d’une série à côté d’autres initiatives de recherche et de dialogue entre chercheurs et journalistes, porte sur l’un de nos terrains d’exercice les plus périlleux. Il pose des questions plus rudes, moins consensuelles, plus dérangeantes que celles qui proviennent de l’irréductible complexité des sciences et des technologies ou du commerce des papiers et des pages internet, qui constituent des cadres et autant de contraintes pour l’instant indépassables de notre activité. Les controverses qui seront abordées ici ne sont en effet pas limitées, et ont d’autres origines que les débats entre scientifiques. Il s’agit plutôt d’affrontements, la plupart du temps violents, entre des acteurs sociaux dont la taille et la puissance font des journalistes scientifiques les plus petits acteurs du théâtre : responsables politiques, industriels, ONG, forces politiques, directions de journaux.

« Les controverses qui seront abordées ici ne sont en effet pas limitées, et ont d’autres origines que les débats entre scientifiques. »

4Climat, perturbateurs endocriniens, plantes transgéniques : ces trois sujets concernent, certes, des scientifiques, des sciences et des technologies, mais surtout des gouvernements, des décisions politiques majeures, la gestion des risques sanitaires et environnementaux, des emplois, des usines, des milliards d’euros. Comment les journalistes scientifiques y sont-ils mêlés ? Quel rôle vont-ils jouer ? Faut-il leur donner un satisfecit ou les critiquer durement ? Avec les chercheurs de l’ISCC, nous avons choisi ces trois questions pour ce premier colloque, mais d’autres nous attendent : les gaz de schiste ou l’énergie nucléaire pourraient être au menu de notre prochain rendez-vous.

Auteur

Président de l’AJSPI
Journaliste depuis 1983 et spécialisé en sciences depuis 1986. Il a travaillé pour différentes publications et depuis 1995 pour le quotidien Libération où il a publié plus de 2 000 articles. Généraliste, il s’est intéressé à un large spectre disciplinaire, mais également à la politique de la recherche et aux débats de sociétés sur l’usage des technologies. Il intervient également sur le site web de Libération pour lequel il rédige depuis février 2008 le blog {Science2} où sont parues près de 2000 notes. Il a publié plusieurs livres dont : Sciences, les Français sont-ils nuls (Jonas 1989) avec Jean-Paul Jouary, Quel climat pour demain (Calmann-Lévy, 2000), L’imposteur, c’est lui (Stock, 2010), Nucléaire, quels scénarios pour demain (La ville brûle, 2012).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access