Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le journalisme scientifique dans les controverses

 | 
Gérard Arnold
, 
Sylvestre Huet

Avant-propos

Maud Olivier

Texte intégral

1L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) est tout à fait concerné par le thème du journalisme scientifique dans les controverses, la controverse scientifique étant inscrite dans des enjeux de société. Députée d’une circonscription riche en établissements d’enseignement et de recherche, je porte un intérêt tout particulier à tout ce qui touche à la science.

2Mais il y a évidemment une autre raison. En effet, avec Jean-Pierre Leleux, sénateur des Alpes-Maritimes, je suis rapporteure d’une étude que l’OPECST nous a confiée. Cette étude était à l’origine intitulée : « La diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle ». Nous proposerons à l’OPECST, lors de la présentation du rapport, de modifier cet intitulé, en retenant plutôt l’idée de faire connaître et partager les savoirs dans les cultures scientifique, technique et industrielle, et de montrer comment mettre les citoyens sur le même pied d’égalité face à la science.

« Nous proposerons à l’OPECST, […] l’idée de faire connaître et partager les savoirs dans les cultures scientifique, technique et industrielle, et de montrer comment mettre les citoyens sur le même pied d’égalité face à la science. »

3Il s’agit, d’une part, d’insister sur la nécessité de mettre en relief les relations transversales qui doivent exister entre « sachants » et « non sachants ». Et d’autre part, il convient de prendre en considération la spécificité respective de chacune des composantes – scientifique, technique et industrielle – qui représente chacune une dimension de la culture dont on parle.

4Dans cette étude, nous accordons une attention particulière au rôle des médias dans le dialogue entre la science, la technique et les publics, ainsi qu’à la place des controverses dans ce dialogue.

5Les journalistes peuvent-ils traiter des controverses, dont on sait qu’elles font partie – et ont toujours fait partie – du travail des scientifiques ?

6Oui bien sûr, qu’ils aient ou non une formation scientifique, il incombe aux journalistes d’informer les publics des controverses scientifiques. À cet égard, j’observe que les deux blogs scientifiques les plus lus sont ceux de Sylvestre Huet et de Pierre Barthélémy.

7Deux raisons majeures imposent aux journalistes de remplir un tel devoir d’information, mais en sachant le faire partager avec des mots compréhensibles par tous. La première tient au fait que, en France, comme dans d’autres pays, la télévision, en particulier, est le média par lequel les publics s’informent entre autres des questions scientifiques, parfois à l’occasion de catastrophe ou de découverte sensationnelle.

« Il est nécessaire que les journalistes scientifiques établissent des liens étroits de confiance avec les scientifiques. »

8La deuxième raison tient à ce que, en France, plusieurs technologies émergentes – OGM, téléphonie mobile, nanotechnologie, biologie de synthèse et gaz de schiste – soulèvent des controverses. Or, ces controverses qui pourraient être paisibles se transforment rapidement en conflits avec des rapports de force, voire à des radicalisations chez certains qui estiment que les effets sur les plans sanitaire et environnemental de ces technologies sont insuffisamment ou pas documentés.

9Comme l’a souligné le philosophe et philologue Heinz Wismann, lors de l’université d’été de l’IHEST, le débat n’est une controverse que si les deux parties parlent réellement de la même chose.

10Dans ce contexte, on le voit, il est nécessaire que les journalistes scientifiques établissent des liens étroits de confiance avec les scientifiques, afin qu’ils puissent éclairer les publics de la façon la plus objective et la plus pédagogique possible sur les controverses.

11À cet égard, on fait souvent remarquer que le GIEC est parvenu – non sans connaître des revers, comme le montre le Climategate – à sensibiliser à la question du changement climatique de nombreux gouvernements et une majorité de plus en plus importante de l’opinion publique mondiale, et c’est parce que le GIEC a disposé d’importants relais médiatiques.

12Pour autant, qu’ils aient ou non à traiter de controverses, les journalistes scientifiques peuvent se heurter à d’importantes difficultés, qui tiennent à leur profession même ou qui sont extérieures à leur profession.

13Les organes de presse écrite notamment traversent, on le sait, une grave crise financière, qui les oblige à procéder à d’importantes réductions d’effectifs. Les services scientifiques sont parmi les plus touchés, puisque, par exemple, Sylvestre Huet est le seul chroniqueur scientifique, alors qu’il y a encore quelques années, le service scientifique de Libération comptait plusieurs journalistes. En Allemagne, on ne compte pas moins d’une centaine de journalistes scientifiques ce qui permet de donner une importance croissante aux sujets scientifiques.

14Il en résulte que les journalistes scientifiques restants ne peuvent plus procéder, faute de temps bien souvent, à un travail d’investigation, ce qui peut les contraindre à reprendre les communiqués des revues scientifiques.

15En second lieu, les journalistes peuvent être exposés à certaines dérives.

16Soit, c’est la propension au sensationnalisme. Les journalistes qui ont demandé au biologiste et généticien américain Craig Venter s’il avait joué à Dieu, à l’occasion de l’expérience qu’il a révélée en mai 2011, étaient certains de remporter un grand succès dans un pays où certains groupes religieux se mêlent de science. Mais, il est tout aussi certain qu’une telle question n’a pas facilité une approche paisible de la biologie de synthèse par l’opinion publique américaine ou celle d’autres pays. Ainsi, un journaliste de la BBC, dans un récent article, se demande si la biologie de synthèse ne serait pas la source du prochain conflit, qui rappellera celui des OGM.

17Soit, deuxième cas, plus grave celui-ci, les journalistes sont amenés à violer certaines règles de déontologie professionnelle, comme l’a illustré l’affaire Séralini, qui fera l’objet d’une table ronde. Dans cette affaire, il s’est agit d’une étude dont la scientificité a été mise en cause doublée d’une opération de communication, à la limite de l’acceptable comme le rappellent certaines des contributions ici rassemblées.

18Cette même affaire montre d’ailleurs que les scientifiques eux-mêmes peuvent accroître les difficultés que les journalistes sont susceptibles de rencontrer dans le traitement des controverses.

19Mais il y a plus grave. Ceux que Naomi Oreskes a qualifiés de « marchands de doute » causent d’immenses préjudices à la communauté scientifique en discréditant la science et les scientifiques, mais aussi à l’ensemble de la société, en retardant les mesures nécessaires à la lutte contre le changement climatique, par exemple.

20La discussion sur le réchauffement climatique évoquera très vraisemblablement le cas de cet ancien ministre, qui grâce à une publicité dont il jouit dans certains médias, peut soutenir que le changement climatique est une imposture, ce qu’une partie de l’opinion a été tentée de penser lors du Climategate.

21Pour conclure, faut-il que la France se dote d’un Science Media Center, tel qu’il existe en Grande-Bretagne, en vue d’améliorer les relations entre scientifiques et journalistes et de faciliter le travail de ces derniers ?

22En Allemagne et en France, des voix se prononcent en faveur d’une telle solution. Mais la mission que Jean-Pierre Leleux et moi-même menons nous conduit à émettre des réserves. D’une part, le Science Media Center londonien ne comporte pas de sciences humaines et sociales. D’autre part, il n’est pas certain que le plafonnement des contributions des donateurs suffise à garantir totalement son impartialité. On connaît les stratégies que les lobbys sont capables d’élaborer.

23Mais ces remarques finales susciteront peut-être à leur tour d’autres controverses.

Auteur

Députée socialiste de la cinquième circonscription de l’Essonne depuis 2012 et conseillère générale du canton des Ulis (elle fut maire des Ulis de 2008 à 2012). Elle est secrétaire de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation et membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), pour lequel elle a rédigé, avec Jean-Pierre Leleux, sénateur des Alpes-Maritimes, le rapport « Faire connaître et partager les cultures scientifiques, techniques et industrielles : un impératif » (2014). Elle est aussi membre de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes et rapporteure de la Commission spéciale pour l’examen de la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel. Elle a surtout exercé son activité professionnelle dans le secteur privé, cadre dans différentes grandes entreprises.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access