Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nationalismes en mutation en Méditerranée orientale

 | 
Alain Dieckhoff
, 
Riva Kastoryano

Liste des auteurs

Texte intégral

1Xavier Bougarel est chargé de recherche au CNRS (laboratoire d’Études turques et ottomanes, Paris). Il est l’auteur de Bosnie, anatomie d’un conflit (Paris, La Découverte, 1996), et le codirecteur, avec Nathalie Clayer, de Le Nouvel Islam balkanique. Les musulmans, acteurs du postcommunisme (1990-2000) (Paris, Maisonneuve et Larose, 2001).

2Hamit Bozarslan, maître de conférences à l’EHESS (Paris), est l’auteur d’Acteurs et espaces politiques au Maroc et en Turquie (Berlin, Centre Marc-Bloch, 1996) et de La Question kurde : États et minorités au Moyen-Orient (Paris, Presses de Sciences-Po, 1997). Il travaille actuellement sur la violence en Turquie et, plus généralement, au Moyen-Orient.

3Nahla Chahal, chercheur au Centre de sociologie des pratiques et des représentations politiques (université Paris VII – Denis-Diderot), est éditorialiste au quotidien Al-Hayat (Londres). Elle a publié de nombreux articles en langue française sur l’Irak et la Syrie (in Politique étrangère, Pôles, Confluences Méditerranée…).

4Étienne Copeaux, historien, ancien pensionnaire de l’Institut français d’études anatoliennes (Istanbul), est chercheur au GREMMO (Maison de l’Orient méditerranéen, Lyon). Il est l’auteur d’Espaces et temps de la nation turque. Analyse d’une historiographie nationaliste (1931-1993) (Paris, CNRS Éditions, 1997) et d’Une vision turque du monde à travers les cartes (Paris, CNRS Éditions, 2000). Il prépare un ouvrage sur la mémoire et l’identité à Chypre.

5Maria Couroucli est ethnologue, chargée de recherche au CNRS (laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, université Paris X-Nanterre). Elle a mené des recherches d’anthropologie sociale et historique essentiellement en Grèce. Elle est l’auteur de Les Oliviers du lignage (Paris, Maisonneuve et Larose, 1985) et d’une trentaine d’articles publiés dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs.

6Alain Dieckhoff est directeur de recherche au CNRS (Centre d’études et de recherches internationales, FNSP, Paris). Il a consacré l’essentiel de ses ouvrages à la société israélienne contemporaine et au conflit israélo-arabe : Les Espaces d’Israël. Essai sur la stratégie territoriale d’Israël (Paris, Presses de la FNSP, 1989), L’Invention d’une nation. Israël et la modernité politique (Paris, Gallimard, 1993), Israéliens et Palestiniens. L’épreuve de la paix (Paris, Aubier, 1996), Israël : une identité nationale en crise (Paris, La Documentation française, 2001). Parallèlement, il a engagé une réflexion approfondie sur les mutations actuelles du nationalisme. Il a fait paraître un ouvrage sur ce thème : La Nation dans tous ses États. Les identités nationales en mouvement (Paris, Flammarion, 2002) et a dirigé, avec Natividad Guttierez, Modern Roots. Studies of National Identity (Aldershot, Ashgate, 2001).

7Philippe Droz-Vincent est maître de conférences en science politique à l’IEP de Toulouse, enseignant à l’IEP de Paris, chercheur associé au CERI. Il est l’auteur d’une thèse sur « Les notabilités urbaines au Levant. Étude à partir des cas syrien et jordanien » (à paraître à CNRS Éditions) ; il a publié de nombreux articles sur l’arméeetl’État, en particulier en Syrie et en Égypte.

8Riva Kastoryano est chargée de recherche au CNRS (CERI). Elle a consacré ses travaux aux questions d’identités, de formation des communautés et minorités, et à leurs relations à l’État. Elle est l’auteur d’Être Turc en France. Réflexion sur familles et communauté (Paris, L’Harmattan, 1987), La France, l’Allemagne et leurs immigrés. Négocier l’identité (Paris, Armand Colin, 1997). Elle a dirigé un ouvrage collectif Quelle identité pour l’Europe ? Le multiculturalisme à l’épreuve (Paris, Presses de Sciences-Po, 1998).

9Volker Perthes est chercheur à la Stiftung Wissenschaft und Politik (SWP), institut allemand d’études internationales, à Berlin, depuis 1992. Il dirige le programme sur le Moyen-Orient et la Méditerranée. Il a notamment publié Vom Krieg zur Konkurrenz : Regionale Politik und die Suche nach einer Neuen Arabisch-Nahöstlichen Ordnung (Baden-Baden, Nomos Publishers, 2000), Scenarios for Syria : Socio-Economic and Political Choices (dir.) (Baden-Baden, Nomos Publishers, 1998), The Political Economy of Syria under Asad (Londres, Tauris, 1995).

10Lamia Radi a soutenu une thèse à l’IEP de Paris sur les structures diasporiques du pouvoir palestinien. Elle est conseillère du secrétaire d’État aux Affaires étrangères et à la Coopération du royaume du Maroc, chargée du conflit moyen-oriental. Chercheur associé au Centre français d’études en sciences humaines et sociales Jacques-Berque (Rabat), elle est le co-auteur d’un atlas stratégique sur le processus de paix Israël/Palestine demain (Bruxelles, Complexe, 1996).

11Alexandre Toumarkine, docteur ès lettres, professeur à l’université Galatasaray (Istanbul) est ancien allocataire de l’IFEA (Istanbul) et responsable de l’Observatoire de l’Asie centrale et du Caucase (OAC). Il est le co-auteur de Géopolitique de la mer Noire (Paris, Karthala, 2000). Il travaille sur les immigrations musulmanes ottomanes et turques, les diasporas des populations musulmanes en mer Noire et les relations de la Turquie avec le Caucase, les Balkans et la Russie.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540