Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nationalismes en mutation en Méditerranée orientale

 | 
Alain Dieckhoff
, 
Riva Kastoryano

Troisième partie. Nationalisme et transnationalité

La crise de la territorialisation du nationalisme diasporique palestinien : une gouvernance transnationale inachevée*

Lamia Radi

Texte intégral

  • * Ce texte porte sur l’évolution du nationalisme palestinien jusqu’au déclenchement de l’Intifada al (...)
  • 1 Voir Sh. Ghabra, Palestinians in Kuwait, the Family and the Politics of Survival, Boulder-Londres, (...)
  • 2 Voir L. Radi, « L’élite palestinienne : stratégies de survie et modes d’influence (1967-1997) », t (...)

1À la suite de la guerre de 1948, les Palestiniens, dans l’exode et l’éparpillement (Chatat), se sont réorganisés sur la base de la structure familiale1 et des réseaux, tant au niveau social que politique2.C’est ainsi que depuis sa création en 1964, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), en raison de sa clandestinité et de sa structure paramilitaire, a fonctionné comme un faisceau de réseaux. La faiblesse de l’institutionnalisation était la condition de la survie face à une répression multiforme venant aussi bien de l’ennemi israélien que des pays arabes de la région proche-orientale.

2Il s’agit ici, dans un premier temps, d’analyser la particularité du nationalisme palestinien élaboré en situation de diaspora, pour, dans un second temps, s’interroger sur les modifications que la territorialisation, même partielle, d’une Autorité nationale palestinienne (ANP), sur une terre pour la première fois sous souveraineté palestinienne a pu provoquer dans la formulation de ce nationalisme. En effet, à l’occasion de la reformulation du discours nationaliste palestinien par sa direction politique, des projets nationaux alternatifs apparaissent : certains reprennent les référents classiques du nationalisme élaboré en exil pour les réinterpréter à travers un prisme idéologico-mystique, d’autres valorisent le lien irréductible entre la diaspora et la population palestinienne de l’intérieur pour avancer une solution politique a-territoriale.

3Cependant, au regard des blocages successifs du processus de paix qui mettent à mal une territorialisation complète des institutions palestiniennes, ces dernières sont contraintes de maintenir simultanément des logiques transnationales (un fonctionnement en réseaux) et des amorces de logiques nationales. Cette tension permanente entre un fonctionnement diasporique et une logique territoriale fragilise les représentants palestiniens : elle les contraint à adopter une ambiguïté discursive sous peine de perdre soit leur base populaire, soit leur audience internationale. Ce flou discursif volontairement maintenu quant au contenu du nationalisme palestinien ne peut cependant faire l’économie de se confronter aux questions-clefs soulevées par le processus de paix, à savoir le statut de Jérusalem, le retour des réfugiés palestiniens et l’ampleur finale du retrait israélien des Territoires occupés. Or se prononcer sur ces questions revient, pour la direction palestinienne, à fixer la définition du nationalisme palestinien, c’est-à-dire à terme à choisir entre des définitions contradictoires, dont l’abandon ne saurait se faire sans douleur, ni parfois sans violence pour le reste de la population.

LES CARACTÉRISTIQUES D’UN NATIONALISME FORMULÉ HORS DU TERRITOIRE NATIONAL

La naissance dans l’exil du nationalisme palestinien

  • 3 Voir A. Joxe, Palestine : mémoire et territoire, Paris, CIRPES-EHESS, coll. « Cahiers d’études str (...)

4Avant 1948, on ne peut pas parler de « nationalisme palestinien » au sens contemporain du terme. En effet, les paysans, qui composaient alors la majorité de la population palestinienne, avaient un horizon dont les limites s’arrêtaient souvent à leur village, voire dans le meilleur des cas à la ville voisine3. À cette « identité-terroir » s’ajoutait une identité plus globale, arabe et/ou musulmane. On était donc en présence de deux identités, l’une locale, l’autre globale, qui s’articulaient directement, sans « maillon national » entre elles.

  • 4 Voir B. Badie, L’État importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992.
  • 5 Voir M. S. Hassassian, Factionalism in the National Movement, Jérusalem, Passia, 1990.

5Dans les années 1930, sous le mandat britannique, les premiers partis politiques palestiniens se mettent en place, dans le cadre d’une scène politique où se côtoient autorités britanniques, organisations juives arrivées d’Europe centrale et de Russie, et communautés locales. Cependant, ces premières expressions d’une vie politique nationale palestinienne étaient en réalité largement une transposition dans des concepts « importés4 » de rivalités traditionnelles entre les notables locaux pour le contrôle des villes (Naplouse, Jérusalem, Jaffa et Hébron) et des campagnes alentours. C’est ainsi que les deux partis les plus importants, les Majlissiyoun (membres du Conseil) et la Mu’arada (opposition) traduisaient dans un vocable politique un affrontement ancien entre les deux plus grandes familles de Jérusalem : la famille al-Husseini, à la tête des Majlissiyyoun et la famille al-Nashashibi pour la Mu’arada5. Chaque parti défendait les positions de la famille qui était à sa tête et constituait le cadre du rassemblement de ses clients dans la Palestine mandataire par un système d’alliances et d’allégeances en cascade, depuis Jérusalem jusqu’aux villages les plus reculés.

6Cette classe politique traditionnelle est balayée par la guerre de 1948 qui a provoqué l’éclatement de la société palestinienne. Non seulement sa dispersion ne permet plus à sa classe politique de la toucher directement, mais la rapidité et l’ampleur de la défaite discrédite l’ensemble de l’élite palestinienne traditionnelle aux yeux de la population. Désormais, pour vingt ans, de 1948 à 1967, le nationalisme palestinien s’exprimera dans les pays arabes d’accueil des réfugiés palestiniens et en fonction des agendas politiques de ces pays.

7Or, dans les années 1950, le monde arabe est dominé par un discours panarabe. Vantant l’unité de la Oumma Al ‘Arabiyya (nation arabe), il n’en prend pas moins des formes variables qui vont rapidement s’affronter, révélant des projets profondément nationalistes derrière des discours d’unité. C’est ainsi que Gamal ’Abdel Nasser en Égypte est concurrencé par les partis Baas syrien et irakien, tous prônant l’union de tous les Arabes. Alliances, ruptures et contre-alliances se succèdent durant la décennie, avec pour étendard brandi par chaque parti « la libération de la Palestine ». Cette union du monde arabe est alors affirmée comme préalable nécessaire afin d’être en mesure de contrebalancer la puissance militaire israélienne. C’est pourquoi le premier slogan panarabe affirme que « la route pour Jérusalem passe par Amman », signifiant par là que la libération de la Palestine passe par le renversement des régimes arabes qui s’opposent à l’unité arabe, au premier chef, le régime du roi Hussein de Jordanie.

  • 6 Voir L. Brand, Palestinians in the Arab World. Institution Building and the Search for State, New (...)

8En effet, dans le cadre de l’idéologie panarabe, un nationalisme spécifiquement palestinien, au même titre qu’un nationalisme spécifiquement jordanien ou égyptien, est assimilable à une trahison envers « la Cause »et demeure dès lors embryonnaire. C’est pourquoi les cadres politiques palestiniens qui émergent, réfugiés dans ces pays, situent leurs actions dans un cadre politique global d’unité arabe et de réforme de toutes ces sociétés. Inversement, la cause palestinienne n’est pas l’exclusivité des Palestiniens, mais la cause de tous les Arabes6. C’est ainsi que Nayef Hawatmeh, fondateur du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), n’est pas palestinien mais jordanien, chrétien orthodoxe originaire de la ville de al-Salt, en Jordanie.

La formulation dans l’exil d’un nationalisme proprement palestinien

  • 7 Voir A. Gowers, T. Walter, Behind the Myth : Arafat and the Palestinian Revolution, Londres, Allen (...)

9L’OLP, créée en 1964 par les États arabes au cours d’un sommet de la Ligue arabe au Caire, n’est au départ qu’une coquille vide, étroitement contrôlée par les instances arabes, notamment par l’Égypte de Nasser7. Cependant, la défaite éclair des troupes arabes face à l’armée israélienne en 1967 et l’occupation de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et du Golan qui s’ensuit, discréditent non seulement le discours panarabe aux yeux des populations palestiniennes qui prennent conscience qu’aucun pays arabe n’est réellement disposé à se sacrifier pour la cause palestinienne, mais aussi la direction de l’OLP désormais assimilée au précédent leadership qui a déjà mené le pays à sa perte en 1948.

  • 8 Fatah : acronyme inversé de Harakat Tahrir Filastin, Mouvement de libération de la Palestine. Son (...)
  • 9 En février 1969, répliquant à de nombreuses infiltrations de fedayins, l’armée israélienne attaque (...)

10En 1969, Yasser Arafat, un ingénieur en bâtiment et travaux publics, chef et membre fondateur du Fatah8, auréolé du prestige de sa « victoire » à la bataille de Karamé9, prend le contrôle de l’OLP. Le Fatah institue une rupture idéologique et politique avec le discours panarabe et constitue en ce sens une « révolution copernicienne »dans la formulation du nationalisme palestinien : plutôt que d’attendre le préalable de l’unité arabe, la libération de la Palestine devient désormais la priorité de cette organisation. Par ailleurs, plutôt que de laisser les autres pays arabes utiliser la cause palestinienne pour leurs objectifs politiques nationaux, cette organisation affirme que les Palestiniens doivent prendre leur destin en main.

  • 10 Nous ne soutenons pas à ce propos la thèse officielle israélienne qui voit dans la faiblesse du ch (...)

11Ainsi, la formulation du nationalisme palestinien « contemporain » s’est effectuée en situation de diaspora, dans les années 1960, hors du territoire national10.

12L’OLP, après s’être affranchie du contrôle d’un Nasser très affaibli au sortir de la guerre de 1967, offre au début des années 1970, un cadre institutionnel à une aspiration nationale palestinienne multiforme, fragmentée par des situations très différentes selon les pays d’accueil des réfugiés comme pour les Palestiniens dits « de l’Intérieur », c’est-à-dire sous occupation israélienne. Cette organisation propose une formulation du nationalisme palestinien articulée sur trois axes : la libération de la Palestine, le retour de tous les Palestiniens sur leur terre et un projet de réforme d’une société jugée « féodale ». Ces trois éléments peuvent être associés différemment les uns aux autres, selon l’orientation politique et idéologique de l’individu ou du groupe concernés, tout Palestinien se reconnaissant néanmoins dans ce triptyque de base. Ainsi, le Fatah, le FDLP ou le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), malgré des options idéologiques très différentes, notamment quant aux moyens de parvenir à la création d’un État palestinien, et sur la forme politique future de cet État, se retrouvent au sein de l’OLP autour de ces trois valeurs communes minimales.

Un rapport identitaire à la terre et un besoin politique de territorialisation

13La majorité de la population palestinienne était encore paysanne en 1948. Se trouvant brutalement en situation de diaspora, donc coupés de la terre, les Palestiniens ont, dès l’origine de la formulation de leur nationalisme, développé un rapport obsessionnel à la terre. La terre, la maison familiale, les racines deviennent autant de référents émotionnels constamment réactivés. Ainsi, le soir, pour bercer les enfants, les grands-parents racontent la Palestine ; leur vie quotidienne en diaspora est continuellement jugée à l’aune de la référence absolue qu’est à leur yeux la Palestine, à laquelle rien ne peut être comparée : les oranges y étaient meilleures, le thym plus parfumé, l’huile plus limpide, l’eau plus rafraîchissante, l’air plus pur. « Ayyam ’Assal, Ayyam Bassal » (« des jours de miel, des jours d’oignons »), entend-on souvent pour comparer l’avant-1948, la Palestine, « jours de miel », et le présent, « jours d’oignons », c’est-à-dire des jours de larmes. La terre palestinienne est magnifiée comme un paradis perdu et, dans les discours, les oranges prennent la taille de pastèques.

  • 11 Voir S. Eyal, Les figuiers de Barbarie ont-ils une âme ?, documentaire sur les villages palestinie (...)
  • 12 « Jewish villages were built in the place of Arab villages. You do not even know the names of thes (...)

14Les Israéliens ont très tôt compris le rapport viscéral que les Palestiniens entretenaient avec la terre et ont dès lors élaboré différentes stratégies afin de rompre ce lien. Il est ainsi impossible pour un Palestinien en diaspora de se faire enterrer dans les Territoires occupés et a fortiori en Israël. Si un Palestinien réside dans les Territoires occupés et qu’il décède au cours d’un voyage à l’étranger, le corps ne pourra pas être rapatrié. De même, les autorités israéliennes répugnent à délivrer un visa aux Palestiniens au-delà d’un certain âge, craignant que ceux-ci ne décèdent au cours de leur voyage en Israël ou dans les Territoires occupés, ce qui les contraindrait à les enterrer sur place. Par ailleurs, une politique de destruction systématique des villages palestiniens fut appliquée en Israël (358 villages), afin non seulement d’effacer les traces d’une présence palestinienne préalable à la présence israélienne, mais également afin de briser les repères des populations palestiniennes sur cette terre11. À ce propos, dès 1969, Moshe Dayan déclarait : « Les villages juifs ont été bâtis sur des villages arabes. Vous ne connaissez pas même le nom de ces villages arabes […] parce que les villages arabes ne sont plus là. […] Il n’ya pas un seul endroit construit dans ce pays où il n’y avait pas auparavant une population arabe12. »

15Parallèlement à ce lien palestinien obsessionnel à la terre et à la volonté israélienne de le réduire, la direction politique palestinienne en diaspora se heurte elle-même à un besoin de territorialisation. En effet, cette exigence répond à plusieurs contraintes qui s’exercent sur les Palestiniens en exil et auxquelles ils tentent de se soustraire. Les institutions palestiniennes en germe dans les pays arabes en deviennent rapidement les otages, tandis que l’Armée de libération nationale (ALN) cherche une base territoriale d’où lancer des opérations contre Israël sans avoir à les négocier systématiquement avec les pays hôtes en fonction de leurs propres agendas politiques.

16C’est ainsi que l’OLP fait plusieurs tentatives de territorialisation, lesquelles se soldent toutes par des échecs : la première en 1970, consiste à déclarer une portion de la Jordanie, la région de Zarqa, à l’ouest d’Amman, « territoire palestinien ». Cette décision est le facteur déclenchant des événements dits de Septembre noir, où l’armée jordanienne détruit les bases de l’ALN, la contraignant à se réfugier au Liban. Là, profitant de la faiblesse institutionnelle de l’État libanais, l’OLP et les différentes forces politiques et militaires palestiniennes prennent le contrôle de portions du territoire libanais, jouant ainsi un rôle de catalyseur dans le déclenchement du conflit libanais qui s’amorce. Finalement, l’OLP est chassée de Beyrouth en 1982 par l’armée israélienne. Ses cadres, évacués vers la Tunisie, sont l’objet d’un contrôle étroit de la part du gouvernement d’accueil, pendant que l’ALN est démantelée et éparpillée entre plusieurs pays arabes (Yémen, Soudan).

17Afin de compenser ce handicap territorial, l’OLP met progressivement en place de nombreuses institutions en exil, jusqu’à créer un État palestinien « virtuel ».L’OLP est ainsi une nébuleuse d’institutions, à la fois organes politiques, comme le Conseil national palestinien (CNP) qui constitue le Parlement palestinien, et syndicats professionnels (avocats, médecins, enseignants, etc.) ou départements ayant des fonctions ministérielles (santé, éducation, culture, etc.).

LES RENONCEMENTS SUCCESSIFS AUX « DOGMES » DU NATIONALISME PALESTINIEN

18Le processus de paix et surtout la signature des accords d’Oslo viennent briser l’équilibre de cet édifice. En effet, l’esprit comme la lettre d’Oslo constituent une rupture brutale avec ce nationalisme formulé en exil, lequel combinait une libération nationale (la création d’un État palestinien) et une réforme sociale (la modernisation d’une société féodale), alimentées par un rapport obsessionnel à la terre (le retour de tous les Palestiniens dans leurs maisons).

L’abandon du « retour à la maison familiale »

  • 13 Ali Hassan Salameh, surnommé « le Prince Rouge », chef de la « Force 17 », troupe d’élite chargée (...)

19Tout d’abord, les accords d’Oslo officialisent un processus de renonciation à l’idéologie de la libération de toute la Palestine mandataire. Ce processus avait été amorcé après les accords de Camp David, en 1978. À cette date, l’OLP, consciente d’un rapport de force qui n’évoluait pas en sa faveur, charge Ali Hassan Salameh et Abou Iyad13, d’entamer des négociations secrètes avec les Israéliens en vue d’un règlement négocié du conflit. Le gouverneur William Scranton, chargé des négociations du côté américain, rencontre secrètement à Athènes le représentant officieux de l’OLP, Hassib Sabbagh, chrétien palestinien, magnat de la construction dans les pays du Golfe et ami personnel de George Schultz depuis l’époque où ils avaient travaillé ensemble dans la même compagnie, la Bechtel Corporation.

  • 14 A. Shlaïm, Collusion Across the Jordan, King Abdallah, The Zionist Movement and The Partition of P (...)
  • 15 Khaled al-Hassan, surnommé Abou Saïd, membre fondateur du Fatah, occupe les fonctions de « ministr (...)
  • 16 S. K. Aburish, Children of Bethany : The History of a Palestinian Family, Londres, Tauris, 1988.
  • 17 Abou Jihad est le nom de guerre de Khalil al-Wazir, membre fondateur du Fatah dont il était le che (...)

20En 1987, l’Intifada, mouvement social et politique de contestation issu de l’exaspération de la population palestinienne de l’Intérieur, commence dans les Territoires occupés. Dès l’année suivante, le roi Hussein de Jordanie prend acte d’un soulèvement qui non seulement lutte contre l’occupation israélienne, mais refuse ouvertement toute « solution jordanienne » fédérant les deux rives du Jourdain : il prononce la rupture des liens administratifs établis avec la Cisjordanie depuis 194914. L’OLP devient de fait le seul interlocuteur pour la partie israélienne. Les « pragmatiques de l’OLP » utilisent leurs réseaux dans les pays du Golfe, auprès des instances politiques américaines et européennes et négocient des concessions politiques contre des garanties pour la partie palestinienne. Appelés « l’aile droite de l’OLP » et menés par Khaled al-Hassan15, ils travaillent la direction de l’OLP et obtiennent en 1988, du CNP, au sommet d’Alger, la reconnaissance de l’État d’Israël, préalable indispensable imposé par la partie américaine à toute reprise des négociations16. Cependant, la partie israélienne refuse d’entamer les négociations, malgré les pressions américaines. Ce blocage diplomatique provoque une radicalisation du soulèvement sur le terrain, ainsi que la montée du mouvement islamiste Hamas qui a toujours dénoncé les solutions diplomatiques. Soucieuse de ne pas se couper de sa base, la direction de l’OLP épouse cette radicalisation. Cet alignement se traduit au cœur du pouvoir palestinien par le retour en force de la « tendance dure » menée par Abou Jihad17 et la mise en minorité des partisans d’une solution négociée.

21L’épuisement physique progressif des jeunes (chebab) de l’Intifada face à la répression militaire israélienne, l’étranglement économique des Territoires occupés, la montée de la mouvance islamiste et la fin de la seconde guerre du Golfe sont cependant autant de facteurs qui ont permis le retour de « l’aile droite » de l’OLP sur le devant de la scène politique palestinienne après 1991. En effet, le discrédit de la direction de l’OLP est alors grandissant aux yeux de la population palestinienne de l’intérieur comme de la diaspora, face à son incapacité à transformer une « guerre des pierres » en guerre de libération, tandis que les pays du Golfe, les États-Unis et l’Europe condamnent l’organisation en raison de son alignement officiel sur les positions du président irakien Saddam Hussein lors de l’invasion du Koweit. Les « modérés », qui ont maintenu les contacts avec leurs interlocuteurs étrangers et qui se sont désolidarisés de la direction palestinienne, deviennent les « hommes du recours » et sont envoyés au sommet de Madrid en 1991, puis secrètement à Oslo pour négocier la mise en place d’un processus de paix israélo-palestinien. Ces pourparlers, reprenant la négociation au point où elle s’était amorcée en 1988, aboutissent à l’élaboration d’un règlement du conflit fondé sur « la paix contre les Territoires », c’est-à-dire les Territoires occupés en juin 1967 et non l’ensemble de la Palestine mandataire.

22Cependant, cette solution négociée qui limite les frontières d’un futur État palestinien à celles de la Cisjordanie et de Gaza, le cas épineux de Jérusalem étant repoussé à la fin des négociations, exclut de fait de la résolution du conflit la majorité de la population palestinienne. En effet, la majorité des réfugiés palestiniens, notamment ceux du Liban, sont issus de régions qui sont situées désormais dans l’État d’Israël. La lettre du 9 septembre 1993 de Yasser Arafat à Itzhak Rabin dans laquelle il réaffirme la reconnaissance de l’État d’Israël par l’OLP, représentant du peuple palestinien, implique en creux que l’OLP ne revendiquera plus la rétrocession de l’ensemble de la Palestine mandataire. L’organisation rompt ainsi définitivement, après Alger, avec les aspirations au « Retour » (Al’ Aouda) en tant que « retour dans la maison familiale » de la majorité de la population palestinienne, c’est-à-dire qu’elle renonce à une « identité-terroir » en faveur d’une « identité nationale ».Dans cette négociation, l’OLP, afin de se territorialiser, a donc fait le choix stratégique de s’appuyer sur la population palestinienne des Territoires occupés et non plus sur la diaspora, soit sur trois millions de personnes quand la population palestinienne dans son ensemble en compte six et demi. Il s’agit là d’une rupture importante pour l’OLP, dans la mesure où, historiquement et sociologiquement, elle est une organisation née en diaspora. Sa légitimité politique était jusque-là issue de la diaspora palestinienne et non pas des Palestiniens de l’Intérieur dont elle était pratiquement coupée.

23À la place d’un nationalisme élaboré dans l’exil durant ces trente dernières années, l’ANP propose à une population palestinienne sur-politisée, la création d’un État palestinien « croupion »à la fin d’une période intérimaire qui n’en finit pas d’être repoussée. Par ailleurs, sa promesse d’un essor économique rapide de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, « nouvelle Taïwan », a disparu face à la persistance d’une approche sécuritaire de la part de l’armée israélienne et des services de sécurité palestiniens, laquelle approche dissuade toute velléité d’investissement économique privé dans ces zones, autre que des financements de type humanitaire.

Le renoncement à une réforme sociale

  • 18 Fils du prestigieux dirigeant palestinien Abdel Qader al-Husseini tué en 1948 lors de la bataille (...)

24Quant à la réforme de la société, autre pilier de la structuration du discours idéologique de l’OLP, celle-ci semble de fait ne plus être d’actualité pour la direction palestinienne. En effet, dans un souci d’enracinement local et de contrôle social, l’ANP, en s’implantant dans les zones autonomes, s’est appuyée sur les structures sociales traditionnelles issues de l’élite locale contre les organisations de masse susceptibles de lui résister. En cela, Yasser Arafat a repris et affiné une politique qu’il avait déjà appliquée dans les années 1970, dans ces mêmes Territoires occupés, quand il s’agissait d’ancrer la présence du Fatah face à ses rivaux alors plus puissants, le FDLP et le FPLP. Yasser Arafat a opté dès le départ en faveur d’une souplesse idéologique en matière de refonte sociale, au moment où les organisations concurrentes, marxistes-léninistes, promettaient un sort plus qu’incertain aux notables des Territoires occupés le jour de la libération de la Palestine. A contrario, il s’est appuyé sur les notabilités traditionnelles pour s’implanter, tirant ainsi profit des seules structures sociales qui n’avaient pas été l’objet d’une répression systématique par les forces militaires israéliennes, comme ce fut toujours le cas des autres organisations, régulièrement démantelées. Dès 1967 et 1968, lors de ses premiers séjours clandestins dans les Territoires occupés, Yasser Arafat rencontra ainsi non seulement les paysans et les habitants des camps, mais aussi à chaque fois les notables locaux. C’est d’ailleurs à cette époque, semble-t-il, qu’il recruta Faysal al-Husseini dans ses rangs pour le nommer représentant du Fatah en Cisjordanie18.

25Ainsi, en 1983, Khalil al-Wazir (Abou Jihad), chef militaire du Fatah, est chargé de l’organisation de la résistance dans les Territoires occupés. Il travaille alors à construire un réseau clandestin en Cisjordanie et à Gaza. Il prend également contact avec les notables locaux qui collaborent « mollement » avec les autorités militaires israéliennes et refusent de s’engager dans le combat politique. Il négocie leur entrée au Fatah, celle de leur personne ainsi que celle de l’ensemble de leur clientèle et de leurs réseaux, qu’ils mettent désormais au service de l’organisation. En contrepartie, ces notables obtiennent du Fatah sa caution : ils ne sont plus considérés comme des collaborateurs et ne risquent donc plus d’être exécutés par les organisations adverses qui les rendent responsables de toutes les défaites palestiniennes à commencer par celle de 1948.

26Par ailleurs, dans les années 1980, Yasser Arafat prend conscience du fait qu’il ne dispose pas d’accès réel et direct au pouvoir israélien et que ces notables peuvent jouer ce rôle d’intermédiaires. En effet, jusque-là, l’OLP n’entretenait de relations qu’avec des Israéliens de gauche ou d’extrême-gauche, lesquels en raison de leurs convictions politiques, n’avaient pas non plus accès au cœur du pouvoir israélien. C’est ainsi qu’il charge un notable de Naplouse, Zafer al-Masri, de prendre contact avec les Israéliens. Cependant, les autres organisations palestiniennes ont considéré qu’il s’agissait là de collusion avec l’ennemi et le FPLP le fait exécuter à la fin des années 1980.

  • 19 Voir B. REX, « The Dynamics of Palestinian Elite Formation », Journal of Palestine Studies, XXIV, (...)
  • 20 A. Yodfat, Y. Arnon-Ohana, PLO, Strategy and Tactics, Londres, Croom Helm, 1981. A. Miller, The PL (...)
  • 21 A. Jarbawi, « Palestinian Elites in the Occupied Territories : Stability and Change Through the In (...)

27Le déclenchement de l’Intifada en 1987 accentue encore le tropisme des notables palestiniens à l’égard de Yasser Arafat. En effet, ceux-ci comprennent dès les premiers jours du soulèvement que celui-ci est non seulement un mouvement de lutte contre l’occupant, mais aussi un mouvement social de Chebab contre un ordre social qui s’est maintenu grâce au soutien israélien. Les stratèges israéliens ont eu pendant longtemps une lecture traditionnelle, dite « primordialiste » de la société palestinienne19, laquelle considérait que le maintien de cette structure traditionnelle leur était politiquement et militairement favorable20. Les notables, menacés par la montée et la popularité de la mouvance islamiste se rapprochent alors du Fatah de Yasser Arafat, mettant leurs réseaux à sa disposition tout en refusant de prendre une part active dans les affrontements21.

28Lors du sommet de Madrid en 1991, ces mêmes notables tentent cependant de s’émanciper par rapport à l’OLP et à Arafat, en profitant de la faiblesse de cette organisation au sortir de la guerre du Golfe. Cette stratégie est alors soutenue par les Israéliens et les Jordaniens dans la mesure où elle peut aboutir à la mise à l’écart définitive de l’OLP et permettrait ainsi de revenir à un schéma politique pré-1967 : l’intégration de la Cisjordanie à la Jordanie, avec un pouvoir local aux mains de notables palestiniens facilement contrôlables. Comprenant le danger, Yasser Arafat, soutenu par les « pragmatiques » au sein de l’OLP, entame des négociations secrètes à Oslo avec la nouvelle équipe travailliste israélienne, prenant ainsi de vitesse les notables palestiniens, les Jordaniens et le Likoud.

  • 22 Homme d’affaires palestinien basé au Caire, conseiller de Yasser Arafat depuis des décennies, actu (...)

29Malgré une amertume certaine, les notables doivent se résoudre à s’allier avec le nouveau pouvoir palestinien issu de la diaspora, tout en lui étant subordonnés, sous peine d’être totalement écartés de la structure qui se met en place. C’est ainsi qu’en 1995, le nom de certaines familles apparaît dans les organigrammes de l’ANP : Ahmad A. B. Tamimi, notable d’Hébron, est nommé secrétaire général du ministère de l’Intérieur ; Issam Shawwa, notable de Gaza, conseiller de Nabil Sha’at22, est chargé de la coopération en matière d’archéologie ; Mohamed Z. Nachachibi, notable de Jérusalem, occupe les fonctions de ministre de l’Agriculture et des Finances ; Nasser Tahboub, notable d’Hébron, est l’un de ses conseillers, lui-même étant lié au ministre des Affaires religieuses, Hassan Tahboub, dont Hafiz Natsheh, également notable d’Hébron, est le conseiller ; Faysal al-Husseini est nommé ministre sans portefeuille de l’ANP, chargé de Jérusalem. Ainsi, rapidement, les notables locaux se soumettent à cette nouvelle autorité et participent à sa mise en place en continuant de mettre leurs réseaux à sa disposition, afin de se maintenir en place, comme ils avaient su le faire auparavant.

  • 23 On retrouve ici un mécanisme social classique de l’alliance de l’ancienne notabilité en déclin ave (...)

30Les chefs de l’ANP, issus de l’OLP, contrairement aux notables de Cisjordanie, de Jérusalem et de Gaza, sont pratiquement tous originaires des Territoires de 1948, désormais israéliens. Ils appartiennent à ce que l’on nomme Jil al-Nakbah, « la génération du désastre ». Ils ne disposent donc pas d’ancrage local en Cisjordanie ni à Gaza, dans une société qui, on l’a vu plus haut, est encore fortement paysanne et clanique. Ils ont donc effectué un rapprochement avec ces notables, lesquels leur offrent un ancrage local en échange d’une position dans le nouveau système politique. Au-delà d’une prise de contrôle du réseau des notables locaux pour organiser le maillage territorial, il s’est donc également effectué un rapprochement social, un gentlemen agreement, où chacun a besoin des ressources symboliques ou matérielles dont dispose l’autre partie. C’est ainsi que ces notables, discrédités pour certains par des années de non-engagement dans le combat face aux Israéliens, se recyclent en entrant dans les structures de l’ANP. Dans le même temps, les chefs de l’ANP obtiennent un ancrage local en concluant des alliances matrimoniales avec des familles issues de ce groupe, à commencer par Yasser Arafat qui épouse une fille de la famille Tawil et Nabil Sha’at une fille de la famille Kana’an23.

  • 24 K. Amayreh, « Fatah’s House divided », Middle East International, 14 avril 1995, p. 6 ; M. Klein, (...)

31Ainsi, le projet de réforme et de modernisation sociales dont le nationalisme palestinien se voulait porteur depuis trois décennies semble avoir été abandonné au profit d’une alliance tactique entre deux parties, l’OLP issue de la diaspora et les notables locaux, en mal d’affirmation sociale et politique dans les Territoires occupés. Car si les chefs actuels de l’ANP avaient dû négocier avec les chefs locaux issus de l’Intifada, ils auraient été contraints de se soumettre à des décisions politiques qui n’étaient pas en leur faveur. C’est ainsi que ces chefs locaux du Fatah ont exigé dès 1995 la tenue d’élections primaires au sein de cette organisation afin de désigner les candidats du parti aux élections législatives de 1996. Jibril Rajoub, chef de la sécurité préventive palestinienne en Cisjordanie, intervient dans les meetings du Fatah pour bloquer ces élections qui sont reportées plusieurs fois. Elles ont finalement lieu : sont exclusivement élus des jeunes issus de l’Intifada au détriment de la « vieille garde ». Yasser Arafat en personne doit alors en annuler les résultats et désigne ses compagnons de route comme candidats officiels du Fatah24.

Le renoncement à la création d’un État national

32Enfin, la mise en place d’un État palestinien, dernier volet du triptyque sur lequel s’est construit le nationalisme palestinien en exil, semble également avoir été réduit à une expression minimale. La structure de l’ANP telle qu’elle se met en place ne conduit pas vers une construction nationale véritable dans les Territoires occupés ; bien que l’on assiste à une débauche de manifestations du national, celles-ci restent de l’ordre du symbolique. En effet, l’ANP insiste sur des éléments qui symbolisent une souveraineté étatique afin de compenser une absence d’État sur le terrain : des drapeaux, des timbres, des passeports, des documents administratifs avec des en-têtes officiels, du personnel politique qui porte des titres officiels, autant de symboles qui ne parviennent pas pour autant à oblitérer l’absence des attributs qui fondent réellement la souveraineté d’un État comme la monnaie, le contrôle des frontières, la gestion de la sécurité et la liberté de circulation de ses ressortissants. C’est ainsi que pour se rendre en Palestine ou pour en sortir, il est jusqu’à présent indispensable d’obtenir un visa du gouvernement israélien.

  • 25 Voir G. Usher, « The Politics of Internal security : The PA’s New Intelligence Services », Journal (...)

33Par ailleurs, au vu de l’organigramme sécuritaire de l’ANP, on constate que l’essentiel de ses ressources et de ses activités sont tournées vers le militaire, la répression et le contrôle social. On estimait ainsi en 1996 à 30 000 le nombre de policiers palestiniens, pour un coût de 500 millions de dollars par an, dans des zones autonomes qui couvraient alors à peine 10 % des Territoires occupés25 . Cette obsession sécuritaire traduit déjà une politique du court terme au détriment de la mise en place des fondations d’un État. Cette situation n’a pas fondamentalement changé, et le processus de paix demeure dominé par des enjeux de sécurité et de contrôle social, plutôt que par l’élaboration de mécanismes de « savoir-vivre » ensemble.

La crise des intellectuels palestiniens

  • 26 M. Darwich, Rien qu’une autre année, Paris, Éd. de Minuit, 1983 ; Palestine, mon pays, Paris, Éd. (...)

34Les intellectuels palestiniens ont joué un rôle déterminant dans l’élaboration, la formulation et le dynamisme de ce nationalisme palestinien en diaspora, notamment en liant grâce à l’art, l’écriture et la poésie, les vécus des différentes communautés palestiniennes en diaspora. Les textes de Mahmoud Darwich et de Ghassan Kanafani sur la Palestine, l’exil, le combat, la mort et l’amour ont marqué des générations entières de Palestiniens26. Dans les années 1970 et au début des années 1980, ces textes, appris par cœur par les Palestiniens dans l’ensemble du monde arabe, avaient plus d’impact qu’aucune décision du CNP. Le rôle de l’intellectuel dans le politique et le militantisme s’affirmait alors avec toute sa force.

  • 27 E. Saïd, Israël, Palestine. L’égalité ou rien, Paris, La Fabrique, 1999.

35Cependant, l’épuisement progressif de l’Intifada face à la répression israélienne, la fin de la guerre froide au tournant des années 1980 et la seconde guerre du Golfe ont réduit progressivement la portée du message militant véhiculé par des intellectuels, qui par ailleurs ne savent plus véritablement quelle direction donner à leur combat. Enfin, la signature des accords d’Oslo a fini de les placer dans une impasse. En effet, il leur était désormais impossible de parler d’état de guerre, ou d’appeler à combattre ouvertement les Israéliens, ceux-ci étant devenus des interlocuteurs dans les négociations. Dans le même temps, la réalité sur le terrain, le blocage des négociations et la poursuite de la colonisation leur interdisaient d’analyser la situation en termes d’état de paix. Enfin, leur parcours de militant et l’histoire politique de ces intellectuels ne leur permettaient pas de se replier sur une production littéraire non engagée politiquement. Il s’en est suivi un silence assourdissant sans précédent de la part de ce groupe social, à l’exception de quelques grandes figures comme Edward Saïd27 qui a fait de son opposition à Yasser Arafat et à sa politique son nouvel engagement politique. Cependant, l’audience de ce dernier est limitée parce qu’il vit aux États-Unis, que ses ouvrages sont interdits en Palestine sur décision de l’ANP et que son positionnement politique ne consiste pas à proposer un moyen de sortir de l’impasse dans lequel se trouve le processus de paix mais à s’opposer aux accords conclus.

Un nationalisme réinvesti par les islamistes

  • 28 Voir B’tselem, Human Rights Violations in the Occupied Territories, Jérusalem, 1990-1991, 1992-199 (...)

36La population palestinienne, sur politisée, en diaspora comme à l’intérieur, a ainsi perdu ses référents identitaires principaux, sans pour autant que l’ANP soit en mesure de lui fournir un nationalisme de rechange crédible. Le danger que représente ce vide idéologique dans le champ politique national serait de renforcer l’influence du discours islamiste sur une population palestinienne en quête de sens. En effet, 70 % de la population palestinienne dans les Territoires occupés est âgée de moins de trente ans, ce qui signifie qu’elle est née sous occupation militaire israélienne. Par ailleurs, on estime officiellement à plus de 120 000 le nombre de jeunes Palestiniens emprisonnés et/ou torturés pendant l’Intifada28. Nombreux parmi eux souffrent désormais de séquelles mentales ou physiques sévères.

37Par ailleurs, en raison des nombreuses fermetures d’écoles et d’universités durant l’Intifada, cette jeunesse a perdu l’habitude des rythmes scolaires et ne parvient pas à se soumettre à des règles ou à une quelconque discipline. Enfin, ces jeunes, qui ont constitué les « premières lignes » durant l’Intifada, sont devenus violents envers les autres et envers eux-mêmes, rendant délicate toute insertion dans une normalité sociale. Déstructurée, cette population finit par être déstabilisée par un processus de paix qui met un terme à la première Intifada sans que ne cessent les violences ou les humiliations israéliennes lors du passage des barrages militaires.

  • 29 B’tselem, Neither Law nor Justice, Extra-Judicial Punishment Abduction, Unlawful Arrest and Tortur (...)

38L’ANP, incapable de proposer un projet de société global dans lequel cette population pourrait se projeter, tente de la maîtriser en réactivant les liens traditionnels. Elle renforce les pouvoirs du père face au fils, pouvoirs que le premier avait perdu lors de l’Intifada, lorsque le fils avait occupé le devant de la scène politique, donc sociale par voie de conséquence. Elle tente par ailleurs de les « recycler » en les employant dans des postes subalternes au sein de son administration, à des fonctions de policiers réglant la circulation notamment. Enfin, on signale, dans quelques cas, l’élimination physique de certains irréductibles29. Cependant, toutes ces mesures ne parviennent pas à contrôler l’immense majorité de ces jeunes, lesquels se retrouvent dès lors sans repères.

39Les mouvements islamistes offrent à ces jeunes diverses formes de restructuration. Tout d’abord de leur vie : les rituels religieux imposés, comme les cinq prières quotidiennes, un code vestimentaire, jusqu’aux indications sur la façon de se tailler la barbe, leur imposent un nouveau rythme et de nouveaux repères quotidiens. Ensuite, les associations islamistes proposent une « recommunautarisation » ; en effet, au sein de sa famille, le jeune se sent seul, incapable de discuter d’un vécu traumatisant, car dans la société arabe, les hommes ne se livrent pas, par pudeur, et pour se conformer à une image de virilité. Les groupes islamistes rassemblent des jeunes du même âge, aux trajectoires voisines ; l’individu peut s’y exprimer et reçoit une aide globale qui peut presque être qualifiée de « thérapie de groupe ». Enfin, ces islamistes proposent une restructuration politique générale en donnant un sens au présent. Ils situent l’affrontement israél opalestinien à une échelle nouvelle en se référant aux croisades. Leur récit se fonde sur l’expérience du royaume chrétien de Jérusalem, qui a duré deux siècles et durant lequel les croisés eurent certainement un sentiment d’invincibilité et de durabilité. Cependant, ils furent finalement défaits et, à l’échelle du temps de l’islam, ces deux siècles sont dérisoires. Dans cette perspective, avancent-ils, il n’y a pas lieu de désespérer des cinquante années de l’État d’Israël, d’autant que cette société souffre déjà de problèmes de cohésion interne, comme en témoignerait d’après eux l’assassinat d’Itzhak Rabin par un Israélien.

40Ils remplacent ainsi l’image de vaincu que le Palestinien a de lui-même par celle de descendant d’une longue lignée de résistants aux envahisseurs qui ont pris pied en Terre sainte. Le nationalisme palestinien est ainsi récupéré, fondu et reformulé au sein du courant plus large de la guerre/résistance sainte contre des générations successives d’envahisseurs. Ces arguments sont certes largement discutables ; néanmoins, dans le contexte de vide idéologique qui est celui de la scène politique palestinienne et de blocage du processus de paix, leur impact est important. Pendant que le processus de paix enferme les jeunes dans un présent qui ne les satisfait pas, les islamistes leur proposent de se projeter dans l’avenir, celui de la libération de toute la Palestine.

41Cette idéologie de la libération, sous des apparences de religion, reprend en réalité les trois piliers qui furent précédemment ceux du nationalisme palestinien formulé en exil : la libération de la Palestine dans ses frontières du mandat britannique, le retour de l’ensemble des réfugiés sur une terre sacralisée comme terre sainte et une réforme sociale vers une société plus juste. Tout cela est en fait dirigé contre la confiscation du pouvoir par une élite politique, ici l’OLP, censée avoir trahi la cause en signant des accords infamants contre de substantiels bénéfices financiers. Le discours islamiste s’appuie sur les scandales financiers qui ont impliqué différents ministres de l’ANP, Yasser Arafat lui-même et son proche entourage : détournements de l’aide financière internationale, développement de la corruption et confiscation de licences de produits d’importation par une minorité.

42Enfin, le retrait israélien du Sud-Liban en mai 2000 est présenté comme une victoire de la seule résistance acharnée de l’organisation chiite Hezbollah. Ignorant la dynamique créée par Oslo et l’évolution de l’environnement régional, ils voient dans cette évacuation la preuve qu’une victoire militaire ainsi qu’une évacuation totale des forces militaires israéliennes est possible, sans qu’il soit nécessaire d’effectuer de concessions.

LA TRANSNATIONALITÉ COMME FORME DE GOUVERNEMENT ?

Un gouvernement en réseaux

  • 30 Voir M. Klein, op. cit.

43Si le contenu du « nationalisme en exil »semble avoir été abandonné par la direction politique palestinienne, les modes de gestion du politique, issue de ce nationalisme diasporique, les réseaux, demeurent, en revanche, la clef de voûte du système politique palestinien. Cela s’explique notamment par la permanence du personnel politique : en effet, les deux tiers du personnel de l’ANP sont issus de l’OLP30. Or, ce personnel de l’OLP, en raison de son histoire, est habitué à des pratiques de clandestinité, à une faible institutionnalisation, à une forte concentration des pouvoirs et à un fonctionnement par relations personnelles. En conséquence, il reproduit ce mode de fonctionnement au sein de l’ANP. Cette importation du « modèle OLP », c’est-à-dire d’une organisation politique clandestine et paramilitaire, influence dès lors la forme que prend la gouvernance qui se met en place, en lui donnant une dimension résolument informelle.

  • 31 Voir G. Usher, Palestine in Crisis : The Struggle for Peace and the Political Independence After O (...)

44La mise en place de l’ANP, de 1994 à1997, a été faite par Yasser Arafat suivant un modèle en « étoile ». Ainsi le « système Arafat » peut être représenté comme une étoile dont il est le cœur : il est le chef du Fatah, le chef des Soukour (les Faucons), branche militaire du Fatah, le chef de l’OLP, le chef de l’ANP, le pourvoyeur en finances de l’ensemble de ces structures, le chef de l’Association des martyrs et le chef des négociations avec l’ensemble des parties en présence dans le conflit. Chaque candidat, chaque projet élaboré nécessite son approbation personnelle pour être avalisé. Il est enfin crédité de soixante fonctions semi-gouvernementales au sein de l’ANP31.

  • 32 Voir M. Naufal, « La crise entre l’Autorité nationale palestinienne et l’OLP », Revue d’études pal (...)

45Par ailleurs, dès 1993, certains membres de l’OLP, comme Edward Saïd et Mahmoud Darwich, respectivement écrivain et poète, ont milité – sans succès – en faveur d’une restructuration de cette organisation vers un modèle moins centralisé autour de la personne de Yasser Arafat et pour l’adoption d’un mode de scrutin majoritaire et non plus fondé sur l’unanimité. Dans le même temps, des voix s’élevèrent pour demander la séparation entre l’OLP et l’ANP, la seconde agissant dans les zones autonomes palestiniennes, pendant que l’OLP continuerait de gérer la diaspora palestinienne ; cette revendication resta sans suite32.

46Au-delà de la personne de Yasser Arafat, le sommet de l’ANP est composé de proches qui constituent son « premier cercle ». Ceux-ci sont parfois ministres, conseillers, ou même totalement absents de l’organigramme officiel de l’ANP. Tirant d’importants avantages matériels et symboliques à occuper ces positions, ils sont associés à chaque décision et en partagent la responsabilité avec Yasser Arafat aux yeux de la population palestinienne. En raison du blocage des négociations de paix et de la dégradation de la situation économique dans les Territoires, ils sont généralement haïs et qualifiés de traîtres par le reste des Palestiniens qui les rendent responsable des maux qui affectent leur quotidien. Une des fonctions premières de ce « premier cercle » est de trouver des liquidités qui permettront à Yasser Arafat d’alimenter ses réseaux, via des gratifications, et de les maintenir actifs à son profit. En effet, les structures sociales et politiques mises en place par « le système Arafat » ont en commun d’être hautement consommatrices en ressources. Cette dimension résolument clientéliste exige l’injection continue de ressources attribuées aux membres des réseaux afin de maintenir le lien de loyauté à travers l’octroi d’emplois fictifs, de bourses, etc.

47La clef de voûte de cette noria financière repose sur deux organisations : la première, le Palestinian Economic Council for Development and Reconstruction (PECDAR) capte les aides financières internationales en matière de coopération, pendant que la seconde, la Palestinian Company for Services and Commercials (PCSC), possède le monopole de l’importation des produits de base dans les territoires autonomes.

  • 33 Voir M. Barghouti, « Aid to Arafat Hurts Ordinary People », Washington Post, 30août 1994.
  • 34 Voir E. Serraj, « PNGO’s Challenges and Changes in the Coming Era », PNGO Newsletter, Jérusalem, 1 (...)

48L’absence d’État dans les Territoires occupés a permis l’éclosion de centaines d’organisations non gouvernementales (ONG) palestiniennes. Associations ou ONG à vocation médicale, scientifique, universitaire, éducative ou sociale, ont été tolérées par les Israéliens dans la mesure où elles leur ont évité un investissement financier dans ces différents secteurs33. Certaines ONG étaient le prolongement officieux d’une organisation politique ou d’un réseau clientéliste traditionnel relevant des notables. En l’absence d’interface de dimension nationale, ces ONG se sont associées directement avec des bailleurs de fonds internationaux, acquérant par là une autonomie financière sans pareille dans le monde arabe. Cette autonomie a été remise en cause par l’ANP qui, afin de mettre en place des institutions étatiques palestiniennes, a mené campagne pour récupérer ces ONG et leurs réseaux : soit en les sommant d’intégrer les structures de l’ANP, soit en faisant pression auprès des bailleurs de fonds pour qu’ils versent désormais leur aide au PECDAR, chargé de les redistribuer à ces différentes organisations en fonction des besoins « réels » de la population34. Dans les deux cas, ces ONG n’ont eu d’autre choix que de s’inféoder au PECDAR, c’est-à-dire au « système Arafat », ou de disparaître, faute de fonds.

49La PCSC est une compagnie nationale palestinienne qui contrôle l’importation du ciment, de la peinture, de la viande et de la farine. Elle a été créée à la suite des accords de Paris (29 avril 1994) qui stipulent que les produits importés en zone autonome palestinienne et ayant transité par Israël ne seront pas taxés deux fois. Les taxes perçues par l’État hébreu devront être reversées à cette compagnie une fois que les biens seront entrés en zone autonome. Cependant, au cours de l’année 1997, un scandale a révélé que les fonds de cette compagnie n’étaient pas reversés au budget palestinien, mais étaient directement utilisés par Yasser Arafat, et par un de ses conseillers, Khaled Salam, au nom desquels des comptes avaient été ouverts à la banque Leumi en Israël.

  • 35 Voir S. Roy, « New Dynamics of Civic Desintegration », Journal of Palestine Studies, vol. 22 (4), (...)

50Enfin, la mise en place de l’ANP dans les Territoires autonomes a suivi une logique spécifique à l’égard de la population palestinienne. Celle-ci, au terme de trente-cinq années d’occupation militaire, apparaît largement segmentée, géographiquement et socialement35. Afin d’asseoir son pouvoir et d’éviter que des pans entiers de la société palestinienne ne se soulèvent contre son autorité et sa politique, lesquelles sont de plus en plus contestées, Yasser Arafat s’est implanté dans chaque groupe social, en prenant le contrôle de liens d’allégeance en cascade au sein de clivages préexistants, pour les intégrer à son propre « système ». Il a ainsi récupéré des groupes de chebab, dans les forces de l’ordre, des notables, dans la haute fonction publique, et des Palestiniens de la diaspora rentrés grâce au processus de paix dans l’administration. Pour ce faire, aucune embauche n’est réalisée directement, mais elle fait suite à la recommandation d’un chef de réseau local, lequel fait dès lors allégeance au chef de l’ANP. Ainsi, l’unification partielle de la société palestinienne au sein de l’ANP se fait par le biais d’une bureaucratisation des demandes individuelles : le statut de fonctionnaire est devenu, dans un contexte de crise économique, un moyen de subsistance et donc d’allégeance.

51Le problème majeur de cette structure est qu’elle repose quasi exclusivement sur une personne, Yasser Arafat, seul homme politique palestinien à être connecté à l’ensemble de ces réseaux. Cette centralisation à outrance du système politique et social, où l’ensemble de la structure ne tient que grâce à la loyauté à une personne, soulève la question de la relève en cas de disparition du chef du réseau, problème récurrent dans le monde arabe. À chaque décès du chef, l’ensemble du système politique menace de s’effondrer et le nouveau chef est obligé de retisser des liens personnels avec chacun, comme de renégocier les termes d’une nouvelle allégeance (Bay’a) avec ses « sujets ». Ces derniers en profitent pour améliorer leur position politique et accroissent leurs revendications en échange du maintien de leur loyauté.

52Si les trois derniers décès de dirigeants qui ont eu lieu dans le monde arabe (roi Hussein de Jordanie, roi Hassan II du Maroc, président syrien Hafez el-Assad) ont connu des successions plutôt fluides, on notera que celles-ci ont été à chaque fois fermement encadrées par une présence internationale garante d’une succession sans heurt. L’exception de Rifaat el-Assad, oncle de l’actuel président, n’en est pas une en réalité, dans la mesure où ses déclarations contestant la succession en Syrie n’ont reçu aucun écho de la part des acteurs américains, européens, russes ou israéliens, faisant de sa revendication un projet mort-né. On peut donc prévoir que, dans le cas palestinien, ces mêmes acteurs internationaux, qui plus est connectés aux différents réseaux politiques transnationaux palestiniens, pèseront de tout leur poids pour assurer une transition stable.

53Cependant, ce qui fait l’« exception palestinienne », son absence d’État et la transnationalité de ses réseaux diasporiques, fait simultanément sa force et sa faiblesse. En effet, si cette transnationalité donne un rôle prépondérant aux acteurs internationaux dans la recomposition de la scène politique intérieure palestinienne, dans le même temps, cette multiplicité de réseaux augmente le nombre d’intervenants et d’acteurs sur cette scène politique. Déjà morcelée celle-ci risquerait de se voir encore plus fragmentée, rendant plus complexe toute alliance même partielle en vue d’une stabilisation politique.

Une alternative politique transnationale ?

54Au cœur du système diasporique palestinien circulent des acteurs qui se distinguent de l’élite politique palestinienne traditionnelle, celle issue de l’OLP ou des notables de l’intérieur. Ils ont la particularité de se situer à différents niveaux de territorialité et de représenter le lieu de l’articulation des différents réseaux correspondant à chaque niveau. Cultivant la discrétion comme garantie de la permanence de leur influence et de leur survie, tant physique, que politique ou économique, ces acteurs sont apparus hors de la zone du conflit israélo-arabe, à partir du début des années 1950. Issus de la classe moyenne urbaine en Palestine mandataire, ils ont émigré dans les pays du Golfe au terme de la guerre de 1948. Là-bas, bénéficiant de l’absence de cadres locaux dans des pays où l’or noir venait d’être découvert et où tout était à construire, ils s’impliquent dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, participent à la mise en place des États et deviennent d’importants hommes d’affaires. Ainsi les plus connus, Saïd Khoury, Hassib Sabbagh et Sabih al-Masri, investissent dans le génie civil, et Mounib al-Masri dans les systèmes d’épuration des eaux usées.

55Le cas le plus symbolique d’un remarquable parcours économique en diaspora reste celui de ‘Abdel Hamid Shouman, fondateur de la plus ancienne et de la plus importante banque du monde arabe, l’Arab Bank (Al Bank al-‘Arabi). Originaire du petit village de Beit Hanina près de Jérusalem, il travailla tout d’abord comme casseur de pierres, puis comme docker dans le port de Haïfa. Dans les années 1930, il embarqua sur un navire en partance pour les États-Unis. Là-bas, face aux effets de la dépression économique consécutive à la crise de 1929, il comprit la puissance de la finance, réalisant par la même occasion que les seules banques en Palestine mandataire étaient britanniques ou juives. Il rentra en Palestine mandataire et créa l’Arab Bank, première banque palestinienne et arabe, dont le siège était à Jérusalem. À la suite de la guerre de 1948, il envoya des employés dans les pays arabes voisins où les Palestiniens avaient trouvé refuge et où ils recherchèrent les clients de la banque afin de leur verser l’argent détenu sur leurs comptes. Cette démarche a profondément marqué l’imaginaire palestinien, faisant désormais de l’Arab Bank un symbole de confiance et de stabilité au-delà des bouleversements les plus imprévisibles. Dans le même temps, ‘Abdel Hamid Shouman ouvrit des succursales de l’Arab Bank dans les pays du Golfe, où les systèmes bancaires étaient inexistants. Ces agences devinrent les embryons des banques centrales de ces pays, que par contrat il céda progressivement aux États en place, tout en continuant d’ouvrir de nouvelles agences. L’Arab Bank est aujourd’hui implantée dans 45 pays et dispose de 450 succursales. Fermé en 1967 par les autorités israéliennes, le bâtiment de l’Arab Bank à Jérusalem n’a jamais été réutilisé pour une autre fonction. L’enseigne est toujours présente, dans l’attente du jour où le siège sera rouvert. Entre-temps, il a été déplacé à Amman, où la famille s’est installée.

56À la mort du patriarche, son fils ‘Abdel Majeed a pris la direction de la banque, à laquelle est associée son propre fils Khaled Shouman. L’épouse de ce dernier, Suha Shouman, a fondé la Maison des arts (Darat al Founoun), à Amman. Ancienne demeure du gouverneur anglais de Jordanie, elle a été rénovée et transformée en musée, galerie d’exposition, avec un salon de thé et des ateliers mis à la disposition d’artistes. Lors de travaux d’excavation, une ancienne église byzantine a été mise au jour dans son jardin, site où des concerts sont donnés l’été en plein air. Il existe également une Fondation ‘Abdel Hamid Shouman, dédiée à la culture. Située au cœur d’Amman, elle comporte une bibliothèque dotée d’ouvrages en plusieurs langues, une vidéothèque et elle organise aussi de nombreuses conférences. Elle est ouverte tous les jours jusqu’à minuit, permettant ainsi aux étudiants de modeste condition, les réfugiés palestiniens a fortiori, de disposer d’un accès libre au savoir et à la culture. Renommée dans le Moyen-Orient, elle est surnommée « le ministère de la Culture jordanien » en raison d’un budget plus important que celui de ce ministère, et de l’importance de son rayonnement.

57Khaled Shouman, et ses « collègues » hommes d’affaires, Sabih al-Masri, Mounib al-Masri, Hassib Sabbagh, ‘Abdel Mohsen al-Qattan, Zayn al-Mayyassi et Kamal ash-Sha’er sont des figures emblématiques de la réussite économique palestinienne, laquelle a toujours eu pour point de départ les pays du Golfe. Mythes vivants pour la population palestinienne – au même titre qu’un Rockefeller aux États-Unis – celle-ci a surnommé les sept plus riches et puissants d’entre eux le « G7 », en référence aux sept pays les plus industrialisés.

  • 36 Voir B. Kodmani-Darwish, La Diaspora palestinienne, Paris, PUF, 1997.

58Ces hommes d’affaires de la diaspora palestinienne entretiennent des rapports étroits entre eux, associant amitié et affaires, constituant à eux seuls un puissant réseau économique qui s’étend des États-Unis à la Palestine, via l’Europe et les pays arabes. Ainsi, ‘Abdel Majeed Shouman accorda une aide décisive en 1959 à Mounib al-Masri en lui accordant une facilité de paiement de 2 millions de dollars pour créer son entreprise, la Engeneering and Developping Group ; Hassib Sabbagh et Saïd Khoury fondèrent ensemble en 1952 la Consolidated Contractors Company (CCC), société basée à Athènes qui emploie sur place 400 Palestiniens et 25 000 dans le reste du monde36. Cette entreprise est elle-même associée à la société Dar al-Handassa, propriété de Kamal ash-Sha’er, ainsi qu’à la société Solidere de Rafic al-Hariri, actuel Premier ministre libanais, pour le projet de reconstruction du centre de Beyrouth. Perçus comme un groupe d’amis solidaires, ce « G7 » est associé à un clan, à une « bande », ainsi qu’en témoigne l’expression utilisée par Yasser Arafat lui-même lorsqu’il s’adresse à l’un d’entre eux : « Win Jama’tak ? »(Où est ta bande ?).

59Enfin, eux-mêmes se désignent sous le qualificatif de « Vatican » : ‘Abdel Majeed Shouman occupe le poste de « pape » – il est affectueusement surnommé « le Patriarche » – tandis que les « G7 » constituent le premier cercle des cardinaux, appelés les « monseigneurs », les hommes d’affaires d’assise financière moindre étant les évêques. Viennent ensuite les « héritiers », qui se forment dans le cadre de ce qui est appelé des driving seats ou « sièges d’entraînement ».Au sein de cette assemblée d’hommes d’affaires, les décisions sont prises par vote, chacun disposant d’une voix, à l’exception des héritiers où trois personnes disposent ensemble d’une voix.

60En 1985, ces hommes ont créé la Welfare Association (Association de bienfaisance). Basée à Genève, elle dispose de relais officiels à Amman, Beyrouth, Abou Dhabi et Jérusalem. Elle se compose du « G7 », autour duquel s’articule un faisceau de connections à travers le monde, doublant ainsi son réseau économique d’un réseau d’appuis politiques et sociaux plus diversifié. On l’a vu plus haut, Hassib Sabbagh est un ami de longue date de George Schultz. George ‘Abed, ancien président de l’association, a favorisé grâce à ses relations une coopération entre la Welfare Association et l’Union européenne dans les Territoires occupés ; il travaille désormais au Fonds monétaire international (FMI) et continue d’appartenir à l’association. Su’ad al-Sabah, épouse de l’émir du Koweit, est membre de l’association, tout comme Nazek al-Hariri, épouse de Rafiq al-Hariri, laquelle verse chaque année un million de dollars de participation au fonds de la Welfare Association. Le sheikh Zayed Ben Sultan, président des Émirats arabes unis et ami intime du « G7 », accueille chaque année les réunions de l’association à Abou Dhabi. Lakhdar Brahimi, chargé de mission auprès du secrétaire général des Nations Unies, occupe un poste de conseiller à la Welfare Association, tout comme Edward Saïd, Walid al-Khalidi, directeur de l’Institute for Palestine Studies (Washington DC) et Hisham Sharabi, professeur à l’Université de Georgetown (Washington DC), trois personnalités universitaires palestiniennes qui font référence en matière d’analyse du conflit israélo-arabe.

61Cette organisation finance des associations palestiniennes dont l’objectif est conforme à ses statuts en matière de projets de développement, culturels et pédagogiques. Sa particularité est d’investir en Israël même dans des projets visant l’amélioration de la condition des Arabes israéliens. Elle dispose pour cela d’un statut juridique d’association caritative suisse, intentionnellement calquée sur le modèle des associations juives qui récoltent des fonds dans la diaspora pour les investir en Israël. Cette situation sans précédent a d’ailleurs provoqué un débat à la Knesset, certains députés israéliens jugeant inacceptable qu’une association palestinienne agisse sans contrôle en Israël. Cependant, leur demande d’interdiction de cette association sur le territoire israélien n’a pu aboutir, la seule façon de bloquer l’action de la Welfare Association étant de modifier le code des investissements en Israël dans son ensemble et de pénaliser les associations juives de la diaspora.

62Dans les territoires autonomes et occupés, la Welfare Association est très présente. Elle finance une multitude d’associations locales, dont certaines ont des attributions parallèles, mais qui relèvent en réalité d’organisations politiques différentes. Ainsi, l’association préserve sa neutralité politique et évite de s’aliéner quelque tendance que se soit. Cependant, en finançant ces associations, elle diversifie l’offre de ressources financières sur le « marché » clientéliste local, contre-balançant la stratégie de contrôle mise en place par l’ANP via le PECDAR. Sous la bannière du caritatif, la Welfare Association poserait ainsi les jalons d’une alternative politique au « système Arafat ».

63La création par le « G7 » de la Palestinian Development and Investment Company (PADICO) en 1994 participe de cette même démarche de mise en place en creux d’un système alternatif à l’ANP. Cette société anonyme, basée au Libéria, est dotée d’un capital de 200 millions de dollars ; ses actions s’échangent à 25 000 dollars l’une ; toute personne physique peut en acquérir jusqu’à hauteur de 4 millions de dollars, une personne morale à hauteur de 10 millions de dollars, 20 % des montants devant être versés à l’achat et le reste étalé sur une période de quatre années. La PADICO investit de manière autonome en Cisjordanie et à Gaza, en mettant en avant sa dimension de société anonyme, ce qui ne trompe personne, tout le monde sachant que derrière chaque investissement se manifeste le mythique « G7 », à savoir des hommes d’affaires qui investissent directement ou qui, grâce à leurs réseaux de relations, drainent des capitaux étrangers.

64Cette popularité que l’on retrouve jusque dans les rangs islamistes, lesquels respectent ces hommes qui, par nationalisme, investissent des capitaux dans une Palestine politiquement et économiquement instable, a naturellement fait de l’ombre à l’ANP et à la personne de Yasser Arafat, lui-même et son équipe étant dans le même temps accusés de placer leurs capitaux à l’étranger. Dès lors, Yasser Arafat a tenté de se les concilier, leurs noms demeurant des garanties non seulement au sein de la population palestinienne, mais aussi aux yeux de nombreux hommes politiques et investisseurs internationaux. Cependant, en raison de la nature du système qu’il mettait en place, tout rapprochement signifiait une allégeance du « G7 », de la Welfare Association et de la PADICO, son bras économique, à l’ANP. Il en résulta une crise rendue publique en mai 1995, lors d’une rencontre à Amman entre Arafat et ‘Abdel Majeed Shouman, porte-parole de ces hommes d’affaires. Ce dernier déclara en substance qu’il attendait le décès de Yasser Arafat pour réellement investir en Palestine. Soutenu par le gouvernement jordanien qui craignait qu’un investissement massif de ces hommes d’affaires en Palestine signifie un retrait de leurs capitaux de Jordanie, ainsi que par des relais politiques et financiers dans les pays du Golfe, l’Union européenne et les États-Unis, le « G7 » eut gain de cause et put évoluer désormais librement dans les territoires palestiniens.

  • 37 Voir L. Radi, op. cit.
  • 38 Voir S. Yezid, « Redefining the Basics : Sovereignty and Security of the Palestinian State », Jour (...)

65Cependant, l’organisation administrative interne de la Welfare Association n’est pas sans ambiguïté : elle est composée d’une « assemblée » de direction (al-Majlis al-Markazi) élue tous les trois ans et d’un « comité » exécutif (al-Lajna at-Tanfidiyya). Or, ces appellations rappellent celles des institutions de l’OLP et de l’ANP, donnant à l’association une apparence de structure étatique alternative. Elle serait ainsi prête à se substituer à la structure politique actuellement en cours d’élaboration en cas d’échec, ou à en prendre le relais à moyen terme. En témoigneraient certaines déclarations de ces hommes d’affaires qui n’envisagent un avenir véritable pour la Palestine que dans une perspective de dix ou quinze ans37. Pour eux, les hommes politiques en place, qu’ils soient palestiniens, israéliens, jordaniens ou syriens, sont les acteurs d’une transition historique entre une époque d’affrontement et une réorganisation alternative de Moyen-Orient dont eux-mêmes seront désormais les promoteurs en raison de leur profil transnational. Si les acteurs dits « traditionnels » de la politique régionale sont actuellement indispensables afin de parachever la sortie d’une période historiquement datée, ils seraient néanmoins inadaptés à la nouvelle configuration qui se mettrait doucement en place, une configuration où les idéologies nationalistes et les définitions traditionnelles de l’État seront dépassées. Des universitaires issus de leur nébuleuse élaborent et testent de nouvelles solutions au conflit israélo-palestinien afin d’alimenter cette réflexion. Ils discutent, en coordination avec des centres de recherches américains et israéliens, des possibilités et des modalités de découpler les concepts de territoire et de sécurité, en s’appuyant sur une interprétation « innovante » de celui de souveraineté38.

66Dans la perspective de mise en place d’une « entité » palestinienne qui sortirait du cadre classique de « l’État-nation », ces acteurs palestiniens, modérés politiquement, transnationaux et cosmopolites, seraient en effet les personnes les plus à même de gérer la structure palestinienne qui naîtrait des exigences contradictoires israéliennes et palestiniennes. Ils reprennent ainsi, dans une perspective de moyen, voire de long terme, l’esprit et la lettre des accords d’Oslo, lesquels proposent à long terme une résolution du conflit sur le mode de la déterritorialisation, afin de concilier les nationalismes palestiniens et israéliens.

***

67Reflet de l’histoire palestinienne, le nationalisme palestinien a été formulé en exil et il est entré en crise lors de la territorialisation des structures politiques dont il s’était doté. Ses valeurs constitutives, adaptées à une situation de combat pour la libération nationale, n’ont pas été réajustées face aux exigences d’une territorialisation, même partielle, de 1’ANP. Le message fondé sur la glorification d’une terre sanctifiée et indivisible reste celui proclamé au quotidien alors même que la direction politique palestinienne est contrainte d’adopter un discours politique plus pragmatique lors de ses négociations avec la partie israélienne.

68Pour gérer cette double dimension, intérieur/diaspora, territorialisation partielle/nationalisme de l’exil, la direction palestinienne a choisi de maintenir une structure politique bicéphale, l’OLP et l’ANP. La première est chargée de gérer le nationalisme dans sa dimension diasporique « traditionnelle », tandis que la seconde produit un discours centré sur la mise en place concrète d’un État palestinien sur la base d’une territorialisation en devenir. Cependant, cette dualité est souvent source de contradictions parce qu’elle répond dans le même temps à des attentes opposées. Ainsi, l’OLP défend le retour des Palestiniens de la diaspora, pendant que l’ANP cherche à négocier un statut permanent pour ces mêmes Palestiniens en diaspora dans les différents pays d’accueil. Or, on l’a vu plus haut, les dirigeants de l’OLP sont également ceux de l’ANP. Il s’agit donc des mêmes personnes qui, selon le contexte et l’audience, tiennent l’un ou l’autre de ces discours, défendant parfois les deux positions dans un même discours, afin de donner simultanément des garanties aux différentes parties en présence, Israël et la population palestinienne.

69À terme, cette situation discrédite la position de l’élite politique palestinienne sur les deux plans, interne et externe : au niveau de ses négociations avec Israël, qui dénonce le double langage de son interlocuteur palestinien, et au niveau interne en prêtant le flanc à l’accusation de trahison.

  • 39 Voir Z. Fareed, « The Middle East After Arafat », Newsweek, 9 avril 2001.

70Face au blocage croissant et multiforme du processus de paix au fur et à mesure que celui-ci approchait des négociations sur le règlement définitif (avec des questions cruciales comme la terre, Jérusalem, les réfugiés), la direction palestinienne, consciente de son discrédit croissant au sein de la population de l’intérieur comme de la diaspora, a finalement fait le choix de « la résistance héroïque » plutôt que de « la négociation douloureuse »39. En effet, l’échec de Camp David entre Ehoud Barak et Yasser Arafat a montré que l’ambiguïté discursive du nationalisme palestinien avait atteint ses limites. Ainsi, le leader palestinien a-t-il été contraint de refuser l’offre israélienne, quand bien même il savait que celle-ci était sans doute la meilleure qui lui serait jamais faite (90 % des Territoires occupés, un droit au retour dans les Territoires occupés, un droit au regroupement familial en Israël et la souveraineté découplée sur la majorité de Jérusalem-Est). Il ne pouvait l’accepter sans renoncer ouvertement aux fondements du nationalisme palestinien tel qu’il avait été formulé en exil et sous peine d’apparaître comme un traître à la cause palestinienne. Il a donc choisi de préserver un dogme du nationalisme palestinien, quand bien même celui-ci serait hors de portée (le retour de tous les réfugiés), au détriment d’un but réalisable (le retrait d’Israël de la majorité des territoires occupés). En effet, adopter cet objectif serait suicidaire en terme de politique intérieure, le retrait israélien étant conditionné par l’abandon par les Palestiniens du droit au retour, abandon inacceptable aux yeux de la diaspora palestinienne.

71Entre la formulation d’un nouveau nationalisme palestinien, plus étriqué, et qui exigera de la population palestinienne un travail douloureux de deuil face aux aspirations entretenues depuis quarante années par l’OLP, et la permanence d’un discours unique de libération de la Palestine, quel que soit le rapport de forces en présence, la direction palestinienne a choisi le second, s’assurant une popularité interne durable face aux islamistes, au détriment d’une reconnaissance comme négociateur crédible au regard de la direction israélienne.

72Face à un discrédit interne croissant, l’ANP, rongée par les scandales financiers et minée par le blocage sur le terrain du processus de paix, a été contrainte de se réapproprier le discours nationaliste traditionnel palestinien, dont elle s’était éloignée et dont s’étaient emparés les islamistes. Or, ce recul a rencontré le raidissement parallèle d’une partie de la direction politique israélienne face à la nécessité de repenser la définition de l’État d’Israël, notamment en ce qui concerne la question de Jérusalem. Dans ce contexte de crispation identitaire de part et d’autre, la visite d’Ariel Sharon sur l’esplanade des Mosquées a précipité la radicalisation de chaque partie autour des termes les plus rigides de la définition de chaque nationalisme.

73Dans le contexte de crise ouverte qui est désormais celui du conflit israélo-palestinien, les réseaux transnationaux de la diaspora d’hommes d’affaires palestinienne constituent des courroies de transmission qui sont les seuls outils en mesure de relier entre eux les Palestiniens de la diaspora, de l’intérieur et le reste du monde. Cependant, au niveau des Territoires occupés et autonomes, bien qu’ils bénéficient d’une image très positive, ces acteurs transnationaux ne sont pas encore perçus par la population comme une alternative politique crédible. En effet, se heurtant quotidiennement aux colons et à l’armée, placée dans un enfermement qui confine au blocus, la population palestinienne est entièrement focalisée sur un projet national étatique. Cette exigence politique est pour elle non négociable au regard de trente-cinq années d’occupation et de résistance. En cela, tout projet politique visant à mettre en place une entité palestinienne qui innoverait en matière de découplage des attributs traditionnels de la souveraineté, notamment le territoire, devra nécessairement passer, même de façon transitoire, par l’étape de l’État-nation. Tout projet qui ignorerait cela sera rejeté en bloc par la société palestinienne de l’intérieur, assimilé à une nouvelle trahison idéologique de sa direction et viendra renforcer le camp des islamistes et des partisans de la lutte armée. En effet, l’État-nation ne saurait être un concept dépassé que pour celui qui en a épuisé les ressources et non pas pour celui qui ne l’a pas expérimenté. Les Palestiniens revendiquent de vivre l’étape de l’État-nation sous peine de ne pas être en mesure de le relativiser par la suite, rendant dès lors irréaliste toute perspective de résolution a-territoriale du conflit à plus long terme.

Notes

1 Voir Sh. Ghabra, Palestinians in Kuwait, the Family and the Politics of Survival, Boulder-Londres, Westview Press, 1987.

2 Voir L. Radi, « L’élite palestinienne : stratégies de survie et modes d’influence (1967-1997) », thèse de doctorat, Paris, IEP, 1998.

3 Voir A. Joxe, Palestine : mémoire et territoire, Paris, CIRPES-EHESS, coll. « Cahiers d’études stratégiques », nº 14, 1989.

4 Voir B. Badie, L’État importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992.

5 Voir M. S. Hassassian, Factionalism in the National Movement, Jérusalem, Passia, 1990.

6 Voir L. Brand, Palestinians in the Arab World. Institution Building and the Search for State, New York, Columbia University Press, 1988.

7 Voir A. Gowers, T. Walter, Behind the Myth : Arafat and the Palestinian Revolution, Londres, Allen, 1990.

8 Fatah : acronyme inversé de Harakat Tahrir Filastin, Mouvement de libération de la Palestine. Son acronyme « Hatf » signifie « Mort », et l’acronyme inversé « Conquête », ce qui parut plus approprié à ses membres fondateurs.

9 En février 1969, répliquant à de nombreuses infiltrations de fedayins, l’armée israélienne attaque les bases palestiniennes situées autour du village de Karamé, sur la rive orientale du Jourdain. Avec l’appui des chars jordaniens, les fedayins sont en mesure d’infliger des dommages jugés impensables par l’armée israélienne : 28 morts, 69 blessés et la perte de 34 chars d’assaut. Malgré l’issue incertaine de cette bataille, revendiquée comme une victoire de part et d’autre, celle-ci a constitué un des actes fondateurs de la popularité du Fatah et de Yasser Arafat aux yeux des Palestiniens.

10 Nous ne soutenons pas à ce propos la thèse officielle israélienne qui voit dans la faiblesse du champ politique institutionnel palestinien sous le mandat britannique « la preuve » que l’identité palestinienne n’existe pas, pas plus que le peuple palestinien (Golda Meir). Nous disons ici seulement que la formulation claire et institutionnelle du nationalisme (et non pas de l’identité) palestinien s’est effectuée dans le combat, d’abord panarabe puis proprement palestinien, avec cette particularité supplémentaire d’être apparu en situation de diaspora.

11 Voir S. Eyal, Les figuiers de Barbarie ont-ils une âme ?, documentaire sur les villages palestiniens rasés en Israël, diffusé dans les années 1980.

12 « Jewish villages were built in the place of Arab villages. You do not even know the names of these Arab villages, […] because the Arab villages are not there. […] There is not one single place built in this country that did not have former Arab population » (Ha’aretz, 4 avril 1969), Moshe Dayan s’adressant aux ingénieurs de l’Institut israélien de technologie (trad. de l’hébreu in Kh. Walid (dir.), All That Remains, Washington DC, Institute for Palestine Studies, 1992, p. xxxi).

13 Ali Hassan Salameh, surnommé « le Prince Rouge », chef de la « Force 17 », troupe d’élite chargée de la sécurité rapprochée de Yasser Arafat, fut tué par le Mossad dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth en 1979. Abou Iyad est le nom de guerre de Salah Khalaf, membre fondateur du Fatah et son principal idéologue, chef de ses services de renseignements, chef de l’organisation Septembre noir chargée de poursuivre et de tuer les Jordaniens ayant participé à la répression contre les Palestiniens en septembre 1970. Numéro 2 du Fatah, opposé au soutien de l’OLP à l’invasion du Koweit, il fut tué en janvier 1991 à Tunis par un commando du groupe Abou Nidal.

14 A. Shlaïm, Collusion Across the Jordan, King Abdallah, The Zionist Movement and The Partition of Palestine, Oxford, Clarendon Press, 1988.

15 Khaled al-Hassan, surnommé Abou Saïd, membre fondateur du Fatah, occupe les fonctions de « ministre des Affaires étrangères » au sein de l’OLP entre 1969 et 1973. Chef de la branche modérée de l’OLP, il décède d’un cancer en 1994.

16 S. K. Aburish, Children of Bethany : The History of a Palestinian Family, Londres, Tauris, 1988.

17 Abou Jihad est le nom de guerre de Khalil al-Wazir, membre fondateur du Fatah dont il était le chef militaire ; il est le responsable de l’OLP pour les Territoires occupés, bras droit d’Arafat, jusqu’à son assassinat en 1988 à Tunis par un commando israélien.

18 Fils du prestigieux dirigeant palestinien Abdel Qader al-Husseini tué en 1948 lors de la bataille de Palestine, Faysal reçut une formation militaire en Égypte avant de devenir le responsable du Fatah en Syrie et au Liban. Après sa rencontre avec Arafat en 1967, dans la Cisjordanie nouvellement occupée par Israël, il y prend la tête du Fatah et devient le représentant officieux de l’OLP. Il est décédé en mai 2001 au Koweit.

19 Voir B. REX, « The Dynamics of Palestinian Elite Formation », Journal of Palestine Studies, XXIV, nº 3, printemps 1995, p. 31-43.

20 A. Yodfat, Y. Arnon-Ohana, PLO, Strategy and Tactics, Londres, Croom Helm, 1981. A. Miller, The PLO : The Politics of Survival, New York, Praeger, 1983. M. Yazbak, « Nabulsi Ulama in the Late Ottoman Period, 1864-1914 », Middle East Studies, vol. 29, 1997, p. 71-91.

21 A. Jarbawi, « Palestinian Elites in the Occupied Territories : Stability and Change Through the Intifada », in J. Nasser, R. Heacock (dir.), Intifada : Palestine at Crossroads, New York, Praeger, 1990, p. 287-305.

22 Homme d’affaires palestinien basé au Caire, conseiller de Yasser Arafat depuis des décennies, actuellement ministre de la Planification et de la Coopération internationale de l’ANP.

23 On retrouve ici un mécanisme social classique de l’alliance de l’ancienne notabilité en déclin avec les nouveaux maîtres de pouvoir politique et économique, suivant le modèle décrit par Giuseppe Tomasi di Lampedusa dans Le Guépard.

24 K. Amayreh, « Fatah’s House divided », Middle East International, 14 avril 1995, p. 6 ; M. Klein, « Quo vadis ? Palestinian Authority Building Dilemnas since 1993 », Middle East Studies, vol. 33, nº 2, avril 1997, p. 383-404.

25 Voir G. Usher, « The Politics of Internal security : The PA’s New Intelligence Services », Journal of Palestine Studies, XXV, nº 2, hiver 1996, p. 33-43.

26 M. Darwich, Rien qu’une autre année, Paris, Éd. de Minuit, 1983 ; Palestine, mon pays, Paris, Éd. de Minuit, 1988 ; Plus rares sont les roses, Paris, Éd. de Minuit, 1989 ; Poèmes palestiniens : chroniques de la tristesse ordinaire, Paris, Éd. du Cerf, 1989 ; Au dernier soir sur cette terre, Arles, Actes Sud, 1994 ; La Mémoire pour l’oubli, Arles, Actes Sud, 1994. Gh. Kanafani, Des hommes au soleil. Un monde qui ne nous appartient pas ; Ce qu’il vous reste ; Un pont pour toujours ; Le Retour à Haïfa ; La Mère de Saed ; La Terre des oranges tristes ont été publiés en arabe, à Beyrouth, par le Centre de recherches arabes, Fondation culturelle G. Kanafani.

27 E. Saïd, Israël, Palestine. L’égalité ou rien, Paris, La Fabrique, 1999.

28 Voir B’tselem, Human Rights Violations in the Occupied Territories, Jérusalem, 1990-1991, 1992-1993 ; B’tselem, Routine Torture, Interrogation Methods of The Israeli General Security Service, Jérusalem, 1998.

29 B’tselem, Neither Law nor Justice, Extra-Judicial Punishment Abduction, Unlawful Arrest and Torture of Palestinian Residents of the West Bank by the Palestinian Preventive Security Service, Jérusalem, 1995.

30 Voir M. Klein, op. cit.

31 Voir G. Usher, Palestine in Crisis : The Struggle for Peace and the Political Independence After Oslo, Londres, Pluto Press, 1995.

32 Voir M. Naufal, « La crise entre l’Autorité nationale palestinienne et l’OLP », Revue d’études palestiniennes, nº 4 (nouvelle série), été 1995, p. 3-16.

33 Voir M. Barghouti, « Aid to Arafat Hurts Ordinary People », Washington Post, 30août 1994.

34 Voir E. Serraj, « PNGO’s Challenges and Changes in the Coming Era », PNGO Newsletter, Jérusalem, 1994.

35 Voir S. Roy, « New Dynamics of Civic Desintegration », Journal of Palestine Studies, vol. 22 (4), été 1993, p. 20-31.

36 Voir B. Kodmani-Darwish, La Diaspora palestinienne, Paris, PUF, 1997.

37 Voir L. Radi, op. cit.

38 Voir S. Yezid, « Redefining the Basics : Sovereignty and Security of the Palestinian State », Journal of Palestine Studies, XXIV, nº 4, été 1995, p. 5-19 ; J. Roberet, Quasi-States : Sovereignty, International Relations and the Third World, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

39 Voir Z. Fareed, « The Middle East After Arafat », Newsweek, 9 avril 2001.

Notes de fin

* Ce texte porte sur l’évolution du nationalisme palestinien jusqu’au déclenchement de l’Intifada al-Aqsa. Cet événement majeur a largement confirmé les analyses développées par l’auteur.

Auteur

Lamia Radi a soutenu une thèse à l’IEP de Paris sur les structures diasporiques du pouvoir palestinien. Elle est conseillère du secrétaire d’État aux Affaires étrangères et à la Coopération du royaume du Maroc, chargée du conflit moyen-oriental. Chercheur associé au Centre français d’études en sciences humaines et sociales Jacques-Berque (Rabat), elle est le co-auteur d’un atlas stratégique sur le processus de paix Israël/Palestine demain (Bruxelles, Complexe, 1996).

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540