Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire au présent

 | 
Damien Boquet
, 
Blaise Dufal
, 
Pauline Labey

Introduction

Michel Foucault à l’épreuve

Damien Boquet, Blaise Dufal et Pauline Labey

Texte intégral

  • 1 Perrot M. (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Par (...)

1 « À lire Foucault, on se persuade aisément que l’histoire est encore très jeune1 » remarquait Jacques Léonard en 1976 dans son compte rendu de Surveiller et punir. Vénérable discipline institutionnelle et antique récit du vrai, l’histoire est bousculée, déterritorialisée, par l’œuvre de Michel Foucault. La révolution disciplinaire à laquelle l’auteur de Les mots et les choses appelait est encore à faire pour ceux et celles qui se saisissent de l’histoire dans les sciences humaines et sociales au début du xxie siècle. En interrogeant la place de l’historien dans une société où le philosophe n’était plus la figure dominante et en faisant de la curiosité historique la possibilité pour le penseur de se déprendre de soi-même, Michel Foucault propose une nouvelle forme de dialogue scientifique et politique entre les champs de savoir.

  • 2 Voir Didi-Huberman G., Survivance des lucioles, Paris, Éd. de Minuit, 2009.

2Ce volume rassemble des acteurs et actrices intellectuels pour qui Michel Foucault a une importance particulière sans pour autant chercher à définir un courant de pensée ou une méthode spécifique. Historiens ou historiennes, pas forcément reconnu/e/s comme tel/le/s dans les cadres institutionnels, ils et elles produisent cependant une pensée critique de l’histoire au contact de l’œuvre foucaldienne. La volonté fortement marquée de Michel Foucault d’être un « artificier » trouve un écho dans cette démarche de rassembler les luciola qui éclairent et nourrissent leur feu à son contact2. Ces interactions avec l’œuvre sont marquées par l’expérience même d’un Foucault dont l’un des gestes majeurs est de décomplexer l’usage des productions intellectuelles des autres.

  • 3 Perrot M. (dir.), L’impossible prison…, op. cit., p. 47.

3Cinquante ans après la parution de l’Histoire de la folie et alors que s’achève la publication des cours au Collège de France, le dialogue entre l’œuvre de Michel Foucault et les historiens se poursuit. Il n’a jamais cessé. Certes, ces relations n’ont pas toujours été sans nuage, comme en témoigne la déroutante scénarisation de la table-ronde du 20 mai 1978 entre Michel Foucault et une douzaine d’historiens, fondus pour l’occasion en une unique instance d’autorité(s), l’« Historien collectif ». Michel Foucault disait alors qu’il souhaitait « événementialiser des ensembles singuliers de pratiques, pour les faire apparaître comme des régimes différents de juridiction et de véridiction3 ». L’histoire savante qui siégeait ce jour-là face à lui n’avait-elle pas pris le masque d’un de ces régimes de véridiction ?

4Renouveler le dialogue des historiens avec Michel Foucault, c’est dépasser les débats sur la validité de ses propos aux yeux d’un savoir historique traditionnel, qui se poserait comme socle factuel objectif. Il s’agit de sortir d’une critique érudite comme seule forme d’un dialogue interdisciplinaire qui trop souvent prend l’allure d’un discours sanction. Les historiens fustigent et dénoncent les effets de langage du philosophe qui manifesteraient une supériorité élitiste : la maîtrise de la langue comme seule preuve de sa scientificité. Pourtant, c’est dans son mouvement même d’écriture que Michel Foucault attire, provoque et pousse à la réflexion. Mettre « Michel Foucault à l’épreuve » consiste à expliciter les enjeux que l’opération historique fait subir aux discours foucaldiens, une manière de se confronter au-delà de l’examen des preuves.

5Les rapports des historiens avec l’œuvre foucaldienne sont marqués par des malentendus et des rendez-vous manqués. L’une des incompréhensions fondamentales vient sans doute de ce que les historiens s’attendaient à trouver dans ses livres soit un savoir historique considéré selon le modèle de la Nouvelle Histoire s’affirmant alors, soit une analyse conceptuelle englobante, une pensée philosophique cohérente et fiable, sur laquelle appuyer épistémologiquement le savoir historique. Non seulement ce n’est pas ce que Michel Foucault propose, mais ce sont ces deux positions épistémologiques mêmes qui fondent l’histoire et la philosophie qu’il critique. Par cette mise en crise des formes de discours, Michel Foucault pose les conditions de possibilité d’une interaction avec les historiens pour penser les champs du discours historique. L’ouverture ainsi proposée est ici reprise comme une invitation à exprimer les singularités des historiens dans leur rapport à l’œuvre sans devenir un collectif jugeant.

6Le détachement par rapport aux débats érudits se révèle sans doute plus aisé pour les médiévistes que nous sommes tous les trois. En effet, Michel Foucault ne développe pas une vision particulière de la période médiévale, ne l’étudiant pas pour elle-même. Son Moyen Âge s’intègre avant tout dans une réflexion épistémologique plus large sur l’histoire, son écriture, sa pratique et son rapport à la philosophie. Horizon intellectuel, limite fuyante de son archéologie, le Moyen Âge de Michel Foucault est préhistoire ou alternative de la modernité, en aucun cas objet d’étude principal, contrairement à l’Antiquité ou à l’âge classique. L’absence d’une concurrence interprétative globalisante a sans doute permis une vision plus sereine d’un dialogue, directement au niveau épistémologique et pratique. Mais cette attitude à l’égard de l’œuvre foucaldienne n’est pas l’apanage des médiévistes comme en témoigne la diversité des aires chronologiques étudiées dans ce volume.

7Le point commun unissant l’ensemble des contributions réside dans la lecture approfondie, personnelle, de l’œuvre foucaldienne par des chercheurs engagés dans le champ historique. Les textes témoignent d’une approche plus décomplexée de l’œuvre foucaldienne que lors des débats des années 1970. Cette approche est possible grâce notamment à la publication de la parole de Michel Foucault à travers deux entreprises qui bouleversent profondément la vision de son œuvre : l’édition des cours au Collège de France et celle des Dits et écrits. Cette mise à disposition d’une parole foucaldienne, qui cherche en permanence à s’expliciter, permet de dépasser la crainte de ne pas saisir la portée d’une pensée, parfois exprimée à travers des formulations sibyllines. La lecture de cette parole, désormais partie intégrante de l’œuvre mais radicalement différente, a pu avoir un effet libérateur pour des chercheurs en sciences humaines et sociales, car elle permet de se saisir pleinement et individuellement de l’œuvre proprement dite. Les contributions rassemblées ici ne visent pas à renouveler les interprétations de Michel Foucault mais plutôt à signifier les lieux et les discours où l’œuvre connaît des prolongements et des discussions. Choisissant le parti-pris d’un Michel Foucault désacralisé, étrange familier, nous avons voulu, dans une position de semi-retrait, laisser la parole à des lecteurs de Foucault élaborant, dans le même temps, un savoir qui, de ce fait, n’est pas tout à fait comme les autres.

  • 4 « Tous mes livres, que ce soit l’Histoire de la folie ou celui-là, sont, si vous voulez, de petite (...)

8Michel Foucault proclamait son désir de faire exploser les cadres disciplinaires et cette parole devient un encouragement à penser à son contact. Elle invite les chercheurs du champ historique à pratiquer une interdisciplinarité où le savoir se produit à l’entrecroisement des discours. Michel Foucault ne se revendiquait ni historien, ni philosophe, ou alors mauvais historien et mauvais philosophe selon sa formule. Il faut tenter de trouver cette position media, à partir de laquelle il doit être possible de s’emparer d’un objet, sans en être spécialiste, afin d’élaborer une pensée et un savoir. L’un des apports de Michel Foucault est sans doute de désinhiber les chercheurs quant à ce qu’ils s’estiment en droit de faire. La pratique interdisciplinaire ne peut se fonder sur une maîtrise absolue de l’ensemble des champs explorés et utilisés, mais elle se construit à partir d’emprunts selon un critère de pertinence, sur le modèle d’une boîte à outils4. L’œuvre de Michel Foucault se revendique elle-même comme une boîte à outils où l’historien peut puiser à loisir, sans nécessairement risquer de se perdre.

9Mais la métaphore de la boîte à outils n’épuise en aucun cas les rapports des historiens à l’œuvre foucaldienne. C’est une expérience de lecture, une tension de l’écriture, expérience du passé, expérience du présent. Au-delà d’une pratique disciplinaire, Michel Foucault invite à poser un certain regard sur le passé, dans un aller-retour avec le présent. Ce faisant, le passé devient un lieu de questionnement des problématisations du présent, non pas dans l’illusion que les leçons de l’histoire répondront aux interrogations contemporaines, encore moins dans l’idée qu’une permanence des structures permettrait d’établir un dialogue immédiat, mais parce que l’histoire singularise l’actualité. Le travail historique relève alors d’un exercice philosophique qui, en éprouvant le regard contemporain, lui donne les moyens de son propre affranchissement, afin de penser autrement.

10En utilisant de façon originale la structure et en remettant en question le principe de causalité par la notion d’archéologie, Michel Foucault invite l’historien à s’interroger sur l’articulation chronologique et la saisie des discontinuités historiques, à dépasser la répartition des rôles entre un usage critique de l’histoire par le philosophe et le regard d’expert de l’historien. En évacuant le sujet omniprésent, qualifié de faux objet car effet du langage, il permet aussi de penser autrement la problématique de l’individu en se centrant sur les relations qui le déterminent. Cette centralité des relations s’inscrit dans une étude renouvelée des pratiques, intégrant pleinement les discours qui participent de la construction des formations sociales et historiques. Revendiquer une réflexion critique au contact de Michel Foucault est un recours pour les historiens qui refusent de voir leur travail évalué à l’aune seule de l’expertise, qui rejettent une histoire cantonnée à une science érudite et positionnée socialement comme telle. Mais la démarche est aussi forte d’une volonté d’ouverture sur le présent, une volonté de faire place au contemporain dans la démarche historique. S’interroger sur les termes d’« une histoire au présent » en dialogue avec l’œuvre de Michel Foucault revêt donc cette double dimension, articulant dans une même réflexion l’explicitation de pratiques spécifiques dans le champ historique et la dimension critique des savoirs ainsi élaborés.

  • 5 Foucault M., « À propos des faiseurs d’histoire », entretien avec D. Éribon, Libération, 21 janv. (...)

11L’« histoire au présent » avec Michel Foucault vise à « mettre le travail historique à l’épreuve d’une transformation des cadres conceptuels et théoriques5 ». Les textes regroupés dans ce volume mettent en avant des expériences individuelles contemporaines, traversent des champs historiographiques et des pratiques d’investigation divers marqués par la pensée de Michel Foucault. Ils abordent des périodes historiques différentes et traitent aussi bien des chantiers ouverts ou explorés par Michel Foucault (folie et déraison, enfermement psychiatrique et carcéral, pastorale, sexualité) que des outils conceptuels élaborés (pratiques discursives, biopolitique, gouvernementalité, techniques de soi, régimes de vérité, objectivisation du sujet), ou encore des questionnements historiographiques et épistémologiques énoncés (archéologie et généalogie, césure et continuité). S’interroger sur les termes d’une histoire au présent en dialogue avec l’œuvre de Michel Foucault implique une double réflexion, sur une pratique de l’historien et sur la dimension critique de la réflexion historique.

12Les différentes contributions, qui ensemble forment un exercice critique collectif, cherchent avant tout à témoigner d’expériences intellectuelles autour et avec l’œuvre de Michel Foucault. Reprenant le questionnement de Paul Veyne sur les enjeux d’une histoire écrite avec Foucault, nous voulions recentrer la problématique sur la pratique historique et l’étude documentaire. Elles sont ici envisagées sous quatre angles. Dans le premier, les textes considèrent l’apport de Michel Foucault à l’élaboration de nouveaux thèmes de recherche comme le corps, la sexualité, les anormaux (fous, déviants, criminels), qui ont été au cœur de sa réflexion, construisant la société civile comme interface. L’étude de ces objets, à la charnière entre pratique et discours, permet de mettre en avant leurs enjeux politiques et sociaux ainsi que leur fonction dans la construction des sociétés disciplinaires, et leur place dans la construction des normes sociales. Dans un second temps, les pratiques discursives, la matière première du travail historique, sont questionnées selon la méthode de Foucault qui consiste à appréhender différents systèmes de discours comme formant une même pratique, produisant ses objets et ses normes. Quels sont les apports de cette méthode d’analyse des pratiques discursives pour l’étude de la théologie ou de la littérature, discours habituellement cloisonnés dans des champs bien spécifiques ? La question du « gouvernement des autres » constitue le troisième axe, portant sur l’utilisation, par les historiens, des outils conceptuels élaborés par Michel Foucault. Celui-ci, en mettant en avant l’articulation entre savoir et pouvoir, notamment à travers le concept de gouvernementalité, a construit des appareils intellectuels qui permettent d’analyser le politique et ses théories autrement que selon le mode quasi-tautologique de la philosophie politique traditionnelle. Comment les historiens reçoivent-ils et utilisent-ils ces concepts qui déplacent les problématiques et amènent au plus près des pratiques et des représentations qui forment des dispositifs politiques ? Enfin, la dernière section du livre revient sur les enjeux multiformes du présent de l’historien et du philosophe car, quelle que soit la distance exigée par ces deux pratiques intellectuelles, distance critique, distance analytique, elle ne saurait occulter que tout part d’une mise en problème de l’étrange singularité du moment présent.

Notes

1 Perrot M. (dir.), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, Paris, Le Seuil, 1980, p. 18.

2 Voir Didi-Huberman G., Survivance des lucioles, Paris, Éd. de Minuit, 2009.

3 Perrot M. (dir.), L’impossible prison…, op. cit., p. 47.

4 « Tous mes livres, que ce soit l’Histoire de la folie ou celui-là, sont, si vous voulez, de petites boîtes à outils. Si les gens veulent bien les ouvrir, se servir de telle phrase, telle idée, telle analyse comme d’un tournevis ou d’un desserre-boulon pour court-circuiter, disqualifier, casser les systèmes de pouvoir, y compris éventuellement ceux-là mêmes dont mes livres sont issus… eh bien, c’est tant mieux », Foucault M., « Des supplices aux cellules. Entretien avec Roger-Pol Droit » [1975], Dits et écrits, éd. par D. Defert et F. Ewald, Paris, Gallimard, 2001, vol. I, p. 1588.

5 Foucault M., « À propos des faiseurs d’histoire », entretien avec D. Éribon, Libération, 21 janv. 1983, repris dans Dits et écrits, op. cit., vol. II, p. 1232.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540