Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nationalismes en mutation en Méditerranée orientale

 | 
Alain Dieckhoff
, 
Riva Kastoryano

Première partie. Le nationalisme d’État

La sécurité nationale et le développement de l’identité nationale en Syrie : de l’affrontement à la « paix des braves » ?

Volker Perthes

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend pour une grande part « Si vis stabilitatem, para bellum : State Building, Nati (...)

1Note portant sur l’auteur1

  • 2 Sur le concept de force de l’État, voir J. Migdal, Strong Societies and Weak States. State-Society (...)

2Depuis le début des années 1970, sous le régime du président Hafez el-Assad, la Syrie est devenue un État sécuritaire relativement fort, où des dispositifs de contrôle politique et social ont été mis en place avec fermeté et où les capacités « extractives » de l’État ainsi que la participation de la population à des institutions dirigées par le gouvernement ont été renforcées. La stabilité du régime a été préservée alors même que le principal allié international du pays, l’Union soviétique, s’était effondré ; quant aux décisions de politique générale prises par la Syrie, elles ont été adoptées en l’absence quasi totale de toute influence extérieure et sont donc le signe d’une autonomie nationale considérable2.

  • 3 Pour une analyse plus détaillée des mesures prises par les gouvernements syriens antérieurs à 1970 (...)

3L’apparition en Syrie d’un État fort et d’un régime stable, ainsi que l’acceptation de la Syrie en tant qu’État-nation, sont particulièrement dignes d’attention si l’on considère la faiblesse notoire de la Syrie au lendemain de son indépendance (effective en 1946). C’était le pays le plus sujet aux putschs de tout le monde arabe ; l’autorité de l’État était une chimère plus qu’une réalité, surtout dans les campagnes où la souveraineté réelle était entre les mains de notables rivaux, propriétaires terriens de Damas, de Hama ou d’Alep, qui ne faisaient pas grand-chose pour encourager un sentiment d’unité nationale. Étant donné que les identités régionales et confessionnelles d’une part, les aspirations panarabes de l’autre, semblaient plus importantes pour les diverses composantes de l’élite politique que le sentiment d’appartenir à un État nouvellement indépendant qui devait absolument se doter d’institutions, d’un marché intérieur et d’une infrastructure à l’échelle du pays, beaucoup d’observateurs ont estimé alors que la Syrie était soit trop grande, soit trop petite. Pour l’essentiel des deux décennies 1940 et 1950, on ne saurait donc dire que le pays ait été un acteur important sur la scène régionale ; il était surtout l’objet de querelles de pouvoir aux plans régional et international, en même temps que s’y affrontaient des groupes politiques locaux qui cherchaient parfois à le dissoudre au sein d’une entité plus vaste. En 1958, par exemple, l’élite politique du pays sacrifie sa souveraineté à l’instauration d’une union avec l’Égypte. N’oublions pas non plus la fragilité du régime mis en place par l’aile militaire du parti Baas, qui, après l’échec de l’union et un bref interrègne des anciens tenants du pouvoir, a dirigé le pays de 1963 à 1970. Rétrospectivement, ces premières années de pouvoir du Baas font l’effet d’une période de transition au cours de laquelle l’infrastructure du régime postérieur à l’indépendance a été détruite, alors que les structures en voie d’apparition n’assuraient pas la stabilité politique3. Les partis de l’ancien régime sont alors interdits, ses représentants principaux sont chassés du pays, la bourgeoisie foncière et industrielle se trouve fortement affaiblie et l’appareil bureaucratique est investi par des migrants ambitieux, politiquement engagés, venus des campagnes. Mais le nouveau régime connaît des fractures internes : il est divisé entre différents réseaux et groupes, affaibli par la lutte pour le pouvoir que se livrent les dirigeants de l’armée et du parti. Il ne contrôle pas l’armée, dont il a lui-même encouragé et légitimé le rôle politique ; il n’est pas capable, par lui-même, de défendre le pays. La guerre des Six Jours, en 1967, révèle que le régime et ses forces armées sont loin d’être prêts à la bataille qui, selon les nationalistes radicaux du Baas, devait déboucher sur la libération de la Palestine. Par ailleurs, le régime se montre incapable de construire des institutions officielles viables, et ne parvient pas davantage à créer un mythe national intégrateur et producteur de légitimité. Même à une date aussi tardive que 1970, des portions importantes de la population active ne considéraient pas vraiment l’État syrien comme le centre légitime de la vie politique nationale. Certains éléments de l’élite politique du pays se déclaraient prêts à se réclamer d’une autre capitale que Damas – notamment Le Caire, où l’héritage de Nasser exerçait encore une attraction considérable, ou Bagdad, où la vieille garde baasiste exilée avait conservé une certaine influence. Il fallut qu’Assad prenne le pouvoir en 1970 pour que soit mise en place une structure de pouvoir et de domination cohérente. Sans régir tous les aspects de la vie (le régime Assad est autoritaire mais non totalitaire), il a modelé en profondeur la société syrienne et totalement monopolisé les moyens de la violence organisée ; en somme, il est parvenu à faire de l’État-nation syrien le cadre reconnu de l’action politique.

4Nous entendons montrer ici que la consolidation du statut de l’État, le renforcement du régime, la réussite relative de l’intégration nationale et l’émergence de l’identité nationale syrienne sont étroitement liés à l’existence d’affrontements externes, à la militarisation systématique de l’État et de la société et à une préparation quasi constante à la guerre. Étant devenue un État-nation plus conscient de son propre statut, la Syrie est aujourd’hui capable d’envisager un accord de paix avec Israël.

5L’expérience spécifique de la Syrie en matière de préparation prolongée à la guerre doit sa singularité à au moins deux éléments caractéristiques. À la différence d’autres États qui se sont, eux aussi, préparés à la guerre tout en renforçant leurs structures étatiques, la Syrie s’est essentiellement appuyée sur des ressources extérieures pour financer sa militarisation. De ce fait, on n’a pas assisté à la modification des relations entre État et société qui caractérise ordinairement les préparatifs intensifs de guerre (dans ce contexte, l’apparition de nouvelles formes de transactions entre le régime et les groupes sociaux entraînent des contraintes nouvelles dans l’exercice de l’autorité politique). Dotée du statut de puissance belligérante, la Syrie a bénéficié d’une rente stratégique importante, ce qui a rendu le régime moins dépendant des ressources intérieures. Par exemple, elle n’a payé qu’une partie du coût de son armement, la plus grande partie de ses importations d’armes étant prise en charge par ses alliés arabes ou financée par des prêts soviétiques à des conditions favorables, auxquels la Russie postsoviétique sera forcée de renoncer, pour la plus grande part. Seules les dépenses militaires courantes de la Syrie, telles qu’elles se reflètent dans les budgets officiels de la défense, ont dû être couvertes par des sources intérieures. Certes, ces dépenses étaient élevées – jusqu’à 30 ou 35 % du budget – mais ce n’était pas du pur gaspillage. On peut y voir plutôt un investissement qui a permis au régime de profiter au maximum de la situation géographique et stratégique du pays. La crédibilité militaire a permis, pour ainsi dire, de bénéficier d’une rente stratégique sous la forme de transferts financiers provenant d’Arabie Saoudite et d’autres États arabes. Les appuis régionaux de la Syrie n’auraient pas apporté un tel soutien financier à la position stratégique de ce pays et à son statut d’adversaire principal, n’eût été le conflit israélo-arabe.

  • 4 L’interprétation traditionnelle du processus de construction de l’État en Syrie néglige souvent la (...)

6De surcroît, l’histoire de la Syrie depuis le début des années 1970 laisse à penser que la préparation à la guerre et la militarisation doivent être comprises comme un instrument de la politique intérieure et non comme le prélude à des hostilités. Après la guerre de 1973, la poursuite de la militarisation de la Syrie ne voulait pas dire que le régime entendait mener une guerre, ni que la participation à des opérations armées ou même la préparation au combat constituaient l’élément essentiel du projet d’Assad. En fait, le régime était plutôt à la recherche de bénéfices politiques se traduisant par la stabilité, l’exercice d’un pouvoir incontesté et l’intégration nationale4.

7Je m’efforcerai d’expliquer le processus par lequel le développement de l’appareil sécuritaire et la permanence des préparatifs de guerre ont servi à légitimer le régime, à consolider l’État et à créer chez ses citoyens un sentiment de « syrianité ». Il est important de remarquer ici que l’utilisation de la situation régionale – c’est-à-dire du contexte de guerre et d’affrontement – pour légitimer la militarisation et la mise en place de mécanismes forts de contrôle à l’intérieur n’est pas un stratagème auquel le gouvernement a eu recours contre son peuple. Les menaces extérieures étaient réelles, et le restent. Néanmoins, les mesures prises par la direction syrienne face à ces menaces ont eu en même temps une fonction intérieure.

RENFORCEMENT MILITAIRE, MILITARISATION, INTÉGRATION SOCIALE

  • 5 Voir M. N. Barnett, Confronting the Costs of War, Military Power, State and Society in Egypt and I (...)
  • 6 Citons par exemple le préambule de la Charte du Front national progressiste : « La libération des (...)

8La militarisation implique nécessairement la mobilisation de ressources en vue des opérations militaires et le renforcement du potentiel militaire5. Cette dimension militaire ne constitue cependant qu’un aspect du phénomène. Dans le cas de la Syrie sous Assad, la militarisation et la préparation à la guerre ont représenté une caractéristique presque universelle du développement politico-culturel et de l’économie politique du pays. Ces processus déterminent le mode de gouvernement, définissent les stratégies d’intégration sociale et contribuent à légitimer le régime et l’État-nation syrien. Dans le discours du régime, la préparation à « la bataille » a reçu une primauté politique absolue. Tous les autres buts se sont vu assigner depuis longtemps une place secondaire6.

9L’accroissement des forces de sécurité a effectivement été impressionnant. Les effectifs des forces armées régulières, y compris la gendarmerie et le contingent syrien de l’Armée de libération palestinienne, sont passés de 80 000 hommes environ en 1970 à 430 000 dans les années 1990. Même compte tenu de la croissance démographique rapide de la population syrienne, le développement des forces armées est remarquable.

10En 1970, on comptait environ 13 membres des forces armées pour 1 000 Syriens ; dès la seconde moitié des années 1980, on en était à plus de 35 pour mille. Depuis, le nombre total de personnes employées dans les forces armées syriennes est resté plus ou moins constant, d’où un déclin du rapport entre militaires et civils, ramené à 20 ‰.La courbe des dépenses militaires est similaire.

11C’est essentiellement en 1974-1975, au lendemain de la guerre d’octobre 1973, que l’accroissement des effectifs et des dépenses militaires est devenu extrêmement important. Même si ce processus, qui s’est poursuivi au cours des années 1980, n’est pas uniquement lié à l’affrontement avec Israël, il convient de l’analyser dans le contexte de cet antagonisme, ce qui a d’ailleurs été le cas en général dans le pays comme à l’étranger. Dans la mesure où la guerre de 1973 et le désengagement consécutif sur le front syro-israélien n’avaient pas mis fin à l’occupation par Israël du territoire syrien, et dès lors qu’un retour négocié du Golan à la Syrie et un règlement de paix israélo-arabe global ne semblaient pas probables à l’époque, la Syrie devait se préparer à une reprise éventuelle des combats. De surcroît, l’armée syrienne était fortement engagée au Liban depuis 1976. Son rôle au Liban montrait que la Syrie était vraiment devenue un acteur régional, susceptible d’exercer sa puissance au-delà des frontières nationales au lieu d’être soumis aux politiques régionales des autres forces en présence. Du point de vue syrien, cependant, cet engagement était surtout vu sous l’angle de l’affrontement avec Israël, dans la mesure où la Syrie craignait tout particulièrement de voir Israël tirer avantage de la division du Liban. En outre, après le traité de paix israélo-égyptien de 1979, seule la Syrie restait une force d’affrontement crédible. Elle redéfinit donc sa politique de défense et chercha, jusqu’à la fin des années 1980, à construire ce qu’on appelait « la parité stratégique avec l’ennemi » : une capacité militaire qui lui permettrait non seulement de se défendre contre l’agression israélienne mais aussi, le moment venu, de forcer Israël à faire des concessions. L’invasion du Liban par Israël en 1982, au cours de laquelle l’armée syrienne essuya des coups catastrophiques, fit comprendre au régime et aux Syriens en général que le pays était très loin de cette parité et ne serait pas en état de choisir le temps et le lieu de « la bataille ».Il était donc difficile de contester la nécessité de poursuivre la préparation à la guerre ; les efforts du régime pour renforcer la défense nationale et mobiliser les ressources sociales et matérielles ont généralement paru légitimes.

12Au cours de cette préparation à la future bataille avec Israël, à laquelle les discours officiels faisaient sans cesse référence, les forces armées furent professionnalisées et dépolitisées. Certes, l’endoctrinement politique jouait encore un rôle dans les forces armées, mais le thème général de cet endoctrinement était le rôle de l’armée dans la défense de la patrie tout autant que de la « révolution », c’est-à-dire du régime et de son chef. L’armée, en somme, n’était plus la pépinière d’une idéologie, d’un projet politique spécifique qui l’aurait dissociée de l’État et de ses instances dirigeantes. Alors qu’elle avait été un lieu de pouvoir, dont les responsables poursuivaient leurs propres ambitions politiques et s’estimaient dotés d’une mission sociopolitique, c’était désormais une institution qui, tout en ayant des intérêts qui lui étaient propres et en les défendant, était prête à obéir aux ordres et à servir la stabilité de l’État et du régime plutôt que de la menacer constamment. Les besoins de la sécurité nationale et de la préparation à la guerre bénéficiant d’une priorité politique, l’armée était donc, pour la première fois depuis l’indépendance, réellement subordonnée au pouvoir politique. L’armée et le reste des forces de sécurité formaient maintenant l’instrument le plus puissant de l’État ; ainsi, ce dernier pouvait monopoliser les moyens de la violence organisée, en ayant notamment la mainmise sur les milices du parti Baas et sur des factions palestiniennes qui avaient bénéficié, jusqu’en 1970, d’une certaine indépendance à l’égard de l’État syrien et contribuaient donc à démontrer que la Syrie était au service de la cause panarabe et non de l’État-nation. Parmi tous les organes de l’État, cependant, c’est l’armée qui détient la prépondérance. Ni le Premier ministre, ni le ministre des Finances, sans même parler du Parlement, n’ont leur mot à dire sur le budget militaire ou sur les questions de sécurité de l’État. Et, lorsque la question de la succession du président Assad s’est posée de façon aiguë, les échelons les plus élevés des forces de sécurité ont sans doute eu une voix plus décisive que celle du gouvernement ou de l’appareil dirigeant du parti Baas.

  • 7 Voir, par exemple, la déclaration de politique générale de Hafez el-Assad en date du 16 novembre 1 (...)

13Bien sûr, la militarisation ne dénote pas seulement une forme particulière de relation entre le gouvernement et l’armée. Elle dénote aussi une forme de relation entre l’État et la société qui influe sur les pratiques de gouvernance et sur l’intégration politique de la société. Il y a plus de trente ans que l’état d’urgence règne en Syrie. Les différents services de sécurité ou mukhabarat jouissent de pouvoirs pratiquement illimités et ont accumulé les atteintes arbitraires à la liberté et aux biens des citoyens. Selon la logique sécuritaire du régime, l’application permanente d’une législation d’exception est licite, voire indispensable, du fait de l’état de guerre dans lequel le pays continue à se trouver. La guerre et les exigences du combat ne sont pourtant pas utilisées seulement pour justifier l’autoritarisme et l’absence de libertés individuelles, mais fondent également le développement des institutions politiques. La création du Front national progressiste (FNP) par exemple (il s’agit de la coalition qui rassemble le parti Baas au pouvoir et quelques petits partis dont l’existence est tolérée) a fréquemment été expliquée par la nécessité de mobiliser « toutes les énergies progressistes et populaires »pour les mettre au service du « combat »7.

14Depuis 1970, certains éléments de la structure du régime ont été réorganisés selon une conception hiérarchique quasi militaire. Cela est particulièrement vrai du parti Baas lui-même. Le principe de direction collective qui s’appliquait à l’intérieur du parti depuis le putsch d’Assad en 1970 a été remplacé par un style de direction extrêmement personnalisé. De plus en plus, on a vu les nominations remplacer les élections internes au parti. Les grandes orientations, dont décidaient naguère les congrès du parti, ont été prises au sommet et transmises du haut en bas ; toute discussion portant sur la ligne générale du parti, définie par le président, a été frappée d’interdit, même dans le cadre des congrès du parti. De plus, la ligne de démarcation entre le parti en tant qu’organisation politique et l’appareil de sécurité est devenue floue, une bonne part de l’énergie du parti étant utilisée à la surveillance politique et aux « évaluations de sécurité »des citoyens syriens.

  • 8 En ce qui concerne le tissu social en Syrie, voir V. Perthes, The Political Economy of Syria Under (...)
  • 9 Sur l’importance des rites et de la mobilisation, voir L. Wedeen, Ambiguities of Domination : Poli (...)

15Au-delà du parti Baas, la société syrienne elle-même a été largement militarisée et une culture politique globalement militariste s’est développée. Les raisons essentielles de ce phénomène sont l’intégration directe aux structures étatiques d’une fraction importante de la société active par l’intermédiaire de l’appareil sécuritaire et la socialisation militariste qui s’est exercée tout particulièrement sur les jeunes générations. Les appareils militaire et sécuritaire sont des agents de socialisation primordiaux, et les valeurs militaires représentent un élément important du cursus éducatif suivi par les jeunes Syriens de l’enseignement secondaire à l’université. Le recours à ce type de socialisation et d’intégration militariste n’a pas seulement permis de juguler politiquement la population, qui a connu au cours des trois dernières décennies une évolution considérable en termes de changement social et de mobilisation (se traduisant par une urbanisation rapide, la régression de l’illettrisme, le progrès des communications, la formation de structures de classe plus différenciées)8 ;il a également donné à la jeunesse syrienne un fonds important d’expérience partagée. Au début des années 1990, l’ensemble de l’appareil sécuritaire (à savoir les forces armées régulières, environ 100 000 policiers et membres des mukhabarat et 60 000 civils employés par des firmes gérées par le ministère de la Défense) représentait presque la moitié du personnel de l’État, soit 15 % à peu près de la main-d’œuvre totale. Ces effectifs comprenaient 60 000 conscrits appelés tous les ans dans les rangs de l’armée ou de la police pour effectuer leurs deux ans et demi de service militaire. De plus, l’armée organise et commande des milices de volontaires rattachées au parti Baas, au syndicat paysan, aux syndicats professionnels et autres organisations de masse ; elle organise des sessions obligatoires de formation militaire dans les écoles secondaires et les universités. Sans être exactement une « école de la nation », l’armée n’en fonctionne pas moins comme un élément unificateur, une institution qui forge un sentiment d’appartenance commune parmi des jeunes gens d’origines géographiques et sociales diverses ou, du moins, les soumet aux mêmes rites et les intègre à une structure organisationnelle unique pendant un laps de temps considérable. Cela ne veut pas dire que tous les conscrits ou tous les lycéens ou étudiants qui reçoivent une instruction militaire sont convaincus par les manœuvres et les slogans. La foi n’est pas indispensable. Ce qui compte, en fait, c’est la participation à une mobilisation collective en vue d’une cause nationale commune9. Il faut aussi se rappeler que bien souvent, pour un jeune d’origine rurale, l’armée représente la possibilité de quitter son village et d’embrasser une carrière. De nombreux conscrits ne bénéficient d’une formation professionnelle que pendant leur service militaire. Et de nombreuses familles, qui ne sont pas forcément rurales, y voient une occasion opportune de placer un de leurs fils dans l’armée ou dans les mukhabarat. Étant donné le grand nombre de personnes qui entretiennent des relations directes avec l’appareil sécuritaire, l’armée n’a rien d’une caste isolée. On peut dire qu’elle a pénétré la société en profondeur ; les rapports avec les services de sécurité font partie de la vie quotidienne et des stratégies de survie de tout un chacun.

  • 10 Dans son discours inaugural, après son élection comme président, Bachar el-Assad s’efforça de répo (...)

16La jeune génération est l’objet principal de la socialisation militariste, mais d’autres couches de la société se voient constamment rappeler que la Syrie est encore en guerre et que les préparatifs de guerre, qu’ils soient à l’échelle de l’individu ou de la collectivité nationale, sont primordiaux. Les employés du secteur public et de l’administration sont ainsi régulièrement mobilisés pour des journées de travail « volontaire », non rémunérées, qui doivent contribuer à la « double bataille du développement et de la libération », et même le secteur privé est forcé de participer par le biais de l’ » effort de guerre » (al majhud al harbi), impôt spécial destiné à la défense et prélevé sur les bénéfices industriels et commerciaux. Cet impôt de guerre supplémentaire, qui ne représente qu’une petite fraction des impôts normaux sur les entreprises, n’a pas pour but essentiel d’augmenter les revenus de l’État mais bien plutôt de rappeler aux entrepreneurs l’état de guerre et le devoir où ils se trouvent de contribuer à l’effort de défense du pays. Considérons aussi la transformation de Bachar el-Assad, fils cadet du président : ophtalmologue, presque intellectuel, ce civil est devenu un officier de l’armée, aussi bien dans les discours publics que dans les affiches officielles, du jour où il a pris la place de son défunt frère en tant que jeune représentant du régime et candidat semi officiel à la succession de son père. Quand Hafez el-Assad mourut en juin 2000 et que Bachar fut introduit pour le remplacer, il fut d’abord promu au rang de général de division et nommé commandant des forces armées. Ce n’est que par la suite que le parti Baas et le Parlement en firent leur candidat à la présidence10.

LA LÉGITIMATION DE L’ÉTAT-NATION

  • 11 Voir, par exemple, l’interview d’Assad à la télévision américaine, 1er octobre 1993 (British Broad (...)

17Rien d’étonnant à ce que la militarisation et le rappel constant de la place du pays sur la ligne de front aient eu une fonction de légitimation importante pour le régime. Les exigences du combat ont servi à justifier les rigueurs du régime et les limitations des libertés individuelles. Qui plus est, dès lors que les menaces extérieures pesant sur la Syrie et sur la grande patrie arabe paraissaient, dans l’ensemble, bien réelles, de même que la place prise par la Syrie dans la mobilisation face à ces menaces, la militarisation de la vie publique n’a guère été remise en question. On notera que les critiques constantes des syndicats ou du Parti communiste syrien officiel, entre autres, à l’égard des orientations sociales et économiques du régime ou même de la tolérance dont il témoigne envers la corruption, ou du manque de démocratie, ont toujours été assorties de références à la « politique nationale » du pays et du régime. Le président Assad avait sans doute raison lorsqu’il laissait entendre, ne serait-ce qu’à l’intention d’un public occidental, qu’il risquait de perdre le soutien dont il bénéficiait à l’intérieur du pays s’il renonçait à sa position dure dans le contexte israélo-arabe et concluait avec Israël un accord débouchant sur une paix difficile à justifier sur le terrain national11. On remarquera également que l’armée elle-même n’a pour ainsi dire jamais fait l’objet de critiques, pas plus que les sommes consacrées à la défense.

  • 12 Voir V. Perthes, « Scénarios syriens : processus de paix, changements internes et relations avec l (...)

18Pour l’essentiel, la militarisation et l’intégration d’une grande part de la société par le biais de l’appareil de sécurité, phénomènes associés à une menace militaire crédible et à la situation de la Syrie aux premières lignes du conflit israélo-arabe, ont contribué à la territorialisation de la vie sociale et politique en Syrie, et par là même à la légitimité et à la stabilité de l’État-nation syrien. En d’autres termes, la militarisation a permis de développer une conscience de la « syrianité », c’est-à-dire d’une identité se rapportant au territoire syrien dans ses frontières postérieures à l’indépendance, et de restreindre l’importance des liens et des loyautés tant régionaux (subnationaux) que supranationaux. Malgré la rhétorique nationaliste arabe officielle, dont le régime ne saurait se dispenser complètement, l’orientation du gouvernement peut se définir comme « la Syrie d’abord » ; elle n’a jamais été dissimulée et semble généralement acceptée. Par exemple, on différencie « notre peuple syrien du Golan » des « frères palestiniens », qui doivent parvenir à prendre en mains leur propre avenir, quelles que soient les aspirations de la Syrie à une position dominante dans son environnement géopolitique immédiat. Le Liban, quant à lui, malgré le rôle prépondérant joué par la Syrie dans la détermination des orientations politiques libanaises, n’est pas présenté dans le discours officiel comme partie intégrante de l’État-nation syrien, et ce n’est pas non plus l’idée que s’en fait l’opinion publique, pour autant qu’on puisse en juger sur la base d’impressions relativement subjectives. On le voit comme un pays indépendant même si la Syrie a sans doute certaines tâches à y effectuer et certains objectifs politiques à remplir. À l’occasion, on fait référence au « peuple unique » de la Syrie et du Liban, mais il s’agit clairement de sha’b wahid fi baladayn –un peuple dans deux pays12. Par ailleurs, les Syriens s’entendent généralement pour penser que leur État est le défenseur le plus ferme des droits arabes et le principal adversaire d’Israël ; qu’Israël s’acharne, au tout premier chef, à affaiblir la puissance militaire et la politique nationale de la Syrie ; et que la Syrie, en tant qu’État-nation, est donc en droit d’exercer une certaine influence sur ses voisins arabes, plus faibles, et sur leur politique régionale. En revanche, les offensives israéliennes contre le Liban n’empêchent pas beaucoup de Syriens de dormir. Certes, il leur arrive d’afficher leur solidarité avec leurs voisins libanais, mais ils ne semblent pas considérer que ces attaques visent leur propre pays ou leur propre peuple. La frontière territoriale entre la Syrie et le Liban semble dessinée aussi nettement dans le cœur et l’esprit des Syriens moyens que sur les cartes auxquelles obéissent les pilotes de chasse israéliens. Même si certains dirigeants arabes, notamment le roi Hussein de Jordanie ou l’Irakien Saddam Hussein, ont joui à certaines périodes d’une indéniable popularité parmi les Syriens, Damas reste de toute évidence la qibla [direction] de la vie politique, même pour un nationaliste baasiste dissident de la vieille garde, originaire de l’est du pays, un notable druze du djebel al-Arab attaché aux traditions ou un jeune alaouite de la province de Lattaquié (membre de la communauté chiite dont font partie Assad et la plupart des hauts gradés de l’armée et des forces de sécurité). La légitimité de l’État nation syrien et de ses institutions, y compris, au tout premier plan, l’armée, ne peut, aujourd’hui, être mise en doute, et la légitimité de l’État est assurément supérieure à celle du régime et de ses représentants.

SE PRÉPARER À LA GUERRE, CE N’EST PAS VOULOIR LA GUERRE

  • 13 Selon des données provenant de Syrie et de la Banque mondiale, auxquelles on ne peut, dans ce cont (...)

19La préparation à la guerre en Syrie a donc servi de moyen efficace de consolidation du régime, de mobilisation sociale, de contrôle social et d’intégration nationale. Au cours de l’histoire, on a connu, bien sûr, de nombreux cas où la préparation à la guerre ou même la création de tensions internationales ont été utilisées pour accroître la puissance infrastructurelle des États, et plus précisément pour renforcer leurs capacités extractives et contraindre ou convaincre les oppositions nationales d’accepter une trêve avec les régimes au pouvoir. Le cas syrien n’a donc rien de particulièrement extraordinaire. S’il doit retenir notre attention, c’est parce qu’il nous force à porter un regard différent sur la relation entre la préparation à la guerre et la consolidation des institutions étatiques. Ainsi, le prélèvement des ressources locales a indéniablement augmenté au cours des deux ou trois dernières décennies, mais il est impossible d’établir un lien clair et direct entre cette augmentation et les préparatifs de guerre, si l’on laisse de côté des actions symboliques comme les journées de travail volontaire13.En fait, une part importante des fonds destinés aux préparatifs de guerre provenait de sources régionales (États du Golfe) et internationales (Union soviétique). Le revenu substantiel apporté à la Syrie par la rente stratégique dispensait le gouvernement de devoir marchander avec ses propres citoyens et lui permettait même de lier au régime des groupes stratégiques grâce à la distribution intérieure de la rente.

  • 14 À la différence de son allié égyptien, le pouvoir syrien n’a jamais déclaré ouvertement que la gue (...)
  • 15 En ce qui concerne le caractère très limité de la production d’armes par la Syrie, voir Y. Sayigh, (...)

20Deuxième point à souligner : à la différence de nombreux pays où la préparation à la guerre et le militarisme sont omniprésents, il y après de trente ans que la Syrie n’a pas participé à une véritable guerre. Depuis la fin de la guerre israélo-arabe de 1973 et l’accord de désengagement israélo-syrien de 1974, la Syrie n’a cessé de se livrer à des préparatifs de guerre, mais sans jamais se trouver réellement prête à « la bataille ». Il faut, de plus, insister sur un point encore plus important, c’est que la guerre avec Israël n’était pas l’objectif central de ces préparatifs de guerre14. Un aspect a joué un rôle apparemment bien plus important : la volonté d’assurer la stabilité du régime, d’exercer un contrôle strict, ainsi que la création parmi les citoyens d’une identité et d’une détermination communes. Divers éléments vont dans le sens de cette hypothèse : les orientations de politique économique prises par la Syrie, les modalités particulières qui caractérisent le renforcement et l’usage de sa force militaire, enfin, la façon dont la direction syrienne a abordé le processus de paix. Il convient notamment de noter que la Syrie n’a pas développé une économie de guerre susceptible d’alimenter un effort de guerre prolongé et qu’elle n’a jamais essayé de réaliser le degré d’autosuffisance dans le développement et la production des armements qui lui aurait permis de supporter une réduction ou une interruption temporaire de la fourniture d’armes par l’étranger sans être forcée de mettre fin aux opérations15.

  • 16 Outre sa présence persistante au Liban, la Syrie a projeté à deux reprises sa puissance militaire (...)

21Autre point intéressant : la croissance énorme des forces armées syriennes ne s’est produite qu’après le dernier grand conflit syro-israélien, à savoir la guerre d’octobre 1973, et l’on n’a constaté en parallèle aucune intensification des violences entre la Syrie et Israël. Même au Liban, la Syrie s’est résolument efforcée d’éviter tout affrontement militaire direct avec Israël, en s’exposant même parfois au risque de perdre la face. La direction syrienne a visiblement cherché à édifier un potentiel militaire lui permettant de défendre le pays et constituant par ailleurs un instrument susceptible de lui assurer une suprématie régionale limitée16. Mais elle n’a pas cherché l’affrontement et n’a pas non plus mis sur pied des forces lui donnant la capacité d’une guerre prolongée. Le désir de la Syrie d’éviter ce « combat » qui figure pourtant au premier plan de la rhétorique officielle révèle un balancement dialectique qui apparaît avec une clarté particulière dans la doctrine de la « parité stratégique ». Selon cette doctrine, il faut que les États arabes engagés dans le conflit se dotent d’un potentiel militaire qui contrebalance celui d’Israël, aussi bien qualitativement que quantitativement. Mais elle pose également que la guerre doit être évitée tant que la parité n’est pas réalisée, et n’exclut en aucun cas une solution diplomatique. Le postulat qui sous-tend cette doctrine semble être le suivant : Israël ne sera prêt à accepter une paix juste que dans la mesure où les États arabes auront réalisé la parité en question.

COMMENT SE PRÉPARER À LA PAIX DES ÉTATS-NATIONS ?

  • 17 Voir M. Ma’oz, op. cit.
  • 18 Voir V. Perthes (dir.), Scenarios for Syria : Socio-Economic and Political Choices, Baden-Baden, N (...)

22Dans ce contexte, l’équipe dirigeante syrienne s’est montrée prête à donner leur chance aux initiatives de paix internationales, en particulier celles qui sont parrainées par les États-Unis, et elle a considéré comme envisageable une solution négociée du conflit israélo-arabe depuis la fin de la guerre d’Octobre17. Le pouvoir syrien a continué à se montrer très méfiant à l’égard des intentions israéliennes, mais lorsque le gouvernement Bush a décidé de réunir à Madrid, en 1991, une conférence pour la paix au Moyen-Orient, il ne s’en est pas moins associé à l’initiative américaine. Damas comprenait qu’une des voies ouvertes en l’absence de règlement pacifique du conflit, à savoir une nouvelle guerre, serait catastrophique, d’autant plus que l’effondrement de l’URSS privait la Syrie d’un soutien diplomatique et militaire notable. L’autre possibilité, c’est-à-dire la perpétuation de la situation de « ni guerre ni paix » qui avait marqué les relations israélo-syriennes depuis 1974, paraissait de plus en plus difficile à faire prévaloir dans l’environnement de l’après-guerre froide. De toute évidence, la Syrie avait besoin de temps pour se préparer à la paix et aux enjeux économiques, technologiques, intellectuels et politiques qui en découlaient18.L’équipe dirigeante syrienne ne fit donc pas grand-chose pour accélérer les négociations et laissa sans doute passer une possibilité réelle de parvenir à un accord avec Rabin ou Peres. Elle fit cependant comprendre qu’elle pourrait accepter de conclure un traité de paix avec Israël si une condition fondamentale était remplie, à savoir si Israël se retirait complètement du Golan.

  • 19 À propos d’interprétations erronées – délibérées ou non – de l’attitude syrienne, il convient auss (...)

23Les négociations montrèrent clairement à quel point Assad et son régime donnaient la priorité aux intérêts de l’État-nation syrien. Il faut noter que la Syrie, qui passe souvent pour un champion du panarabisme et se présente assurément comme le défenseur des droits des Arabes, a pratiquement jeté à la poubelle de l’histoire régionale la notion clé du nationalisme arabe selon laquelle le conflit israélo-arabe serait « un conflit existentiel et non un conflit frontalier » (sira’ wujud, la sira’ hudud). Elle a en effet affirmé avec insistance que la paix pouvait être faite, et le serait, lorsque Israël aurait accepté de revenir à certaines frontières bien précises, les « lignes du 4 juin 1967 ». Certes, cette exigence, qui impliquait le retrait total et excluait tout compromis sur la question des frontières, a été considérée comme excessivement dure par certains observateurs occidentaux et, bien entendu, israéliens. On pourrait pourtant estimer qu’elle prouve de façon incontestable que la Syrie est bel et bien prête à conclure une paix entre États-nations. La volonté d’instaurer la frontière sur la base des lignes de 1967 n’entérine pas seulement la territorialisation du nationalisme syrien, elle territorialise aussi le conflit avec Israël et confère une part de légitimité, au moins en principe, à l’État situé de l’autre côté de cette ligne19.

24Il faut également souligner, dans ce contexte, que la Syrie, avant que les négociations avec Israël aient redémarré en 1999, avait en fait modifié sa définition de ce que devrait comporter la « paix globale » qu’elle demandait. Loin d’affirmer, comme par le passé, qu’un traité de paix israélo-syrien n’était imaginable que si Israël se retirait de tous les territoires arabes occupés depuis 1967 (le sud du Liban, la Cisjordanie dans sa totalité, Jérusalem-Est et la bande de Gaza), le discours syrien donnait maintenant comme critère de globalité le caractère « inséparable » des deux aspects (talazum al-masarayn) constitués par la Syrie et le Liban. Lorsqu’on leur demandait des explications, les responsables syriens répondaient généralement qu’on ne pouvait pas s’attendre à ce que la Syrie soit plus palestinienne que les Palestiniens. Tout cela ne montrait pas seulement que le régime prenait pour orientation « la Syrie d’abord », mais indiquait également que la Syrie était devenue un État-nation sûr de lui, qui définissait ses intérêts légitimes en se référant à la sécurité et au bien-être de ses citoyens et non à la nation arabe dans son ensemble. Il convient de préciser que, étant donné la domination exercée par la Syrie sur les politiques étrangère et de sécurité du Liban, ce dernier pays était lié de force, pour ainsi dire, aux intérêts de l’État-nation syrien : devant la possibilité d’un retrait unilatéral des forces d’occupation israéliennes du sud du Liban, les responsables libanais déclarèrent à plusieurs reprises que la frontière nord d’Israël n’en serait pas pour autant pacifiée, sauf si un accord israélo-syrien était conclu parallèlement.

25Certains éléments diffus donnent à penser que l’opinion publique syrienne, dans sa majorité, a réagi favorablement au choix fait par la Syrie de privilégier sa propre intégrité territoriale plutôt que celle des autres pays arabes. Pour la plus grande part de la population, semble-t-il, l’État-nation syrien est une réalité, la légitimité de ses intérêts est incontestable et l’existence d’un nationalisme syrien spécifique ne passe pas du tout pour contradictoire avec la perpétuation d’une identité arabe plus large ou, d’ailleurs, d’identités locales ou confessionnelles. Sur le plan pratique, cela signifie que l’identité arabe ou les identités locales ont un caractère plus culturel, tandis que la « syrianité » prend pour fondements la citoyenneté et l’appartenance collective à un État considéré comme une communauté politique souveraine.

  • 20 Ces craintes ont rarement été exprimées par écrit. Voir cependant M. Al-Hamash, Al-salam al-mudan. (...)
  • 21 M. Salama, « Al-matlub ijad aliat tad’ am al-mfawid al-suri ma’ isra’il » [Il est nécessaire de tr (...)
  • 22 M. ‘Adwan, « Al-muthaqqaf al-suri wa tuhmat al-samt : al-haqq huwa al-mushkila, la al-ard » [L’int (...)

26L’opinion publique n’est pourtant pas unanime en ce qui concerne les perspectives de paix et le quasi-abandon de certains des dogmes politiques de l’arabisme. La Syrie a beau être un État autoritaire, son élite n’est pas aussi monolithique qu’on le fait parfois croire. Il existe un véritable débat, tant en ce qui concerne le processus de paix qu’au sujet des réformes économiques et politiques qui sont censées y être associées. Au fil d’une réforme économique et d’un programme de libéralisation prudents, mis en œuvre progressivement depuis 1985, le régime a déjà assoupli son emprise sur l’économie et a même coopté certains représentants du milieu des affaires au sein des structures officielles de prise de décision. À ce jour, les mesures de libéralisation sont restées limitées, dépendant plutôt du calendrier déterminé par le régime que d’initiatives des acteurs sociaux, et n’atteignant jamais un seuil qui autoriserait à parler de démocratisation. Selon le sentiment général, qui semble correspondre assez bien à la réalité, des réformes plus considérables, tant dans le domaine politique que dans l’économie, ne seront entreprises qu’une fois réglé le principal problème de sécurité et de politique étrangère, à savoir le conflit territorial avec Israël. La paix pourrait donc jouer le rôle de catalyseur des critiques, en stimulant une transition progressive vers une forme moins autoritaire de gouvernement qui peut aussi préfigurer l’édifice institutionnel d’une Syrie de l’après-Hafez el-Assad. Nous pouvons donc avancer, sans grand risque d’erreur, que ceux qui auraient le plus à perdre d’un environnement économique plus libéral sont aussi ceux qui formulent les critiques les plus vives à l’égard de ce qu’ils considèrent comme une dynamique de paix inutilement « précipitée ». Ce camp regroupe, essentiellement, la bureaucratie du secteur public, les syndicats, les fonctionnaires du parti et une part importante de l’intelligentsia syrienne employée par l’État. Certains éléments de ces catégories craignent que la paix avec Israël ne prive la Syrie de sa place aux avant-postes en la rétrogradant à une position régionale beaucoup plus subalterne et moins confortable ; bref, la Syrie perdrait son statut et son importance dans la région20. Pour d’autres, l’acceptation de la paix et la normalisation future des rapports avec Israël ne sont qu’un « verre de poison21 »– que certains sont prêts à avaler, tandis que d’autres rechignent – précisément parce qu’il faut accepter, par là même, que s’imposent le pragmatisme et les intérêts de l’État-nation. D’aucuns ont catégoriquement refusé cette attitude, affirmant que l’enjeu n’est pas le territoire mais le droit, et accusant ceux qui acceptent la normalisation avec Israël en vue du retour des territoires occupés d’être des « traîtres au rêve arabe »22. Ils savent aussi, cependant, que ce rêve qu’ils défendent remonte aux années 1950 et 1960 et que, s’il est partagé par une grande partie de leur génération, il ne l’est guère par l’immense majorité des Syriens, nés après 1973.

  • 23 En ce qui concerne l’économie syrienne et son programme de réformes limitées, voir V. Perthes, The (...)

27De l’autre côté, parmi ceux qui voudraient qu’il soit mis fin à l’état de conflit extérieur et sont, par ailleurs, favorables à un programme de réforme économique et administrative, on trouve évidemment des entrepreneurs privés et quelques intellectuels libéraux, mais aussi, chose peut-être plus surprenante, un grand nombre de membres de l’appareil sécuritaire. Les milieux d’affaires, en règle générale, s’intéressent à la liberté de commerce et de coopération avec certains États arabes ou la totalité d’entre eux, mais ne vibrent guère aux accents de la rhétorique panarabe. Plus cette catégorie acquerra de l’influence dans l’élaboration des orientations politiques, plus elle s’efforcera d’inciter l’État à défendre les intérêts de l’État-nation plutôt que les intérêts nationaux arabes. Si la Syrie, par exemple, a la possibilité de conclure avec Israël un accord permettant de récupérer ses territoires occupés, ces secteurs de la société n’exigeront certainement pas qu’elle attende que le problème palestinien soit résolu. En ce qui concerne les hauts fonctionnaires de la sécurité, leur préoccupation professionnelle porte sur l’accroissement des risques intérieurs, et en particulier le danger de troubles sociaux, si les problèmes économiques du pays, dont il est impossible de nier l’existence, ne sont pas pris à bras-le-corps. Avant le décès d’Hafez el-Assad, ils étaient d’avis que les intérêts de l’État seraient mieux préservés si le régime parvenait à conclure un traité de paix. Ils savaient qu’il serait difficile pour Bashar, dont ils préparaient activement l’ascension, de consacrer simultanément son attention à la construction d’une base politique solide et à la conduite de négociations avec Israël. Certains des responsables de la sécurité craignaient aussi que la donne politique intérieure pût changer, notamment en faveur des courants islamistes, si une « paix des braves » n’était pas obtenue tant que le vieil homme demeurait à la tête de l’État. Selon leur analyse, la paix contribuerait également à préserver le caractère laïque du système23.

  • 24 La thèse de la désintégration est exposée de façon particulièrement marquante par D. Pipes, « Syri (...)
  • 25 E. Picard, « La Syrie et le processus de paix », Monde arabe Maghreb Machrek, nº 158, octobre-déce (...)

28Une libéralisation progressive de la Syrie, sur les plans politique et économique, ne met pas nécessairement le régime en danger et, contrairement à ce que certains présagent, il n’est guère probable qu’elle déboucherait sur une implosion de l’appareil d’État ou sur une désintégration de l’État24. La paix, dans la région, viendra à petites doses et le processus de paix a laissé aux acteurs locaux la possibilité de s’adapter. Elizabeth Picard souligne que, dans un régime militarisé comme celui de la Syrie, l’instauration de la paix rendra nécessaire l’attribution aux militaires de compensations symboliques ou économiques25.C’est absolument exact. L’armée elle-même joue un rôle actif dans les négociations et considérera probablement tout accord réalisé comme son œuvre. Par ailleurs, l’armée restera sans doute l’acteur collectif le plus important de la société syrienne pendant encore un certain temps ; il ne faut pas s’attendre à ce qu’une culture politique à dominante militariste s’évapore purement et simplement. L’expérience historique de la Syrie et la structuration actuelle de l’autorité donnent à penser qu’une démocratie militaire de type turc est une perspective plus plausible dans l’ère post-Hafez el-Assad qu’une démocratie libérale à part entière. Cependant, contrairement à ce qui se passait dans les années 1950 et 1960, il n’existe plus de corps d’officiers extrêmement politisés, dotés d’une mission sociopolitique et résolus à jeter à bas les structures socioéconomiques existantes. En outre, comme on l’a indiqué, on ne peut s’attendre à voir un courant politique important remettre en question l’État lui-même en prenant pour guides d’autres États de la région ou même en aspirant à l’unification avec eux.

  • 26 Il est intéressant de constater qu’au cours du débat à propos de la légalisation de nouveaux parti (...)

29La succession en douceur du père par le fils est essentiellement due au fait que la totalité des centres de pouvoir dans le pays, qu’ils existent déjà ou qu’ils soient en train d’émerger – appareil de sécurité, administration, secteur public, bourgeoisie, institutions religieuses – avaient un intérêt commun à préserver aussi bien la stabilité intérieure de la Syrie que, dans la mesure du possible, sa place dans la région. Bien rares sont les personnes qui souhaitaient revivre la situation de quasi-guerre civile de la fin des années 1970 et du début des années 1980, ou subir encore la douloureuse vulnérabilité que connut le pays au cours des années 1940 et 1950. Et personne n’avait intérêt à un retour au sectarisme communautaire. L’intérêt commun de tous ces centres de pouvoir a été de rendre possible un « atterrissage en douceur » lorsque s’est posée la question de la succession. Les hommes forts des forces armées et de la sécurité syriennes ont mis tout leur poids derrière Bachar. Le nouveau président a un programme de changement graduel dont personne ne conteste la nécessité, mais sa tâche principale, aux yeux de l’appareil de sécurité, sera de garantir la stabilité qui caractérisa le règne de son père, en particulier durant les quinze dernières années. Même si la légitimité d’un autoritarisme incarné par Hafez el-Assad semble voué à disparaître et si les arguments fondés sur la sécurité du régime et le contrôle politique qui ont jusqu’à présent déterminé dans une large mesure la politique gouvernementale pourraient céder peu à peu le terrain à des motivations liées à l’économie, on ne verra sans doute aucune des forces politiques syriennes chercher à détruire la solidité étatique syrienne et l’intégration nationale que des années de préparation à la guerre ont contribué à créer26. Avec une base sociale élargie, ces réalisations pourraient être préservées, même sans la menace d’un affrontement extérieur et sans la préparation culturelle et politique à cette bataille.

Notes

1 Cet article reprend pour une grande part « Si vis stabilitatem, para bellum : State Building, National Security and War Preparation in Syria », texte inclus dans St. Heydemann (dir.), War, Institutions and Social Change in the Middle East, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 149-173.

2 Sur le concept de force de l’État, voir J. Migdal, Strong Societies and Weak States. State-Society Relations and State Capabilities in the Third World, Princeton, Princeton University Press, 1988 ; I. W. Zartmann, « State-Building and the Military in Arab Africa », in B. Korany, P. Noble, R. Brynen (dir.), The Many Faces of National Security in the Arab World, Londres, Macmillan, 1993, p. 239-257.

3 Pour une analyse plus détaillée des mesures prises par les gouvernements syriens antérieurs à 1970 pour consolider l’État et construire les institutions, voir St. Heydeman, Authoritarianism in Syria. Institutions and Social Conflict 1967-1970, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1999.

4 L’interprétation traditionnelle du processus de construction de l’État en Syrie néglige souvent la situation régionale et la préparation à la guerre en préférant insister sur la volonté de la direction baasiste de moderniser les structures politiques et sociales (voir en particulier R. A. Hinnebusch, Authoritarian Power and State Formation in Ba’thist Syria : Army, Party and Peasant, Boulder, Westview, 1990). D’autres auteurs qui s’intéressent aux préparatifs de guerre en Syrie sont tentés de les expliquer à la lumière d’une lutte pour le pouvoir à l’échelle régionale et de l’occupation de territoires syriens par Israël (voir P. Seale, Asad of Syria : The Struggle for the Middle East, Londres, Tauris, 1988). Sans nier l’intérêt de ces analyses, je voudrais insister sur le caractère fonctionnel d’une atmosphère de préparation à la guerre en liaison avec la forme particulière de construction de la nation et de l’État qui a été entreprise par la Syrie sous Assad. D’un point de vue néoréaliste, la fonctionnalité de la préparation à la guerre dans l’optique du renforcement de l’État s’explique si l’on se réfère aux rapports de force dans la région et, pour citer une analyse éclairante, dans le contexte du dialogue stratégique entre les antagonistes principaux sur le plan régional (voir Y. Evron, War and Intervention in Lebanon. The Israeli-Syrian Deterrence Dialogue, Londres, Croom Helm, 1987 ; voir aussi M. Ma’oz, Syria and Israel : From War to Peacemaking, Oxford, Oxford University Press, 1995). Certains tentent, de façon moins convaincante, d’interpréter les efforts de la Syrie pour augmenter sa puissance militaire comme un élément d’une tendance expansionniste inspirée par l’idéologie de la Grande Syrie (voir D. Pipes, Greater Syria. The History of an Ambition, New York, Oxford University Press, 1990). Les descriptions les plus réalistes des politiques syriennes en matière de défense et de guerre (Evron, Ma’oz) montrent bien qu’à la différence, par exemple, de l’Irak, les ambitions idéologiques ou révisionnistes (sur les frontières) qui ont pu être nourries par les dirigeants syriens ne les ont jamais poussés à l’aventurisme militaire.

5 Voir M. N. Barnett, Confronting the Costs of War, Military Power, State and Society in Egypt and Israel, Princeton, Princeton University Press, 1992. Cet auteur donne la définition suivante de la préparation à la guerre : « la mobilisation par l’État d’hommes, d’argent et de ressources matérielles en vue de la sécurité extérieure » (p. IX). Voir aussi M. Brzoska, « Militariesierung als analytisches Konzept », in idem (dir.), Militarisierungs-und Entwicklungsdynamik, Eine Exploration mit Fallbeispielen zu Algerien, Iran, Nigeria und Pakistan, Hambourg, Deutsches Übersee institut, 1994. Selon lui, la militarisation est liée à un développement quantitatif de l’appareil militaire et de sécurité ainsi qu’au transfert de valeurs et de formes de comportement spécifiquement militaires à pratiquement tous les secteurs de la société.

6 Citons par exemple le préambule de la Charte du Front national progressiste : « La libération des territoires arabes occupés après le 5 juin 1967 est le but de cette phase de la lutte de notre nation. Elle supplante tous les autres buts de cette phase. À la lumière de ce but grandiose, nous devons développer nos projets économiques, sociaux, culturels, politiques et militaires, et notamment mobiliser toutes les forces et tous les potentiels humains et matériels, pour organiser l’unité nationale des masses populaires, renforcer et consolider le front intérieur. » La Charte a été publiée dans Al Thawra le 8 mars 1972.

7 Voir, par exemple, la déclaration de politique générale de Hafez el-Assad en date du 16 novembre 1970, jour de sa prise du pouvoir, figurant dans le document du Parti Baas arabe socialiste, Nidal hizb al-ba’th [Le Combat du parti Baas], p. 119 ; Y. Murish, Al-jabha al-wataniyya al-taqadummiya wa-l-ta ‘addudiyya fi al-qutr al-‘arabi al-suri [Le Front national progressiste et le pluralisme politique dans la région arabe syrienne], Damas, Dar al-Na’ama, 1993, p. 122 et suiv.

8 En ce qui concerne le tissu social en Syrie, voir V. Perthes, The Political Economy of Syria Under Assad, Londres, Tauris, 1995, p. 80-132.

9 Sur l’importance des rites et de la mobilisation, voir L. Wedeen, Ambiguities of Domination : Politics, Rhetoric, and Symbols in Contemporary Syria, Chicago, The University of Chicago Press, 1999.

10 Dans son discours inaugural, après son élection comme président, Bachar el-Assad s’efforça de répondre aux attentes de différents secteurs de la société, en particulier ceux qui attendent de lui qu’il suive une voie plus libérale. Toutefois, il n’oublia pas les militaires. Bien que président, il promit de rester « le docteur, l’officier et, avant tout, le citoyen Bachar el-Assad » (Al-Hayat, 18 juillet 2000).

11 Voir, par exemple, l’interview d’Assad à la télévision américaine, 1er octobre 1993 (British Broadcasting Corporation, Summary of World Broadcasts (SWB), ME/ 1811, 6 octobre 1993).

12 Voir V. Perthes, « Scénarios syriens : processus de paix, changements internes et relations avec le Liban », in M. Chartouni-Dubarry (dir.), Le Couple syro-libanais dans le processus de paix, Paris, Institut français des relations internationales, coll. « Les cahiers de l’IFRI », nº 22, 1998, p. 37-56.

13 Selon des données provenant de Syrie et de la Banque mondiale, auxquelles on ne peut, dans ce contexte, conférer un statut autre que celui d’indications générales, les dépenses gouvernementales figurant au budget, exprimées en pourcentage du PIB, sont passées d’environ 23 % en 1963 à 40-50 % ou davantage au cours des années 1970 et au début des années 1980. À la suite d’efforts de libéralisation prudents mais conséquents menés depuis 1985, elles sont redescendues à environ 25 % au début des années 1990. Au cours de la même période, le rapport entre les taxes directes et indirectes (impôt sur le capital et sur les salaires, d’une part, et, de l’autre, taxes à la consommation, redevances et droits de douane) a évolué en faveur des impôts directs, ce qui indique une forme plus interventionniste et plus efficace d’extraction des ressources intérieures. Par exemple, les impôts directs représentaient 28 % seulement du budget de 1971 mais 65 % de celui de 1995. Voir République arabe syrienne, Institut central des statistiques, Statistical Abstract, 1971, Damas, 1972, p. 294-295, et Statistical Abstract, 1995, Damas, 1996, p. 440-441. Au sujet de la mise en rapport du budget et du PIB, voir World Bank, World Development Report (Washington, Banque mondiale, années diverses).

14 À la différence de son allié égyptien, le pouvoir syrien n’a jamais déclaré ouvertement que la guerre de 1973 avait des objectifs limités, à savoir débloquer des relations israélo-arabes et préparer ainsi une solution politique tout en valorisant la légitimité intérieure et arabe des régimes nouvellement instaurés de part et d’autre. Nous pouvons néanmoins supposer que les motifs qui ont poussé Sadate et Assad à faire la guerre étaient tout à fait similaires, ou en tout cas plus proches que ce dernier ne voulait le faire croire.

15 En ce qui concerne le caractère très limité de la production d’armes par la Syrie, voir Y. Sayigh, Arab Military Industry : Capability, Performances and Impact, Londres, Brassey’s, 1992, p. 144-145. Après l’effondrement de l’Union soviétique, la Syrie, selon certaines informations, a commencé à effectuer sur place le montage de missiles nord-coréens et chinois ; il ne s’agit cependant que d’assembler des pièces importées, à la différence de ce qui s’est fait dans d’autres pays de la région qui ont entrepris de mettre sur pied une industrie d’armement autonome. Il faut d’ailleurs noter qu’il n’existe aucune production de machines-outils digne de ce nom, ce qui constituerait un préliminaire indispensable à une industrialisation en rapport avec la défense.

16 Outre sa présence persistante au Liban, la Syrie a projeté à deux reprises sa puissance militaire dans la région : en 1980, en concentrant des chars à la frontière jordanienne ; et en 1990-1991, au cours de la crise et de la guerre du Koweit, en procédant à un déploiement limité de troupes en Arabie Saoudite.

17 Voir M. Ma’oz, op. cit.

18 Voir V. Perthes (dir.), Scenarios for Syria : Socio-Economic and Political Choices, Baden-Baden, Nomos Publishers, 1998.

19 À propos d’interprétations erronées – délibérées ou non – de l’attitude syrienne, il convient aussi de noter qu’un nombre non négligeable d’observateurs occidentaux et israéliens ont vu dans la volonté manifestée par Assad de ne faire de compromis sur aucune partie des territoires occupés par Israël en 1967 une question d’« honneur » personnel. À mon sens, ces observateurs feraient bien de se rappeler ce que l’Alsace, la Lorraine ou la Sarre signifiaient pour les dirigeants français ou allemands lorsque l’agitation nationaliste était à son comble en Europe ; ils comprendraient alors que ce n’est pas l’honneur ni l’orgueil personnels d’un dirigeant arabe (de sexe masculin) qui est en jeu dans cette affaire. Il s’agit plutôt de son « honneur national », concept qui n’est pas du tout étranger à l’histoire des jeunes États-nations et que leurs dirigeants et une fraction importante de leur opinion publique définissent par rapport au territoire et à l’intégrité territoriale.

20 Ces craintes ont rarement été exprimées par écrit. Voir cependant M. Al-Hamash, Al-salam al-mudan. « Al-sharq al-awsat al-jadid ». Min isra’il al-kubra ila isra’il al-‘uzma [La Paix fatale. « Le Nouveau Moyen-Orient ». Du grand Israël au plus grand Israël], Damas, 1995. Les chefs politiques de la Syrie ont éprouvé ce type de craintes à une étape antérieure, mais ils ont obtenu l’assurance, notamment grâce à l’initiative méditerranéenne de l’Union européenne (ou processus de Barcelone) à laquelle Israël et la Syrie participent sur un pied d’égalité, que la Syrie conserverait, une fois la paix instaurée, une place politique importante au sein du système régional.

21 M. Salama, « Al-matlub ijad aliat tad’ am al-mfawid al-suri ma’ isra’il » [Il est nécessaire de trouver des mécanismes pour soutenir le négociateur syrien avec Israël], Al-Hayat, 1er mars 2000.

22 M. ‘Adwan, « Al-muthaqqaf al-suri wa tuhmat al-samt : al-haqq huwa al-mushkila, la al-ard » [L’intellectuel syrien et l’accusation de silence : c’est un problème de droit, et non de terre], Al-Hayat, 2 mars 2000.

23 En ce qui concerne l’économie syrienne et son programme de réformes limitées, voir V. Perthes, The Political Economy of Syria Under Assad, op. cit. Au sujet de la relation entre le processus de paix, la succession au sommet de l’État et les réformes intérieures, voir idem, « Syrien : Die innere Dimension des Friedensprozesses », Ebenhausen, Stiftung Wissenschaft und Politik (SWP), Aktuell, nº 50, janvier 2000.

24 La thèse de la désintégration est exposée de façon particulièrement marquante par D. Pipes, « Syrie : l’après-Assad », Politique internationale, nº 59, printemps 1993, p. 97-110.

25 E. Picard, « La Syrie et le processus de paix », Monde arabe Maghreb Machrek, nº 158, octobre-décembre 1997, p. 56-69.

26 Il est intéressant de constater qu’au cours du débat à propos de la légalisation de nouveaux partis politiques et de leur admission dans les structures officielles du régime comme le Front national progressiste, des soit-disant sources officielles ont rejeté la demande du Parti syrien national social (un parti pansyrien dont l’objectif essentiel est l’unification politique de la grande Syrie) sous le prétexte que ses leaders « ne sont pas Syriens » (ils sont en fait libanais). Voir BBC, Summary of World Broadcast, ME/3928, 25, août 2000, p. 6.

Auteur

Volker Perthes est chercheur à la Stiftung Wissenschaft und Politik (SWP), institut allemand d’études internationales, à Berlin, depuis 1992. Il dirige le programme sur le Moyen-Orient et la Méditerranée. Il a notamment publié Vom Krieg zur Konkurrenz : Regionale Politik und die Suche nach einer Neuen Arabisch-Nahöstlichen Ordnung (Baden-Baden, Nomos Publishers, 2000), Scenarios for Syria : Socio-Economic and Political Choices (dir.) (Baden-Baden, Nomos Publishers, 1998), The Political Economy of Syria under Asad (Londres, Tauris, 1995).

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540