Version classiqueVersion mobile

Le voyage des légendes

 | 
Michel Tardieu
, 
Delphine Lauritzen

Partie I. Mythes en contexte

Dionysias d’Arabie

Maurice Sartre

Texte intégral

  • 1 Les encyclopédies ignorent le plus souvent ce site. Cependant P. Donceel-Voûte, The Oxford Encyclo (...)
  • 2 Introduction à Dionysias dans IGLS XVI, Beyrouth, à paraître.

1La capitale actuelle des Druzes de Syrie abrite de nombreux monuments antiques qui illustrent son importance à l’époque romaine et byzantine1. Tous les voyageurs venus dans le Hauran depuis le début du xixe siècle y sont passés et ont décrit avec plus ou moins de précision les vestiges encore visibles2, mais depuis leur passage, les destructions furent immenses. La situation semblait désespérée pour les chercheurs du xxe siècle : la ville antique semblait définitivement disparue et l’on allait devoir en écrire l’histoire à travers les rares textes littéraires conservés et, surtout, les inscriptions. C’était faire preuve d’un pessimisme excessif car la capacité d’archivage du sous-sol syrien est telle que des surprises restent toujours possibles. Même si, aujourd’hui, on est loin d’avoir épuisé les ressources cachées de la ville, la recherche a fait des progrès tels au cours de ces quinze ou vingt dernières années qu’il me semble justifié de faire le point et de présenter ici au moins ce que l’on pourrait appeler un rapport d’étape.

2La ville de Suweida s’étage sur la pente occidentale du Jebel al-‘Arab, nom officiel de ce qui fut naguère le Jebel Druze et, auparavant le Jebel Hauran. La ville se situe entre 1000 et 1100 m et son nom actuel reflète le nom antique, Soada, mentionné dans une inscription de Suweidā’ (IGLS XVI, 321). C’est un toponyme descriptif banal, « la noire », ce qui convenait bien à ce village du temps où il était entièrement construit de basalte.

  • 3 Ce qui est plus flou qu’il n’y paraît car il faut sans doute compter ses années de règne depuis so (...)

3Jusqu’au début des années 1990, ce que l’on savait de l’histoire de l’agglomération se résumait à peu de choses. Grâce à une inscription du village, il apparaissait que le village de Soada avait été promu au rang d’une cité, sous le nom de Dionysias : dans une inscription datée de l’an 10 de l’empereur Commode3, soit en 185 ou 186, la cité fonde des boutiques προνοία κυρίου κτίστου Διονύσου, ce qui signifie que le trésor du dieu a financé la construction. On en retenait surtout que la ville considérait Dionysos comme son fondateur.

4À partir de là, la plupart des savants se sont contentés de signaler que la cité avait reçu ce statut sous Commode. Or nous pouvons affirmer maintenant que ni l’épigraphie, ni l’archéologie ne confirment cette promotion tardive, et il faut sans doute remonter de plusieurs dizaines d’années la création d’une cité à Soada.

  • 4 La forme du nom varie ; Καναθα est la forme la plus fréquente, mais on trouve aussi Κανατα, Κανωθα (...)

5Soada se trouve à proximité immédiate d’une agglomération mieux connue, Canatha4, située autour de 1250 m. Leur proximité explique que leur histoire soit liée, et il faut donc commencer par rappeler quelques éléments de l’histoire de Canatha si l’on veut comprendre celle de Soada.

  • 5 M. Sartre, D’Alexandre à Zénobie, Paris 2003, 709.

6On ne sait quand Canatha fut promue au rang de polis, mais c’est chose faite sinon sous Pompée lui-même, du moins sous le gouvernement de Syrie d’Aulus Gabinius (57-55). En effet, Canatha porte le titre de Gabinia Canatha sur ses monnaies du temps de Commode, et une inscription inédite évoque, à une date inconnue, les Gabinioi. Cela ne peut que renvoyer à Aulus Gabinius, car on sait que les lieutenants de Pompée mirent en œuvre des mesures décidées par lui et que les cités bénéficiaires adoptèrent dans plusieurs cas une épithète qui en gardait le souvenir : à côté de Gabinia Canatha, on connaît ainsi Pella Philippéia ou Gadara Pompéia5. En revanche, aucun texte ne permet de savoir si Soada est alors une cité séparée de Canatha, si c’est un village appartenant à Canatha ou un village indépendant de Canatha. On y reviendra.

  • 6 M. Kalos, F. Renel, J.-M. Dentzer, « Suweida (Soada-Dionysopolis) » in « Formation et développemen (...)

7L’archéologie a permis d’apporter des données nouvelles qui non seulement complètent notre information sur l’aspect de la ville, mais obligent probablement à considérer d’un regard neuf le statut politique de Soada. Au début des années 1990, la municipalité fit percer un grand axe nord-sud à travers des quartiers anciens, ce qui mit au jour le cœur de la ville antique. La Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie sollicita la collaboration de l’Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient pour une intervention. Des travaux furent conduits par Michael Kalos, architecte et archéologue de l’IFAPO, qui fit de nombreux relevés et procéda à quelques dégagements indispensables, notamment le long du tracé de la nouvelle avenue. Les conclusions que l’on présente ci-dessous sont celles que l’on peut tirer des publications qui ont suivi ces travaux6.

  • 7 Sur tout ceci, A. Sartre-Fauriat, Des tombeaux et des morts. Monuments funéraires, société et cult (...)

8D’après les travaux de Mikaël Kalos, l’agglomération antique se compose de trois éléments chronologiquement et géographiquement distincts. En premier lieu, le tell de l’âge du Fer II, c’est-à-dire d’époque persehellénistique, se situe sur un éperon au-dessus du wadi, un peu à l’ouest du marché actuel. D’une surface de 5 ha, le tell s’élève à une dizaine de mètres au-dessus de la zone environnante. Deux remparts concentriques l’enserrent, épais de 2 m, hauts de 6 m, et séparés par 10 à 30 m dans lesquels se sont installées des casemates. Au sommet, sur la partie orientale en forme de croissant, des constructions de structure complexe sur environ 1 ha constituent une citadelle avec, au centre, ce qui pourrait être une résidence palatiale avec des restes de mosaïques fines apparues lors des sondages. Ces derniers font remonter la construction au milieu du iie siècle av. J.-C. On songe sans peine à la résidence d’un chef local, sans que cela préjuge de sa dépendance ou non envers un pouvoir extérieur. On aimerait évidemment pouvoir mettre un tel ensemble monumental en rapport avec le tombeau de Hamrath, dont le luxe et le caractère monumental imposent qu’il appartienne à une famille éminente de la ville. Mais ce tombeau est généralement daté de la fin du ier siècle av.- début du ier siècle apr. J.-C. alors que le « palais » du tell est abandonné vers le milieu du ier siècle av. J.-C. Les influences grecques qui se font sentir dans le décor architectural et sur la forme même du tombeau évoquent les tombeaux tardo-hellénistiques de Jérusalem ou le tombeau princier de Hermel au Liban7.

  • 8 Nous empruntons à Jean-Marie Dentzer, « La Syrie du Sud dans la période préprovinciale », dans J.- (...)

9Un deuxième quartier, que l’on désignera comme « pré-provincial », au sud-est du tell8, se développe dans une période comprise entre le milieu du Ier et la fin du Ier siècle av. J.-C. Le temple périptère situé aux limites de ce secteur, par les analogies qu’il présente avec les constructions préprovinciales connues dans la région, confirme que ce quartier existe au Ier siècle apr. J.-C.

  • 9 Un exemple parmi d’autres : F. R. Trombley, Hellenic Religion and Christianization, c. 370-529, Le (...)

10Cette phase « pré-provinciale » ne doit aucunement être considérée comme une phase « nabatéenne ». Il convient en effet de rompre avec une légende involontairement bâtie par les savants de l’expédition de Princeton au début du xxe siècle. Ceux-ci avaient parfaitement compris qu’ils avaient sous les yeux des édifices qui remontaient pour les uns à l’époque de la domination romaine, pour d’autres à une époque antérieure. De façon imprudente, ils qualifièrent de « nabatéen » tout ce qui était pré-romain, c’est-à-dire antérieur à la création de la province d’Arabie en 106. De là est née l’idée, fortement ancrée dans l’imaginaire local et dans la littérature savante, que cette partie du Hauran portait les traces de la culture nabatéenne9. C’est une illusion que les travaux conduits à Qanawat et à Sia ont démentie depuis longtemps. Les spécialistes d’épigraphie sémitique ont souligné que les prétendues inscriptions nabatéennes de Sia et Qanawat n’étaient pas nabatéennes, mais araméennes. L’idéologie hyper-nationaliste développée en Syrie depuis plus d’un demi-siècle interdit toute remise en cause de cette fausse idée reçue dans la mesure où les Nabatéens apparaissent comme les premiers Arabes à occuper le pays. Cela ne donne pour autant pas le moindre fondement scientifique à cette affirmation.

  • 10 Sur les Hérodiens en Syrie du Sud, désormais M. Sartre, « Brigands, colons et pouvoirs en Syrie du (...)

11Jusqu’à preuve du contraire, la présence politique des Nabatéens de Pétra à Soada et dans la région se limite d’une part à la période 84-72 av. J.-C., moment où les Nabatéens dominent Damas, et aux lendemains immédiats de la victoire des Nabatéens sur Hérode à Canatha, en 31 ; cette seconde période a dû être brève puisque dès 27 av. J.-C. la région est donnée par Auguste à Zénodore avant d’être confiée à Hérode (vers 23)10. Si l’on insiste sur le fait qu’il s’agit d’une domination politique, c’est pour souligner que jamais, ni Soada, ni les agglomérations voisines, ne furent peuplées de Nabatéens, ni influencées de manière consistante par la culture nabatéenne, que les spécialistes savent parfaitement identifier à partir des fouilles de Pétra, Hégra ou Bostra. Mais refermons cette parenthèse et revenons au développement urbain de la ville et à la troisième étape de son développement.

  • 11 J.-Ch. Balty, Curia ordinis, Bruxelles 1991, ne me semble donner aucun exemple d’une telle numérot (...)

12Quel que soit le statut juridique de l’agglomération à la fin de l’époque pré-provinciale, les découvertes récentes montrent que la bourgade prit un aspect urbain radicalement nouveau dans les dernières années du Ier siècle ou au tout début du IIe apr. J.-C. Un quartier monumental, conçu visiblement en une fois, prend alors place au sud du tell et à l’ouest de la ville pré-provinciale. Dans ce nouveau quartier fut appliqué un plan géométrique rigoureux. Dans l’alignement de cet axe, Mikaël Kalos a repéré les substructures d’un vaste théâtre (96 m de diamètre), auquel aboutissait une rue à portiques. Dans son alignement, au nord, se situe un odéon bouleuterion, de 24 m de diamètre, qui a été dégagé. Les sièges conservés y sont numérotés jusqu’à 131, mais il devait y en avoir 14011. Un bâtiment à piliers à l’est du bouleutérion et un ensemble de places au nord et au nord-est, peut-être un forum, complètent, avec des bâtiments réutilisés plus tard en églises, l’aménagement de ce quartier édifié en terrain vierge.

  • 12 A. Sartre-Fauriat, « Le nymphée et les adductions d’eau à Soada-Dionysias de Syrie au iie siècle a (...)
  • 13 A. Sartre-Fauriat, Ktêma 17 (1992) [1996], 133-151.

13À la jonction des trois quartiers se dressait le nymphée qu’avait relevé W. J. Bankes en 181612. Kalos a retrouvé un bloc du monument en remploi qui permet de le localiser. En étudiant les archives de Bankes, Annie Sartre-Fauriat a montré que le réseau d’adductions d’eau construit en 105-106 à partir du captage des sources de la montagne en direction de Canatha était en partie au moins destiné à Soada, à son nymphée construit en 10613 et aussi à ce nouveau quartier où devaient se trouver des thermes.

  • 14 Il faut sans doute dissocier la date de la confiscation des États sud-syriens d’Agrippa II de cell (...)

14Puisque le nymphée est daté exactement de 106, on admettra que ce nouveau quartier fut construit autour de ces années-là. Il est douteux que ce plan d’urbanisme ait un rapport avec la création de la province d’Arabie (survenue en 106), à laquelle Soada n’appartient pas, et il faut plutôt le mettre en relation avec l’annexion des États hauranais d’Agrippa II (vers 90)14. D’ailleurs, selon Kalos, le décor architectural confirme pleinement une datation à la fin du Ier siècle ou au début du IIe. Cela revenait à donner la parure monumentale d’une ville à ce qui n’était qu’un village dépendant de Canatha si on en juge par les dédicaces des captages de sources, et par les itinéraires ; ainsi, la tabula Peutingeriana mentionne une étape Chanata (sic) sur la route entre Damas et Bostra, alors que la route passe en fait à Soada, non à Canatha même. Comme on l’a rappelé plus haut, les premiers témoignages assurés de la promotion de la cité n’apparaissent pas avant le règne de Commode, soit trois quarts de siècle après les travaux mis en évidence par Kalos. La difficulté est manifeste.

15En résumé, l’archéologie prouve qu’il existe deux moments clefs dans le développement urbain de Soada : l’un vers le milieu du ier siècle av. J.-C. qui voit l’abandon de la citadelle et sans doute la disparition de la chefferie qui y avait son siège ; l’autre vers la fin du Ier siècle apr. J.-C. ou le début du iie siècle qui voit la mise en place d’un vaste plan d’urbanisme visant à édifier un nouveau quartier « à la romaine ». Coïncidence : la première rupture se situe à peu près au moment où Canatha fait l’objet de la sollicitude du pompéien Gabinius, la seconde se situe peu après l’annexion des États d’Agrippa II à la province de Syrie. Difficile de ne pas chercher à établir des rapports entre tous ces faits dispersés. Mais il faut faire état, à ce stade de la discussion, d’autres éléments, épigraphiques cette fois-ci.

  • 15 U. J. Seetzen, Reisen durch Palästina, Phönicien, die Transjordan-Länder, Arabia Petraea und Unter (...)

16Avant même les travaux susmentionnés, il existait des raisons de penser que la promotion de Soada au rang de cité s’était opérée avant le règne de Commode. En effet, deux grands textes mutilés sont sûrement à mettre en relation avec cette promotion. Il s’agit de deux plaques de marbre, copiées par le seul Waddington15 et aujourd’hui perdues. Les textes gravés sur marbre sont inexistants en Syrie du Sud, en dehors de rarissimes morceaux de chancels. Voici ces deux textes, trouvés tous deux dans l’église grecque, selon Waddington.

IGLS XVI, 32016

  • 16 W. H. Waddington, I. Syrie, no 2306 ; R. E. Brünnow, A. von Domaszewski, Die Provincia Arabia, Str (...)

-- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- - - - ]ΙòΟΙòΙòΙòΙòΕΙòΙòCòΙòΟΥΩ[-
- - - - ]ΑΤΟΡΟCΚΑΙCΑΡΟC
[4] - - - - ]ΟΥΑΝΤΩΝΕΙΝΟΥCΕ
- - - - ]ΥΡΙΟΥΚΑΙΑΥΡΗΛΙΟΥ
- - - - ]ΙΟΥΑΥΤΟΥΚΑΙΛΟΙ
- - - - ]ΝΚΑΙCΥΝΠΑΝΤΟC
[8] - - - - ]CòΙΕΡΩΤΑΤΗCΥΝΚΛΗ
-- - - ]ΕΜΟΝΙΑCΡΩΜΑΙΩΝ
- - - - ]ΑΠΙΚΙΟΥΙΟΥΛΙΑΝΟΥ
- - - - ]ΩΝΑΥΤΟΥΒΟΥΛΗC
[12] - - - - ]ΩCΤΕΚΑΙΧΩΡΑCΚΑ
- - - - ]ΟΥCΗCΠΟΛΕΩCΙ
- - - - ]Υ · ΠΡΟ· Ζ · ΚΑΛ· CΕΠ
- - - - ]ΛòΥΜΠΙΟΥΠΑΡΟΙ[-
[16] - - - - - - - - --] ΥCΟΙΤΩ

[Ὑπὲρ σωτηρίας καὶ νικImageς καὶ αἰωνίου
[διαμονImageς - - - - - - - ] ΙòΟΙòΙòΙòΙòΕΙòΙòCòΙòΟΥΩ - -
[- - - - - - - - - -αὐτοκρ] άτορος Καίσαρος
[4] [Τ. Αἰλίου Ἁδριαν] οImage Ἀντωνείνου Σε-
[βαστοImage τοImage ἡμImageν κ] υρίου καὶ Αὐρηλίου
[Οὐήρου Καίσαρος υ] ἱοImage αὐτοImage καὶ λοι-
Imageν αὐτοImage τέκνω] ν καὶ συνπάντος
[8] [οἴκου ΣεβαστοImage καὶ τImage] ς ἱεροτάτης συνκλή-
[του καὶ τImageς αἰωνίου ἡγ] εμονίας Ῥωμαίων
[ἁ̓φιέρωσεν ἡ πόλις. Ἐπὶ Σου] λπικίου ἸουλιανοImage
[ὑπατικοImage διὰ γραμμάτ] ων αὐτοImage βουλImageς
[12] [συναχθείσης περὶ πόλε] ως τε καὶ χώρας Κα-
[ναθηνImageν- - - - - - - - τImageς ὑπαρχ]ούσης (?) πόλεως ἡò[μImageν]
[- - - - - - - - - - - - -- - - - ] υ πρὸ ζʹ καλ(ανδImageν] σεπ-
[τεμβρίων- - - - - - - - - - - - Ο] λυμπίου ΠΑΡΟΙ- -
[16] [- - - - - - - - - - - - - - - - - - - ] Υ ἐπὶ ΤΩ- - -

l. 2 : peu de lettres sont sûres car Waddington lisait seulement le bas de chacune ; sa restitution Διὸς Μεγίστου Ω a été acceptée par Brünnow et Domaszewski, puis par Cagnat dans les IGR, mais elle reste peu probable car il y a une haste verticale de trop et surtout, on ne sait que faire du Ω final. De plus, la suite invite à restituer une formule comme ὑπὲρ σωτηρίας καὶ νεικImageς κτλ. Or, on voit mal le nom d’un dieu apparaître dans une telle formule.

  • 17 Par exemple I. Ephesos no 722, 723, 726, à Éphèse ; à Acmonia de Phrygie, IGR IV, no 661.

l. 3-9 : la titulature des empereurs et l’association avec leur maison et le Sénat se restituent à coup sûr ; ligne 9, on restitue τImageς αἰωνίου ἡγεμονίας Ῥωμαίων, selon une formule dont on retrouve l’esprit sinon la lettre dans plusieurs inscriptions d’Asie Mineure17 et on supprime la mention Ῥώμης qu’introduisait Waddington. Au mieux, on aurait σύνκλητος τImageν Ῥωμαίων.

17l. 10 : le début de la ligne devait être occupé par la mention de la consécration par la cité ; à la fin, le ΑΠΙΚΙΟΥ de Waddington est une mauvaise copie pour ΛΠΙΚΙΟΥ, car le gouverneur doit être Sulpicius Iulianus.

Pour le salut, la victoire et la permanence éternelle… de l’empereur César Titus Aelius Hadrianus Antoninus Auguste notre maître et d’Aurelius Verus César son fils et de ses autres enfants et de toute la maison d’Auguste, et du très Saint Sénat et de la domination éternelle des Romains, la cité a consacré (ce monument). Sous Sulpicius Iulianus, consulaire, grâce à ses lettres, la boulè ayant été réunie au sujet de la cité et du territoire des Canathéniens et de… notre propre cité, le 7e jour avant les calendes de septembre…

  • 18 IGLS III, no 1135 ; B. Thomasson, Laterculi praesidum, Göteborg 1984, col. 311-312, no 53.

18La formule initiale nous échappe en partie. Les noms des empereurs sont imposés par la date consulaire qui figure dans le texte suivant, sous le consulat de Servius Scipio Orfitus et de Quintus Sossius Priscus, soit 149. On peut donc restituer d’abord le nom d’Antonin le Pieux, puis celui de Marc Aurèle César, M. Aurelius Verus Caesar depuis son adoption en février 138. L’allusion aux autres enfants se rapporte à Lucius Verus et à Faustine la Jeune, épouse de Marc Aurèle. Cela donne aussi la date du gouvernement de Sulpicius Iulianus, gouverneur de Syrie, qui est attesté dans cette fonction par une inscription de Séleucie de Piérie18. L’usage d’un mois julien et d’une formule calendaire romaine, le 7 avant les calendes de septembre (soit le 26 août), invite à placer le texte en rapport avec l’administration romaine.

IGLS XVI, 32119

  • 19 W. H. Waddington, I. Syrie, no 2307 ; R. E. Brünnow et A. Von Domaszewski, Die Provincia Arabia, S (...)

-- - - - - - - -]ΛòCòΙòCòΙòΑ[.... ]ΙΝ
- - - ]CΥΛΕΝΕΝCΥΝΕΧΩΡΗCΑΓ
- - - ]CòΟΑΔΕΗΝΕΙCΚΑΙΠΥ
[4] - - - ]ΙΟΝCΟΝΤΙΩΛΙΑΜΕΝ
- - - ]ΓΑΛΕΙΟΤΗΟΙΒΕΒΑΙ
- - - ]ΝΛ̔ΧΑΡΙΝΤΩΝΠΑΡΗ
- - - - - - - ]ΝΕΠΕΜCΑΙΕΜΡΑ
[8] - - - - - - - ]ΘΑΕΥΜΕΝΩC
- - - - - - - - ]CòΗCΑΜΕΝΩΝΕΕ
- - - - - - - - ]ΔΩCΙΘΕΟΥ
- - - - - - - - ]ΟΘΕΟΥΑΛΕΙ
[12] - - - - - - - ]ΚΛΑΥΔΙΟΥΚΡΙC
- - - - - ]ΕΙòΙòΕΝΟCΚΑΙΕΠΙΥ
-- - - ]ΚΑΙΓΡΑΜΜΑΤΙ[- - - -
- - - - ]ΜΑ vac.
[16] - - - - ]ΥCΚΕΙΠΙΩΝΟCΟΡ
- - - - ]ΟCCΙΟΥΠΡΕΙCΚΟΥ
- - - - - - ]ΙΝΤΩΝΕΝΚΑΝΑ
- - - - - - - - - - - ]ΑΡΧΒΟΥ
[20] - - - - - - - - - - - - - - -

1 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- - - - - - - - - - - - - - -σύλενεν συνεχώρησα γ-
- - - - - - - - - - - - - - ΣòοαδεηνεImageς καὶ πυ-
[4] - - - - - - - - - - - - - - ΙΟΝCΟΝΤΙΩΛΙΑΜΕΝ
- - - - - - - - - - - - - - ΓΑΛΕΙΟΤΗΟΙ βεβαι-
- - - - - - - - - - - - - - νας χάριν τImageν παρη-
- - - - - - - - - - - - - - ΝΕΠΕΜCΑΙΕΜΡΑ
[8] - - - - - - - - - - - - - - ΘΑ εὐμενImageς
- - - - - - - - - - - - - - σòησαμένων ΕΕ
- - - - - - - - - - - - - - Δωσιθέου
- - - - - - - - - - - - - - οθέου Αλει-
[12] φου- - - - - - - - - - ]Κλαυδίου Κρίσ
που- - - - - - - - - - ]έμòενος καὶ ἐπι-
- - - - - - - - - - - - - - καὶ γράμματι- -
- - - - - - - - - - - - - - δόγ]μα.
[16] [Ἐπὶ ὑπατίαò Σερβίο]υ Σκειπίωνος Ὀρ-
[φίτου καὶ Κοίντου Σ]οσσίου Πρείσκου
[- - - - - - - - - - - ]ν τImageν ἐν Κανα-
[θοImageς - - - - - - - - - - ]ἄρχ(ουσι) βου[λImage
[20] [χαίρειν].

19La restitution est désespérée, d’autant que l’on ignore l’étendue des lacunes à gauche ; si la largeur est constante, il manquerait environ une quinzaine de lettres à gauche. On ne saisit que quelques bribes.

20l. 11 : [Τιμ] οθέου ἀλει - - -, IGR. ; d’autres solutions sont possibles pour le premier nom, Δωροθέου, par exemple ; ensuite, sans doute le début d’un second nom propre indigène bien attesté, Αλειφος.

21Le peu qui subsiste de ces deux inscriptions nous fait mesurer la perte immense que constituent leur mutilation et leur disparition. On remarquera, en dehors de toute considération sur leur contenu, qu’il s’agit des deux plus longues inscriptions du Hauran et, surtout, des deux seules gravées sur des plaques de marbre. Elles devaient donc revêtir aux yeux des « éditeurs » une importance exceptionnelle.

  • 20 On ignore leur position respective, et nous les prenons dans l’ordre où Waddington les donnait, sa (...)

22Le premier texte20 comporte d’abord une consécration effectuée en l’honneur de l’empereur Antonin le Pieux et de la maison impériale, du Sénat et de la domination éternelle de Rome. Cette consécration précède la mention de lettres envoyées par le gouverneur de Syrie, Sulpicius Iulianus, lettres qui ont été lues solennellement devant la boulè réunie. Ces lettres concernaient « la cité et le territoire de Canatha ».

Comme on l’a dit, Soada appartient sans doute au tout début du IIe siècle à la cité de Canatha, et il pourrait donc s’agir ici de la boulè de Canatha. Mais deux détails intriguent. D’une part, on ne voit pas bien pourquoi la cité de Canatha ferait dresser dans un village de sa chôra un texte relatif à elle-même et à son territoire. Il faudrait imaginer un lien spécifique avec Soada, qui n’apparaît pas. D’autre part, si la boulè est celle de Canatha, et si donc on est sur le territoire de Canatha, on ne voit pas pourquoi le texte mentionne « la chôra et la cité de Canatha », dans une partie du texte visiblement rédigée sur place et non dans les bureaux impériaux. Une telle tournure ne s’explique en effet que si l’on se trouve hors de Canatha. Parlant d’eux-mêmes, les Canathéniens écriraient plutôt περὶ πολέως τε καὶ χώρας ἡμImageν. En conséquence, la boulè réunie ici pour la lecture des lettres du gouverneur n’est pas celle de Canatha, mais celle d’une autre cité, celle qui se trouve à Soada. On complètera alors la ligne 13 par une formule mettant en parallèle la cité et la chôra des Canathéniens et [- - - τImageς ὑπαρχ]ούσης πόλεως ἡ[μImageν]. La boulè de la nouvelle cité se sera réunie pour prendre connaissance des lettres par lesquelles le gouverneur de Syrie faisait connaître les limites entre l’ancienne métropole des Soadéniens, Canatha, et la nouvelle cité. Certes, il subsiste trop peu du texte pour être pleinement affirmatif, mais l’hypothèse me semble solide.

23Le second texte, s’il est bien contemporain du premier comme la gravure sur marbre paraît l’assurer, doit donc être en rapport avec la même affaire. Si les deux textes ne sont pas exactement contemporains, ils relèvent au moins du même contexte. Est-ce la lettre même du gouverneur ? Ce n’est pas impossible (cf. ligne 2 : « j’ai consenti… ») mais ce pourrait aussi bien être une lettre impériale. J’avais d’abord pensé que ce texte était antérieur au précédent, car il y est encore fait mention des habitants de Soada (l. 3) ; et l’on pouvait donc imaginer que Soada n’était pas encore devenue la cité de Dionysias. Mais la promotion de Soada au rang de cité n’implique pas qu’elle ait changé de nom sur le champ : Bostra, Adraa, Canatha ont conservé des noms indigènes. La nouvelle cité peut se nommer Soada.

À la fin du second texte, il apparaît une datation par les consuls de l’année 149, seul élément incontestable. Ensuite, la mention ἐν ΚαναθοImageς pourrait appartenir à une formule d’envoi aux magistrats et au conseil de Canatha, mais on attendrait cette formule au début du document, non à la fin ; il y avait donc peut-être là le début d’un autre document dont la fin nous échappe, mais qui était lié aux précédents. Plus rien n’est vérifiable.

  • 21 La même cité a décerné des honneurs remarquables à l’avocat Iulius Proclos récompensé d’une « stat (...)

24Le contenu du texte nous échappe. Il y est sûrement question, comme Waddington l’avait reconnu, des habitants de Soada (ligne 3), mais rien n’incite à lire ensuite le nom d’une autre bourgade dont le nom commencerait par Πυ-. Les gens dont les noms figurent aux lignes 10 à 13 peuvent être les ambassadeurs envoyés par les Soadéniens et leurs voisins ; je reconnais ligne 11-12 le nom Αλειφος. Or, un texte de Sleim, village situé juste au nord de Suweida, mentionne un Αλειφος qui a accompli une ambassade à Rome (IGLS XVI, 82). On peut conclure qu’il y a bien là la liste des ambassadeurs envoyés à Rome à cette occasion, ce qui confirme le caractère solennel de la démarche des Soadéniens21.

25J’ose tirer de ceci deux conclusions. D’une part, Soada est clairement sortie du territoire de Canatha puisqu’on mentionne cette cité par son nom ; le village est sans doute devenu, avec ces lettres ou avant, une cité, et la boulè qui a écouté la lecture de la lettre du gouverneur n’est pas celle de Canatha (bien qu’elle l’ait sans doute fait aussi de son côté), mais celle de la nouvelle cité. D’autre part, l’une des deux lettres concerne la sécession organisée de Soada : les deux villes sont si proches, leurs territoires si imbriqués que les conflits de voisinage étaient inévitables. Se posait aussi la question de l’eau : les Canathéniens, s’ils perdaient leurs droits sur Soada, entendaient sans doute être dédommagés ou conserver un accès aux captages réalisés au début du siècle.

  • 22 Le dossier relatif à Nagidos et Arsinoéia publié par C. P. Jones et Chr. Habicht, « A Hellenistic (...)

26Si cette hypothèse est admise, il faudrait donc remonter à 149 au plus tard la création de la nouvelle cité, au lieu du règne de Commode où on la plaçait jusqu’ici. Ces deux documents revêtaient à l’évidence une importance exceptionnelle pour la communauté des Soadéniens. Quelle autre décision pouvait avoir plus d’importance que la promotion au rang de polis qui les délivrait de la tutelle de Canatha ? Toute scission au sein d’une cité créé des problèmes qui se révèlent à l’usage22. Les documents de 149 peuvent donc être postérieurs de plusieurs années à la promotion de Soada en cité, et porter le règlement de problèmes restés en suspens ou apparus au fil du temps. C’est probablement la meilleure hypothèse pour l’instant, car, comme on l’a rappelé plus haut, l’archéologie invite à remonter la fondation vers le début du siècle.

27En effet, la création du bouleutérion se situe à l’époque de la création du nymphée ou peu après, soit au tout début du iie siècle, à la même époque que le théâtre dans l’axe exact duquel il se situe. Il existe donc un écart d’une quarantaine d’années entre le grandiose plan d’urbanisme mis en évidence par Mikaël Kalos et les premiers documents attestant de façon certaine la promotion de Soada au rang de cité. Même si l’on a réduit l’écart par rapport à l’époque de Commode, il reste à expliquer un décalage d’un demi-siècle, ou presque. Surtout, comment peut-on comprendre que les travaux du nouveau quartier romain, avec construction d’un théâtre et d’un bouleutérion, puissent être envisagés en dehors d’une promotion statutaire de Soada ? Pour cette raison, il me semble que l’on doit dissocier les lettres de 149, portant règlement de divers problèmes liés à la scission entre les deux cités, de la promotion même de Soada.

28À titre provisoire, il me semble que l’on peut proposer la chronologie suivante :

  • Lorsque Pompée crée la province romaine de Syrie en 64-63 av. J.-C., Canatha fait partie des villes de Décapole qui bénéficient de sa générosité23. Elle célèbre l’événement par l’adoption d’une ère attestée par ses monnaies. Peu après le retour de Pompée à Rome, mais sans doute dans le prolongement de la politique de restauration civique qu’il a inaugurée, Canatha bénéficie de bienfaits de la part d’Aulus Gabinius, ce qui justifie l’épithète Gabinia. À peu près au même moment, vers le milieu du ier s. av. J.-C., à Soada la résidence « princière » fortifiée repérée sur le tell est abandonnée. Tout se passe comme si la chefferie locale perdait alors son autorité, bien que la famille « princière » subsiste : le somptueux tombeau de Hamrath en serait le témoignage légèrement ultérieur. Est-ce à ce moment que Soada aurait été réduite au rang de village du territoire de Canatha ? Aucun texte n’établit clairement ce lien de subordination, mais il semble inévitable. Les adductions d’eau de 105-106, dirigées εἰς Καναθα selon les textes, alimentaient, entre autres, le nymphée de Soada, preuve que ce village se situe à ce moment-là sur le territoire de Canatha. On a vu aussi que les itinéraires placent Chanata sur la route, alors que celle-ci dessert seulement Suweida. On ignore les raisons de cet abaissement politique de Soada, mais le maître du « palais » du tell a pu s’opposer à Pompée ou à ses successeurs, ou être jugé par eux comme un bandit (à l’exemple de nombreux chefs locaux de Syrie). Le déclassement statutaire de Soada ne s'accompagna pas d’un déclin : un nouveau quartier se construit au sud-est de la ville ancienne et la ville demeurait sur la route ; là s’arrêtaient les marchands, se concluaient les affaires, se tenaient les marchés.
  • Vers 23 av. J.-C., après le bref intermède de l’Ituréen Zénodore, les Hérodiens devinrent maîtres de la région par la volonté d’Auguste. Canatha et Soada sont englobées dans l’État hérodien. Rien n’indique que Soada changea de statut, mais notre ignorance de l’histoire de la région durant un siècle et demi laisse place à toutes les hypothèses ; mieux vaut s’abstenir d’en formuler qui risqueraient soit d’être adoptées sans preuve, soit d’être démenties dès demain.
  • Autour de 90 apr. J.-C., les possessions d’Agrippa II dans le Hauran sont annexées à la province de Syrie. Est-ce l’occasion que saisirent les notables de Soada pour demander la promotion de leur bourgade au rang de cité ? Ils pouvaient faire valoir peut-être le retour à une situation antérieure, en tout cas se prévaloir de l’importance de la ville. Cela pouvait être une garantie pour les Soadéniens de ne pas être intégrés dans un domaine impérial comme semble l’avoir été la Batanée voisine24.
  • On ne sait ce qu’il advint des démarches entreprises, mais la mise en chantier d’un nouveau quartier comprenant un bouleutérion est effective au plus tard dans les premières années du iie siècle. Les archéologues insistent sur le caractère d’ensemble de la mise en œuvre : il s’agit d’un plan d’urbanisme global. Or, en 105-106, les adductions d’eau permettant d’alimenter le nouveau nymphée – on se rappelle que la construction de fontaines publiques est aux yeux des Grecs ce qui différencie une cité d’un village – semblent prouver que Soada est encore un village du territoire de Canatha. Cela signifie que les travaux d’embellissement anticipent sur la décision politique, sans qu’on sache si c’est de beaucoup.
  • À partir de là, deux hypothèses sont possibles. Première hypothèse : Soada obtient, dès les lendemains de la dédicace du nymphée, sa promotion au rang de cité. Les travaux d’embellissement vont bon train, y compris au théâtre et au bouleutérion. Dans ce cas, la nouvelle cité conserve son nom ancien puisqu’il est encore question des Soadéniens dans les documents de 149. Les tables de marbre de 149 porteraient alors des textes relatifs à un règlement du contentieux qu’avait dû faire naître la rupture entre Soada et Canatha. Deuxième hypothèse : les travaux d’urbanisme sont lancés et poursuivis sans que Soada obtienne dès ce moment-là la promotion espérée. Il lui faut encore batailler quelques dizaines d’années, avant qu’en 149 au plus tard, elle n’arrache enfin le statut de polis, décision si importante qu’elle est affichée sur des plaques de marbre. La première hypothèse paraît évidemment plus séduisante car plus simple. Mais on se gardera bien de trancher, car le caractère très lacunaire des textes gravés sur les plaques de marbre nous prive d’indications essentielles.
  • Il reste une dernière étape : Soada change son nom en Dionysias. Le choix de Dionysos comme divinité poliade survient au plus tard sous Commode et il apparaît comme un signe distinctif fort dans une région où son adversaire, Lycurgue, est très en honneur25. Lycurgue n’apparaît pas spécialement honoré à Canatha, la ville rivale, mais j’ai montré ailleurs26 que l’un des dieux majeurs de la cité était Théandrios, qui lui est très proche. Théandrios est le dieu qui insuffle dans les âmes « un genre de vie non féminin » et sans doute, comme Lycurgue, ne boit pas de vin. Il apparaît donc comme l’adversaire naturel de Dionysos, et le choix fait par les Soadéniens apparaît donc bien lié à la rivalité entre les deux agglomérations. Ce choix entraîna la riposte des Canathéniens, sans doute mécontents d’avoir été privés d’une importante source de revenus. Christian Augé a montré que les émissions canathéniennes de l’époque de Commode à l’effigie de Dionysos devaient être interprétées comme une réplique aux prétentions des Dionysiens27. Ce Dionysos n’a aucune raison d’être assimilé ici à Doushara/Dousarès, car les Dionysiens s’inscrivent clairement dans la ligne d’autres cités qui se réclament de Dionysos, telle Scythopolis, sans que le dieu nabatéen ait quoi que ce soit à voir avec ce choix. Les mythes grecs sont bien connus à Dionysias, comme le prouvent non seulement des mosaïques trouvées dans la ville (Cassiopée), mais aussi des linteaux historiés (jugement de Pâris). Le choix fait par les Dionysiens devait donc s’accompagner de l’élaboration de quelque légende de fondation en rapport avec le cycle dionysiaque : le séjour du dieu en Arabie fournissait ample matière à développement mythologique et poétique28. Il est probable qu’une tradition faisait venir Dionysos jusque dans la ville, qui pourrait donc bien avoir porté le nom de Nysa, la Nysa d’Arabie de Nonnos (Dionysiaca XX 143-148) dont G. Bowersock, après E. Will, observe qu’elle ne peut être Nysa-Scythopolis, ville de Palestine située dans un contexte non-montagneux, à l’inverse de la Nysa d’Arabie du poète29. Stéphane de Byzance connaît d’ailleurs une Nysa d’Arabie (Ethnica, 479,7), lointain souvenir d’une époque, celle des Séleucides peut-être, voire des Lagides, où Soada, au sein du royaume de Lycurgue, arborait le nom de la nourrice de Dionysos. Lorsque le village retrouva le statut d’une cité, il choisit non pas de revenir à son ancien nom de Nysa, peut-être désormais clairement associé à Scythopolis, mais de privilégier le dieu lui-même, en adoptant le nom de Dionysias.
  • 30 D. Feissel, « Contribution à l’épigraphie chrétienne de Rome », RAC 58 (1982), 365-367.
  • 31 E. Honigmann, « La liste originale des Pères de Nicée », Byzantion 14 (1939), 24-26 ; le même évêq (...)
  • 32 Hierocl., Synek., in Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. (...)
  • 33 G. Cypr., Descr. 54, éd. Honigmann, op. cit., 1072.

Le nom nouveau ne s’est pas imposé sur tous les documents et le nom de Soada apparaît sur des documents tardifs. Ainsi, D. Feissel30 propose avec prudence de reconnaître l’ethnique de Soada, sous la forme Σοεα[δηνός], dans une inscription chrétienne de Rome (ICUR II, 5659), ce qui diffère un peu de la forme attestée. Mais la précision τImageς Κοίλης Συρίας, qui suit l’ethnique, plaide en faveur de l’identification. Le nom de Soada coexiste donc avec celui de Dionysias. Même un document officiel comme une liste épiscopale peut user du terme ancien, puisqu’il faut sûrement corriger en Σοάδων le Σοδόμων qui apparaît dans la liste des Pères de Nicée, comme l’a proposé E. Honigmann31. En revanche, c’est sous le nom seul de Dionysias que la ville apparaît chez Hiéroclès32 et chez Georges de Chypre33.

  • 34 Damasc., V. Isidor., § 196, fr. 2, Damascius. Vitae Isidori reliquiae, éd. C. Zintzen, Hildesheim 1 (...)
  • 35 Tardieu, Les paysages reliques, op. cit., 29-31.

Dionysias se trouvant sur la route qui conduisait de Damas vers le Hauran, elle fut traversée par les philosophes néo-platoniciens à la fin du ve siècle. Damascius dans la Vie d’Isidore, rappelle que Bostra, une cité peu ancienne (il fait remonter par erreur sa fondation à Septime Sévère), mais ancien fortin (φρούριον δὲ παλαιόν), fut fortifiée par les « rois arabes » du côté des voisins Dionysiens : « ἐπιτετειχισμένον τοImageς πέλας ΔιονυσιεImageσιν »34. En réalité, comme l’a montré Michel Tardieu, il est inutile de chercher un fondement historique à cette allusion anachronique (lorsque Dionysias prend ce nom, les Nabatéens, « rois arabes », ont disparu depuis longtemps) : elle ne vise qu’à discréditer Bostra, fortin enrichi tardivement et fortifié par des rois non-grecs35. Les philosophes ne s’intéressent guère aux villes, toutes gagnées au christianisme, et donc perdues pour la culture, à leurs yeux. Dionysias ne devait pas échapper à la règle, mais du moins le texte de Damascius la crédite-t-il d’une certaine antiquité, et la met-il en valeur face à Bostra, peut-être parce qu’elle conservait le nom d’un dieu païen et le souvenir de ses exploits.

Notes

1 Les encyclopédies ignorent le plus souvent ce site. Cependant P. Donceel-Voûte, The Oxford Encyclopedia of Archaeology in the Near East, Oxford 1997, s.v. Suweida, V, 111-114, décrit sous la même rubrique Sia et Umm al-Zeitun.

2 Introduction à Dionysias dans IGLS XVI, Beyrouth, à paraître.

3 Ce qui est plus flou qu’il n’y paraît car il faut sans doute compter ses années de règne depuis son élévation au rang d’Auguste avant juin 177, et non depuis la mort de Marc Aurèle le 17 mars 180, sans compter qu’il a introduit un calcul fictif de ses puissances tribuniciennes dont la troisième commence fin 177.

4 La forme du nom varie ; Καναθα est la forme la plus fréquente, mais on trouve aussi Κανατα, Κανωθα, Κανοθα, entre autres : M. Sartre, « Le territoire de Canatha », Syria 58 (1981), 343-347.

5 M. Sartre, D’Alexandre à Zénobie, Paris 2003, 709.

6 M. Kalos, F. Renel, J.-M. Dentzer, « Suweida (Soada-Dionysopolis) » in « Formation et développement des villes en Syrie du Sud de l’époque hellénistique à l’époque byzantine : les exemples de Bosra, Suweida, Shahba », Hauran V, vol. 1, La Syrie du Sud du Néolithique à l’Antiquité tardive, Beyrouth 2010, 147-158.

7 Sur tout ceci, A. Sartre-Fauriat, Des tombeaux et des morts. Monuments funéraires, société et culture en Syrie du Sud du ier siècle av. au viie siècle apr. J.-C., Beyrouth 2001, I, 196-198 ; Id., « Les monuments funéraires en Syrie du Sud : traditions et apports exogènes », dans L’architecture funéraire monumentale, CTHS, Paris 2006, 125-139.

8 Nous empruntons à Jean-Marie Dentzer, « La Syrie du Sud dans la période préprovinciale », dans J.-M. Dentzer (éd.), Hauran I, Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris 1985, I, 2e partie, 387-420, cette heureuse expression qui permet de désigner la période ier s. av.- ier s. apr. J.-C., sans référence expresse ni à l’hellénisme, ni à l’Empire romain.

9 Un exemple parmi d’autres : F. R. Trombley, Hellenic Religion and Christianization, c. 370-529, Leyde-New York 1993, II, 48, qualifie Soada comme l’un des plus anciens établissements nabatéens et un important centre du culte de Dushara, deux affirmations entièrement gratuites.

10 Sur les Hérodiens en Syrie du Sud, désormais M. Sartre, « Brigands, colons et pouvoirs en Syrie du Sud au Ier siècle de notre ère », Anabases 13 (2011), 207-245.

11 J.-Ch. Balty, Curia ordinis, Bruxelles 1991, ne me semble donner aucun exemple d’une telle numérotation des sièges. Sur la taille des conseils civiques, ibid., 568-569 : cela peut aller de 100 ou 150 (Doura, Ascalon) à 640 (Priène) et même 1200 (Éphèse).

12 A. Sartre-Fauriat, « Le nymphée et les adductions d’eau à Soada-Dionysias de Syrie au iie siècle ap. J.-C. », Ktêma 17 (1992) [1996], 133-151.

13 A. Sartre-Fauriat, Ktêma 17 (1992) [1996], 133-151.

14 Il faut sans doute dissocier la date de la confiscation des États sud-syriens d’Agrippa II de celle de sa mort ; on considère que le début des années 90 (et probablement plutôt la fin des années 80) marque la date ultime de l’annexion de cette région par Rome.

15 U. J. Seetzen, Reisen durch Palästina, Phönicien, die Transjordan-Länder, Arabia Petraea und Unter-Aegypten, Berlin 1854-1855, 77, a vu l’inscription, mais ne l’a pas recopiée car elle était recouverte de lichens.

16 W. H. Waddington, I. Syrie, no 2306 ; R. E. Brünnow, A. von Domaszewski, Die Provincia Arabia, Strasbourg 1909, III, 313 ; IGR III, no 1274.

17 Par exemple I. Ephesos no 722, 723, 726, à Éphèse ; à Acmonia de Phrygie, IGR IV, no 661.

18 IGLS III, no 1135 ; B. Thomasson, Laterculi praesidum, Göteborg 1984, col. 311-312, no 53.

19 W. H. Waddington, I. Syrie, no 2307 ; R. E. Brünnow et A. Von Domaszewski, Die Provincia Arabia, Strasbourg 1909, t. III, 313 ; IGR III, no 1275.

20 On ignore leur position respective, et nous les prenons dans l’ordre où Waddington les donnait, sans préjuger de l’antériorité de l’un par rapport à l’autre.

21 La même cité a décerné des honneurs remarquables à l’avocat Iulius Proclos récompensé d’une « statue à bouche dorée » (IGLS XVI, 327) pour services rendus à sa cité ; des portraits de lui sont dressés dans chaque quartier de la ville. Rien ne prouve que ce soit en rapport avec la présente affaire.

22 Le dossier relatif à Nagidos et Arsinoéia publié par C. P. Jones et Chr. Habicht, « A Hellenistic Inscription from Arsinoe in Cilicia », Phoenix 43 (1989), 317-346.

23 Sartre, D’Alexandre à Zénobie, op. cit., 450.

24 Sur la Batanée comme domaine impérial, M. Sartre, « Les métrokomiai de Syrie du Sud », Syria 76 (1999), 197-222.

25 Sur Dionysos et Lycurgue, P. Chuvin, Mythologie et géographique dionysiaques, Clermont-Ferrand 1992, 254-271. Sur Dionysos comme fondateur de cités, L. Robert, « Les conquêtes du dynaste lycien Arbinas », JS (1978), 3-48, notamment 39, pour Soada ; il est invoqué comme fondateur aussi à Dionysoupolis du Pont, Tieion, Nicée.

26 R. Donceel, M. Sartre, « Théandrios, dieu de Canatha », Electrum 1 (1997), 21-34.

27 Ch. Augé, « Sur des types monétaires de Canatha », in M. Amandry, S. Hurter (éd.), Travaux de numismatique grecque offerts à Georges Le Rider, London 1999, 25-35.

28 Sur les légendes civiques, M. Sartre, « La construction de l’identité des villes de la Syrie hellénistique et impériale » dans H. Inglebert (éd.), Identités et valeurs civiques dans le monde romain, Hommage à Claude Lepelley, Paris 2002, 93-105.

29 G. Bowersock, Topoi Suppl. 4 (2003), 344-346, avec les références.

30 D. Feissel, « Contribution à l’épigraphie chrétienne de Rome », RAC 58 (1982), 365-367.

31 E. Honigmann, « La liste originale des Pères de Nicée », Byzantion 14 (1939), 24-26 ; le même évêque, Sévéros, apparaît ailleurs dans les documents du même concile comme évêque de Dionysias.

32 Hierocl., Synek., in Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. E. Honigmann, Bruxelles 1939, 45.

33 G. Cypr., Descr. 54, éd. Honigmann, op. cit., 1072.

34 Damasc., V. Isidor., § 196, fr. 2, Damascius. Vitae Isidori reliquiae, éd. C. Zintzen, Hildesheim 1967 ; cf. M. Tardieu, Les paysages reliques, Paris 1990, 29-31.

35 Tardieu, Les paysages reliques, op. cit., 29-31.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search