Version classiqueVersion mobile

Le voyage des légendes

 | 
Michel Tardieu
, 
Delphine Lauritzen

Partie I. Mythes en contexte

Quelques poèmes de Luxorius sur les spectacles du cirque et de l’amphithéâtre (353-354, 293, 312-313, 334-335 Riese)

Étienne Wolff

Texte intégral

  • 1 Nous partons de l’idée que l’ordre des pièces est original. On ne voit pas en effet pourquoi le co (...)
  • 2 Martial pratique généralement une variation métrique quand deux poèmes successifs traitent le même (...)
  • 3 Nous suivons, en modifiant parfois l’orthographe et la ponctuation, le texte de l’édition de A. Ri (...)

1Le corpus de Luxorius, à savoir les poèmes 18, 203 et 287-375 de l’Anthologie latine dans l’édition de Riese, comporte quelques cas de doublets, où deux poèmes successifs traitent plus ou moins le même sujet, comme il est assez fréquent dans le genre épigrammatique1 ; ce sont les pièces 312-313 (une peinture de Fama sur la porte de l’écurie d’une des factions du cirque), 319-320 (deux sarcophages ; le lien entre les deux pièces est plus ténu), 334-335 (une peinture d’un chasseur représenté avec des yeux sur les doigts en signe de l’habileté de sa main), 341-342 (Eutychus, serviteur du roi qui accapare les biens d’autrui), 343-344 (un vieillard qui refuse son âge), 353-354 (le chasseur Olympius), 361-362 (une joueuse de cithare repoussante). Les deux poèmes sont à chaque fois, sauf pour le dernier couple, écrits dans le même mètre, contrairement à ce que Martial, le modèle de Luxorius, fait en pareil cas2. On s’intéressera ici d’abord aux poèmes 353-354. Ils s’écartent des autres paires mentionnées ci-dessus dans la mesure où, s’ils sont consacrés à la même personne, ils ont un sujet nettement différent : le premier est un éloge du chasseur Olympius, le second son épitaphe. Mais ils sont unis par le thème de l’éloge, et par une structure assez proche avec un nombre de vers identique (14). Voici le texte de ces deux poèmes 353 et 354, suivis chacun de leur traduction3 :

De Olympio uenatore Aegyptio

Grata uoluptatis species et causa fauoris,
fortior innumeris, uenator Olympie, palmis,
tu uerum nomen membrorum robore signas :
Alcides collo, scapulis, ceruice, lacertis,
admirande, audax, uelox, animose, parate. [5]
Nil tibi forma nocet nigro fuscata colore :
sic ebenum pretiosum atrum natura creauit,
purpura sic magno depressa in murice fulget,
nic nigrae uiolae per mollia gramina uernant,
sic tetras quaedam commendat gratia gemmas, [10]
sic placet obscuros elephans immanis in artus,
sic turis piperisque Indi nigredo placescit.
Postremum tanto populi pulchrescis amore,
foedior est quantum pulcher sine uiribus alter.

Sur Olympius, chasseur égyptien

  • 4 Le groupe grata uoluptatis species est contourné : species a le sens de « apparence, vision, spect (...)

Agréable joie de la vue4 et objet de la faveur populaire,
chasseur Olympius, rendu plus fort par tes innombrables victoires,
tu confirmes par la vigueur de tes membres la justesse de ton nom,
Alcide par ton cou, tes épaules, ta nuque, tes bras,
admirable, audacieux, rapide, énergique, toujours prêt. [5]
Ton corps obscurci par un teint noir ne te nuit en rien.
Ainsi la nature a créé l’ébène sombre et précieuse,
ainsi la pourpre brille au fond du noble murex, ainsi les violettes foncées fleurissent sur l’herbe molle,
ainsi une certaine grâce relève les pierres noires, [10]
ainsi l’éléphant énorme plaît par ses membres bruns,
ainsi le noir de l’encens et du poivre indien est plaisant.
Enfin par l’amour puissant du public tu deviens aussi beau
qu’un autre, beau mais sans ta force, devient laid.

In epitaphion supra scripti Olympii

Venator iucunde nimis atque arte ferarum
saepe placens, agilis, gratus, fortissimus, audax,
qui puer ad iuuenes dum non aduixeris annos,
omnia maturo complebas facta labore,
qui licet ex propria populis bene laude placeres, [5]
praestabas aliis, ut tecum uincere possent ;
tantaque mirandae fuerunt tibi praemia formae,
ut te post fatum timeant laudentquesodales.
Heu nunc tam subito mortis liuore peremptum
iste capit tumulus, quem non Carthaginis arces [10]
amphitheatrali potuerunt ferre triumpho ! [11]
Sed nihil ad manes hoc funere perdis acerbo : [12]
uiuet fama tui post te longaeua decoris [13]
atque tuum nomen semper Carthago loquetur. [14]

Sur l’épitaphe d’Olympius, mentionné plus haut

Chasseur de bêtes sauvages, qui séduisais infiniment
et obtenais régulièrement
la faveur par ton art, toi, agile, charmant, très fort, audacieux,
alors que, encore enfant, tu n’avais pas atteint les années de jeunesse,
tu accomplissais toutes choses en un prompt labeur ;
tu pouvais parfaitement par ton propre mérite obtenir
la faveur du public, [5]
mais tu accordais aux autres de vaincre avec toi ;
et les récompenses que te valait ta complexion admirable
ont été si nombreuses
que même après ton trépas tes compagnons te craignent et te louent.
Hélas, maintenant que tu as été si soudainement emporté
par la mort jalouse,
ce tombeau te contient, toi que les murs de Carthage [10]
n’ont pu enserrer quand tu triomphais dans l’amphithéâtre ! [11]
Cependant cette fin prématurée ne te nuit en rien chez les mânes : [12]
le bruit de ta gloire vivra longtemps après toi [13]
et toujours Carthage dira ton nom. [14]

  • 5 S. T. Stevens, « The Circus Poems in the Latin Anthology », in J. H. Humphrey (éd.), The Circus an (...)
  • 6 Dal Corobbo, Per la lettura di Lussorio, op. cit., 266.

2Luxorius consacre de nombreuses épigrammes aux spectacles. Les jeux et spectacles romains ont en effet continué sous les Vandales5, et Luxorius manifeste pour eux un intérêt particulier. F. Dal Corobbo parle même de sa « passione sportiva »6.

3Le poème 353 a une composition circulaire, commençant et finissant sur la beauté, la force et la popularité du uenator Olympius. Il n’est pas toujours facile de savoir si uenator désigne celui qui va à la chasse (ainsi dans 307), ou le chasseur dans un spectacle de chasse à l’amphithéâtre, comme ici et vraisemblablement en 334-335. La première partie (vers 1-5) exalte la beauté et la force physique d’Olympius (on notera qu’il n’est question que du haut de son corps, sans doute parce que c’est la partie la plus utile pour les chasses). La deuxième (vers 6-12) se concentre sur la couleur de sa peau, sans plus faire allusion à sa force dans l’arène. Les deux vers conclusifs (vers 13-14) reviennent au sujet initial, en considérant Olympius du point de vue de son public.

4Le poème repose sur le principe de l’accumulation et de l’anaphore : accumulation en asyndète de substantifs et d’adjectifs avec allitérations et homéotéleutes dans les vers 4-5, accumulation de comparaisons liées par l’anaphore de l’adverbe sic dans les vers 7-12. Les deux procédés se retrouvent chez Luxorius dans le poème 332 (description d’un jardin, basée sur l’anaphore du relatif en tête de vers), et, parmi les poèmes de l’Anthologie latine de la même époque, dans la pièce 376 (éloge du roi Thrasamond par Florentinus).

  • 7 Der kleine Pauly, Lexicon der Antike, München 1979, IV, 286, 37-42 et IV, 47, 27-29.

5La première partie du poème est construite autour d’un jeu de mots sur le nom du champion, qui justifie le proverbe nomen omen. Olympius est surhumain par son nom, qui fait penser aux dieux de l’Olympe. Son nom appelle aussi le rapprochement avec Hercule, fils de Jupiter olympien. Hercule est, dans la tradition, le fondateur des jeux en Grèce (notamment les Jeux Olympiques et les Jeux Néméens7), et il a terrassé de nombreuses bêtes féroces comme Olympius. La comparaison mythologique est habituelle dans l’éloge pour rehausser le prestige du personnage ou de la chose qu’on loue. Mais ici l’amplification est particulièrement nette, puisque Olympius est assimilé à Hercule et non pas seulement comparé à lui. Si Hercule est désigné par le nom d’Alcide, c’est sans doute parce que le mot Hercules, un crétique, n’entre pas dans l’hexamètre, mais aussi pour rappeler la force du héros (Alcée est rapproché du grec ἀλκή, « force »).

  • 8 F. M. Snowden, Before Color Prejudice. The Ancient View of Blacks, Cambridge (Mass.) 1983, 82-83, (...)
  • 9 La série 90-197 a un seul auteur, un Africain de la fin de la période vandale, voir L. Zurli, Uniu (...)

6La deuxième partie du poème développe un paradoxe : Olympius plaît et est aimé du public quoiqu’il soit noir de peau. Le noir est traditionnellement associé par les Anciens à ce qui est infernal et à la laideur8 ; le poème 183 de l’Anthologie latine, grosso modo contemporain du nôtre9, en fournit une bonne illustration, et le poème 329 de Luxorius établit une claire équivalence entre puella Garamas et puella foeda. Ici Luxorius propose des contre-exemples sous la forme de produits de nature diverse, qui sont appréciés et recherchés malgré leur couleur noire : l’ébène, la pourpre, les violettes, les pierres précieuses foncées, l’éléphant, le poivre et l’encens.

  • 10 Verg., Georg. 2, 115-116, Virgile. Géorgiques, éd. E. de Saint-Denis, Paris 1957², 23 : Sola India (...)
  • 11 Verg., Buc. 9, 39, Virgile. Bucoliques, ed. E. de Saint-Denis, Paris 1942, 66.
  • 12 Dracont., Romul. 6, 6-8, Dracontius. Œuvres, IV, éd. É. Wolff, Paris 1996, 1 et 86 note 7.
  • 13 Plin., HN VIII, 1-15 et 23, Pline l'Ancien, Histoire naturelle, VIII, éd. A. Ernout, Paris 1952, 23 (...)
  • 14 J. Aymard, Essai sur les chasses romaines, des origines à la fin du siècle des Antonins, Paris 195 (...)
  • 15 Claudian., De bell. Gildon. 134-139, Claudien. Œuvres, II, Poèmes politiques (395-398), éd. J.-L. C (...)
  • 16 Dès le premier siècle avant notre ère, Plin., HN VIII, 16-22, éd. Ernout, cit., 28-30 et Aymard, C (...)
  • 17 A. Steier, « Pfeffer », RE XIX, 2, 1423-1424.
  • 18 Iuv., Sat. XI, 125, Juvénal. Satires, ed. P. de Labriolle et F. Villeneuve, Paris, 1967, 144.
  • 19 Pompon. Mela, Chorogr. III, 7, 67, Pomponius Méla, Chorographie, éd. A. Silberman, Paris 1988, 86 e (...)

7Luxorius a cherché à varier la présentation de ces produits. Il utilise aussi les ressources de la synonymie pour éviter les répétitions : on trouve ainsi successivement niger, ater, niger, taeter (dans le sens de « foncé, sombre »), obscurus, nigredo. L’ébène était fournie par l’Inde comme le rapporte Virgile10. La pourpre venait de Phénicie ou d’Afrique : elle est sombre par sa couleur (rouge violacé) et aussi parce qu’elle est enfermée dans le coquillage d’où on la tire. Les nigrae uiolae sont un souvenir de Virgile11, dans la même position métrique et également dans une comparaison avec le teint de la peau ; la uiola était une fleur noble, souvent associée en poésie à la rose et au lys12. Il est difficile d’identifier les taetras gemmas, car plusieurs pierres gemmes peuvent correspondre à cette caractérisation trop vague. L’éléphant est un animal auquel les Anciens attribuaient de nombreuses qualités13 ; il ne symbolise pas ici uniquement la force, même si des poèmes comme Anthologie latine 195 et 196 insistent sur sa masse énorme. L’éléphant provenait d’Afrique ou d’Inde, mais déjà à l’époque romaine l’éléphant commençait à disparaître d’Afrique du Nord14, même s’il reste le symbole de celle-ci (la déesse Africa est souvent représentée coiffée d’une tête d’éléphant avec des défenses, jusque dans l’Antiquité tardive15) ; la pièce anonyme 195, pourtant écrite en Afrique, est formelle : Horrida cornuto procedit belua rostro, / quam diues nostris India misit oris. Signalons que l’on présentait des éléphants dans les uenationes16, et que le lecteur est par là discrètement ramené au contexte de l’amphithéâtre. Enfin les Anciens importaient l’encens d’Arabie, et le poivre noir d’Inde17. On constate que plusieurs des plantes, animaux et produits utilisés comme comparants renvoient à l’Inde, peut-être parce que les Indiens ont aussi la peau noire18 ; il existait au reste une confusion sur le plan géographique entre l’Inde et certaines parties de l’Afrique19. En tout cas la rareté et la valeur de ces choses, et le mérite d’Olympius, sont soulignés par l’emploi de deux verbes rares, pulchresco et surtout placesco (pour lequel le ThLL ne donne qu’une autre occurrence, ultérieure).

  • 20 De la même époque, voir la note 9.
  • 21 Ch. Courtois et alii (éd.), Tablettes Albertini : actes privés de l’époque vandale, fin du ve sièc (...)
  • 22 Pomp. Fest., De verb. signif., Sexti Pompei Festi, De uerborum significatu, ed. W. M. Lindsay, Lips (...)

8Le titre du poème qualifie Olympius d’Aegyptius. Or les Égyptiens ne sont pas caractérisés par la noirceur de la peau, contrairement par exemple aux Éthiopiens. La même imprécision se rencontre dans le poème 293 de Luxorius (De auriga Aegyptio qui semper uincebat), qui fait l’éloge d’un aurige indiscutablement noir, et dans le poème anonyme 182 (De Aegyptio)20, qui joue sur le paradoxe du fils de la nuit originaire du lieu où la lumière se lève et vivant sous le soleil. Comment expliquer la chose ? On sait que les titres des poèmes de l’Anthologie ne sont pas tous originaux : ceux-ci auraient été ajoutés par la suite ; mais on ne voit pas pourquoi une telle erreur aurait été commise. Il est possible aussi que dans 293 et 182 Aegyptius soit, non un adjectif, mais un patronyme ; c’est en effet un nom africain attesté21. Cependant cela ne résout pas le problème de 353, où il ne peut s’agir d’un patronyme. La solution la plus vraisemblable consiste à supposer qu’ici Aegyptius est synonyme d’Aethiops22, peut-être parce qu’Olympius est originaire du sud de l’Égypte ; le second distique, malheureusement peu clair, du poème 182, invite à aller dans ce sens.

  • 23 Verg., Buc. 10, 37-39, Virgile, Bucoliques, éd. de Saint-Denis, cit., 70.
  • 24 Cant. I, 4, Bible, éd. É. Osty, Paris, 1973, 1391.

9Le poème 353 s’apparente à un éloge paradoxal. Olympius est beau malgré son teint noir. De même Gallus dans la dixième des Bucoliques23 aurait pu aimer Amyntas, quoiqu’il soit fuscus. De même la bien-aimée du Cantique des cantiques déclare nigra sum sed formosa24 (mais cette noirceur n’est pas naturelle, elle est due à la brûlure du soleil). Les exploits d’Olympius ne sont finalement évoqués que de manière générale et allusive, l’essentiel du poème étant occupé par un développement sur la couleur de sa peau.

  • 25 É. Wolff, « Deux épitaphes de Luxorius (AL. 345 et 354 R = 340 et 349 ShB) no 49 et 50 », in C. Ha (...)

10À une épigramme sur Olympius en vie succède une épigramme sur Olympius mort. La pièce 354 est en effet son épitaphe. Comme nous en avons traité ailleurs, nous serons plus rapide25.

11Ce poème-ci a une structure bipartite, et se présente comme une fusion originale de panégyrique et d’épitaphe. Au panégyrique sont consacrés les vers 1-7, à l’épitaphe les vers 9-14 ; le vers 8 sert de transition.

12La première section développe le thème du puer-senex, puis montre qu’à la précocité Olympius ajoutait la grandeur d’âme : il laissait les autres vaincre avec lui ; en effet les chasseurs se présentaient dans l’arène soit seuls soit à plusieurs.

13Le thème de la mort domine la deuxième section. On ne sait pas ce qui l’a causée (accident ou maladie ?), mais on peut supposer une blessure lors d’un combat. En tout cas cette mort est advenue subitement. Le texte insiste ensuite sur la valeur de la gloire et de la renommée, garanties d’immortalité pour Olympius. Luxorius a en effet voulu donner à cette épitaphe un souffle épique, et il transpose à Carthage l’image du triomphe romain.

  • 26 Nous suivons là encore le texte de Riese, Anthologia latine, op. cit., 251, sauf au dernier vers o (...)

14Au-delà de l’admiration pour le uenator, les deux poèmes témoignent du prestige dont jouissaient les spectacles de Carthage et de l’éclat dont brillait la ville. Ils soulignent, on l’a dit, un paradoxe (avoir des qualités et plaire malgré une peau noire), dont il n’est pas sûr qu’il symbolise une atténuation des conflits entre les différentes composantes ethniques du royaume vandale. En tout cas le poème 293, de Luxorius, auquel nous avons déjà fait allusion, développe le même paradoxe. Le voici26, suivi de sa traduction :

De auriga Aegyptio qui semper uincebat

Quamuis ab Aurora fuerit genetrice creatus
Memnon, Pelidae corruit illemanu.
At te Nocte satum, ni fallor, matre parauit
Aeolus et Zephyri es natus in antrapuer.
Nec quisquam qui te superet nascetur Achilles, [5]
dum Memnon facie es, non tamen et genio.

Sur un aurige égyptien qui était toujours vainqueur

Quoique Memnon ait été enfanté
par l’Aurore, il est tombé sous la main du Pélide.
Toi, si je ne me trompe, tu as pour mère la Nuit, Éole
t’a élevé et tu es né dans l’antre de Zéphyr, jeune homme.
Et il ne naîtra aucun Achille capable de l’emporter sur toi, [5]
car tu as l’apparence de Memnon, mais non aussi son destin.

  • 27 Verg., Aen. I, 489, Virgile, Énéide, éd. J. Perret, 3 vol., Paris 1977-1980, I, 24 : et nigri Memno (...)
  • 28 Happ, Luxurius, op. cit., II, 89-90.

15Cet éloge d’un aurige qualifié d’« égyptien » se fait par l’intermédiaire d’une comparaison mythologique qui occupe la place essentielle ; rien ne nous est dit précisément des mérites de l’aurige lui-même. Le sens de l’épigramme est clair. L’aurige est comme Memnon et en même temps il n’est pas comme Memnon. Son apparence le rapproche de lui ; en effet il est noir, comme Memnon27. Mais son destin l’éloigne de lui ; en effet Memnon, bien que fils de l’Aurore, a été tué par Achille pendant la guerre de Troie, tandis que l’aurige, tout fils de la Nuit qu’il est, reste invincible. Le poème est remarquable par les enjambements des deux premiers distiques, qui rendent le poème plus fluide et rappellent la course victorieuse de l’aurige. Quant à la mention d’Éole, qui l’a élevé (ce sens de paro, qu’impose le contexte, est sans parallèle28), et de Zéphyr (fils de l’Aurore), qui l’a abrité dans sa grotte (l’antre des vents), elle permet d’établir un parallèle entre la rapidité des vents et celle du cocher.

  • 29 Voir É. Wolff, « La nature dans les épigrammes de l’Anthologie latine d’époque vandale », à paraît (...)

16Luxorius aime les paradoxes et les mirabilia. Le poème 320 décrit un sarcophage servant de fontaine pour les chevaux du cirque : c’est le paradoxe de la mort qui confère la vie. En 346, l’amphithéâtre construit près de la mer, loin d’empiéter sur la surface cultivable, l’accroît au contraire, puisque les animaux sauvages qui infestaient le secteur, désormais contraints de craindre pour leur vie qui pourrait se finir entre les murs de l’arène, se sont enfuis ailleurs ; et il bénéficie d’un public nombreux, puisque les paysans au labour et les marins en mer peuvent admirer ses spectacles. On pourrait multiplier les exemples29.

  • 30 L’épigramme est difficile à interpréter. Pour Rosenblum, Luxorius, op. cit., 206 ; Happ, Luxurius. (...)
  • 31 Cyriacus et Pascasius sont des noms d’origine chrétienne, voir Hugoniot, « Les spectacles », op. c (...)
  • 32 Iectofian est un nom berbère, voir Happ, Luxurius, op. cit., I, 309-310.

17Il y a chez Luxorius une autre forme de paradoxe. Contrairement au Liber de spectaculis de Martial, où ne s’entendent que des accents de célébration, lui n’hésite pas dans ses épigrammes sur les spectacles à retourner l’éloge en blâme et à introduire le thème de l’échec. C’est du reste seulement dans ces poèmes-là qu’il se montre moins abstrait et rapporte les incidents des courses. Ainsi le poème 306 montre un vieil aurige, Cyriacus, qui, chaque fois qu’il est vaincu, s’en prend au vainqueur et au public. En 324, il est question d’un cocher égyptien qui multiplie les chutes30. Le poème 327 est un persiflage sur l’aurige Pascasius31 qui tombe fréquemment ; il forme un contraste avec 328, de contenu opposé (c’est un éloge d’un aurige des Verts, Iectofian32, sans doute un texte de commande). Enfin le poème 336, très obscur, attaque un cocher efféminé, Vico, qui ne gagne jamais. On ne trouve rien de tel chez Martial et Luxorius fait sur ce point preuve d’originalité.

18De nombreux poèmes de Luxorius décrivent des œuvres d’art (c’est la trace d’un intérêt incontestable de l’auteur pour le domaine de l’art) et se présentent donc comme des ecphrasis ; cinq d’entre eux sont consacrés à des peintures, 312-313, 325 et 334-335. On se penchera sur les deux paires 312-313 et 334-335, qui ont pour sujet les spectacles et illustrent le principe de la variation sur un thème. Voici les poèmes 312 et 313 (toujours selon l’édition Riese ; le titre de 313 ne remonte sûrement pas à Luxorius, c’est une glose de copiste), suivis de leur traduction :

De Fama picta in stabulo circi

Qualem te pictor stabulis formauit equorum,
talem te nostris blanda refertoiugis.
Semper et adsiduo uincendi munera porta
his, quorum limen fortis amica sedes.

Une peinture de la Renommée sur l’écurie d’un cirque

Telle que le peintre t’a représentée sur l’écurie des chevaux,
ainsi montre-toi favorable à nos attelages.
Accorde toujours et continuellement les dons de la victoire
à ceux sur la porte desquels tu te tiens, en brave protectrice.

Aliter

Verum, Fama, tibi uultum pictura notauit,
dum uiuos oculos iuncea formagerit.
Tu quamuis totum uelox rapiaris in orbem,
pulchrior hoc uno limine clausa sedes.

Même sujet

La peinture, Renommée, a dessiné ton aspect véritable,
en te donnant un corps mince comme un jonc et des yeux vifs.
Quoique tu coures prestement à travers le monde entier,
tu es plus belle quand tu te tiens fixée sur cette seule porte.

  • 33 Dal Corobbo, Per la lettura di Lussorio, op. cit., 208.
  • 34 Happ, Luxurius., op. cit., II, 216.

19Les deux poèmes sont de même longueur et écrits dans le même mètre, Luxorius les a voulus très proches. Leur sujet est clair : il s’agit d’une peinture de Fama personnifiée sur la porte de l’écurie d’une des factions du cirque ; elle est sans doute représentée sous la forme d’une belle jeune fille assise ; son rôle est bien sûr de servir de porte-bonheur pour l’écurie. La capacité de donner la victoire lui est attribuée, ce qui est inusuel. On a pensé à une confusion avec la Fortune, mais, comme le fait remarquer F. Dal Corobbo33, la mention des uiui oculi dans le second poème exclut cette hypothèse, puisque la Fortune est aveugle. Il faut alors supposer avec H. Happ34 une figure syncrétique où Fortuna est identifiée avec d’autres divinités, et dans notre cas ce serait avec Fama, puisque au cirque la victoire dépend souvent de la faveur du public.

20Pour le couple 334-335, moins intéressant dans le détail, on donnera seulement le texte de 334, avec la traduction :

De uenatore picto in manibus oculos habente

Docta manus quotiens se praebuit ursis,
numquam fallentem tela dederenecem.
Hinc etiam digitis oculos pictura locauit,
quod uisum frontis prouida dextra tulit.

21Une peinture d’un chasseur qui a des yeux sur les mains

Chaque fois que sa main habile s’est présentée aux ours féroces,
les traits ont donné la mort, infailliblement.
C’est pourquoi la peinture a placé aussi des yeux sur ses doigts :
sa droite prévoyante avait la même vue que son front.

  • 35 Hugoniot, « Les spectacles », op. cit., 181, 187.

22Les deux poèmes 334-335 témoignent du goût de Luxorius pour l’étrange, le baroque. On peut faire un rapprochement avec la fin de la pièce 304, où le sanglier que chasse Fridamal tombe mort avant même d’avoir reçu le coup fatal (ante ictum subita prostrata est bellua morte), comme si Fridamal tuait par sa seule volonté. Et on rappellera l’expression française « avoir des yeux au bout des doigts », qui signifie « avoir le tact très fin, faire avec habileté des ouvrages manuels très délicats ». La pièce 334 est remarquable par la personnification de la main, soulignée par l’emploi des adjectifs docta et prouida. Dans la pièce 335, qui comporte un distique de plus, Luxorius revient à une présentation plus classique. Elles montrent en tout cas que le royaume vandale n’avait pas supprimé les chasses sanglantes comme l’empire byzantin35.

  • 36 Snowden, Before Color Prejudice, op. cit., 91, mentionne des mosaïques, généralement antérieures à (...)
  • 37 Dans la pièce AP XV, 48 de l’Anthologie Palatine, le cocher Ouranios (qui semble s’être illustré s (...)

23L’étude ces quelques poèmes permet de dégager certaines constantes. Les épigrammes de Luxorius sur les cochers et les uenatores ne les montrent pas uniformément triomphants, comme c’est le cas chez Martial. Lui fait d’eux une présentation ambivalente : il y a les bons, objets de ses éloges (293, 328, 353-354), et les mauvais, stigmatisés dans des pièces satiriques (306, 324, 327, 336). Ensuite, plusieurs d’entre eux sont qualifiés d’égyptiens (293, 324, 353), comme s’il y avait une sorte de spécialisation des Égyptiens (c’est-à-dire, sans doute, des noirs originaires d’Éthiopie, on l’a dit) dans le sport36. Et cela donne à Luxorius l’occasion de développer un de ces paradoxes qu’il aime tant. Par ailleurs, il utilise abondamment la mythologie pour rehausser son sujet : c’est le cas dans les pièces 293 et 353, on l’a vu, mais aussi en 324 et 328. Le poème 324 fait la satire d’un aurige qui multiplie les chutes en reproduisant la conduite de personnages mythologiques (Icare, Phaéthon) dont on lui attribue le nom. Le poème 328 exalte l’aurige des Verts Iectofian en le déclarant supérieur à Pélops : celui-ci n’a obtenu qu’une seule victoire (la course contre Oenomaos pour la possession d’Hippodamie), Iectofian en remporte beaucoup37. Enfin, quand il présente deux poèmes successifs sur le même sujet, Luxorius essaie parfois de pratiquer le principe de variation (c’est vrai pour 353-354, ce ne l’est pas pour 312-313, et 334-335 constitue un cas intermédiaire), mais la chose est beaucoup moins nette que chez Martial.

  • 38 Hugoniot, « Les spectacles », op. cit., 201-202.

24Luxorius écrivait sous Hilderic (523-530). Il est possible que ce roi, fils d’Eudocie (amenée en otage à Carthage après le sac de Rome de 455) et petit-fils de Valentinien III, bon connaisseur de la culture romaine et qui entretenait des relations d’amitié avec Justinien, se soit inspiré ou ait voulu s’inspirer du cérémonial de cour byzantin, dans lequel le cirque joue un rôle majeur, la victoire de l’aurige étant associée à celle de l’empereur38. Cependant il n’y a pas de raison de penser que les spectacles à Carthage n’aient pas existé également sous ses prédécesseurs (notamment Thrasamond, loué pour son évergétisme en 210-214), et cette supposition vaudrait alors aussi pour eux. Les rois vandales, conscients de la fragilité des fondements de leur pouvoir qui reposait essentiellement sur la force, se cherchaient des modèles, notamment culturels et idéologiques, pour montrer qu’ils prenaient dignement la suite de l’empire romain. Si l’on admet cette idée, on s’interrogera sur l’éventuel sens caché de l’épigramme 310 de Luxorius, où la pantomime Macedonia suscite les quolibets de l’auteur parce que, quoique presque naine, elle danse le rôle d’Andromaque, qui était réputée dans l’Antiquité pour sa grande taille : cette pantomime ne pourrait-elle symboliser les rois vandales, nains qui cherchent à jouer et imiter les grands ?

Notes

1 Nous partons de l’idée que l’ordre des pièces est original. On ne voit pas en effet pourquoi le compilateur qui a travaillé peu avant 533 l’aurait modifié.

2 Martial pratique généralement une variation métrique quand deux poèmes successifs traitent le même sujet : É. wolff, Martial ou l’apogée de l’épigramme, Rennes 2008, 31. Martial est le modèle de Luxorius, même s’il ne le mentionne nulle part : É. wolff, « Les poèmes introductifs du recueil épigrammatique de Luxorius », à paraître.

3 Nous suivons, en modifiant parfois l’orthographe et la ponctuation, le texte de l’édition de A. Riese, Anthologia latina siue poesis latinae supplementum, Lipsiae 1869-1870, rééd. 1894-1906, 2 vol. (nos références renvoient toujours ici à la deuxième édition), sauf pour 353, 11 où nous gardons le in du manuscrit (corrigé par Riese en ad) ; in + accusatif est employé ici au lieu de in + ablatif, comme en 293, 4 ; 356, 4 ; 367, 1. Toutes les traductions sont de nous. Sur ces deux poèmes on verra les trois éditions commentées de M. Rosenblum, Luxorius. A Latin Poet among the Vandals, New York 1961 (avec traduction anglaise) ; H. Happ, Luxurius. Text und Untersuchungen, Kommentar, 2 vol., Stuttgart 1986 ; F. Dal Corobbo, Per la lettura di Lussorio. Status quaestionis, testi e commento, Bologna 2006 (avec traduction italienne) ; et l’article de S. Copello, « Lussorio : Anthologia Latina 340, 348, 350 Shackleton Bailey », in F. Bertini (éd.), Luxoriana, Genova 2002, 73-86 (avec traduction italienne).

4 Le groupe grata uoluptatis species est contourné : species a le sens de « apparence, vision, spectacle », d’où mot à mot : « spectacle agréable de joie ». L’expression indique que l’agréable beauté d’Olympius procure du plaisir à qui la voit.

5 S. T. Stevens, « The Circus Poems in the Latin Anthology », in J. H. Humphrey (éd.), The Circus and a Byzantine Cemetery at Carthage, Ann Arbor 1988, 153-178 ; R. Miles, « The Anthologia latina and the creation of a secular space in Vandal Carthage », Antiquité tardive 13 (2005), 305-320 ; C. Hugoniot, « Les spectacles dans le royaume vandale », in E. Soler, Fr. Thelamon (dir.), Les jeux et les spectacles dans l’empire romain tardif et dans les royaumes barbares, Mont-Saint-Aignan 2008, 161-204. Nous n’avons pu lire G. Laville, « La vita del circo e altri spunti di realtà negli epigrammi di Lussorio », Atti dell’Accademia Pontaniana 23 (1974), 271-286.

6 Dal Corobbo, Per la lettura di Lussorio, op. cit., 266.

7 Der kleine Pauly, Lexicon der Antike, München 1979, IV, 286, 37-42 et IV, 47, 27-29.

8 F. M. Snowden, Before Color Prejudice. The Ancient View of Blacks, Cambridge (Mass.) 1983, 82-83, et, pour ce poème, E. Malaspina, « Il separatismo etnico a Cartagine e il suo archetipo didoniano », Romanobarbarica 12 (1992-1993), 1-22.

9 La série 90-197 a un seul auteur, un Africain de la fin de la période vandale, voir L. Zurli, Unius poetae sylloge. Verso un edizione di Anthologia Latina, cc. 90-197 Riese² = 78-188 Shackleton Bailey, Hildesheim 2005, 3-8, et Unius poetae sylloge. Anthologia Latina, cc. 90-197 Riese = 78-188 Shackleton Bailey, Hildesheim 2007, 119 ; N. M. Kay, Epigrams from the Anthologia Latina. Text, translation and commentary, London 2006, 1-5.

10 Verg., Georg. 2, 115-116, Virgile. Géorgiques, éd. E. de Saint-Denis, Paris 1957², 23 : Sola India nigrum/fert hebenum.

11 Verg., Buc. 9, 39, Virgile. Bucoliques, ed. E. de Saint-Denis, Paris 1942, 66.

12 Dracont., Romul. 6, 6-8, Dracontius. Œuvres, IV, éd. É. Wolff, Paris 1996, 1 et 86 note 7.

13 Plin., HN VIII, 1-15 et 23, Pline l'Ancien, Histoire naturelle, VIII, éd. A. Ernout, Paris 1952, 23-28 et 30.

14 J. Aymard, Essai sur les chasses romaines, des origines à la fin du siècle des Antonins, Paris 1951, 423.

15 Claudian., De bell. Gildon. 134-139, Claudien. Œuvres, II, Poèmes politiques (395-398), éd. J.-L. Charlet, Paris 2000, II, 131 ; De consulat. Stilic. 2, 256-257, Claudian, éd. M. Platnauer, 2 vol., London-New York 1922, II, 20-21.

16 Dès le premier siècle avant notre ère, Plin., HN VIII, 16-22, éd. Ernout, cit., 28-30 et Aymard, Chasses romaines, op. cit., 81-82.

17 A. Steier, « Pfeffer », RE XIX, 2, 1423-1424.

18 Iuv., Sat. XI, 125, Juvénal. Satires, ed. P. de Labriolle et F. Villeneuve, Paris, 1967, 144.

19 Pompon. Mela, Chorogr. III, 7, 67, Pomponius Méla, Chorographie, éd. A. Silberman, Paris 1988, 86 et P. Schneider, L’Éthiopie et l’Inde : interférences et confusions aux extrémités du monde antique ( viiie siècle avant J.-C. – vie siècle après J.-C.), Roma 2004.

20 De la même époque, voir la note 9.

21 Ch. Courtois et alii (éd.), Tablettes Albertini : actes privés de l’époque vandale, fin du ve siècle, Paris 1952, Actes XI, 20 et XIII, I, 37.

22 Pomp. Fest., De verb. signif., Sexti Pompei Festi, De uerborum significatu, ed. W. M. Lindsay, Lipsiae 1913, 26 l. 10 : Aegyptinos Aethiopas ; et Kay, Epigrams, cit., 328 et 330-331.

23 Verg., Buc. 10, 37-39, Virgile, Bucoliques, éd. de Saint-Denis, cit., 70.

24 Cant. I, 4, Bible, éd. É. Osty, Paris, 1973, 1391.

25 É. Wolff, « Deux épitaphes de Luxorius (AL. 345 et 354 R = 340 et 349 ShB) no 49 et 50 », in C. Hamdoune (éd.), Vie, mort et poésie dans l’Afrique romaine d’après un choix de Carmina Latina Epigraphica, Bruxelles 2011, 299-305.

26 Nous suivons là encore le texte de Riese, Anthologia latine, op. cit., 251, sauf au dernier vers où nous gardons le et genio du manuscrit (corrigé par Riese en es genio).

27 Verg., Aen. I, 489, Virgile, Énéide, éd. J. Perret, 3 vol., Paris 1977-1980, I, 24 : et nigri Memnonis arma.

28 Happ, Luxurius, op. cit., II, 89-90.

29 Voir É. Wolff, « La nature dans les épigrammes de l’Anthologie latine d’époque vandale », à paraître.

30 L’épigramme est difficile à interpréter. Pour Rosenblum, Luxorius, op. cit., 206 ; Happ, Luxurius., op. cit., II, 264-265 et Dal Corobbo, Per la lettura di Lussorio, op. cit., 222, il s’agit d’un cocher des Verts et les Bleus ne veulent pas qu’on lui donne les noms honorifiques d’Agile, Icare et Phaéthon. Stevens, « The Circus Poems », op. cit., 164, Hugoniot, « Les spectacles », op. cit., 192, et nous-même pensons au contraire que c’est un cocher des Bleus et que sa faction refuse ces noms (et surtout les deux derniers) parce qu’ils sont de mauvais augure pour un cocher. Les noms d’Agilis, Icarus et Phaethon sont attestés pour des chevaux, pas pour des cochers, voir M. Darder Lissón, De nominibus equorum circensium : pars occidentis, Barcelona 1996, 55, 151 et 211.

31 Cyriacus et Pascasius sont des noms d’origine chrétienne, voir Hugoniot, « Les spectacles », op. cit., 190.

32 Iectofian est un nom berbère, voir Happ, Luxurius, op. cit., I, 309-310.

33 Dal Corobbo, Per la lettura di Lussorio, op. cit., 208.

34 Happ, Luxurius., op. cit., II, 216.

35 Hugoniot, « Les spectacles », op. cit., 181, 187.

36 Snowden, Before Color Prejudice, op. cit., 91, mentionne des mosaïques, généralement antérieures à l’époque de Luxorius, où l’on voit des noirs valets d’amphithéâtre, mais non cochers ou chasseurs.

37 Dans la pièce AP XV, 48 de l’Anthologie Palatine, le cocher Ouranios (qui semble s’être illustré sous Justinien à Constantinople) est appelé Pélops à cause de ses victoires (Anthologie grecque I. Anthologie Palatine XII, éd. F. Buffière, Paris 1970, 151).

38 Hugoniot, « Les spectacles », op. cit., 201-202.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search