Version classiqueVersion mobile

Octavio Paz

 | 
Miguel Maldonado

Coda au temps

Texte intégral

1Une culture, selon Octavio Paz, se distingue avant tout par sa vision du temps. Or celle du temps chronométrique, c’est-à-dire la nôtre, est l’une des plus volatiles qui aient été créées :

  • 109 O. Paz, Obras, op. cit., t. 8, p. 189.

Lorsque je dis à cet instant, l’instant est déjà passé. La mesure spatiale du temps éloigne l’homme de la réalité [Cuando digo en este instante, ya pasó el instante. La medición espacial del tiempo separa al hombre de la realidad]109.

2Il fut un temps où le temps en Occident était ainsi : il fut un temps où il n’y avait ni dates ni succession, ce commencement mythologique ayant donné naissance à ce que nous appelons l’Histoire :

  • 110 Idem.

L’homme détaché de cette éternité où tous les temps ne font qu’un, est tombé dans le temps chronométrique, devenant prisonnier de l’horloge, du calendrier et de la succession [el hombre desprendido de esa eternidad en la que todos los tiempos son uno, ha caído en el tiempo cronométrico y se ha convertido prisionero del reloj, del calendario y de la sucesión]110.

  • 111 Ibid., p. 188.

3La manière dont fonctionne une fontaine peut illustrer l’idée que se fait Octavio Paz du temps : une eau à la fois dormante et en mouvement. Le temps du poète est le temps concret, le moment présent, le « temps où le temps n’était pas fait de succession et d’étapes, mais où il jaillissait continuellement d’un présent fixe [tiempo en el que el tiempo no era sucesión y tránsito, sino manar continuo de un presente fijo]111 ». Octavio Paz livre l’une de ses plus belles réflexions sur le temps dans un poème précisément intitulé « Fontaine [Fuente] » :

  • 112 O. Paz, Obras, op. cit., t. 11, p. 201.

Tout est présent, miroir sans revers : il n’y a pas / d’ombre, pas de côté opaque, tout est œil, / tout est présence, je suis présent partout / la présence, le présent, éclate [Todo es presente, espejo sin revés : no hay / sombra, no hay lado opaco, todo es ojo, / todo es presencia, estoy presente en todas partes / la presencia, el presente, estalla]112.

  • 113 Ibid., p. 200.

4La « profanation » de l’œuvre de Quevedo par Octavio Paz repose notamment sur sa vision du temps : « Tout est présence, tous les siècles sont présents [todo es presencia, todos los siglos son este presente]113 », hic et nunc.

5La fontaine, métaphore du temps, renvoie à l’image préhispanique de l’ouroboros aztèque, le serpent qui se mord la queue. Cercle de l’éternel retour qui, malgré la répétition des cycles, évolue sans cesse. Octavio Paz évoquait avec une image semblable la revue qu’il a fondée, Vuelta [faire le tour ou retour en français] : on revient, mais on n’est plus le même et l’endroit où l’on revient n’est plus le même. L’intronisation de l’instant présent renvoie aux divinités antiques, Les Heures, ou au dieu grec Kairos, « dieu de l’occasion opportune [Dios del momento justo] », représentant de l’instant éternel, d’un autre temps échappant au temps de l’horloge.

6La culture préhispanique avait développé différentes conceptions du temps, avec des périodes cycliques, mais aussi un temps parallèle au temps cosmique : tous les cinquante-deux ans recommençait une nouvelle étape, donnant lieu à la plus importante des fêtes du calendrier, appelée xiuhmolpillia : les temples étaient recouverts, les espaces réaménagés, c’était une fête de renouvellement. On peut observer la trace de ces rénovations successives à travers les sept couches superposées de la structure du Templo Mayor, au centre de Mexico. Le temps astronomique, qui compte dix-huit mois de vingt jours, plus une petite période complémentaire de cinq jours, coïncidait tous les cinquante-deux ans avec l’autre calendrier, divinatoire, de deux cent soixante jours. Ainsi le temps cosmique ou « naturel » n’était-il pas le seul à régir la vie des cultures préhispaniques, qui prenaient également en compte un temps de leur propre invention, le cycle de deux cent soixante jours :

  • 114 L. Séjourné, El pensamiento Náhuatl cifrado por los calendarios, Siglo XXI, 2004, p. 13.

Cette interaction universelle, que seule l’activité de l’homme peut créer, est explicitement inscrite dans la corrélation de leurs différents calendriers [Esta interacción universal, que sólo la actividad del hombre puede realizar, está inscrita explícitamente en la correlación de sus distintos calendarios]114.

7Le temps cyclique et le temps cosmique s’unissaient en un seul instant, celui du moment présent. Il n’est pas impossible que cette vision du temps préhispanique ait influencé la conception d’Octavio Paz selon laquelle « tout est présent ».

8Ce n’est pas un hasard si T. S. Eliot, autre éminent critique de la modernité, a écrit quelques années auparavant la réflexion suivante, qui ne manque pas d’évoquer celle d’Octavio Paz :

  • 115 T.S. Eliot, Cuatro cuartetos, édition bilingue de Esteban Pujals, REI, 1991, p. 82.

If all time is eternally present / All time is unredeemable. / […] What might have been and what has been / Point to one end, which is always present [Si tout temps est éternellement present / Tout temps est irrémissible. […] /Ce qui aurait pu être et ce qui a été / Tendent vers une seule fin, qui est toujours présente]115.

9Le poète de l’instant présent a également été un poète de son siècle : les idéaux de la modernité – notamment les totalitarismes et le libéralisme du xxe siècle – l’ont amené à nuancer ses réflexions sur la liberté et l’égalité, et ses idées politiques en général. Le siècle des grands récits, avec ses systèmes de pensée irréductibles, l’a toutefois poussé à définir ses idées en fonction d’un certain prosélytisme philosophique opposant le socialisme au libéralisme, le dilemme posé par l’apparente confrontation entre liberté et fraternité ayant été résolu en faisant pencher la balance du côté du libéralisme, au détriment d’une vision plus complexe du monde. Néanmoins, sa poésie, toujours visionnaire, échappe aux aléas de la conjoncture. L’union des contraires et les correspondances poétiques lui ont permis de ne pas se laisser aveugler par les idéologies du moment. En cela, Octavio Paz est un poète universel.

  • 116 C. Monsiváis, Las alusiones perdidas, Anagrama, 2007, p. 44.

10C’est aussi un poète moderne, car il incarne la dispersion, fille de la modernité : la diversité de ses projets littéraires, la volonté d’expérimenter, la maîtrise de différents sujets ont fait de lui le dernier poète moderne du Mexique. Désormais, les poètes ne sont plus appelés à témoigner de la grande dispersion. Il ne reste plus, pour le meilleur et pour le pire, comme le souligne Carlos Monsiváis préfigurant le xxie siècle, qu’à « vivre “l’individualité à fond”. À rassembler, arbitrairement, les fragments [vivir la “individualidad a fondo”. Congregar, arbitrariamente, los fragmentos]116. »

Notes

109 O. Paz, Obras, op. cit., t. 8, p. 189.

110 Idem.

111 Ibid., p. 188.

112 O. Paz, Obras, op. cit., t. 11, p. 201.

113 Ibid., p. 200.

114 L. Séjourné, El pensamiento Náhuatl cifrado por los calendarios, Siglo XXI, 2004, p. 13.

115 T.S. Eliot, Cuatro cuartetos, édition bilingue de Esteban Pujals, REI, 1991, p. 82.

116 C. Monsiváis, Las alusiones perdidas, Anagrama, 2007, p. 44.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search