Version classiqueVersion mobile

Octavio Paz

 | 
Miguel Maldonado

De la poésie à la théorie

Texte intégral

1Évoquant les « liens inattendus » et les correspondances, Julio Cortázar cite deux vers d’Octavio Paz :

  • 68 O. Paz, Obras, op. cit., t. 11, p. 269.

Mes pas dans cette rue / résonnent dans une autre rue [Mis pasos en esta calle / resuenan en otra calle]68.

2L’analogie universelle et l’univers des correspondances ont imprégné l’œuvre des poètes anciens et modernes. Parmi les modernes, c’est Baudelaire qui en est le meilleur représentant :

  • 69 C. Baudelaire, Correspondances. Œuvres Complètes, Gallimard, 1975, p. 11.

Comme de longs échos qui de loin se confondent / Dans une ténébreuse et profonde unité69.

3Il n’est pas étonnant qu’Octavio Paz, sensibilisé par son éducation à ces correspondances universelles, s’accorde avec Isaiah Berlin à reconnaître la relation conflictuelle qui existe entre les différentes valeurs politiques. De son côté, Berlin n’est pas indifférent à la poésie : la lettre que Virginia Woolf lui a écrit, lui demandant de « frapper à sa porte grise », relève de la correspondance poétique. Octavio Paz n’a pas manqué de souligner l’interdépendance de certaines valeurs politiques :

  • 70 O. Paz, Obras, op. cit., t. 14, p. 371.

La liberté sans la justice dégénère en anarchie et finit en despotisme. Mais de la même manière, sans liberté, il n’y a pas de véritable justice [Libertad sin justicia degenera en anarquía y termina en despotismo. Pero asimismo : sin libertad no hay verdadera justicia]70.

4Bien qu’il partage avec Isaiah Berlin la thèse d’une opposition radicale entre égalité et liberté, au gré d’une réflexion étonnamment lucide il se rapproche de la vision du philosophe Ronald Dworkin : les valeurs ne s’opposent pas, elles se complémentent. Or pour Isaiah Berlin, les valeurs s’opposent constamment les unes aux autres : à aucun moment dans son œuvre il n’envisage l’idée de la complémentarité. Ronald Dworkin considère au contraire que les valeurs politiques sont étroitement liées entre elles, la définition théorique d’une valeur politique déterminant celle des autres. Octavio Paz souligne également cette interdépendance, tout en observant que la liberté et l’égalité s’opposent entre elles et semblent irréconciliables :

  • 71 Ibid., p. 277.

La liberté et l’égalité sont deux notions absolues, incompatibles et ennemies : la liberté menace toujours l’égalité, et l’égalité la liberté [libertad e igualdad son dos nociones absolutas, incompatibles y enemigas : la libertad amenaza siempre a la igualdad y ésta a la libertad]71.

  • 72 R. Dworkin, Sovereing virtue, The theory and practice of equality, Harvard University Press, 2000, (...)

5Les valeurs politiques, selon Dworkin, peuvent aussi bien établir des liens harmonieux que conflictuels, et ne doivent donc pas nécessairement être confrontées entre elles. Sur le plan théorique, on peut concevoir que certaines notions de la liberté soient en harmonie avec l’égalité. Dworkin affirme : « Any genuine conflict is not just a philosophical discovery but an emotional defeat [Tout véritable conflit est non seulement une découverte philosophique, mais aussi une défaite émotionnelle]72. » La construction d’un système de valeurs équilibré dépend de la créativité intellectuelle. La notion de liberté peut aussi bien remettre en cause l’égalité que la justice, la démocratie, la tolérance, et hoc genus omne. Inversement, les autres valeurs déterminent à leur manière la liberté. Si l’on développe par exemple une conception anarchique de la liberté, elle s’opposera à la plupart des valeurs politiques. Les arguments de Dworkin reposent, de son propre aveu, sur une idée platonicienne : tout ce que l’on fait dans la vie a une influence sur notre destin et sur celui des autres. Ainsi, si l’on commet de mauvaises actions, on en subit immanquablement les conséquences.

6Pour réfuter cette simple affirmation, Dworkin en appelle à la volonté de l’être, tout en réinterprétant cette volonté : il en conclut que même si nos vies ne sont pas soumises à un tel déterminisme, il existe bel et bien un lien entre notre comportement et la société. Il en va de même avec les valeurs :

  • 73 Ibid., p. 182.

Liberty and equality cannot conflict, as two fundamental political virtues, because equality cannot even be defined except by assuming liberty in place, and cannot be improved, even in the real world, by policies that compromise the values of liberty [La liberté et l’égalité, en tant que vertus politiques fondamentales, ne peuvent entrer en conflit, dans la mesure où l’égalité ne peut être définie qu’en respectant la liberté établie, et ne peut être consolidée, y compris dans le monde réel, par des politiques allant à l’encontre des valeurs de la liberté]73.

  • 74 Y. Grenier, Del arte a la política. Octavio Paz y la búsqueda de la libertad, F.C.E., 2004, p. 58.

7Octavio Paz pressent également cette interdépendance des valeurs et l’existence de liens plus complémentaires que conflictuels. Yvon Grenier fait justement remarquer que la philosophie politique d’Octavio Paz cherche à concilier les oppositions entre égalité et liberté à travers la notion de fraternité74. C’est une constante dans son œuvre, comme le souligne le professeur canadien, et ce pour plusieurs raisons : la volonté d’unir les « contraires » dans sa pensée politique s’inscrit en effet dans la continuité de ses recours poétiques, désormais appliqués à la philosophie, avec tous les risques que cela comporte. L’opposition entre liberté et nécessité renvoie aux préceptes marxistes, tandis que l’opposition entre liberté et égalité correspond davantage aux théories de la pensée libérale de la seconde moitié du xxe siècle, une vision simpliste ayant essentiellement servi à battre en brèche les « dangereux » égalitarismes du bloc socialiste.

8La fraternité, pour Octavio Paz, a été la grande absente du xxe siècle, et la défendre revient à revendiquer les trois idéaux qui ont inauguré la pensée moderne à partir de la Révolution française : liberté, égalité, fraternité. Cette idéal de fraternité était toutefois déjà présent dans la poésie et la pensée de la première moitié du xxe siècle, comme en témoigne ce texte écrit par le poète Paul Eluard pour une conférence sur la poésie surréaliste prononcée le 24 juin 1936 lors de l’Exposition internationale du Surréalisme de Londres :

  • 75 Ce texte, publié dans le tome II des Œuvres complètes d’Éluard (Bibliothèque de la Pléiade, NRF) en (...)

Il y a un mot qui m ´ exalte, un mot que je n ´ ai jamais entendu sans ressentir un grand frisson, un grand espoir, le plus grand, celui de vaincre les puissances de ruine et de mort qui accablent les hommes, ce mot est : fraternisation75.

9Octavio Paz pressent que cette vision d’un conflit systématique entre les valeurs est étriquée : la liberté correspond, plus qu’elle ne s’oppose, aux autres valeurs. Si le recours poétique à la « communion des contraires » s’inspire, entre autres sources, de ses lectures de la poésie baroque – un recours qui l’aidera à mieux « accepter » l’opposition entre égalité et liberté –, l’intuition d’une correspondance universelle provient, elle, d’une autre source : le courant baudelairien. Dans son poème « Correspondances », Baudelaire écrit :

  • 76 C. Baudelaire, op. cit., p. 11.

10Les parfums, les couleurs et les sons se répondent76.

11Or ce transfert des images poétiques vers les idées philosophiques était courant chez Octavio Paz. Sa vision poétique imprégnait toutes les autres sphères de son œuvre. Dans son livre La flamme double, par exemple, où il réfléchit sur l’amour et l’érotisme, il assimile la poésie à un érotisme verbal et l’érotisme à une poétique corporelle. De telles analogies, fréquentes dans son œuvre, nous permettent de comprendre pourquoi ses arguments font si souvent appel à des ressorts poétiques. Une poésie des opposés pourrait-elle comprendre une philosophie des oppositions ? Si l’on conçoit les courants esthétiques comme autant de philosophies, dans la mesure où ils impliquent toute une vision de l’homme et de son rôle dans le monde, les frontières entre poésie et théorie s’estompent. L’opositio baroque s’apparente à une philosophie dialectique, même si cette dernière, en privilégiant la synthèse des contraires plutôt que leur union, tend à faire disparaître les oppositions, annulant par la même occasion les correspondances. En poésie, les contraires s’opposent et se correspondent à la fois. La poésie d’Octavio Paz a donc finalement eu une grande influence sur ses idées politiques et philosophiques. Si elle a ainsi pu transformer sa pensée, c’est avant tout parce qu’elle l’a complétée.

12Octavio Paz prend ses distances vis-à-vis de la pensée strictement libérale en soulignant l’importance d’une harmonisation des valeurs en vue d’une société plus juste :

  • 77 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 230.

La démocratie moderne nous protège des exigences exorbitantes et cruelles de l’ancien État, moitié providence moitié Moloch, elle nous donne une liberté et, avec elle, une responsabilité. Mais cette liberté, si elle ne se résout pas à travers la reconnaissance des autres, si elle ne les inclut pas, est une liberté négative, qui nous renferme sur nous-mêmes. Cruel dilemme : la liberté sans fraternité est une pétrification ; la démocratie sans liberté est une tyrannie. Contradiction fatale, dans les deux sens du mot : à la fois nécessaire et funeste. Sans elle, nous ne serions pas libres et ne pourrions prétendre à la seule dignité à laquelle nous pouvons aspirer : celle d’être responsables de nos actes ; avec elle, nous plongeons dans un abîme sans fin : celui de notre être propre [La democracia moderna nos defiende de las exigencias exorbitantes y crueles del antiguo Estado, mitad providencia y mitad Moloc, nos da libertad y, con ella, responsabilidad. Pero esa libertad si no se resuelve en el reconocimiento de los otros, si no los incluye, es una libertad negativa, nos encierra en nosotros mismos. Cruel dilema : la libertad sin fraternidad es petrificación ; la democracia sin libertad es tiranía. Contradicción fatal, en el doble sentido de la palapalabra : es necesaria y es funesta. Sin ella, no seríamos libres ni alcanzaríamos la única dignidad a la que podríamos aspirar : la de ser responsables de nuestros actos ; con ella, caemos en un abismo sin fin : el de nosotros mismos]77.

13La liberté perd son sens si elle n’est pas accompagnée d’autres valeurs, de même que les autres valeurs perdent leur sens si elles ne sont pas accompagnées de la liberté.

Notes

68 O. Paz, Obras, op. cit., t. 11, p. 269.

69 C. Baudelaire, Correspondances. Œuvres Complètes, Gallimard, 1975, p. 11.

70 O. Paz, Obras, op. cit., t. 14, p. 371.

71 Ibid., p. 277.

72 R. Dworkin, Sovereing virtue, The theory and practice of equality, Harvard University Press, 2000, p. 25.

73 Ibid., p. 182.

74 Y. Grenier, Del arte a la política. Octavio Paz y la búsqueda de la libertad, F.C.E., 2004, p. 58.

75 Ce texte, publié dans le tome II des Œuvres complètes d’Éluard (Bibliothèque de la Pléiade, NRF) en 1968, reprend et complète l’article publié en 1932 dans la revue anglaise This Quarter (titre original : « Poetry’s evidence »).

76 C. Baudelaire, op. cit., p. 11.

77 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 230.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search