Version classiqueVersion mobile

Octavio Paz

 | 
Miguel Maldonado

Affinité élective

Texte intégral

  • 63 J. Gray, Isaiah Berlin, Novatores, 1996, pp. 24-25.
  • 64 O. Paz, Obras, op. cit., t. 1, p. 454.

1Isaiah Berlin partage avec Octavio Paz l’idée d’une « nature élective » de l’homme. Il prend ses distances vis-à-vis du courant libéral du rational choice, en affirmant qu’un choix n’est pas nécessairement motivé par la recherche d’un intérêt ou l’obtention d’un bénéfice63. Ce qui s’avère réellement déterminant, c’est l’inclination élective. Pour sa part, Octavio Paz résume le destin de l’homme dans son poème « Idéogramme de la liberté [Ideograma de la libertad]64 », écrit en 1968, année charnière s’il en est :

2Poème dont on ne peut donner qu’un équivalent du sens en français, au détriment de la forme :

  • 65 Destin, en espagnol, se dit sino, qui unit le si et le no, le oui et le non.

Note6565

3Berlin et Paz sont arrivés, par des voies différentes, aux mêmes conclusions. Ce poème confirme les considérations d’Octavio Paz sur la liberté :

  • 66 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 485.

Pour toutes ces raisons, je pense que la liberté, plus qu’une idée philosophique ou un concept théologique, est une expérience que l’on vit, que l’on sent et que l’on pense chaque fois que l’on prononce deux monosyllabes : « oui et non » [Por todo esto, pienso que la libertad, más que idea filosófica o concepto teológico, es una experiencia que todos vivimos, sentimos y pensamos cada vez que pronunciamos dos monosílabos : ‘sí y no’]66.

4Sur quoi repose un choix ? Cette question a intrigué les hommes depuis la nuit des temps. Et aujourd’hui plus que jamais : les régimes démocratiques cherchent à déterminer ce qui pousse les citoyens à choisir tel ou tel candidat, avec le même enthousiasme que des commerciaux cherchant à déterminer les meilleures stratégies de vente pour attirer les consommateurs. Et bien souvent, ils croient qu’en connaissant les causes, ils contrôleront les effets. On sait cependant qu’il n’existe pas de réponse unique, au regret de décevoir les adeptes de l’oracle perdu. Certes, notre choix repose le plus souvent sur deux éléments opposés : oui et non. Mais doit-on réellement se limiter à cette simple alternative ? Comme le disait Julio Cortázar :

  • 67 J. Cortázar, Rayuela, Cátedra, 2000, p. 545.

Du oui au non, combien de peut-être [del sí al no, ¿cuántos quizá ?]67 ?

Notes

63 J. Gray, Isaiah Berlin, Novatores, 1996, pp. 24-25.

64 O. Paz, Obras, op. cit., t. 1, p. 454.

65 Destin, en espagnol, se dit sino, qui unit le si et le no, le oui et le non.

66 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 485.

67 J. Cortázar, Rayuela, Cátedra, 2000, p. 545.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search