Version classiqueVersion mobile

Octavio Paz

 | 
Miguel Maldonado

Analogie

Texte intégral

1La pensée libérale d’Isaiah Berlin a parfois été qualifiée de « libéralisme agonique », en raison de son insistance sur « l’incommensurabilité des valeurs ». Il n’existe pas d’échelle hiérarchique universelle permettant de déterminer l’importance des valeurs, tant il est vrai que chaque société et chaque personne perçoivent ces valeurs en fonction de leur propre culture. Ainsi la liberté court-elle le risque d’être considérée comme une valeur politique sans importance, reléguée au second plan par les conventions sociales du moment ou certaines personnes ayant décidé de privilégier d’autres valeurs. Pour Octavio Paz, la parole est également « agonique » :

  • 59 O. Paz, El signo y el garabato, Joaquín Mortiz, 1992, p. 243.

Parole ennemie, parole critique, la littérature se déploie comme une interrogation qui, à certains moments extrêmes de sa distension, se renferme sur elle-même et se replie : parole critique de l’écriture ennemie d’elle-même [Palabra enemiga, palabra crítica, la literatura se despliega como una interrogación que, en cierto momento extremo de su distensión, se vuelve sobre sí misma y se repliega : palabra crítica de la escritura, enemiga de sí misma]59.

  • 60 Z. Bauman, En busca de la política, F.C.E., 2001, p. 34.
  • 61 T. Eagleton, La función de la crítica, Paidós Studio, 2005, p. 40.
  • 62 T. Eagleton, Después de la teoría, Debate, 2005, p. 71.

2Tout au long de sa vie, Octavio Paz a fait preuve de ce que beaucoup ont qualifié de « passion critique ». En ce sens, c’était un homme de son temps : la position critique est en effet l’une des principales caractéristiques de la pensée moderne. L’idéal du Progrès a envahi tous les niveaux de connaissance : être critique, c’est considérer qu’une idée peut être perfectionnée ou même remplacée par une autre. Zygmunt Bauman, dans sa réflexion sur l’éthique postmoderne, « définit la modernité comme l’ère de la “chronopolitique” : une idée nouvelle est toujours meilleure que la précédente [define la modernidad como la era de la “cronopolítica” : una nueva idea era mejor que la anterior]60 ». De nos jours, l’exercice critique n’est plus considéré comme la meilleure façon d’appréhender un phénomène. La théorie de la complexité a montré que la pensée critique n’est pas forcément ce qu’il y a de plus souhaitable, que l’homme qui commence à peine à s’initier à la compréhension des phénomènes n’est pas encore prêt à se lancer dans l’aventure critique. La sociologie observe un ordre social naissant impossible à comprendre à l’aide des outils épistémologiques de la modernité. Ce que Michel Maffesoli qualifie de « société effervescente », qui n’a aucun recul sur elle-même. Plutôt que de critiquer, disent les sociologues postmodernes, il est temps de constater, d’observer cette nouvelle « fermentation » sociale. Cette critique de la critique n’est pas un effet de mode ; Nietzsche faisait déjà remarquer que la critique s’appuie souvent sur l’arrogance et le ressentiment, et il y a du vrai dans cette affirmation. Comme nous l’avons déjà mentionné, Octavio Paz, en allusion aux idéaux de progrès de son époque, avait regretté un manque d’« humilité ». Dans ses derniers écrits, il parlait d’accompagner le monde plutôt que de le changer. Pour sa part, le philosophe anglais Terry Eagleton propose une vision différente de la naissance, du développement et de la mort de la pensée critique, à savoir que l’essor de la bourgeoisie a encouragé la critique envers l’ancien régime : c’est cette bourgeoisie qui a financé et protégé les intellectuels détracteurs de la monarchie. Lorsque la bourgeoisie s’est installée au pouvoir, la critique a dû s’adapter aux nouveaux rapports de pouvoir, perdant de sa légitimité. Une fois aux responsabilités, la bourgeoisie a régulé la critique avec les mêmes calculs politiques qu’auparavant. « L’explication d’Eagleton s’appuie essentiellement sur ces arguments de calcul politique [Esta explicación de Eagleton se funda en argumentos de cálculo político]61 ». Toutefois, dans un autre ouvrage, Après la théorie, Eagleton estime que la critique est devenue impossible, tout simplement parce qu’il n’y a plus de référent : en l’absence de « grands récits » comme dirait Lyotard, et d’un novum organum, il n’existe plus de système de pensée qui puisse être critiqué62. Les deux considérations sont dignes d’intérêt, néanmoins l’argument qui nous semble le plus convainquant est que face à une socialité naissante, avec de nouvelles théories beaucoup plus riches et complexes, la critique traditionnelle paraît quelque peu absurde.

Notes

59 O. Paz, El signo y el garabato, Joaquín Mortiz, 1992, p. 243.

60 Z. Bauman, En busca de la política, F.C.E., 2001, p. 34.

61 T. Eagleton, La función de la crítica, Paidós Studio, 2005, p. 40.

62 T. Eagleton, Después de la teoría, Debate, 2005, p. 71.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search