Version classiqueVersion mobile

Octavio Paz

 | 
Miguel Maldonado

Liberté et action

Texte intégral

1« Quetzal » est l’une des manières de dire « liberté » en nahuatl. Ainsi dans la langue des Aztèques le mot liberté était-il identifié à un oiseau. Coïncidence entre le poète et la culture préhispanique : la liberté tel un battement d’aile impétueux. Pour Octavio Paz, la liberté prend sa valeur lorsqu’elle devient action, fût-ce à contre-courant, par exemple en croquant l’orange défendue :

  • 52 O. Paz, Obras, op. cit., t. 11, p. 76.

La liberté est ailes
c’est le vent entre les feuilles, retenu
par une simple fleur ; et le rêve
dans lequel on est son rêve ;
c’est croquer l’orange défendue
ouvrir la vieille porte condamnée
et détacher le prisonnier :
voilà cette pierre devenue pain,
les papiers blancs sont des mouettes,
ce sont des oiseaux, les feuilles
et des oiseaux tes doigts : tout s’ envole
[La libertad es alas
es el viento entre hojas, detenido
por una simple flor ; y el sueño en el que somos nuestro sueño ;
es morder la naranja prohibida
abrir la vieja puerta condenada
y desatar al prisionero :
esa piedra ya es pan,
los papeles blancos son gaviotas,
son pájaros las hojas,
y pájaros tus dedos : todo vuela]52.

  • 53 H. Arendt, Freedom and politics, Oxford University Press, 1991, pp. 61-65.
  • 54 Ibid., p. 68.

2Hannah Arendt, à l’instar d’Octavio Paz, considère que la politique n’a de sens que lorsque l’homme agit : c’est ainsi qu’il exerce sa liberté et, surtout, qu’il renaît à chaque instant. Au sens ancien du mot action, nous rappelle la philosophe, est associé celui de renouveau. Même lorsqu’un État protège les droits et les libertés, si ces derniers ne sont pas exercés par les citoyens, ils perdent toute valeur politique. La liberté d’une communauté ne se mesure pas aux garanties individuelles qu’elle offre, mais à la participation politique de ses membres, si l’on entend par « politique » le débat au sein de la sphère publique en vue des prises de décision53. Arendt défend l’idée d’une liberté positive : elle soutient que l’homme ne peut s’épanouir que dans l’action. La possibilité de choisir n’est pas la liberté en elle-même, même s’il est important que ces libertés négatives existent : « Political liberty could not exist if did not exist the negative liberty of participate in public affairs [La liberté politique ne pourrait exister si la liberté négative de participer aux affaires publiques n’existait pas]54. » Cela dit, Hannah Arendt ne dit pas vers où doit s’orienter cette action : l’homme est façonné en permanence par les autres, et son orientation n’est pas préétablie avant la rencontre publique.

3Pour Octavio Paz, la liberté est étroitement liée à d’autres valeurs politiques : la fraternité, l’autreté, la démocratie, la justice et l’égalité. Dans la citation suivante, il évoque la question de l’autreté :

  • 55 O. Paz, Obras, op. cit., t. 14, p. 371.

La liberté est la dimension historique de l’homme. Elle l’est dans la mesure où il s’agit d’une expérience où apparaît toujours “l’autre”. En disant oui ou non, je me découvre moi-même et, en me découvrant, je découvre les autres, mes semblables ; en les voyant, je me vois moi-même. Exercice de l’imagination active, la liberté est une perpétuelle invention [La libertad es la dimensión histórica del hombre. Lo es por ser una experiencia en la que aparece siempre el ´ otro´. Al decir sí o no, me descubro a mí mismo y, al descubrirme, descubro a los otros, mis semejantes ; al verlos a ellos, me veo a mí mismo. Ejercicio de la imaginación activa, la libertad es una perpetua invención]55.

4Octavio Paz considère que le pouvoir, au sein d’une démocratie, s’appuie sur un double paradoxe : d’un côté, il crée du vide, et de l’autre, il ne le remplit de personne, « personne au pluriel », dirait Pessoa.

  • 56 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 115.

Le relativisme est le point d’aboutissement de la société démocratique : il assure la coexistence civilisée entre les personnes, les idées et les croyances, mais incarne aussi une faille qui se creuse et dépeuple les âmes [En suma, el relativismo es el eje de la sociedad democrática : asegura la convivencia civilizada de las personas, las ideas y las creencias ; al mismo tiempo, en el centro de la sociedad relativista hay un hueco, un vacío que sin cesar se ensancha y que deshabita las almas]56.

5Dans la même lignée, on retrouve des penseurs tels que Claude Lefort et Cornelius Castoriadis, ce dernier étant un ami personnel d’Octavio Paz.

  • 57 C. Lefort, L’invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Fayard, 1978, p. 92.

6Au sujet de la démocratie en tant qu’espace public vide, le premier affirme : « La légitimité du pouvoir se fonde sur le peuple ; mais à l’image de la souveraineté populaire se joint celle d’un lieu vide, impossible à occuper, tel que ceux qui exercent l’autorité publique ne sauraient prétendre se l’approprier57. » Les idées de la démocratie participative partent d’un a priori « rousseauiste » : les citoyens ont naturellement tendance à participer à la sphère publique. Or Aristote mettait déjà en doute, il y a plus de deux mille ans, la nature participative du citoyen, séparant l’éthique des personnes en deux catégories : « l’homme de bien » et « le bon citoyen ». Dans toutes les cités, il y a des hommes qui ne sont pas disposés à participer aux affaires publiques, sans qu’on les considère pour autant comme de mauvaises personnes. Par ailleurs, la démocratie conçue comme la création d’un espace vide protège de la tyrannie du peuple ou de l’autoritarisme, en évitant qu’un groupe s’autoproclame propriétaire de l’espace public. On peut la considérer comme une solution au problème soulevé par Tocqueville lorsqu’il dénonçait la « tyrannie de la majorité » dans son ouvrage De la démocratie en Amérique.

7La liberté d’expression ou d’association ne vaut rien si l’on ne l’exerce pas, or on peut très bien vivre dans une société où cette liberté est garantie sans pour autant l’exercer. Octavio Paz conçoit donc la liberté comme un acte :

  • 58 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 261.

La liberté n’est ni une philosophie ni une théorie sur le monde ; la liberté est une possibilité qui se renouvelle chaque fois qu’un homme dit non au pouvoir, chaque fois que des ouvriers se mettent en grève, chaque fois qu’un homme dénonce une injustice. Mais la liberté ne se définit pas, elle s’exerce. C’est pourquoi elle est toujours momentanée et partielle, un mouvement qui réagit, qui réprouve ou approuve telle ou telle réalité. La liberté n’est ni la justice ni la fraternité, mais la possibilité de les réaliser ici et maintenant. Ce n’est pas une idée, mais un acte [La libertad no es ni una filosofía ni una teoría del mundo ; la libertad es una posibilidad que se actualiza cada vez que un hombre dice No al poder, cada vez que unos obreros se declaran en huelga, cada vez que un hombre denuncia una injusticia. Pero la libertad no se define : se ejerce. De ahí que sea siempre momentánea y parcial, movimiento frente, contra o hacia esto o aquello. La libertad no es la justicia ni la fraternidad sino la posibilidad de realizarlas aquí y ahora. No es una idea sino un acto]58.

Notes

52 O. Paz, Obras, op. cit., t. 11, p. 76.

53 H. Arendt, Freedom and politics, Oxford University Press, 1991, pp. 61-65.

54 Ibid., p. 68.

55 O. Paz, Obras, op. cit., t. 14, p. 371.

56 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 115.

57 C. Lefort, L’invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Fayard, 1978, p. 92.

58 O. Paz, Obras, op. cit., t. 9, p. 261.

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search