Version classiqueVersion mobile

Octavio Paz

 | 
Miguel Maldonado

Préface

Octavio Paz : de la perfection à la complétude

Michel Maffesoli

Texte intégral

1Chaque époque a ses images et ses mythes propres. Mais ils ne font que reprendre et actualiser des potentialités immémoriales que l’on avait crues dépassées et, soudain, retrouvent une étonnante jeunesse.

2Mais cela est bien difficile à admettre, tant est enracinée l’idée d’un Progrès de l’humanité, d’un développement assuré d’une Histoire, ayant un but, lointain, à atteindre. L’idéologie sémite, au travers de ses nuances juives, chrétiennes, musulmanes a mis l’accent sur un développement historique, dont le linéarisme est la marque essentielle. C’est bien en contrepoint de cela que l’on peut saisir et comprendre l’œuvre d’Octavio Paz. En tout cas c’est la leçon que l’on peut retenir de la méditation, subtile et nuancée, que nous propose Miguel Maldonado : « Hommage et profanation ».

3Très précisément en ce que rappelant la pensée du kairos grec, celle de « l’occasion opportune » ou celle des diverses sagesses, ainsi celle du duende, le petit lutin charmeur, il montre en quoi l’existence humaine est, essentiellement, contradictoire, peut-être vaudrait-il mieux dire « contradictorielle » en ce qu’elle intégre la complexité et l’entièreté de l’être. Dès lors l’accent était mis sur ces « âges mythiques » privilégiant l’expérience vécue de ce monde.

4Le mythe, en effet, renvoie au renouvellement périodique de la jeunesse et du monde.

5N’est-ce point cela qu’observe Miguel Maldonado lorsqu’il rappelle que Octavio Paz peut « affirmer certaines choses puis leur contraire ». Cercle ou spirale du devenir humain, car les choses ne reviennent pas exactement au même niveau, il est certain qu’en des domaines essentiels les valeurs que l’on croyait éternelles ne sont plus attractives, alors que d’autres, que l’on croyait caduques, en reprenant vie, suscitent un indéniable engouement. C’est ainsi qu’à l’opposé d’une société du travail on voit naître celle de la création. C’est bien ce voyage initiatique que propose Octavio Paz, « poète originel » au travers de ce que l’auteur nomme une « ambiguïté vitale » !

6Que nous vivions une ère de bouleversement est, maintenant, chose admise. D’une manière soit larvée, soit explosive, l’effondrement des grandes valeurs qui avaient présidé à la solidité de la vie sociale est chose avérée. Mais, c’est avec beaucoup de réticences que l’on va en accepter les conséquences psychologiques et sociales. Tant il est vrai que le (re)nouveau de certains mythes donne des sueurs froides aux clercs (politiques, savants, journalistes) ayant pour fonction de gérer des mythes dont ils ne veulent, en aucun cas, voir la saturation.

7Dans les périodes diluviennes, rien, ni personne n’échappe au choc des divers raz-de-marée dont l’actualité n’est pas avare. Mais la méditation du poète, qu’est – ne l’oublions pas – Miguel Maldonado, peut nous aider à raison garder, ou plutôt à enrichir la raison raisonnante par l’apport des sens et de l’imagination, et dès lors apprécier ce qu’il nomme, bellement, « l’AUTRETÉ ».

8C’est grâce à la même alchimie que Goethe, dans la fameuse scène du Cabinet de travail de son Faust, fait subir un changement d’importance au texte évangélique. Insatisfait du cours de ses études, déçu par tous les livres qu’il a lus, Faust compulse la Bible, s’arrête à l’évangile de Jean dans lequel il lit la phrase célèbre : « Au début est le Verbe ». Et il le change, sans coup férir : « Au début est l’action ». Par la même s’élabore l’idéologie du labeur, propre à la modernité, inaugurant la prévalence du travail, du productivisme et de l’économie qui en est la conséquence. Mais le fait même que cette valeur soit récente n’incite pas à penser qu’elle soit éternelle. En fait, nombreux sont les indices qui empiriquement, soulignent sa saturation. Ce qui oblige à observer qu’il peut exister d’autres manières d’agir sur l’environnement social et naturel. La poésie est du nombre, en ce qu’elle réunit des éléments contradictoires. Ce que traduit bien le rappel, plein d’humour, à Lautréamont évoquant « la rencontre fortuite sur une table de dissection d’un parapluie et d’une machine à coudre »

9C’est là, ainsi que le rappelle Miguel Madonado, l’originalité de Octavio Paz : il joue, « détourne », subvertit produits et codes. Et ainsi incite au choc de la rencontre. Rencontre de ce que nous avions séparé. « Reliance » postmoderne : relier et faire confiance en la diversité des gens et des choses. Il s’emploie avec des mots à extraire le nectar de la vie en son entièreté.

10De diverses manières, en particulier pour ces jeunes générations, qui sont déjà la société de demain, l’on sent bien que l’essentiel de l’existence ne consiste pas à perdre sa vie à la gagner. Plus important semble la « complétude » de l’existence où le plaisir d’être conforte le « plus être » d’une vie poétiquement vécue.

  • 1 cf A. Fouillet, L'Empire ludique, Paris, F. Bourin, 2014

11La mythologie du bien-être, celle de l’hédonisme latent fait que l’on peut avoir de multiples centres d’intérêt, ayant chacun une importance propre. Hobbies multiples, pratiques en amateur de divers arts, travail intérimaire, « turn-over » des cadres, attention portée à l’esthétique des bureaux, héliotropisme redonnant de l’importance aux régions du Sud, tout est bon pour relativiser l’aspect contraignant du labeur. C’est, pour ma part, ce que je lis dans le beau petit livre de Miguel Maldonado rappelant le cœur battant de l’œuvre d’Edgar Morin : « L’antagonisme demeure un principe génésique, générique et génératif ! » En bref, le qualitatif est à l’ordre du jour. Toutes ces pratiques quotidiennes, peu théorisées, mais largement vécues, nous rappellent qu’il est des civilisations et non des moindres où c’est la création qui tend à prévaloir. Il s'agit là d'une tendance de fond de la postmodernité : Prométhée laissant la place à Dionysos1. On pourrait voir là une sorte de revanche des valeurs de la latinité sur le modèle anglo-saxon typiquement moderne. Triomphe posthume de « Sor Juana de la Cruz » !

12Dans cette perspective, qu’est-ce que la création, sinon la capacité de mobiliser tous ces paramètres humains que sont le ludique, l’onirique, l’imaginaire collectif ? C’est bien cela que montre « l’hommage » à Octavio Paz, postmoderne avant la lettre, c’est à dire essentiellement baroque en ce qu’il montre bien l’ambivalence de toutes choses, et la part créative que l’on peut en tirer. Je dirai la « Part du Diable » !

13Le champ ouvert dans une telle transmutation des valeurs est immense. Et il reste à explorer. D’un mot, et c’est cela qui va se retrouver dans toutes les approches poétiques mettant l’accent sur le vécu, l’expérience.

14En bref, on ne peut mobiliser l’énergie individuelle et collective, que si l’on est en phase avec l’inconscient collectif de l’époque. En la matière, seront prospectifs, c’est-à-dire en accord avec l’instant éternel, celui du kairos, ceux qui savent miser sur ces valeurs présentes dans l’imaginaire du moment qu’un rationalisme étroit avait relégué dans la préhistoire. Ce sont ces valeurs immatérielles qui sont en pleine reviviscence dans la vie politique, sociale et économique. Et l’on ne comprendra bien ce qu’est la mythologie en gestation que si l’on a le courage et la lucidité d’en repérer l’impact sociétal.

15Octavio Paz, en « jouant » avec le sens nous fait rentrer dans une symbolique des plus éclairante. Symbolique stricto sensu : les choses et les gens entre en une correspondance infinie. Correspondance où les mots, si on sait les lester du poids des choses, peuvent devenir des paroles fondatrices. Dès lors le « Verbe » chassé revient en force et, avec lui, la capacité de rêver la vie. C’est par là même que dans leur attitude un peu désinvolte, les « créations » multiformes que souligne Miguel Maldonado redisent que « l’union des contraires et les correspondances poétiques », au-delà des idéologies du moment font écho à une permanente et immémoriale voix, celle d’un inconscient collectif qui, vécu au jour le jour, permet, tant bien que mal, « arbitrairement », de « rassembler les morceaux » de toute vie, que celle-ci soit individuelle ou collective. N’est-ce point cela que permet l’œuvre de Octavio Paz : repérer les invisibles paradigmes du cœur qui sont, par essence, paradoxaux ? N’est-ce point cela la complétude de la vie vécue ?

  • 2 La traduction des textes et des poèmes d’Octavio Paz cités dans cet essai est d’Adrien Pellaumail (...)

J’affirme que la poésie est irréductible aux idées et aux systèmes. C’est l’autre voix. Non pas la parole de l’histoire ni de l’anti-histoire, mais la voix qui, au sein de l’histoire, dit toujours autre chose2.[Afirmo que la poesía es irreductible a las ideas y a los sistemas. Es la otra voz. No la palabra de la historia ni de la antihistoria sino la voz que, en la historia, dice siempre otra cosa.]
Octavio Paz

Notes

1 cf A. Fouillet, L'Empire ludique, Paris, F. Bourin, 2014

2 La traduction des textes et des poèmes d’Octavio Paz cités dans cet essai est d’Adrien Pellaumail (NdT).

© CNRS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search