Version classiqueVersion mobile

Télévisions arabes sur orbite

 | 
Tourya Guaaybess

Conclusion

Texte intégral

1La globalisation dans le domaine de l’information et de la communication n’est pas un mythe, quand bien même cette notion serait assez récente pour laisser penser à un phénomène de mode, quand bien même l’avalanche de productions scientifiques de qualité inégale plongerait le lecteur dans le doute et la confusion la plus extrême. Défendre l’idée du mythe de la globalisation serait faire le silence sur les effets qu’elle induit. Dans le domaine économique et plus précisément dans celui de l’économie financière, ce serait rendre les pays du Tiers-Monde responsables de leur propre destin qui ressemble plus que jamais à de la dépendance. L’inégalité des rapports de force n’est pas inédite, ce qui l’est c’est l’idée insidieuse que la globalisation avec son cortège de nouvelles technologies de l’information et de la communication et d’entreprises transnationales offre la même chance de salut à chacun alors même qu’elle ne fait que renforcer la puissance des pays dominants sur le marché mondial. Le vocable même de globalisation est un anglicisme puisqu’il dérive du terme anglais de globalization. Si ce vocable s’exporte du Nord au Sud, ses effets le font de façon plus immédiate encore. Mais peut-on résister à la globalisation ?

2La réponse qui nous est donnée dans le système télévisuel arabe semble ironique : la parade que des pays arabes ont adoptée pour s’en défendre dans le domaine audiovisuel est d’y participer. En multipliant des chaînes et des bouquets numériques placés sur plusieurs satellites et accessibles sur tous les continents. En lançant des satellites de télédiffusion directe à la pointe de la technologie. En augmentant et en perfectionnant la production des programmes et les structures afférentes. En insufflant à leurs programmes le courant « moderne » de la jeunesse et du « tout libéral ».

3La première de nos hypothèses renvoyait aux archives les divergences Nord/Sud en matière d’information et de communication et les revendications tiers-mondistes appelant au NOMIC et supposait une fragmentation au sein même des pays du Tiers-Monde et plus précisément une fracture dans le groupe même des pays arabes. Leur accord commun pour défendre la souveraineté des États-nations face à l’information émanant des pays occidentaux ne saurait dissimuler disions-nous une volonté plus intangible encore de chaque État arabe de défendre son territoire face à l’information des autres pays arabes.

4Il est vrai que le satellite Arabsat fut un échec cuisant à ses débuts. Les problèmes financiers, techniques et politiques ont freiné la mise en place d’un espace médiatique commun, alternatif, et les échanges de programmes ont été pour le moins timides. Par ailleurs, la diffusion de programmes en faveur du développement social, une des vocations affichées du premier satellite Arabsat a été inexistante. L’une des causes majeures de cet échec est l’appréhension des États à laisser passer des messages concurrents. Très vite, l’Arabie saoudite absorbera le déficit financier de l’opération, gagnant ainsi sa prééminence. Encore aujourd’hui, elle détient la majorité du capital de l’organisation. Sa suprématie ne s’arrêtera d’ailleurs pas là.

5Dans les premiers temps, rien de menace le contrôle des États sur les territoires nationaux de réception. Pour preuve, la faiblesse des échanges interarabes via Arabsat. Techniquement, le satellite de première génération (en C-band) exigeait de lourdes antennes de réception au sol du fait de sa faible puissance ; seuls les États avaient le droit et la capacité financière de les acquérir, la rediffusion des programmes transitant par Arabsat restait de leur ressort. C’est à partir de la fin des années 1980 au Maghreb et à partir du début des années 1990 dans le reste des pays arabes que les choses se précipitent. La génération suivante de satellites, de forte puissance, ne nécessite pour la réception des programmes qu’une petite antenne parabolique accessible aux particuliers. Les États n’ont aucun moyen d’empêcher la formidable éclosion d’antennes paraboliques sur les toits des habitations. Aucune justification ne peut légitimer leur emprise sur les flux télévisuels nationaux : les téléspectateurs choisissent les chaînes qu’ils préfèrent et achètent une antenne pour les regarder. Alors que peuvent faire les États… à part lancer leurs propres chaînes très vite et faire face à la concurrence ? Les chaînes diverses se sont multipliées de façon si rapide qu’elles semblaient mériter une classification. Chaînes hertziennes et chaînes satellitaires ; chaînes privées et chaînes publiques ; chaînes nationales et chaînes transnationales. Ces classifications ne se sont guère avérées opératoires. Fréquemment, les chaînes hertziennes sont aussi sur satellite. En ce qui concerne le statut juridique, les distinctions ne disent rien sur l’indépendance et la primauté du critère de rentabilité qu’on aurait attendu des chaînes privées : les chaînes saoudiennes offshore, commerciales et transnationales, sont financées par le régime saoudien ; les liens étroits de parenté entre les propriétaires de ces chaînes et la famille royale, la ligne politique des programmes laissent peser un doute bien lourd sur leur liberté. La chaîne qatarie Al-Jazeera est publique, elle est pourtant réputée pour son libéralisme politique. Par ailleurs, les chaînes publiques dépendent de la même façon des annonceurs, chacune vise à séduire et à élargir son audience à tout prix ; on serait en peine de dissocier les chaînes thématiques de l’émirat de Doubaï (l’EDTV) placées sur six satellites, les chaînes que l’Égypte a créées expressément pour une diffusion par satellite (Nile TV, Nile Drama, le bouquet numérique Nilesat), de leurs homonymes privées. Le distinguo entre les chaînes transnationales et les chaînes nationales n’est pas plus pertinent : la chaîne libanaise LBC – dont près de la moitié des capitaux sont saoudiens – a parié sur le divertissement plus que sur la défense de l’identité et de la culture nationales, en revanche, la chaîne d’information syrienne ANN propriété privée du neveu de feu le président Al-Assad et implantée à Londres ne s’est pas privée de critiquer la succession du président syrien. Bref, tous ces déterminants ne suffisent pas.

6Les différences existent bien confirmant l’hypothèse d’une ligne de partage entre les chaînes les plus riches, qui ont une visée panarabe, et les autres moins ambitieuses. Quelques pays se font davantage remarquer par leur absence, une absence qui semble passagère ou chronique. Il s’agit des pays les plus pauvres qui n’ont pas les moyens d’investir outre mesure dans le secteur audiovisuel, ou de pays moins centraux dans la géopolitique arabe ; on pourra citer Djibouti, la Mauritanie, le Yémen, le Soudan ou les Comores qui n’ont pas même d’organisme de télévision.

7Les chaînes arabes font bien système et une nouvelle économie s’est développée dans l’espace médiatique arabe à la faveur d’une effectivité de l’adéquation entre l’offre des opérateurs et la demande des téléspectateurs. Les téléspectateurs qui regardent Al-Jazeera délaissent d’autres chaînes pour la regarder, cette dernière discrédite et rend plus flagrant le conservatisme de MBC qu’elle détrône. Les Algériens d’ici ou d’ailleurs qui font le choix de regarder l’ENTV ne regardent pas Al-Jazeera au même moment. Un exemple illustre l’interdépendance des opérateurs arabes : ART avait acheté en 1999 l’exclusivité des droits de retransmission de la coupe des confédérations au Mexique à laquelle participait l’équipe égyptienne de football. Les non-abonnés à la chaîne n’ont pu accéder à l’événement ce qui, naturellement, a provoqué l’irritation des Égyptiens. Cette interdépendance entre les différents acteurs médiatiques est induite par leur intérêt pour une même communauté linguistique qui nous avait permis de statuer et de vérifier l’hypothèse de l’avènement d’un système télévisuel arabe.

  • 1 Voir Kamapour Yahia R. (éd.)., The US Media and the Middle East : Image and Perception, Westport, (...)

8Quel rapport entretient le système télévisuel arabe avec le reste du monde ? Pour répondre à cette question nous voudrions terminer ce travail sur un espoir. Les sociétés arabes ne sont pas toujours bien connues des pays occidentaux1 et les informations que nous en avons en France sont quelquefois caricaturales, quelquefois faussées par l’intermédiation de journalistes français qui ont parfois une connaissance partielle de ces pays.

9L’évolution du traitement de l’information dans les pays arabes semble aller vers plus d’ouverture qui permet tout doucement aux téléspectateurs d’avoir confiance dans les chaînes arabes. Mais la relation entre les journalistes français et les journalistes arabes pour-rait-elle un jour se renforcer ? Ces derniers sont quelquefois victimes de la censure dans leurs propres pays mais sommes-nous, en France, plus sensibles à leurs productions ? Aujourd’hui, des pays arabes se mettent à l’heure de la « communication-monde », ils disposent des compétences professionnelles et des outils d’information et de communication qui leur permettent de proposer eux-mêmes une image d’eux-mêmes, répondant ainsi à l’une des plus fortes revendications inhérentes au NOMIC. Les conditions d’une communication audiovisuelle à double sens sont peut-être réunies.

Notes

1 Voir Kamapour Yahia R. (éd.)., The US Media and the Middle East : Image and Perception, Westport, Praeger Publishers, CT, 1997. Cet ouvrage traite de la perception des populations du Moyen-Orient par les Américains et à travers leurs médias. Les auteurs montrent qu’une image stéréotypée et tristement réductrice est véhiculée sur ces sociétés.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search