Version classiqueVersion mobile

Télévisions arabes sur orbite

 | 
Tourya Guaaybess

Chapitre 7. La soumission de l’État à la donne régionale

Texte intégral

1Le chapitre précédent illustre le pouvoir coercitif des chaînes transfrontières arabes, qui permet aux Égyptiens de s’exprimer via une chaîne satellitaire, contraignant l’État à démentir ceux qui l’accusent de déployer une politique télévisuelle d’un autre temps. Toujours davantage de télévisions arabes transfrontières éclosent chaque jour dans la région et la compétition qui se joue fera le tri avant que ne se figent les positions hégémoniques. Le traitement des crises comme la seconde Intifada en 2000, les guerres en Afghanistan et en Irak en 2001 et 2003, constituent des tests soumis à la critique impitoyable des téléspectateurs. Les choix que fera l’audience, les voix qu’elle donnera à l’une ou à l’autre, à l’une et à l’autre, détermineront les gagnants de cette émulation.

2Des choix sont déjà faits à vrai dire et certaines chaînes émergent avec des taux d’audience honorables, mais rien n’est arrêté : des chaînes apparaissent qui rejettent les autres dans l’ombre de façon inattendue. Et celles qui captent le plus de téléspectateurs, de suffrages pourrait-on dire, sont celles qui font naître des aspirations démocratiques, celles qui laissent à penser que la démocratie est au bout du chemin. Non que ces dernières n’abordent que des thèmes politiques, car le divertissement est un genre que l’on sait central et sur lequel est basée une part incontestable de ces « votes ». Les programmes de divertissement, dit-on, ne sont a priori pas politiques. Pas si sûr. Le style de LBC, la teneur de certaines publicités et de certains clips vidéo, les thèmes tabous traités dans les émissions de variétés par un nombre toujours croissants de chaînes – tous ces programmes qui au passage en ont choqué plus d’un – ont été à l’origine du succès et de l’émergence d’un certain nombre d’émissions à Nile TV et sur la première chaîne en Égypte, sur Orbit, ART, sur Al-Jazeera, sur les chaînes libanaises, etc. Ces émissions ne sont pas prises en compte dans toute leur dimension politique, elles participent pourtant à la visibilité de questions de société, de morale, de modes de vie différents, d’interprétations inattendues de sujets de sociétés et de la culture. Elles traduisent par ailleurs l’orientation politique et idéologique des opérateurs. Et les points d’audience en dépendent de plus en plus. Force est de constater en effet que les chaînes les plus populaires, en termes de taux d’audience, sont les plus libérales, celles qui semblent affranchies de l’emprise des États et des visions sociétales qu’ils prétendaient légitimer.

3Évidemment, cela est plus manifeste quand les programmes sont politiques, comme les émissions d’information ou certains talk-shows. Ces programmes répondent bel et bien à une attente. Les émissions les plus « subversives » sont les plus plébiscitées. On pourrait objecter, et on aurait en partie raison, que l’audience ne s’explique que par le charme de la nouveauté dans une région où les gens ne sont pas encore tous familiarisés avec ce type d’émissions. Ces programmes sont populaires parce qu’ils flirtent avec les interdits, les tabous. Ils participent d’une mise en scène du débat pluriel et antagoniste. Soit. Mais si cette explication est recevable, elle ne suffit pas et le succès immédiat de CNN pendant la guerre du Golfe traduit bien une volonté des différents publics de s’affranchir des vérités que leurs États leur assénaient à longueur de journaux télévisés. L’audience, certes élitiste, de la BBC, de Radio Monte Carlo ou même de la radio israélienne signale que cette recherche n’est d’ailleurs pas tout à fait nouvelle.

4En Égypte, ce sont les chaînes exogènes qui ont affecté les chaînes nationales et qui ont excité les revendications à l’intérieur du pays. Alors que l’Égypte avait une position de leader régional dans le secteur audiovisuel, voilà qu’elle est aujourd’hui reléguée, aux yeux de nombreux téléspectateurs, au niveau des plus conservatrices et des plus artisanales comparées aux nouvelles chaînes qui proposent des émissions innovantes, des animateurs et un style complètement nouveaux avec des studios et des dispositifs techniques modernes, des correspondants disséminés dans les grandes capitales. L’Égypte a réagi très vite en lançant de nouvelles chaînes, en mettant en place des projets pour moderniser son appareil médiatique. Ce fut elle qui lança la première chaîne satellitaire arabe pendant la guerre du Golfe, ce fut encore elle qui lança les premiers satellites nationaux arabes parce qu’elle voulait être ou plutôt rester la première et se targuer d’être le centre culturel du monde arabe. Mais est-ce bien suffisant ? Non, elle fait figure de dinosaure dans cette cour des grands aujourd’hui envahie par des chaînes de millionnaires aux allures de grands groupes américains qui n’existaient pas il y a quelques années. Il est clair qu’elle a été surprise mais elle ne compte pas en rester là et les actions entreprises par l’État risquent d’avoir des incidences profondes et sans précédent dans la société égyptienne.

  • 1 Une compétition sur le marché arabe entre producteurs syriens et producteurs égyptiens apparaît av (...)

5On sait maintenant qu’il ne suffit pas d’être pionnier, encore faut-il être dans l’air du temps, accélérer les réformes et améliorer le contenu. Et sur ce plan le tort de la télévision égyptienne a été justement de se concentrer en premier lieu sur les émissions de distraction et particulièrement sur les feuilletons, où les producteurs nationaux excellent il est vrai, mais où elle est aussi concurrencée par ses rivales syrienne et libanaise1. Les autres se sont surtout imposées dans un genre qui était jusqu’alors réservé aux États sur leur territoire : l’information, clé de voûte de la vie politique– la réciproque est aussi vraie. Elle a été distanciée d’abord par MBC, ANN et Orbit puis aujourd’hui par Al-Jazeera, Al-Arabiya, Abou-Dhabi TV et bien d’autres encore.

  • 2 Le 20 février au, cours d’une émission en direct sur la première chaîne (« Table ronde ») dont le (...)

6Mais fidèle à son histoire, elle ne lâche pas prise et se lance dans les réformes. Non sans faire grincer quelques dents. Les émissions politiques qu’elle inaugure ne vont pas encore aussi loin qu’Al-Arabiya et Al-Jazeera et il n’est pas rare que les représentants de l’opposition politique qu’on a invités pour donner cette image libérale, alors même qu’ils sont muselés par un animateur partial et un « public » non moins équivoque, étalent leur mécontentement dans la presse, seul espace d’expression. On a même vu deux intervenants partir en pleine émission2.

  • 3 Al-Ahram Weekly, 27 mai-2 juin 1999.

7Ces émissions resteront certainement dans les annales, car la télévision égyptienne tend vers le pluralisme tant politique que social et culturel pour être au diapason avec les grandes chaînes transfrontières. Nous gageons que les émissions seront véritablement libérales et de moins en moins des impostures fomentées par les « agents de l’URTE ». L’État n’est d’ailleurs pas l’unique responsable, il arrive comme le dit si bien Hassan Hamid, directeur de Nile TV, que certains téléspectateurs soient « plus royalistes que le roi3 ». Plus sévères que les censeurs. En effet, il est important de signaler que les téléspectateurs ne sont pas tous prêts à accepter qu’on remette en cause un certain nombre de valeurs et qu’on aborde des sujets qu’ils jugent eux-mêmes tabous. Le courrier des lecteurs dans la presse locale est à ce sujet symptomatique. Il n’en demeure pas moins que des sujets comme l’homosexualité, le statut de la femme, le divorce ou le sida sont traités et que les esprits commencent à se libérer à la télévision égyptienne.

SUR LES PAS D’AL-JAZEERA

8C’est sans conteste la chaîne Al-Jazeera qui a initié cette nouvelle ère. Elle augura un critère inédit de compétition, le libéralisme, mettant ainsi à l’épreuve le conservatisme ambiant. Les télévisions arabes formant système, et la chaîne qatarie étalant son aire de diffusion partout sauf en Amérique latine, elle ne pouvait pas ne pas influer sur ses rivales, et plus particulièrement sur les « grandes » chaînes transfrontières arabes, à savoir les chaînes offshore et quelques chaînes nationales dont les chaînes satellitaires égyptiennes. Elle dérogea à une règle établie entre les différents protagonistes arabes qui voulait qu’on ne porte pas atteinte aux États arabes et qu’on évite d’aborder de façon trop libre certains sujets comme la religion. Dès son avènement en 1996, en bouleversant la pratique séculaire de la langue de bois, elle suscite des controverses passionnées et des centaines de plaintes de la part notamment des États arabes. Elle attire aussi et surtout plusieurs dizaines de millions d’auditeurs à travers le monde et l’admiration respectueuse des professionnels de la télévision dans la région.

9C’est cette audience pléthorique qui fait la différence : les autres chaînes n’ont qu’à suivre. D’ailleurs, ont-elles le choix ? La réponse est claire et les chaînes satellitaires s’enhardissent sur ses traces. Les sujets « délicats » comme la politique à l’égard Israël, le rapport de l’islam et de la démocratie posé en termes clairs (l’islam politique est-il compatible avec la démocratie ?) la polygamie, la torture, etc., sont désormais abordés par ses consœurs. Il est peut-être utile de noter que le libéralisme dont font preuve les différents opérateurs part au moins autant d’une volonté de faire de l’audience, et d’avoir une place de choix sur l’échiquier politique régional, que d’une quelconque éthique journalistique.

  • 4 Emadeddin Adib est aussi rédacteur en chef d’un quotidien économique indépendant, Al-’Alam Al-Yom (...)

10Emadeddin Adib4 anime l’émission politique en anglais « On the Air » tous les soirs et en direct sur Orbit, Hala Sarhan en anime une autre, « Ya Hala » sur ART, en arabe et non moins libérale, qui traite plutôt de sujets de société, comme l’homosexualité. Ces émissions sont diffusées à partir du Caire et les animateurs sont Égyptiens. Ce qui n’est pas sans nous rappeler cette époque où les talents égyptiens fuyaient la télévision nationale pour offrir leurs compétences à l’étranger où ils étaient mieux considérés et mieux rétribués. La différence est qu’aujourd’hui ils n’ont pas besoin de s’exiler car les émissions en question sont réalisées dans les locaux desdites chaînes, au Caire.

11Comme la plupart des États arabes, l’État égyptien a eu quelques démêlés avec la chaîne Al-Jazeera et une bonne partie de la presse nationale s’est emparée de ces affaires pour affirmer que la chaîne était hostile à l’Égypte. Ces allégations ne sont pas uniquement le fruit de fantasmes : il est vrai que la chaîne avait invité deux présumés terroristes, Abdel Meguib et Yasser Sirri en 1998, violant ainsi un traité anti-terroriste signé cette même année, bien avant l’élaboration de ces émissions. De plus, la diffusion de ces émissions était postérieure à la campagne que mena l’Égypte contre la tenue du sommet économique à Doha. Le Caire avait boycotté la conférence économique régionale en novembre 1999 et avait appelé les autres pays arabes à suivre son exemple en raison de la présence d’Israël à cette manifestation.

Mise en place de zones franches et migration des grands groupes

  • 5 Middle East Times, 21-27 avril 2000.

12Mais 1998 est bien loin ; les bonnes relations ont repris entre Le Caire et Doha et la chaîne Al-Jazeera annonce officiellement son installation en Égypte en avril 20005, elle a de surcroît loué un canal sur le satellite égyptien Nilesat. Quoi qu’en disent ses détracteurs, cette chaîne fascine une bonne part de l’intelligentsia égyptienne qui voit en elle un modèle de qualité, étalon de référence sur lequel les agents de l’URTE devront s’aligner.

13Son installation pouvait tout de même laisser perplexe eu égard à la censure qui pèse sur les productions diffusées par la télévision nationale. Les communiqués ministériels, réguliers, se veulent rassurants : les entreprises de communication qui voudront s’installer dans ce paradis fiscal ne seront pas soumis à la censure. Nécessité fait loi, et le code éthique élaboré par le ministère de l’Information ne risque pas d’être trop contraignant si l’on se fie à la volonté de l’État d’attirer les médias « modernes » – comprendre libéraux – sur son territoire. En effet, à moins qu’elle ne renonce à ce qui lui a valu tant de lauriers de la part des observateurs arabes et occidentaux, on voit mal Al-Jazeera, surnommée « l’enfant terrible », se soumettre à l’avis du gouvernement égyptien. De son côté, l’État égyptien compte bien profiter de ce premier mouvement qui peut en annoncer d’autres. C’est sur cette base, et donc pour asseoir un leadership médiatique régional, qu’il a eu l’idée d’engager de lourds investissements pour mettre en place son « Hollywood-on-the-Nile », Media City.

14La chaîne Al-Jazeera, finalement, a gardé son quartier général à Doha, au Qatar. Orbit a également entrepris un déplacement pour s’installer à Bahreïn, tandis que MBC et Al-Arabiya sont basées à Dubaï Media City.

  • 6 Schleifer A., « The Dubaï Broadcasting Miracle », Transnational Broadcasting Studies, no 5, deuxiè (...)

15Aux Émirats arabes unis (à Doubaï), la décision a été annoncée en octobre 1999. La zone médiatique de Doubaï est sans nul doute un pôle de tout premier plan dans le monde arabe ravissant à Cairo Media City la place de leader à laquelle les autorités égyptiennes la destinaient. Le projet initial était l’aménagement d’Internet City à côté de la zone franche de Jebel ’Ali avec un investissement initial de 200 millions de dollars. Le 13 février 2000, l’émir de Doubaï promulgait une loi qui officialisait une zone franche pour le commerce électronique, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et les médias audiovisuels. En novembre de la même année, Internet City est rebaptisée Dubaï Internet City (DIC) et représente un investissement de 700 millions de dollars tout dévolus aux NTIC. Dubaï Media City (DMC) est créée sur cette même zone pour attirer, cette fois, les magnats de l’audiovisuel ; elle atteint 800 millions de dollars d’investissement la même année. Les services de télévision des Émirats arabes unis sont ici présents, de même que la société émiratie de chaînes câblées E-Vision ; de surcroît, les multinationales les plus importantes œuvrant dans le domaine de l’audiovisuel, de la publicité, de la presse et dans celui des NTIC ont basé leurs bureaux régionaux dans ces zones (Hewlett Packard, Compaq, Sony, IBM, Showtime, Dyney, Viacom, Saatchi and Saatchi, Reuters…)6. Ces espaces, exempts de taxes, sont supervisés par un comité présidé par le prince héritier, le Cheikh Mohammad bin Rashid Al-Maktoum, par ailleurs ministre de la Défense des Émirats arabes unis.

16La régulation de ces « espaces libres » par un comité présidé par un membre de l’État se retrouve d’ailleurs dans toutes les zones franches qui se créent. En Égypte, un conseil des Sages présidé par le ministre de l’Information pilote le projet. Le conseil est constitué par les membres fondateurs et les représentants des organisations en présence dans ladite zone franche. Les autorisations aux sociétés étrangères et égyptiennes sont délivrées par le cabinet. En Jordanie, la tâche de mettre en place une réglementation sur la zone franche incombe au Premier ministre qui présenta, en janvier 2000, une proposition de loi de 21 articles aux députés, qui lui trouvèrent quelques lacunes. Le texte ne répondait pas à toutes les questions que les personnes intéressées se posaient. Tout en insistant sur la totale indépendance, sur la liberté d’expression des éventuels opérateurs, elle donnait au Premier ministre, l’auteur de la loi, le pouvoir de nommer le directeur des six membres du conseil de direction de la zone. La zone, précisa-t-il, sera à l’abri de la juridiction nationale à laquelle les acteurs médiatiques jordaniens sont soumis.

17On ne sait pas encore jusqu’où les États interviendront dans les affaires des opérateurs qu’ils souhaitent séduire aujourd’hui. Une seule chose est sûre néanmoins, ces zones, relativement récentes, engagent les États arabes dans une nouvelle ère de l’information. De l’information numérique, qui plus est. Cette notion jusqu’alors sans contenu précis dans la région devient subitement et de façon inattendue très présente.

Une concurrence sur la terre et dans le ciel

18Cependant, une si rapide pénétration, un rapprochement si étroit des nouvelles chaînes, annonciatrices de nouveaux contenus, ne peuvent aller sans bouleverser les médias traditionnels. La plupart des télévisions publiques nationales, qui se distinguent déjà des chaînes transfrontières arabes les plus populaires par un certain retard, coexisteront désormais avec celles d’opérateurs puissants « sur la terre et dans le ciel ». Cette formule, il est vrai naïve, traduit pourtant une réalité de fait : la technologie du satellite associée à la technique numérique ont permis à des dizaines de chaînes d’émerger et de concurrencer les opérateurs traditionnels, les organismes publics de télévision, qui n’avaient pas la capacité technique d’arrêter les flux télévisuels exogènes. Les quelques tentatives d’interdire la possession d’antennes de réception se sont avérées vaines et dérisoires. Aujourd’hui, les pays arabes sont en compétition pour attirer, physiquement, sur leurs territoires, les opérateurs médiatiques de toute sorte. La « fin des territoires » médiatiques nationaux terrestres succède ainsi à la « fin des territoires » de diffusion. Ces décisions ne sont pourtant pas des fuites en avant : elles sont le fruit de la constante volonté de la part des États d’accuser leur présence dans le monde arabe. Jadis, la radio « La Voix des Arabes » n’avait-elle pas contribué à asseoir le leadership idéologique de Nasser dans la région ? On pourrait en somme parler d’une « évolution cohérente ». Refuser aux opérateurs l’accès aux territoires terrestres n’a plus aucun effet sur des flux télévisuels indifférents aux frontières des États-nations, les accueillir au contraire permet aux États de profiter d’une manne inespérée, et participent à donner d’eux une légitimité et une fonction significatives dans le domaine de la communication, et de l’audiovisuel tout particulièrement. La décennie 2000 a été celle où plusieurs États arabes ont revu leurs législations de façon à autoriser, voire à encourager, la présence de chaînes privées sur leur territoire.

  • 7 Naba R., « La Guerre des ondes au Moyen-Orient », Les Cahiers de l’Orient, 2e trimestre 1994, no 3 (...)

19Après la guerre des ondes radiophoniques7, après l’échec relatif du premier satellite du système Arabsat, après l’instauration d’un marché arabe de productions télévisuelles – où l’Égypte, qui avait une position hégémonique, était tributaire malgré tout des pétrodollars – voilà que la compétition qui se joue entre plusieurs pôles d’influences est fondée sur le libéralisme. Voilà que la compétition précipitée par la technologie du satellite dépend davantage aujourd’hui de l’initiative des différents États. On abandonne ainsi le paradigme technologique pour une observation qui relève d’une véritable géopolitique de la carte audiovisuelle régionale. En effet, l’État égyptien, de même que ceux toujours plus nombreux qui mettent en place une zone franche, cautionnent délibérément, et malgré eux pourrait-on dire, la liberté d’expression des chaînes de télévision étrangères. Les États se livrent en définitive à une concurrence sur le sol, en plus de la concurrence qu’ils se livrent via la diffusion transfrontière de leurs programmes. C’est à celui qui offrira un environnement stable – dont se prévalent les partisans de Amman – et un dispositif technique conséquent – c’est l’atout majeur de l’Égypte et de Dubaï – c’est enfin à celui qui autorisera la diffusion pluraliste des modes de penser et d’agir.

20Les États trop enclins à contrôler les productions télévisuelles ont toutes les chances de rester en marge du jeu audiovisuel. Certes, un code d’éthique pourrait éventuellement être respecté, celui notamment qui a été signé en juin 1999 par les ministres de l’Information des pays arabes, mais il n’est pas du goût de tous les protagonistes qui y voient une entrave à leur liberté. Ce code, tout en garantissant l’indépendance et le pluralisme des médias arabes, prohibe l’information qui pourrait porter atteinte à la religion et à l’entente entre les différents pays arabes.

Un néo-panarabisme plus performant

21On retrouve là deux constantes : la libéralisation du secteur télévisuel égyptien peut difficilement se comprendre seule, hors son contexte régional arabe ; et si la compétition a été déclenchée et précipitée par la technologie du satellite, les dirigeants prennent maintenant ouvertement l’initiative. De telles mutations augurent très probablement de nouvelles modalités dans les relations interarabes. De plus, la mondialisation de la communication, qui participe de l’élargissement des aires de diffusion des flux télévisuels tout en participant d’un transfert massif de compétences, de capitaux et de technologie, laisse toujours apparaître en filigrane l’interface de « l’économique » et du « politique ».

  • 8 Nous renvoyons à l’étude de Jon Alterman, New Media, New Politics ? From Satellite Television to t (...)

22Pour donner confiance aux investisseurs et les capter, les changements majeurs attendus sont dans les contenus des programmations. Les télévisions étatiques accélèrent effectivement la modernisation de leur style pour réduire le fossé qui les distingue des télévisions arabes transfrontières d’avant-garde (Al-Jazeera, Orbit, LBC, MBC, ANN…). Notons à ce propos que les cadres des grandes chaînes et que les journalistes les plus en vue sont formés dans les universités américaines et britanniques ; il n’est pas rare qu’ils aient acquis une expérience au sein de médias anglo-saxons. Ces grandes chaînes sont elles-mêmes proches des chaînes des grands groupes américains, quand les bouquets arabes ne les abritent pas. Cela donne partiellement raison à ceux qui s’inquiètent de l’homogénéisation de la culture. Il est un fait que l’élargissement des aires de diffusion et la volonté de toucher et de fédérer le public le plus vaste possible ne poussent pas les opérateurs à véhiculer des programmes trop marqués par les cultures locales. L’audience arabe dans la région et disséminée à l’extérieur de cette région converge sur l’emploi d’une langue et sur un intérêt commun pour la situation politique, économique et culturelle régionale. Sur le plan linguistique, une langue arabe médiane – et médiatique – a été adoptée par les télévisions arabes qui tend à gommer les dialectes et les accents locaux. Sur celui des intérêts communautaires, les divergences d’opinions et de sensibilités sont prises en charge par la mise en place d’émissions pluralistes, de débats et de talk-shows. Les différences identitaires, encore profondes, sont tout simplement gommées quand elles ne sont pas ravalées au rang de folklores. Après le panarabisme idéologique post-colonial voué à l’échec du fait de sa dimension trop idéologique et de la compétition des chefs d’États pour le leadership politique, un « néo-panarabisme » se met en place par le truchement des nouvelles technologies de communication8.

Quand l’épidémie libérale gagne l’Égypte

23Avec l’aménagement de la zone franche, les chaînes publiques cohabiteront non seulement avec des chaînes étrangères mais aussi avec des télévisions égyptiennes privées. Certes, les chaînes de télévision égyptiennes privées ne sont pas détenues par les contradicteurs de l’ordre établi : soulignons que les autorisations seront délivrées par le ministère de l’Information. Rappelons surtout que l’État ne compte faire aucune concession sur le réseau hertzien. Les opérateurs égyptiens sont invités à louer un canal sur Nilesat, dont le tarif est discriminatoire, s’ils désirent créer une chaîne privée. Il n’en demeure pas moins vrai que l’État a assoupli sa position. En 1995 encore, il n’était pas question d’autoriser les chaînes de télévision privées, quels que soient leurs fondateurs.

Aux nouvelles idéologies : libéralisme et jeunesse

  • 9 Al-Ahram Weekly, 11-17 novembre 1999.

24Aussi bien par les sujets abordés que par les animateurs qui les présentent, on tend vers un intérêt pour tout ce qui est jeune. Selon toute vraisemblance, on vise la nouvelle génération, un public massif de jeunes adultes, cette audience avertie et réceptive aux valeurs de la « modernité ». Même si elle est encore très marginale, cette audience préfigure aussi la génération Internet amenée à croître dans les années à venir. L’URTE veut donner d’elle l’image d’une institution moderne et « faire jeune ». Elle rajeunit son personnel puisque des chaînes parmi les plus importantes en terme d’audience, à savoir la 1re chaîne, la 3e chaîne et Nile TV renouvellent leurs effectifs à commencer par les cadres : elles ont vu leur direction changer en 19999. Les animateurs des émissions-phares sont peu à peu remerciés comme ce fut le cas du couple qui animait la très populaire « Bonjour l’Égypte » (Sabâh al-khayr yâ misr) sur la première chaîne en 1999.

De la légitimité en péril au revirement stratégique de l’État

  • 10 Il s’agissait d’Ibrahim D. Abâza, Secrétaire général du parti Wafd.

25Les raisons que l’État avait coutume d’invoquer quant au verrouillage de la télévision se rapportaient à la responsabilité morale de la télévision par rapport à la culture et la sécurité nationales ; ce qui n’est pas sans rappeler la position de l’ex-URSS cristallisée par une résolution de l’Unesco et dont le pendant opposé était le free flow of information revendiqué par les États-Unis. Bien évidemment, la responsabilité de la télévision par rapport à la cohésion nationale fait écho au sort similaire de la radio ou plus accessoirement de la presse. Ce statut conféré aux médias nationaux était sensé justifier – et justifie encore dans une certaine mesure – le dirigisme de l’État vis-à-vis des journalistes et des aspirants à la liberté d’exprimer « autre chose ». Or, cet autoritarisme perd toute crédibilité puisque pour reprendre l’expression heureuse de l’une des personnes interrogées « le ciel est ouvert10 ». L’État s’est donc vu obligé de réviser sa politique audiovisuelle.

  • 11 Nasser K. N., « Egyptian Mass-Media under Nasser and Sadat », Middle East Journal, no 124, déc. 19 (...)

26La raison invoquée de ce revirement stratégique est toute trouvée : la télévision était la garante de la sécurité nationale à un moment où la construction nationale était encore à faire et où les esprits risquaient de subir l’influence néfaste de courants contradictoires et corrupteurs – tels sont les termes récurrents de ces discours officiels11. En revanche, « les Égyptiens sont aujourd’hui prêts » à accepter le pluralisme inhérent à toute société. Il est donc temps qu’on réponde à leur attente. À la discrétion de l’État.

27En effet, les multiples stratégies de régénération de l’URTE, aussi bien dans son organisation que dans la programmation, ne traduisent pas la reddition de l’État face à la mondialisation de la communication, elles doivent au contraire être considérées comme les ultimes tentatives de l’État de légitimer un pouvoir qu’il ne tient pas à partager avec des forces concurrentes, lesquelles sont moins les opérateurs occidentaux que ceux des chaînes arabes concurrentes et moins ces derniers que les acteurs nationaux. Car si les chaînes transfrontières arabes se livrent une bataille sans merci dont l’enjeu est le leadership dans le paysage audiovisuel régional, des acteurs égyptiens lui disputent directement son pouvoir au sein de la société, ou tout au moins ils le remettent en question.

  • 12 Middle East Times, 14-21 janvier 2000.

28Toute la question se résume finalement à la notion de représentativité. On est bien conscient de ce problème à l’URTE et c’est bien pour cette raison que l’on invite de plus en plus les acteurs des partis de l’opposition, les membres des associations des droits de l’Homme, et d’autres personnalités supposées porteuses de discours alternatifs. Nous traitons souvent de cette question à travers le prisme des acteurs politiques mais il est bien évident que la représentativité à la télévision doit s’étendre à tous les agents de la société civile désireux de se faire entendre sur une base sociale, artistique, culturelle, identitaire, économique. À titre d’exemple, beaucoup de coptes ont le sentiment – justifié si l’on tient compte du nombre d’émissions s’adressant à leurs concitoyens musulmans – d’être sous-représentés dans les programmes de la télévision12. L’accès réel et sans contrefaçon des acteurs représentatifs de la société civile à la télévision, qui se confond avec l’espace public, est la voie d’accès vers la démocratisation de la télévision et partant de la société tout entière. En effet, il est inconcevable que des critiques soient publiquement émises à l’encontre du système politique sans que celui-ci n’évolue en conséquence.

29Mais que des acteurs jusque-là exclus du champ télévisuel y aient accès ne signifie pas pour autant que le champ soit démocratique. Pour cela, il est nécessaire :

  • que les acteurs soient représentatifs des différentes forces sociales et de leurs aspirations. Les personnes invitées ne doivent pas devenir des « clients » de la télévision, connus pour leurs aptitudes communicationnelles et leur respect d’un code de conduite tacite ;
  • qu’ils aient la possibilité de remettre en cause la légitimité du pouvoir : quel est l’intérêt de participer à une émission raccourcie au montage ou, si elle est en direct, comme cela se fait de plus en plus, que les animateurs et les techniciens vous ignorent au moindre « écart de conduite » ?
  • et enfin, que les émissions télévisuelles soient accessibles au plus grand nombre. Autrement dit, elles doivent autant que possible être diffusées sur les chaînes hertziennes et, à la rigueur, sur des chaînes satellitaires en clair – non cryptées. La langue employée doit donc être la langue nationale et le langage se doit d’être clair. Car – Habermas nous est décidément d’une grande utilité – « une implication suffisante des intéressés n’est garantie que si l’on parvient à une circulation à grande échelle de messages intelligibles et qui suscitent l’attention13 ».

30Ainsi, la contestation peut évoluer en débat, en dialogue et finalement avoir une effectivité sur la décision politique. En définitive, la démocratisation est directement liée à la légitimation du pouvoir et la télévision n’est un instrument de démocratisation que dans le sens où elle contraint l’État à justifier sa politique. Dès lors que la télévision est un lieu de débat public où toutes les convictions sont susceptibles d’être soutenues et entendues quitte à engager la responsabilité de l’État, dès lors que la société civile peut y faire incursion par l’entremise de ses représentants, quels qu’ils soient, alors on pourra penser que les dirigeants politiques auront ouvert l’espace public qu’ils occupaient sans partage et qui engendrait l’émergence d’espaces publics autonomes.

MODÉLISATION DE LA LIBÉRALISATION DU SECTEUR TÉLÉVISUEL ÉGYPTIEN

31Avant de conjuguer télévision et démocratie, on devra s’assurer que cette première est structurellement perméable au pluralisme. Comment pourrait-elle en véhiculer les principes de base si elle ne se libère pas du poids d’un petit nombre de décideurs pour devenir elle-même un microcosme et un modèle de liberté ? La libéralisation du champ télévisuel induit qu’il s’autonomise par rapport à des éléments exogènes. Or son degré d’autonomie est lié à deux variables centrales : les capitaux et les acteurs qui investissent le champ. En fonction des fonds qui l’alimentent, publics ou privés, et de la dépendance ou non des responsables de l’organisme par rapport à l’État, la politique audiovisuelle n’est pas la même. Il est nécessaire d’appréhender ces variables afin d’apporter quelques nuances aux schémas préconçus que l’on peut avoir, voire de les écarter.

L’origine des capitaux

32Les télévisions d’État bénéficient de capitaux publics, prélevés sous la forme d’impôts directs ou indirects aux citoyens, et relayent la vision sociétale avalisée par l’État. En parallèle, la majorité des télévisions privées jouissent d’une certaine liberté. Ce qui vient d’être dit n’est pas systématique. Nous ne pouvons tirer de l’observation de certaines régularités qu’un unique enseignement : moins la part des capitaux publics est importante, plus la télévision est libre par rapport à l’État, ce qui ne signifie pas démocratique. En effet, le bailleur de fonds contrôle naturellement le média et exige souvent en échange le respect d’un cahier des charges et d’une politique de communication plus ou moins étayés.

  • 14 Lamloum O., Al-Jazira, miroir rebelle et ambigu du monde arabe, Paris, La Découverte, 2004, p. 56.

33De la même façon, que le principal actionnaire soit l’État n’induit pas nécessairement que la télévision n’est pas libre ; il en existe plusieurs exemples en Europe. En revanche, dans les pays où les régimes sont autoritaires, et en l’occurrence l’Égypte, la situation est différente : le monopole d’État sur la télévision implique de facto que la télévision fera office de caisse de résonance du pouvoir. Il n’est pas d’État autoritaire qui pratique le « laisser faire » à la télévision. On dit de la chaîne Al-Jazeera qu’elle est libérale. Nous savons par ailleurs qu’elle dépend des deniers publics. Aussi n’a-telle pas poussé le libéralisme jusqu’à critiquer l’émir du Qatar, même si ce dernier met en place les bases d’une véritable démocratie14. En définitive, l’orientation politique de la télévision reflète celle de l’État.

  • 15 « L’asservissement » des propriétaires d’une chaîne de télévision aux financements des annonceurs (...)

34À l’inverse, quand les capitaux sont majoritairement privés, la télévision n’est pas toujours libérale d’un point de vue politique. D’abord, le marché peut constituer une dictature15 : la télévision a beau afficher les couleurs du libéralisme, elle n’est pas pour autant autonome. Elle le serait dans un cas, utopique au demeurant, qui est celui où elle serait financée par un ou plusieurs mécènes désintéressés détachés de toute logique commerciale. Le plus souvent, il faudra bien admettre que les capitaux privés émanent d’investisseurs mus par des intérêts financiers et dressés à une logique de marché. Dans le champ médiatique, ces investisseurs dépendent de groupes de pression multiples, essentiellement des annonceurs. Ils sont tributaires d’un marché également, puisqu’ils craignent de heurter les habitudes, les préjugés et les susceptibilités de leurs auditeurs et ainsi de les perdre. Une situation trouble peut exister dans le système médiatique arabe lorsque les acteurs privés en question sont très proches d’un État auquel ils prêtent allégeance, comme c’est le cas des opérateurs saoudiens.

35Ainsi la problématique de la liberté d’expression et de la démocratie prise en tenaille entre la dictature du marché et celle des États est centrale dans la reconfiguration actuelle des télévisions dans les pays arabes.

L’indépendance des acteurs et l’État

36Dire que les acteurs du champ télévisuel sont extérieurs à l’instance étatique, c’est sous-entendre qu’ils sont maîtres de leur programmation et des nominations aux différents postes de l’organisme de télévision. Dans ce cas, ils seraient libres de s’exprimer et d’agir comme ils l’entendent sans subir les directives et la censure de l’État. Là aussi, quelques bémols s’imposent : il n’est pas impossible que ces acteurs tout en étant extérieurs à l’appareil d’État en soient malgré tout dépendants. En effet, certains individus tout en étant fonctionnellement étrangers à la sphère politique, peuvent lui être attachés par des liens de clientélisme ou de solidarité sur une base partisane ou autre. À l’opposé, un acteur de la sphère politique peut également être investi d’une fonction dans le champ médiatique sans que sa première fonction n’influe sur la seconde. Ces situations sont théoriquement possibles et c’est pour cette simple raison qu’on ne peut les écarter. On se doute bien que le dernier cas de figure n’est pas courant. Une dernière remarque enfin : l’indépendance du champ télévisuel par rapport à l’État ne présage pas de son détachement politique, voire de ses activités non partisanes.

37Ce qui vient d’être dit nous permet de rectifier certains jugements hâtifs : une télévision pluraliste n’est pas nécessairement une télévision privée, entre les mains d’acteurs privés ; une télévision tributaire de calculs de pouvoirs, quelle que soit la nature de ce pouvoir, n’est pas incarnée par les seules télévisions d’État.

Modélisation

38Modéliser ce que nous venons de dire est pour nous un moyen d’expliciter et de réfléchir sur des situations différenciées. Ainsi, nous aurons quelques éléments de réponse sur l’effet de la libéralisation économique et de l’éventuelle ouverture politique sur la structuration du champ. Le schéma qui suit nous permet en effet de visualiser ce que nous venons de dire.

Occurrences structurelles du champ télévisuel

39Les critères de différenciation sont dans notre analyse au nombre de deux : la classification juridique des capitaux (publics/ privés) et la nature des intervenants dans le champ télévisuel (étatiques ou para-étatiques/indépendants). En faisant varier les deux paramètres qui nous intéressent, nous obtenons une matrice permettant de décrire les différentes configurations que peut prendre la structure du champ télévisuel égyptien. Nous dirons que ce schéma représente les occurrences possibles relatives à la structuration du champ télévisuel. Faisant varier les paramètres, nous obtenons quatre situations extrêmes :

40Situation 1 : Les capitaux sont publics, et l’État oriente et contrôle la politique de l’URTE.

41Situation 2 : Les capitaux proviennent du secteur privé (étranger ou égyptien), mais les acteurs du champ restent assujettis à l’État qui reste maître de l’URTE.

42Situation 3 : Des acteurs indépendants, c’est-à-dire non étatiques, occupent le champ qui dépend de capitaux privés.

43Situation 4 : L’État laisse toute latitude à des acteurs indépendants de gérer le champ télévisuel qu’il finance toutefois sur son budget (subventions, redevances).

44Les flèches dans le rectangle indiquent les évolutions possibles à partir de la situation actuelle.

45Comme toute vision schématique, celle-ci ne tient pas compte de situations intermédiaires comme par exemple celle où les capitaux seraient mixtes et les acteurs du champ privés. Dans ce cas, on se situerait sur le schéma sur l’axe entre la position 3 et la position 4. En outre, nous entendons par capitaux « privés » que ces derniers sont nettement majoritaires. Pareillement, quand nous parlons de capitaux publics, nous devrions dire « capitaux majoritairement publics ».

46Nous allons au fil de ce chapitre étudier différentes possibilités et situer le champ télévisuel égyptien de façon dynamique.

1960-1994 : L’État gère la télévision et en est l’actionnaire majoritaire

47Là, les capitaux sont publics et l’intervenant unique est l’État ; c’est ce que nous qualifiions d’État-émetteur. Cette situation est celle qui a prévalu jusqu’à une période récente : une situation de monopole public avec une gestion centralisée et extrêmement bureaucratique. L’État a le monopole sur la télévision en vertu de la loi no 13 de 1979. Cependant, au fil des ans et de la sophistication du dispositif, il ouvre de plus en plus le champ de l’activité à des fonds extérieurs. Progressivement, la part relative des capitaux de l’URTE baisse car les frais de production, d’exploitation et surtout d’investissement sont de plus en plus lourds. Mais si la part des capitaux publics a tendance à diminuer, l’État prend bien garde de rester l’actionnaire unique de l’URTE. Cette progression s’est amorcée dès les années 1970 avec l’apparition de producteurs privés.

48Cette tendance est parallèle à l’élargissement de l’espace médiatique, étant entendu que l’ouverture du marché exige toujours plus de capitaux et mobilise un nombre croissant d’acteurs. Au final, la télévision égyptienne se situera à mi-chemin entre le cas 1 et d’autres configurations que nous définirons plus loin. La régionalisation des productions s’est faite en plusieurs étapes, elle prend sa source à l’ère hertzienne et s’accélère au moment de l’euphorie satellitaire qui se généralise dans le milieu des années 1990. La télévision égyptienne s’est en effet adaptée voire a impulsé les différentes étapes de la régionalisation médiatique. La première est celle de sa naissance et de sa maturation ; elle s’étale sur la décennie 1960 où le feuilleton égyptien – sur lequel l’industrie télévisuelle sera basée – fait ses premiers pas. Il sera établi dès les années 1970 grâce au dynamisme et à la créativité des artistes et des professionnels égyptiens mais grâce aussi à des opérateurs étrangers originaires des pays du Golfe ou du Proche-Orient. En effet, des investisseurs arabes viennent apporter leurs capitaux et ainsi consacrent la naissance d’une industrie florissante. Mais, jusque-là l’État reste souverain sur la diffusion des programmes télévisuels.

Cas no 1 : l’État gérant et bailleur de fonds

49Dans les années 1980 se multiplient des studios de production privés qui viennent suppléer à ceux de Maspero, l’URTE sous-traiter alors une partie de sa production auprès de ces studios privés. L’État n’est toujours pas menacé ; les acteurs privés, égyptiens ou étrangers, œuvrent à la périphérie de la télévision d’État ; ils sont tributaires de ses règles, de son administration et de sa demande. Les productions égyptiennes dominent sur le marché de l’industrie télévisuelle même si, très vite, elles entrent en compétition avec des producteurs arabes – qui relèvent du secteur privé ou public – qui profiteront de la mise à l’écart de l’Égypte par la Ligue arabe suite aux accords de Camp David et, ironiquement, des talents égyptiens qu’ils auront employés. Cependant, si la circulation de produits culturels ainsi que l’émigration des professionnels égyptiens peuvent avoir lieu c’est parce qu’elles sont, sinon encouragées, au moins tolérées par l’État. Même si l’URTE importe et diffuse des productions extra-nationales (le plus souvent de facture égyptienne), ni les capitaux, ni les décisions n’émaneront d’un autre acteur que l’État dans le champ télévisuel national jusqu’au début des années 1990. Au cours des trois premières décennies, l’URTE n’aura finalement perdu que le monopole de production.

  • 16 Guaaybess T., « La télévision égyptienne de l’ère hertzienne à l’ère satellitaire », Égypte-Monde (...)

50À l’heure actuelle, la télévision est étroitement pilotée par le ministère de l’Information lui-même à l’écoute de la voix présidentielle mais les réagencements récents rendent les choses plus floues. Sans se laisser aller à affirmer qu’elle a subi une totale métamorphose, il semble bien que la télévision tend à se soustraire à ce schéma et au modèle idéal-typique d’une télévision d’État (personnel pléthorique, gestion administrative à l’extrême, structure pyramidale avec à la tête d’un organigramme très étoffé un ministre de l’Information – et non le ministre de la Culture, etc. )16. Progressivement, elle se dégage, timidement, de ce schéma initial.

1995-?. : une autonomisation de façade

  • 17 Mattelart A., La Communication-Monde, Paris, La Découverte, 1999, p. 274-275.
  • 18 On pourra observer cette difficile transition à travers le cas français dans l’ouvrage de Dominiqu (...)

51La restructuration de l’organisme de télévision égyptien est rendue inévitable étant donné les changements technologiques, politiques et économiques rapides qui affectent le secteur audiovisuel. Toutefois, même en faisant abstraction de l’aspect politique sur lequel nous reviendrons, il faut dire qu’elle est confrontée à des difficultés qui ralentissent toute réforme. Son évolution est en effet freinée par les obstacles techniques consubstantiels de la lourdeur bureaucratique d’un organisme vieux de plusieurs décennies. Une telle gestion peut heurter une vision plus pragmatique, moins centralisatrice, de la bonne conduite d’une industrie moderne. Une seconde difficulté, et non des moindres, est liée à la politique générale de l’URTE. L’adoption subite d’une approche « managériale »17 est délicate dans le sens où elle pourrait jeter un discrédit sur l’État. En effet, ne serait-il pas malvenu de la part de l’émetteur État de changer brutalement de posture et ainsi de substituer à une télévision paternaliste, éducative et sociale une télévision « moderne » contrainte par des intérêts économiques et par une logique de séduction auprès d’un public éprouvé aux productions culturelles arabes et occidentales ? Une double contradiction sépare la gestion étatique traditionnelle d’un côté et un pilotage qui respecterait les règles du marché de l’autre : la pesanteur administrative de Maspero et l’attitude déjà ancienne de condescendance de l’État vis-à-vis des téléspectateurs. Une posture intermédiaire serait certes préférable même si des expériences nous montrent qu’elle est difficilement réalisable18.

  • 19 Mousseau J., « Les trois âges de la télévision », Communication et Langage, no 68, 2e trimestre 19 (...)
  • 20 Le manager fit ses premières armes à la chaîne américaine NBC.

52Il est d’ores et déjà important de souligner que si des changements sont inéluctables, si l’État préfère les accompagner, voire les anticiper, plutôt que les ignorer, c’est moins par souci de satisfaire son public que pour faire face à la concurrence de la multitude des chaînes arabes. Cependant, financièrement, sa participation relative tend à baisser. L’internationalisation des flux, l’innovation technologique, le prix élevé d’une main-d’œuvre de plus en plus qualifiée, l’accroissement constant de la production stimulée par la compétition régionale et la multiplication des réseaux de diffusion ne peuvent plus être assumés par le seul État. Déjà des acteurs aguerris à la nouvelle ère pénètrent la citadelle (ou pourquoi pas « l’Olympe » pour paraphraser Jacques Mousseau19) comme c’est le cas de Mohammed Gohar. Ce dernier, à travers son entreprise Video Cairo, distribuait des bulletins d’informations télévisées à des opérateurs étrangers (arabes ou non arabes) tout en sous-traitant pour l’État. Sa loyauté vis-à-vis du pouvoir et la réussite de son affaire lui valurent l’autorisation d’opérer sur un segment du satellite Nilesat 101 et ainsi de rebaptiser son entreprise, devenue Cairo Sat News depuis le début de l’année 200020.

53Néanmoins, l’État fait acte de résistance pour tenter de préserver la position hégémonique de la télévision égyptienne dans la région en ces temps incertains sans perdre le contrôle sur sa télévision. Or, maintenir la compétitivité de la télévision nationale, c’est aussi risquer de la laisser échapper à son emprise pour la laisser fonctionner selon une logique propre.

  • 21 Abou-Haidar E., Libéralisme et Capitalisme d’État en Égypte, Paris, L’Harmattan, 2000.

54La part des investissements privés dans le dispositif audiovisuel est croissante mais l’État reste maître du jeu. C’est ce qu’il convient d’appeler une autonomisation de façade. L’État recourt aux capitaux externes – non étatiques – pour faire face à un déséquilibre de son budget et pouvoir mener à bien ses grands projets mais, en fait, les investisseurs ne sont pas toujours privés. À bien y regarder, il s’agit le plus fréquemment d’entreprises publiques. La part effective des souscripteurs privés demeure minoritaire dans les projets de l’URTE, comme nous l’avons vu. Les bailleurs de fonds publics tirent profit de leur proximité avec les instances dirigeantes pour bénéficier de positions stratégiques et des retombées matérielles dans un secteur clé et lucratif. Ils jouissent à ce titre d’une importante « rente de situation21 ».

55Mais alors, quelle est la situation actuelle ? Elle tangue entre le cas 1 et le cas 2. Le caractère récent du phénomène ne nous permet pas de placer le « curseur » de façon définitive. La mise en place de zones franches s’inscrit-elle dans une volonté de garder le monopole sur la télévision ou au contraire est-ce l’amorce d’une prochaine privatisation ?

L’organisation pluriforme de la télévision en Égypte.

56En distinguant la télévision en Égypte, zone franche comprise, de la télévision égyptienne, étroitement associée à l’URTE, nous pouvons établir qu’un nouvel ordre permet la cohabitation des quatre modèles de notre paradigme tout en donnant lieu à des situations intermédiaires qui brouillent les pistes.

571. L’État garde le monopole sur l’URTE (cas 1).

582. Mais il entreprend une libéralisation partielle de l’Union et des entreprises publiques de communication ; on se déplace vers le cas 2 : les capitaux proviennent de plus en plus du secteur privé (CNE, Media City, NILESAT). Le budget de l’URTE est quelque peu opaque, mais le bilan de l’organisme affiche un déficit important ; cette situation, nous l’avons vu, amène l’État à recourir dans un premier temps à des investisseurs publics et privés pour réaliser ces grands projets. La mise en place des zones franches confirme d’ailleurs cette résolution d’attirer des fonds. Si les acteurs privés en question sont aujourd’hui majoritairement proches de l’État quand ils sont égyptiens, cette situation ne saurait durer si l’on considère les besoins financiers des entreprises publiques de communication et l’existence de gros opérateurs privés égyptiens œuvrant dans la communication ou les télécommunications tels que Bahgat (Bahgat Group, publicité), Sawirès (Mobinil), Mohammed Noseir (Click GSM) ou Tarik Nour (Nour Communications, publicité). On peut noter que l’URTE est encore gérée comme les autres organismes publics (de l’industrie ou de l’administration), c’est un système figé et bureaucratique assurant un service pour tous mais qui s’oriente vers la privatisation de certains de ses éléments et tend à gérer de façon plus « pragmatique » son dispositif – allégement des effectifs dans les nouvelles chaînes, innovation progressive de la programmation, rajeunissement du personnel, …

593. On se rapproche de la situation 3. Le secteur télévisuel égyptien se privatise partiellement mais l’organisme de télévision égyptien reste un monopole d’État. C’est tout l’intérêt de la zone franche. Cela témoigne de l’ingéniosité des autorités : finalement l’État ne se désavoue pas, il autorise la privatisation de la télévision en Égypte sans privatiser l’URTE car la juridiction nationale n’est pas applicable sur la zone franche. La loi no 13 de 1979 interdisant la création de chaînes privées n’est au final pas remise en cause. La zone franche lui permet de contourner sa propre législation. Quitte à ce que des chaînes satellitaires pénètrent le territoire national, autant que les chaînes égyptiennes soient basées en Égypte. Sinon, elles pourraient s’imposer sur le territoire égyptien à partir de l’extérieur, en affichant ainsi à grande échelle le dirigisme de l’État.

604. Cette répartition fonctionnelle de la situation 4 où l’État finance l’organisme de télévision tout en y cèdant la direction à des acteurs autonomes, peut apparaître improbable à l’heure actuelle. Elle n’en n’est pas moins possible dans une certaine limite. Une telle évolution pourrait en effet être initiée par l’État soucieux de donner confiance aux opérateurs étrangers et de concurrencer les chaînes régionales les plus libérales. Il répondrait par ailleurs aux attentes du public égyptien d’où il puise sa légitimité. En réalité, on ne connaît pas d’organismes publics de télévision dans lesquels l’État n’intervient jamais, tout est une question de degré.

61Toutes les configurations finissent par se conjuguer de la façon suivante, et les flèches indiquent, non plus les évolutions possibles, mais la dynamique actuelle au sein du secteur télévisuel.

URTE/État : une relation organique ?

  • 22 Pour une différentiation entre les concepts de « champ » et « d’appareil », se référer à Pierre Bo (...)

62L’URTE est connecté à l’État et occupe une position de dominé par rapport au pouvoir dans la mesure où il est inclus dans le champ du pouvoir. Cette dépendance absolue de l’URTE à l’État nous incite à employer le terme d’appareil22 d’État à son endroit, notion qui fait l’impasse sur les éventuelles revendications et résistances des agents de l’URTE (qui sont des fonctionnaires de l’État). Ces résistances, si elles existent, ne sont pas toujours perceptibles pour un observateur extérieur car elles ne se donnent pas à voir dans l’espace social. S’ensuit un postulat qui confond État et télévision. Ce postulat, que nous avons plus ou moins consciemment intériorisé tout au long de ce travail, est légitime dans le sens où la télévision reflète les vues de l’État et cela apparaît jusqu’à sa structure et son fonctionnement. Il mérite cependant d’être nuancé car les changements qui affectent l’URTE sur le terreau de la libre circulation des flux télévisuels sont aussi orchestrés par des agents dont certains plaident pour plus de liberté tandis que d’autres estiment au contraire que l’ouverture de l’URTE constitue un danger pour la culture et les valeurs qu’ils ont érigées en normes et qui n’auraient pas perduré sans leur participation consentante.

Configurations multiformes de la télévision en Égypte.

Notes

1 Une compétition sur le marché arabe entre producteurs syriens et producteurs égyptiens apparaît avec plus de vigueur pendant les périodes de Ramadan. Les producteurs syriens se targuent de proposer des feuilletons originaux par rapport au modèle égyptien qu’ils jugent figé, voir l’article de Peterson S., « Syrian Soaps Grab Arabs’ Prime Time », The Christian Science Monitor International, 2 octobre 1997.

2 Le 20 février au, cours d’une émission en direct sur la première chaîne (« Table ronde ») dont le sujet portait sur la presse à scandale, Sa’ad Eddin Ibrahim, professeur de sociologie et directeur du centre Ibn Khaldûn (institut d’études sur les minorités) quitta, mécontent, le plateau pendant le deuxième intermède, il était suivi par un journaliste de gauche bien connu, Salah ’Issa (de l’hebdomadaire nassérien Al-’Arabî). Ils avaient tout deux été ignorés par la caméra et le micro après avoir « commis » des propos malheureux.

3 Al-Ahram Weekly, 27 mai-2 juin 1999.

4 Emadeddin Adib est aussi rédacteur en chef d’un quotidien économique indépendant, Al-’Alam Al-Yom (Le Monde Aujourd’hui).

5 Middle East Times, 21-27 avril 2000.

6 Schleifer A., « The Dubaï Broadcasting Miracle », Transnational Broadcasting Studies, no 5, deuxième semestre 2000, Le Caire.

7 Naba R., « La Guerre des ondes au Moyen-Orient », Les Cahiers de l’Orient, 2e trimestre 1994, no 34, p. 103-165.

8 Nous renvoyons à l’étude de Jon Alterman, New Media, New Politics ? From Satellite Television to the Internet in the Arab World, Washington Institute for the Near East Policy, 1998. for the Near East Policy, 1998.

9 Al-Ahram Weekly, 11-17 novembre 1999.

10 Il s’agissait d’Ibrahim D. Abâza, Secrétaire général du parti Wafd.

11 Nasser K. N., « Egyptian Mass-Media under Nasser and Sadat », Middle East Journal, no 124, déc. 1990, p. 1-26.

12 Middle East Times, 14-21 janvier 2000.

13 Habermas J., Droit et Démocratie, Paris, Galimard, 1997, p. 389.

14 Lamloum O., Al-Jazira, miroir rebelle et ambigu du monde arabe, Paris, La Découverte, 2004, p. 56.

15 « L’asservissement » des propriétaires d’une chaîne de télévision aux financements des annonceurs peut conduire ces premiers à écarter a priori un certain type de programme, non sur la base d’un désintéressement du public – qui n’apprécierait pas les émissions « intellectuelles » – mais sur la base des tarifs qu’ils pourraient appliquer aux annonceurs. De même, les annonceurs peuvent structurer le champ télévisuel en fonction de leurs besoins et des sommes qu’ils sont prêts à verser. Ici, l’audimat et non l’audience est roi, et à moins d’assimiler la démocratie à « du pain et des jeux », on peut difficilement qualifier cette télévision de démocratique.

16 Guaaybess T., « La télévision égyptienne de l’ère hertzienne à l’ère satellitaire », Égypte-Monde Arabe, no 29, 1er trimestre 1997.

17 Mattelart A., La Communication-Monde, Paris, La Découverte, 1999, p. 274-275.

18 On pourra observer cette difficile transition à travers le cas français dans l’ouvrage de Dominique Wolton, Éloge du grand public, une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, 1990, p. 26 et suiv.

19 Mousseau J., « Les trois âges de la télévision », Communication et Langage, no 68, 2e trimestre 1986, p. 102-106.

20 Le manager fit ses premières armes à la chaîne américaine NBC.

21 Abou-Haidar E., Libéralisme et Capitalisme d’État en Égypte, Paris, L’Harmattan, 2000.

22 Pour une différentiation entre les concepts de « champ » et « d’appareil », se référer à Pierre Bourdieu qui critique l’idée althusérienne d’appareil, Libre Examen, Paris, Le Seuil, 1992.

Table des illustrations

Légende Occurrences structurelles du champ télévisuel
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Cas no 1 : l’État gérant et bailleur de fonds
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Configurations multiformes de la télévision en Égypte.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2367/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search