Version classiqueVersion mobile

Télévisions arabes sur orbite

 | 
Tourya Guaaybess

Chapitre 6. Télévision et démocratie en Égypte

Texte intégral

  • 1 L’Afrique et ses télévisions, Paris, Anthropos-Economica, 1992, p. 26.

« L’influence du pouvoir politique sur la télévision risque donc de s’atténuer au moment où s’accroît le pouvoir de la télévision avec un plus grand volume et un plus grand rayonnement de ses émissions ».
André-Jean Tudesq1

1La résistance et les différentes actions de l’État ne suffisent pas à pérenniser son pouvoir sur la télévision ; en substance, la capacité de résistance de l’État a des limites. C’est en tout cas ce que pensent un certain nombre de protagonistes qui exercent des pressions qui pourraient bien accélérer la restructuration du champ télévisuel égyptien. On pourrait classer ces derniers en deux grandes catégories : celle des acteurs égyptiens d’une part, et celle des acteurs étrangers originaires de la région arabe, d’autre part. Dans le premier cas, des acteurs revendiquent une chaîne de télévision privée ou du moins un canal d’expression indépendant du contrôle étatique. Ils pourront également choisir de s’exprimer à travers des médias étrangers, plaçant ainsi l’État dans une situation inconfortable. En effet, ce dernier est contraint de tenir compte de l’opinion publique sur le territoire national mais aussi à l’extérieur. Le second cas est cristallisé, par exemple, par l’effet qu’a eu la chaîne Al-Jazeera en Égypte, comme ailleurs, car rappelons que pour la première fois une chaîne d’information indépendante et accessible par voie satellitaire – free to air, c’est-à-dire non cryptée – était arabophone.

PRESSIONS INTERNES SUR LE CHAMP TÉLÉVISUEL ÉGYPTIEN

2Nous clorons ce chapitre sur l’impact des pressions des acteurs arabes extra-nationaux. À ce stade, les termes de l’analyse du sous-système télévisuel égyptien en tant que composante du système télévisuel arabe deviendront plus concrets. Auparavant, revenons au premier point – les pressions des acteurs égyptiens. La remise en cause publique de la légitimité du monopole de l’État sur la télévision a été initiée en 1995 par un parti de l’opposition, le parti Wafd, de tendance libérale. À l’image des membres de ce parti, les Égyptiens qui réprouvent le monopole d’État et le condamnent dans les « espaces publics autonomes » font partie d’une élite culturelle. S’ils avaient une télévision privée à leur disposition, ils seraient certainement les concurrents les moins appréciés par l’État. Ils risquent, en effet, de porter atteinte à son emprise sur le téléspectateur plus directement que ne le feraient des acteurs étrangers, et ce dans les divers rôles que l’État s’assigne via le petit écran : un rôle politique, un rôle d’éducateur, de moraliste, de « porte-parole » du peuple égyptien, d’entrepreneur, etc.

3Bien sûr, tout le monde ne fomente pas d’actions spécifiques dans ce domaine. Cependant, on aurait tort de penser que la société dans son ensemble n’exerce aucune pression, et qu’elle ne peut recevoir qu’une culture « de masse », celle-là même qui se distingue d’une culture « d’élite ». Au niveau des programmes d’information, les grandes chaînes satellitaires arabes ont eu un succès retentissant auprès de tous parce que justement leurs auditeurs ont eu le sentiment d’être considérés enfin comme des adultes autonomes. Elles affichent leur libéralisme et dispensent informations et émissions de divertissement qui inquiétent les autorités qui craignent leurs effets sur l’opinion publique et sur la participation d’un plus grans nombre de citoyens à la définition d’un espace public. Aussi, que le public soit fidèle à des programmes égyptiens de qualité inégale et qui relèvent de l’idéologie conformiste de l’État ne signifie pas qu’il soit inapte à recevoir des programmes de qualité et qu’il ne soit pas attentif à d’autres producteurs de sens. La pression que le grand public exerce en se tournant vers des chaînes exogènes est sans conteste très efficace.

4Mais les élites économique et politique sont plus directes. Elles intentent des actions, défient l’État de manières diverses pour accélérer la démonopolisation de la télévision, et l’État doit répondre à ces actions tout en tenant compte de l’opinion publique où il puise sa légitimité.

  • 2 Cette bourgeoisie n’est pas « nouvelle », simplement l’avènement du système télévisuel arabe lui p (...)

5Que fait cette « nouvelle » bourgeoisie éclairée2 pour casser le monopole ? Dans un premier temps, elle rend plus que jamais publiques ses revendications. Alors qu’il n’en était pas question avant, les débats publics sont aujourd’hui autorisés sur la question.

  • 3 Hussein Amin, professeur de Mass-Communication à l’Université Américaine du Caire, entretien avec (...)

C’est parce que deux processus ont lieu : la globalisation et la démocratisation. La globalisation est caractérisée par l’expansion des satellites et l’avènement d’Internet qui permettent aux consommateurs d’avoir directement accès à des images et à des messages et la démocratisation est un processus de politique intérieure conduit par le président depuis quelques années. L’État ne pouvait tout de suite réaliser la privatisation du secteur audiovisuel qui est un secteur sensible, d’autres secteurs étaient prioritaires. Les processus de globalisation et de démocratisation devaient permettre que l’on y songe aujourd’hui3.

6Et c’est ce qui se passera quelques années après l’énonciation de ces propos.

Les alternatives d’une bourgeoisie contestataire

7On débat publiquement sur la question, on exige des réformes, on propose ses services ou ses productions aux chaînes concurrentes, on veut créer des chaînes privées, avoir une visibilité via Internet. Toutes ces initiatives sont désormais possibles et encouragées par le perfectionnement et la diffusion des moyens de communication.

Contourner la censure

8Certains messages ou certains acteurs n’ont pas droit d’accès à la télévision. Leur production subit partiellement ou totalement les ciseaux de la censure quand le contenu de leur message n’est pas conforme à des principes préétablis. Leur statut ne leur permet pas de proposer un programme à l’URTE quand c’est l’auteur du programme qui est indésirable. Qu’à cela ne tienne. Désormais, il est possible pour ces acteurs de proposer leurs productions aux chaînes arabes concurrentes ou d’aller s’y s’exprimer. C’est le cas d’un présumé terroriste égyptien que l’on a vu à Al-Jazeera. C’est aussi celui d’un journaliste qui réalisa un reportage dont le sujet fut jugé subversif par la censure de l’URTE.

  • 4 Middle East Times, 22-28 novembre 1998.

9Reprenons. En 1998, les Égyptiens « parabolés » pouvaient voir à la télévision Adel Abdel Meguid, un terroriste présumé, s’exprimer tranquillement sur un plateau de télévision. Il était invité à l’émission « La Direction opposée » (al-ittijah al-mu’âkis) sur la chaîne qatarie Al-Jazeera. Le même programme, un an auparavant, avait accueilli Yasser Sirri, un Égyptien condamné à mort pour sa participation à la tentative d’assassinat manquée contre l’ex-Premier ministre Atef Sidki4. L’État égyptien n’a pu ni censurer le programme, ni sanctionner quiconque après-coup. À l’ère hertzienne, l’émission avec Meguib aurait nécessité sa venue au Qatar. Il aurait d’ailleurs touché un public bien restreint. Et, conformément aux accords bilatéraux entre l’Égypte et le Qatar, Meguib n’aurait pas pu obtenir de visa pour le Qatar. C’est pour contourner cette contrainte que la chaîne a ouvert un bureau à Londres. Le seul risque que la chaîne qatariote encourait était la fermeture de son bureau au Caire, ce qui n’a pas été le cas. Ainsi, quand Naguib Sawirès, un entrepreneur égyptien dans le secteur des télécommunications – président d’Orascom – va sur le plateau d’Al-Jazeera en 1999 pour revendiquer son droit légitime à posséder une chaîne de télévision, il discrédite publiquement le ministre de l’Information sans encourir de sanctions. Les autres pays arabes bien évidemment ont aussi des griefs à faire à cette chaîne qui n’hésite pas à aller à l’encontre d’un consensus régional en matière audiovisuelle.

  • 5 AFP, 9 mars 1998.

10Un autre exemple est celui d’un journaliste historien égyptien de renom (Salah ’Issa, du journal nassérien Al-’Arabi) qui réalisa un documentaire, lequel visiblement n’enchanta pas les autorités. Le documentaire portait sur le Cheikh Hassan Al-Banna, fondateur en 1928 du mouvement des Frères musulmans. Salah ’Issa dit vouloir rétablir la vérité à propos d’Al-Banna qui aurait été assassiné en 1949, selon lui, par le pouvoir de l’époque. La confrérie des Frères musulmans, interdite en Égypte depuis 1954, a subi une forte répression du gouvernement en 1992, au moment des actes de violence perpétrés par des extrémistes religieux, l’État l’accusant d’entretenir des rapports avec des groupes armés islamistes. Salah ’Issa désire faire connaître sa version sur cette page de l’histoire. Ce film, qu’il a lui-même écrit, dure deux heures vingt et s’intitule La nuit où ils ont tué Hassan Al-Banna. Il espère conclure un accord avec une chaîne satellitaire arabe ou étrangère pour diffuser son documentaire car, dit-il, « il sera très difficile de le montrer en Égypte où la censure est impitoyable. Les partisans d’Al-Banna le considèrent comme un saint, ses opposants comme l’incarnation du démon », explique-t-il à l’AFP. « La vérité, conclut-il, c’est qu’il a été l’un de ceux qui ont fait l’histoire du monde arabe au xxe siècle. Il était comme un héros de tragédie, tombé en disgrâce à cause d’une faute dont il n’était pas coupable5 ». Il sait qu’il peut compter sur le satellite pour contourner la censure de l’URTE. Les scénaristes et réalisateurs censurés par l’URTE ne l’ignorent pas non plus, comme le scénariste Okasha qui proposa son feuilleton du Ramadan 1998 à d’autres opérateurs après qu’il a été inopinément retiré de la programmation de l’URTE. Plus récemment, les journalistes Ibrahim Essa et Hamdy Kandil, particulièrement appréciés du grand public, ont manifestement franchi la ligne rouge. Leurs émissions avaient été supprimées en 2003 de la programmation d’une chaîne « privée » égyptienne, Dream TV. Ils ont eux aussi proposé leurs services respectivement à Orbit et Dubaï TV.

Exploiter Internet

11Enfin, les œuvres censurées ne sont plus complètement invisibles sur la scène publique puisqu’il est possible de les diffuser sur Internet. C’est le cas par exemple de la presse qui fait parfois l’objet de censure. Le journal hebdomadaire Middle East Times est disponible sur Internet, de même que certains journaux de l’opposition6. Middle East Times n’a pas obtenu l’autorisation d’imprimer ses tirages en Égypte, il est pour cette raison basé à Chypre. L’arrivée des numéros sur le territoire égyptien est conditionnée par une censure à l’entrée. Le journal a donc mis à la disposition des internautes les articles censurés par le gouvernement égyptien7. Nous ne serions pas étonnée d’apprendre que ces articles sont précisément les plus recherchés par les internautes. Néanmoins, même si dans les villes égyptiennes les cybercafés semblent s’épanouir à un rythme soutenu, il demeure vrai que le nombre d’utilisateurs d’Internet n’est pas encore très significatif – en 2000, 55 000 abonnés et 440 000 usagers soit 0,7 % de la population totale – mais cette alternative est à l’origine d’un malaise que l’État ne peut que ressentir. Et ce avec d’autant plus d’acuité que le bouche-à-oreille fonctionne très bien en Égypte comme ailleurs. À ce propos, une étude sur le taux de pénétration réel des articles censurés via Internet serait appréciable.

12La nouveauté n’est pas que des acteurs hardis qui émergent subitement d’on ne sait où décident de s’exprimer. Leur vocation à diffuser leurs messages n’est pas récente, elle a simplement plus de chance de se réaliser aujourd’hui grâce aux nouveaux moyens de communication. Leur contestation du discours dominant et de la censure des autorités est simplement plus performante. Ces exemples nous mettent face à une évidence : la censure qu’exerce l’État est impuissante face à l’exploitation des nouveaux médias – la télévision par satellite bien plus qu’Internet – et aussi à la présence d’une chaîne comme Al-Jazeera qui a fait tant d’émules dans le monde arabe.

Réclamer des réformes politiques

13Les réactions que nous venons de voir sont celles d’individus qui tirent avantage de la présence d’autres médias dans le paysage médiatique arabe pour échapper au joug de la censure. D’autres sont plus exigeants et réclament sans détour des réformes dans le secteur télévisuel. Deux logiques animent ces acteurs : une logique économique et une politique. Opérer une typologie des protagonistes en fonction de leurs intérêts (politiques / économiques) serait néanmoins arbitraire et naïf. Les hommes d’affaires n’ignorent pas le pouvoir que confèrent les médias audiovisuels à ceux qui les détiennent ; de même, les acteurs politiques ne mésestiment pas les intérêts financiers d’un secteur si porteur. Mais, si l’on adopte une approche fonctionnaliste, la portée de la privatisation de la télévision n’est pas la même pour les membres de l’opposition que pour les hommes d’affaires.

14Un rapport a été rédigé par des hommes d’affaires égyptiens à l’occasion de la conférence économique du Caire de 1997 pour attirer l’attention du gouvernement sur la nécessité de privatiser les médias. Dans ce rapport, un homme d’affaires déjà mentionné, Naguib Sawirès, se disait prêt à investir dans le secteur des médias si on le privatisait, d’autres hommes d’affaires annonçaient qu’ils étaient disposés à suivre. Mais la loi no 13 de 1979 interdit aux individus du secteur privé de posséder ou de louer des chaînes de télévision.

15Pourtant, Ibrahim Seeda, le président du quotidien Al-Akhbar, un des grands quotidiens du pays, décide en 1997 de lancer sa propre chaîne. Il en fait part à son homologue du journal Al-Ahram, le quotidien égyptien de référence, qui trouve l’idée séduisante. Les deux enseignes sont soumises au régime public et sont des organes officiels de premier plan. Pour résumer, la chaîne serait celle des deux principaux groupes de presse publics ; elle n’irait pas à l’encontre des orientations politiques de l’État. De plus Al-Akhbar et Al-Ahram détiennent également des agences publicitaires, parmi les principales du marché national. Tout laissait penser que ce projet allait se concrétiser. Il ne manquait que l’autorisation de l’État. Omettant que la loi pouvait aussi s’appliquer à son projet, Seeda le soumit au président Moubarak. La réponse fut négative. Le projet pourtant aurait pu séduire les dirigeants. En réponse à nos doutes, deux journalistes de l’hebdomadaire Al-Ahram-Hebdo – du groupe Al-Ahram – nous suggérèrent « le président n’a peut-être rien contre ce projet, mais s’il donnait son autorisation, d’autres personnes pourraient ne pas comprendre qu’on la leur refuse ».

  • 8 Al-Ahram Weekly, 6-12 novembre 1998, p. 7, AFP, 21 mai 1998.
  • 9 Al-Ahram, 22 mai 1997.
  • 10 Voir <http://www.sat7.org La chaîne Sat7 est une chaîne chrétienne arabophone. Créée en 1996, elle (...)

16Après le lancement du satellite égyptien Nilesat 101, le grand mufti de la république, le cheikh Nasr Farid Wassel, a souhaité qu’on y introduise une chaîne islamique, en faveur de la propagation de l’islam et des autres religions monothéistes8. « Il est nécessaire d’avoir une chaîne religieuse islamique sur le satellite pour propager la morale, la vertu et les principes des religions monothéistes », a affirmé le cheikh Wassel9. Il faut dire que, quelques mois auparavant, une chaîne satellitaire chrétienne avait été créée, la chaîne arabophone Sat710, dont la station terrestre est à Chypre, dans la foulée une chaîne satellitaire islamique, Iqra (« Lis ! ») a été lancée par le Saoudien Saleh Kamel. Là encore, la loi no 13 de 1979 est brandie par les autorités.

17Et c’est à cette loi que le parti Wafd, représenté par Ibrahim Dessouki Abâza, a décidé de s’attaquer. Il est temps, pense-t-il, de mettre la télévision égyptienne à l’heure des réformes. Les propos de Abâza, secrétaire général du parti Wafd, ne laissent pas place au doute :

  • 11 Entretien avec l’auteur le 18 avril 1997.

La bataille politique entre le gouvernement et nous est inégale. Pendant les élections législatives, sous prétexte de pluralisme, on a accordé à chaque parti vingt minutes à la télévision, le reste du temps était occupé par le parti au pouvoir. Le monopole de l’information tue la vie politique. Notre objectif est de l’anéantir, car il est tout simplement en contradiction avec la démocratie. D’ailleurs, les partis d’opposition et les forces politiques en présence en Égypte nous soutiennent tous11.

  • 12 ‘ABD AL-‘AAL M., « Légitimation du pouvoir et démocratisation en Égypte », in Démocratie et Démocr (...)
  • 13 Entretien avec l’auteur le 20 avril 1997.
  • 14 L’article 5 autorise la multiplicité des partis, l’article 8 garantit aux citoyens l’égalité des c (...)

18À la définition nécessairement restrictive que l’on donne de la démocratie, « processus qui doit mener à l’alternance sans que soit nécessaire la disparition physique (volontaire ou accidentelle) du dernier dirigeant12 », Fuâd Al-Badrawi, vice-secrétaire général du parti Wafd et alors député à l’Assemblée du Peuple, nuance : « Ce qui définit la démocratie est l’alternance du pouvoir et la liberté d’expression13 ». En mars 1995, I. D. Abâza a adressé, à titre personnel, une lettre au ministre de l’Information pour obtenir l’autorisation d’ouvrir une chaîne privée. Le ministre a répondu par la négative dans un courrier officiel, stipulant que la loi no 13 promulguée en 1979 n’autorise pas les agents du secteur privé à posséder des chaînes de télévision. Abâza a alors intenté devant le Conseil d’État un recours en annulation de la décision ministérielle. Tous les partis d’opposition ont soutenu sa requête. En novembre 1996, il a invoqué l’inconstitutionnalité de l’article 1 de la loi no 13 telle qu’amendée en 1989 (loi no 223), l’estimant contraire aux articles 5, 8, 47 et 48 de la Constitution de 197114. Il a également invoqué la non-conformité de cet article avec l’article 19 de la Déclaration des Droits de l’Homme, relatif à la liberté d’expression. Le Conseil d’État, estimant que les arguments soulevés étaient sérieux, a décidé de surseoir à statuer et a autorisé le demandeur à saisir la Haute Cour constitutionnelle. Le député Fuâd Al-Badrawi a déposé par ailleurs une proposition d’amendement de l’article 1 de la loi no 13 de 1979.

  • 15 Aux élections législatives de 1995, le Parti national démocratique a remporté 94 % des sièges de l (...)
  • 16 Ibrahim D. Abâza nous affirma en effet que son parti, qui est relativement fortuné, comptait mettr (...)

19Ces mesures ont-elle mis réellement le monopole en péril ? La proposition d’amendement de la loi ne le menacait guère, compte tenu de la faible représentation des partis d’opposition à l’Assemblée15. Cependant, la mainmise de l’État sur la télévision n’etait pas à l’abri d’initiatives comparables. Surtout, les acteurs pouvaient, pour contourner les contraintes imposées par le monopole, mettre sur pied une chaîne privée et diffuser leurs programmes en Égypte... à partir de l’étranger. Tel était en 1997 le dessein de Abâza16, qui nous confie avec malice : « Si Louis XVI avait connu la télévision, la Révolution française n’aurait pas eu lieu ! ». Finalement, la création d’une chaîne offshore par le parti ne sera peut-être pas nécessaire tant la légitimité de l’État sur ce terrain est déjà entamée.

« Nous autorisons la création de chaînes de télévision privées mais… »

20« Nous autorisons la création de chaînes de télévision privées, mais sous certaines conditions » : voilà comment on pourrait résumer les premières hésitations de l’État. Les réformes réclamées par les acteurs politiques, par les hommes d’affaires, ou par les acteurs socio-culturels ont probablement assoupli la position autrefois crâne de l’État. Très habilement, il a permis la création de chaînes privées sur son territoire sans remettre en cause son monopole puisque les chaînes privées doivent cantonner leurs activités dans la zone franche médiatique, Media City, lancée en 2000.

21Ce qui a été le plus décisif dans ce retournement de situation, c’est probablement la géopolitique du paysage télévisuel régional. Récapitulons des événements qui ont précédé cette conversion : la Jordanie fait savoir à grand renfort de publicité qu’elle crée une zone franche pour y instituer une Cité des médias, à la périphérie de la capitale jordanienne. Encore une révolution douce dans le monde des médias dans la région, voire une révolution tout court ? Après l’explosion des antennes paraboliques pour recevoir des flux de messages exogènes dans des pays où l’information télévisuelle est étroitement contrôlée, après la prolifération des chaînes transfrontières arabes, après l’avènement de la chaîne d’information arabe et libérale Al-Jazeera, voilà que le Premier ministre jordanien annonce un 3 novembre 1999, qu’une zone franche permettra à tout un chacun, arabe ou non arabe, privé ou public, de produire, de diffuser, d’éditer des produits culturels dans le vaste domaine des médias (presse, télévision, cinéma) et même aux différents opérateurs de baser là leurs chaînes satellitaires.

22On peut s’étonner devant une résolution si hardie. Une zone franche peut bien sûr intéresser les acteurs du paysage médiatique arabe : s’exiler à Londres ou à Rome ne présentera plus d’intérêt si un espace libre, exempt de taxes, venait à se mettre en place dans la région. Mais la liberté de la presse n’est pas légendaire en Jordanie ; la mise en place d’un tel projet sous-entend donc une réforme de la législation. Les autorités, désireuses d’attirer les investisseurs et de créer des emplois, rassurent les sceptiques et une loi en 2000 garantit une totale liberté d’expression au sein de le zone Oum Al-Hiran. Le seul garde-fou sera un code éthique qui posera quelques règles en matière de religion (il est interdit de porter atteinte aux « trois religions du Livre ») et de sexe.

  • 17 Al-Ahram Weekly, 24 février-1er mars 2000.

23Les ressources matérielles en jeu ne sont pas des moindres : si les groupes de communication, magnats de la presse et empires télévisuels arabes, quittaient l’Europe pour s’installer en zone franche, Amman profiteraient des gros investisseurs de l’industrie des médias panarabes. Le ministre de l’Information égyptien en est bien conscient et déclare le 17 janvier 2000 au journal Al-Ahram qu’une zone franche (hors taxe et exempte de droits de douane) de 3,5 kilomètres carrés sera inaugurée entre Media City et la station terrestre de Nilesat dans la cité du Six-Octobre, près du Caire, quelques mois après qu’Amman ait fait sa déclaration. Il n’est pas question pour l’Égypte de perdre sa place de leader et pour cela l’État est prêt à adapter le dispositif juridique pour permettre à l’industrie audiovisuelle privée de s’épanouir non loin des pyramides. Radios, télévisions, sociétés de production, entre autres sociétés de communication, auront droit de cité. Une seule condition préalable devra être remplie par ceux qui voudront mettre en œuvre une chaîne privée : signer un code d’éthique. Là aussi, sexe et religion sont à manier avec prudence. « Il ne s’agit pas de privatiser la télévision égyptienne, insiste le ministre de l’Information, nous souhaitons surtout y apporter plus de liberté17 ». L’URTE cohabitera avec d’autres structures télévisuelles dont les premières seront inaugurées en 2001. Nous y reviendrons dans le dernier chapitre.

24Page suivante, nous schématisons cette reconfiguration du champ télévisuel égyptien, caractéristique de ce qui se passe dans les autres pays arabes.

25Le projet de monter une chaîne privée ne manque pas d’éveiller – de réveiller – de vifs intérêts en Égypte. Les candidats à la création d’une chaîne privée devront assumer leur ambition : la mise en place d’une chaîne exige un solide capital de départ et louer un canal sur Nilesat coûte 550 000 dollars américains par an, un répéteur 3 millions de dollars par an. Certains, comme Sawirès, le président d’Orascom et Mobinil-Égypte, envisageaient l’utilisation du système hertzien mais se heurtent à l’interdit de l’État qui tient à maintenir son exclusivité sur le réseau terrestre. Le monopole de l’État serait ainsi applicable sur le mode de diffusion hertzien, moins coûteux et – toujours – plus intéressant en termes d’audience, tandis que si elles se destinent à un mode de diffusion par satellite, la création de chaînes de télévision par des acteurs privés est envisageable sous réserve qu’ils obtiennent l’autorisation du cabinet.

  • 18 Voir ’Âlam Al-Yom (quotidien financier) du 20 janvier 2000.

26Ces derniers se recrutent parmi les hommes d’affaires œuvrant dans le secteur des médias ou des télécommunications. Les noms de ceux qui avaient déposé leur candidature et attendaient une autorisation circulaient dans la presse : outre Naguib Sawirès, on y trouvait Ahmad Bahgat et Tarik Nour, les potentats de la publicité, Mohammed Nosseir, le président de Click GSM, Ibrahim Kamel, le président du Conseil égypto-américain, Amr Hegazy, un homme d’affaires, et, relevant du régime public, les dirigeants des journaux Al-Ahram et Al-Akhbar dont nous avons parlé ainsi que les propriétaires d’Akhbar Al-Yom18. À ceux-ci s’ajoutait un consortium d’investisseurs des zones industrielles de la cité du Six-Octobre et du Nord Sinaï qui avaient fondé une société privée du nom d’Al-Mehwar Axis Group.

Reconfiguration du champ télévisuel égyptien, de l’État-émetteur à l’émetteur-État.

27Une ombre à cette image idyllique : l’État compte s’assurer, « pour le bien de l’audience », du contenu de la programmation des chaînes. Certains, comme Naguib Sawirès, voient d’un mauvais œil le contrôle de ces éventuelles nouvelles chaînes par l’État. D’autres, comme l’opposant Abâza, n’ont pas grand espoir d’obtenir l’autorisation d’avoir une chaîne en Égypte. Un fait demeure et mérite d’être souligné, la télévision augure de plus en plus de nouveaux rapports entre l’État et ces acteurs et partant entre l’État et l’ensemble de la population nationale ; même si, convenons-en, les débuts des chaînes privées ne sont pas concluants s’agissant de l’ouverture du secteur télévisuel égyptien.

28Entre 2001 et 2002, plusieurs chaînes privées égyptiennes avaient été lancées après avoir obtenu les autorisations requises. L’État avait participé à chaque fois au capital des chaînes, assurant ainsi sa présence aux conseils d’administration. Toutes devaient œuvrer au sein de Media City et ainsi concourir à l’amortissement des infrastructures « para-étatiques » de la zone franche et des satellites égyptiens. La location des services de Media City, par là-même, confortait la prégnance de l’État dans la gestion des chaînes. Ces chaînes lancées par des hommes d’affaires furent Mehwar et Dream TV, des chaînes de divertissements, Al Tamima, une télé-shopping et Melody Hits, consacrée aux programmes musicaux.

29Toutes, à l’exception de Dream TV, durent interrompre leurs émissions en 2002 en raison de difficultés financières et d’un manque de ressources publicitaires. Ahmad Bahghat, propriétaire de Dream TV, alimente sa chaîne en lui reversant une partie du budget publicitaire de ses entreprises. Le groupe se décline en deux chaînes : Dream 1, qui cible les jeunes, notamment à travers des émissions musicales et Dream 2, la chaîne de divertissements. En raison de frictions avec les autorités étatiques, Dream TV 2 a rencontré quelques difficultés : les émissions emblématiques animées par les journalistes égyptiens les plus éminents ont été soudainement interrompues et plusieurs directions se sont déjà succédées.

  • 19 De Virieu F.H., Médiacratie, Paris, Flammarion,1990.
  • 20 Balle F., Médias et Sociétés, Paris, Montchrestien, 5e éd., 1990, p. 658.

30La phase actuelle, nous l’avons dit, est transitoire puisque elle se caractérise par des tensions et des antagonismes. La question que l’on se pose sur l’effet de ces réaménagements dans l’espace médiatique arabe est s’ils donneront lieu à l’indépendance de quelques chaînes égyptiennes par rapport à l’État. Des chaînes libérales, non-cryptées – non-payantes – et arabophones verront-elles le jour à l’issue de cette bataille ? Si tel était le cas, alors on pourrait avancer un pronostic sur les effets des espaces de liberté pluriels, accessibles à tous, sur la politique en Égypte. En évoquant les médias dans les pays démocratiques, François-Henri de Virieu parlait de médiacratie, syncrétisme des notions de médias et de la démocratie qu’ils entretiennent19. Dans le cas de la télévision égyptienne, quand elle se mettra à l’heure des télévisions libérales, elle précédera, voire provoquera, la démocratie. Mais quelle sera la nature de cette démocratie ? S’agira-t-il de « ce combat, toujours recommencé et jamais gagné, contre toutes les formes d’inégalité dans la libre expression des pensées de chacun et dans le libre accès aux pensées d’autrui, quelles qu’elles soient20 », ou de la « démocratie de marché » qui profite aux puissants opérateurs, aux industries de la communication et en aval à quelques téléspectateurs nantis et qui n’est finalement qu’une nouvelle forme de totalitarisme ?

  • 21 Mattelart A., « La nouvelle idéologie globalitaire » in Cordellière S. (éd.), Mondialisation au-de (...)

31L’autoritarisme économique n’est pas forcément moins néfaste, il est en tout cas plus pervers car plus sournois que l’autorité politique qu’il défie. L’État est pris en tenaille entre ce modèle capitaliste, réclamant de manière ambiguë plus de libéralisme, et les revendications légitimes de la société égyptienne, deux formes de pression bien dissemblables au demeurant. « La quête de la culture globale met ainsi en tension permanente la “liberté d’expression commerciale”, c’est-à-dire la faculté de peupler tous les interstices de la société de ses produits et de ses réseaux, et la “liberté d’expression citoyenne”, fondatrice de l’espace public », annonçait Armand Mattelart21. Il serait plus prudent pour l’État qu’il se mette à l’écoute des acteurs nationaux, militants de l’opposition, acteurs culturels, représentants des différentes composantes de la société civile (femmes, intellectuels, agriculteurs, etc.), pour relever le défi d’une libéralisation réussie de l’audiovisuel sans y perdre toute sa légitimité, à l’échelle locale et à l’échelle régionale. Le Qatar ne fait-il pas meilleure figure à un niveau national mais aussi aux yeux du monde entier depuis l’avènement de sa chaîne de télévision libérale ?

32Dans la bataille pour le marché régional de l’audience, l’offense que l’État peut faire aux citoyens égyptiens, guides d’opinions ou simples téléspectateurs, à l’affût du changement, est de les ignorer. Une telle offense peut ironiquement correspondre à une erreur commerciale ; les opérateurs régionaux s’alignent sur un créneau qui fait recette, si l’on en croit le succès du parangon Al-Jazeera : le libéralisme politique. La démocratie cathodique dans un pays où la télévision est reine pourrait bien annoncer la mise en place d’un espace public.

LES PARTIS DE L’OPPOSITION ET LA TÉLÉVISION EN ÉGYPTE : L’ÉMERGENCE D’UN ESPACE PUBLIC ?

33Si l’Égypte s’inscrit avec ardeur sur la scène des télévisions transfrontières arabes, l’État n’est pas très enthousiaste à l’idée de donner à d’autres groupes d’acteurs égyptiens l’opportunité de participer à une pluralisation de l’espace public. Finalement, aucun Égyptien n’a encore lancé une chaîne indépendante qui puisse gêner les autorités étatiques même si les acteurs de la société civile en général et les acteurs politiques en particulier nourrissent naturellement l’espoir d’avoir accès à la télévision. Nous voudrions ici rendre compte des aspirations de ces derniers, qui voudraient avoir plus de place à la télévision et qui n’y ont pas accès, que l’on considère la télévision comme une institution ou une industrie, ou que l’on apprécie plutôt en elle la tribune d’expression qu’elle incarne potentiellement.

  • 22 Abdel Nasser G., « Political Change in Egypt », SWP Studie, Berlin, 4-25, 2001 ; Guaaybess T., « L (...)

34Nous appréhendons ici la télévision comme l’élément central de l’espace public égyptien, et plus exactement de l’espace public politique. La question cruciale qui est posée est de savoir comment, à la faveur d’une nouvelle configuration médiatique régionale, cet espace tend à s’ouvrir peu à peu aux acteurs de la société civile. Le choix a été fait d’examiner cette question à travers une composante sociale particulière : les partis politiques de l’opposition. Exclus du champ du pouvoir, même si les modalités des élections législatives ont donné lieu à des scénarios optimistes22, leur place à la télévision est révélatrice d’une confiscation de l’espace public ou de son ouverture le cas échéant.

35Nous avons interrogé les protagonistes de premier plan dans le cadre de deux enquêtes successives, l’une menée en 1997 et la seconde, dont nous soumettons ici les résultats, en avril 2001. La permanence de leurs demandes ainsi que l’évolution de leur discours à propos de leur place dans le champ télévisuel ont été ainsi mesurées, étant entendu que leurs possibilités d’expression se sont considérablement renforcées dans le cadre des mutations du paysage médiatique arabe.

Les enjeux de la libéralisation du champ télévisuel

  • 23 Habermas J., L’Espace public, Paris, Payot, 1978.

36L’une des interrogations centrales, fil conducteur sous-jacent de ce travail, est la suivante : la transnationalisation de l’information et la délocalisation croissante des activités des opérateurs arabes de l’audiovisuel donneront-elles lieu à l’émergence d’un espace public au sein des pays arabes ? Selon la définition habermassienne, l’espace public politique est un espace d’intermédiation, de discussion, de confrontation entre l’État et la société civile, et par conséquent un espace d’expression civile au sein duquel l’État peut être confronté à la critique et accepte d’y répondre, dans lequel les actions politiques qui engagent la société peuvent être discutées, avalisées ou remises en question par les acteurs de la société civile, dans lequel en définitive la distribution des normes et des ressources échappe à l’exclusivisme de l’État23.

  • 24 Habermas J., Droit et Démocratie, Paris, Gallimard, 1997, p. 393.
  • 25 Salamé Gh., « Sur la causalité d’un manque : pourquoi le monde arabe n’est-il donc pas démocratiqu (...)
  • 26 Roussillon A., L’Égypte et l’Algérie au péril de la libéralisation, Le Caire, Les dossiers du CEDE (...)
  • 27 Al-Sayyid M. K., « The concept of Civil Society and the Arab World » in Korany B. et al. (eds), Li (...)

37La notion de société civile a connu une renaissance suite à l’effondrement des régimes totalitaires d’Europe de l’Est. « C’est dans des constellations historiques tout à fait différentes que la sphère d’une société civile vient d’être redécouverte » écrira Habermas24. Appliqué aux pays arabes, l’emploi du concept de société civile est loin de faire l’unanimité, pour des raisons singulièrement composites qui puisent leur argumentation parfois dans la nature des sociétés arabes, jugées ontologiquement singulières25, parfois dans la nature même du concept de société civile (qui fait préférer l’emploi de « sphère sociale » par exemple26). Pourtant la société civile (al-mujtama’ al madani) donne lieu depuis plus d’une décennie à des travaux dans les milieux scientifiques arabes aussi bien qu’occidentaux27.

38La société civile est constituée par des acteurs ou des groupes d’acteurs aux identités religieuses, culturelles, professionnelles, sociales, politiques et communautaires plurielles qui se définissent par leur rapport au pouvoir central. Ils sont susceptibles de constituer une concurrence face aux rôles de l’État dans la mesure où, représentatifs d’un segment de l’espace social, ils véhiculent un discours, proposent des alternatives socio-politiques et culturelles, et dispensent parfois des services sociaux qui ne sont pas pris en charge par l’État.

39Ces acteurs se distinguent moins par leur opposition au pouvoir que par le fait qu’ils n’ont, en raison de leur autonomie relative vis-à-vis du pouvoir, qu’une visibilité pour le moins limitée dans l’espace public politique en Égypte. Or, la télévision est un élément central de cet espace. De fait, la télévision est un « espace public abstrait » pour reprendre Habermas, « abstrait » dans le sens sans doute où les messages pour être relayés à très grande échelle n’en sont pas moins impalpables que les ondes à travers lesquelles ils sont véhiculés, un « espace public » car

  • 28 Habermas, Droit et Démocratie, op. cit., 1997, p. 387.

L’espace public se décrit le mieux comme un réseau permettant de communiquer des prises de position, et donc des opinions ; les flux de la communication sont filtrés et synthétisés de façon à condenser en opinions publiques regroupées en fonction d’un thème spécifique. Tout comme le monde vécu dans son ensemble, l’espace public se reproduit lui aussi par le moyen de l’activité communicationnelle, la connaissance d’une langue naturelle étant suffisante pour y participer ; il lui importe que la pratique quotidienne soit à la portée de tous28.

  • 29 Il est à préciser que la distinction État/société civile est ici purement fonctionnelle.
  • 30 « L’homologie peut être décrite comme une ressemblance dans la différence. Parler d’homologie entr (...)

40La télévision est un prisme qui permet de comprendre la relation État/société29. À la fois moyen de diffusion et organisation, elle permet de mesurer le degré de liberté d’une société donnée étant entendu qu’il existe une homologie30 entre l’espace social et le champ télévisuel égyptien tout deux « présidés » par le même pouvoir. La relation organique qui lie le pouvoir à la télévision publique signifie qu’une ouverture de la télévision égyptienne équivaudrait à celle de l’espace public politique. Pour le moment, la télévision est moins un espace public pluraliste qu’un moyen de diffusion contrôlé par l’État. L’unitéralité du lien politique entre l’État et la société par le biais de la télévision est-elle amenée à s’atténuer ? L’espace public politique demeurera-t-il verrouillé ou sera-t-il investi par d’autres acteurs que les tenants du pouvoir établi ?

Les partis égyptiens de l’opposition

  • 31 Qandil, A., « Les effets de la politique de réformes économiques sur les associations civiles en É (...)

41Le choix des partis politiques de l’opposition n’est pas arbitraire mais se justifie à bien des égards. Tout d’abord, rappelons que l’accent sera mis sur la dimension politique de la télévision et de son ouverture. Ajoutons que la visibilité des partis politiques, ainsi que celle de leurs projets, auprès des décideurs et des populations, est fondamentale. Cette publicité (au sens habermassien du terme) est tout simplement la condition sine qua non du bien-fondé de leur fonction, sinon de leur existence. La troisième raison, déterminante, est d’ordre méthodologique, nous pouvions avoir une meilleure compréhension de notre sujet à travers un échantillon circonscrit d’individus, à savoir les porte-paroles des grands partis de l’opposition égyptienne, que ces partis soient légaux ou non (comme le parti Wasat et les Frères musulmans). Ainsi, le choix des interviewés est moins arbitraire que n’eut été celui que nous aurions fait si nous avions opté pour d’autres associations civiles comme les milliers d’ONG présentes en Égypte, qui sont hétérogènes quant à leur attribution et à leurs statuts juridiques31.

  • 32 Al-Sayyid M.K., art. cit., p. 137, voir aussi Ibrahim S.E., art. cit., p. 38.

42La dernière raison vise à écarter l’idée selon laquelle les hommes politiques de l’opposition feraient davantage partie de la sphère du pouvoir que de la société civile. Comme le font observer le politologue Moustapha Kamel Al-Sayyid ou le sociologue Saad Eddin Ibrahim, les hommes politiques de l’opposition sont des acteurs de premier plan dans la société civile car « ils agissent plus en tant que groupes d’intérêt que de partis politiques dans l’exercice du pouvoir32 ». Le multipartisme (ta’adudiyya) en Égypte est, il est vrai, institué « par le haut » – par le président Anouar al-Sadate en 1976 – mais la compétition politique qui justifie sa mise en place n’est pas effective. La mise à l’écart de la société civile des acteurs de l’opposition fondée sur leur supposée proximité avec l’État n’est donc pas pertinente. Bien au contraire, le multipartisme semble trouver sa justification dans le maintien et le renforcement du pouvoir central ainsi légitimé.

43Avant de revenir sur le multipartisme en Égypte, il convient de nous arrêter sur la méthodologie adoptée. Nous sommes allée à la rencontre des acteurs de l’opposition dans le cadre d’entretiens qualitatifs avec un questionnaire très peu directif, qui procédait davantage du mode de la discussion. Un questionnaire plus étoffé ne convenait pas aux acteurs interrogés, ni même à l’objectif visé par ces entretiens. Leur implication dans les discussions devait primer sur le parti pris qu’aurait encouragé un questionnaire trop « interventionniste ». Par ailleurs, leurs orientations politiques et idéologiques, leurs propos au fil de l’entretien nous permettaient d’aborder avec souplesse des questions spontanées tout en privilégiant un aspect particulier de nos interrogations. Les interlocuteurs, pour partager l’aspiration commune à disposer d’un espace d’expression télévisuelle, n’en ont pas moins des pratiques différentes de la télévision et des opinions divergentes sur des sujets afférents. La fonction réelle et potentielle, actuelle et idéale de la télévision pouvait donner lieu à des interprétations différenciées. Nous nous sommes efforcée toutefois de décliner nos questions autour de cinq axes volontairement ouverts : 1) comment ils percevaient la télévision en Égypte en général ; 2) s’ils observaient des changements dans le champ télévisuel égyptien suite à l’évolution du système télévisuel arabe ; 3) s’ils estimaient avoir une place à la télévision ; 4) s’ils souhaitaient en avoir une ; 5) comment ils tiraient profit des mutations en cours dans l’espace télévisuel régional.

44Les témoignages recueillis sont riches d’informations, de même que la confrontation des propos, similaires ou divergents. Nous avons interrogé les leaders des principaux partis de l’opposition : Helmi Salem, président du parti Libéral (hizb al-ahrar) et Ibrahim Dessouki Abaza, secrétaire général du parti néo-Wafd, représentent les partis de droite. Husseyn ’Abd-al-Razzaq, secrétaire général du parti du Rassemblement national progressiste (hizb al-tagammu’), Magdi Ahmad Husseyn, secrétaire général du parti du Travail (hizb al-’amal), Dia Eddin Daûd, président du parti des Nasséristes (légal seulement depuis 1993) font partie de la gauche. Les représentants de deux partis illégaux qui bénéficient (surtout le premier) du soutien non négligeable de la population ont également été interrogés : celui des Frères musulmans représenté par leur dirigeant Ma’mûn al-Hodeybi et Abû ’Ela Mâdi, co-fondateur du Wasat (« Centre »), parti « islamiste modéré ». Dans tous les cas, nous avons été reçu dans les locaux du parti ou dans le bureau de l’interviewé ; la durée des entretiens variait généralement entre une heure et une heure et demie. La télévision est en enjeu crucial pour les partis de l’opposition ; tous ont donc accepté de nous recevoir après un simple appel téléphonique, prêts à aborder un sujet à leurs yeux sensible et faire connaître leur sentiment quant à la gestion de la télévision égyptienne. Comme on pouvait s’y attendre, la maturité de leurs réflexions à ce sujet ne laisse aucun doute sur les intérêts qu’ils nourrissent depuis longtemps pour la télévision.

  • 33 Le pouvoir de contrôler les partis et d’autoriser leur création incombe au Comité des partis, qui (...)
  • 34 Abdel-Nasser, G. et Bernard-Maugiron N., « Pouvoir de la censure ou censure du pouvoir ? », Égypte (...)
  • 35 Khayyati M., « L’affaire Haydar Haydar », ibid.

45La période durant laquelle nous avons mené cette seconde enquête (avril 2001) était particulière à plusieurs égards. Elle est postérieure de moins de six mois aux élections législatives de l’automne 2000 qui n’ont pas vu le poids de l’opposition se renforcer à l’Assemblée de façon significative. De plus, les figures historiques et pour ainsi dire les « pères spirituels » de deux partis venaient de décéder. Le parti du Travail perdait son secrétaire général, Adel Husseyn. Ce parti de tendance islamiste et son organe d’expression (le journal al-Shaab) avaient de surcroît été gelés par une décision du Comité des partis33 suite à la campagne qu’il avait menée contre le ministre de la Culture34. Ce dernier avait autorisé la diffusion d’un roman de l’écrivain syrien Haydar Haydar qui, selon les pourfendeurs du roman, portait atteinte à l’Islam35. Quant au parti Wafd, il était en prise à des querelles internes suite au décès de Fouad Sarag Eddin, président et fondateur du parti, auquel succédait le vice-président sortant. En revanche, le parti des Frères musulmans se portait bien qui venait de rafler 17 sièges (sous l’étiquette d’indépendants) à l’Assemblée et de ce fait évoluait, de l’aveu même de son porte-parole, « dans un climat moins tendu par rapport à l’État ».

Une opposition politique faible

46L’opposition en Égypte a une place et un rôle pour le moins marginaux dans la sphère politique même si les dernières élections législatives ont été plus transparentes : pour la première fois tous les bureaux de vote étaient supervisés par des juges et non par des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur.

47L’instance législative est incarnée par deux chambres parlementaires, le Conseil consultatif (maglis al-shûra) dont le rôle est effectivement consultatif et dont la composition est largement dominée par le parti au pouvoir, et l’Assemblée du Peuple (maglis al-cha’b). Cette dernière, renouvelée tous les cinq ans, est constituée de 454 députés, soit deux députés élus au suffrage universel direct dans chacune des 222 circonscriptions que compte le pays ainsi que 10 membres nommés par le chef de l’État. Le candidat à l’élection présidentielle doit avoir reçu le soutien d’au moins deux tiers des députés, cette nomination est ensuite, et sans suspens, validée par un référendum populaire, plus proche du plébiscite. Le président est aussi le chef du Parti national démocratique qui a toujours obtenu plus des deux tiers des sièges depuis la mise en place du multipartisme.

48Si les élections législatives de 2000 ont été plus libres et moins soumises à la fraude électorale, elles n’ont toutefois pas permis aux partis de l’opposition d’obtenir plus de sièges à l’Assemblée que par le passé. Certains partis n’ont jusqu’à aujourd’hui pas obtenu le droit d’exister en tant que tels à l’instar des Frères musulmans et du Wasat.

49Jusqu’en 1976, l’Égypte vivait sous le régime du parti unique : l’Union socialiste arabe (USA), mise en place par le président Nasser qui avait supprimé le multipartisme qui prévalait avant la révolution de 1952. En 1976, Anouar Al-Sadate a décidé de mettre en place trois tribunes au sein de l’Union socialiste arabe : la droite représentée par les libéraux, la gauche par le parti du Rassemblement et le centre par le Forum socialiste arabe égyptien – qui deviendra le parti national démocratique ou PND en 1978. Le multipartisme est entériné le 11 novembre de la même année par un décret présidentiel érigeant ces forums en partis politiques. Ils sont régis par la loi 40 sur les partis politiques de juin 1977. Les élections législatives de 1976 avaient donné le ton des élections qui suivront : le parti gouvernemental rafla la grande majorité des sièges à l’Assemblée du Peuple, c’est-à-dire 280 contre 12 sièges pour la droite et 2 sièges pour la gauche.

50Deux grands partis se sont ajoutés en 1978, le parti du Travail (hisb al-‘amal), présidé par Ibrahim Shoukri que Sadate avait invité à créer son parti en espérant, à tort, en faire une « opposition loyale » et le parti de tendance libérale, le néo-Wafd qui sera très rapidement écarté de la scène légale jusqu’en 1984. L’attitude de Sadate vis-à-vis des opposants politiques se durcit comme en témoigne un dispositif juridique contraignant pour l’opposition et l’arrestation de près de 3 000 personnalités dont plus d’un tiers issues des champs politique ou journalistique. Quelques mois plus tard, en octobre 1981, le président égyptien sera assassiné par un membre du groupe islamiste aljihad.

  • 36 Farag I., « Les mouvements islamistes en Égypte : contestation, violence et participation », La Pe (...)
  • 37 Il n’est pas inutile ici de mentionner que les 30 sièges obtenus par les Frères musulmans à l’Asse (...)

51Son vice-président, Hosni Moubarak, lui succédera et assouplira sa politique, sans, il est vrai, augmenter le pouvoir d’action de l’opposition sur la scène politique. Depuis, plusieurs élections législatives se sont succédées et la place des partis de l’opposition n’a jamais atteint le seuil critique qui mettrait en péril l’apparente légitimité de la présidence. Les pratiques électorales de l’opposition ont été diverses. Elle opte pour une action performante en formant des alliances avec les Frères musulmans (si ces derniers ne peuvent légalement se présenter en tant que tels, ils peuvent en revanche contourner la législation, en se présentant sous la casquette de candidats indépendants). En 1984, l’alliance « contre-nature » Wafd/ Frères musulmans obtient 58 sièges36. En 1987, l’alliance tripartite des Frères musulmans avec les Libéraux et le parti du Travail obtient 60 sièges37. En 1990, l’opposition boycotte les élections pour contester l’irrégularité des pratiques électorales et finit par ne remporter que dix sièges.

  • 38 Bernard-Maugiron N., « La Haute Cour Constitutionnelle. Gardienne des libertés publiques », Le Cai (...)
  • 39 Le recours avait été introduit dès 1990 par un candidat malheureux.

52Le rôle de la justice, et notamment celui de la Haute Cour constitutionnelle égyptienne, eu égard à l’équité des élections, est déterminant, comme le révèle la dissolution à plusieurs reprises de l’Assemblée suite à une décision de la Haute Cour38. Son rôle a été probablement le plus décisif aux élections législatives, en 2000, puisqu’elle entraîna une révision législative de façon à imposer la supervision des élections par les juges. Par la même occasion, la Haute Cour invalida rétrospectivement la dernière Assemblée (1995-2000) qui était arrivée au terme de son mandat39.

53Le score du PND en 2000 fut donc moins spectaculaire qu’à l’accoutumée : ses partisans remportèrent 38 % des sièges contre 47 % pour les candidats indépendants. Il n’aurait pu obtenir la majorité des sièges si 213 candidats indépendants ne s’étaient ralliés au PND qui totalisa ainsi 388 sièges. Parmi les candidats élus sous l’étiquette de candidats indépendants, 14 n’ont pas d’appartenance politique (il s’agit le plus souvent d’hommes d’affaires), 17 sont des Frères musulmans et 5 sont des Nasséristes. Les partis de l’opposition quant à eux obtiennent un nombre de sièges quelque peu limité, 13 % au total. Le Wafd obtient 7 sièges, le Rassemblement 6 sièges, les Nasséristes 2 sièges et les Libéraux 1 siège.

Les médias de grande diffusion confisqués

  • 40 Abdel Nasser G., art. cit., 2001, p. 18.

54On attribue le succès mitigé des partis de l’opposition à plusieurs facteurs : l’inconsistance et l’inconstance de leurs programmes politiques, la faible rotation de leurs cadres dirigeants, les querelles intestines, la mauvaise gestion de leur campagne électorale, la faible participation de l’électorat, etc. Toutes ces explications sont sans doute fondées mais on ne peut ignorer d’une part l’intervention pluriforme de l’État qui restreint leur liberté d’action (dont l’état d’urgence en vigueur depuis 1981, qui a permis à l’État de mettre en place un « arsenal de loi d’exceptions et d’institutions », est un volet important40), et d’autre part, pour revenir à l’objet nodal de cet article, les limites de leur liberté d’expression et pour ainsi dire de leur « puissance de frappe » médiatique. Les médias de grande diffusion, radio et télévision, sont sous le contrôle étroit du pouvoir tandis que l’opposition, avec un accès très restreint aux moyens de communication de masse, peine à toucher une frange importante de la population. Or, seule l’instauration d’un rapport dialectique entre les différents partis politiques et la population aurait pu avoir un effet salutaire sur leurs activités politiques. Ne communiquant pas leurs projets à grande échelle, ils ne reçoivent pas de retour des citoyens qu’ils entendent représenter.

55Les raisons suscitées des faibles records électoraux chroniques enregistrés par ces partis politiques ne sont finalement que les symptômes du verrouillage de l’espace public dans la mesure où ce manque de soutien populaire est essentiellement dû à la carence du lien entre les partis de l’opposition et le reste de la société, lien que seul un média tel que la télévision aurait pu instaurer. « Les gens ne connaissent même pas le président de notre parti », nous dira l’une des personnes interrogées.

  • 41 Les Frères musulmans, qui oeuvrent dans le domaine caritatif et social, ont une visibilité dans l’ (...)
  • 42 Ismaël S., « La relation État-société en Égypte », Égyte-Monde Arabe, no 26, 1996, p. 131-149, spé (...)

56En définitive, les partis de l’opposition existent et agissent dans un espace autonome plus ou moins coupé du reste de la société41. Leur mode d’expression social se limite à leurs activités journalistiques, leurs journaux étant ainsi relégués dans un espace que l’on pourrait qualifier au mieux « d’espace public de substitution » ou « d’espace politique alternatif »42.

LES MOYENS D’EXPRESSION DES PARTIS POLITIQUES EN ÉGYPTE

57L’isolement relatif des partis de l’opposition ne s’explique pas tant par le fait qu’il leur est impossible d’exprimer leur opinion que par celui qu’il leur est impossible de la diffuser largement. En effet, les partis politiques ont chacun au moins un organe d’expression. La liberté, certes relative, accordée aux journalistes, de la presse d’opposition comme de la presse officielle, leur permet de publier des articles parfois ouvertement critiques à l’endroit du gouvernement. Mais, si l’on exclut la presse de parti stricto sensu, la presse officielle représente plusieurs titres de journaux et magazines de même qu’elle concentre les ressources matérielles nécessaires à son rayonnement (concentration des ressources publicitaires, monopole sur les imprimeries, sur la diffusion et la distribution des journaux).

Les médias sont pratiquement tous contrôlés par l’État. Les journaux d’opposition sont faibles et les grands journaux sont entre les mains de l’État. Les Nasséristes ne peuvent plus payer les journalistes d’Al-’arabi al-nasri [organe du parti Nassériste]. Le gouvernement nomme les rédacteurs en chef des journaux publics et il profite de cela pour faire pression sur eux ; indirectement, il contrôle également les journaux de l’opposition

  • 43 La loi no 40 de 1977 sur les partis politiques donne le droit à chaque parti reconnu d’éditer et d (...)

58expliquera le représentant d’un parti. Le parti néo-Wafd dont l’hebdomadaire Al-Wafd (tiré à 700 000 exemplaires) est le journal partisan qui touche le lectorat le plus important ne semble pas s’en contenter : « Quand on leur parle de télévision, les autorités nous répondent “vous avez votre journal” ; c’est une plaisanterie : notre lectorat se limite à 3,4 % de la population ». Il est certain que le taux d’analphabétisme en Égypte qui touche près de la moitié de la population adulte aujourd’hui, le prix du journal et la motivation nécessaire à l’achat d’un journal partisan sont autant d’éléments qui freinent l’impact social de la presse d’opposition43.

59Se cantonner aux activités journalistiques n’est pas suffisant mais on ne devra pas s’étonner que les partis de l’opposition n’aient une existence tangible qu’à travers leur organe. Il s’agit moins d’un manque d’initiative de leur part que d’un manque d’alternatives.

  • 44 Wolton D., Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 2000.

60Quand d’autres options s’offrent à eux, les partis s’en saisissent : les nouveaux moyens de communication comme Internet et surtout les chaînes étrangères transnationales leur permettent d’élargir leur champ d’action. Nonobstant, l’usage de la modernité technologique n’est qu’une voie qui peut mener à une ambition ancienne des acteurs interrogés : celle d’avoir accès à la télévision nationale, celle de tous les citoyens égyptiens. Car derrière la technologie, rien de nouveau sous le soleil : c’est ce que le média véhicule et combien d’individus il est capable de toucher qui importent44.

Ce qu’on peut penser du média télévision en Égypte

61On ne s’étonnera pas que la télévision soit pour l’ensemble des interlocuteurs le moyen de communication et le moyen d’information le plus performant, le plus puissant. Fonctionnellement, il s’agit d’un média d’information et de divertissement. La suprématie accordée à la télévision sur la radio tient au fait qu’elle a la particularité d’offrir de l’image en plus du son. Ce support de l’image n’est pas sans inquiéter certains qui craignent son influence néfaste, particulièrement auprès de la jeunesse, considérée comme le public le plus vulnérable car, selon eux, l’image donne l’idée de réel : « L’information à la télévision est importante car l’image la rend crédible, surtout auprès des enfants et de la jeunesse ».

62La lecture du message télévisuel est plus accessible, d’un point de vue cognitif, que celui des autres médias ; en conséquence « la télévision est plus efficace que le livre ou que n’importe quel autre média ». Le taux d’analphabétisme en Égypte, rappelé par toutes les personnes interviewées, explique sa suprématie sur les autres médias. La télévision touche aussi bien les analphabètes et les couches sociales les moins bien loties que les populations les plus riches. Tous, sans exception, ont exprimé à leur façon qu’elle était présente dans la grande majorité des foyers et qu’elle pouvait se trouver dans toutes les pièces de la maison.

63En termes d’audience et d’effet sur le public, elle est placée en tête des autres médias par tous les interviewés qui, par conséquent, accordent beaucoup d’importance à ce qui est diffusé et à ce qui ne l’est pas, autrement dit aux silences du média. Le fait est qu’elle propose des programmes hétérogènes en qualité et en genres « C’est le chitan al-mutakalim [le diable qui parle] : il y a vraiment de tout. », ironise le président des Nasséristes. Il ne doute pas du pouvoir pédagogique de la télévision, mais ce pouvoir, hélas, n’est pas toujours exploité à bon escient ; « Ce qui est dit à la télévision est le plus percutant. En conséquence, nous dira un autre, les programmes à la télévision doivent éclairer, éduquer les gens » ; considérant le média de façon pragmatique il ajoutera, « en ce qui concerne la politique, elle peut expliquer les programmes des partis sur les sujets divers, sur leur ligne d’action, leur idéologie, leur programme ».

64La puissance de la télévision est incarnée par ceux qui la contrôlent et, tout particulièrement, le ministre de l’Information qui supervise l’Union de la radio et de la télévision égyptienne : « Le ministre le plus puissant en Égypte, c’est le ministre de l’Information. Ce n’est ni celui de l’Intérieur, ni celui de la Défense ».

65L’avis des membres de l’opposition sur les programmes télévisés révèle davantage leurs différentes sensibilités politiques même s’ils ont en commun de ne pas adhérer globalement à la programmation. Le verrouillage de la télévision et leur exclusion relative de ce champ peut favoriser les opinions négatives, mais en dépit du fait qu’ils font partie d’une élite culturelle, leurs propos ne relèvent en rien d’un quelconque snobisme intellectuel ; leurs appréciations des programmes de la télévision égyptienne démontrent qu’ils les connaissent et qu’ils tendent à les déserter pour cette raison précisément. En effet, nous avons pu observer des variations entre les propos recueillis en 1997 et ceux de cette nouvelle enquête dans le sens où leurs références émanent aujourd’hui au moins autant des télévisions arabes concurrentes que de la télévision égyptienne. Tous sont équipés pour recevoir les chaînes satellitaires. Leurs ressources économiques, leurs activités politiques et l’intérêt qu’ils portent aux affaires du monde en général et de la région arabe en particulier sont autant de mobiles à leur accès à ces chaînes.

66En guise de préambule à l’entretien, voici le constat de Magdi Husseyn :

La télévision égyptienne est similaire à toutes les télévisions des pays non démocratiques. La liberté d’opinion n’est pas permise. Il n’apparaît qu’un point de vue. Les programmes d’information et les journaux suivent une ligne directrice instituée par le gouvernement et toutes les émissions politiques sont étroitement contrôlées. Il n’y a pas d’émissions politiques, de dialogue et de débat en direct. Tout est enregistré au préalable et quelquefois directement contrôlé par le ministre de l’Information lui-même.

67Un interviewé ajoutera : « La même ligne éditoriale ne varie pas : Moubarak, Suzanne Moubarak, le Premier ministre et Safwat al Sharif [alors ministre de l’Information)] » apparaissent en premier lieu même si un événement très important a eu lieu.

68L’Égypte excelle dans la production de feuilletons télévisés, appréciés par les publics arabophones. Les mousalsalat, à l’instar des telenovelas au Brésil, sont, surtout pendant le mois du ramadan, particulièrement attendues en Égypte. Ce genre particulier en dit beaucoup sur les valeurs et les normes que la télévision et, en amont, les autorités officielles, acceptent de diffuser. Les propos des acteurs politiques de l’opposition démontrent qu’ils en sont conscients en même temps qu’ils laissent transparaître leurs différentes inclinations idéologiques.

69Les hommes de gauche abordent la qualité inégale des feuilletons : « Que peut-on attendre des feuilletons ? Ils n’ont pas vraiment de but, ni ne soulèvent des réflexions très approfondies. Peu de feuilletons sont de très bonne qualité mais quand ils œuvrent pour le développement, ou quand ils visent à combattre la violence, ils sont très bien ». Le président des Nasséristes sera rejoint par le secrétaire général du Rassemblement : « nous avons les meilleurs réalisateurs de dramas. Beaucoup de feuilletons sont très moyens mais il faut savoir qui est le réalisateur, il y en a de très bons, comme Okasha, Fadil ou d’autres, et choisir de regarder en conséquence ». Les scénaristes et réalisateurs de feuilletons les plus en vue font souvent partie de la génération des années 1960. Comme les hommes politiques cités ci-dessus, leurs réalisations sont marquées par l’idéologie socialiste.

70Certains condamnent avec force ce qu’ils estiment être une construction du réel. C’est l’opinion des partis islamistes qui ont le sentiment qu’on offre d’eux une image caricaturale : « Les feuilletons donnent des islamistes une image extrêmement faussée et négative. Ils sont en général dépeint sous les traits de terroristes » (Ma’moun al Hodeybi), « La télévision ne permet pas de donner un point de vue différent de celui de l’État. Sur l’islam en particulier. Et pour eux les modérés sont plus à craindre que les radicaux car il est plus difficile d’en faire des caricatures » (Abou ‘Ela Mâdi).

  • 45 Martin Munoz G., « Rencontre avec le pluripartisme : constantes politiques et reflets électoraux d (...)

71De son côté, le secrétaire général du néo-Wafd s’insurge contre une réécriture de l’histoire par la télévision : « Le but de la télévision est d’utiliser l’art et les films d’avant 1952 pour répéter de manière permanente qu’à cette époque, c’était la corruption, la dictature du roi, la corruption des ministres, etc. On aboutit ainsi à une image très sombre de l’Égypte d’avant 1952 et à une image positive de l’Égypte d’après 1952 ». Rappelons au passage que ce parti libéral trouve son origine et sa légitimité avant la révolution de 195245. En revanche, certaines réalités sociales ne sont pas évoquées dans les feuilletons. L’un des acteurs interrogés justifiera ces silences ainsi « tout n’est pas dit c’est vrai mais on ne peut pas trop parler de la situation égyptienne car les feuilletons s’exportent ».

72Les programmes de la télévision publique égyptienne ne sont pas tous critiqués. Une émission politique, instituée en 1999 sur la première chaîne, a même fait la quasi-unanimité ; tous à l’exception d’un interviewé l’ont évoquée sans en avoir été priés. Il s’agit de « Rédacteur en chef » (raiss tahrir), déjà mentionnée, qui est animée par un journaliste réputé, Hamdi Kandil, qui n’en est pas à sa première expérience. Ironiquement, Kandil fut directeur d’information du public à l’Unesco et dans ce cadre défenseur d’un rééquilibrage mondial de l’information. Son émission faisait partie d’une politique de programmation offensive, de même que « Face-à-Face » (wahj-li-wahj) une émission politique inaugurée sur la même chaîne et la même année. Tout en reconnaissant l’ouverture des programmes, ils ne sont pas dupes : « Ces émissions ont été mises en place pour soutenir la concurrence et non pas pour nous permettre de nous exprimer ».

73Le représentant des Libéraux n’a pas été très critique envers les programmes de la télévision, et « Rédacteur en chef » fait partie des émissions qu’il apprécie parmi d’autres : « Je regarde la télévision égyptienne à savoir le journal télévisé, les émissions politiques comme “Face-à-Face” et “Rédacteur en chef” et quand j’ai le temps les émissions sportives ». Pour beaucoup, s’ils considèrent que « Rédacteur en chef » se démarque par son ouverture, leur défiance à l’égard des programmateurs persiste et tous ne croient pas à la liberté supposée de Hamdi Kandil comme l’indique ce discours :

L’émission la plus populaire, je pense, est « Rédacteur en chef », elle est très ouverte. C’est un ancien des années 1960 qui l’anime. Il faut dire qu’on ne rentre pas toujours dans le cœur du sujet car Kandil sait très bien qu’il y a une ligne rouge qu’il ne peut pas franchir. J’aime moins « Table ronde » [dai’ra al hiwar] même si j’y ait été invité deux fois. Je pense que cette émission est moins populaire parce que tout le monde ne la comprend pas. Elle est trop académique.

  • 46 Entretien avec l’auteur, avril 1997.

74« Table ronde » est une émission politique de grande tenue coanimée par le directeur du prestigieux Centre d’études stratégiques d’Al-Ahram, Taha Abd-al-‘Alim. Elle fut intégrée sur la première chaîne en 1997. De l’aveu de Abd-al-‘Alim, cette émission vise une audience plutôt cultivée et est destinée à soutenir la concurrence des chaînes satellitaires arabes46.

75Les programmes religieux, qui occupent tout de même plus de 5 % du volume global des émissions diffusées sur les chaînes terrestres, ne sont pas abordés par toutes les personnes interrogées. On peut les apprécier « Je regarde “Lumière sur Lumière” (nûr ’ala nûr). Je pense que c’est une émission qui est très regardée. Sinon, la plupart des programmes religieux sont trop académiques », comme on peut penser qu’ « il y a une véritable islamisation de l’opinion publique par les médias ».

76Finalement, ce qui suit pourrait bien résumer le sentiment le plus partagé :

Je n’aime pas la plupart des programmes de la télévision égyptienne à part « Rédacteur en chef » qui est un très bon programme. Aujourd’hui si vous avez une antenne parabolique vous ne regardez pas la télévision égyptienne. À la limite vous pouvez regarder les feuilletons en famille mais certainement pas les informations.

77Leur refus de se contenter des programmes d’information de la télévision égyptienne se révèle par le fait que la chaîne la plus regardée par nos protagonistes n’est pas toujours égyptienne. À cet égard, Al-Jazeera, la chaîne publique qatarie, est en général la plus appréciée. Est-ce qu’ils représentent une tendance sociale plus générale ?

Je regarde surtout Al-Jazeera et quatre vingt pour cent de ceux qui ont une antenne parabolique ne regardent pas les informations de la télévision égyptienne. Même ceux qui critiquent la chaîne la regardent. Beaucoup sont choqués parce qu’on y aborde des sujets auxquels ils ne sont pas habitués ou parce qu’on y dit des choses qu’on ne veut pas entendre sur l’Égypte. C’est une chaîne qui doit plaire à ceux qui sont pour le progrès même s’il est vrai que quelque fois les émissions sont calquées sur le registre de la guerre. On n’admet pas l’opposition en Égypte ; au contraire Al-Jazeera n’invite que des personnes qui ne partagent pas du tout les mêmes points de vue.

  • 47 Schleifer A., « Egyptian Waxe and Wanes in its Attacks Against Al-Jazeera », Tansnational Broadcas (...)

78Cette chaîne, qui doit son succès à son libéralisme et il est vrai aux débats politiques passionnés et houleux qu’elle diffuse, venait alors de s’installer en Égypte dans la zone franche, Media City. Les retombées de cette installation en termes financiers et de prestige ont eu raison d’un différend qui opposa en novembre 2000 la chaîne au gouvernent égyptien qui ne goûtait pas ses critiques47. Un débat autour d’Al-Jazzera continuait d’opposer ceux qui pensaient qu’elle portait délibérément atteinte à l’image de l’Égypte, et éventuellement qu’elle appartenait à une puissance étrangère, à ceux qui la considéraient comme un espace de liberté rare dans le paysage télévisuel arabe et qu’à ce titre elle était un modèle à suivre. La quasi totalité des hommes interrogés appartiennent à ce dernier courant.

79Voici les propos du représentant du Wasat :

  • 48 Sans doute fait-il référence à deux émissions phares de la chaîne qui sont « Sans limites » (bila (...)

La polémique autour d’Al-Jazeera est surtout alimentée par ceux qui n’ont pas d’antennes et qui sont influencés par les voix officielles qui refusent Al-Jazeera car elle n’a pas de limite et donne toutes les opinions48. Je pense que s’ils avaient une antenne, ils apprécieraient. C’est un bon modèle.

  • 49 Rappelons que les chaînes MBC, ART et Orbit sont des chaînes privées à capitaux saoudiens lancées (...)

80Et de préciser « par ordre de préférence, j’aime Al-Jazeera, Abu-Dhabi Satellite Channel puis LBC pour les programmes politiques ensuite ART, Orbit et Futur TV ». Le palmarès du secrétaire général du parti du Travail n’est pas très dissemblable, « Pour les informations les meilleures chaînes sont Al-Jazeera, Abu-Dhabi et MBC49 ».

81Un modèle que les décideurs de la télévision égyptienne s’efforceraient de suivre selon Dia Eddin Daûd, le président des Nasséristes :

La télévision nationale est concurrencée par des chaînes internationales et tout particulièrement par des chaînes comme Al-Jazeera. Grâce à cela, on voit de plus en plus de personnes ayant des opinions divergentes à la télévision égyptienne et notamment des partis de l’opposition égyptiens. C’est une bonne chose pour le téléspectateur.

82Magdi Husseyn abonde dans ce sens :

Al-Jazeera est la CNN arabe. Elle représente les Arabes. Elle va partout et aborde tous les sujets. On peut tout suivre, et sur le plan technique elle est impeccable. Ça nous change de l’ordinaire. Elle ouvre les esprits en confrontant tous les points de vue. C’est pour cela qu’elle fait peur. Elle peut inviter un Cheikh et un décideur Israélien autour d’une même table de discussion. Pour faire face à cette chaîne, il faut se surpasser plutôt que de critiquer et d’attaquer.

Ce qu’on peut penser de l’évolution de la télévision égyptienne

83Les propos suivants résument peu ou prou les changements tels qu’ils sont perçus par les acteurs de l’opposition :

Depuis ses débuts, la télévision égyptienne a été en avance par rapport aux autres télévisions arabes, à tous les niveaux mais surtout dans la production de feuilletons. Au niveau technologique, elle a toujours devancé les autres télévisions arabes. Pendant quarante ans, c’était vraiment la meilleure dans le monde arabe. Elle a encore un poids considérable et dispose de beaucoup de chaînes satellitaires. Mais si l’on parle de contenu, c’est encore une télévision d’État comme on peut le constater à travers les informations ou les débats télévisés. Au niveau de l’équipement, Dubaï est maintenant plus développée que le Caire, c’est une place up-to-date sur le plan technologique et il y en d’autres qui se développent dans les pays arabes. Oui, l’Égypte est encore la plus appréciée pour ses feuilletons mais les gens aiment n’importe quel feuilleton.

84La multiplication des chaînes satellitaires arabes et la transnationalisation croissante des flux télévisuels donnent lieu à une compétition accrue entre les différents opérateurs, publics ou privés. La redistribution en cours des rôles et des pôles d’excellence sur la scène internationale oblige les opérateurs à déployer des stratégies adaptées pour s’établir en bonne position ou au moins pour survivre dans l’environnement hautement concurrentiel du système télévisuel arabe. Les changements perceptibles dans le champ télévisuel égyptien sont avant tout imputés, et imputables, à ce contexte.

85L’Égypte, jusqu’alors acteur de premier plan sur la scène culturelle et médiatique arabe, a en effet déployé une politique industrielle très ambitieuse, amplement abordée. Cette politique de grands projets est estimée infructueuse et excessive pour un pays tel que l’Égypte par les acteurs interrogés ; et, au niveau de la programmation, les changements observés sont jugés insuffisants. En somme, sur le plan de l’équipement comme sur celui du contenu, la télévision égyptienne semble perdre sa place de leader au profit d’autres opérateurs régionaux.

86Arrêtons nous dans un premier temps sur ce qu’ils pensent de l’évolution de l’ensemble des programmes de la télévision égyptienne, autrement dit sur la dimension fonctionnelle de la télévision. L’aspect organisationnel sera abordé par la suite.

Télévision, moyen de diffusion

87L’évolution des programmes, fut-elle superficielle, est pourtant bien réelle. D’aucuns pensent que ces changements affectent l’information dans tous les pays arabes :

Les choses évoluent bien sûr. Dans le domaine de l’information en général, et cela est observable dans tout le monde arabe. Le ministre de l’Information sent bien que la télévision égyptienne est menacée. C’est pour cela que de nouveaux programmes ont été mis en place et non pas pour permettre aux partis politiques de donner leurs avis. Ces émissions ne me convainquent pas à part « Rédacteur en chef ».

88Un autre fait un constat plus pointilleux : « Il y a quelques jours Nile News [journal sur la chaîne satellitaire égyptienne, Nile TV] s’est mis à accorder deux à trois minutes à l’Intifada, simplement pour faire face à la concurrence des autres chaînes arabes. La compétition pousse la télévision égyptienne à s’ouvrir un peu mais ça reste très minime. »

89S’agissant des émissions religieuses, leur volume global n’a pas changé. Selon le parti du Travail cela n’aurait aucune raison d’être : « Il n’y a pas moins de programmes religieux et nous ne souhaitons pas qu’il y en ait plus. À quoi bon ? Les problèmes sociaux, économiques et politiques ne seront pas plus abordés ». Le porte-parole des Frères musulmans condamne autant l’horaire de diffusion des émissions religieuses et leur qualité que leur volume relatif dans la programmation : « Des changements dans les programmes ? Bien sûr. Il y a moins de programmes religieux et plus de publicités. Quand ils ne sont pas diffusés juste avant une émission légère, les programmes religieux passent à des heures creuses et sont ternes et trop académiques ». Il est à remarquer que ce rejet de « l’académisme » ou de la complexité des émissions est exprimé par tous, les acteurs interrogés s’avèrent sensibles à la nécessaire intelligibilité du message télévisuel pour le rendre accessible au plus grand nombre.

90Dans une certaine mesure, les modifications qualitatives des programmes et la mise en place de nouveaux programmes et de nouvelles chaînes constituent un progrès. Selon le président du parti Nassériste « L’arabe est de meilleure qualité, les émissions sont politiquement plus libres, en apparence naturellement car il n’y a pas eu de changement de pouvoir. Les programmes pour la jeunesse sont meilleurs, comme par exemple la diffusion de pièces de théâtre contemporaines ou expérimentales ». La transnationalisation des messages et donc de l’audience visée a en effet consacré l’usage d’un arabe standard, plus proche de l’arabe classique que des dialectes nationaux.

91Cette idée d’une programmation progressiste de la télévision égyptienne est toutefois souvent nuancée :

  • 50 Organe du parti du Rassemblement.

La relation entre la télévision et les partis politiques est changeante, affirme Husseyn Abd-al-Razzaq. À l’époque de la formation des partis en 1976, une émission hebdomadaire qui encourageait la liberté d’expression et l’opinion publique était diffusée. Après les émeutes de janvier 1977, le programme a été supprimé. On pensa à l’époque que le parti du Rassemblement s’était renforcé grâce à ce programme. On connut donc une seconde période. Une liste noire dans laquelle figuraient les intellectuels, des journalistes et des membres de l’opposition avait été dressée. Ces personnes étaient interdites à la télévision. Les années 1980 ont donc été difficiles de ce point de vue. J’étais déjà rédacteur en chef d’al-Ahali50 dans les années 1970.

92Son homologue du parti néo-Wafd entérine ces dires : « Ils mettent l’accent sur les nouveaux programmes pour falsifier l’histoire de l’Égypte et couper l’herbe sous le pied des partis de l’opposition. »

93Les transformations quant au contenu télévisuel ne sont donc pas perçues comme étant conséquentes et les positions de pouvoir dans le champ télévisuel demeurent inchangées. Les opinions relatives à l’ouverture de la télévision au pluralisme politique sont plus tranchées encore. Le renouvellement des programmes dissimulerait la permanence de la politique de communication du pouvoir. Les séances à l’Assemblée du Peuple sont diffusées à la télévision, n’est-ce pas un progrès ? Réaction sceptique de la personne interrogée : « Les séances à l’Assemblée du peuple sont diffusées depuis toujours en différé et depuis cette année elles sont en direct. Mais tout se passe le matin alors que les gens travaillent et il est arrivé qu’il y ait des problèmes techniques intempestifs et que le programme soit interrompu. »

Aspect structurel du champ télévisuel

94La modernisation de la programmation n’est qu’un volet de la politique des décideurs dans le secteur télévisuel. Les actions les plus spectaculaires sont opérées au niveau des équipements du dispositif télévisuel. La compétition qui s’ensuit place l’Égypte en concurrence avec des opérateurs privés mais aussi des organismes de télévision publics comme celui des Emirats arabes unis à Dubaï, qui se développe de façon si rapide qu’il met en péril la suprématie de l’Égypte dans le système télévisuel arabe. Sans revenir en détail sur les réaménagements de la scène télévisuelle régionale, rappelons que l’État égyptien a lançé en 2000 une zone médiatique franche dans laquelle avaient été bâtis quelques années auparavant d’imposants studios et des services annexes nécessaires à l’industrie télévisuelle.

  • 51 Dubaï a en effet mis en place une zone franche qui accueille les opérateurs des entreprises de l’a (...)
  • 52 Schleifer A., « The Dubaï Digital Miracle », Transnational Broadcasting Studies, no 5, Le Caire, u (...)

95« J’ai lu des articles à propos de Media City. C’est très coûteux et les bénéfices ne sont pas élevés. La quantité n’implique pas la qualité. Le gouvernement contrôle tout cela. Media City à Dubaï51 aura plus de succès car c’est plus ouvert et moins contrôlé. » Objectivement, Media City à Dubaï est, il est vrai, une entreprise qui s’annonce fructueuse puisque de grandes multinationales y ont basé leurs bureaux régionaux52. Toutefois, la distribution régionale des entreprises de communication ne permet pas encore de prédire l’échec de Media City au Caire. Une seule chose tangible : les lourds investissements occasionnés par cette politique ne remédient en rien à la rareté du discours de l’ensemble de l’opposition à la télévision égyptienne. « Media City est au dessus de nos moyens. Je ne tiens pas à ce que notre parti ait un jour une chaîne privée mais si nous avions déjà l’occasion de nous exprimer à la télévision publique ! », nous dit-on.

96Pour beaucoup, les projets de l’État cachent des intérêts purement commerciaux : « Oui il y a eu des changements mais plus quantitatifs que qualitatifs. Quarante chaînes, c’est beaucoup pour pas grand chose. Il n’y a pas de véritable contenu. Cette action visait à imposer un receveur ». Ici, Magdi Husseyn fait allusion à la récente création de plusieurs chaînes numériques thématiques et aux satellites lancés à grand renfort de publicité par l’État égyptien, Nilesat 101 et Nilesat 102. Ces satellites, les premiers satellites nationaux de télédiffusion arabes, ont été très coûteux (170 et 140 millions de dollars américains). Dotés de la technologie numérique, ils obligent les récepteurs de télévision analogique à s’équiper de décodeurs numériques très coûteux.

97Cette politique « de changement » viserait moins à ouvrir la télévision à d’autres qu’à maintenir le contrôle de l’État sur ce média. Cet argument est pertinent même s’il est excessif de renvoyer le régime égyptien à l’ère soviétique :

Cet instrument est sous l’emprise du pouvoir. J’ajouterai que l’un des investissements publics les plus importants est allé à la télévision : plus d’un milliard de livres ces dernières années. Les dirigeants veulent renforcer cet instrument par le lancement de deux spoutniks qui ouvrent la voie à des centaines de chaînes. En plus on a dépensé à peu près un milliard de livres pour Media City sur une surface de terrain énorme avec de gros équipements, des studios, un parc de loisirs, etc. Quel est l’objectif de cet investissement ? Créer des instruments de propagande très puissants pour l’Égypte et contrecarrer les efforts de l’opposition pour toucher l’opinion publique. Les programmes de la télévision se donnent pour objectif d’attaquer directement et indirectement l’opposition et surtout les grands partis légaux et de créer une image fausse de l’histoire de certains partis.

98Les acteurs des partis de l’opposition ne peuvent-ils vraiment pas faire part de leurs récriminations à la télévision ? N’ont-ils pas un espace d’expression à la télévision ?

La place de l’opposition dans le champ télévisuel égyptien

99« Quelle est votre place à la télévision égyptienne ? » Telle est la question que nous avons posé aux représentants des partis de l’opposition.

100Pour certains, elle est nulle, c’est le cas du porte-parole des Frères musulmans qui a été étonné que cette question lui fût posée. L’expression des autres à la télévision est contrôlée si l’on en croit le représentant du parti du Travail : « Quelques personnes de notre parti ont été invitées à la télévision égyptienne selon l’actualité du moment. Personnellement, j’y ai été très peu invité, deux fois, et ce n’était pas sur les chaînes principales. Je ne sais pas si cela a été diffusé ». En tant que membre d’un parti politique ? « Non pas en tant que membre d’un parti. C’est impossible ». Affirmation récurrente : quand les leaders de partis de l’opposition sont invités à s’exprimer à la télévision, c’est sous la casquette d’experts sur un sujet donné, mais jamais en tant que représentant d’un parti politique.

Globalement, les partis politiques de l’opposition n’ont pas de droit d’expression à la télévision égyptienne surtout en tant que partis. Quelques partis, sur quelques sujets, peuvent avoir l’occasion de parler à la télévision. Quelques débats sont diffusés mais rien sur les partis en Égypte, rien sur leurs programmes. On n’invite personne en tant que représentant du parti, dernièrement tout de même on a la possibilité de s’exprimer et de donner notre avis dans « Rédacteur en chef ».

101Ces propos pourraient être ceux de cet autre leader qui évoque le manque de visibilité des partis de l’opposition

Les informations sur les partis ? Il est impossible qu’elles soient diffusées, ni à la télévision, ni à la radio. Nous sommes obligés de suivre les informations officielles sans qu’il n’y ait de débats. À l’inverse, le parti gouvernemental fait une conférence sur n’importe quel sujet et les ministres en parlent à la télévision. Ça c’est pour les chaînes nationales. En ce qui concerne les chaînes satellitaires, inutile d’y penser. De toute façon, les gens pauvres n’ont pas de receveur numérique, et de conclure, si on invite une personnalité des partis, rien de profond ne sera diffusé. On invite en général ceux dont on sait qu’ils ne diront rien de gênant.

102Les acteurs de l’opposition, en tant que tels, ont pourtant un temps d’antenne à la télévision, certes dérisoire. « Quarante minutes de paroles enregistrées entre les millions de minutes du PND » et « Le PND lui dit ce qu’il veut ». En effet, durant les campagnes législatives, les grands partis de l’opposition ont droit, depuis 2000, à quarante minutes de temps d’antenne (contre vingt minutes auparavant), les autres partis (c’est-à-dire de formation plus récente et le plus souvent méconnu du grand public) n’ont droit qu’à dix minutes pour présenter leurs programmes, quant aux candidats indépendants deux minutes leur sont accordées. Très peu pour avoir une chance de se faire connaître auprès de l’opinion publique : « Depuis que nous existons, nous avons droit à quelques minutes tous les cinq ans, c’est une caricature ! Les gens ne connaissent même pas le président de notre parti ».

103Cette situation est intolérable au secrétaire général du parti néo-Wafd : « La bataille pour l’information est la plus importante de mes batailles. Un parti politique sans accès à la télévision est comme un soldat sans armes. La télévision est l’appareil le plus puissant et l’opposition n’a pas d’armes ».

  • 53 En attendant qu’une loi soit approuvée par l’Assemblée, un décret permet d’accorder des autorisati (...)

104Les réactions des partis de l’opposition peuvent sembler excessives si l’on considère – et si l’on prend au pied de la lettre – le fait que le champ télévisuel égyptien est ouvert aux initiatives privées. En effet, depuis 2000, l’État autorise la création de chaînes privées égyptiennes mais garde le monopole sur l’Union de la radio et de la télévision égyptienne ainsi que sur le réseau hertzien de télévision. Comment cela est-il possible ? La loi no 13 de 1979 en vigueur interdit à toute personne privée de posséder ou de louer une chaîne de télévision ou une station de radio mais la mise en place stratégique par l’État de la zone médiatique franche, soumise à une législation propre53, vise à contourner cette loi en permettant à des acteurs privés de fonder des chaînes de télévision sans que cette prescription ne soit remise en question.

105Depuis l’établissement de la zone médiatique franche en 2000, les acteurs privés égyptiens peuvent donc de jure établir une chaîne privée. Les candidats toutefois doivent remplir des conditions, dont la première est l’obtention préalable d’une autorisation par le cabinet. Cette licence est soumise au respect d’un code éthique qui interdit toute atteinte à la religion et aux bonnes mœurs. Comme l’affirment certaines personnes interrogées, l’interprétation de ces interdits peut être élastique. La deuxième condition, non moins discriminatoire, est l’exploitation obligatoire, pour ceux qui désirent créer une chaîne de télévision, du satellite égyptien dont la location annuelle d’un canal s’élève à 550 000 LE. C’est trop pour la majorité des partis politiques de l’opposition qui n’ont pas suffisamment de ressources.

106Certaines chaînes bénéficaient déjà d’une autorisation d’émettre à partir de Media City. L’une des chaînes est Mihwar, détenue par un consortium d’hommes d’affaires proches du pouvoir. Les autres, dont les capitaux sont largement représentés par le secteur public, sont d’une part une chaîne de télé-achat (Tamima) et une chaîne sur le tourisme (Misr Sat).

107A priori moins neutre politiquement, une chaîne détenue par un parti politique de l’opposition aurait peu de chance d’obtenir une autorisation officielle. Le parti néo-Wafd est candidat à l’obtention d’une licence ; son secrétaire général qui a attendu, sans grand espoir, l’autorisation d’établir une chaîne privée veut être réaliste :

Que pèse notre projet face à des lois élastiques ? Les recettes de l’Union de la télévision sont faibles par rapport aux coûts et les investissements dans les nouvelles technologies dépassent de loin les besoins. Le secteur privé ne peut obtenir d’autorisation pour émettre sur le réseau terrestre. Il doit passer par le satellite Nilesat qui a coûté si cher. Pour le moment l’autorisation a été donnée à des clients de l’État ou à une télé-achat mais pas à des acteurs de l’opposition.

108Si le néo-Wafd pourrait réunir les fonds nécessaires à la création d’une chaîne, les autres partis sont moins nantis, comme le démontre ces propos : « Vu le prix d’une telle entreprise, nous n’y songeons même pas. Pour la presse nous n’avons pas les moyens de mettre en place un quotidien alors vous vous imaginez une télévision ! ». De toute façon, l’accès aux chaînes satellitaires numériques n’est pas à la portée de tous les téléspectateurs : « La télévision hertzienne reste le meilleur moyen de toucher tout le monde. Et là, il n’y a que l’opinion du PND qui l’occupe pour soutenir le gouvernement ». En effet, s’il est vrai qu’une chaîne de télévision détenue par un parti politique n’est pas le signe évident d’une ouverture démocratique – ce pourrait même être l’indice du contraire – celui d’une impossibilité pour les partis de différences tendances politiques de s’exprimer librement et de façon équitable à la télévision du service public ne l’est certainement pas davantage.

Nous sommes dans une bataille politique inégale alors que l’un des fondements de la démocratie et de notre Constitution est le droit d’expression. Comment les partis politiques peuvent-ils toucher le grand public ? Comment peuvent-ils exposer leurs programmes ? Comment peuvent-ils répondre aux politiques gouvernementales ?

109Ces questions nous amènent à nous pencher sur les espoirs que nourrissent les partis politiques de l’opposition vis-à-vis de la télévision.

Vouloir « s’adresser à l’opinion publique dans son ensemble »

110« Est-ce que vous souhaitez avoir une place à la télévision égyptienne ? » a été notre question suivante.

111« Bien sûr que nous aimerions avoir un espace d’antenne. Nos activités ne font l’objet d’aucune information. » La réponse unanime et sans équivoque des acteurs de l’opposition était assortie de développements fort intéressants, dont les ressorts étaient souvent issus du champ sémantique de la démocratie.

112L’expression des partis politiques de l’opposition à la télévision est le fondement du pluralisme politique : « Priver les partis de l’opposition de la télévision est un obstacle sérieux à la démocratie et surtout quand cet instrument est entre les mains de l’adversaire politique ou juste de la faction dirigeante ».

113Francophone et francophile, le porte-parole d’un parti évoqua le cas français pour marquer le décalage entre les campagnes électorales en France et celles qui se déroulent en Égypte ; un autre le cas britannique :

  • 54 Journal officiel et de référence égyptien.

Pendant les élections, nous avons eu peu de temps, 20 plus 20 minutes. Faire connaître nos idées et notre programme en si peu de temps et dans l’urgence n’est pas possible ; les gens ne peuvent pas tout retenir naturellement. Au moins un mois de campagne à la télévision serait nécessaire. J’ai assisté à la campagne télévisée des élections qui ont mené Tony Blair au pouvoir car j’étais de passage à Londres, c’est complètement différent. La liberté d’expression, c’est comparer des programmes, des idées différentes dans une discussion libre, interactive, et s’adresser à l’opinion publique dans son ensemble. Rien de ce que nous faisons n’est relaté à la télévision, quelquefois dans Al-Ahram54 mais ça ne suffit pas.

114Les propos qui suivent sont extraits de l’entretien que nous a accordé le représentant d’un parti. Nous nous sommes efforcée d’y rester fidèle. Cet exercice a été facilité par la clarté du discours de notre interlocuteur qui s’appuyait sur des notes qu’il avait rédigées, en vue sans doute de notre rencontre. Nous avons tenu a le reproduire ici dans la mesure où il représente une opinion partagée par ses pairs, et parce qu’il nous renvoie au concept d’espace public.

Que désirons-nous ? Que les citoyens connaissent les programmes et les objectifs des partis politiques par le biais de la télévision. Ils doivent connaître la position de tous les partis sur des sujets qui les concernent. Moi-même, en tant que citoyen, il est normal que je puisse me forger une opinion sur ce que j’ai vu à la télévision. Il doit aussi exister un dialogue par la télévision entre les partis politiques et le gouvernement. Si par exemple on aborde un problème lié à l’enseignement, nous-mêmes et les autres partis devons pouvoir discuter sereinement sur la question avec le ministère de l’Enseignement. Quel est le but de tout cela ? Politiser les citoyens. Il faut que le citoyen puisse adhérer librement et en connaissance de cause à un parti et même participer plus activement à la vie politique. Nous, nous défendons la liberté d’expression, d’opinion, d’idée, la liberté de la presse et la liberté de former un parti. Ces libertés ont un but civique. Les citoyens doivent avoir une connaissance exacte des programmes de chaque parti, partager ou non leurs idées, adhérer ou non au parti, s’assurer qu’un fait est constitutionnel ou non. Le pluralisme est important pour la politique nationale et son organisation. Nous sommes tous différents mais une langue doit être commune et cette langue naît dans le dialogue. La Constitution est née de cette philosophie.

Sinon à quoi bon autoriser le multipartisme si les partis ne peuvent pas s’exprimer ? Maintenant que nous sommes sortis du parti unique, nous devons avoir un but éminent, comme celui de former les citoyens à la participation politique nécessaire à la consolidation de la Nation (watan). Le gouvernement et les partis politiques de l’opposition ont une mission commune : le bien de la Nation et non des intérêts particuliers. Pourquoi agissons-nous dans les partis de l’opposition ? Pour le bien de l’Égypte en dernière instance. Moi, en tant que citoyen, pendant les élections libres je dois connaître tes idées et ton programme pour voter ou non pour toi. Comment ? Grâce à la télévision. Pendant les élections, la télévision, la radio, la presse étaient mobilisées. Ensuite plus rien. Les élections terminées les relations se relâchent entre la télévision et l’opposition.

115On remarquera dans ce qui suit le glissement entre « responsables de la télévision » et « gouvernement »/« État »,

  • 55 En Égypte, la redevance est prélevée sur les factures d’électricité et est proportionnelle au coût (...)

Le gouvernement doit entendre l’opinion des partis et les laisser s’exprimer à la télévision. Les responsables de la télévision doivent prendre conscience de cela et nous donner l’occasion de nous exprimer. La télévision appartient à tous et non à l’État. Ce sont les citoyens qui financent la télévision, de la même façon que moi en tant que citoyen je paie ma redevance55. La télévision doit donc être au service du citoyen. J’ajouterai qu’en principe l’opposition et le gouvernement ne sont pas des espaces fermés, on peut passer de l’un à l’autre.

116L’homme politique, le citoyen et le téléspectateur sont les trois identités revendiquées par notre interlocuteur, elles appellent selon lui un droit d’expression et un droit d’accès à des informations nationales pluralistes.

117Cet accès est préconisé sur le réseau de télévision hertzien (ou terrestre) préféré au spectre satellitaire : la redevance est prélevée sur toutes les factures d’électricité, et « des millions d’Égyptiens n’ont pas d’antenne parabolique ». Et, comme tous l’ont évoqué, la libre expression des partis politiques est garantie par la loi et par la Constitution : « Des télévisions privées ? Il faut avoir beaucoup d’argent et il faut avoir une autorisation. La loi 40 de 1977 institutionnalise les partis de l’opposition, la Constitution égyptienne défend le droit d’expression. Nos souhaits sont conformes à cette loi et à la Constitution ».

118Des actions plus concrètes de la part des décideurs du champ télévisuel à leur encontre sont attendues, « Oui, il existe des émissions où l’on peut être invités mais elles sont rares. Nous devrions avoir un programme spécifique. Pourquoi n’aurions-nous pas par exemple une tribune le samedi matin à 10 heures pour présenter nos actions ? ». Mais « Évidemment qu’un programme particulier serait bienvenu. Il faut supposer alors qu’il n’y ait pas de corruption et que l’on achète pas les invités. Il arrive que des opposants aient conclu des accords avec les autorités. C’est toujours la même chose, ce ne sont pas de vrais débats » ; parce qu’enfin, il faudra bien que la télévision égyptienne s’ouvre à eux :

Notre situation n’est pas aussi dramatique que celle d’autres pays comme le Yémen mais on devrait ouvrir la télévision. Nos débuts à la télévision peuvent êtres maladroits mais on doit pouvoir évoluer, se tromper pour être meilleurs par la suite. Je peux être médiocre à la télévision une première fois et m’améliorer par la suite. Le pays est à tous et non pas seulement à un seul parti. Les choses doivent changer ou alors il faut annuler le multipartisme. Sur quelques sujets, les émissions ont besoin de toutes les opinions. Surtout dans un pays pauvre.

Stratégie des acteurs politiques de l’opposition dans l’espace médiatique

  • 56 Guaaybess T., « Restructuring Television in Egypt : the Position of the State between Regional Sup (...)

119Les acteurs de l’opposition ne s’en tiennent pas à ces restrictions. Sur ce point, l’enquête d’avril 2001 dont nous soumettons ici les résultats est différente de celle de 1997 parce que les actions que mènent les partis de l’opposition ont atteint alors une ampleur qu’elles n’avaient pas lors de nos premières interviews. Auparavant, la résistance la plus visible des partis de l’opposition face à la fermeture du champ télévisuel égyptien se résumait à une campagne juridique que menait le parti Wafd, soutenu alors par tous les partis de l’opposition56. Nous avions rencontré le porte-parole et secrétaire général du parti Wafd, Ibrahim Dessouki Abaza, à plusieurs reprises en 1997, il reste l’un des plus fervents opposants à la télévision d’État quatre ans plus tard :

J’ai tenté d’établir une station de télévision et j’ai demandé l’autorisation au ministre de me permettre d’établir une chaîne éducative pour éclairer l’opinion publique. Ma demande a été refusée sur la base de la loi 13/1979. Le procès est toujours en cours. Tous les partis étaient venus me soutenir à la première audience. Le Conseil d’État examine encore la question. Le début de l’article 1 de la loi 13 n’interdit rien mais il se termine par : « ces droits de diffusion [...] sont limités à l’Union de la radio et de la télévision égyptienne ». Ce qui est inconstitutionnel et contre les droits de l’Homme. Nous avons essayé de faire abroger la fin de cet article par le parlement par l’intermédiaire de notre député Fouad Badrawi. La démocratie suppose la fluidité de l’information et la liberté d’expression ce qui ne peut être complet qu’avec l’utilisation par les partis politiques de tous les moyens qui touchent le grand public.

120Entre temps, la zone médiatique franche a été instituée qui permettait aux acteurs privés d’œuvrer dans le secteur audiovisuel en Égypte :

Il y a quelques années, l’opposition a fait part de son souhait de louer ou de posséder une chaîne de télévision, mais aujourd’hui le ministre de l’Information a changé de tactique en autorisant la location de chaînes au secteur privé tout en la soumettant à des contraintes qui limitent la liberté d’expression : la chaîne ne doit pas traiter de politique, ne doit pas présenter un journal quotidien. Il ne nous reste que le cinéma, le théâtre, le foot, et d’autres programmes de ce genre. De plus, l’acquéreur doit louer les services et les canaux de diffusion de l’organisme de télévision égyptien. Il doit se soumettre à la charte d’honneur de l’information que le ministre lui-même a élaborée. Il est facile de comprendre qu’il s’agit d’une supercherie. Il y a en amont le déficit financier de l’organisme et ils ont besoin de beaucoup de financements, voilà tout.

121L’opposition n’en reste pas là : « Avant, l’État contrôlait la télévision et l’opinion publique. Aujourd’hui, il y a les satellites. Nous pouvons être invités par des chaînes étrangères, c’est pour cela qu’on voit apparaître plus de personnalités à la télévision ces derniers temps. » En effet, la plupart des acteurs répondent aux invitations des plus grandes chaînes arabes… lesquelles sont enregistrées à partir du territoire égyptien. Nous ne doutons pas qu’il s’agit là d’une pression à laquelle l’État ne peut se contenter de répondre en arrangeant ici et là la grille des programmes.

122Même si, pour certains acteurs, l’accès aux chaînes étrangères reste étroitement contrôlé, cela ne les empêche pas de diffuser leurs messages à grande échelle comme le raconte ici le porte-parole des Frères musulmans :

  • 57 Une partie des activités de l’Arab Radio and Television est basée au Caire.

Le 7 novembre 2000, je suis allé aux studios d’ART57 pour enregistrer une émission en direct. Tout était convenu. Quand je suis arrivé l’émission avait commencé et un autre invité était déjà là à ma place. Le responsable de la sécurité intérieure était là. Nous avons tout de même enregistré une émission par la suite. J’ai eu une copie de l’émission et le responsable de la sécurité en a une aussi. La diffusion de ce programme était fixée à une date précise mais elle ne l’a été que bien plus tard et à partir de l’étranger.

123Cette anecdote illustre le fait que les chaînes satellitaires offrent la possibilité d’échapper à l’intervention de l’État qui ne contrôle plus les informations émises à l’extérieur de son territoire. Autrement dit, la situation suivante peut être contournée : « Il y a trois ans, j’ai été invité de même que X à l’émission “Face-to-Face”. La promotion avait été lancée et puis cela a été annulé au dernier moment. Le ministre de l’Information a décidé de ne pas diffuser le programme ».

  • 58 Arab News Network, chaîne privée syrienne d’information.

124Ces incidents n’entament en rien la capacité de certains leaders de l’opposition à se perfectionner dans le marketing politique. Ainsi, l’un d’eux revenant de l’étranger, dira : « Il y a deux jours j’étais au Koweït. Il y a deux mois j’ai été interrogé par ART pendant une heure. J’ai aussi été invité par Al-Jazeera et ANN58. En réalité, je suis invité par plusieurs chaînes, mais je sélectionne celles qui ont le plus d’audience » et un autre : « Je réponds à toutes les invitations des chaînes étrangères comme Al-Jazeera et LBC car je sais qu’elles sont écoutées en Égypte. »

125Les nouveaux moyens de communication tels qu’Internet sont aussi exploités. Quelques partis ont leur site Web comme le parti Wafd, le parti du Travail, le parti des Frères musulmans. Pour le parti du Travail cela permet de mieux faire face à son isolement consécutif au gel du parti : « Sur Internet nous avons actuellement des milliers de visiteurs par mois, quand le parti n’était pas gelé nous en avions plus. Nous publions des livres aussi mais leur diffusion est limitée ».

126Abaza, dont la ténacité ne s’est pas altérée après plusieurs années de combat infructueux, estime qu’il faut forcer l’ouverture de la télévision aux partis de l’opposition :

L’objectif de notre parti est de détruire les barrières de l’information. Nous comptons créer une télévision et l’ouvrir aux autres membres de l’opposition. Il y a un consensus de l’opposition sur la nécessité d’une réforme politique en Égypte. Nous devons permettre aux autres d’avoir accès à la télévision pour exprimer leurs idées sur cette réforme. Notre objectif est de promouvoir la démocratie en Égypte. Tous les partis sont d’accord, nous avons notre programme de réformes politiques et la télévision est l’instrument le plus efficace pour mobiliser l’opinion publique dans ce sens ».

127Le secrétaire général du parti néo-Wafd a décidé en effet d’adopter une stratégie plus directe, à savoir la mise en place d’une chaîne privée qui serait basée à l’étranger. À la différence de la plupart des partis, rappelons qu’il a les moyens financiers de cette ambition… pas encore réalisée.

Une position incommode pour l’État

128Le gouvernement parviendra-t-il encore longtemps à maintenir son contrôle sur la télévision ? Ce monopole rend la position officielle parfois incohérente comme l’illustrent ces remarques :

Il est interdit de parler de religion et de sexe selon le code éthique en vigueur à Media City. Ce code est vague, trop élastique. Qu’est-ce que la religion ? La télévision égyptienne présente des programmes religieux comme « hadith al-Cheikh Cha’rawi » tous les vendredis et « hadith al-roh » tous les jours avant le feuilleton. Cela n’a pas de sens. Al-Jazeera et ART ont des bureaux au Caire, elles sont étrangères et indépendantes : elles peuvent nous inviter et diffuser notre opinion.

129Les acteurs de l’opposition peuvent désormais apparaître dans l’espace public égyptien, quitte à passer par une chaîne satellitaire étrangère. La situation des autorités, en passe d’être discréditées à l’échelle régionale et moquées au niveau local, n’est-elle pas délicate ? Il se pourrait bien que les mutations de l’espace télévisuel arabe joue en faveur des acteurs de l’opposition même si quelques nuances s’imposent. D’abord, l’accès au réseau hertzien est encore sous le monopole de l’État. Surtout, l’information destinée à une audience arabophone internationale, hétérogène, que visent les chaînes arabes citées ne permet certainement pas aux partis de l’opposition égyptienne d’aborder sereinement et en profondeur des questions qui touchent aux affaires nationales.

Notes

1 L’Afrique et ses télévisions, Paris, Anthropos-Economica, 1992, p. 26.

2 Cette bourgeoisie n’est pas « nouvelle », simplement l’avènement du système télévisuel arabe lui permet de mieux se faire entendre aujourd’hui.

3 Hussein Amin, professeur de Mass-Communication à l’Université Américaine du Caire, entretien avec l’auteur le 6 janvier 1998. Le professeur Amin était aussi un consultant de l’URTE.

4 Middle East Times, 22-28 novembre 1998.

5 AFP, 9 mars 1998.

6 Le parti du Travail est sur <http://www.elshaab.com>, le parti Wafd est sur <http://www.alwafd.com.> et le parti du Rassemblement sur <.">http://www.alahali.com>. (en arabe).

7 Des sites Internet vont jusqu’à se spécialiser dans la diffusion électronique d’articles interdits par les gouvernements du monde entier. Voir The Digital Free-dom Network, <http://www.dfn.org>

8 Al-Ahram Weekly, 6-12 novembre 1998, p. 7, AFP, 21 mai 1998.

9 Al-Ahram, 22 mai 1997.

10 Voir <http://www.sat7.org> La chaîne Sat7 est une chaîne chrétienne arabophone. Créée en 1996, elle diffuse aujourd’hui 12 heures de programmes religieux. Sat7 a des canaux sur deux satellites, Eutelsat W2 et PanAmSat 7 qui couvrent l’Europe, les pays arabes, une partie de l’Afrique, l’Iran et la Turquie. Sa vocation première est de toucher les chrétiens du Moyen-Orient. Elle doit son existence à une chaîne internationale de contributeurs comme les Assemblées de Dieu, la Société des missionnaires baptistes (Grande-Bretagne), la Church Mission Society (Grande-Bretagne), la Church Missionary Society (Australie), la Gospel Missionary Union (États-Unis), Interacte (Suisse), l’Interserve (Canada), les ministères internationaux des églises baptistes américaines, le Jerusalem Trust (Grande-Bretagne), l’église Kasr Al-Dubarah (Egypt), Lakarmissionen (Suisse), Life Agape International, Lumière pour toutes les Nations (Palestine), la Mariners South Coast Church (États-Unis), la Norwegian Missionary Society, la Sudan Mission (Danemark), TV-Inter (Suisse), la World Vision (Canada), et bien d’autres.

11 Entretien avec l’auteur le 18 avril 1997.

12 ‘ABD AL-‘AAL M., « Légitimation du pouvoir et démocratisation en Égypte », in Démocratie et Démocratisations dans le monde arabe, Le Caire, Les dossiers du CEDEJ, 1992, p. 283-289, spéc. p. 283.

13 Entretien avec l’auteur le 20 avril 1997.

14 L’article 5 autorise la multiplicité des partis, l’article 8 garantit aux citoyens l’égalité des chances, l’article 47 protège la liberté d’expression et l’article 48 la liberté de la presse.

15 Aux élections législatives de 1995, le Parti national démocratique a remporté 94 % des sièges de l’Assemblée du Peuple. Un ouvrage collectif traitant de ces élections a été réalisé par quelques chercheurs du CEDEJ sous la coordination de Sandrine Gamblin : Contours et Détours du politique en Égypte. Les élections législatives de 1995, Paris, L’Harmattan, 1997.

16 Ibrahim D. Abâza nous affirma en effet que son parti, qui est relativement fortuné, comptait mettre en place une chaîne à Chypre. La programmation générale de la chaîne ainsi qu’une liste de professionnels de la télévision auraient même été établies. Le projet n’a pas vu le jour pour des raisons que nous ignorons. Il est certain que le parti préfère le réaliser en Égypte comme le confirme un entretien que nous avons eu un an plus tard, soit le 3 février 1998, avec Abâza. Il nous déclarait qu’ils espéraient louer un canal sur Nilesat. Ils n’ont pas, à ce jour, obtenu l’aval du gouvernement.

17 Al-Ahram Weekly, 24 février-1er mars 2000.

18 Voir ’Âlam Al-Yom (quotidien financier) du 20 janvier 2000.

19 De Virieu F.H., Médiacratie, Paris, Flammarion,1990.

20 Balle F., Médias et Sociétés, Paris, Montchrestien, 5e éd., 1990, p. 658.

21 Mattelart A., « La nouvelle idéologie globalitaire » in Cordellière S. (éd.), Mondialisation au-delà des mythes, Paris, La Découverte, série « Les Dossiers de l’état du monde », 1997, p. 81-92, spéc. p. 87.

22 Abdel Nasser G., « Political Change in Egypt », SWP Studie, Berlin, 4-25, 2001 ; Guaaybess T., « Les partis de l’opposition et la télévision en Égypte », in F. Mermier, Mondialisation et Nouveaux Médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 125-153.

23 Habermas J., L’Espace public, Paris, Payot, 1978.

24 Habermas J., Droit et Démocratie, Paris, Gallimard, 1997, p. 393.

25 Salamé Gh., « Sur la causalité d’un manque : pourquoi le monde arabe n’est-il donc pas démocratique ? », in Démocratie et Démocratisations dans le monde arabe, op. cit., p. 49-77.

26 Roussillon A., L’Égypte et l’Algérie au péril de la libéralisation, Le Caire, Les dossiers du CEDEJ, 1996, p. 29.

27 Al-Sayyid M. K., « The concept of Civil Society and the Arab World » in Korany B. et al. (eds), Liberalization and Democratization in the Arab World, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 1995, p. 131-147. Ayubi N.N, Over-Coming the Arab State, Londres, I.B. Tauris and Co, 2001. Ibrahim S. E., « Liberalization and Democratization in the Arab World : an Overview », in Khorany B. et al. (eds.), op. cit.

28 Habermas, Droit et Démocratie, op. cit., 1997, p. 387.

29 Il est à préciser que la distinction État/société civile est ici purement fonctionnelle.

30 « L’homologie peut être décrite comme une ressemblance dans la différence. Parler d’homologie entre le champ politique et le champ littéraire, c’est affirmer l’existence de traits structurellement équivalents (ce qui ne veut pas dire identiques) dans des ensembles différents », Bourdieu P., Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 168.

31 Qandil, A., « Les effets de la politique de réformes économiques sur les associations civiles en Égypte », in Âge libéral et Libéralisme, Le Caire, Les dossiers du CEDEJ, 1996, p. 121-134.

32 Al-Sayyid M.K., art. cit., p. 137, voir aussi Ibrahim S.E., art. cit., p. 38.

33 Le pouvoir de contrôler les partis et d’autoriser leur création incombe au Comité des partis, qui est composé de six membres dont trois ministres et trois personnalités nommés par le président du Comité, lequel est aussi le président du Conseil consultatif.

34 Abdel-Nasser, G. et Bernard-Maugiron N., « Pouvoir de la censure ou censure du pouvoir ? », Égypte-Monde Arabe, no 3, Le Caire, 2000.

35 Khayyati M., « L’affaire Haydar Haydar », ibid.

36 Farag I., « Les mouvements islamistes en Égypte : contestation, violence et participation », La Pensée, no 299, 1994, p. 41-49, spéc. p. 44.

37 Il n’est pas inutile ici de mentionner que les 30 sièges obtenus par les Frères musulmans à l’Assemblée en 1987 leur ont permis d’obtenir que soit augmenté le volume des programmes religieux à la télévision et à la radio, que près de 500 heures de fictions soient supprimées de la programmation et que l’on refuse les publicités jugées indécentes. Voir Korany B., « Restricted Democratization from Above : Egypt », in Korany B. et al., op. cit., p. 39-69, spéc. p. 53.

38 Bernard-Maugiron N., « La Haute Cour Constitutionnelle. Gardienne des libertés publiques », Le Caire, Égypte-Monde Arabe, no 2, CEDEJ, septembre 2000.

39 Le recours avait été introduit dès 1990 par un candidat malheureux.

40 Abdel Nasser G., art. cit., 2001, p. 18.

41 Les Frères musulmans, qui oeuvrent dans le domaine caritatif et social, ont une visibilité dans l’espace social et une assise populaire plus importante.

42 Ismaël S., « La relation État-société en Égypte », Égyte-Monde Arabe, no 26, 1996, p. 131-149, spéc. p. 135.

43 La loi no 40 de 1977 sur les partis politiques donne le droit à chaque parti reconnu d’éditer et de diffuser son journal.

44 Wolton D., Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux médias, Paris, Flammarion, 2000.

45 Martin Munoz G., « Rencontre avec le pluripartisme : constantes politiques et reflets électoraux de l’Égypte monarchique sur l’Égypte actuelle », in Démocratie et Démocratisations dans le monde arabe, op. cit., p. 289-299, spéc. p. 291.

46 Entretien avec l’auteur, avril 1997.

47 Schleifer A., « Egyptian Waxe and Wanes in its Attacks Against Al-Jazeera », Tansnational Broadcasting Studies, no 5, Le Caire, université américaine du Caire, 2000.

48 Sans doute fait-il référence à deux émissions phares de la chaîne qui sont « Sans limites » (bila hudud) et « l’Opinion opposée » (al-ray al-mu’akis).

49 Rappelons que les chaînes MBC, ART et Orbit sont des chaînes privées à capitaux saoudiens lancées dans le milieu des années 1990 en Europe ; les chaînes LBC et Futur TV sont des chaînes libanaises privées ; enfin Abou-Dabi Satellite Channel est une chaîne satellitaire qui dépend de l’organisme de télévision des Émirats arabes unis.

50 Organe du parti du Rassemblement.

51 Dubaï a en effet mis en place une zone franche qui accueille les opérateurs des entreprises de l’audiovisuel, de l’informatique et des télécommunications. Cette zone ultra moderne se divise en deux espaces majeurs : Dubaï Media City (audiovisuel) et Dubaï Internet City (NTIC).

52 Schleifer A., « The Dubaï Digital Miracle », Transnational Broadcasting Studies, no 5, Le Caire, université américaine du Caire, 2000.

53 En attendant qu’une loi soit approuvée par l’Assemblée, un décret permet d’accorder des autorisations nécessaires au lancement d’une chaîne privée. De surcroît, la zone franche n’est pas soumise à la censure même si un code éthique doit y être respecté.

54 Journal officiel et de référence égyptien.

55 En Égypte, la redevance est prélevée sur les factures d’électricité et est proportionnelle au coût de la consommation d’énergie.

56 Guaaybess T., « Restructuring Television in Egypt : the Position of the State between Regional Supply and Local Demand », in Hafez K. (ed.), Mass Media and Society in the Middle East, New York, Hampton Press, p. 61-75.

57 Une partie des activités de l’Arab Radio and Television est basée au Caire.

58 Arab News Network, chaîne privée syrienne d’information.

Table des illustrations

Légende Reconfiguration du champ télévisuel égyptien, de l’État-émetteur à l’émetteur-État.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search