Version classiqueVersion mobile

Télévisions arabes sur orbite

 | 
Tourya Guaaybess

Chapitre 5. La fin de l’État émetteur

Texte intégral

  • 1 L’Immortalité, Paris, Gallimard, 1990, p. 137.

La station de radio que j’écoute appartient à l’État, elle ne diffuse donc pas d’annonces publicitaires mais fait alterner nouvelles et commentaires avec les plus récentes rengaines. La station voisine étant privée, la publicité remplace la musique, mais elle ressemble tellement aux rengaines les plus récentes que je ne sais jamais quelle station j’écoute.
Milan Kundera1

1Les changements structurels qui affectent le champ télévisuel égyptien au cours de la décennie 1990 correspondent à une transition qui se prolonge aujourd’hui vers une issue encore incertaine, mais qui va très probablement dans le sens de la libéralisation économique et politique du secteur. Le temps fort de cette transition se situe au début des années 1990, au moment de l’explosion des chaînes transfrontières publiques et privées dans la région arabe, la télévision égyptienne étant inscrite dans ce réseau régional de plus en plus complexe dont elle dépend de façon croissante. Désormais territoire de diffusion et territoires de réception se sont imbriqués dans toute la zone, et au-delà souvent.

2La dépendance du secteur télévisuel égyptien à son environnement régional, le système télévisuel arabe, tient aux interactions qui définissent tout système de communication. Le concept de système est défini par une relation d’interdépendance entre ses éléments constitutifs telle que la modification d’un élément entraîne celle des autres. Jean William Lapierre consacre un article au terme de système, d’où nous retenons la définition suivante :

  • 2 Lapierre J.W., « Système », in Sfez L. (éd.), Dictionnaire critique de la communication, t. 1, Par (...)

Le concept de système qui résulte [des] divers travaux se définit comme un ensemble organisé de processus liés entre eux par un réseau d’interactions à la fois assez cohérent et assez souple pour le rendre capable d’un certain degré d’autonomie, c’est-à-dire d’agir sur lui-même de quelque façon au lieu d’être complètement déterminé par des processus extérieurs2.

3Les télévisions arabes, qui sont notre objet, sont les éléments du système télévisuel arabe. La télévision égyptienne, comme chaque télévision arabe, en constitue alors un sous-système. Elle dépend et agit fortement sur le système dans lequel elle est intégrée, et son évolution est également modulée par son environnement immédiat, à savoir le territoire égyptien. La souveraineté réelle et symbolique de la télévision sur le territoire national est cependant fragilisée. Le mode d’institutionnalisation du média et la légitimité du monopole étatique sur la télévision ont été affaiblis par un public de moins en moins soumis et par des acteurs qui se saisissent de la libéralisation économique pour manifester leur volonté d’acquérir une chaîne privée, et de l’internationalisation des flux télévisuels pour revendiquer une télévision plus libre. Difficile pour l’État de renoncer brutalement à ce puissant vecteur de communication. Plus difficile encore de tenir ferme et de dispenser éternellement le discours monolithique d’un temps révolu.

4Aujourd’hui, des facteurs exogènes et endogènes sont imbriqués qui affectent la télévision égyptienne et participent à sa restructuration. Dès lors, il devient malaisé de distinguer ce qui relève d’une politique de libéralisation économique et de ses effets sur le secteur télévisuel dans l’espace national, interne, de ce qui relève d’une participation à un mouvement de libéralisation mondial, externe. Le processus de libéralisation de l’économie égyptienne est-il impulsé par l’État ou imposé par un contexte international ? La première alternative – qui tient compte de l’influence de l’État – induit que les phénomènes (supranationaux, nationaux) sont concomitants. Un regard macro-économique nous enseigne qu’ils sont liés. Les conséquences de la transition actuelle vers une économie libérale, que l’on dit susceptible d’évoluer vers la démocratie, sont-elles à mettre au compte d’une volonté politique déterminée ou simplement de l’aboutissement inéluctable de faits externes subis ? Les transformations que connaît et que connaîtra encore le champ télévisuel égyptien sont-elles initiées par l’acteur étatique ou ne sont-elles que des réactions auxquelles il ne pouvait pas échapper ? Un tel déterminisme réduit l’État à une posture d’agent, dont les prises de position seraient davantage prédéterminées, balisées par un certain nombre de contraintes et de facteurs externes que par le résultat de décisions volontaires. Nous verrons encore que les réponses aux nouvelles règles du jeu (output) que l’État peut apporter dans le secteur télévisuel peuvent être multiples et qu’il est moins un agent (réactif) qu’un acteur (pro-actif) qui déploie un certain nombre de stratégies pour tirer profit d’un espace de diffusion plus étendu. La dialectique récurrente entre les niveaux national et mondial est également orchestrée par cet acteur central qu’est l’État.

5Pour comprendre les raisons qui président à la restructuration de la télévision égyptienne, en tant que sous-système, il a fallu limiter le champ des interrogations. Ainsi, si le FMI et la Banque mondiale peuvent de loin être invoqués, si l’exploitation des technologies de communication peut l’être d’un peu plus près, à un niveau national, c’est encore l’État qui, paradoxalement, pilote la transition de la télé-vision-appareil d’État à la télévision égyptienne de demain.

  • 3 Pour une étude de cette période à travers les programmes de la télévision égyptienne, voir Guaaybe (...)

6Nous avons observé deux périodes phares dans l’histoire de la télévision dont l’articulation se situe au moment précisément de la multiplication des chaînes satellitaires, c’est-à-dire au début des années 1990. Ce schéma en deux temps est imposé par la lecture de l’histoire récente des médias arabes, même s’il est certain que les faits mûrissent, s’accomplissent et s’épanouissent à des moments et en des lieux qui échappent à la segmentation spatio-temporelle exigée par l’analyse. Ce découpage, arbitraire et méthodologique, permet toutefois de dégager les implications de l’intégration du secteur télévisuel égyptien au système arabe. Durant la première période, qui s’étend de l’avènement de la télévision en 1960 jusque l’immédiat après-guerre du Golfe, l’État est l’émetteur unique. La télévision est le média par lequel l’État diffuse ses messages à la population, non pas passive mais acculée, si l’on peut dire, à la passivité. La formule « d’État-émetteur » est ici appropriée3. Dans le second temps, qui constitue en réalité une transition, l’État est un émetteur mais il n’est plus le seul. La télévision égyptienne n’est plus la seule télévision pour le public égyptien.

L’ÉTAT N’EST PLUS MAÎTRE DANS SON ROYAUME

7Les premiers chapitres ont mis en évidence l’émergence d’une pluralité d’opérateurs dans le système télévisuel arabe. Une telle recomposition de l’espace télévisuel change sensiblement les règles qui prévalaient naguère. L’État n’est plus maître sur son territoire ; ses stratégies et ses actions dans le champ télévisuel s’ajustent aux mutations. Un nouvel équilibre se fait entre son pouvoir et celui de ce qui n’est plus son public, mais le public. Ces différents déterminants signifient que si l’État garde le monopole de l’URTE, son public potentiel n’est plus limité aux seuls Égyptiens, et ces derniers peuvent regarder d’autres chaînes que la télévision d’État. Le principe même de monopole de l’État ne fait plus sens : d’une part, il n’a plus le monopole de diffusion en Égypte, d’autre part des acteurs jusqu’alors invisibles dans l’espace public émergent et réclament des réformes dans le secteur télévisuel.

  • 4 Mostefaoui B., La Télévision française au Maghreb. Structures, stratégies et enjeux, Paris, L’Harm (...)

8Les transformations de l’espace télévisuel ont des conséquences inédites dans l’espace public, car l’enjeu est bien là : l’espace public contrôlé par l’État. L’État jusqu’alors autorisait certains à intégrer l’espace public, en interdisait l’accès à d’autres. Or la télévision, a fortiori en Égypte, fait partie de l’espace public. Son ouverture au pluralisme équivaudrait sans doute à l’avènement de cet espace de débats et de discussions accessible à tous, praticiens et grand public, un espace d’expression où la distribution de biens symboliques se dérobe au seul jugement de l’État. Mais la télévision ne se définit pas uniquement par ce qu’elle dit. C’est un canal de diffusion, mais c’est aussi une entreprise qui dépend de moins en moins des seuls deniers publics. La « démonopolisation » du secteur, pour reprendre l’heureuse expression de Belkacem Mostefaoui4, et donc sa privatisation, n’augure pas l’existence d’un nouvel espace public à coup sûr mais bien la fin de l’État-émetteur. Un découplage consacre la séparation des deux termes qui le constituent, et la nature des émetteurs à venir dépendra justement du jeu entre les acteurs – étatiques, politiques, économiques – en présence dans le champ de la communication.

9Ces derniers ne pourront plus ignorer la volatilité des téléspectateurs. La multiplication des antennes paraboliques sur les toits des habitations est leur premier signe d’insoumission. Ils n’hésitent pas à regarder ce que les autres chaînes, arabes ou non arabes, leur proposent. L’offre de la télévision égyptienne s’adapte davantage dans la mesure où une relation dynamique s’établit désormais entre le récepteur et la télévision.

10La restriction majeure pour le public est de disposer d’une antenne de réception, d’un dish, comme on dit en Égypte. Cette contrainte n’a pas été un frein à la formidable multiplication des antennes paraboliques en Algérie où les antennes se sont très vite banalisées. L’Égypte, quelques années plus tard, semble connaître une évolution similaire. Le dish se répand et devient financièrement plus accessible : le prix des antennes de 120 cm de diamètre provenant des industries nationales – qui en assurent le montage – est passé de 30 000 livres égyptiennes, vers la fin des années 1980, à 1 750 en 1993, et 700 dix ans plus tard. La miniaturisation de l’outil le rend plus accessible et quelques entrepreneurs égyptiens se sont même lancés dans sa fabrication artisanale et illégale.

  • 5 El-Hennawi N., « Saving Egyptian Pay-TV : CNE Fights Pirate », TBS n° 11.

11Au début des années 2000, des centaines d’agences ont fait leur apparition dans les zones urbaines qui piratent chaînes satellitaires et chaînes du bouquet Cable Network Egypt (CNE). Moyennant la modique somme de 30 livres mensuelles, les usagers peuvent bénéficier sans antennes ni décodeurs de dizaines de chaînes grâce à des réseaux câblés à circuits fermés. Les actes de piratage émanent également de particuliers qui font profiter l’ensemble de leur immeuble de leur abonnement à CNE. Sans le recours à ces fraudes, l’accès aux chaînes abritées par les satellites Nilesat, numériques, nécessite l’intégration d’un décodeur au récepteur, dont le coût s’élevait à 1799 livres égyptiennes, soit près de 530 dollars américains, en 2000. L’usage illicite des chaînes payantes dépassait un demi-million de foyers quand CNE a réagi en consentant à une baisse de ses tarifs5.

12On fait état de plus d’un million d’antennes en 2000, présentes dans les villes mais également disséminées dans les campagnes les plus reculées. Les cafés et autres lieux de sociabilité ont vite compris l’intérêt que représentaient les chaînes paraboliques pour leur clientèle d’habitués. Finalement, l’antenne parabolique est en passe de connaître le destin qui était, il n’y a pas si longtemps, celui du transistor, puis celui de la télévision : initialement d’objet réservé à une caste, elle s’étend progressivement à toute la population. Il est important de préciser que les crises comme la seconde Intifada ou les guerres en Afghanistan en 2001, puis en Irak en 2003, ont rendu l’accès à des chaînes d’information comme Al-Jazeera ou Abou-Dhabi TV quasi indispensables tant les chaînes hertziennes semblaient incapables de relater ces évenements.

  • 6 À cela s’ajoutent, pour ceux qui peuvent payer le prix des abonnements, les chaînes cryptées.

13Le public peut ou pourra profiter du choix croissant de programmes disponibles, contourner ou non la télévision égyptienne pour se distraire et s’informer. La télévision disponible en Égypte n’est plus la seule télévision égyptienne. Des téléspectateurs, de plus en plus nombreux, ont à leur disposition une multitude de chaînes satellitaires non cryptées, arabes et étrangères6, autant dire qu’ils vivent une véritable révolution. Nuançons : une classe aisée a toujours eu accès à des médias exogènes. Comme le confirme le professeur Moustafa Kamal Al-Sayyid :

  • 7 Entretien avec l’auteur le 19 juin 1997.

Des émissions étrangères sont accessibles depuis longtemps en Égypte, notamment celles de radios comme la BBC ou la radio israélienne. Elles n’intéressent en fait qu’une élite. Le monopole de l’État sur les médias n’est donc pas contraignant en ce qui concerne les radios. De plus, le public intéressé par des informations étrangères peut lire depuis les années 1970 ce qu’il veut7.

14Une scission existe bien qui divise la société entre une élite alimentée en programmes divers et le reste de la population. Mais si l’élite a accès à une offre différenciée, elle n’a pas toujours de pouvoir dans le champ télévisuel. Elle n’est pourtant pas indifférente aux changements. Dans cette population se recrutent les acteurs qui auront la capacité économique, culturelle et sociale – c’est-à-dire un réseau de relations diverses – de se battre, comme nous le verrons, pour une libéralisation de la télévision. Libéralisation entendue comme une libéralisation économique – la privatisation de la télévision – mais aussi une libéralisation politique – mise en place d’une télévision pluraliste. Elle brigue l’accès à la télévision, sans le joug d’une censure aux multiples visages, et/ou manifeste un intérêt grandissant pour l’industrie télévisuelle.

STRATÉGIES OFFENSIVES ET STRATÉGIES DÉFENSIVES DE L’ÉTAT

15Quelle est la position de l’État face à l’incursion de programmes étrangers en Égypte ? Une seule voie s’offre à lui : résister aux multiples pressions qui s’exercent à l’encontre de son hégémonie dans le champ télévisuel. Qu’il perde son exclusivité sur le territoire national de réception semble évident. Qu’il perde le contrôle total de cet espace l’est beaucoup moins. Toute la question est bien de savoir quelle sera sa place dans le champ télévisuel. Pour la préserver, il pilote la transition et négocie progressivement ses modalités pour éviter que des acteurs concurrents lui prennent inopinément les rênes de l’institution télévisuelle, sans qu’il ait eu son mot à dire. La recomposition du secteur annoncée depuis le début de la décennie 1990 l’a conduit au début à adopter des stratégies pour garder fermement la mainmise sur l’organisme télévisuel. Aujourd’hui, il est beaucoup moins inflexible et l’établissement récent de télévisions privées égyptiennes le démontre même s’il est certain que l’État égyptien demeure des plus conservateurs et contrôle encore étroitement ses programmes.

  • 8 Voir par exemple Al-Ahram Hebdo, 19-25 mars 1997.

16« Les médias audiovisuels ne sont ni à vendre ni à privatiser », tels sont les propos de Safwat Al-Sharif, alors ministre de l’Information, à une époque pas si lointaine – mars 19978. Ils témoignent de l’intransigeance et de l’assurance tranquille de l’État, capitaine dans son navire. Il répondra par la négative à toutes les prétentions, formulées ou non, des acteurs concurrents à un canal. Cependant, la mondialisation des industries de communication, comme la présence de chaînes panarabes concurrentes placent l’opérateur traditionnel dans une configuration qui le dépasse. Le nouvel ordre régional est déterminé par des opérateurs transnationaux dont les modes d’action traduisent l’adhésion aux principes du marché mondial de la communication. La prévalence récente de ces principes dans le système télévisuel arabe tend à rendre presque incongrue la gestion étatique des entreprises audiovisuelles. Mais l’État égyptien, comme d’autres États dans la région, refuse d’être considéré comme un agent importun dans ce secteur, et encore plus fortement de se résigner ; l’allocution du ministre de l’Information le montre clairement. Au contraire, il adopte des stratégies que nous allons qualifier d’« offensives » et des stratégies « défensives ». Les premières sont relatives à l’intégration des productions télévisuelles égyptiennes au système télévisuel arabe et au redéploiement d’une politique industrielle audacieuse, les secondes s’appliquent aux actions en direction du public national.

Les stratégies offensives

  • 9 Nile TV International diffuse quotidiennement et depuis 2002 une demi-heure de programmes en hébre (...)

17Parmi les stratégies offensives, dirigées vers l’extérieur, rappelons rapidement les actions multiples de l’État comme le lancement de chaînes satellitaires (ESC – Egyptian Satellite Channel – en 1990, Nile TV International en 19949 et la chaîne Nile Drama en 1996), sans parler des chaînes spécialisées (des chaînes éducatives et un bouquet de chaînes thématiques) sur les satellites égyptiens. Le bouquet Nilesat a été créé après le lancement des satellites égyptiens. L’action la plus spectaculaire à ce jour est le lancement de ces deux satellites nationaux arabes, les premiers, Nilesat 101 et Nilesat 102.

18Dans l’espace international, la diffusion d’une culture est une démonstration de puissance. À cet égard, le système de satellites Nilesat apparaît comme un instrument de rayonnement culturel et une véritable vitrine de l’Égypte, qui vise à pérenniser son image de marque. En effet, la politique audiovisuelle de l’Égypte traduit sa ferme volonté de s’imposer sur la carte culturelle régionale et d’y afficher ses propres modèles sociaux et culturels. À l’intérieur du pays, Nilesat accroît la légitimité de la télévision d’État. Son acquisition permet à l’Union de la radio et de la télévision égyptienne de l’exploiter à ses propres fins et de louer des répéteurs à une multitude d’opérateurs. Cette politique industrielle redore l’image de l’acteur étatique : en dotant le pays de deux satellites de pointe, il fait figure d’innovateur et de pionnier puisque c’est le premier des pays arabes à avoir eu cette audacieuse inspiration. Et, last but not least, il impose son décodeur numérique sur le marché national. Le prix de ce décodeur, intégré au récepteur satellite, est d’ailleurs suffisamment élevé pour donner tout son poids au choix éventuel que feront les téléspectateurs.

19Le gouvernement égyptien a également entrepris la construction de Media City pour pallier la surcapacité du satellite Nilesat. Media City entend répondre à d’autres objectifs encore : attirer les investisseurs et les entrepreneurs de la communication. Elle prévoit d’accueillir, et elle accueille déjà, des opérateurs du système télévisuel arabe, comme Orbit ou ART. Ces derniers délocalisent une partie de leurs activités pour profiter d’un certain nombre d’avantages. Premièrement, les coûts de production sont compétitifs. ART, pour cette raison, a implanté quelques-uns ses locaux au Caire sur la route des pyramides. À quelques kilomètres de là, Orbit a acquis un espace propre au sein de Media City. Un autre atout est l’accès facilité aux professionnels égyptiens. Les artistes égyptiens y trouvent leur compte car ils sont payés environ 30 % de plus que par leur employeur habituel, l’URTE. De leur côté, les opérateurs transnationaux convoitent les vedettes de variétés et les acteurs égyptiens qui jouissent d’un capital symbolique considérable à travers les pays arabes. Les pétrodollars viennent aux vedettes locales et non l’inverse, ce qui rassure les autorités qui ont déjà vu dans le passé leurs artistes s’exiler pour offrir leurs services à l’étranger. De plus, l’importance démographique de l’Égypte plaide en sa faveur. D’une part, le marché de l’audience et de la consommation attire la manne publicitaire et peut contribuer à terme à faire baisser le prix des abonnements des chaînes payantes si la demande venait à augmenter. Enfin, ils peuvent solliciter, plus facilement qu’à Londres ou à Avezzano, la participation plus ou moins active du public sur les plateaux de certaines émissions, comme les talk-shows ou les émissions de variétés. De son côté, l’URTE, qui compte parmi les principaux actionnaires du projet, renfloue ses caisses. Et la concentration dans l’espace des capitaux et des talents participe à donner à l’Égypte une position de premier plan dans l’espace médiatique arabe. Cette concentration sera l’enjeu et le moteur d’une économie télévisuelle régionale inédite.

  • 10 Schleifer A., « Video Cairo Sat : Breaking New Ground as Usual, but this Time on Nilesat », Transn (...)

20L’ouverture du secteur audiovisuel aux initiatives privées fait partie des plans de réforme de l’État. Les acteurs privés en question sont pour le moment proches des autorités étatiques. Le premier à avoir joui de cette confiance est un opérateur égyptien, Mohamed Gohar, qui a fait son apparition en occupant un puis deux segments des canaux de Nilesat. Son entreprise Video Cairo Sat (VCS)10 loue des studios de production du Caire aux opérateurs étrangers et constitue une banque de programmes d’informations télévisées de qualité. Il fournit la télévision égyptienne mais aussi de nombreuses chaînes arabes des plus prestigieuses ainsi que des chaînes occidentales ou des agences de presse comme Reuters ou Associated Press. S’il a été accueilli sur le satellite national, c’est sans doute pour faire face aux chaînes arabes d’information. Il participait de surcroît à accréditer l’image d’un État ouvert aux initiatives privées et à démentir les nombreuses voix qui s’élèvent pour affirmer que l’État est très ouvert aux entrepreneurs privés… pourvu qu’ils ne soient pas Égyptiens.

  • 11 Hussein A., « Nilesat Research Shows Increased Penetration. », TBS, n° 11, 2003.

21Cependant, le développement de ces projets industriels a engendré des coûts fixes d’installation, d’expansion et d’exploitation trop élevés pour des services qui ne répondent pas toujours aux attentes des différents publics. Force est de constater que les flux financiers en provenance des opérateurs étrangers présents en Égypte et la participation des acteurs privés au financement des méga-projets ne suffisent pas. Dubaï, qui a mis en place une zone franche similaire, s’avère plus attractive. L’URTE accuse un déficit budgétaire chronique (750 millions de dollars américains en 1999). D’après le professeur Hussein Amin, Nilesat 102 accueille déjà plus de 200 chaînes de télévision et les profits escomptés de la location des répéteurs des satellites égyptiens ont dépassé les prévisions11. Il n’empêche que la politique de mainmise sur les médias n’est pas adaptée pour faire face aux réalités actuelles des marchés internationaux de l’audiovisuel.

Les stratégies défensives

22Les répercussions de la donne globale sur le local poussent l’État égyptien à mettre en œuvre, à travers l’URTE, des stratégies défensives qui auront toutes pour vocation de séduire le public égyptien pour qu’il ne déserte pas la programmation nationale, afin aussi que la transnationalisation des messages ne malmène pas trop sa souveraineté sur le territoire national de diffusion. Ces stratégies se situent à deux niveaux : au niveau structurel et à celui de la programmation.

Au niveau structurel

23Les téléspectateurs peuvent profiter de certaines chaînes que l’État a lancées comme Nile TV, accessible sur le réseau hertzien, et des chaînes spécialisées. Ils peuvent également opter pour les autres chaînes satellitaires de l’URTE mais les programmes de ces chaînes sont souvent diffusés sur les chaînes hertziennes, notamment la 1re chaîne pour l’ESC. Les chaînes thématiques sur le satellite Nilesat ne sont pas à coup sûr accessibles pour tous car elles sont cryptées. Paradoxalement, l’adjonction récente des chaînes satellitaires peut pourtant avoir des effets même auprès des récepteurs qui n’y ont pas accès dans la mesure où elle a des effets positifs sur la représentation qu’ils se font de la télévision nationale. Pareillement, la puissance médiatique de l’Égypte sur l’échiquier régional lui apporte plus de crédibilité auprès du public égyptien. Indirectement, elle séduit son public. L’élargissement du marché de l’audience oblige d’ailleurs les responsables de l’URTE à soigner leurs programmes.

24L’introduction en 1991 d’un bouquet de chaînes câblées à capitaux mixtes, via CNE, entre dans cette stratégie. Son arrivée marque un tournant dans l’histoire de la télévision égyptienne : pour la première fois les Égyptiens peuvent s’abonner à un service télévisuel. Avec ses chaînes étrangères et ses émissions anglophones, pas toujours conformes aux normes et aux vocations jusqu’alors défendues par l’État, l’établissement de CNE est une mesure qui peut sembler incohérente. Qu’est-ce qui explique ce subit libéralisme de l’État ? Compte tenu du prix de l’abonnement, prohibitif pour le salaire moyen en Égypte, ce bouquet touche une partie infime de la population ; loin de favoriser l’intégration, CNE tend plutôt à renforcer les clivages sociaux. Notre hypothèse est que ce bouquet a été encouragé par un État désireux de satisfaire une élite économique et culturelle. L’un des objectifs de cette manœuvre, à notre sens, est simplement « d’acheter le silence » de cette minorité familiarisée à la culture occidentale, de lâcher du lest à un groupe d’individus exigeants et visibles dans l’espace public.

25Pour fidéliser le plus grand nombre de téléspectateurs, des chaînes régionales « plus proches du citoyen » ont été lancées dès le milieu des années 1980. Personne ne devait concurrencer l’État sur le terrain du service de proximité aux citoyens. Là encore, nous l’avons évoqué, le budget de l’État n’est probablement pas à la hauteur de ses ambitions si l’on se réfère à l’indigence des programmes originaux (c’est-à-dire produits spécifiquement pour ces chaînes). Et le risque est grand que les chaînes régionales soient considérées comme des services de seconde catégorie.

26Ces actions concrètes sont motivées par la volonté de se positionner en bonne place sur le territoire national, mais elles ont peu de chance d’aboutir si parallèlement des efforts ne sont pas consentis dans la conception des programmes. C’est surtout à ce niveau que l’URTE doit œuvrer pour s’aligner sur les chaînes étrangères.

Au niveau de la programmation

27En avril 1997, une émission d’un type sans précédent fut diffusée à la télévision égyptienne, « Table ronde », (dâirat al-hiwâr). Il s’agissait d’un débat politique ouvert où même les représentants des partis d’opposition étaient invités à réfléchir sur des sujets d’actualité. Il semblait que la télévision égyptienne se mettait à l’heure du libéralisme, et qu’elle admettait enfin qu’il était temps de renoncer à un discours monolithique pour donner à toutes les tendances constitutives de la société le droit à un espace d’expression. Tous allaient être visibles et représentés, les coptes, les islamistes, les catholiques, protestants, les partis d’opposition, les féministes, les libre-penseurs...

  • 12 Cette émission a été réalisée juste après le tragique attentat de Louxor du 17 novembre 1997 où 56 (...)

28Cette émission bimensuelle d’une durée de deux heures trente, symbole d’une politique de communication encore inédite à l’époque, est animée par deux intellectuels, chercheurs au Centre d’études politiques et stratégiques d’Al-Ahram, Taha ‘Abd Al‘Alim Taha, vice-président du centre et Mohammed Fahiz. Les débats y sont thématiques et les sujets relatifs à l’actualité : ainsi les premières émissions ont porté sur le système éducatif égyptien, la libéralisation économique, le marché commun arabe, le terrorisme et le tourisme12, l’important projet hydraulique à Toshka, etc. Pourquoi en 1997 et pas avant ? La réponse de Taha ‘Abd Al-‘Alim est claire : « Cela fait plusieurs années que j’essaie de monter une telle émission, mais ce n’était pas évident car le public intéressé n’était pas encore prêt et était beaucoup trop restreint. Aujourd’hui, la communauté intellectuelle est plus large ». Ce programme d’information phare se décline en deux temps : le thème est d’abord débattu par l’ensemble des invités et des solutions sont ensuite proposées.

  • 13 Entretien avec l’auteur le 16 avril 1997.

Nous invitons des membres de l’opposition ainsi que des experts de la question débattue. Par exemple, lorsque nous avons abordé la situation du système éducatif, nous avions parmi les spécialistes invités l’actuel et l’ancien ministre de l’Éducation. Notre émission est importante pour les décideurs politiques et il arrive souvent qu’ils nous envoient des fax en retour et nous fassent part de leurs réactions13.

  • 14 Entretien avec l’auteur le 9 février 1997.

29Une autre émission répondant à une volonté d’afficher un certain libéralisme est « Face-à-Face » (wajh li wajh). Plus intime que la précédente, elle oppose deux personnalités sur une question d’actualité précise. Nous avons vu en novembre 1998 le secrétaire général du parti du Rassemblement – un parti d’opposition de gauche – s’opposer à une personnalité très médiatique du parti étatique, le Parti national démocrate (PND) sur la question des droits de l’Homme en Égypte à l’occasion du 50e anniversaire de l’organisation égyptienne des droits de l’Homme. Quelques mois auparavant, une personnalité politique, Abou Ela Madi, co-fondateur d’un parti politique non officiel et islamiste (modéré), le parti Wasat, a été invité à cette émission après l’attentat de novembre 1997 à Louxor, il faisait face au général Fouad ’Alam. « C’est une émission qui correspond à un modèle qui se veut original mais dans le fond cela ne change pas de ce qu’on connaît.14 », nous a-t-il confié.

  • 15 Émission hebdomadaire d’une durée de 30 minutes environ diffusée sur la première chaîne. Elle est (...)

30Sur la deuxième chaîne, on pouvait chaque semaine voir l’éminent journaliste Hamdy Kandil animer l’émission politique « Rédacteur en chef » (raîs al-tahrîr). Le franc-parler du journaliste et les discussions engagées avec ses invités, parfois de l’opposition, assurèrent le succès immédiat de ce programme inauguré en mars 1999. Ces émissions politiques viennent s’ajouter à d’autres plus conformistes, à l’image de « Paroles politiques » (kalâm fi siyâsa) auxquelles le public est habitué15.

  • 16 Bourdieu P., Sur la télévision, Paris, Liber Editions, 1996, p. 32 et suiv.

31Si l’on en croit certaines assertions, ces émissions sont davantage des débats démocratiques « faussement vrais », selon l’expression de Pierre Bourdieu16, où l’opposition est invitée à s’exprimer sur une question politique centrale. Ibrahim Dessouki Abâza, secrétaire général du parti Wafd (tendance libérale) à propos de « Table ronde », nous rapporte :

  • 17 Entretien avec l’auteur le 18 avril 1997. Voir aussi le journal Al-Wafd des 3, 10 et 17 avril 1997 (...)

J’ai moi-même été invité à discuter de l’avenir de l’économie en Égypte avec un représentant du Tagammu‘ [le Rassemblement, parti de gauche]. Or, l’émission est complètement reconstruite lors du montage. Sur quatre heures d’enregistrement, il me restait à peine sept minutes de temps de parole, et huit à mon adversaire. Le reste du temps a été accordé aux soi-disant « spectateurs » assistant à l’émission, qui sont en fait des spécialistes de la communication et des agents du gouvernement17.

32Nous avons interrogé ‘Abd Al-‘Alim sur l’intérêt de cette émission qu’il co-anime :

  • 18 Notons que les campagnes électorales des législatives ont été davantage couvertes par les médias o (...)

Nous avons réalisé cette émission pour deux raisons, la première est que nous devons faire face aux télévisions étrangères comme ART et CNN, la seconde est que nous sommes engagés dans un processus de démocratisation. Je sais en même temps qu’il n’est pas aisé d’animer ce genre d’émission tout en étant crédible au yeux du public car pour beaucoup nous représentons le PND [le parti gouvernemental] : il faut qu’en réunissant des opposants du PND nous le devenions, en même temps il est vrai que je ne peux parler de tout, comme par exemple des élections pendant les élections18.

  • 19 Hamdy Kandil fut immédiatement invité à poursuivre ses activités journalistiques sur d’autres chaî (...)

33Une illustration, parmi d’autres, de la censure non-explicite exercée à la télévision est la suspension de l’émission « Rédacteur en chef » de Hamdy Kandil en 2003, peu avant l’offensive américaine en Irak19.

34Il est un fait que la libre expression à la télévision a des limites qu’on ne saurait franchir. On ne peut pas tout dire à tout le monde, peut-être davantage dans une période dite de transition vers la démocratie. L’existence de cette frontière invisible ne signifie pas pour autant que la télévision n’est pas libérale : la question est de savoir quelles sont ses limites.

Les nouvelles émissions qu’on a vu apparaître comme par exemple « Table ronde » qui est animée par le centre stratégique d’Al-Ahram ou « Open to question » par un ancien speaker de la BBC démontrent qu’il y a une nette évolution. Mais il est vrai qu’il y a toujours des sujets tabous. En tout cas, les programmes ont tendance à être plus attrayants, le volume des émissions étrangères est croissant ainsi que les films de cinéma récents. Nous verrons jusqu’où iront ces changements.

  • 20 Entretien avec l’auteur le 19 juin 1997.

35Telles sont les observations prudentes du politologue Moustafa Kamal Al-Sayyid20 qui résume bien le libéralisme mesuré des programmateurs. Le cas de Hamdy Qandil quelques années plus tard lui donnera raison.

36Force est de constater que l’émancipation des programmes touche moins les émissions en arabe, susceptibles de toucher tous les citoyens, que celles en anglais, et moins les chaînes hertziennes que les chaînes satellitaires. L’évolution des émissions est malgré tout un peu plus qu’une parade des programmateurs : les téléspectateurs sont de moins en moins infantilisés. Des sujets autrefois tabous, comme le divorce ou le sida font leur apparition sur le petit écran. Les programmes politiques en arabe de la teneur de « Table ronde » et de « Face-à-Face », certes encore marginaux, sont peut-être les signes avant-coureurs de changements réels.

  • 21 Al-Ahram Weekly, 11-17 novembre 1999.

37En effet, les émissions des chaînes généralistes subissent un lifting. Même l’émission phare « Bonjour l’Égypte », un magazine matinal de la première chaîne et de ESC, change d’animateurs. Ce programme créé en 1994 obéit aux dures lois de la « télégénie » qui favorisent les jeunes animateurs. Le couple d’animateurs que l’on voyait jusque-là a été remercié en 1999 au profit d’un doublet moins âgé21.

38Nous disions tantôt que les programmes fédérateurs évoluaient avec lenteur vers plus de pluralisme. Les talk-shows traitant sans détour et avec plus de spontanéité de politique ou de sujets de société existent bien pourtant mais sont le plus souvent diffusés sur Nile TV en anglais. Là aussi, les récepteurs intéressés sont anglophones : ce sont ceux qui pouvaient de toute façon avoir accès à des médias étrangers. Triste récurrence.

  • 22 Le 22 novembre 1998 à 21 h 30.
  • 23 Le programme est diffusé quasi-quotidiennement vers 22 h 00.
  • 24 Comme la plupart des animateurs de Nile TV selon les propos recueillis auprès du directeur de la c (...)
  • 25 Le 21 novembre 1998 à 21 h.
  • 26 Voir à ce propos l’article de Teel R.L. et Friedlander S., « Debating Qadafi : Satellite TV Challe (...)

39Pêle-mêle voici quelques émissions qui ont retenu notre attention et qui sont toutes sur Nile TV. « Live » est un magazine thématique animé par une jeune femme avec un invité expert qui répond aux appels, en direct, du monde entier. Le sujet traité, ce jour-là22, était le divorce. Parmi les appels reçus, celui d’une Égyptienne qui divorçait de son mari français et s’interrogeait sur l’identité culturelle de leurs enfants à l’issue de la séparation. L’invité était un certain docteur Nazîl, consultant psychologue. Une autre émission nous a interpellée. Il s’agissait d’un programme musical pour les jeunes, « Buzz TV »23, présenté par un jeune animateur, fraîchement sorti de l’université américaine du Caire24. Rien ne permettait de penser qu’il s’agissait d’une émission égyptienne, si ce n’est les prénoms arabes des auditeurs qui appelaient pour faire passer leurs dédicaces… en anglais. Les talk-shows politiques ont droit de cité. Un soir25, « Cairo watch » portait sur la situation de l’Irak alors sous embargo, les deux invités étaient le politologue Moustafa Kamal Al-Sayyid et le directeur du Centre d’Études politiques et stratégiques d’Al-Ahram. Le programme « To the point » se déroule sur un plateau de style moderne ; un animateur, entre deux spécialistes, aborde la question du jour, un public présent sur le plateau intervient à l’issue du débat. Le sujet du 25 novembre 1998 était la libéralisation économique et le partenariat euro-méditérranéen. Les invités étaient un économiste allemand, représentant de l’Union Européenne et ’Adel Al-Labban, alors directeur de la plus importante banque privée égyptienne, la Commercial International Bank. Les questions du public portaient sur l’incidence de la corruption sur les réformes économiques ou la viabilité des situations de monopole. Un peu plus tard, une émission phare de Nile TV, « Open to question », une autre émission politique avec des questions au standard sur des sujets variés et un invité de marque. Le jeune animateur Sami Zeidan surprit son public en septembre 1997 quand il lança les appels des téléspectateurs en direct alors qu’il recevait le ministre égyptien des Affaires étrangères26. Les journaux télévisés en anglais, « Nile news », s’apparentent en tout point à ceux des chaînes américaines ou ceux de la BBC.

40Toutes ces émissions engendrent une nouvelle forme de pouvoir dans le paysage médiatique. Des acteurs politiques et des experts aux multiples compétences et aux fonctions variables sont sollicités. Ce sont les nouveaux « médiateurs » à la télévision : professeurs d’université, chercheurs, responsables d’associations ou d’autres groupes d’intérêts, journalistes, militants des droits de l’Homme, etc. Ces personnalités ont incontestablement acquis, durant la décennie 1990, une autorité grandissante sur la scène médiatique. Autre élément important à signaler ici : la généralisation du direct.

  • 27 Ces hommes avaient tué une mère et ses deux jeunes enfants l’année précédente. Cet événement avait (...)

41Les émissions des nouvelles chaînes thématiques, sur le satellite Nilesat, répondent aussi bien à certains standards, à « un modèle global » selon l’expression consacrée, comme pour conjurer un rapport de domination. Mais la grande différence par rapport à Nile TV, c’est qu’elles s’adressent à un public d’arabophones. Il apparaît nettement à travers le contenu des programmes que la création de ces chaînes répond à une volonté de faire face à la concurrence des chaînes arabes transfrontières les plus prisées telles que ART ou LBC. Sur la chaîne de variétés (qanat al-nîl al-munawa’a), un duo de jeunes animatrices présente chaque soir le « Top 10 », où sont diffusées les chansons arabes qui ont fait les meilleures ventes. Une heure plus tard « Studio 35 », une émission sur le cinéma, est présentée par une animatrice. Ensuite, « Masrah » (« Théâtre ») est basée sur le théâtre expérimental, très actif en Égypte. Plus tard encore, « New fashion », une émission quotidienne, est un magazine féminin, sur le thème de la mode et de la beauté, conformément aux canons dits « internationaux ». Les recettes de la télévision de la nouvelle ère ne sont d’ailleurs pas toujours du goût de tous. Les dérives de certains reality shows reflètent moins l’intérêt public que des motivations commerciales. À titre d’exemple, le 21 avril 1998, dans le cadre de l’émission familiale « Bonsoir l’Égypte », les Égyptiens ont pu voir, pour la première fois à la télévision, des condamnés à mort juste avant leur exécution par pendaison27.

« L’INVASION » D’UNE CULTURE DOMINANTE OU LA COLLABORATION DE L’URTE

42Les messages télévisuels – dont l’État contrôle la diffusion – entrent parfois en concurrence avec une pluralité de discours contradictoires. Ce schéma est a priori plus patent dans les régimes autoritaires et, pour se limiter au secteur télévisuel, dans les régimes de monopole public. Quel que soit le programme, il est le reflet de la politique de communication de l’État. Les différents programmes traduisent des volontés politiques dont la plus affichée, par le Président ou le ministre de l’Information, est celle de défendre une identité culturelle nationale. À partir de là, un certain nombre d’observateurs aboutissent à des raisonnements qui relèvent du sophisme : l’identité nationale est protégée par l’État, par ailleurs, elle est menacée par la culture standard du marché global, donc le discours de l’État est en contradiction avec celui du marché global. On peut penser que la culture globale qui rassemble une société globale de consommateurs peut fragiliser les identités culturelles locales, nationales – le terme « global » ne doit pas être pris à la lettre, il est repris ici parce qu’il se rencontre dans les discours. Mais de là à penser que les États font barrage pour protéger la ou les culture(s) nationale(s) des flux exogènes porteurs de la culture globale, il y a une ligne qu’il serait hasardeux de franchir. Même si, de façon chronique, l’État s’insurge contre lesdites invasions culturelles, la politique qu’il mène va plutôt dans le sens d’une collaboration en faveur de la « domination » de cette culture.

  • 28 « Je pense que la nation arabe devrait partir sur de nouvelles bases pour répondre aux exigences d (...)
  • 29 Al-Ahram Hebdo, 12-18 juillet 1995.

43Bien sûr, à chaque innovation dans le secteur audiovisuel, comme par exemple au moment du lancement du satellite Nilesat, le ministre de l’Information déclare qu’il en va du rayonnement culturel de l’Égypte et des pays arabes en général28, on entend chaque année les responsables du festival des télévisions arabes au Caire en parler comme un moyen de sauvegarder une identité commune, comme ici en 1995, année inaugurale du festival : « Nous devons communiquer entre nous par émissions interposées et ne pas nous contenter de capter les émissions occidentales29. » Il faut savoir cependant que l’Égypte ne diffuse pas les émissions des autres pays arabes, comme les feuilletons syriens qui s’exportent pourtant si bien dans d’autres pays arabes.

  • 30 De Certeau M., L’Invention du quotidien, I : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 ; Wolton D., L’ (...)
  • 31 Juxtaposer marché et culture peut légitimement heurter certaines opinions mais il faut convenir qu (...)

44Certains observateurs, circonspects, pensent qu’une vision totalisante du mouvement en cours dans le système télévisuel mondial occulte les particularismes identitaires, les cultures locales qui subsistent au mépris des images et des sons venus d’ailleurs30, d’autres au contraire (plus nombreux) pointent leur index sur la carte des conflits inter-ethniques ou sur les médias communautaires récemment édifiés pour valider la thèse selon laquelle l’homogénéisation de la culture ou l’émergence d’une culture globale exacerbe les particularismes locaux. Ces controverses passionnées reposent cependant sur le postulat qu’il existe une culture globale véhiculée par les médias, une culture standard qui s’impose inéluctablement à tous, et contre laquelle on ne peut rien faire sinon brandir la notion frustrante car trop exclusive « d’exception culturelle », notion d’ailleurs déficiente face à celle du libre échange (ou free flow of information) invoquée évidemment par les « dominants » sur le marché culturel global31.

  • 32 Notons que la généralisation de la technique de compression numérique risque d’accentuer cet état (...)

45Il existe, et ce serait faire acte de mauvaise foi de le nier, une culture dominante : la culture nord-américaine ou plutôt un aspect de cette culture, celui véhiculé par les programmes télévisuels, toutes catégories confondues. Il est d’ailleurs relativement aisé dans le champ télévisuel de faire le constat de cette domination américaine ; il suffit de prendre pour indicateur le volume des échanges32. L’État en Égypte n’a jamais eu peur de ces normes-là. Le département de la censure est d’ailleurs plus sévère avec les productions nationales qu’avec celles made in USA. Pourtant, l’existence de cette culture dominante, « globale », ne signifie ni qu’il n’y a pas d’autres pôles culturels fédérateurs d’un public vaste, ni, surtout, qu’elle est imposée.

  • 33 Hoskins C. et Mirus R., « Fictions télévisées produites aux États-Unis d’Amérique », in La Circula (...)

46L’émetteur État est un acteur jugé a priori inopérant face au marché international de la communication – marché où est bradée une culture standard, « coercitive » – alors qu’en réalité il participe à sa diffusion. Si les productions américaines occupent un temps d’antenne croissant, c’est que leur accès à la télévision égyptienne a obtenu l’aval de l’État. C’est un moyen pour lui de répondre aux aspirations du public pour « l’ailleurs », à un désir d’adhésion partielle à une culture dominante. Il lui permet de gonfler le volume de programmes à partir des programmes américains peu onéreux et quelques fois offerts car les frais de productions de ceux-ci auront été amortis sur le vaste marché américain33.

  • 34 Badie B., « Le jeu triangulaire », in Birnbaum P. (éd.), Sociologie des nationalismes, Paris, PUF, (...)

47Mettre en opposition l’idéologie conformiste de l’État et le marché global est un raccourci que l’on prend trop souvent, peut-être parce que l’on focalise sur l’information et la souveraineté que l’État a toujours voulu avoir dans ce domaine – et qu’il perd d’ailleurs. La télévision égyptienne, surtout depuis la période de l’ouverture économique, n’a jamais rechigné à proposer sur ses écrans des produits importés : les annonceurs sont souvent des multinationales et les publicités télévisuelles ne sont pas toujours réécrites pour un public local. Les productions américaines sont intégrées depuis très longtemps à la télévision pour constituer une part non négligeable de la programmation de la deuxième chaîne ; par ailleurs l’anglais est employé dans un grand nombre d’émissions de la télévision de « service public ». Des acteurs comme les dignitaires religieux par exemple, s’opposent régulièrement à cette invasion de productions culturelles étrangères, et c’est l’État qu’ils prennent alors à partie. Trois logiques, selon la modélisation de Bertrand Badie34, sont à l’œuvre : la logique transnationale (des opérateurs transnationaux), la logique identitaire (des acteurs communautaires) et la logique souveraine (de l’État). Il faudra admettre que dans le domaine audiovisuel, l’État a préféré s’allier avec les promoteurs capitalistes du marché mondial de l’audiovisuel qu’avec les acteurs communautaires.

48La télévision publique égyptienne, comme d’autres, pour capter un maximum d’audience, se sert de ce « qui marche » et paradoxalement diffuse un certain type d’émissions pour fidéliser un public volatil. Il est hors de question d’affirmer que seuls les produits culturels de la « modernité-monde » attirent le téléspectateur égyptien (d’autant plus que les productions égyptiennes jouissent d’un succès incontestable), mais on ne peut nier le fait que le savoir-faire des producteurs d’outre-Atlantique sert souvent de modèle, et que les émissions de divertissement, les bulletins d’information ou les séries télévisées de cette culture médiatique « globale » exercent un certain attrait sur le public, ce que l’État n’ignore pas. Ce qui revient à dire que l’URTE, pour capter son public, s’est aligné dans une certaine mesure sur le système télévisuel global dans le contenu de sa programmation. Certains programmes perdent ainsi de leur spécificité nationale pour se conformer à certains standards décriés, et dangereusement niés quelquefois, mais qui existent pourtant et séduisent. L’intégration de la télévision égyptienne dans un espace télévisuel régional, voire international, renforce encore ce phénomène.

49Cela risque d’aboutir dans les faits à une « déterritorialisation » et à une dénaturation du message audiovisuel sous le coup de sa marchandisation sur la scène internationale, car une émission à caractère trop national est moins attrayante pour une audience plus vaste. Et plus l’audience est importante, mieux se portent les recettes publicitaires. Les enjeux du contrôle par l’État de ce secteur sont évidemment d’ordre politique et socio-culturel. Mais on ne doit pas minimiser l’intérêt économique que représente ce secteur pour l’État, entrepreneur actif au même titre que les acteurs transnationaux que nous avons vus plus haut.

50À l’heure satellitaire, la prévalence de la logique utilitaire, la dilution des territoires nationaux de réception dans toute la zone arabe, la bataille commerciale et culturelle à laquelle se livrent une multitude d’opérateurs de la communication rendent compte de l’émergence, non point de nouveaux acteurs, comme on a coutume de le dire, mais d’un nouvel outil : la télévision des années 1990. Elle est aux antipodes de la télévision née au lendemain des indépendances dans les pays arabes. Elle porte improprement la même appellation que la télévision de l’ère hertzienne ; elle ne délivre pas exactement les mêmes messages. « Le message, c’est le médium », Mac Luhan ne s’y était pas trompé. La télévision transnationale et la télévision hertzienne n’ont pas la même vocation et ne mobilisent pas les mêmes capitaux. Mais la télévision transfrontalière, instrument de puissance de l’État, se révèle aussi être son talon d’Achille car elle signifie également la fragilisation de son emprise sur son territoire national.

Notes

1 L’Immortalité, Paris, Gallimard, 1990, p. 137.

2 Lapierre J.W., « Système », in Sfez L. (éd.), Dictionnaire critique de la communication, t. 1, Paris, PUF, 1993, p. 215.

3 Pour une étude de cette période à travers les programmes de la télévision égyptienne, voir Guaaybess T., « De l’État-émetteur à l’émetteur-État dans le champ télévisuel égyptien », in Mermier F. (dir.), Mondialisation et Nouveaux Médias dans l’espace arabe, Paris, Maison de l’Orient et de la Méditerranée/Maisonneuve et Larose, Paris, 2003, p. 103-125.

4 Mostefaoui B., La Télévision française au Maghreb. Structures, stratégies et enjeux, Paris, L’Harmattan, 1995.

5 El-Hennawi N., « Saving Egyptian Pay-TV : CNE Fights Pirate », TBS n° 11.

6 À cela s’ajoutent, pour ceux qui peuvent payer le prix des abonnements, les chaînes cryptées.

7 Entretien avec l’auteur le 19 juin 1997.

8 Voir par exemple Al-Ahram Hebdo, 19-25 mars 1997.

9 Nile TV International diffuse quotidiennement et depuis 2002 une demi-heure de programmes en hébreu dans le but de toucher l’audience israélienne. L’objectif énoncé par les autorités est de « réduire le fossé » entre les deux pays. La concurrence d’Al-Jazeera, qui a été la première à inviter des représentants du gouvernement israélien à s’exprimer, a peut-être encouragé cette ambition.

10 Schleifer A., « Video Cairo Sat : Breaking New Ground as Usual, but this Time on Nilesat », Transnational Broadcasting Studies, n° 3, université américaine du Caire, 2e trimestre 1999. On pourra aussi se reporter au site Internet de VCS <www.videocairo.com>.

11 Hussein A., « Nilesat Research Shows Increased Penetration. », TBS, n° 11, 2003.

12 Cette émission a été réalisée juste après le tragique attentat de Louxor du 17 novembre 1997 où 56 touristes trouvèrent la mort.

13 Entretien avec l’auteur le 16 avril 1997.

14 Entretien avec l’auteur le 9 février 1997.

15 Émission hebdomadaire d’une durée de 30 minutes environ diffusée sur la première chaîne. Elle est animée par le professeur ’Ali Eddine Hillal Dessouki, doyen de la faculté de science politique à l’université du Caire.

16 Bourdieu P., Sur la télévision, Paris, Liber Editions, 1996, p. 32 et suiv.

17 Entretien avec l’auteur le 18 avril 1997. Voir aussi le journal Al-Wafd des 3, 10 et 17 avril 1997. Dans le premier article, I. D. Abâza critique l’émission ; le second est un droit de réponse de l’un des animateurs (Taha ‘Abd Al-‘Alim) ; Abâza lui répond dans le troisième.

18 Notons que les campagnes électorales des législatives ont été davantage couvertes par les médias officiels après 2000.

19 Hamdy Kandil fut immédiatement invité à poursuivre ses activités journalistiques sur d’autres chaînes satellitaires. Il déclina ces propositions selon ses propos (voir Ahram Hebdo, 6 août 2003). Quelques mois après l’arrêt de son émission sur la chaîne publique, il la reprit sur la chaîne égyptienne privée Dream TV 2, avant qu’elle soit de nouveau déprogrammée. Il œuvre aujourd’hui à Dubaï TV. Ibrahim Essa, qui animait « ’Ala l-Qahwa » (« Au café ») dut quitter Dream TV en décembre 2003 pour les mêmes raisons, il fut peu de temps après embauché par Orbit.

20 Entretien avec l’auteur le 19 juin 1997.

21 Al-Ahram Weekly, 11-17 novembre 1999.

22 Le 22 novembre 1998 à 21 h 30.

23 Le programme est diffusé quasi-quotidiennement vers 22 h 00.

24 Comme la plupart des animateurs de Nile TV selon les propos recueillis auprès du directeur de la chaîne, Hassan Hamid, le 17 novembre 1997.

25 Le 21 novembre 1998 à 21 h.

26 Voir à ce propos l’article de Teel R.L. et Friedlander S., « Debating Qadafi : Satellite TV Challenges Convention », Middle East Insight, mars-avril 1999, p. 39-73.

27 Ces hommes avaient tué une mère et ses deux jeunes enfants l’année précédente. Cet événement avait soulevé l’opinion publique et les médias avaient largement contribué à en faire un fait de société. Voir par exemple le Middle East Times du 26 avril-2 mai 1998.

28 « Je pense que la nation arabe devrait partir sur de nouvelles bases pour répondre aux exigences de notre époque. Il incombait donc à l’Égypte, avec son poids régional et dans le cadre de la mondialisation, de jouer un rôle important », Al-Ahram Hebdo, 20-26 mai 1998.

29 Al-Ahram Hebdo, 12-18 juillet 1995.

30 De Certeau M., L’Invention du quotidien, I : Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 ; Wolton D., L’Autre Mondialisation, Paris, Flammarion, 2003.

31 Juxtaposer marché et culture peut légitimement heurter certaines opinions mais il faut convenir que l’enjeu est économique et culturel quand des flux télévisuels exogènes s’imposent au mépris des souverainetés nationales.

32 Notons que la généralisation de la technique de compression numérique risque d’accentuer cet état de fait, puisqu’elle accroît une demande de production émanant des diffuseurs, à laquelle les producteurs nationaux ne pourront pas toujours répondre.

33 Hoskins C. et Mirus R., « Fictions télévisées produites aux États-Unis d’Amérique », in La Circulation internationale des programmes télévisés de fiction : importations et exportations, Études et documents d’information, n° 104, Paris, Unesco, 1992, p. 91-100.

34 Badie B., « Le jeu triangulaire », in Birnbaum P. (éd.), Sociologie des nationalismes, Paris, PUF, 1997, p. 447-462.

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search