Version classiqueVersion mobile

Télévisions arabes sur orbite

 | 
Tourya Guaaybess

Chapitre 4. La télévision publique égyptienne : histoire et politique

Texte intégral

  • 1 Pignol A., « 50 ans d’histoire de la radio et de la télévision en Égypte (1934-1984) », Bulletin d (...)

L’histoire de la radio et de la télévision en Égypte est d’abord celle d’une institution étatique.
Armand Pignol, historien1

HISTOIRE DE LA TÉLÉVISION ÉGYPTIENNE : NAISSANCE D’UN GÉANT

1Les médias égyptiens, et les talents qui ont jalonné leur histoire, qu’ils soient journalistes, chroniqueurs de radio, chanteurs ou acteurs, jouissent d’une grande notoriété. Leur attrait dans le monde arabe était tel que le dialecte cairote est devenu familier à tous les Arabes. Grâce aux productions culturelles égyptiennes qui ont le mieux réussi à franchir les frontières nationales, et avant même que les nouvelles technologies permettent une circulation transfrontalière des flux télévisuels, le label égyptien tenait une place de premier rang dans l’industrie culturelle arabe.

  • 2 À titre d’exemple, la multiplication des antennes paraboliques en France est pour partie due au fa (...)

2Et, pour affirmer une suprématie pérenne de l’Égypte sur ses rivaux, l’État égyptien s’est toujours posé en innovateur, et n’a jamais hésité à injecter d’importantes ressources dans le secteur audiovisuel. Ces « rivaux » étaient surtout et avant tout incarnés par les pays arabes. Tout État soucieux de sa souveraineté nationale peut légitimement être inquiet de la diffusion de productions exogènes sur son territoire2, d’autant que dans les pays arabes, comme dans bien des pays du Tiers-Monde, les médias étaient au service absolu des dirigeants. Mais plus que cette volonté de contrôle sur les médias, il est important de souligner que les pays arabes sont en compétition avant tout parce que leurs audiences ne sont pas aussi clairement délimitées que les territoires nationaux. La proximité linguistique et culturelle des sociétés arabes donne plus d’impact à un émetteur arabe qu’au concurrent occidental. Cette affinité dans les codes sociaux participe à ce qu’un auditeur irakien ou algérien puisse comprendre et être sensible à une chanson ou à un film égyptien ou jordanien, plus directement qu’il peut l’être à une production non arabe.

3La télévision égyptienne a aujourd’hui plus de quarante ans. Elle a été mise sur pied au moment de l’adoption par le président Gamal Abdel Nasser d’une politique socialiste marquée par une réforme agraire et par un net développement du secteur public dont les corollaires étaient, notamment, le développement d’une industrie lourde et des nationalisations massives. D’un point de vue quantitatif, la place de la télévision à cette époque est marginale par rapport à la radio mais à l’instar cette dernière, elle avait vocation à « éduquer le peuple ». Véritable appareil d’État au service d’une idéologie socialiste, le secteur télévisuel profitera de la libéralisation économique amorcée dans les années 1970 pour devenir une activité clé dans l’économie égyptienne dans le sens où elle commença à être pensée comme une entreprise lucrative. Ainsi, à partir des années 1990, le modèle de la télévision au service du développement social commence à s’écrouler. Dans le contexte du processus de libéralisation économique et politique annoncée par Moubarak, on voit grossir le volume des émissions télévisuelles, les chaînes se multiplient, l’infrastructure de l’industrie télévisuelle devient colossale, sans parler de l’avènement en Égypte des chaînes satellitaires et du lancement des satellites de télédiffusion directe.

  • 3 Nous adoptons pour la notion de « contrôle social » la définition proposée par le sociologue Jean (...)

4Même si la télévision demeure sous le contrôle étroit d’un État puissant et monolithique, l’assimilation entre les prestations offertes par la télévision et le rôle de l’État perdra progressivement de sa pertinence. La demande des spectateurs jusqu’alors occultée est une réalité qui dépend de moins en moins de l’offre des « dirigeants-émetteurs » étant donné la configuration du paysage audiovisuel régional. Le secteur télévisuel, en effet, n’a pas échappé à la mondialisation de la communication. L’élargissement des aires de diffusion, que l’on peut observer dans le paysage télévisuel arabe depuis les années 1990, place la télévision égyptienne face à un nouveau défi. Monopole d’État, elle doit désormais faire face à la concurrence des chaînes présentes dans la région, qu’elles soient publiques ou privées, arabes ou non. Pour les raisons avancées plus haut, il semble clair que la concurrence vient essentiellement des chaînes arabes puisqu’elles visent une même audience, celle de millions d’Arabes à travers le monde. Comment réagit l’État égyptien ? À travers l’histoire de la télévision, nous verrons que l’appareil médiatique s’inscrivait naturellement dans la sphère politique dans le sens où il servait à divertir, certes, mais aussi à exercer un contrôle social3, ou de tribunes pour les dirigeants politiques. Nous assistons aujourd’hui à une redéfinition de ce système bipolaire révolu où les dirigeants-émetteurs faisaient face à un public diffus de citoyens. On voit se dessiner peu à peu une structure triangulaire où la télévision prend son indépendance par rapport à l’État qui l’a engendrée, soucieuse désormais des attentes des récepteurs.

5Pour comprendre ce processus dans le cas égyptien, il est nécessaire de l’appréhender dans sa dimension historique.

La naissance de la télévision sous Nasser

6À la fin des années 1950, la télévision égyptienne émergea dans le sillage d’une presse, d’une histoire cinématographique et d’un dispositif radiophonique particulièrement prestigieux. L’Irak et l’Algérie en 1956, puis le Liban en 1959 avaient déjà mis en place leurs télévisions nationales. Cependant, si des projets avaient bien été mis à l’étude, ils furent reportés en raison de l’offensive en 1955 de l’armée israélienne sur le territoire de Gaza, alors sous contrôle égyptien. Un an plus tard, l’occupation du canal de Suez par les troupes anglaises et françaises, qui ripostaient à sa nationalisation par Gamal Abdel Nasser, ralentit encore sa création.

  • 4 En 1958, la Syrie et l’Égypte s’unissent pour former un seul État : la République arabe unie. Cett (...)
  • 5 Haroutourian M.R., Impact of the Relationship between Government and Religion on Egyptian Media Co (...)

7On dit de Nasser qu’il a su tirer avantage de la guerre froide tant il est vrai que l’histoire de la vie politique égyptienne – et donc de la télévision puisqu’elle est alors un instrument au service du politique – est marquée par les relations qu’entretenait l’Égypte avec les deux grandes puissances. En ce qui concerne la mise sur pied de la télévision, Nasser se tourna vers une société américaine qui prit en charge le projet à partir de 1959. En effet, parmi les projets proposés, la République arabe unie4 sélectionna celui de la RCA – Radio Corporation of America – qui devait pourvoir l’Égypte et la Syrie d’un service complet de télévision. Plusieurs compagnies avaient présenté leur projet, on avait d’ailleurs opté dans un premier temps pour la compagnie japonaise NEC mais la situation économique de l’Égypte était telle que le gouvernement dut revenir sur son choix du fait d’une pénurie de devises. Le contrat alla donc à la RCA qui proposait un prêt remboursable sur trente ans, payable en monnaie égyptienne, selon les taux en vigueur au moment de la signature du contrat. À l’époque, cette compagnie était peut-être aussi la seule qui pouvait fournir les équipements et le service après vente sans recourir à des sociétés de sous-traitance, tout en justifiant d’une expérience et d’un personnel de techniciens capables d’assumer la mise en place d’un système complet de télévision. Le contrat prévoyait également la création d’une dizaine de studios et de quelques plateaux pour les nouvelles et les interviews, de même qu’un certain nombre d’unités mobiles destinées aux événements sportifs, aux discours politiques et autres événements en extérieur5.

8On décida d’emblée que trois chaînes seraient proposées au public égyptien. Elles n’offraient pas, comme nous le verrons, le même type de programmation mais étaient plutôt conçues pour une audience différenciée. Le « programme principal » (Canal 5), une chaîne généraliste, grand public, proposerait des émissions de divertissement, des programmes d’information et se destinerait à la diffusion de programmes en faveur de l’éducation des masses et du développement social, notions très en vogue à l’époque qui suivit les indépendances – a fortiori sous Nasser dont on connaît les revendications tiers-mondistes. La deuxième chaîne (canal 9) viserait les zones urbaines et une audience cultivée. Enfin, la troisième chaîne (canal 7) proposerait surtout des programmes en français et en anglais. La première chaîne vit le jour le 21 juillet 1960 et diffusait trois heures d’émissions par jour, la deuxième chaîne naquit un an plus tard et la troisième chaîne le 13 octobre 1962.

  • 6 Boyd D., op. cit. p. 27. 7.

9Très rapidement, le gouvernement lança la construction de l’immeuble de la télévision. L’architecte de cet édifice situé sur les rives du Nil, place Maspero, reprit scrupuleusement les plans de la Maison de la Radio à Paris. Mais on n’attendit pas l’aboutissement des travaux du gigantesque immeuble pour inaugurer la première station de télévision égyptienne. Les premiers programmes devaient être diffusés à la date symbolique du 8e anniversaire de la Révolution. De fait, les premières images de la télévision égyptienne furent diffusées le 21 juillet 1960, anniversaire de la Révolution mais aussi date de création de l’Assemblée de la Nation, aujourd’hui Assemblée du Peuple ou majlis ach-cha’b. Le programme de la toute première heure, relate Armand Pignol, « ne laisse aucun doute sur les intentions de ceux qui les ont inspirées (lecture du Coran, discours de Nasser à l’occasion de l’ouverture de l’Assemblée nationale, hymne national, bulletin d’information, le tout clôturé par une nouvelle lecture du Coran)6 ». Les premiers studios furent, en attendant la fin des travaux, installés dans d’autres locaux au centre du Caire.

  • 7 Ibid., p. 39.

10Dès son commencement, la télévision égyptienne pouvait produire et diffuser ses émissions grâce aux nombreux professionnels égyptiens issus du cinéma et de la radio. Le « programme principal » fut le premier à être étendu à travers tout le pays grâce à des émetteurs disposés le long du Nil, dont le premier est à Alexandrie. La construction de stations de basses fréquences était coordonnée par l’Autorité des Télécommunications et par la Compagnie égyptienne des chemins de fer7. À la fin des années 1970, les chaînes nationales étaient techniquement disponibles pour quasiment l’ensemble de la population grâce à la chaîne de transmetteurs le long du Nil : en effet, la population égyptienne est concentrée sur les rives fertiles, le long de la vallée du Nil, ce qui facilite la mise en place de ces relais.

  • 8 Les travaux empiriques de Kamal El Menoufi dans plusieurs villages sont très instructifs à ce suje (...)
  • 9 El-Shal E., La Responsabilité sociale de la télévision dans un pays en développement : l’Égypte, t (...)

11Pour autant, la télévision n’est pas accessible à tous. Les estimations de l’Unesco font état de 57 000 postes de télévision en 1961. Plusieurs obstacles ont freiné l’expansion du parc de téléviseurs à ses débuts. D’abord, l’infrastructure était insuffisante : tous les relais n’étaient pas encore en place au moment du démarrage de la télévision, et certaines zones n’étaient pas encore électrifiées. Les premières villes desservies furent Le Caire et Alexandrie, les autres régions furent équipées plus tardivement. Une autre entrave à l’expansion du parc des téléviseurs est le coût de l’équipement. Il faut rappeler que la télévision était l’apanage d’une petite élite économique et que le transistor commençait à peine à se démocratiser dans les campagnes égyptiennes. Un frein supplémentaire était l’appréhension que la télévision pouvait susciter auprès de certaines populations8. Les travaux menés sur cette question démontrent généralement que le degré de compréhension et de perception de la télévision par les récepteurs est fonction de leur familiarité avec le média et de leur niveau d’éducation. D’ailleurs, sous Nasser, les autorités pariaient davantage sur la radio – et particulièrement sur le transistor qu’on pouvait transporter dans les usines et dans les champs – même si on introduisit la télévision dans les centres culturels, quelques années après la radio. Ces centres affectés dans les villages faisaient partie de la politique de développement propre à cette époque. Le ministère de la Santé participait à ce projet pour sensibiliser les populations à certains problèmes de santé et inculquer les mesures d’hygiène élémentaires à respecter9. Aujourd’hui encore, on peut voir des communiqués télévisés où sont dispensés des conseils destinés, par exemple, à limiter les risques d’infection par la bilharziose.

  • 10 Quand on demanda à Youssef Chahine en 1987 de combien de studios il disposait, il corrigea « Vous (...)
  • 11 La radio est un média « chaud », selon la terminologie de Mac Luhan, qui implique complètement l’a (...)
  • 12 Boyd D. A., « The Development of Egypt’s Voice of the Arabs », in Brown D. (éd.), Issues in Intern (...)

12En 1960, Nasser avait entrepris de nationaliser le cinéma, la presse et la radio. Cette centralisation ne fut pas profitable à l’industrie cinématographique égyptienne qui, depuis les années 1920, s’était épanouie sous le régime privé. Alors qu’elle représentait la deuxième source de revenu national en 1950, elle est, depuis les années 1970, traversée par une grande crise pour plusieurs raisons : vétusté des studios de production10, gestion administrative de l’infrastructure cinématographique par l’État, et donc perte d’autonomie des producteurs, problèmes liés à la distribution des films et, last but not least, concurrence de la télévision et de la vidéo. La radio au contraire connut ses heures de gloire en accompagnant les prises de position de Nasser, dont la personnalité seyait très bien à ce média bien particulier11. Il sut si bien se servir de la radio pour diffuser sa doctrine tiers-mondiste et panarabe qu’il fut vite considéré comme le Za’im, le leader, pour les millions d’Arabes qui l’écoutaient à travers la région, de l’Orient arabe jusqu’au Maghreb. Même après l’introduction de la télévision, la radio gardera sa suprématie, plus particulièrement la station Sawt Al-’Arab, « La Voix des Arabes », qui jouissait d’un succès inégalé dans le monde arabe. Cette station a une place de choix dans l’histoire contemporaine du monde arabe par le rôle idéologico-politique qu’on lui a attribué et par la passion qu’elle suscitait auprès de ses auditeurs. Créée en 1953, à l’heure du nationalisme arabe, elle se fit le porte-parole de toutes les causes, celle du Maroc lors de la déposition par le gouvernement français du roi Mohammed V, celle de l’Égypte en 1956, de l’Algérie pendant la guerre d’indépendance, de la Palestine12.

13Potentiellement prometteuse, la télévision égyptienne naît à l’ombre de l’État : publique, centralisée, elle a pour mission manifeste « d’éduquer le peuple » – la télévision est alors sous l’égide du ministère de la Culture et de l’Orientation nationale. L’État cumule d’emblée le monopole de réception et le monopole de diffusion de ses émissions. Nous avons mentionné la présence de professionnels du cinéma à la télévision ; c’est peut-être de là que naît cette culture télévisuelle. Il n’y a pas en Égypte de clivage réel entre un cinéma noble et une télévision populaire. Bien des réalisateurs, scénaristes, acteurs travaillaient et travaillent encore dans les deux champs en toute quiétude, participant ainsi au succès des productions télévisuelles égyptiennes.

  • 13 Pignol A., art. cit., p. 30-31.

14Véritable appareil d’État, la télévision doit, de l’avis des dirigeants, servir à faire la promotion des réformes de la révolution et participer à la naissance d’une nouvelle nation plus égalitaire que l’éducation devait promouvoir. Sous l’égide conjointe du ministère de l’Éducation et de l’Unesco, la télévision scolaire fait son apparition en 1961 pour réduire le taux d’analphabétisme des adultes – les résultats de cette action furent d’ailleurs médiocres. En outre, des programmes télévisés soutiennent dès 1965 l’action des associations de planning familial, qui existaient en Égypte depuis 194513.

  • 14 La MENA a été créée en 1956 par un groupe de maisons d’édition de journaux cairotes, à la suite de (...)

15Les émissions sont globalement marquées par les messages post-révolutionnaires : la télévision appartient au peuple, sa mission pédagogique est claire et s’inscrit tout à fait dans la politique socialiste nassérienne. Derrière cette politique affichée, se profile la volonté de l’État d’imposer sa voix. Les journaux télévisés traduisent particulièrement bien cet esprit où les mesures politiques et les processions de personnalités politiques défilent sur l’écran en noir et blanc comme une litanie. Les informations sont d’ailleurs très régulières et diffusées sur toutes les chaînes. Plus tard, seront diffusées les informations en anglais et en français sur la troisième chaîne. En 1962, l’État avait nationalisé une agence de presse, la MENA ou Middle East News Agency14. Les professionnels de la télévision y puisaient leur matériau et se chargeaient de l’ordonnancement des informations radiodiffusées ou télévisées. Ordonnancement que l’on retrouve dans les autres télévisions arabes et qui, bien que bousculé par la transnationalisation des flux télévisuels ces dernières années, ne s’est pas véritablement modifié. En général, se succèdent dans l’ordre les nouvelles relatives aux actions du chef de l’État et sa famille, puis celles concernant le gouvernement selon un ordre protocolaire précis ; viennent ensuite les nouvelles des pays arabes amis – les pays ennemis ne sont pas mentionnés –, puis de la scène internationale ; on termine par l’actualité sociale et le sport. Est-il besoin de préciser que le journal télévisé soigneusement préparé et étroitement encadré était le seul programme, avec les grandes rencontres sportives, à être diffusé en direct ?

  • 15 Najar R. « Dans les pays arabes », in Les Télévisions du monde, Paris, Unesco, 1983, p. 320-326.
  • 16 Boyd, Broadcasting in the Arab World, op. cit., p. 40.

16Dans les années 1960, les productions sont de qualité encore médiocre. Les quelques émissions exportées sont fournies à titre gracieux aux autres pays arabes15. Peu à peu, l’extension du parc des téléviseurs dans les pays arabes favorisa l’exportation des premiers feuilletons. Le film en noir et blanc, peu coûteux, était alors expédié aux autres stations de télévision arabes, en Arabie saoudite en particulier16.

17La guerre des Six-Jours portera le coup de grâce au panarabisme conduit par Nasser. En juin 1967, les Israéliens envahissent le Sinaï et l’armée de l’air égyptienne fut rapidement vaincue. La fermeture du canal de Suez consécutive au combat priva l’Égypte de sa principale source de devises. La déception causée par cette défaite fut d’autant plus grande que la propagande médiatique menée, avant et pendant le conflit, par la radio « La Voix des Arabes » et par son chroniqueur vedette Ahmad Sa’id était mensongère ; la radio avait en effet fait miroiter jusqu’à la fin des hostilités la victoire de l’armée égyptienne. Le président Nasser, dans un célèbre discours télévisé retransmis à la radio, présenta sa démission en signe d’affliction mais les Égyptiens envahirent les rues pour l’enjoindre de garder la présidence. Cet épisode est remarquable d’un double point de vue : d’une part il discrédite totalement les médias arabes (c’est surtout la radio et tout spécialement « La Voix des Arabes » qui était en cause), mais en même temps le peuple égyptien continue à manifester son soutien au président, le dissociant ainsi des mystifications propagées par le média.

18Immédiatement après la guerre, le volume des émissions anglo-saxonnes à la télévision fut réduit et la troisième chaîne qui les diffusait supprimée. Cette situation rappelle s’il est besoin que la télévision, porte-voix de l’État, est tributaire dans une certaine mesure des événements qui jalonnent la politique extérieure. L’Égypte tourna le dos aux Américains et aux Britanniques pour renforcer ses relations diplomatiques avec l’Union soviétique. Le volet culturel des accords égypto-soviétiques fut visible à la télévision, notamment à travers l’augmentation substantielle du volume des programmes produits en URSS et en Europe de l’Est.

Sadate ou les promesses de la télévision égyptienne

  • 17 Goldschmidt A., Modern Egypt, the Formation of a Nation-State, Le Caire, université américaine du (...)

19La politique socialiste de Nasser ne lui survécut pas. Peu après son accession au pouvoir, Anouar Al-Sadate renvoya en mai 1971 les personnalités politiques de la gauche nassérienne « suppôts » de l’Union soviétique, selon lui. Cette « révolution correctrice » (thawrat al-taslîh) fut suivie un an plus tard du refroidissement des relations égypto-soviétiques illustré, le 17 juillet 1972, par le renvoi des forces militaires soviétiques, soit près de 20 000 conseillers militaires, qui symbolisera une nouvelle orientation politique17.

20Le nouveau président Sadate fait des apparitions et des discours réguliers à la télévision, la privilégiant à la radio contrairement à son prédécesseur. Pour lui, la télévision devait afficher le changement en matière de politique internationale. Ainsi, quand les relations diplomatiques reprirent avec les États-Unis de Nixon, le volume des émissions importées des États-Unis augmenta.

  • 18 El Emary N., « L’industrie du feuilleton télévisé égyptien à l’ère des télévisions transfrontières (...)

21Après une période économique très difficile pour le secteur télévisuel, la vente de programmes aux autres pays arabes, dont l’Arabie saoudite avec qui les relations s’étaient rétablies, permit à la télévision égyptienne d’obtenir les fonds nécessaires au renouvellement de son équipement devenu obsolète. Enfin, le feuilleton fit ses premières armes et connut un succès grandissant dans la région. Les années 1970 consacrèrent la régionalisation de la demande des productions télévisuelles égyptiennes18 et furent témoins de l’apparition de la télévision couleur en Égypte.

22En effet, en 1974 la décision fut prise de convertir les services de production et de diffusion en couleur au système français SECAM. La télévision égyptienne adopta ce système trois ans plus tard. Graduellement, les productions locales furent en couleur. Cette stratégie d’action des autorités égyptiennes, désireuses d’afficher un esprit moderne et de s’approprier, sans attendre, les dernières innovations techniques dans ce secteur spécifique, est récurrente dans l’histoire du média. Les investissements affectés à l’organisme de télévision et les dispositifs techniques corollaires ont été, de tout temps, très conséquents pour un pays comme l’Égypte.

  • 19 Varis T., La Circulation internationale des émissions de télévision, Études et documents d’informa (...)
  • 20 Najar R., art. cit.

23Les feuilletons égyptiens sont déjà très demandés à l’extérieur, dans les pays du Golfe notamment, et la télévision en couleur, qui se généralise dans la région, dope encore la demande. Après 1974, les programmes britanniques et américains furent réhabilités et leur volume à la télévision ira sans cesse croissant. En 1973, l’Égypte importe 41 % de ses programmes, les productions américaines représentent alors 54,5 % de ces importations19. En 1978, les programmes made in USA constitueront 97,3 % des programmes importés20.

  • 21 Waterbury J., The Egypt of Nasser and Sadat, Princeton, Princeton University Press, 1983, p. 175.
  • 22 On note que pour la seule année 1978, 340 000 télévisions ont été importées en Égypte, ibid., p. 1 (...)
  • 23 Korany B., « The Dialectics of inter-Arab Relations 1967-1987 », in Lukacs Y. et Battah A. (éds), (...)

24Sadate avait définitivement rompu avec le « socialisme arabe » de Nasser en adoptant le modèle de « l’infitah », politique économique d’ouverture vers l’extérieur, destinée à attirer les flux d’investissement étrangers. L’une des priorités de l’infitah était en effet – via des joint-ventures avec des entreprises étrangères – l’extension du secteur privé dans l’activité économique. Les foyers égyptiens commencent d’ailleurs à s’équiper puisque l’on enregistre environ 530 000 téléviseurs en 1975. Plusieurs paramètres contribuent à l’accroissement du parc des téléviseurs en Égypte. D’une part, le revenu moyen des populations urbaines de classes moyennes et supérieures s’accroît considérablement compte tenu des activités spéculatives de certains qui profitent des opportunités offertes par les prémisses de l’économie de marché21. D’autre part, la conjoncture économique favorise l’importation massive de biens de consommation, dont les postes de télévision22. À cela s’ajoutent les revenus élevés des familles dont les membres travaillaient dans les pays du Golfe. L’Égypte était, il faut dire, le principal exportateur de main-d’œuvre de la zone arabe ; rappelons que les transferts des travailleurs égyptiens émigrés constituent l’une des quatre principales sources « rentières » de devises du pays23. D’ailleurs, les travailleurs, bien souvent, revenaient avec des téléviseurs dans leurs bagages.

25L’accroissement de la demande des pays pétroliers du Golfe après 1973 participe à faire prospérer les productions télévisuelles égyptiennes destinées à l’exportation. Les recettes de l’URTE proviennent essentiellement des revenus publicitaires, des ventes de programmes ainsi que d’une certaine forme de redevance qui est une contribution indirecte prélevée automatiquement sur la facture mensuelle d’électricité, proportionnelle à la consommation d’énergie.

  • 24 Ibid., p. 45.

26Si la publicité a toujours été permise à la télévision égyptienne, avant 1974, Boyd rappelle qu’elle vantait les produits, souvent de première nécessité, de l’industrie publique égyptienne. Plus tard, s’y ajoutèrent des spots pour des produits de luxe comme les climatiseurs, l’électroménager, les cosmétiques, les cigarettes américaines ou européennes (plus tard interdites à la télévision), des voitures japonaises et américaines, etc.24. Le temps consacré à la publicité augmente sans cesse à la télévision, encore aujourd’hui, au détriment des autres supports. Les « pages » de publicité peuvent actuellement se prolonger jusqu’à une demi-heure, et elles sont souvent habilement glissées entre le générique du feuilleton à succès et le commencement effectif du nouvel épisode. Le prix d’une minute d’antenne n’est pas le même selon que la publicité vante un produit local ou un produit importé. Le tarif pour les produits locaux, évalué en monnaie nationale, est inférieur au tarif, évalué en dollar américain, applicable pour les produits importés.

27Les recettes provenant de l’exportation des productions télévisées demeurent toutefois la principale source de revenu de l’organisme de télévision égyptien. Ce dernier est de loin le principal fournisseur de productions culturelles arabes dans la région (les productions américaines défiant globalement toute concurrence).

  • 25 Le terme musalsal (musalsalat au pluriel) fait référence à une chaîne, à une série. Il s’applique (...)
  • 26 EL-Emary N., art. cit.

28La solvabilité des pays du Golfe et l’augmentation de la demande régionale donna l’occasion à des opérateurs privés, détenteurs de pétrodollars, d’employer des talents égyptiens – qui souvent travaillaient aussi pour la télévision publique égyptienne –, de louer les studios de production en Égypte afin de produire des séries télévisées, les musalsalat25. Celles-ci étaient destinées à l’exportation, puisque l’État égyptien, jaloux de son monopole sur la production locale, n’autorisait aucune concurrence sur son territoire de diffusion et refusait donc de les acheter. Cette pratique, bien sûr, a conduit à une compétition directe entre les producteurs privés et l’URTE, comme le développe très bien Nagla El-Emary26. Ainsi, dans la première moitié des années 1970, les autorités égyptiennes se mirent à contrôler étroitement la location des studios égyptiens par les producteurs privés. Cela provoquera l’émigration de quelques producteurs qui choisirent de travailler à l’étranger où les frais de production étaient d’ailleurs plus intéressants ; en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Grèce, en Tunisie, en Jordanie, au Bahreïn, aux Émirats arabes unis, à Doubaï. Ils furent suivis par les professionnels égyptiens qui s’affranchissaient d’une fiscalité très lourde tout en étant mieux rétribués. Subséquemment, les producteurs indépendants vendirent leurs productions directement aux organismes de télévision arabes.

  • 27 URTE, Bilan annuel, 1994/1995 (en arabe).

29Afin d’être plus compétitif sur le marché régional, l’État encouragea la production privée. De plus, il décentralisa son dispositif télévisuel en établissant, le 11 mai 1977, une société de production, la Voice of Cairo, gérée de façon autonome27. Ces actions permirent aux productions égyptiennes de soutenir la concurrence des producteurs indépendants.

  • 28 El-Emary N., art. cit., p. 253.

30En 1979, Sadate signa le traité de paix avec Israël à Camp David. De nombreux professionnels de la télévision égyptienne émigrèrent pour marquer leur désapprobation. La Ligue arabe représentée en matière audiovisuelle par l’Arab States Broadcasting Union (ASBU) alors située au Caire fut transférée à Tunis. Les pays arabes boycottèrent les productions de la télévision égyptienne, ce qui était d’autant plus facile que les films de facture égyptienne étaient produits pour beaucoup à l’étranger avec des capitaux privés. Cette situation donna lieu à une surproduction de programmes qui profita à la demande et aux détenteurs de capitaux, à l’instar des banques islamiques28. L’ironie de cette situation est que la télévision égyptienne finit par importer des programmes produits par ses anciens employés.

L’expansion du réseau à l’heure de la globalisation

31La décennie 1980 commence par l’assassinat du président Anouar Al-Sadate en octobre 1981, puis par la levée du boycott auquel l’Égypte était soumise. Le nouveau chef de l’État, Hosni Moubarak, jusqu’alors vice-président, n’opéra pas de changements politiques majeurs mais il renforça la libéralisation économique amorcée par Sadate.

32Au niveau structurel, l’organisme de télévision ne connaît pas de grands bouleversements. En revanche, sur le plan matériel, l’infrastructure télévisuelle s’est considérablement enrichie. La constante demande des publics arabophones soutient l’industrie télévisuelle égyptienne, d’autant plus que la guerre civile au Liban qui avait commencé en 1975 écarte son concurrent le plus menaçant. Les Jordaniens et les Syriens exportent leurs productions mais sans vraiment rivaliser avec l’Égypte. Ainsi, l’Égypte, comme d’autres pôles régionaux tel le Brésil et l’Inde, demeure « l’Hollywood du monde arabe », concurrencée seulement… par les États-Unis. En effet, il est à noter que si la part des programmes américains est importante dans la programmation nationale, les productions arabes extra-nationales ne sont quasiment jamais programmées. Le protectionnisme de la part des autorités égyptiennes est d’autant plus étonnant que les productions égyptiennes sont massivement exportées vers les pays arabes

33Deux facteurs contribuèrent à la maturation et à l’expansion de la télévision égyptienne. D’abord, la multiplication des chaînes : la troisième chaîne fut restaurée en 1985, d’autres chaînes seront introduites, régionales et internationales, câblées et satellitaires. À cela s’ajoute le renforcement très sensible du dispositif technique : on entreprend la construction de la cité de production Media City et le satellite Nilesat 102 est lancé en 2000, deux ans après Nilesat 101.

LE LANCEMENT DES MÉGA-PROJETS OU L’ÉQUIPEMENT HORS NORMES DE L’URTE

  • 29 Selon les estimations officielles, les employés permanents de l’URTE étaient en 1994 au nombre 22  (...)

34L’URTE est le centre nerveux de toute une infrastructure audiovisuelle29 hors norme pour l’économie égyptienne. Les studios de production, les satellites de télédiffusion servent à accueillir les diverses chaînes égyptiennes qui se multiplient depuis plus de dix ans. Les gouvernements égyptiens successifs, comme nous avons pu le voir, n’ont cessé d’enrichir le secteur audiovisuel, la télévision tout particulièrement, montrant ainsi l’importance qu’ils accordent à ce média. Il est vrai que la télévision est une source de revenus non négligeable et qu’elle participe, plus que tout autre média, à la construction et à la diffusion de l’image de la Nation. La constante modernisation et les innovations apportées à ce secteur sont devenues cruciales à un moment où la centralité culturelle et médiatique de l’Égypte dans l’espace régional est menacée par d’autres opérateurs en expansion.

Les chaînes hertziennes (UHF) nationales et régionales

35L’Égypte n’a pas moins de huit chaînes hertziennes depuis 1995. Parmi ces chaînes, deux sont nationales et les autres sont régionales. Les premières ont été créées au seuil des années 1960 tandis que les chaînes régionales ont été mises en place récemment, entre 1985 et 1995. L’adjonction des chaînes régionales correspond à un souci de décentralisation de la part des autorités. La vocation de ces chaînes est de proposer des programmes adaptés aux populations des différentes provinces égyptiennes. Il est important de souligner que la multiplication des chaînes régionales coïncide avec celle des chaînes satellitaires. La concomitance de ces deux mouvements antagoniques en apparence appelle deux observations. Parallèlement à l’ouverture et à l’internationalisation de territoires de réception, se mettent en place des territoires de réception locaux. D’autre part, la régionalisation des chaînes télévisuelles montre le souci constant de l’État de fidéliser son public en Égypte, en lui proposant ce qu’on peut appeler des émissions de proximité.

Les chaînes nationales

36Créée en 1960, la première chaîne, que l’on a coutume d’appeler le programme principal, diffuse ses programmes dans toute l’Égypte. C’est une chaîne « grand public », généraliste, essentielle pour l’URTE puisqu’elle a le taux d’audience le plus élevé. La première chaîne ne propose que des émissions égyptiennes et en langue arabe. Les principales émissions politiques, économiques ou culturelles sont diffusées sur cette chaîne. C’est la chaîne égyptienne par excellence, la vitrine du pays : celle dont l’URTE a choisi de rediffuser les programmes (75 % du volume total en 1998) sur sa première chaîne satellitaire ESC1 (Egyptian Satellite Channel).

37La deuxième chaîne est moins généraliste que la première car elle a une vocation culturelle et la particularité de proposer beaucoup de programmes importés. Il est vrai que les émissions culturelles occupent 10 % du temps d’antenne, même si ces rendez-vous sont souvent programmés aux tranches horaires les plus creuses. Les émissions de divertissement sont largement dominantes, parmi lesquelles les fictions ont une place non négligeable. La proportion des émissions étrangères, essentiellement américaines, représentent une part importante du volume total de ses programmes. Il s’agit le plus souvent de fictions, de programmes musicaux et d’émissions de variétés. En comparaison, les programmes français ont la portion congrue, ils occupent la deuxième partie de soirée du mardi. Cette soirée thématique qui commence aux environs de 23 heures s’intitule « Le panorama français », elle démarre par l’extrait d’une émission de variétés, en général surannée (« Champs-Élysées », « Dimanche Martin », « L’école des fans », en 1998) et s’achève sur un film ou un téléfilm français. S’ils sont sous-titrés en arabe, les programmes étrangers ne sont en revanche pas doublés, ce qui revient à dire qu’il est préférable de savoir et de pouvoir lire pour suivre les programmes de la chaîne.

Les chaînes régionales

38La régionalisation des chaînes traduit la volonté de l’État de toucher toutes les populations. Outre la détermination qu’il a de diffuser un discours propre et d’exercer son pouvoir à travers le média, l’État est désormais aussi dans une stratégie de séduction auprès d’un public volatil puisque, comme nous l’avons vu, d’autres chaînes sont venues envahir le territoire égyptien via les satellites de télédiffusion directe. En effet, depuis la guerre du Golfe, la régionalisation, non plus des productions mais des flux télévisuels eux-mêmes, participe à la multiplication des canaux de diffusion en Égypte.

39La télévision reste un instrument de la politique sociale du gouvernement dans la lignée, semble-t-il, des travaux de Lerner ou de Schramm dont la validité empirique a pourtant été remise en cause dans les décennies suivantes. Ainsi, malgré les grands projets de modernisation du dispositif télévisuel, l’Égypte demeure un pays du Tiers-Monde où, d’après les estimations de l’Unesco, le taux d’analphabétisme des adultes atteint de 44,4 % en 2004. Les chaînes régionales ont donc pour vocation de promouvoir le planning familial, de donner des conseils pratiques aux agriculteurs, d’informer les populations sur les questions liées à la santé, à l’hygiène, au droit, etc. Elles se veulent adaptées aux conditions sociales d’un public local, spécifique. Ainsi les informations, les diverses émissions de divertissement, culturelles ou de développement ciblent le public d’une région, tout en restant fidèles aux objectifs de la politique audiovisuelle nationale. Les émissions locales sont souvent, il faut dire, constituées d’interviews de personnalités locales, de notables ou de micro-trottoirs.

  • 30 Soit Gharbiya, Manûfiyya, Daqhliyya, Kafr Al-Cheikh et Damiette.

40La troisième chaîne, supprimée en 1967, est réhabilitée en octobre 1985 pour couvrir la zone du grand Caire et les gouvernorats limitrophes soit près de 15 millions d’habitants. La quatrième chaîne, mise en place en octobre 1998, vise la région du canal de Suez (gouvernorats de Isma’iliya, de Suez et de Port Saïd). La cinquième chaîne fut mise en service en octobre 1990. Elle couvre le littoral nord de l’Égypte, soit les provinces d’Alexandrie et de Baharîya. La sixième chaîne couvre les cinq provinces du Delta30 depuis le 29 mai 1993. Là encore, les programmes de distraction sont en première position, mais les informations ont un espace d’antenne relatif impressionnant avoisinant un cinquième du volume total. La part importante des émissions ciblées par catégorie socioculturelle (environ 13 % en 1998) s’explique par la diffusion de nombreux programmes destinés aux agriculteurs, la région du Delta étant essentiellement agricole.

  • 31 Beni Suef, Minieh, Fayoum et Assiout.
  • 32 Souag, Qina, Assouan.

41On inaugura la septième chaîne le 29 mai 1993 pour couvrir les provinces de la Moyenne-Égypte31. La huitième chaîne fut mise en service le 6 octobre 1995 pour les provinces de la Haute-Égypte32. Dans le cadre de certains programmes, la langue régionale, nubienne, est employée, mais de façon marginale.

  • 33 URTE, Bilan annuel, 1997 (en arabe).

42Toutes les chaînes régionales sont reçues dans la zone du grand Caire et les gouvernorats de Guizeh et de Kouloubieh. Leur volume d’émission quotidien, oscillant entre neuf heures et plus de dix-huit heures à la fin des années 199033, paraît important. En fait, les programmes des chaînes régionales ne sont pas toujours des exclusivités locales, il s’agit souvent de rediffusions des programmes des chaînes nationales.

Les chaînes régionales égyptiennes (UHF ou hertziennes)

Les chaînes régionales égyptiennes (UHF ou hertziennes)

L’avènement des chaînes satellitaires

  • 34 Ces heures se distribuent comme suit : 100 en décembre 1990, 200 en janvier 1991, 224 en février 1 (...)

43C’est à partir de la décennie 1990 que le champ télévisuel égyptien subira une véritable mutation ; les logiques lourdes qui structurent son évolution sont commandées par un environnement changeant et de plus en plus étendu. Les frontières terrestres ne faisant plus sens du fait des nouvelles technologies, l’organisme de télévision doit déployer des stratégies d’action adaptées à un espace audiovisuel extra-national et sur son propre territoire. La dialectique espace local/espace régional est constante. On connaît le rôle déclencheur de la chaîne américaine CNNI (Cable News Network International) qui, en habituant les téléspectateurs à un genre télévisuel inédit, a été, pendant le conflit, l’un des facteurs majeurs de la multiplication en Égypte des antennes paraboliques. À cette époque, les médias égyptiens, comme d’autres – l’Arabie saoudite par exemple –, étaient devenus tributaires de CNN en matière d’information. Au plus fort de la guerre du Golfe, l’URTE rediffuse les émissions offertes par CNN, soit près de 800 heures entre décembre 1990 et mars 199134. Ces programmes au label américain révèlent à l’audience un type d’information nouveau en Égypte, qui ne contraste que trop avec celui de l’URTE. Paradoxalement, les autorités égyptiennes ne seront pas prises de court par le succès de la chaîne américaine puisque avant ces événements CNNI et l’URTE avaient signé un accord en faveur de l’introduction de CNE ou Cable News Egypt sur le réseau hertzien, il en sera question plus loin.

  • 35 El-Shal E., Qanawât al-tilifizion al-fadâ’iya fi-l-‘alam al-thâlith [Les chaînes de télévision sat (...)

44Les débordements hertziens avaient permis à l’Arabie saoudite, à la Jordanie, au Liban et à Israël de recevoir les chaînes égyptiennes depuis les années 1970 mais la diffusion par satellite offre l’opportunité à l’Égypte de diffuser avec plus d’assiduité ses émissions télévisuelles à l’étranger. L’Égypte commença à déverser via le satellite Arabsat les programmes de la première chaîne35. En effet, l’URTE introduisit l’Egyptian Satellite Channel en décembre 1990 lors de la crise du Golfe pour les troupes égyptiennes campées à Hafre Al-Baten en Arabie saoudite. Après la guerre du Golfe de 1991, la télévision égyptienne se substitue, grâce au satellite, à la télévision du Koweït, le temps que ses services détruits par les bombardements soient restaurés. Depuis, la chaîne est disponible pour tout usager muni d’une antenne parabolique. Née au départ sans volonté expresse de s’imposer sur le marché régional, l’ESC connaît un tel succès que de plus en plus d’émissions sont produites en exclusivité pour cette seule chaîne.

45Les chaînes égyptiennes sur satellite sont gérées par un secteur spécifique qui répond davantage à des principes rationnels d’efficacité que les autres secteurs.

Egyptian Satellite Channel (ESC1) :

  • 36 Ibid.

46ESC1 est une chaîne généraliste qui propose essentiellement des programmes de divertissement, comme des émissions de variétés, des séries télévisées ou des rencontres sportives, mais aussi des bulletins d’information réguliers. Elle a été diffusée pour la première fois le 12 décembre 1990 en tant que chaîne « d’appoint » pendant la crise du Golfe. Depuis, ESC1 diffuse ses programmes en continu et rivalise avec les plus grandes chaînes de la région arabe. Ses programmes étaient surtout des rediffusions des chaînes hertziennes36 : ceux de la première chaîne hertzienne essentiellement et plus rarement ceux de la deuxième chaîne et des chaînes régionales. Aujourd’hui, l’ESC a un programme propre.

Nile TV International

47Il semble bien qu’avec des chaînes comme Nile TV, l’Égypte se mette à l’heure de la mondialisation. Cette chaîne emploie un personnel jeune issu de l’université du Caire, comme les autres chaînes, mais aussi et surtout de l’université américaine. Deux cents personnes environ en 1998 sont employées par la chaîne, ce qui est infime comparé aux autres chaînes de l’URTE. Comme son appellation anglaise le laisse peut-être entendre, il s’agit d’une chaîne « moderne » inspirée des standards internationalement codifiés et que l’on peut regarder indifféremment au Caire ou en France sans avoir le sentiment d’être complètement immergé dans une culture particulière. Les journaux télévisés y sont techniquement bien présentés ; les journalistes et animateurs sont – au moins – bilingues, professionnels, jeunes, charmants et élégants si l’on s’en tient aux normes occidentales ; les sujets de société sont traités avec une relative liberté. Des émissions politiques et économiques, parfois en direct avec des interventions de l’audience et la participation d’éminentes personnalités, enrichissent la grille des programmes. Finalement, on a l’impression en regardant cette télévision-là qu’elle est issue d’une société libérale, moderne et riche.

  • 37 Entretien avec l’auteur, le 17 novembre 1997.

48Nile TV fit ses premiers pas dans le cadre d’une période d’essai le 6 octobre 1993 avec 2 heures d’émission quotidiennes, pour débuter officiellement le 31 mai 1994 avec une moyenne journalière de 4 heures. Elle diffuse aujourd’hui 16 heures quotidiennes de programmes, sur le réseau hertzien mais aussi sur le satellite. Elle couvre ainsi le monde arabe de l’Afrique du Nord à la péninsule arabique, les États-Unis et l’Europe. Destinée à un public de non arabophones désireux de connaître l’Égypte, Nile TV a la particularité d’employer exclusivement l’anglais, le français et l’hébreu comme vecteurs de communication. Concernant sa vocation, le directeur de la chaîne nous a déclaré37 :

Notre objectif principal est d’informer notre audience, nous entendons faire connaître l’Égypte à travers des informations d’ordre économique, politique, culturel. C’est une façon aussi de promouvoir le tourisme. Nous visons une audience non arabophone en Égypte et en Europe mais aussi au Moyen-Orient. L’Égypte a toujours été centrale sur le plan culturel dans la région, le cinéma et la radio en ont été les relais, aujourd’hui ce serait plutôt la télévision

49et d’ajouter : « avec Nile TV nous nous adaptons à l’ère de l’image ».

50Les textes officiels justifient sa création par l’attraction touristique qu’elle pourrait exercer. Il est bien évident que Nile TV est aussi la vitrine d’une certaine Égypte, jeune, dynamique et moderne. Les rythmes et le ton des émissions, le jeune âge et l’aptitude professionnelle des animateurs, l’habillage des plateaux, les sujets abordés distinguent radicalement Nile TV des autres chaînes égyptiennes, surtout hertziennes. Cette vitrine est connotée par le label « AUC » (université américaine du Caire) d’où sont issus la plupart des animateurs.

51Feux les programmes éducatifs et les programmes sur le développement social, ESC1 et Nile TV s’adressent à des individus solvables dont elles comptent bien se prévaloir auprès des annonceurs. Bien entendu, les différents programmes de divertissement et d’information sont largement prédominants.

Les chaînes satellitaires cryptées : Egyptian Satellite Channel 2 (ESC2) et Nile Drama

52L’Egyptian Satellite Channel 2 (ESC2) et Nile Drama sont les premières chaînes payantes égyptiennes. ESC2 a été créée en 1996 pour diffuser d’emblée ses programmes en continu. Sa présence sur de nombreux satellites lui permet d’être accessible sur les cinq continents. ESC2 a été introduite en France en avril 1996 sur le réseau câblé, ce fut alors la seule chaîne arabe à avoir bénéficié de ce traitement de faveur.

  • 38 Les musalsalat (musalsal au singulier) sont le plus souvent quotidiennes. Le nombre d’épisodes est (...)

53À l’instar de ESC2, Nile Drama est une chaîne payante, cryptée. Elle démarra officiellement le 15 juillet 1996 avec un volume quotidien de diffusion de 14 heures. Elle propose aujourd’hui ses programmes en continu. Nile Drama est la première chaîne arabe thématique dévolue à la diffusion de fictions. L’Égypte affirme, à travers ce canal, sa suprématie dans la production de ce genre de programmes où elle excelle. Nile Drama diffuse, en exclusivité, les feuilletons produits par le centre de production de l’URTE (qita’a al-intaj), organe autonome depuis 1989, et la société publique de production « La Voix du Caire ». Elle programme en plus des musalsalat38, des téléfilms, des films, des pièces de théâtre, des feuilletons américains et des émissions de variétés.

Les chaînes spécialisées sur Nilesat : du télé-enseignement au bouquet thématique

  • 39 Halloudah A.H. et Ghonaïmy M.A., « Les pays arabes », in Rapport mondial sur la communication et l (...)
  • 40 Amin H., « The third Wave : Arab Satellite TV », Middle East Insight, mars-avril 1999, p. 34.

54Les satellites égyptiens Nilesat seront mis à profit par le système éducatif égyptien à travers deux opérations d’envergure. La première ne concerne pas directement le secteur télévisuel mais elle mérite d’être signalée : il s’agit de la connexion de toutes les universités égyptienne dont celle d’Al-Azhar (religieuse) et l’université américaine du Caire à un même réseau. Par ailleurs les centres régionaux de formation pédagogique sont reliés au ministère de l’Education à travers un réseau de visioconférence39. La seconde est la mise en place du télé-enseignement pour lequel plusieurs canaux de Nilesat avaient été réservés40.

L’école cathodique

55Pas de moins de sept chaînes éducatives, correspondant aux différents niveaux scolaires, existent actuellement.

56La mise sur pied de « l’école cathodique » suppose une grande quantité d’émissions éducatives à préparer en vue de leur diffusion télévisuelle, avec un personnel considérable d’enseignants et de pédagogues. Cela sous-entend surtout une assiduité de la part du public, car à quoi bon investir dans le domaine éducatif si la demande est faible ? On sait toutefois que les besoins dans ce domaine sont importants en Égypte, si l’on considère le taux d’analphabétisme des adultes évalué à un peu moins de 50 %.

57La situation du système éducatif égyptien est à l’origine de la multiplication des chaînes éducatives. Le nombre insuffisant d’enseignants, leurs faibles salaires, le manque d’établissements scolaires ou leur dégradation poussent beaucoup de parents à recourir aux cours particuliers qui sont devenus la panacée des nombreux désenchantés du système scolaire égyptien. La généralisation de cette pratique discrédite de plus en plus le secteur éducatif et place le ministère de l’Education dans l’embarras, qui ne trouve d’autre parade que de les interdire.

  • 41 « Nilesat fait son entrée dans les écoles », Al-Ahram Hebdo, 9-15 septembre 1998.

58Après le lancement du satellite, on décida donc d’introduire des chaînes éducatives… dans les établissements scolaires. En 1998, plusieurs milliers d’écoles ont été équipées pour recevoir ces chaînes satellitaires – 16 000 établissements devaient être équipés avant la fin de l’année 1999 pour satisfaire 8 millions d’élèves. Le ministre de l’Éducation prévoyait 4 heures quotidiennes de cours pour chaque cycle d’études. Le choix des cours et des enseignants est du ressort du ministère de tutelle, le choix des programmes du ressort du ministre de l’Information. De l’avis des enseignants, froissés certainement par cette concurrence déloyale, ces chaînes sont malvenues car si elles surchargent l’emploi du temps des jeunes, elles ne résolvent en rien le problème des cours particuliers41.

59On a vu là un aspect, un volet, du paradigme dans lequel s’inscrit la politique audiovisuelle actuelle de l’État égyptien. Il peut sembler archaïque aujourd’hui car il renvoie curieusement aux grands débats des années 1960-1970 sur la télévision et le développement. Pourtant, tout en semblant s’essouffler dans un combat apparemment perdu d’avance, l’Égypte inscrit sa politique audiovisuelle dans un autre paradigme : celui de la mondialisation. Ce dernier implique une audience radicalement différente, il nécessite des investissements autrement plus pointus et coûteux – que l’Égypte assume néanmoins –, et des efforts certains au niveau du contenu – il faut rentabiliser l’investissement. Comment décrire ce double visage de la politique audiovisuelle égyptienne ? Est-ce de l’opportunisme de la part de l’État ? Est-ce une volonté d’occuper tous les terrains ?

  • 42 Peter Loussararian, attaché audiovisuel auprès de l’ambassade de France au Caire, entretien avec l (...)

60Autant de chaînes, qui ont pour objectif de répondre à des besoins réels, correspondent-elles à une véritable demande ? Auront-elles un impact positif sur un système éducatif aussi déficient ? À toutes ces interrogations, un initié de l’URTE nous répondit en comparant les chaînes éducatives spécialisées à ces quelques familles en Égypte qui possèdent un immeuble dont elles ne parviennent pas à louer les appartements42. Elles finissent, lassées, par occuper les appartements, l’immeuble constituant désormais « l’habitation familiale ». De la même manière, chaque discipline sera logée par un canal de Nilesat.

Le bouquet Nilesat

61Les chaînes thématiques du bouquet numérique Nilesat ont été lancées en 1998 juste après le lancement du satellite Nilesat 101 qui les abrite. Quelques années sont donc encore nécessaires pour qu’elles arrivent à pleine maturation. Ces chaînes, qui pour l’heure ne sont pas cryptées, obtiendront sans doute plus de d’audience que les chaînes éducatives. Très modernes dans leur conception, elles visent une audience jeune à l’image de Nile TV, à la différence notable qu’elles s’adressent à un public arabophone. Voici les différentes chaînes du bouquet égyptien auquel on pourrait ajouter la chaîne Nile Drama que nous avons abordée plus haut et qui est également sur les satellites égyptiens :

  • une chaîne sportive, Nile Sports ;
  • une chaîne culturelle, Nile Culture ;
  • une chaîne pour la famille et les enfants, Nile Family ;
  • une chaîne d’information, Nile News ;
  • une chaîne de variétés, Nile Variety.

62La télévision satellitaire, en fin de compte, est productrice de normes propres car elle finit par trouver en elle sa propre rationalité, dont l’origine ultime est le marché mondial, et non point la société égyptienne de laquelle elle émane. La réalité égyptienne est tout autre, comme le rappellent régulièrement l’actualité politique et sociale et les sanctions dont sont parfois victimes les journalistes de la presse écrite. Nous savons que le Président, à travers le ministre de l’Information, contrôle étroitement les médias et si l’Union de la radio et de la télévision égyptienne n’est jamais en conflit avec l’État c’est pour la simple raison qu’elle est une extension de l’État comme nous le verrons en étudiant sa structure.

CNE

  • 43 Foote J., Amin H., « Global TV News in Developing Countries : CNN’s Expansion to Egypt », Equid No (...)
  • 44 Considérée comme le texte fondateur de l’infitah ou de la politique d’ouverture économique initiée (...)
  • 45 Les autres actionnaires sont la Trade International Corporation (TIC) à hauteur de 35 %, l’Egyptia (...)
  • 46 Deux membres de l’Egyptian Company for Investment Projects et le dernier de la Trade International (...)
  • 47 L’URTE affichait un déficit de 200 millions de dollars américains en 1994.
  • 48 Les abonnés en 1998 sont seulement au nombre de 14 000 à 15 000, voir Moody S., « Pay-TV in Egypt  (...)
  • 49 Les autres tarifs annuels sont les suivants en 1997 : 120 $ pour les étrangers, 250 $ pour les éco (...)

63Cable News Egypt est un service payant égyptien de chaînes cryptées (ou wireless cable). L’introduction de CNE est simplement « révolutionnaire », selon bien des observateurs43. De fait, il s’agit du premier service payant de télévision en Égypte. D’après la loi n° 43/1974 sur l’investissement arabe et étranger44, toute entreprise établie en partenariat par une société égyptienne et une société étrangère, ou joint-venture, est considérée comme relevant du droit privé, quand bien même la société égyptienne concernée serait publique et détiendrait la majorité du capital de la joint-venture. Dans cette optique, en octobre 1990, l’URTE et CNNI signaient un accord prévoyant la mise en place de CNE pour une période de vingt-cinq ans sur le réseau hertzien (UHF) où l’on disposait encore d’un canal disponible. Compte tenu de la rareté des antennes paraboliques au Caire cette année-là, l’idée d’une retransmission sur le réseau hertzien a été privilégiée. Conformément à l’accord, CNE avait l’autorisation de recevoir et de distribuer CNNI au Caire. L’URTE est l’actionnaire principal de CNE avec 50 % des parts45. Par ailleurs, le président de l’URTE est aussi celui de CNE, et parmi les sept membres du conseil d’administration de la chaîne, quatre sont des fonctionnaires de l’URTE46. Le capital estimé au départ à 1,6 millions de livres égyptiennes fut augmenté pour atteindre les 25 millions de livres en 1991 (environ 7,4 millions de dollars américains), après l’adjonction de chaînes supplémentaires réservées à la musique ou au sport. Les arguments avancés par les autorités en faveur de CNE étaient d’une part que l’État garderait le contrôle sur le réseau, et d’autre part que les recettes dégagées par les abonnements seraient à même de renflouer les caisses de l’URTE qui en avait grand besoin47, sans parler de l’impact que ce service était censé avoir sur les touristes puisque CNE serait proposé dans les grands hôtels (CNNI promettait cinq minutes de publicité gratuite au bénéfice du ministère du Tourisme). Un facteur supplémentaire, et non des moindres, est probablement que, là encore, les décideurs publics égyptiens ont voulu marquer leur ouverture sur l’extérieur et leur volonté de s’affirmer sur le marché régional en intégrant toujours les nouveautés et les dernières mutations technologiques dans le secteur audiovisuel. Cette vitrine de l’Égypte est néanmoins marginale si l’on se réfère à l’audience. D’abord parce que les programmes ne sont pas en arabe, et surtout parce que les prix sont particulièrement discriminatoires, elle n’intéresse qu’une élite économique et politique48. L’abonnement mensuel pour un foyer égyptien s’élève à 80 livres en 2005, ce qui représente environ la moitié du salaire d’un fonctionnaire49. En 1994, le groupe TV M-Net de la société sud-africaine MultiChannel fut intégré au réseau CNE ; officiellement le groupe s’appelle désormais MCE (MultiChannel Egypt) même si cette appellation est plus rarement employée.

64Depuis quelques années, CNE propose, sans que l’État s’en émeuve, un bouquet de chaînes étrangères (MTV, M-Net [fictions], CNNI, Kid’s TV, Super Sport) où les principes traditionnellement défendus par le discours officiel – la culture nationale, la souveraineté nationale, la religion, certaines valeurs morales, la famille… – sont quelque peu bafoués par des Alerte à Malibu, les vidéo-clips de MTV entre autres rendez-vous télévisuels. Le mutisme de l’État à cet endroit s’explique peut-être par le fait qu’il est à l’origine de ce projet. Toujours est-il que dans les années 1990, on voit clairement que le champ de la télévision est traversé par deux discours contradictoires : un discours conservateur et idéologico-politique et un discours propre au système économique mondial qui dépolitise les biens symboliques. La structure des relations entre ces deux discours est de plus en plus commandée par les aspirations que font naître les flux transnationaux. L’État se limite de moins en moins à un discours monolithique pour développer dans le secteur une stratégie d’action qui s’apparenterait, pour un observateur extérieur, à une forme de schizophrénie à l’image des programmes où les émissions de promotion du planning familial succèdent aux publicités vantant les derniers modèles de BMW.

Media City, Nilesat : des projets à souscriptions publiques ?

65Les deux grandes nouveautés de la fin de la décennie 1990 qui affecteront définitivement le secteur télévisuel, et qui sont interdépendantes dans une certaine mesure, sont la construction de Media City, un complexe dévolu à la production télévisuelle et cinématographique, et le lancement des satellites de télédiffusion directe égyptiens, Nilesat.

  • 50 Voir Omar H.N., « Media City : Egypt’s Hollywood », Business Monthly, juillet 1995, p. 16-18 et Ay (...)

66En effet, la construction des gigantesques studios de production traduit le besoin de produire plus et plus vite pour répondre à l’énorme capacité de diffusion du système de satellite égyptien. Située à la périphérie du Caire, dans la Cité du 6 Octobre, à deux pas des Pyramides de Guizeh, Media City serait le plus grand complexe de production de films après les Universal Studios d’Hollywood50 : il s’étend sur trois millions de mètres carrés et l’on dénombre dix studios en extérieur avec des décors impressionnants de style bédouin ou islamique, de forêts, de villages égyptiens, de péplum pharaonique, etc., treize studios fermés de 300 à 1 000 mètres carrés, complètement équipés, une salle de concert, un hôtel 5 étoiles de trois cents chambres pour les visiteurs et artistes de passage, deux amphithéâtres dont l’un destiné aux enfants, etc. On prévoit d’y produire annuellement près de 5 000 heures de programmes télévisuels – soit cinq fois plus que la production de l’URTE en 1998 – pour parer à toute concurrence régionale et combler les nombreuses heures d’émissions qu’exigent les chaînes satellitaires arabes. Pour financer Media City, l’URTE a publiquement invité les investisseurs publics et privés à souscrire à l’opération.

  • 51 Voir, par exemple, « Nilesat in Orbit Soon » dans les pages du Al-Ahram Weekly du 8 janvier 1998, (...)
  • 52 Les autres sociétés sont la société française Aérospatiale et deux sociétés américaines, Hughes et (...)
  • 53 La charge utile de Nilesat 101 a été fournie par le groupe français Alcatel Espace partenaire de M (...)
  • 54 Les actionnaires de cette société sont l’URTE (40 %), deux compagnies industrielles publiques égyp (...)
  • 55 Matra Marconi, « Nilesat, un programme exemplaire pour l’Égypte et le monde arabe », document inéd (...)

67Second projet : les satellites Nilesat. Ce sont les premiers satellites appartenant à un organisme public national arabe, comme aiment à le répéter les communiqués officiels51. L’URTE avait lancé un appel d’offres en 1995 pour l’acquisition d’un système clés en main, soit la livraison d’un satellite opérationnel sur orbite. Parmi les quatre sociétés candidates52 qui présentèrent leurs projets, l’URTE sélectionna le consortium franco-britannique Matra Marconi Space53. Le contrat signé à l’origine par l’URTE et relatif au satellite Nilesat 101 fut transféré à une société d’économie mixte égyptienne, Nilesat SA54. Le 28 avril 1998 et le 17 août 2000, les satellites Nilesat 101 et Nilesat 102, également fabriqué par Matra Marconi, ont été successivement lancés par la fusée Ariane 4, à partir de la capitale guyanaise, Kourou. Les deux satellites ont coûté respectivement 170 millions et 140 millions de dollars américains. Ils font partie de la dernière génération de satellites : ils sont constitués de 12 répéteurs en bande Ku pour la diffusion directe de télévision et chaque répéteur peut recevoir huit chaînes de télévision grâce au système de compression numérique55. Au total, ils ont chacun la capacité de supporter 96 chaînes de télévision en mode numérique qui pourront être reçues par des antennes domestiques de 60 cm de diamètre. Le satellite permet, de surcroît, la diffusion de 400 chaînes de radio. L’aire de diffusion de Nilesat 101 et de Nilesat 102 est la même, elle s’étend d’est en ouest, du Maroc au golfe Persique et leur durée de vie est de 12 ans pour le premier et de 15 ans pour le second. Le siège de la société Nilesat et le centre de contrôle principal des satellites sont situés dans la cité du Six- Octobre au sud-ouest du Caire ; une seconde station de contrôle est à El-Hammam, sur la côte méditerranéenne.

  • 56 Al-Ahram, 17 août 2000.

68Le second satellite est plus sophistiqué que Nilesat 101 ; il pourra être exploité pour des services interactifs comme Internet, la vidéoconférence, la video-on-demand, etc., les stations au sol se sont équipées en conséquence. Il est par ailleurs complété d’une antenne additionnelle permettant sa réception dans quelques zones en Europe. Deux stations au sol ont été mises en place par des opérateurs étrangers. L’une en Grande-Bretagne est prise en charge par British Telecom afin que les chaînes européennes qui ont prévu de louer un canal sur Nilesat (BBC, TV5) y transmettent directement leur signaux et la seconde au Liban est destinée à quelques opérateurs privés56. Plusieurs canaux ont déjà été loués pour la transmission de chaînes occidentales, via le bouquet Showtime notamment, ainsi que pour la plupart des chaînes arabes. Selon les allégations officielles, le succès des deux satellites était déjà garanti par un carnet de commande bien rempli, la société Nilesat ayant déjà enregistré des bénéfices avant son démarrage, 3 millions de dollars américains en 1998 et 5 millions en 1999.

  • 57 Negus S., « Media Mismanagement », Middle East International, n° 574, 8 mai 1998, p. 8-9.

69Le ministre de l’Information justifie le lancement du satellite par le fait qu’il s’agit « d’un pas culturel en avant qui marque l’entrée de l’Égypte dans le xxie siècle avec une grande confiance dans les capacités de ses médias […] comme un État pionnier qui cherche à affirmer son identité arabe57 ». En termes de prestige, il est clair que Nilesat comme Media City contribuent à redorer le blason du secteur télévisuel égyptien, mais l’enjeu est autant le prestige que procurent ces réalisations que les bénéfices que peut à terme rapporter cet investissement. Par ces actions diverses, l’État veut montrer qu’il peut se comporter en véritable entrepreneur, volontaire et désireux d’être compétitif sur la scène télévisuelle régionale en mutation. Il tient, malgré les changements qui bouleverse ce paysage et le manque de moyens financiers de l’URTE, à garder son monopole.

70Toutes ces chaînes exigent de lourds investissements, de même que les autres opérations de cet acabit, comme le bouquet de chaînes câblées CNE, comme Media City avec ses studios de production et son parc d’attractions « Magic Land », comme les satellites Nilesat. C’est la raison pour laquelle l’URTE fait de plus en plus appel à des investisseurs. On pourrait penser que les différentes structures mises en place grâce au soutien de ces derniers risquent en conséquence d’échapper au contrôle étatique. Toutefois, à moyen terme, cela est peu probable, comme nous allons le voir.

  • 58 « Cela a pris trois ans pour construire Disneyland, et ils le modifient encore », Middle East Time (...)
  • 59 Voir Al-Ahram Weekly, 27 mai-2 juin 1999.

71Nous avons évoqué CNE plus haut de même que le complexe Media City : Hollywood-on-the-Nile, c’est ainsi que l’on appelle la nouvelle cité de production télévisuelle, en raison de ses dimensions et de ses capacités, nous en avons amplement parlé. En plus de sa vocation audiovisuelle, ce complexe comprend un parc d’attraction au nom évocateur de Magic Land, « the Disneyland of the desert ». Car si l’on compare Media City à Hollywood, on associe tout aussi naturellement Magic Land à Disneyland. Et, tempère un des investisseurs du parc, pour justifier les délais : « It took 3 years to build Disneyland and they are still modifying it58 ». Sur 165 000 mètres carrés, un empire du loisir, où se côtoient entre autres des fast-food, une rivière artificielle, un parc à dauphins, un site « Jurassic Park », une patinoire, est déjà ouvert au grand public depuis le Ramadan de l’année 1997 et fait l’objet d’une campagne publicitaire accusée à la télévision59.

  • 60 Ces actionnaires sont : la Banque Ahli, la Banque du Caire, la Banque d’Alexandrie, la société d’a (...)
  • 61 Abou-Haidar E., Libéralisme et Capitalisme d’État en Égypte, Paris, L’Harmattan, 2000.

72Le prix à payer pour financer cet Hollywood-on-the-Nile est estimé à 1,5 milliard de livres égyptiennes. La cité de production n’est pas entièrement financée par l’URTE. Elle dépend d’une société autonome – à l’instar de Nilesat SA pour le satellite – dans laquelle l’URTE est l’actionnaire principal à hauteur de 40 % des parts : l’Egyptian Media Production Company (EMPC). Attardons-nous sur les autres investisseurs60. Une lecture rapide des coupures de presse et des documents officiels laisse à penser qu’au moins la moitié des parts de la société est distribuée entre un certain nombre de banques et sociétés et le grand public, puisque 10 % (ou 25 % selon les sources) ont été offerts à souscription publique. Une analyse un peu plus approfondie de la liste des investisseurs aboutit à ce constat : la grande majorité des actionnaires autres que l’URTE sont des établissements publics. Une étude sur le système bancaire et financier égyptien fait état de la prédominance des institutions financières publiques dans le système financier, qui se traduit paradoxalement par le rôle très actif que jouent ces institutions dans le processus de privatisation61. Le discours officiel relatif au financement de la société de production par de petits actionnaires privés ne saurait cacher la faible participation de ces derniers. Le même raisonnement est applicable au projet du satellite Nilesat, sous l’égide de la société Nilesat SA.

  • 62 Voir par exemple l’article d’Al-Ahram Hebdo daté du 14 juin 2000, p. 9.

73En juin 2000, la presse fait état d’une forte baisse du cours de l’action de l’EMPC au moment où le conseil d’administration de la Cité des Médias annonçait une hausse de capital équivalente à 270 millions de livres égyptiennes62. La société a justifié cette augmentation en déclarant qu’elle voulait limiter sa charge d’endettement auprès des banques au profit d’un financement par le marché. Cette émission participe d’une levée de fonds équivalente à 470 millions de livres ; la part des financements bancaires de cet « emprunt » s’élève donc à 200 millions de livres. L’intérêt de faire appel au marché est que les dividendes ne sont versés aux actionnaires que si la société réalise des bénéfices, contrairement aux intérêts bancaires qui doivent dans tous les cas être payés. La baisse des cours a été attribuée à l’URTE (qui a démenti) qui aurait vendu des actions (à environ 35 livres) pour dégager des liquidités de façon à réinvestir dans la société (à 10 livres l’action). En définitive, l’URTE, si cette thèse est vérifiée, aura engrangé des bénéfices et accru sa participation au capital d’EMPC (pour 1 action vendue, elle a pu en racheter 3,5).

74Les régimes de monopole public sont-ils adaptés aux réalités actuelles du marché de la communication ? Les faibles capacités de financement de l’URTE se heurtent à des coûts fixes d’expansion très élevés et lesdites réalités du marché de l’audiovisuel exigent une gestion qui prenne en compte la nécessaire rentabilité des projets, ce qui, par nature, peut être antinomique avec une approche propre au service public. Cependant, l’État en Égypte refuse non seulement de privatiser le secteur de l’audiovisuel, hautement stratégique, mais il veut aussi s’offrir le luxe de marquer la présence de l’Égypte sur l’échiquier audiovisuel régional. Et marquer la sienne, par-là même. En témoignent l’introduction en 1991 de CNE, la multiplication extraordinaire des chaînes locales et transfrontières, généralistes et thématiques, le lancement de deux satellites et la construction de Media City (aussi appelée « Studios Moubarak »). La tentation est grande de comparer la mise en chantier de ces ouvrages par les dirigeants politiques actuels à ceux que leur léguèrent les pharaons. La comparaison est audacieuse et, il faudra l’admettre, facile. Il n’en demeure pas moins vrai que le gouvernement de Moubarak ne dédaignerait pas les retombées de ces méga-projets en termes de prestige et d’autorité.

75Ces projets ne sont pas vains et gratuits mais participent d’une réelle volonté de l’État égyptien d’adapter son appareil audiovisuel à un renouvellement radical de la donne régionale et internationale. Les réduire à une question de prestige personnel est sans doute abusif.

Aspects juridique de l’organisme de la télévision égyptienne

  • 63 Le ministère en charge de l’organisme de télévision est le ministère de la Culture et de l’Orienta (...)

76Le système télévisuel égyptien a été créé et s’est historiquement développé comme une extension du gouvernement, un appareil d’État. Il est juridiquement placé sous le régime public et se présente, à l’image des grandes administrations publiques égyptiennes, sous la forme d’une structure pyramidale excessivement centralisée. Les décisions importantes sont inéluctablement prises par le ministre de l’Information63. Comme le résume bien un spécialiste :

  • 64 Schleifer S.A., « Media Explosion in the Arab World : The Pan Arab Satellite Broadcasters », Trans (...)

Plus qu’un autre média – même si cet autre media est sous le monopole public – les chaînes de télévision nationales sont des extensions du ministre de l’Information. Ce n’est pas une coïncidence si dans de nombreux pays arabes le ministre de l’Information dirige la plupart des bureaux de son ministère à partir de l’immeuble de la télévision nationale64.

  • 65 Maspero est le nom d’un égyptologue français ; sur la rue qui porte son nom se trouvait le musée d (...)

77De fait, le ministre de l’Information en Égypte siège au dernier étage de « Maspero », l’immeuble qui abrite la télévision nationale65. Il contrôle étroitement l’organisme et va jusqu’à contresigner quotidiennement la grille des programmes du lendemain. Personnage tout-puissant à l’URTE, il est aussi le porte-parole du gouvernement.

  • 66 Nasser K. M., « Egyptian Mass-Media under Nasser and Sadat », Middle East Journal, n° 124, décembr (...)

78Si la presse, le cinéma et la radio avant Nasser se sont institués sous régime privé depuis 1922 – et la particularité de leurs caractères respectifs est marquée par ce passé – la télévision est d’emblée étatique. Depuis, le pouvoir nomme les responsables de la télévision selon des critères informels, aucune législation n’ayant effectivement défini les qualifications requises et les salaires correspondants. Partant, les agents du secteur télévisuel n’ont jamais lutté pour obtenir leur indépendance par rapport à leur employeur suprême. Le cas est différent pour la presse écrite qui s’est toujours battue pour garder son autonomie, même après la nationalisation de 1961 qui a mis les principales maisons d’édition sous le contrôle de l’Union socialiste arabe, le parti officiel d’alors. Malgré quelques ingérences et mesures répressives de l’État à l’encontre de la profession journalistique, une forme d’indépendance d’esprit prévaut, alimentée justement par les antagonismes qui ont marqué et qui continuent de marquer l’histoire de leur relation66.

  • 67 Selon ce décret la télévision égyptienne avait pour missions de :
    « – Éclairer le public en lui pro (...)

79On a pourtant cru, pour la première fois en 1970, à une restructuration radicale de cette institution. En effet, le 13 août 1970, Nasser signa un décret présidentiel annulant les précédents décrets de 1966 qui avaient institué la radio, la télévision et l’ingénierie de diffusion comme des services distincts, sous le contrôle du ministère de l’Orientation. Le nouveau décret établit formellement l’existence de l’Union de la radio et de la télévision égyptienne, l’URTE, divisée en cinq grands secteurs : le secrétariat général, la radio, la télévision, l’ingénierie et le service des affaires économiques et financières. En garantissant l’indépendance politique et financière de l’URTE, ce décret lui donne le pouvoir de définir et de conduire une politique de programmation ainsi que de gérer le secteur en toute indépendance. L’autonomie nécessaire à une telle institution s’appuyait sur une participation de la société civile sous la forme de représentants du public, qui avaient pour rôle d’orienter la programmation en fonction de principes généraux67.

80Quelques mois après la parution du décret, les circonstances politiques, liées à la mort subite du président, conduisirent à de nouveaux arrangements annulant les acquis de la loi de 1970. Plusieurs modifications ont été apportées sans que l’on parvienne à atteindre un semblant d’autonomie.

81En 1979, une nouvelle loi est mise en place. La loi n° 13 promulguée en mars 1979, modifiée par la loi n° 223 de 1989 est la loi en vigueur actuellement. Elle ressemble de façon frappante au décret 62 du 13 août 1970, si l’on considère la reconstitution des assemblées de régulation. S’ajoute à cela une Assemblée générale de l’audiovisuel à laquelle le Conseil des Sages soumet les projets de développement, dont il est responsable. Le Conseil est aussi responsable de la supervision des différents secteurs de l’URTE à travers le Conseil des membres délégués qui est, en fait, l’ancien conseil d’administration rebaptisé. La loi de l’audiovisuel de 1979 rappelle que l’URTE relève du monopole public. In jure

Notes

1 Pignol A., « 50 ans d’histoire de la radio et de la télévision en Égypte (1934-1984) », Bulletin du CEDEJ, n° 21, Le Caire, premier semestre 1987, p. 17-36.

2 À titre d’exemple, la multiplication des antennes paraboliques en France est pour partie due au fait que le CSA. n’avait pas autorisé la transmission de chaînes satellitaires arabes sur le réseau hertzien ou câblé français. d’Aufin C. et Dutoit C., La Télévision par satellite, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? » 1999, p. 25-27.

3 Nous adoptons pour la notion de « contrôle social » la définition proposée par le sociologue Jean Cazeneuve : « Le contrôle social est l’ensemble des processus de socialisation et en particulier des pressions que subit chaque homme de la part des autres membres de la société et qui orientent son comportement dans un sens conforme au maintien de cette société. », Les Pouvoirs de la télévision, Paris, Gallimard, collection « Idées », 1970, p. 117-118.

4 En 1958, la Syrie et l’Égypte s’unissent pour former un seul État : la République arabe unie. Cette union prendra fin en 1961.

5 Haroutourian M.R., Impact of the Relationship between Government and Religion on Egyptian Media Content, 1959-1995, thèse de masters, université américaine du Caire, 1997, p. 118. Voir aussi Boyd A. D., Broadcasting in the Arab World, Iowa, Iowa Press University, 1993, p. 40.

6 Boyd D., op. cit. p. 27. 7.

7 Ibid., p. 39.

8 Les travaux empiriques de Kamal El Menoufi dans plusieurs villages sont très instructifs à ce sujet, voir EL Menoufi K., « Occupationnal Status and Mass Media in Rural Egypt », Journal of Middle East Studies, n° 13, 1981, p. 257-269.

9 El-Shal E., La Responsabilité sociale de la télévision dans un pays en développement : l’Égypte, thèse de doctorat d’État, université de Bordeaux II (sociologie), 1983.

10 Quand on demanda à Youssef Chahine en 1987 de combien de studios il disposait, il corrigea « Vous voulez dire de “garages” où on peut tourner ? » (cité dans Belleface J.F. et Poulet S., « À propos de la crise du cinéma en Égypte : un entretien avec Youssef Chahine », Bulletin du CEDEJ, n° 21, premier semestre 1987, p. 129-137, spéc. p. 135). Néanmoins, cette situation sera palliée par la construction de studios de production dans les années 1990 et notamment du complex Media City au Caire.

11 La radio est un média « chaud », selon la terminologie de Mac Luhan, qui implique complètement l’auditeur. « Des profondeurs subliminales de la radio surgit l’écho résonnant des trompes tribales et des tam-tams antiques. C’est là quelque chose d’inhérent à la nature même de ce médium, qui a le pouvoir de transformer l’individu et la société en une seule et même chambre réverbérante », Mac Luhan M., Pour comprendre les médias, Paris, Le Seuil, 1968, p. 342.

12 Boyd D. A., « The Development of Egypt’s Voice of the Arabs », in Brown D. (éd.), Issues in International Broadcasting, New York, Broadcast Education Association, 1977.

13 Pignol A., art. cit., p. 30-31.

14 La MENA a été créée en 1956 par un groupe de maisons d’édition de journaux cairotes, à la suite de la déception causée par la désinformation qu’aurait opérée la presse occidentale lors de la crise de Suez. Voir Ochs M., The African Press, Le Caire, université américaine du Caire, 1986, p. 39 et suiv.

15 Najar R. « Dans les pays arabes », in Les Télévisions du monde, Paris, Unesco, 1983, p. 320-326.

16 Boyd, Broadcasting in the Arab World, op. cit., p. 40.

17 Goldschmidt A., Modern Egypt, the Formation of a Nation-State, Le Caire, université américaine du Caire, 1988, p. 140.

18 El Emary N., « L’industrie du feuilleton télévisé égyptien à l’ère des télévisions transfrontières », Revue Tiers-Monde, t. XXXVII, n° 46, avril-juin 1996, p. 251-262.

19 Varis T., La Circulation internationale des émissions de télévision, Études et documents d’information, n° 100, Paris, Unesco, 1985.

20 Najar R., art. cit.

21 Waterbury J., The Egypt of Nasser and Sadat, Princeton, Princeton University Press, 1983, p. 175.

22 On note que pour la seule année 1978, 340 000 télévisions ont été importées en Égypte, ibid., p. 180.

23 Korany B., « The Dialectics of inter-Arab Relations 1967-1987 », in Lukacs Y. et Battah A. (éds), The Arab-Israeli Conflict : Two Decades after, Westview, Westview Press, 1988.

24 Ibid., p. 45.

25 Le terme musalsal (musalsalat au pluriel) fait référence à une chaîne, à une série. Il s’applique donc très bien aux séries télévisées dont les épisodes se succèdent comme les chaînons d’une chaîne.

26 EL-Emary N., art. cit.

27 URTE, Bilan annuel, 1994/1995 (en arabe).

28 El-Emary N., art. cit., p. 253.

29 Selon les estimations officielles, les employés permanents de l’URTE étaient en 1994 au nombre 22 600 ; une véritable cité. La surabondance du personnel n’améliore en rien la qualité des services. On retrouve cette situation héritée de la politique socialiste de Nasser dans d’autres administrations publiques.

30 Soit Gharbiya, Manûfiyya, Daqhliyya, Kafr Al-Cheikh et Damiette.

31 Beni Suef, Minieh, Fayoum et Assiout.

32 Souag, Qina, Assouan.

33 URTE, Bilan annuel, 1997 (en arabe).

34 Ces heures se distribuent comme suit : 100 en décembre 1990, 200 en janvier 1991, 224 en février 1991 et 248 en mars, soit un volume horaire total de 772 heures. Voir Weisenborn R., « Cool Media, the Gulf War and then… CNN », Media in the Midst of War, Le Caire, The Adham Center Press, 1992, p. 8.

35 El-Shal E., Qanawât al-tilifizion al-fadâ’iya fi-l-‘alam al-thâlith [Les chaînes de télévision satellitaire dans le Tiers-Monde], Le Caire, Dar Al-Fikr Al‘Arabi, 1994, p. 68 et suiv.

36 Ibid.

37 Entretien avec l’auteur, le 17 novembre 1997.

38 Les musalsalat (musalsal au singulier) sont le plus souvent quotidiennes. Le nombre d’épisodes est variable (une trentaine d’épisodes en général, ce qui correspond à peu près au nombre de jours du Ramadan). Leur durée est souvent de 45 minutes.

39 Halloudah A.H. et Ghonaïmy M.A., « Les pays arabes », in Rapport mondial sur la communication et l’information, Paris, Unesco, 2000, p. 230-231.

40 Amin H., « The third Wave : Arab Satellite TV », Middle East Insight, mars-avril 1999, p. 34.

41 « Nilesat fait son entrée dans les écoles », Al-Ahram Hebdo, 9-15 septembre 1998.

42 Peter Loussararian, attaché audiovisuel auprès de l’ambassade de France au Caire, entretien avec l’auteur, mai 1998.

43 Foote J., Amin H., « Global TV News in Developing Countries : CNN’s Expansion to Egypt », Equid Novi, Journal of Journalism in Southern Africa, vol. 14, n° 2, 1993.

44 Considérée comme le texte fondateur de l’infitah ou de la politique d’ouverture économique initiée par le président Sadate.

45 Les autres actionnaires sont la Trade International Corporation (TIC) à hauteur de 35 %, l’Egyptian Company for Investment Projects (ECIP), 5 % et une société égyptienne d’investissement, 10 %. Voir Napoli J., Amin H., Napoli L. « Privatization of the Egyptian media », Journal of South Indian and Middle Eastern Studies, vol. 18, n° 4, été 1995, p. 39-57, p. 54.

46 Deux membres de l’Egyptian Company for Investment Projects et le dernier de la Trade International Corporation.

47 L’URTE affichait un déficit de 200 millions de dollars américains en 1994.

48 Les abonnés en 1998 sont seulement au nombre de 14 000 à 15 000, voir Moody S., « Pay-TV in Egypt », Transnational Broadcasting Studies, n° 2, printemps 1999.

49 Les autres tarifs annuels sont les suivants en 1997 : 120 $ pour les étrangers, 250 $ pour les écoles de langues, les ambassades et les banques, 3 500 $ pour les journaux, 8 $ par chambre pour les hôtels 5 étoiles et 7 $ par chambre pour les hôtel 4 étoiles. Voir Napoli J., Amin H., Napoli L., art.cit.

50 Voir Omar H.N., « Media City : Egypt’s Hollywood », Business Monthly, juillet 1995, p. 16-18 et Ayad C., « Au Caire, télécoran contre écrans sataniques », L’Expansion, n° 530, 25 juillet 1996, p. 40-42.

51 Voir, par exemple, « Nilesat in Orbit Soon » dans les pages du Al-Ahram Weekly du 8 janvier 1998, et en ce qui concerne le lancement du second satellite égyptien, « For your Viewing Pleasure » dans celui du 17 août 2000.

52 Les autres sociétés sont la société française Aérospatiale et deux sociétés américaines, Hughes et Lockheed Martin.

53 La charge utile de Nilesat 101 a été fournie par le groupe français Alcatel Espace partenaire de Matra Marconi, celle de Nilesat 102 par la société Astrium (il s’agit d’un consortium européen créé en 1999, résultant d’une fusion entre le groupe allemand DASA, Aérospatiale Matra et le groupe britannique Marconi Electronic System).

54 Les actionnaires de cette société sont l’URTE (40 %), deux compagnies industrielles publiques égyptiennes (25 %), deux banques égyptiennes (15 %) et 20 % sont offerts à souscription publique. Une souscription fermée a eu lieu en février 2000 afin de compléter le financement nécessaire au second satellite Nilesat 102. Le capital s’élève depuis à 170 millions de dollars américains, voir Al-Ahram, Hebdo, 1-7 mars 2000.

55 Matra Marconi, « Nilesat, un programme exemplaire pour l’Égypte et le monde arabe », document inédit, mars 1998.

56 Al-Ahram, 17 août 2000.

57 Negus S., « Media Mismanagement », Middle East International, n° 574, 8 mai 1998, p. 8-9.

58 « Cela a pris trois ans pour construire Disneyland, et ils le modifient encore », Middle East Times, 14-20 septembre 1997.

59 Voir Al-Ahram Weekly, 27 mai-2 juin 1999.

60 Ces actionnaires sont : la Banque Ahli, la Banque du Caire, la Banque d’Alexandrie, la société d’assurance Misr, la Banque d’investissement national, la Société égyptienne pour les Projets d’Investissement et la Société pour la Réassurance.

61 Abou-Haidar E., Libéralisme et Capitalisme d’État en Égypte, Paris, L’Harmattan, 2000.

62 Voir par exemple l’article d’Al-Ahram Hebdo daté du 14 juin 2000, p. 9.

63 Le ministère en charge de l’organisme de télévision est le ministère de la Culture et de l’Orientation nationale jusqu’en 1981, c’est ensuite le ministère de l’Information.

64 Schleifer S.A., « Media Explosion in the Arab World : The Pan Arab Satellite Broadcasters », Transnational Broadcasting in the Arab World, n° 1, 15 août 1998, université américaine du Caire.

65 Maspero est le nom d’un égyptologue français ; sur la rue qui porte son nom se trouvait le musée de Boulaq auquel succéda le fameux musée du Caire à deux pas de l’URTE.

66 Nasser K. M., « Egyptian Mass-Media under Nasser and Sadat », Middle East Journal, n° 124, décembre 1990, p. 1-26.

67 Selon ce décret la télévision égyptienne avait pour missions de :
« – Éclairer le public en lui procurant des informations locales et internationales ;
– Explorer les besoins de l’audience et les aspirations de la société pour mettre en place une programmation adaptée ;
– Présenter des services de radio en différentes langues pour informer le monde de nos gloires, des aboutissements de notre révolution, et de l’intégrité de nos principes ;
– Encourager les vocations, les talents et préparer une génération d’artistes formés aux techniques audiovisuelles avancées ;
– Œuvrer pour les programmes d’échanges d’associations, d’experts avec d’autres pays ;
– Publier des magazines, des brochures compatibles avec les buts du secteur audiovisuel ;
– Diffuser les différentes festivités et manifestations de divertissement ;
– Soutenir les populations des différents secteurs d’activité afin qu’ils connaissent leurs droits, leurs devoirs en enrichissant leurs capacités intellectuelles et artistiques ;
– Concentrer les efforts sur les problèmes démographiques en éclairant et en guidant le public en coopération avec les organisations concernées ;
– Procurer des informations dans les domaines de la santé publique, l’agriculture et autres services sensibles aux besoins essentiels du public, élever le niveau de ces services, répondre au jour le jour aux problèmes du public ;
– Expliquer la politique interne et externe à l’opinion publique internationale et lui procurer des informations sur le pays. » in Haratourian M.R., op. cit., p. 103.

Table des illustrations

Titre Les chaînes régionales égyptiennes (UHF ou hertziennes)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search