Version classiqueVersion mobile

Télévisions arabes sur orbite

 | 
Tourya Guaaybess

Chapitre 2. Des télévisions hertziennes aux télévisions satellitaires dans les pays arabes

Texte intégral

  • 1 Barrat J., Géographie économique des médias, Paris, Litec, 1992.

1Notre champ d’observation dans ce chapitre est le système télévisuel arabe, intimement lié au territoire arabe. C’est essentiellement dans la région arabe que se rencontrent les flux télévisuels des nouvelles chaînes de télévision, toujours plus nombreuses. Géographiquement, cette région est limitée par la Méditerranée, la Turquie, l’Iran, l’Océan indien, l’Éthiopie, les pays de l’Afrique noire et l’Atlantique ; elle regroupe près de 272 millions d’habitants sur 14 millions de km1. Sur le plan institutionnel, les 22 pays arabes suivants sont affiliés à la Ligue arabe, fondée au Caire en 1945 : le Bahreïn, les Émirats arabes unis, Oman, le Qatar, le Koweït, l’Arabie saoudite, le Yémen, le Soudan, l’Égypte, le Liban, la Palestine (représentée par l’OLP), la Syrie, la Jordanie, l’Irak, les Comores, la Somalie, Djibouti, la Libye, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie. Il est utile de préciser que les richesses sont très inégalement réparties : le PIB par habitant varie de 59 dollars au Soudan à 20 203 dollars aux Émirats arabes unis.

  • 2 Bistolfi R., Giordan H. (dir.), Les Langues de la Méditerrannée, Paris, L’Harmattan, 2002.

2Les médias arabes ont dans chaque pays un destin propre, mais ils gardent souvent les stigmates du passé colonial dans le cadre duquel ils ont évolué, comme le montre Jacques Barrat2. Ainsi, à côté de la langue arabe qui leur est commune, les pays arabes en ont adopté une seconde, l’anglais ou le français, qui est celle de l’ancien colonisateur2. Grosso modo, le français est employé au Maghreb – anciennes colonies françaises – tandis que l’anglais est plus répandu dans les pays du Moyen-Orient – davantage marqués par la présence britannique. Mais il faut nuancer : le clivage entre les espaces francophones et anglophones est de moins en moins net étant donné l’expansion de l’usage de l’anglais, plus recherché par les « pragmatiques » désireux de se faire comprendre à travers le monde, aussi bien à travers la presse écrite qu’à travers les médias audiovisuels ou Internet. Ainsi, si dans les pays du Maghreb le français demeure la deuxième langue après l’arabe, d’anciens bastions français comme le Liban privilégient de plus en plus l’anglais. Force est de reconnaître que la préférence instrumentale de l’anglais est généralisable à une échelle plus vaste que le monde arabe.

Carte des pays de la Ligue arabe

  • 3 Un an plus tard l’Égypte et la Syrie mettront fin à leur union.

3Les télévisions arabes sont créées, avant ou après les indépendances, entre la fin des années 1950 et le début des années 1970 : l’Algérie et l’Irak mettent en place leurs télévisons en 1956, le Liban en 1959, la République arabe unie3 et le Koweït en 1960, le Maroc un an plus tard, le Yémen du Sud en 1964, l’Arabie saoudite en 1965, la Jordanie et la Libye en 1968, les Émirats arabes unis en 1969, le Qatar en 1970, le Bahreïn en 1972, Oman en 1974, et enfin le Yémen du Nord en 1975. Vingt et un organismes de télévision sont membres de l’ASBU (Arab States Broadcasting Union), érigée pour coordonner les efforts techniques et permettre la conception et la diffusion de programmes éducatifs et culturels. C’est aussi dans le cadre de cette institution qu’a été créée l’organisation Arabsat pour laquelle l’effort financier consenti par les pays a été très variable, comme nous l’avons vu précédemment.

4En termes d’équipement, les disparités entre ces pays sont remarquables : tandis que les pays pétroliers du Golfe suréquipés ont vite intégré les dernières technologies de communication, des pays comme la Mauritanie ou le Soudan ont une infrastructure de base déficiente. Un « fossé numérique » sépare déjà les pays de la zone arabe. Comme on pouvait s’y attendre, le taux de pénétration des récepteurs de télévision est, par exemple, de plus de 505 pour 1 000 habitants au Koweït alors qu’il ne dépasse pas 25 pour 1 000 en Mauritanie. L’examen des chiffres permet de dégager une corrélation, quoique limitée, entre le niveau économique et le taux d’équipement dans chaque pays – le coefficient de corrélation linéaire entre le PIB par habitant et le taux d’équipement est égal à 0,57. Certains pays émergent du lot de façon étonnante. En Égypte où le PIB par habitant est parmi les plus faibles, par exemple, le taux d’équipement en récepteurs de télévision est relativement élevé montrant ainsi la priorité accordée au média télé par les ménages. Il est égal à celui de la Libye pour un PIB cinq fois moindre et à peine inférieur à celui des Émirats arabes unis dont le PIB est pourtant près de vingt fois plus élevé.

5En ce qui concerne le parc des téléviseurs, des changements d’ordre qualitatif sont en cours ; les chiffres ne nous informent pas sur le renouvellement de l’équipement : de nombreux foyers sont encore équipés d’appareils en noir et blanc tandis que d’autres ont acquis la télévision numérique. Déjà, on focalise sur la pénétration d’Internet dans ces sociétés en oubliant, au passage, d’autres priorités que les ménages moyens seraient susceptibles d’avoir.

Nombre de récepteurs de télévision pour 1 000 habitants et PIB par habitant des pays membres de l’ASBU (données pour 1997)

Nombre de récepteurs de télévision pour 1 000 habitants et PIB par habitant des pays membres de l’ASBU (données pour 1997)

Source : Annuaire Statistique de l’Unesco, 1998 et 1999.

RÉGION ET MÉDIAS ARABES : D’UNE ÈRE GÉOGRAPHIQUE CIRCONSCRITE À LA FIN DES TERRITOIRES

6Il demeure vrai que de grands réseaux se constituent pour servir les millions de téléphages existants et potentiels dans la région, et que le processus de modernisation du secteur de la communication, et tout spécialement de l’audiovisuel, est en cours dans la région arabe comme il peut l’être en Asie ou en Amérique latine. Les chiffres et les faits nous signalent que des satellites nationaux sont lancés, que la technologie numérique, appliquée notamment aux réseaux terrestres de diffusion, a été intégrée par de puissants opérateurs et que les bouquets numériques ne cessent de se multiplier. La nouveauté, la vraie, est que ces mouvements ne sont pas pour la région qui nous intéresse de l’exclusive initiative des États arabes.

La mort annoncée du monopole de diffusion de la télévision d’État

7En effet, l’État n’est plus l’unique opérateur, de grands groupes industriels se distribuent les canaux des satellites de télédiffusion et s’étendent virtuellement en ombres prolifiques sur les cinq continents. Pourtant, la télévision apparaît nationale et quasiment toujours publique dans les pays arabes. Le contrôle de l’État est total sur les émissions diffusées sur le réseau hertzien, terrestre, qui couvre le territoire national grâce à une série d’émetteurs. Conformément au monopole de réception dont il jouissait, l’État n’autorisait aucune émission exogène, concurrente, pouvant porter atteinte à la souveraineté nationale.

8Sur le plan politique, la télévision est, dans la quasi totalité des pays arabes, un organe étatique investi de la mission d’éduquer les masses populaires, de les informer et de les divertir. Le contrôle de l’État sur la télévision est permanent, tout au long du cycle : de la production des programmes à leur diffusion en passant par la programmation. Les émissions, étrangères ou locales, sont soigneusement contrôlées et soumises à la censure, laquelle varie en fonction de l’humeur et du contexte politique du moment. Le ministère de l’Information est l’extension quasi naturelle de l’organisme de télévision. La légitimité de l’État sur la télévision est alors irrécusable puisque c’est encore le seul mode d’institutionnalisation connu. L’audience est de toute façon garantie.

  • 4 La publicité télévisuelle n’était pas autorisée en Arabie saoudite jusqu’en 1986. À l’inverse, les (...)
  • 5 Wolton D., Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, 1990, (...)
  • 6 Selon le bilan annuel de l’Unesco de 2004, le taux d’alphabétisme des adultes est en 2002 de 68,9  (...)
  • 7 En témoigne le succès de certaines émissions où l’on ressort les archives de la télévision. Nous a (...)

9Ce schéma général est récurrent dans tous les pays arabes (à l’exception du Liban où la création de la télévision fut l’initiative d’acteurs privés). Relevant juridiquement du régime public, son mode de financement dépend naturellement des caisses de l’État, alimentées par la redevance, parfois par la vente de programmes, et plus tard, pour la majorité des pays arabes, par la publicité4. Cette télévision s’apparente au modèle de la télévision des années 1950 aux années 1970 en Europe, et plus précisément en France, brossé par Dominique Wolton5, dans le sens où ses responsables la considèrent comme un outil de démocratisation culturelle ; elle doit donc se conformer à un cahier des charges rigoureux et échapper aux lois du marché. L’État se donnait pour mission de contrôler le média pour trois raisons. La première était d’ordre technique : la rareté des fréquences justifiait leur gestion centralisée par le gouvernement. Par ailleurs, la télévision est un outil de propagande que l’on craint d’autant plus qu’il véhicule l’image. Dans les pays arabes où le taux d’analphabétisme est souvent élevé, l’impact de l’image est particulièrement fort6. Il faut maîtriser le média et pourquoi pas, dans les régimes autoritaires, s’en servir pour exercer le contrôle social. La troisième raison, plus évidente dans la région, est la volonté affichée du gouvernement d’en faire un outil au service du développement social et culturel. Enfin, on veut mettre la télévision à l’abri du démon marchand. Dans ce rapport paternaliste, les téléspectateurs sont encore infantilisés. Ce type de télévision est souvent critiqué, mais ses premiers pas ont laissé des souvenirs impérissables à beaucoup7.

  • 8 El Emary N., Le Feuilleton télévisé et les industries culturelles en Égypte, thèse de troisième cy (...)

10Certains pays comme l’Égypte, et en second lieu le Liban, mettent à profit le savoir-faire et le talent de professionnels ou d’artistes formés à l’école du cinéma et de la radio pour faire prospérer la télévision nationale. La présence d’un personnel qualifié les distingue des autres pays où le faible financement de la télévision ajouté à une trop forte orientation idéologique réduisaient sensiblement les possibilités d’investir dans des services de meilleure qualité et de produire des programmes originaux. Les pays du Golfe qui disposent des moyens financiers nécessaires à son développement importent plus qu’ils ne produisent et, bien souvent, les professionnels sont assujettis à des règles éthiques qui restreignent leur créativité. Au fil des ans et après le déclenchement de la guerre civile au Liban, une division des rôles s’est opérée à l’échelle régionale arabe avec, d’un côté, les compétences professionnelles égyptiennes, de l’autre les capitaux en provenance des pays du Golfe, qui participèrent à la prospérité du secteur télévisuel égyptien8. Le boycott de l’Égypte par la Ligue à la suite des accords de Camp David en 1979 favorisa néanmoins le développement des productions jordaniennes et syriennes soutenues par la demande saoudienne.

  • 9 Wolton D., op. cit., p. 36.

11Depuis presque une décennie, cet ordre tend à se modifier, car des flux télévisuels transfrontières viennent envahir les territoires nationaux et risquent, sinon de remettre en cause les monopoles, au moins d’en changer les modalités qui avaient laissé aux décideurs politiques, pendant près de quarante ans, une emprise totale sur leur télévision. Et, à l’instar des télévisions en Europe, le modèle politique dominant cède la place à un autre modèle dominant : celui de l’économique. La libération progressive de la télévision du contrôle du Léviathan étatique s’accompagne de son intégration aux lois du marché régional, voire international. Elle correspond à une représentation qui consacre l’osmose du « technicisme » et de « l’économicisme » pour reprendre la terminologie de Dominique Wolton9. Ce changement a été rendu possible par l’utilisation croissante, dans ce secteur, de la technologie du satellite, qui porte un coup décisif à toute territorialité.

12En effet, les mutations dans le système télévisuel arabe ne sont plus limitées à une ère géographique circonscrite, puisque les chaînes arabes sont désormais intégrées à un vaste réseau : d’une part elles reçoivent les flux télévisuels de « l’ailleurs », d’autre part elles émettent elles-mêmes leurs programmes au-delà des frontières nationales. Souvent, c’est à partir de l’espace, à mille lieues des territoires nationaux, où les frontières sont déjà invisibles, que les flots de productions télévisuelles sont déversés sur de vastes espaces géographiques. Le rapport local/global est ainsi à la base d’une restructuration à double sens de l’espace télévisuel, qui va d’abord dans le sens d’une adaptation des chaînes nationales aux normes – culturelles, politiques et de gestion économique – internationales, mais aussi dans celui d’une adaptation des chaînes transnationales à une spécificité arabe, comme celle de la langue.

La globalisation, mythe et réalité

  • 10 La communication en tant que nouvelle idéologie est fortement critiquée par Philippe Breton dans L (...)
  • 11 Mattelart A., La Communication-Monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, la Découverte, (...)

13La généralisation, depuis le début des années 1990, de la diffusion des flux télévisuels par le truchement de satellites de très forte puissance, est à l’origine d’un réaménagement complet de l’ordre télévisuel régional préexistant. Cela préfigure la « globalisation », notion très en vogue qui mit à contribution une multitude d’auteurs ces dernières années. La littérature à ce sujet est effectivement pléthorique, à la manière d’un phénomène de mode, ce qui nous fait dire que la globalisation est une notion à la fois subjective et réelle. Subjective quand elle postule la réalité du « village global » alors même que beaucoup ne sont pas connectés et que nombre de pratiques sociales sont ancrées localement – à commencer par l’appropriation des productions culturelles dites globales ; réelle quand elle s’en tient à des réalités économiques et au règne de l’idéologie « techniciste » qui fait écho non pas à une « fin des idéologies » politiques mais au moins à leur épuisement10. Armand Mattelart, auteur de La Communication-Monde11, a apporté un éclairage à la fois historique et épistémologique à cette notion. La globalisation de la communication a son origine dans l’ouverture des marchés économiques. On peut trouver les formes les plus « pures » de ce phénomène lorsqu’on observe les marchés financiers. L’exemple type, et dramatique, de cette réalité de la globalisation financière est l’effondrement des économies du sud-est asiatique en 1997, suivi un an plus tard par une crise grave en Russie, puis en Amérique latine. Ces enchaînements, s’ils n’ont pas été directement provoqués par la globalisation, ont trouvé en elle une formidable condition permissive : elle n’a pas provoqué la chute, elle l’a permise en consacrant un contexte de parfaite fluidité des flux financiers. La crise dans les pays asiatiques est due à des causes économiques internes, mais sa propagation au reste du monde est due à l’interconnexion en temps réel des marchés financiers (du marché financier ?) de la planète.

14Cette interconnexion s’effectue via le réseau (network) de communication : téléphone, fax, informatique, réseaux électroniques de paiement et de transfert des flux financiers qui, totalement dématérialisés, transitent désormais à la vitesse de la lumière. En effet, dans la finance, le développement considérable de l’infrastructure technique avec la généralisation de l’informatique, l’interconnexion par satellite des salles de marchés, a permis d’effacer les distances, de les rendre virtuellement nulles ; exemple allégorique de cette mondialisation : le marché des changes, qui fonctionne en continu à l’échelle du globe, les centres financiers se relayant à rebours de la rotation de la Terre, de sorte que le prix des monnaies est coté en continu.

15Comme dans la sphère financière, un des moteurs de la globalisation dans le secteur de la communication est le contournement des règles édictées par les autorités de tutelle. Ce jeu dynamique entre les autorités et les opérateurs conduit au développement de nouveaux produits, de nouveaux supports, et en définitive à l’extension du marché bien au-delà des frontières nationales. La baguette magique de la convergence technologique (mariage de l’informatique, de la télévision et des télécommunications) permet de postuler la fin des territoires, par-delà lesquels on « communique », on effectue des transactions, on s’informe. Au détour de cette nouvelle façon de communiquer, la déréglementation et la privatisation croissante des réseaux de communication se profilent, de même qu’une conception inédite de la culture et de ses supports. Les télévisions arabes ne font pas exception à la règle ; la télévision d’État, ancienne formule, se meurt, son usure est accélérée par des industries globales d’un genre nouveau pour les téléspectateurs arabes.

La communauté arabe et ses médias : une langue commune plus qu’une symbiose

16Avant d’aller plus avant, et de répertorier les acteurs du système télévisuel arabe, il est utile de s’interroger sur un dénominateur commun. Puisqu’on parle de globalisation, comment discerner à l’échelle internationale les acteurs pertinents et ceux qui le sont moins ?

17Comment s’intéresser aux télévisions arabes, à l’audience arabe ? Où le critère d’arabité puise-t-il sa légitimité ? Si ce que l’on désigne ainsi est relatif à l’espace géographique, délimité au début de ce chapitre, ou aux pays membres de la Ligue arabe, alors tout est dit. Mais sur quoi se baser pour définir une chaîne de télévision arabe, une audience arabe, etc., alors même que l’on sait que les notions d’espaces géographiques et de frontières qui les fondent n’ont plus qu’un sens très vague ; alors que l’audience en question est internationale et dispersée – elle peut résider à Lyon ou à Montréal aussi bien qu’à Alexandrie ou à Tripoli ?

  • 12 Certains iront jusqu’à associer les chaînes satellitaires maghrébines aux Amicales en France, comm (...)

18La langue nous semble être le critère le plus probant. Certes, les dialectes varient d’un pays à l’autre, et il est vrai que les communautés berbères d’Afrique du Nord par exemple ont des langues propres, mais globalement tous les membres de la communauté arabe comprennent l’arabe médian (l’arabe classique modernisé), véhiculé par les médias écrits ou audiovisuels. C’est cette langue qui fédère le public le plus large. Selon certains, les dialectes du Moyen-Orient en sont les plus proches. En réalité, les Maghrébins se sont très tôt familiarisés aux dialectes moyen-orientaux à travers le cinéma et la chanson égyptienne qui se sont imposés dans toute la région arabe dès la première moitié du xxe siècle. En somme, un Maghrébin aura plus de chance de comprendre un Oriental que le contraire. Partant, les chaînes saoudiennes, syriennes, égyptiennes, libanaises, ont un taux d’audience plus important que les chaînes marocaines ou algériennes, l’audience de ces dernières, à l’extérieur du pays d’origine, étant essentiellement constituée par les ressortissants de ces pays12.

19Ainsi, la communauté telle que nous la définissons ici se distingue par l’emploi d’une langue commune. L’audience considérée est arabophone, d’où qu’elle soit, quelle que soit sa nationalité. Son appartenance religieuse ou même ethnique importe peu. Le mode de communalisation se fonde sur la pratique d’une langue commune, seul élément pertinent que nous avons pu relever. En effet, l’accès cognitif à une chaîne de télévision arabe permet à quiconque – arabophone – de faire partie de son public potentiel.

  • 13 Anderson B., Imaginated Communities, Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, 2e éditio (...)

20La communauté « imaginée » arabe est un réseau de socialisation entretenu par la pratique des mêmes médias et par l’emploi d’une même langue. C’est ainsi que Benedict Anderson explique l’apparition en Europe, avant la formation des États-nations, d’une telle communauté linguistique, raffermie par les relations commerciales et la fréquentation commune d’une presse élitiste13.

21Par ailleurs, une chaîne arabe sera considérée comme telle si plus de la moitié de son capital est détenu par des opérateurs arabes. Par exemple, la chaîne égyptienne Nile TV, même si ses programmes sont en anglais, est une chaîne arabe dans la mesure où ses capitaux sont égyptiens. La chaîne saoudienne Middle East Broadcasting Centre (MBC) l’est également quelle que soit son implantation géographique.

22Pour résumer : une chaîne sera dite arabe si elle s’adresse prioritairement à une audience arabophone ou/et si son capital appartient majoritairement à un acteur ou à un groupe d’acteurs arabes. Ces précisions sont utiles depuis l’arrivée massive de chaînes transfrontières arabes, et la caducité consécutive de tout critère géographique.

Le décloisonnement des espaces de réception

23L’analyse des facteurs qui ont présidé à l’élargissement du paysage télévisuel arabe et la cartographie des différentes chaînes transfrontières arabes sont maintenant nécessaires. Il faudra considérer ce panorama comme un cliché instantané effectué au début des années 2000, car l’actualité évolue très vite en la matière.

  • 14 « TBS Exclusive Interview with Alexanleder Zilo, Orbit President », in Transnational Broadcasting (...)

24Comme nous l’avons mentionné, les nouvelles chaînes arabes transnationales ne sont plus nécessairement enracinées, littéralement et métaphoriquement, dans un pays et un organisme national de télévision ; les sociétés qui les gèrent peuvent désormais être « délocalisées » à Londres par exemple, même si elles œuvrent surtout – si l’on considère la concentration du public potentiel – pour une audience établie dans la région arabe. De la même façon, les activités, de la production à la diffusion, peuvent être décentralisées dans un objectif de rentabilité. Les industries de ce secteur sont quelquefois implantées là où les professionnels et les services sont plus facilement disponibles et moins coûteux. Il en est ainsi du bouquet arabe de chaînes numériques Orbit dont le siège était en 1999 à Rome alors que ses activités étaient délocalisées au Caire, au Liban, au Koweït, à Chypre, à Doubaï pour des raisons économiques et pratiques14.

  • 15 « Je dois dire que j’avais vraiment commencé à travailler dans les médias de la même façon que je (...)
  • 16 Banques dont la gestion se ferait conformément aux principes de la chari’a (droit islamique), nota (...)

25L’éclatement des activités de l’industrie télévisuelle dès la phase de conception des programmes est le premier jalon de la libéralisation du système télévisuel arabe : elles ne dépendent plus exclusivement des organismes publics et nationaux de télévision. Une nouvelle division du travail s’organise, souple et changeante, les unités de production, les studios d’enregistrement, les stations d’émissions des chaînes de télévision arabes sont à l’extérieur ou à l’intérieur de la région arabe, mais les différents opérateurs continuent à l’arroser assidûment. Partant, le statut des acteurs en présence est plus flou, il ne s’agit plus des seuls producteurs et professionnels traditionnels du secteur télévisuel, mais aussi d’acteurs issus des sphères financière, politique, ou industrielle. Ceux-ci, suivant une logique pragmatique, lancent leurs chaînes de télévision privées dans un secteur en pleine expansion. Ainsi le président de l’Arab Radio and Television (ART) déclare « I might say that I had really begun to work in media in the same manner as I had in the banking and business sectors15 » ; il a effectivement débuté sa carrière d’homme d’affaires dans les banques islamiques16. Celui de la chaîne libanaise Future TV, Rafik Hariri, a été Premier ministre au Liban jusqu’en octobre 2004, après une brillante carrière d’entrepreneur dans le secteur des travaux publics en Arabie saoudite.

26La restructuration du paysage télévisuel affecte d’un côté les télévisions nationales et de l’autre les chaînes de télévision transnationales qui, pour s’adresser à une audience arabe, ne sont pas forcément, ou plutôt manifestement, affiliées à un État. L’audience visée est concentrée dans les régions arabes et dispersée sur les zones correspondant aux zones de couverture – aux footprints – des satellites Arabsat, Eutelsat, Panamsat, Asiasat, Nilesat, etc., c’est-à-dire partout. Cette dispersion de l’audience pousse les opérateurs indépendants sur le plan juridique à proposer des programmes qui puissent satisfaire le public le plus large possible et qui sont donc loin d’être des programmes « de proximité ». Ils obéissent au contraire à certains standards. De leur côté, les chaînes nationales, satellitaires ou hertziennes, se positionnent, sinon pour toucher une vaste audience, au moins pour garder ou récupérer leurs habituels téléspectateurs, autrefois acquis d’avance, sans effort particulier et à faible coût.

Les techniques de diffusion

27Sans sombrer dans l’idéologie « techniciste » extrême, il faudra bien admettre que la technologie est le vecteur majeur de tous ces changements. Evidemment, elle n’est pas la seule responsable des changements mais nous pensons qu’elle est un facteur clé dans des pays où, sans elle, les choses n’auraient pas évolué de la sorte et aussi vite. Un petit rappel technique sera donc nécessaire.

  • 17 L’ouvrage de Paul J.P. est un ouvrage de vulgarisation à la fois synthétique et très clair. Paul J (...)

28Il existe trois modes de diffusion : le mode hertzien, le mode de diffusion par satellite et le câble17, qui ne sont pas forcément exclusifs les uns des autres. La diffusion hertzienne (ou analogique) est caractérisée par la transmission de signaux par des émetteurs sur deux gammes de fréquence : VHF (Very High Frequency) et, surtout, car elles sont plus puissantes, UHF (Ultra High Frequency). Ce mode est toujours utilisé ; ce qui a changé depuis quelques années, c’est d’abord l’exploitation banalisée du satellite de télédiffusion directe et ensuite la technique de compression numérique dont nous verrons quelques-unes des applications dans le paysage télévisuel arabe.

  • 18 Fréquence comprise entre 3,6 et 4,2 GHz.
  • 19 Ayish M., « The Regulation of Satellite Television in the GCC States », communication au colloque (...)

29La technologie du satellite a beaucoup évolué. La première génération de satellites, toujours employée dans les domaines des télécommunications ou des télévisions par câble, est composée de satellites de faible ou de moyenne puissance dont la fréquence correspond à la bande C18. La réception des émissions de ces satellites nécessite de grandes et coûteuses paraboles de réception, le plus souvent prises en charge par des stations de rediffusion locales au sol. Ces stations ré-émettent les signaux à des têtes de réseaux câblés ou aux émetteurs du réseau hertzien pour atteindre les endroits les plus éloignés. C’est pour cette raison qu’elle est associée à un mode de diffusion indirect. Cette pratique est particulièrement commode pour les grands pays où les zones d’habitation sont très espacées. C’est ainsi que dans les années 1970, la télévision saoudienne retransmit ses émissions via le satellite Intelsat pour couvrir son vaste royaume, de même pour le sultanat d’Oman19.

  • 20 Soit une fréquence allant de 10,7 à 12,75 GHz.

30Les satellites de plus forte puissance transmettent les signaux sur la bande Ku20, c’est ceux qu’on a coutume d’appeler les satellites à diffusion directe (Direct Broadcasting System ou DBS) car ils n’exigent au sol que de petites antennes paraboliques, pas très sophistiquées, à la portée de beaucoup. En effet, le bourgeonnement des antennes paraboliques dans les pays arabes s’explique par la présence de satellites de forte puissance qui supportent les coûts les plus importants. Cette innovation court-circuite les gate-keepers ou intermédiaires qui sélectionnaient et triaient les informations avant leur rediffusion, ce qui a une incidence directe sur les bouleversements politiques et culturels occasionnés par l’accès direct et généralisé aux images et aux messages.

31Le troisième mode de diffusion est le câble. Cette technologie relie l’usager à un fournisseur, la tête de réseau, qui transmet plusieurs programmes par un câble coaxial ou en fibre optique. Pour bénéficier de la télévision câblée, il faut être raccordé à un réseau moyennant un abonnement mensuel. Les réseaux câblés sont encore marginaux dans la région arabe. Ils sont mieux adaptés aux zones urbaines où les foyers reliés sont concentrés dans un espace géographique restreint. Or, dans la plupart des pays arabes, peu d’entrepreneurs sont prêts à mettre en place ce système car les coûts d’investissement sont lourds et la rentabilité loin d’être assurée compte tenu du trop petit nombre d’usagers à même de souscrire l’abonnement mensuel. À cela s’ajoutent des obstacles géographiques et urbains : quand les habitations ne sont pas trop espacées, l’infrastructure de la ville et de l’habitat n’est pas forcément adaptée.

32La technologie numérique, directement issue de l’informatique, est relative au codage des signaux – sous la forme d’une séquence de « 1 » et de « 0 » – ce qui permet leur compression. Un canal qui ne peut supporter qu’une seule chaîne en mode analogique peut en supporter jusqu’à huit en mode numérique, ce qui présente l’avantage de baisser considérablement les coûts de transmission. Le numérique élimine un des obstacles majeurs de la diffusion hertzienne, à savoir la rareté des fréquences et donc de chaînes potentielles. De plus, les images et les sons sont de meilleure qualité. Toutefois, un décodeur est nécessaire pour le décodage des signaux numériques pour les récepteurs analogiques.

  • 21 La convergence technique pose des problèmes juridiques importants dans la mesure où il devient dif (...)

33Cette technologie informatique a des applications dans la diffusion par satellite, sur le câble et sur le réseau hertzien, d’où l’introduction du concept de convergence technique21. La numérisation des données rend possible la multiplication de l’offre de programmes et consacre la banalisation des chaînes thématiques et ciblées, ainsi que des services interactifs variés – sur le câble surtout – comme le téléchargement de jeux vidéo, le télé-achat et les services payants à la carte (pay per view). Elle sous-tend la fragmentation de l’audience en fonction de critères variables ainsi que le cryptage progressif des chaînes, et donc le paiement du service. Il sera ainsi possible de disposer de données chiffrées sur l’audience, ce qui manque aux pays arabes où les organismes de télévision ont une idée pour le moins imprécise de leur public. Ces informations sont pourtant fondamentales pour les annonceurs.

  • 22 Balle F., Médias et Sociétés, 9e édition, Paris, Montchrestien, 1999, p. 442.

34Arrêtons-nous sur une application du mode de transmission hertzien qui avait tendance à se développer dans le Moyen-Orient et surtout dans les pays du Golfe. Il s’agit du Multichannel Multipoint Distribution Service (MMDS) qui est « une télévision à péage et par voie hertzienne » transmettant sur ondes à haute fréquence plusieurs chaînes dans un rayon de 20 à 50 kilomètres22. Le MMDS est parfaitement adapté aux organismes soucieux de contrôler – et de censurer – les programmes avant leur diffusion. Il est, en tout cas, plus praticable que le câble qui a un taux de pénétration dérisoire dans la région arabe dans la mesure où il n’est employé qu’aux Émirats arabes unis (depuis 2000). Le MMDS se développait à grand pas dans les pays du Golfe puisqu’il était planifié ou déjà mis en œuvre dans des pays comme le Qatar, le Koweït, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. Promis à un grand succès en 1999, le MMDS est aujourd’hui en déclin. La société saoudienne SARA Vision qui pilotait cette opération fit faillite en janvier 2000. Cet exemple révèle la fugacité des technologies adoptées ; outre qu’elles nous obligent à nous tenir continuellement informés, les rapides évolutions montrent que le système télévisuel arabe est encore en cours de constitution même si les grands choix technologiques ont déjà été réalisés.

35L’exploitation de toutes ces technologies a une incidence directe sur la réglementation des télécommunications, ou plutôt sur l’absence de prescription en la matière.

Du désert juridique international à la réglementation timide des États arabes…

  • 23 Achilleas Ph., La Télévision par satellite : aspects juridiques internationaux, Paris, Montchresti (...)

36Les premiers satellites, de faible puissance, émettaient des signaux aux stations de télévision publique qui se chargeaient de leur rediffusion. Les États pouvaient contrôler ces signaux, conformément au principe de la souveraineté nationale. Le problème devint crucial avec l’avènement de satellites plus puissants. Le droit international, incarné dans ce domaine par l’Union internationale des télécommunications (UIT), mit en place une réglementation excluant la possibilité de diffuser à l’extérieur des frontières nationales dans un souci de garantir la souveraineté des États-nations. Les dernières innovations rendent obsolète ce dispositif juridique propre à la radiodiffusion. En effet, les satellites de télédiffusion directe, lesquels ne sont pas des satellites de radiodiffusion eu égard au droit international, permettront au grand public de profiter de programmes étrangers au moyen d’une antenne parabolique, dont le diamètre diminue d’année en année. On aboutit donc à un vide juridique absurde compte tenu des évolutions techniques prévisibles en la matière : l’absence de règles est due à une classification arrêtée à un moment précis, et jamais remise à jour. Bref, la réglementation spécifique des activités de radiodiffusion de l’UIT est rendue inopérante par le fait des innovations techniques23.

37Advint l’inévitable. L’absence de réglementation internationale dans le secteur a favorisé l’éclosion constante de nouvelles chaînes de télévision en permettant aux opérateurs argentés de proposer en toute liberté leurs chaînes de télévision aux pays de la région. Elle permit aussi, nous l’avons vu, au téléspectateur équipé d’une antenne parabolique de recevoir les flux télévisuels directement, sans que les programmes soient passés au crible d’une instance de contrôle dans le lieu de réception.

  • 24 En fait, avant 1989, l’acquisition d’une antenne en Égypte devait faire l’objet d’une autorisation (...)

38Face à la déferlante d’antennes, les États arabes ont réagi de manière variable. Les États algérien et égyptien ne se sont pas opposés à l’accès aux chaînes satellitaires24, alors que d’autres sont intervenus pour tenter de mettre un frein à la multiplication des paraboles. En vain. Par exemple, le Maroc, conformément à un décret gouvernemental, soumettait l’achat d’antennes paraboliques à une déclaration administrative préalable ainsi qu’à une lourde taxe (équivalente à 650 dollars américains) mais le décret fut abrogé par la Cour Suprême en 1992 car, écrit Leal-Adghirni :

  • 25 Leal-Adghirni Z., « Les antennes diaboliques au Maroc », Tiers-Monde, t. XXXVII, n° 146, p. 331-33 (...)

Un mouvement mené par les avocats marocains alléguait que la mesure allait contre la Constitution qui garantit le droit de l’information et qu’elle portait atteinte aux droits des citoyens. Le roi Hassan II, lui-même, prit position contre ledit décret, se définissant comme un homme libéral qui défend le droit à la libre circulation des images et de l’information25.

  • 26 Marghalani K., Palmgreen P. et Boyd D., « The Utilization of Direct Broadcasting Satellite (DBS) i (...)

39L’État tunisien les interdit en 1994 puis retira cette interdiction ; le gouvernement saoudien, ambigu en la matière, interdit les paraboles en 1990, et officialisa cette interdiction dans le décret n° 128 du 10 mars 1994, en arguant de la souveraineté nationale et de la protection des valeurs de l’Islam. Mais cette interdiction est ignorée et le commerce des antennes paraboliques, officieux, est prospère dans ce pays plus qu’ailleurs26. Le taux de pénétration des antennes de réception y est d’ailleurs très élevé puisqu’il dépasse les 60 % en 1996 et qu’il n’a cessé d’augmenter depuis.

40On peut à ce propos relever les contradictions apparentes de la politique saoudienne qui, d’un côté, interdit les antennes et, de l’autre, incite les téléspectateurs à en acheter. C’est surtout l’Arabie saoudite qui finança les satellites du système Arabsat, dont les plus récents (direct to home) sont sur la bande Ku. C’est encore ce pays qui fut à l’origine du lancement de la plupart des chaînes transnationales arabes. Le décret de 1994 ressemble bien à une mesure de façade. Nous verrons plus loin que le régime, en permettant à des acteurs saoudiens privés, de dominer l’espace médiatique arabe, montre clairement sa volonté d’être présent, fût-ce indirectement.

… à leur participation active

  • 27 Mattelart A. et M., Penser les médias, Paris, La Découverte, 1986, p. 154.

41Un tel exemple montre que la dichotomie fonctionnaliste qui consiste à opposer « le politique » (incarné par l’État) et « l’économique » (le marché) n’est pas toujours pertinente. L’État hors du temps et détaché de son contexte n’existe pas. Pour reprendre Michèle et Armand Mattelart, l’État « fait lui aussi partie de la société, au même titre que le marché d’ailleurs !27 ». Et, même si cela paraît moins évident pour les régimes autoritaires, les télévisions publiques arabes sont entraînées dans le mouvement général qui semble commander les industries de communication. Elles y participent même, en proposant des chaînes sur le satellite à telle enseigne que tous les organismes publics arabes de télévision ont au moins une chaîne de télévision, généraliste, sur le satellite. Ainsi, l’Égypte a plusieurs chaînes satellitaires dont certaines sont mises en place pour une diffusion supra-nationale, même chose pour le Qatar qui propose une chaîne parmi les plus populaires en raison du caractère libéral de ses émissions politiques ; d’autres pays comme l’Algérie, la Jordanie ou le sultanat d’Oman rediffusent les programmes des chaînes domestiques sur le satellite.

42L’aptitude des pays arabes à souscrire aux règles du marché télévisuel mondial se décèle à travers les transformations opérées dans la conception de certains programmes des chaînes publiques – les formats des émissions, l’habillage des plateaux, le choix des animateurs, etc., ont nettement changé –, ainsi que le soin apporté à la programmation – les talk-shows politiques ou les débats de société ont la part belle. C’est ainsi que la chaîne égyptienne Nile TV et la chaîne marocaine 2M Internationale, se sont démarquées, respectivement, des autres chaînes égyptiennes et marocaine.

43La voie alternative que beaucoup de chaînes publiques ont adoptée est bien de produire et de diffuser des émissions proches de celles des télévisions commerciales concurrentes. Pour capter une audience volatile, elles se travestissent et se présentent « relookées ». C’est la télévision publique « nouvelle formule ». Certains réduisent cela à une aliénation de la télévision publique à la logique de marché, mais l’objectif de ces dernières n’est pas de « faire comme », la finalité, le but en soi est plutôt de faire « ce qui marche » : s’aliéner et participer sont deux choses bien distinctes. Eu égard au contenu, les changements dans les programmes, pour le moment, ne sont pas révolutionnaires. En somme, ils affectent davantage la forme que le fond : « c’est le mariage des paillettes et de l’Islam » diront certains. Une chaîne arabe publique a défrayé la chronique par son libéralisme politique pourtant, c’est la chaîne du Qatar, Al-Jazeera, qui a fait couler beaucoup d’encre depuis son avènement et sur laquelle nous reviendrons.

44Les États adaptent leur programmation mais aussi investissent davantage, efforts et capitaux, dans ce secteur stratégique et dans les industries qui lui sont affiliées, du hardware – expansion des chaînes thématiques et numériques, lancements successifs de satellites, construction d’imposantes structures de production, etc. – au software – augmentation de la production, mise en place d’alliances pour l’acquisition de production, etc. Nous verrons, dans ce chapitre et à travers le cas égyptien dans les chapitres suivants, que le système télévisuel arabe est traversé par les tendances qui caractérisent le secteur télévisuel à l’échelle mondiale.

LES MÉDIAS ARABES ENTRE TERRITOIRE DE DIFFUSION ET TERRITOIRES DE RÉCEPTION

  • 28 Les chaînes de télévision transnationales sont celles qui sont mises en place pour conquérir une a (...)

45Comme d’autres, les pays arabes réagissent pour marquer leur présence sur la carte télévisuelle régionale, voire internationale. Cependant la redistribution des positions médiatiques se fait, de plus en plus, en faveur de grands groupes privés qui ont la capacité de mobiliser les énormes investissements que nécessitent les chaînes de télévision transnationales28 et les bouquets numériques, d’autant que le pari que les grands groupes ont fait ne leur assure pas un retour sur investissement rapide. Dans l’espace télévisuel arabe, les capitaux en question sont largement représentés par les pétrodollars des Saoudiens dont les chaînes commerciales sont hégémoniques. En profitant des dernières technologies de diffusion, ces derniers ont développé de véritables réseaux de communication panarabes, qui ont le plus souvent émergé en Europe. De cette façon, ils contournent une confrontation directe avec les télévisions monopolistiques nationales. Quelques télévisons nationales, comme Abou-Dhabi channel, tirent leur épingle du jeu et jouissent tout de même de positions de premier plan.

Un indice : l’utilisation du magnétoscope, un jalon : la presse satellitaire

  • 29 Naba R., « La guerre des ondes au Moyen-Orient », Les Cahiers de l’Orient, 2e trimestre 1994, n° 3 (...)
  • 30 Boyd D., « International Radio Broadcasting in Arabic : a Survey of Broadcasters and Audiences », (...)

46René Naba rappelle, à juste titre, que les populations dans les pays arabes sont depuis longtemps habituées à recevoir les émissions exogènes des radios internationales comme la BBC, la Deutsche Welle, Radio Monte Carlo ou la Voice of America29 ou celles des pays voisins. Et un expert américain, Douglas Boyd, rappelle que la région a été le théâtre de conflits électroniques, de luttes d’influence par ondes interposées. Les puissances occidentales propagandistes se livraient là à une guerre radiophonique au moment de la Seconde Guerre mondiale. En outre, des radios arabes rivalisaient entre elles pour délivrer le message panarabe qui fera le plus d’audience. À ce jeu, rappelons que l’Égypte, avec la radio Sawt Al-Arab ou « la Voix des Arabes », dont le nom dévoile déjà l’ambition, fut longtemps dominante. L’espace médiatique arabe est tellement convoité et alimenté par des émissions radiophoniques de toutes sortes, que Boyd constate dans un article récent qu’à l’échelle internationale, la langue arabe est la deuxième langue employée par les radios après l’anglais30. Le coût du récepteur de radio a baissé d’année en année, sa taille s’est réduite et le transistor est vite devenu financièrement accessible au plus grand nombre.

47L’audience arabe, très tôt, s’est nourrie des services de radio internationaux, et fut donc exposée à des informations extra-nationales. Son inclination à écouter ces émissions étrangères était renforcée par la confiance mitigée qu’elle pouvait avoir vis-à-vis des informations distillées par les médias nationaux. Il n’est pas étonnant que les magnétoscopes, par la suite, aient suscité un si grand intérêt auprès de ce public.

  • 31 Amin H. et Boyd D.A., « The Impact of Home Video Cassette Recorder on Egyptian Film Consumption Pa (...)

48En effet, le magnétoscope se généralisa dans la région arabe dans les années 198031 en dépit des prix prohibitifs de cet équipement et des États soucieux de contrôler strictement l’importation des cassettes. Avant la Guerre du Golfe, des estimations montrent que pratiquement tous les foyers des riches pays du Golfe, en l’occurrence du Koweït, de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, du Qatar, des Émirats arabes unis et du sultanat d’Oman étaient équipés. Dans des pays plus pauvres tels que l’Égypte, le parc des magnétoscopes, estimé par la BBC en 1990 à 1,7 million d’appareils, est très élevé relativement au pouvoir d’achat des ménages. Les chiffres, à considérer à l’aune de la fréquentation collective du média, sont un signe avant-coureur de la volonté des usagers ordinaires de voir « autre chose ».

  • 32 Ibid., p. 84.

49Cet engouement s’explique par divers facteurs comme le choix limité d’émissions que proposent les télévisions nationales, comme la censure pesant sur les programmes qui, notamment les films étrangers, sont parfois raccourcis à outrance au point d’en devenir inintelligibles. La désinformation, ou le mutisme politique à certains endroits, dont font preuve les organes d’information officiels, est une raison supplémentaire qui favorise la diffusion du magnétoscope. Amin et Boyd rapportent que les gens nourrissent une telle méfiance à l’égard des informations officielles, qu’après l’assassinat de Sadate en 1981, des cassettes vidéo montrant l’enregistrement de l’attentat par des sources étrangères circulaient sous le manteau malgré le fait que les images de l’attentat avaient été diffusées à la télévision égyptienne32 ! Par l’acquisition de ces appareils, l’audience veut certes contourner les messages monolithiques de l’État. Les cassettes vidéo qui circulent, dont l’importation ou la possession sont pour certaines défendues, ont des contenus variés, allant des émissions et films de divertissement arabes ou occidentaux aux émissions à caractère politique ou religieux bannis par les autorités.

50Néanmoins, on a l’habitude de s’appesantir sur les cassettes dont le contenu idéologique et politique va à l’encontre du discours officiel. L’origine de ces cassettes est, trop souvent, attribuée à des « informateurs occidentaux », à des marxistes, aux Frères musulmans, à Saddam Hussein, aux agents du Hezbollah, aux dissidents politiques, aux exilés des régimes totalitaires, et autres organisations souterraines. À croire que le monde arabe est en état d’urgence permanent, que les populations sont extrêmement muselées, politisées à outrance, que des milliers d’intellectuels fébriles disposent de cet unique moyen pour obtenir des informations crédibles, ou alors qu’à l’opposé la propagande sur cassette vidéo est la drogue, quotidienne et indispensable, des foules.

51Rares sont les études qui s’intéressent à la morale qui pèse sur la télévision et qui, selon nous, joue un grand rôle dans la volonté de certaines personnes – qu’il serait probablement difficile de recenser – d’avoir accès aux programmes à caractère érotique ou pornographique de « circuits parallèles ». Beaucoup d’auteurs sont conscients de l’importance de ce facteur mais, tout au plus, quelques lignes sont glissées ici et là à ce sujet, rien d’exhaustif. Cela tient peut-être au « label » musulman de ces sociétés et à l’appréhension que certains ont de heurter un caractère présumé particulièrement susceptible. Il n’en demeure pas moins que, quelle que soit la pratique religieuse des « consommateurs », ces programmes répondent, invariablement et universellement, à une demande.

52Les Égyptiens font preuve de beaucoup d’humour ; le nom de code qu’ils ont donné à ce genre de cassettes est thaqâfa, qui signifie « culture ». Un écrivain égyptien de renom illustre bien cet esprit léger dans l’un de ses romans :

  • 33 Il s’agit de la guerre de 1973.
  • 34 Ibrahim S., Les Années de Zeth, Paris, Actes Sud, traduction de Richard Jacquemont, 1993, p. 85-86

Il avait trouvé, grâce à la vidéo l’occasion de compenser en partie ce qu’il avait perdu dans la guerre d’usure33, au moyen des films que-vous-savez, dont le langage visuel est assez explicite pour qu’il ne soit nécessaire d’en comprendre les dialogues. Il eut donc recours à son voisin, pour une projection non pas publique (les choses eussent alors pris un autre tour, moins dramatique et plus civilisé), mais privée et réservée au mâles34.

  • 35 Cette étude est réalisée en 1997 par le Pan Arab Research Center basé à Doubaï et cité dans cet ar (...)

53En Arabie saoudite, régime confessionnel ultra-conservateur, connu aussi pour l’influence morale qu’il exerce sur le contenu des productions télévisuelles arabes en tant que pays importateur de premier plan, la chaîne satellitaire libanaise LBC est la chaîne la plus regardée. Les téléspectateurs interrogés avancent, parmi leurs motivations à regarder cette chaîne, les qualités physiques des animatrices35.

  • 36 Al-Hadidi M. et A., Al-fidyû kasît, anmât mushâhadatihi wa ta°thîratuhu [Vidéo-cassettes : usages (...)

54Il existe encore d’autres raisons à l’acquisition de magnétoscope comme la possibilité d’enregistrer les émissions télévisées et surtout l’attrait qu’exerce l’appareil en termes de prestige. Cette dernière motivation – avancée par 33 % des usagers – occupe en Égypte le deuxième rang d’après une enquête réalisée auprès d’un échantillon de propriétaires de magnétoscope. La première place est attribuée au poste « autre » que nous serions en peine de définir36.

  • 37 Schleifer S.A., « Media Explosion in the Arab world : the Pan-Arab Satellite Broadcasters », TBS, (...)

55Certes, les radios internationales, le magnétoscope donnent, ou révèlent, de nouvelles aspirations mais on ne peut pas dire qu’ils concurrencent directement les médias officiels. En réalité, le premier média indépendant se présente sous la forme d’une presse écrite délocalisée. Cette nouvelle presse a été la première à annoncer la future déterritorialisation des télévisions arabes car il s’agit du premier média arabe transnational37. Dès la fin des années 1970, ces journaux arabes privés dits offshore (ou délocalisés) émergent en Europe. C’est à partir de Londres qu’ils sont aujourd’hui distribués. Les instigateurs de cette nouvelle presse arabophone, qui traite essentiellement de politique internationale, sont souvent des hommes d’affaires saoudiens, lesquels sont parfaitement à même de mobiliser les fonds qu’exige le déploiement de cette presse.

  • 38 « Le rôle de sponsor de l’Arabie saoudite dans la presse arabe résulte du fait qu’elle concentre p (...)

56Dans cette catégorie, le journal à plus gros tirage est Al-Hayat (200 000 exemplaires) qui s’adresse à une élite arabe d’expatriés cumulant capital économique et capital culturel – pour reprendre les outils analytiques de Pierre Bourdieu. Ce journal eut été plus prompt à critiquer le régime saoudien s’il n’était pas confronté à des obstacles d’ordre commercial et politique. En effet, le marché le plus important est l’Arabie saoudite et, en termes publicitaires, c’est de loin celui qui dans le monde arabe attire le plus les annonceurs. Cette déclaration du rédacteur en chef d’Al-Hayat n’autorise pas le doute : « Saudi Arabia’s role as sponsor of the Arab press results from its position as the country where almost all advertising in the Arab world is concentrated. Industrialists from Boeing in Seattle all the way to Datsun and Toyota in Japan are interested in the single Saudi market.[…] Without the Saudi market Al-Hayat could not survive38 ». Même logique pour le journal Al-Charq Al-Awsat dont les deux tiers des ventes se font en Arabie saoudite.

57Al-Hayat est un quotidien libanais à l’origine. En effet, le journal fut créé à 1946 par le Libanais Kamal Murowa. Son établissement, bombardé à Beyrouth en 1976, connaîtra une seconde vie à Londres en 1988 grâce à l’initiative de son fils Jamil Murowa, jusqu’à ce que le prince saoudien Khaled Ibn Sultan en devienne l’actionnaire majoritaire en 1990. Ce dernier est aussi à la tête de la revue d’information hebdomadaire Al-Wasat basée à Londres.

  • 39 Le Saudi Research and Marketing Ltd. comprend aussi le magazine hebdomadaire Al-Charq Al-Awsat, TV (...)
  • 40 « Nous sommes bannis d’Arabie saoudite et par conséquent complétement privés de publicité », Middl (...)

58Le quotidien Al-Charq Al-Awsat comme les autres journaux offshore est édité dans plusieurs capitales arabes à partir de Londres, grâce au satellite et à la technique de photocomposition. Il appartient à un autre prince, Ahmad bin-Salman bin-Abdel Aziz, frère du roi saoudien et fait partie de l’empire médiatique du Saudi Research and Marketing Ltd39. Un autre journal, Al-Quds Al-Arabi s’avère être plus critique vis-à-vis de l’Arabie saoudite ; en conséquence il a une assise financière moindre, et est moins important en termes de tirages ; « we are banned in Saudi Arabia and, as a result, are completely deprived of advertisements40 », déplore Abdul Bari Atwan, le rédacteur du journal.

  • 41 Mansour K., art.cit., p. 71.
  • 42 Les quotidiens d’information Al-Akhbar et Al-Ahram tirent respectivement à un million d’exemplaire (...)
  • 43 « Dans la plupart des pays arabes, les journaux nationaux vendent entre 5 000 et 10 000 exemplaire (...)

59Au total, 450 000 exemplaires41 de ces journaux paraissent chaque jour, tous titres confondus. Ces tirages ne sont pas extraordinaires si on les compare à ceux des journaux officiels égyptiens qui jouissent d’un large lectorat dans un pays qui compte près de 64 millions d’habitants42 ; ils n’en demeurent pas moins considérables si l’on garde à l’esprit ce que Khazen ne manque pas de nous rappeler : « In most Arab countries national newspapers sell no more than between 5,000 and 10,000 copies a day43 ».

Territoires et nouveaux médias

  • 44 Aujourd’hui, des dizaines de journaux arabes, indépendants ou non, sont consultables sur Internet.
  • 45 Mattelart A., « La nouvelle idéologie globalitaire », in Cordellier S. (éd.), Mondialisation au-de (...)

60Ces nouveaux journaux annoncent les réaménagements médiatiques futurs44 ; quel que soit le lieu de production ou d’émission du message médiatique, celui-ci a une portée mondiale ; c’est la fin des territoires médiatiques arabes exclusivement nationaux. Nous distinguons deux types de territoires médiatiques : les territoires de réception et le territoire de diffusion. Les territoires de réception ne sont pas géographiquement unifiés mais ils sont géographiquement définis, ils sont constitués par les îlots où sont présents les usagers, lesquels sont enfin pris en considération par les opérateurs des différents médias (presse écrite, puis chaînes satellitaires et enfin Internet). Les territoires de diffusion sont les lieux à partir desquels ces médias sont diffusés. Si dans le premier cas le territoire est mondial, du fait de son caractère strictement géographique, dans le second, il est global dans le sens où il se présente sous la forme d’un réseau systémique d’acteurs et d’entreprises qui traduit « une conception cybernétique de l’organisation de la planète45 ». Cela nous permet d’entrevoir que les individus selon qu’ils sont émetteurs ou simples récepteurs peuvent se situer dans l’un ou l’autre de ces deux territoires, voire dans les deux à la fois quand ils sont « branchés sur le web ».

  • 46 Badie B., La Fin des territoires, Paris, Fayard, 1995, p. 12.

61La « fin des territoires » traditionnels s’applique aux deux territoires mais elle est précipitée par les actions des différents opérateurs. Dans le domaine télévisuel, ces derniers élargissent indéfiniment le territoire de réception à partir de Londres, du Qatar ou de Dubaï. Cette fin des territoires médiatiques nationaux suppose a priori que des productions culturelles existent et circulent hors l’intervention et le contrôle de l’instance étatique. En effet, le principe de territorialité, comme l’affirme Bertrand Badie dans son ouvrage La Fin des territoires, est « clairement instrumental » car il « suppose que le pouvoir politique s’exerce non pas à travers le contrôle direct des hommes et des groupes, mais par la médiation du sol »46. Or, aujourd’hui, les entreprises télévisuelles arabes peuvent contourner l’autorité étatique du pays arabe d’origine. L’autorité politique s’appuyait notamment sur un dispositif juridique qui, hormis dans le cadre d’accords inter-étatiques, n’a plus prise à l’extérieur des frontières géographiques nationales.

62En définitive, la caducité de la norme territoriale dans l’espace télévisuel arabe résulte de plusieurs facteurs :

  • l’ouverture des zones de diffusion, soit la possibilité de proposer des programmes télévisuels partout grâce à la technologie du Direct Broadcasting System (DBS) ; elle pourra s’appuyer sur la technique du numérique qui permet d’étendre les possibilités de l’offre ;
  • l’absence de réglementation sur les satellites de forte puissance ;
  • l’émergence d’acteurs transnationaux, plus souvent issus de la sphère économique que de la sphère médiatique, qui investissent dans le secteur télévisuel ;
  • la prise en considération accrue par différents entrepreneurs
  • annonceurs, opérateurs dans les télécommunications ou acteurs de l’industrie culturelle – d’un marché de « récepteurs-consommateurs » et de territoires de réception élargis, dans la région arabe et ailleurs.

63Ce faisceau de paramètres fragilise les traditionnelles télévisions étatiques terrestres. Ces dernières, même en se hissant sur les satellites n’ont pas toujours la capacité financière, ni la « culture marketing », ni même la souplesse de gestion propre aux nouvelles chaînes de télévision transnationales ; qualités pourtant indispensables si elles veulent garder leur suprématie ne serait-ce que sur leurs territoires nationaux.

Free flow of information : le retour

64Cette nouvelle configuration dans la zone arabe est tout à fait remarquable si l’on se réfère en contrepoint aux débats qui résonnent encore dans l’enceinte de l’Unesco et aux revendications des pays du Tiers-Monde pour un rééquilibrage des flux d’information et de communication, et pour un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication. On reprochait aux multinationales occidentales de profiter de leur suprématie pour assujettir les économies et les esprits des zones périphériques.

65Aujourd’hui, les discussions qui opposaient les défenseurs et les détracteurs du free flow of information semblent reléguées aux archives de l’Unesco et autres lieux de débats Nord/Sud. Les télévisions nationales arabes sont directement concurrencées par des groupes arabes privés – en plus des chaînes occidentales. On assiste à une véritable révolution : la mutation de l’espace télévisuel arabe à travers le décloisonnement des espaces de diffusion et de réception.

  • 47 Voir l’article « À Mexico, les larmes coulent à flots », L’Expansion, 25 juillet 1996, p. 50-51.
  • 48 Feuilletons télévisuels, ces téléromans dont la suite des épisodes est interminable sont des ficti (...)

66Autrefois, les multinationales rimaient presque systématiquement avec Occident, notamment à l’époque où la théorie de la dépendance était en vogue. Les choses ont changé : « Nous voulons être perçus comme une compagnie multinationale de communication dont le siège est à Mexico », affirme un des dirigeants de Televisa47, un puissant groupe Multimédia qui, entre autres activités, alimente en telenovelas48 la programmation de dizaines de chaînes de télévision à travers le monde. En ce qui concerne l’Inde, Bombay ou « Bollywood », comme on la surnomme fièrement, possède l’industrie cinématographique la plus prolifique du monde.

67Le déséquilibre persiste mais il ne départage pas le Nord et le Sud ; les lignes de fracture sont moins nettes, rendant les revendications plus vaporeuses peut-être, et les pôles de solidarité plus éclatés. Les médias n’ont pas répondu et ne répondent pas sans doute aux attentes de Lerner et de Schramm. Les opérateurs des industries de communication de quelques pays du Tiers-Monde se sont intégrés au marché international de l’audiovisuel, en sont devenus des acteurs à part entière. D’autres, et ils sont plus nombreux, n’ont pas les moyens nécessaires pour réduire le fossé croissant et le décalage qui existent entre les productions qu’ils proposent et ce à quoi le public aspire. Dans tous les cas, les stratégies mises en œuvre par les acteurs du système télévisuel des pays du Tiers-Monde, et des pays arabes en ce qui nous concerne, répondent moins à des projets de développement social qu’à des desseins parfois politiques et toujours économiques. Le couple média et développement ne va plus de soi et un média dans un pays en développement reste un média tout court, avec sa logique propre.

Notes

1 Barrat J., Géographie économique des médias, Paris, Litec, 1992.

2 Bistolfi R., Giordan H. (dir.), Les Langues de la Méditerrannée, Paris, L’Harmattan, 2002.

3 Un an plus tard l’Égypte et la Syrie mettront fin à leur union.

4 La publicité télévisuelle n’était pas autorisée en Arabie saoudite jusqu’en 1986. À l’inverse, les recettes publicitaires sont d’emblée la principale ressource des chaînes libanaises.

5 Wolton D., Éloge du grand public : une théorie critique de la télévision, Paris, Flammarion, 1990, p. 23.

6 Selon le bilan annuel de l’Unesco de 2004, le taux d’alphabétisme des adultes est en 2002 de 68,9 % en Algérie, 47,2 % à Djibouti, 55,6 % en Égypte, 81,7 % en Libye, 41,2 % en Mauritanie, 50,7 % au Maroc, 73,2 % en Tunisie, 58 % en l’Irak, 90,9 % en Jordanie, 82,9 % en Syrie, 77,3 % aux Émirats arabes unis, 82,9 % au Koweït, 84,2 % au Qatar, 88,5 % au Bahreïn, 77,9 % en Arabie saoudite, 74,4 % à Oman et le Liban a le taux le plus élevé avec 92,4 %.

7 En témoigne le succès de certaines émissions où l’on ressort les archives de la télévision. Nous avons pu observer ce phénomène en Égypte, mais il est patent en France aussi, comme le montrent des émissions comme Les Enfants de la télé, Arrêt sur image, Ligne de mire, etc. ou les témoignages nostalgiques de Jacques Mousseau et de Christian Brochand dans L’Aventure de la télévision, Paris, Nathan, 1987.

8 El Emary N., Le Feuilleton télévisé et les industries culturelles en Égypte, thèse de troisième cycle, Paris III, 1996.

9 Wolton D., op. cit., p. 36.

10 La communication en tant que nouvelle idéologie est fortement critiquée par Philippe Breton dans L’Utopie de la Communication, Paris, La Découverte, 1995.

11 Mattelart A., La Communication-Monde. Histoire des idées et des stratégies, Paris, la Découverte, 1992. Du même auteur, La Mondialisation de la communication, Paris, PUF, 1996.

12 Certains iront jusqu’à associer les chaînes satellitaires maghrébines aux Amicales en France, comme on le fait déjà pour les radios communautaires arabes en France. Leur rôle est ainsi réduit à celui de cordon ombilical liant le Maghrébin de la « première génération » à son pays d’origine.

13 Anderson B., Imaginated Communities, Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, 2e édition, Londres, Verso, 1991. Voir aussi Sinclair J. et al., New Patterns in Global Television : Peripheral Vision, Oxford, Oxford University Press, 1996 ; cet ouvrage collectif traite de l’émergence des marchés régionaux de productions télévisuelles asiatique, arabe et indien du fait d’une « géo-linguistique » favorable.

14 « TBS Exclusive Interview with Alexanleder Zilo, Orbit President », in Transnational Broadcasting in the Arab World, Transnational Broadcasting Studies, n° 1, 15 août 1998, université américaine du Caire. Cette revue est accessible sur le site <http://www.tbsjournal.com>.

15 « Je dois dire que j’avais vraiment commencé à travailler dans les médias de la même façon que je l’avais fait dans la banque ou les affaires », « TBS Exclusive Interview with Sheikh Saleh Kamel », ibid.

16 Banques dont la gestion se ferait conformément aux principes de la chari’a (droit islamique), notamment concernant la distribution d’intérêt dont on a avancé qu’elle était illicite en Islam. Partant, les banques islamiques proposent aux épargnants qui leur confient leurs fonds une mouchârakat ou participation aux bénéfices. Voir Galloux M., Finance islamique et pouvoir politique : le cas de l’Égypte moderne, Paris, PUF, 1997.

17 L’ouvrage de Paul J.P. est un ouvrage de vulgarisation à la fois synthétique et très clair. Paul J.P. Économie de la communication TV-Radio, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1991, p. 9-20. Voir aussi Rueff J., L’Audiovisuel, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1996 et Baudelot P. et Eymeret G., Les Satellites et l’Audiovisuel, Paris, Dixit, 1994.

18 Fréquence comprise entre 3,6 et 4,2 GHz.

19 Ayish M., « The Regulation of Satellite Television in the GCC States », communication au colloque Satellite Broadcasting in the Middle East and North Africa organisé au Caire par l’organisation Article 19, les 20-21 février 1999.

20 Soit une fréquence allant de 10,7 à 12,75 GHz.

21 La convergence technique pose des problèmes juridiques importants dans la mesure où il devient difficile aujourd’hui de distinguer les supports médiatiques et donc la législation applicable à chaque support. Voir Cluzel J., À l’heure du numérique, série « Regards sur l’audiovisuel », t. 12, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1998.

22 Balle F., Médias et Sociétés, 9e édition, Paris, Montchrestien, 1999, p. 442.

23 Achilleas Ph., La Télévision par satellite : aspects juridiques internationaux, Paris, Montchrestien, 1997.

24 En fait, avant 1989, l’acquisition d’une antenne en Égypte devait faire l’objet d’une autorisation préalable du Premier ministre mais, à cette époque, les antennes étaient encore rares contrairement au cas du Maghreb.

25 Leal-Adghirni Z., « Les antennes diaboliques au Maroc », Tiers-Monde, t. XXXVII, n° 146, p. 331-338, spéc. p. 336.

26 Marghalani K., Palmgreen P. et Boyd D., « The Utilization of Direct Broadcasting Satellite (DBS) in Saudi Arabia », Journal of Broadcasting and Electronic Media, 3e trimestre 1998, n° 42, p. 297-314, spéc. p. 304.

27 Mattelart A. et M., Penser les médias, Paris, La Découverte, 1986, p. 154.

28 Les chaînes de télévision transnationales sont celles qui sont mises en place pour conquérir une audience arabe large ; elles se distinguent des autres chaînes arabes en ce qu’elles proposent des programmes fédérateurs, standard, marqués en somme par aucune allégeance manifeste autre que celle du marché mondial de l’audience.

29 Naba R., « La guerre des ondes au Moyen-Orient », Les Cahiers de l’Orient, 2e trimestre 1994, n° 34, p. 103-165. Du même auteur, voir aussi Guerre des ondes… guerre des religions, Paris, L’Harmattan, 1998.

30 Boyd D., « International Radio Broadcasting in Arabic : a Survey of Broadcasters and Audiences », Gazette, n° 56, vol. 6, 1997.

31 Amin H. et Boyd D.A., « The Impact of Home Video Cassette Recorder on Egyptian Film Consumption Patterns », Communications, vol. 18, n° 1, 1993, p. 77-87.

32 Ibid., p. 84.

33 Il s’agit de la guerre de 1973.

34 Ibrahim S., Les Années de Zeth, Paris, Actes Sud, traduction de Richard Jacquemont, 1993, p. 85-86.

35 Cette étude est réalisée en 1997 par le Pan Arab Research Center basé à Doubaï et cité dans cet article de presse : « Lebanese TV all the Rage in Arabia Thanks to Satellite », Middle East Times, 22 juin-3 juillet 1997, p. 21.

36 Al-Hadidi M. et A., Al-fidyû kasît, anmât mushâhadatihi wa ta°thîratuhu [Vidéo-cassettes : usages et effets : une études de terrain], Dar-al Fikr Al-Araby, Le Caire, 1985, p. 34.

37 Schleifer S.A., « Media Explosion in the Arab world : the Pan-Arab Satellite Broadcasters », TBS, n° 1, 15 août 1998. Voir aussi Mansour K., « Pan-Arab Media : Talk shows for the Elite », Middle East Insight, p. 37 et suiv.

38 « Le rôle de sponsor de l’Arabie saoudite dans la presse arabe résulte du fait qu’elle concentre presque toute la publicité diffusée dans le monde arabe. Des industriels comme Boeing à Seattle ou Datsun et Toyota au Japon sont intéressés par le seul marché saoudien […]. Sans le marché saoudien Al-Hayat ne pourrait pas survivre », Jihad Khazen interviewé in « Veiled Protection : when Self-Censorship Makes Sense », Middle East Times, 27 avril 1996.

39 Le Saudi Research and Marketing Ltd. comprend aussi le magazine hebdomadaire Al-Charq Al-Awsat, TV magazine, la revue masculine Al-Rajûl, la revue féminine Hiyya, la revue sur la mode Al-Jamîla, le magazine pour la famille Sayyidati et la revue économique du monde arabe Al-Majalla. Voir Middle East Times, 16-26 août 1999.

40 « Nous sommes bannis d’Arabie saoudite et par conséquent complétement privés de publicité », Middle East Times, 27 avril 1996.

41 Mansour K., art.cit., p. 71.

42 Les quotidiens d’information Al-Akhbar et Al-Ahram tirent respectivement à un million d’exemplaires (1,2 millions le vendredi) et 900 000 exemplaires.

43 « Dans la plupart des pays arabes, les journaux nationaux vendent entre 5 000 et 10 000 exemplaires par jour, pas davantage », Middle East Times, 27 avril 1996. Rappelons toutefois que des pays tels que la Syrie ou la Jordanie ont une population beaucoup moins importante que l’Égypte avec respectivement 14 millions et 4 millions d’habitants.

44 Aujourd’hui, des dizaines de journaux arabes, indépendants ou non, sont consultables sur Internet.

45 Mattelart A., « La nouvelle idéologie globalitaire », in Cordellier S. (éd.), Mondialisation au-delà des mythes, Paris, La Découverte, série « Les Dossiers de l’état du monde », 1997, p. 86. Voir aussi Castells M., La Société en réseaux, Paris, Fayard, 1998.

46 Badie B., La Fin des territoires, Paris, Fayard, 1995, p. 12.

47 Voir l’article « À Mexico, les larmes coulent à flots », L’Expansion, 25 juillet 1996, p. 50-51.

48 Feuilletons télévisuels, ces téléromans dont la suite des épisodes est interminable sont des fictions souvent « à l’eau de rose », produites à un rythme industriel.

Table des illustrations

Légende Carte des pays de la Ligue arabe
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Nombre de récepteurs de télévision pour 1 000 habitants et PIB par habitant des pays membres de l’ASBU (données pour 1997)
Légende Source : Annuaire Statistique de l’Unesco, 1998 et 1999.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© CNRS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search