Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Cas d’études – I. Poésies de langues indo-aryennes

Le Nâgadamana de Narasimha Mahetâ : Une forme particulière pour chanter la sainteté de l’aube

Françoise Mallison

Résumé

En Inde du Nord, et en particulier au Gujarati qui a vu naître le grand poète et dévot Narasimha Mahetâ, les hymnes célébrant les mystères de l’aube sont très populaires. La forme la plus fréquente en est celle qu’on dénomme prabhâtiyum. Les prabhâtiyâm (âm est la forme du pluriel) sont généralement composés avec un mètre appelé jhûlanâ, « balancier » ou « balançoire », qui se caractérise par l’alternance, à l’intérieur d’un même pied, d’une sonorité longue, d’une brève et d’une longue. Outre cette rythmique « balancée », le prabhâtiyum se caractérise encore par une mélodie qui lui est propre. Or, l’un des prabhâtiyâm les plus populaires, le Nâgadamana, d’ailleurs attribué à Narasimha Mahetâ, s’il se range en effet parmi les « chants du matin », présente cependant une forme non usuelle. Par le mètre utilisé, harigîta (deux lignes de quatre fois sept mores, rimant entre elles, avec leur dernier pied terminé par la séquence longue brève longue) et par la mélodie qui n’est pas celle du prabhâtiyum, le Nâgadamana se distingue des formes habituelles des prabhâtiyâm, si bien que la seule attache de ce poème avec le genre des prabhâtiyâm tient uniquement au fait qu’il est chanté le matin. Nous montrerons dans cette communication que la rencontre matinale des Nâginîs (cobras femelles) avec Krishna donne lieu à une conversation dont la fraîcheur et la simplicité n’ont d’égales que l’enseignement qu’elle procure : épouses fidèles du Nâga (démon cobra), les Nâginîs n’en sont pas moins croyantes dans la divinité de Krishna. Elles obtiennent, par cette double qualité, la grâce de Krishna pour leur époux. La traduction donnée par l’auteure n’introduit aucun élément typique du prabhâtiyum, mais elle s’efforce en revanche de mettre en relief, à travers le dialogue qui s’échange entre les Nâginîs et Krishna, la vivacité du lien entre amour humain et amour divin.

Texte intégral

Poème en goujarati : Nâgadamana, « La soumission du dragon cobra », de Narasimha Mahetâ (xve s.)

Transcription

1Narasiṃha mahetā

2Jalakamala chāṇḍī jāne bāḷā

3Jalakamala chāṇḍī jāne bāḷā svāmī amāro jāgaśe,
Jāgaśe tane māraśe, mane bāḷahatyā lāgaśe. (1)

4Kahe re bāḷaka tuṃ māraga bhūlyo, ke tārā verīe vaḷāviyo ;
Niścaya tāro kāḷa khūṭyo, ahiṃam te śīda āviyo. (2)

5Nathī nāgaṇa huṃ māraga bhūlyo, nathī mārā verie vāḷaviyo,
Mathurā nagarīmāṃ jugaṭuṃ ramatāṃ, nāganuṃ śīśa huṃ hāriyo. (3)

6Raṅge rūḍo rūpe pūro, dīsanto koḍīlo koḍamaṇo ;
Tārī mātāe keṭalā janmyā, temāṃ tuṃ aḷakhamāṇo. (4)

7Mārī mātāe bahu janmyā, temāṃ huṃ naṭavara nahānado ;
Jagāḍa tārā nāgane, māruṃ nāmo Kr̥ṣṇa kahānaḍo. (5)

8Lākha savāno māro hāra āpuṃ, āpuṃ re tujane doriyo;
Eṭaluṃ mārā nāgathī chānuṃ, āpuṃ tujane coriyo. (6)

9Śuṃ karuṃ nāgaṇa hāra tāro, suṃ karuṃ tāro doriyo;
Sāne kāje nāgaṇa tāre, karavī gharamāṃ coriyo. (7)

10Caraṇa cāmpī mucha maraḍī, nāgaṇe nāga jagāviyo;
Uṭhone baḷavanta koī, hārane bāḷaka āviyo. (8)

11Beu baḷiya bāthe vaḷagiyā, Kr̥ṣṇe Kālināga nāthiyo ;
Sahasra pheṇa phuṃphave jeme, gagana gāje hāthiyo. (9)

12Nāgaṇa sau vilāpa kare je, nāgane bahu du. kha āpase ;
Mat hurā nagarlmāṃ lei jaśe, pachī ndganuṃ śīśa kāpaśe. (10)

13Beu karajodīne vīnave, Svāmt mūko amārā kanthane;

14Ame aparādhī kamī na samajyāṃ, na oḷakhyā Bhagavantane. (11)

15Thāḷa bharī ādgaṇī sarve, motiye SrīKr̥ṣṇane vadhāviyo ;
Narasaiṃyānā nātha pasethī, nāgaṇe nāga choḍāviyo. (12)

Traduction française1

  • 1 Extrait de Françoise Mallison, Au point du jour – Les prâbhâtiyam de Narasimha Mahetâ, poète et sa (...)
  • 2 Jalakamala, « La crique aux lotus », fait allusion à une version autre de l’histoire selon laquell (...)
  • 3 Kodîlo et kodâmano sont deux qualificatifs formés sur koda, « désir ardent » (du sanskrit kautuka  (...)
  • 4 Natavara : le meilleur des danseurs, le roi de la danse ; un des noms de Krishna, particulièrement (...)
  • 5 Kahânado : Petit Kahâna ; Kahâna est un diminutif de Krishna qui s’introduit ici par ses « nom » e (...)
  • 6 Lâkha savâ : un lakh et quart, soit 125 000 ; la nature de la monnaie n’est pas précisée mais le c (...)
  • 7 Hâthiyo : équivalent de hasta ou hasti, désigne une constellation de cinq étoiles en forme de main (...)
  • 8 Bhagavanta ou bhagavat : Dieu, l’Être suprême, spécialement dans le contexte de la bhakti vishnoui (...)
  • 9 Motiye vadhâviyo, de vadhâvavum : « accomplir les cérémonies et rites de l’accueil lors de l’arriv (...)

« Quitte la crique au lotus2, enfant,
notre seigneur va s’éveiller !
S’il s’éveille il te tuera
et j’aurai [sur ma conscience] le meurtre d’un enfant.
Dis-moi, petit, as-tu perdu ton chemin,
ou bien est-ce ton ennemi qui t’envoie ?
Ta vie, c’est certain, ne doit pas durer plus longtemps,
sinon pourquoi serais-tu venu ici ?
– Non, Nâganî, je n’ai pas perdu mon chemin
et ce n’est pas mon ennemi qui m’envoie !
J’ai joué aux dés à la ville de Mathura
et j’ai [parié et] perdu la tête du Nâga.
– Tu as un beau teint et tu es bien bâti,
à te voir plein d’ardeur, notre cœur est charmé3.
À combien [d’enfants] ta mère a-t-elle donné le jour ?
[Serais-tu] le moins aimé d’entre eux ?
- Ma mère a donné naissance à deux enfants,
des deux je suis le plus petit, Natavara4.
Éveille ton Nâga et dis-lui
mon nom : Krishna le petit Kahâna5.
– Je vais te donner mon collier qui vaut des mille et des cents6.
je vais te donner le bijou qui orne mon cou,
tout cela en cachette de mon Nâga,
je vais te le donner, petit voleur !
– Que ferai-je, Nâganî, de ton collier,
que ferai-je de ton ornement de cou ?
Pour quelle raison, ô Nâganî,
commettre un vol dans ta maison ? »
La Nâganî, pour éveiller son Nâga,
lui presse les pieds, lui tord sa moustache.
« Lève-toi, ô puissant, un jeune
garçon est venu et se tient à la porte. »
Tous les deux sont forts, ils s’agrippent et s’empoignent
puis Krishna dompte Kâlinâga.
Ses mille capuchons sifflent aussi fort
que gronde le ciel dans la tempête de hasti7.
Toutes les Nâganî éclatent en lamentations :
Que ne va-t-il faire souffrir au Nâga !
Il va l’emmener à la ville de Mathurâ
puis là, il lui coupera la tête !
Elles joignent leurs mains et supplient :
« Seigneur, relâche notre époux !
Nous sommes coupables, nous n’avons rien compris,
nous n’avons pas reconnu que tu es l’Adorable8. »
Avec des plats emplis de perles9
les Nâganî rendent hommage à Krishna.
Ainsi elles ont pu délivrer leur Nâga
qui était à la merci du Seigneur de Narasimha

Auteur

16Narasimha Mahetâ (1414-1470) est l’âdi-kavi, « le poète initial », du Gujarat, le premier et le plus grand : celui dont l’œuvre, transmise de générations en générations, est encore en faveur de nos jours.

17Il est aussi un bhakta, un dévot de Krishna, un grand saint dont la légende hagiographique est foisonnante. Devenu un saint et un poète national, il appartient à la caste de l’élite gujarâtî des brahmanes, les Nâgar, dont il possédait la culture vaste et éclectique et à laquelle il devait sans doute aussi ses talents de musicien. Eperdu de ferveur religieuse, il mena une vie qui faisait fi des conventions de son époque et de son milieu. Il passa son temps à composer et chanter une poésie lyrique intense qui ne semble pas lui avoir apporté la célébrité de son vivant mais traversa les siècles et comble encore maintenant les aspirations spirituelles de ses compatriotes.

18L’œuvre de Narasimha Mahetâ consiste en pada, courts poèmes lyriques (six à douze versets en moyenne) destinés à être chantés, soit en des assemblées de dévotion collective (bhajana ou kîrtana), soit en un acte de piété individuelle. Environ deux milliers sont connus et édités, composés sur des thèmes didactiques en forme d’avertissements austères, sur des thèmes philosophiques qui défendent le monisme védantin, ou pour chanter la geste enfantine de Krishna Gopal au pays Braj, une province du nord de l’Inde.

19Malgré sa signature orale dans le dernier verset, il n’est pas certain que Narasimha Mahetâ soit l’auteur du Nâga-damana (La Soumission du démon cobra), récit d’un exploit mythologique du dieu Krishna. Plusieurs études ont montré sa similarité avec des poèmes jainas, rajasthanis, folkloriques ou même ismaéliens. Le thème très populaire a pu donner lieu à une version réussie et plaisante que l’on grâcia du nom du meilleur poète. La notion de propriété littéraire n’existe pas à l’époque pré-moderne.

Genre

  • 10 Les temps modernes, surtout en milieu urbain, ont vu diminuer, pour les Vishnouites du Gujarat, la (...)

20Le genre attribué au poème : un prabhâtiyum, « chant de l’aube » ou « chant du matin », est aussi mis en question. Les prabhâtiyâm (la finale um indique le singulier ; am, le pluriel) appartiennent au genre des padas et sont des hymnes réservés à la célébration du matin, comme l’indique leur nom. Ils sont chantés au réveil, à l’aube avant le lever du soleil. Pour tout hindou, c’est un instant unique à ne pas manquer, un moment de grâce où toutes les purifications sont possibles. Le chant des prabhâtiyâm est un des rites élaborés pour célébrer ce mystère10.

21Bien que Narasimha Mahetâ n’ait pas été lui-même l’initiateur de la coutume, son nom demeure indissociable de ce genre en raison du grand nombre de ses pada chantés en prabhâtiyâm.

22Presque tous les prabhatiyâm sont écrits dans le mètre jhûlanâ, « balancier » ou « balançoire », rythmé selon la quantité, longue ou brève, des syllabes (ou mâtrâs, « mores ») et non selon leur nombre, avec, comme combinaison la plus fréquente, l’alternance à l’intérieur d’un même pied d’une longue, d’une brève et d’une longue, qui donne un rythme balancé d’où le jhûlanâ tire son nom. D’autre part, ils sont chantés sur une mélodie fixe dite desî, la première ligne servant toujours de refrain.

23Or, le Nâgadamana n’est pas composé dans le mètre jhûlanâ, mais dans un mètre appelé harigîta : deux lignes (carana) composées de quatre fois sept mâtrâs (mores), les deux lignes rimant entre elles, avec leur dernier pied terminé par la séquence longue brève longue. Sa mélodie, non plus, n’est pas celle du prabhâtiyum, bien qu’elle en soit proche. Pourtant, le Nâgadamana est systématiquement chanté le matin. Pour quelle raison ? Peut-être à cause des circonstances matinales de l’histoire qu’il raconte :

24Krishna aurait passé la nuit à jouer aux dés à Mathura. À cette occasion, il aurait fait un pari dont l’enjeu était la tête du Nâga et il aurait perdu ce pari. Au petit matin, il se serait mis en route pour aller chercher la tête du Nâga, qu’il aurait réveillé. Ce serait donc sa fonction de chant matinal qui, à elle seule, aurait valu au Nâgadama sa qualification de prabhâtiyum. En cela, il serait bien représentatif des genres littéraires en langues vernaculaires, lesquels s’ordonnent en fonction des circonstances dans lesquelles les poèmes sont chantés ou récités, plutôt qu’en raison de leur forme ou de leur contenu.

Contexte religieux

25C’est celui de la bhakti, dévotion krishnaïte, telle qu’elle apparaît dans sa renaissance au pays Braj et dans le nord de l’Inde aux xve et xvie siècles.

26La piété commande de chanter la geste de Krishna et de méditer sur ses exploits mythologiques. Nâgadamana est l’un d’eux. Pour échapper à la fureur du roi de Mathura, Kamsa, le jeune dieu est réfugié parmi les bouviers du pays Braj, au Gokul, chez son père adoptif, Nanda. L’enfant merveilleux débarrasse les bois de tous les démons qui les infestaient.

27Kâlinâga, lui, le grand dieu ou démon cobra, empoisonne de son venin les eaux de la rivière sainte Yamunâ, où se baignent et s’abreuvent les bouviers et leurs troupeaux. L’enfant Krishna plonge et s’attaque à ce puissant seigneur (peut-être une ancienne divinité des lieux), le soumet et lui fait quitter la place sans le tuer.

Le poème Nâgadamana

28Le poème peut se contenter de faire allusion au récit du mythe car tout le monde le connaît. Les douze versets rapportent un dialogue entre une des reines de Kâlinâga, une dame cobra ou Nâginî et Krishna, de qui elle veut, par instinct maternel peut-être, sauver la vie. Le dialogue se poursuit avec l’ensemble des reines Nâginî lorsque Krishna met à mal leur royal époux. Elles intercèdent en faveur de Kâlinâga et obtiennent satisfaction pour avoir reconnu la suprématie de la divinité de Krishna.

29De même que les bouvières, les gopîs, qui, en accordant leur amour éperdu à Krishna, devancent les gopâs sur le chemin du salut, les Nâginîs font preuve d’intuition spirituelle, tout en restant de fidèles épouses.

30Le style de Narasimha Mahetâ est fluide, mélodieux, riche en allitérations et pourtant étonnamment simple. La richesse des rimes du Nâgadamana est remarquable. La séquence « a » - « i » - « yo » domine.

31La traduction présentée ci-dessus vise simplement à donner le sens du texte. Nâga et Nâginî n’ont pas été traduits. Rien qui puisse transmettre l’idée d’un prabhâtiyum n’a été introduit. Les mots allusifs et les expressions à caractère technique ont été expliqués en notes.

Notes

1 Extrait de Françoise Mallison, Au point du jour – Les prâbhâtiyam de Narasimha Mahetâ, poète et saint vishnouite du Gujarat ( xve siècle), École française d’Extrême-Orient, 1986, p. 163 sqq.

2 Jalakamala, « La crique aux lotus », fait allusion à une version autre de l’histoire selon laquelle le Nâga serait le gardien du lotus merveilleux que Kamsa envoie chercher par Krishna. Au lieu de succomber aux coups du Nâga, Krishna rapporte une brassée de lotus pour la plus grande frayeur de Kamsa.

3 Kodîlo et kodâmano sont deux qualificatifs formés sur koda, « désir ardent » (du sanskrit kautuka : curiosité, violent désir pour quelque chose). Kodîlo qualifie un jeune être plein de curiosité et d’attente, enthousiaste, prompt à entreprendre sous l’empire de ses émotions ; kodâmano une jeune personne qui inspire curiosité et affection à son entourage, qui soulève l’enthousiasme.

4 Natavara : le meilleur des danseurs, le roi de la danse ; un des noms de Krishna, particulièrement approprié ici puisque c’est en dansant sur ses têtes multiples et en les piétinant dans sa danse que Krishna dompte et maîtrise le serpent Kalinâga.

5 Kahânado : Petit Kahâna ; Kahâna est un diminutif de Krishna qui s’introduit ici par ses « nom » et « petit nom ».

6 Lâkha savâ : un lakh et quart, soit 125 000 ; la nature de la monnaie n’est pas précisée mais le chiffre suffit à démontrer la valeur du collier en question.

7 Hâthiyo : équivalent de hasta ou hasti, désigne une constellation de cinq étoiles en forme de main (il s’agit de la constellation du Corbeau, entre celles de la Vierge et de l’Hydre) qui est associée idiomatiquement avec des pluies torrentielles.

8 Bhagavanta ou bhagavat : Dieu, l’Être suprême, spécialement dans le contexte de la bhakti vishnouite, celui qui est digne d’adoration, l’Adorable.

9 Motiye vadhâviyo, de vadhâvavum : « accomplir les cérémonies et rites de l’accueil lors de l’arrivée d’une nouvelle personne dans la maison », et dans le cas des maisons riches et princières, par l’offrande de perles amoncelées (saga) sur des plateaux (thâla).

10 Les temps modernes, surtout en milieu urbain, ont vu diminuer, pour les Vishnouites du Gujarat, la pratique quotidienne de ces chants. Seule parfois l’aïeule berce la maisonnée encore endormie au son mélodieux d’un prabhâtiyum en faisant tourner la meule au socle de bois qui broie la ration de grains journalière. Mais depuis Ahmedabad jusqu’à Rajkot, pas un émetteur de radio national ne commencerait ses émissions sans avoir auparavant diffusé un programme de prabhâtiyâm.

Table des illustrations

Légende Poème en goujarati : Nâgadamana, « La soumission du dragon cobra », de Narasimha Mahetâ (xve s.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/23246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

Auteur

Directeur d’études émérite, École pratique des hautes études (EPHE), spécialiste des littératures médiévales de l’Inde du Nord.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site