Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Cas d’études – I. Poésies de langues indo-aryennes

Un poème mystique bengali krishnaïte du xvie siècle : « Amour caché »

Philippe Benoît

Résumé

Le poème présenté, Gopan prem, « Amour caché », long de sept distiques, appartient à la tradition krishnaïte issue du Gitagovinda de Jayadeva (xiie siècle). Lui-même date probablement du xvie siècle. Enraciné dans la tradition de la poésie et de la poétique sanskrites, il borde sur le thème de la séparation des amants et de ses souffrances, sur la réprobation sociale envers un amour illicite, sur la crainte du qu’en dira-t-on. Mais la tonalité amoureuse a un sens évidemment dévotionnel, mystique, affleurant constamment sous l’érotisme.

Texte intégral

Poème en bengali : Gopan prem, « Amour caché », de Yadunath Das (xvie s.)

Transcription

ki bolibo ar bandhu ki bolibo ar
nayaner laje nahi chari lokacar
gokule goyala-kule keba ki na bole
tobu mor jhure pran toma na dekhile
eke mori dukhe ar gurur ganjana
dakiya shudhay heno nahi kon jana
dare daraiya se bancibo koto kal
tuya prem-ratan ganthibo kanthamal
nishi disi abiroto pore mor hiya
birale bosiya kandi toma nam loiya
toma dekhibare bandhu asi nana chale
lokabhay lagiya se dare pran hale
na dekhile mori jare tare kiba bhay
Yadhunath Das bole dadhaile hoy

Traduction française

Que dire de plus, ami ? Que dire encore ?
Seule la pudeur m’empêche de rejeter les usages.
Au quartier des bouviers, les langues se délient.
Pourtant ma vie pleure si je ne te vois pas.
Ici le chagrin me tue, là le reproche des aînés ;
il n’est personne que je puisse interroger.
Combien de temps passerai-je encore dans la peur à tresser un collier des
joyaux de ton amour ?
Nuit et jour sans cesse mon cœur brûle.
À l’écart, je pleure en t’appelant à moi.
Pour venir te voir mon ami je déploie toutes les ruses, mais ma vie dé
faille à la crainte du qu’en dira-t-on.
Pourtant qu’aurais-je à craindre de celui que je meurs de ne pas voir ?
Tels sont les mots de Yadunath Das affermi en sa dévotion.

1Le poème présenté fait partie des Vaishnav Padavali. Les Padavali, attribués à un grand nombre d’auteurs, sont de courts poèmes dédiés au culte de Krishna. Ils chantent les amours du dieu Krishna et de son amante Radha, et illustrent les diverses tournures de la dévotion vouée par le dévot à son dieu d’élection personnel. Cette dévotion krishnaïte est inspirée initialement par le Gitagovinda, poème de Jayadeva (xiie siècle), destiné à tresser l’éloge de Krishna.

2L’auteur du poème est Yadunath Das (1537 ?-1608), connu comme poète et dévot vishnouïte (autre nom probablement de Yadunandan Das).

3Le poème, intitulé Gopan prem, « amour caché », comporte sept distiques.

4D’abord dans la lecture de sa traduction, puis dans l’analyse que je pourrai en faire, le lecteur retrouvera un certain nombre d’éléments qui ont été évoqués plus haut, et qui peuvent montrer que ce poème, probablement du xvie siècle, s’enracine dans une tradition littéraire qui a ses origines dans la poétique sanskrite dont Marie-Claude Porcher a présenté le tableau.

5La plupart des Vaishnav Padavali brodent sur le thème de la séparation des amants et des souffrances qu’elle engendre, ou bien – c’est le cas dans le texte que j’ai choisi –, de la réprobation de la société envers un amour illicite et sur les douleurs causées par une relation vouée à rester cachée, d’où le titre donné à ce poème : « Amour caché. »

6Le type de vers utilisé est appelé en bengali payar, qui est, comme l’a dit France Bhattacharya, un vers de quatorze syllabes. Ces vers sont divisés très régulièrement en huit et six syllabes et articulés en rimes plates (le premier vers du distique rime avec le suivant). Il y a très souvent des jeux de sonorités, des allitérations, des répétitions de syllabes, voire de mots entiers ou de mots présentant une similitude les uns par rapport aux autres. Bien que ce type de vers soit le plus commun dans la littérature médiévale du Bengale, tous les Padavali ne sont pas composés dans cette versification payar. Il existe d’autres types de vers plus particulièrement utilisés dans les passages lyriques, mais ce poème illustre bien le fait que le payar peut convenir aussi à ce genre.

7À propos de la poétique sanskrite et de la poésie tamoule ancienne, on a parlé ce matin de l’importance du sentiment amoureux (ou érotique). Un trait que l’on constate d’une manière générale dans l’évolution des littératures indiennes à l’époque médiévale, c’est justement l’évolution de ce thème, qui, de l’amour proprement humain (ou de l’érotique humaine) largement dominant dans la poétique sanskrite, glisse vers une réinterprétation. Le vocabulaire, les images ; la « tonalité » amoureuse est pour ainsi dire récupérée au profit de la thématique dévotionnelle.

8Ce type de textes présente une difficulté de traduction évidemment liée à sa forme même. Dans ma traduction, malgré l’importance des rimes dans cette poésie, j’avoue avoir laissé de côté cette question. Un autre problème, peut-être plus important encore, réside dans l’expression très condensée de ces poèmes très courts. On est souvent en peine de rendre dans la traduction française, toujours trop analytique, cette concision et cette économie d’expression, systématiquement cultivées par la poésie bengali médiévale. Si l’on essaie de traduire assez littéralement tous les aspects du sens, c’est-à-dire de rester le plus fidèle possible au texte de départ, on arrive très vite à des phrases longues, qui vont totalement à l’encontre du rythme et de la stylistique des originaux. Il faut donc constamment pratiquer l’art du compromis, entre un effort de brièveté - à soutenir contre une certaine tendance naturelle du français - et le souci de précision nécessaire à la traduction.

9Comme il arrive souvent dans ce type de poèmes, la forme est celle d’une tirade exprimant la souffrance de l’amante, partagée entre les tourments de la solitude et le souci du qu’en dira-t-on. Mais il faut lire également ces vers comme une expression de la peine du dévot, qui doit endurer les regards peu amènes de la société qui l’entoure, en même temps que la douleur de n’être pas dans la fusion avec sa divinité bien-aimée. L’amante qui brûle de retrouver son amant, au risque d’y perdre sa réputation, est aussi une représentation de l’âme désireuse de se réunir à son origine divine.

10Outre la pudeur, ce sont les conventions sociales qui pèsent sur le dévot et constituent un obstacle à la pleine réalisation de sa dévotion : « Seule la pudeur m’empêche de rejeter les usages. Au quartier des bouviers, les langues se délient. » Immédiatement ensuite s’exprime la conciliation impossible entre la crainte des commentaires malintentionnés et la douleur de la séparation : « Pourtant ma vie pleure si je ne te vois pas. » L’absence de contact, avant tout par le regard, constitue le principal motif de chagrin. Puis la contradiction resurgit au vers cinq, où elle aboutit à un sentiment de solitude désemparée : « Ici le chagrin me tue, là le reproche des aînés ; il n’est personne que je puisse interroger. »

11L’image qui vient ensuite est celle de l’amante occupée à tresser un collier : « Combien de temps passerai-je encore dans la peur à tresser un collier des joyaux de ton amour ? » On remarque l’expression « les joyaux de ton amour » : cette image est pour ainsi dire une métaphore de l’amour vécu silencieusement, dissimulé derrière une activité qui pourrait passer au premier abord pour anodine, mais qui est en même temps une activité éminemment dévotionnelle : on pense tout de suite à l’activité du dévot, de la dévote en l’occurrence, qui tresse une guirlande de fleurs pour préparer son offrande.

12Une autre difficulté de traduction est celle de l’enchaînement des vers. D’une manière générale, dans la littérature médiévale du bengali, les vers sont très peu reliés entre eux. Chaque distique tend à former une unité de sens et s’ajoute à celui qui précède, sans coordination explicite, ce qui, traduit en français, peut paraître gauche, abrupt, brutal ou maladroit. « Nuit et jour sans cesse mon cœur brûle. À l’écart, je pleure en t’appelant à moi. »

13Dans le cas de notre poème, la contradiction s’exacerbe dans la deuxième partie, où elle prend la forme d’un déchirement entre la peur du jugement d’autrui et l’effort du dévot (ou de l’amante) que son désir de « voir » l’objet de sa dévotion (ou de son amour) presse de recourir à tous les artifices de l’intelligence la plus rusée : « Pour venir te voir mon ami je déploie toutes les ruses, mais ma vie défaille à la crainte du qu’en dira-t-on. » Le poème se termine par une sorte de ressaisissement dans la dévotion, qu’on peut aussi bien voir comme de l’auto-persuasion : « Pourtant qu’aurais-je à craindre de celui que je meurs de ne pas voir ? » Rien ne sert d’avoir peur. L’amour (la dévotion), n’est-ce pas justement s’en remettre à la toute puissance du dieu-amant ?

14La plus grande difficulté de traduction vient d’un trait stylistique qui vient sans aucun doute de la poétique sanskrite : la répétition de mots ou d’expressions présentant des similarités phoniques. Généralement, les traducteurs ont du mal à restituer ce trait stylistique dans leurs traductions. C’est aussi le cas dans la traduction que nous avons donnée du poème étudié.

Table des illustrations

Légende Poème en bengali : Gopan prem, « Amour caché », de Yadunath Das (xvie s.)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/23240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

Auteur

Maître de conférences, Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), spécialiste de langue et littérature du Bengale.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540