Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Journée d’études (novembre 2006). À propos des anciennes littératures de l’Inde

Synthèse

Marc-Mathieu Münch

Texte intégral

1Dans le domaine des sciences humaines, au commencement, il y a la documentation de la recherche spécialisée. Une pensée générale ne peut jaillir que de la confrontation des documents. Il y faut beaucoup d’humilité et de prudence. Il faut être prêt en permanence à remettre ses conclusions en cause et, pour cela, il vaut mieux avoir derrière soi l’expérience d’échecs et de réajustements.

2Telle est la perspective dans laquelle je voudrais tenter un rapprochement entre les trois communications de France Bhattacharya, de Marie-Claire Porcher et de François Gros sur les poésies de l’Inde.

  • 1 Marc-Mathieu Münch, Le Pluriel du Beau. Genèse du relativisme esthétique en littérature. Du singul (...)

3Lorsque j’ai commencé à comparer les arts poétiques des grands auteurs occidentaux retenus par la postérité, c’est la diversité des conceptions du beau et de la valeur d’une œuvre qui s’est imposée à moi avec la clarté d’une évidence. J’en ai tiré mon Pluriel du beau1 ; mais comme il n’est pas possible de penser cette diversité indépendamment de l’unité de l’espèce humaine – unité certes diffractée par les prismes des événements, des conditions de vie et des cultures, mais unité tout de même – je me suis remis à lire mes arts poétiques dans cette nouvelle perspective.

4C’est alors que j’y ai trouvé un invariant peu apparent, affirmant que l’œuvre réussie est celle qui est capable de créer un effet de vie dans la psyché du récepteur par le jeu cohérent des formes et des matériaux.

5Mais, surprise de taille, lorsque je me suis ensuite tourné vers l’Orient et plus particulièrement vers l’Inde, j’ai compris très vite que le thème de l’effet de vie occupe une place de choix dans les arts poétiques, et par suite dans les études et les synthèses des spécialistes. Le fait qu’il s’y trouve décliné diversement en fonction de cultures diverses ne change rien à l’évidence de sa présence. En conséquence, mon propos consiste à relire les trois communications sélectionnées et à y montrer la double présence du pluriel du beau littéraire et du singulier du phénomène art littéraire.

6L’exposé de France Bhattacharya, « Tableau synoptique de quelques littératures de l’Inde à la période ancienne et médiévale » présente avec maîtrise l’extrême richesse de ces deux moments. On y voit comment des groupes humains façonnés par l’histoire ont eu besoin de se trouver une identité. Elle dénombre plus de vingt-quatre langues indo-européennes et dravidiennes dont tout un ensemble de langues vernaculaires aptes à se donner une originalité. Les auteurs font, en effet, divers choix originaux dans le cadre de ces langues, non seulement entre l’écrit et l’oral, entre la prose et les vers, mais aussi entre les nombreuses possibilités de la métrique et des strophes, sans oublier, bien sûr, la question de l’accompagnement musical éventuel.

7Il est passionnant de voir ainsi comment les langues vernaculaires trouvent leur originalité en se distinguant des grands modèles du sanskrit. Ceci dit, le sujet traité par France Bhattacharya, déjà immense en lui-même, ne s’aventure pas, comme elle le dit elle-même, dans les questions de forme ni de valeur qui sont pourtant capitales en matière d’art. Elle illustre le thème général du pluriel des littératures et laisse de côté celui du singulier de cette même littérature qui n’est pas son sujet.

8C’est, en revanche et en grande partie, le sujet de la communication de Marie-Claude Porcher consacrée à la poétique sanskrite. Là, les questions de forme, de valeur, de poétique et d’arts poétiques apparaissent dès l’ouverture et sont présentes jusqu’à la fin. La notion plus générale de rasa apparaît elle aussi très vite. Cette notion, venue du théâtre indien, me paraît aujourd’hui, du moins dans l’état actuel de ma documentation, comme la poétique historique la plus proche du socle anthropologique de l’œuvre d’art, c’est-à-dire de l’effet de vie. En Inde, en effet, l’œuvre belle, l’œuvre réussie, est celle qui se répand comme une saveur dans tout l’être du récepteur.

  • 2 Marc-Mathieu Münch, L’Effet de vie ou le singulier de l’art littéraire, Éd. Honoré Champion, 2004.

9Les règles plus particulières du kâvya sont proches des corollaires du principe de l’effet de vie que j’ai tenté d’élaborer dans mon Effet de vie2. Ces corollaires insistent sur la concentration nécessaire, sur les figures de style, les jeux verbaux et sur l’importance des images dans un espace textuel restreint. Le kâvya peut s’exprimer en vers, mais ce n’est pas vraiment sa marque, comme l’usage occidental l’a pensé pendant longtemps. De même, l’importance accordée par le kâvya à la strophe, à son unité, exprime dans le cadre historique de la poésie sanskrite le principe planétaire de la cohérence nécessaire de l’œuvre d’art. Enfin le kâvya exprime et illustre un autre élément anthropologique de l’œuvre réussie, celui que j’appelle l’ouverture. Il faut qu’un récepteur puisse s’investir lui-même avec sa propre subjectivité et avec sa propre culture dans une œuvre d’art. L’Occident a du mal à penser ce principe parce qu’il cherche toujours soit la thèse précise, le message clair d’un texte, soit la ressemblance exacte avec le réel. En Inde on sait que le texte doit suggérer d’autres sens que le sens littéral, que le style doit être « courbe », comme ils disent si bien, et que l’implicite est inhérent à la beauté. Ainsi, outre le principe général du rasa, les corollaires de l’ouverture, de la plurivalence et de la cohérence sont apparents dans les poétiques indiennes.

10Ceci dit, le pluriel du beau apparaît aussi dans la poétique indienne et dans la communication de Marie-Claude Porcher. Ainsi, lorsque l’Inde définit le rasa, elle est en prise directe avec le phénomène anthropologique de l’art littéraire. Mais lorsqu’elle lui attribue huit modalités précises, c’est qu’elle l’élabore en fonction de sa propre grille de lecture du monde. Plus généralement, l’originalité indienne réside dans le goût de la description, dans le raffinement typique des classifications, dans l’importance également typique donnée à la strophe, et dans la fréquence d’apparition de thèmes traditionnels, de topoi connus et, en somme, conventionnels. Mais justement, là où l’Occident met l’accent sur l’originalité de la chose dite, l’Inde, elle, la met sur la qualité du dire la chose.

11Le dernier texte, celui de François Gros sur la poésie tamoule ancienne, choisit un point de vue qui mêle intimement le pluriel du beau et le singulier de l’art. Après avoir évoqué avec sagesse la délicate controverse chronologique concernant les deux floraisons de la poésie tamoule, il dit vouloir « cerner l’originalité propre à cette littérature du sud qui semble se complaire à cultiver sa différence », mais il retrouve très vite les principes du rasa. Qu’on me permette de prendre en exemple la phrase suivante : « C’est au sein du poème court ou de la strophe qu’entre en œuvre l’alchimie poétique ; les mots-clés sont densité, concision, polysémie ; les outils, un vocabulaire rare, souvent savant, une syntaxe complexe, la prolifération des images et figures de style, la suprématie des ornements. » (supra, p. 224 sq.) Le singulier de l’art est présent dans l’expression d’« alchimie poétique », mais la strophe et le poème court ne sont que des moyens historiques, même s’ils apparaissent souvent dans d’autres lieux. La polysémie et la densité des outils sont des moyens toujours nécessaires, mais le vocabulaire rare et la syntaxe complexe ne le sont pas. On pourrait trouver d’autres exemples dans le même texte.

12On me dira peut-être que cette distinction entre le global et le local ou entre le singulier et le pluriel est un peu vaine. J’en tombe d’accord dans la mesure où il est parfaitement possible de jouir d’un beau texte sans réfléchir à sa poétique. Il me semble en revanche que les auteurs devraient y réfléchir chaque fois qu’ils oublient le global au profit du local, et surtout notamment lorsqu’ils raffinent tel ou tel goût formaliste du moment, et que les critiques devraient y songer chaque fois qu’ils analysent un texte sans se demander pourquoi ni comment il a été déclaré beau par la postérité.

13En somme ces trois textes ont intéressé tout particulièrement le théoricien que je suis parce qu’ils montrent bien que le fondement de la valeur littéraire, l’effet de vie, est nettement plus apparent en Inde qu’en Occident.

Notes

1 Marc-Mathieu Münch, Le Pluriel du Beau. Genèse du relativisme esthétique en littérature. Du singulier au pluriel. Metz, université de Metz, Faculté des Lettres, 1991.

2 Marc-Mathieu Münch, L’Effet de vie ou le singulier de l’art littéraire, Éd. Honoré Champion, 2004.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540