Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Livre II. Poésies de l’Inde

Présentation

Julie Brock

Texte intégral

1En raison du nombre important de langues, nous avons choisi une méthode d’exposition panoramique. Par ailleurs, comme il serait impossible, du fait de la complexité des influences occidentales, d’examiner les poésies de traditions ancienne et moderne en une seule journée, nous avons décidé de limiter le champ de cette étude à une période allant des origines jusqu’au milieu du xviiie siècle. Enfin, nous avons choisi une organisation thématique afin de faire ressortir les caractères communs à toutes les cultures indiennes aussi bien que les aspects spécifiques à chacune. L’expression de l’amour étant indissociable du sentiment religieux dans la tradition indienne, nous avons intitulé cette journée « Amour humain/Amour divin ».

2La journée comprenait deux sessions.

3La première, présidée par Marc-Mathieu Münch, fut consacrée à des communications générales sur l’histoire des langues et des littératures de l’Inde. France Bhattacharya décrivit, du point de vue historique, en quoi consiste le fond commun des langues indiennes, puis Marie-Claude Porcher et François Gros présentèrent respectivement les caractéristiques du sanskrit et du tamoul ancien.

  • 1 Pour des raisons indépendantes de sa qualité, la communication de Françoise Nalini-Delvoye n’a pas (...)

4La deuxième session consistait en une série de cas d’études. Elle fut elle-même divisée en deux parties, la première, présidée par Florence Lautel-Ribstein, consacrée aux poésies en langues indo-aryennes, la deuxième, présidée par Lê Thanh Khôi, aux poésies dravidiennes. Dans la catégorie des langues indo-aryennes, le bengali était représenté par Philippe Benoît, le braj par Françoise Nalini-Delvoye1, le goujarati par Françoise Mallison et le panjabi par Denis Matringe. Dans la catégorie des langues dravidiennes, le kannada était représenté par Vasundara Filliozat, le malayalam par Martine Chemana et le tamoul par François Gros. Chaque exposé comprenait une présentation de l’auteur (quand c’était possible) et du poème, une analyse sur les particularités de l’expression dans le poème étudié (rythmes, sonorités, métaphores et autres expressions du langage poétique), et un commentaire expliquant le choix du poème par rapport au thème de l’amour.

5L’auditoire était composé d’enseignants, de chercheurs, de traducteurs, d’éditeurs et de lecteurs de poésies de langues asiatiques. Les membres ordinaires de l’atelier, spécialistes et traducteurs de poésies chinoise, coréenne, japonaise et vietnamienne, participèrent aux discussions, lesquelles ne devaient pas avoir pour unique but d’étendre nos connaissances sur la poésie indienne, mais aussi, parce que les études sur l’Inde nous permettaient de changer de perspective, de placer sous le prisme de l’Inde une interrogation plus profonde, portant sur les rapports d’influences entre les langues et les cultures, et ainsi d’élargir, en prenant du recul, nos précédents travaux limités au champ des poésies asiatiques.

6Les communications furent si denses et la journée si remplie qu’il resta peu de temps pour la discussion. Celle-ci se poursuivit ultérieurement, notamment à travers les travaux qui se développèrent jusqu’en 2012 et feront l’objet d’une prochaine publication.

7Encore une fois, nous remercions très vivement France Bhatthacharya d’avoir contribué à l’organisation de cette journée. Nous remercions tous les indianistes qui ont bien voulu répondre à notre appel. Un enregistrement vidéo de cette journée a été réalisé par Véronique Alexandre Journeau. Qu’elle en soit également remerciée.

Notes

1 Pour des raisons indépendantes de sa qualité, la communication de Françoise Nalini-Delvoye n’a pas pu être insérée dans les présents actes. Nous lui adressons nos plus vifs remerciements pour sa communication orale.

Auteur

Professeur, Institut de Technologie de Kyôto, docteur en philosophie de l’art et en littérature, spécialiste d’esthétique, de littérature japonaise et de littérature comparée.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site