Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Session en congrès (septembre 2005). La part d’intraduisible en poésie

Synthèse

Julie Brock

Texte intégral

1Jean-Yves Masson souligna d’abord un point d’accord fondamental : même si le texte original se perd dans la traduction, une partie de la substance du poème demeure. Tel est du moins le présupposé qui fonde toutes les traductions et justifie le travail de tous les traducteurs.

2À partir de là, la discussion s’engagea sur les questions des ressemblances et des différences que l’on peut observer entre les diverses langues d’Asie. En particulier la communication de Lê Than Khôi et Dang Tien, qui comprenait une présentation minutieuse des spécificités de la langue vietnamienne, suscita de nombreux échos de la part des auditeurs qui avaient noté de nombreuses similitudes entre le vietnamien et les autres langues asiatiques. Véronique Alexandre Journeau déclara avec raison que l’approche technique, qui avait prévalu dans la méthodologie de toutes les communications, avait au moins eu l’avantage de clarifier les moyens par lesquels le traducteur parvient à rendre ce qu’il a perçu comme essentiel dans le poème à traduire. Quelle que soit la manière, dit-elle, il importe de remarquer que le traducteur trouve toujours un moyen pour rendre l’essentiel du poème tout en restant le plus fidèle possible au sens et à la forme.

3Jean-Yves Masson fit remarquer que chaque langue présente des aspects structurels spécifiques. Il posa la question de savoir si la part d’intraduisible est variable en fonction d’une constitution qui serait « plus spécifique » par exemple en vietnamien. Dang Tien répondit que la langue vietnamienne présente en effet une particularité entre toutes les langues d’Asie orientale dans la mesure où les nombreuses homophonies laissent une part très importante à l’interprétation. Alors qu’en chinois, dit-il, l’écriture permet de préciser le sens des mots, l’écriture vietnamienne, du fait de la simplification qu’elle a subi, ne peut remplir que très imparfaitement cette fonction supplétive du sens. Lê Thanh Khôi ajouta que la langue française, avec les contraintes structurelles qu’elle impose au traducteur, ne permet pas de restituer la part d’incertitude d’une poésie où le sens recule au profit de la multiplicité des interprétations possibles. S’attachant aux rythmes et aux sonorités pour créer un climat d’évocation propice à la rêverie, on pourrait presque dire, conclut-il, que la poésie vietnamienne ne fonctionne que si les rôles sont intervertis : le poème n’a de sens que si le lecteur prend la place du poète.

4En soulignant cette proposition, nous voudrions ici poser deux questions qui n’ont pas été formulées au moment de la discussion, à savoir, tout d’abord, si toutes les langues orientales (et pas seulement le vietnamien) ne possèdent pas ce caractère souple et ample décrit par M. Lê Thanh Khôi ; et corollairement, si, tout en croyant énoncer un aspect spécifique du vietnamien, M. Lê Thanh Khôi n’a pas, au contraire, mis le doigt sur un aspect spécifique à la poésie orientale en général.

5Véronique Alexandre Journeau déclara que la part d’intraduisible s’attache probablement à l’essence même de la poésie : un certain état d’esprit, une inclination que ne peut partager qu’un ami en pensée, en amont du langage des mots, dit-elle, et comparable à la création artistique elle-même. Pour Julie Brock, l’état d’esprit du poète est une composante qui, dans sa réalité vécue, n’existe pour le lecteur que sous la forme du poème qu’il a devant les yeux. Par conséquent, seule une analyse du poème permet une interprétation juste, tandis que les spéculations ouvrent un champ d’interprétation infini, mais dans une direction où ne peut nous entraîner que notre propre subjectivité, laquelle n’est pas celle du poète.

6Marc-Mathieu Münch fit remarquer que les chemins qui mènent à la poésie sont essentiellement divers. Telle personne peut être attirée par l’aspect pictural d’une calligraphie, telle autre par les rythmes et les sonorités du chant. Certaines approches consistent à rechercher du sens comme une terre solide, d’autres à goûter les mots sans avoir besoin d’en comprendre le sens. D’un côté, la composition procède d’une pensée, de l’autre, elle relève du souffle et du chant mélodique. Véronique Alexandre Journeau ajouta que, justement sur ce point, l’état d’esprit du traducteur peut constituer une autre voie pour approcher la question de l’intraduisible.

7En conclusion, Jean-Yves Masson souligna la qualité des communications, leur richesse et leur densité. Se réjouissant des perspectives qui s’ouvraient pour la suite de ces travaux, il se proposa de formuler simplement une critique de portée générale sur la manière dont la thématique de cette session avait été interprétée par l’ensemble des intervenants.

8D’après lui, la thématique de l’« intraductible » s’est globalement fondue dans une simple notion de « difficulté de traduction » des langues asiatiques. Même s’il est incontestablement utile que les difficultés linguistiques soient inventoriées soigneusement, dit-il, il n’en reste pas moins, comme l’a d’ailleurs signalé No Mi-Sug en rapprochant un mot coréen d’un mot allemand tout aussi intraduisible (Sehnsucht), que l’on peut rencontrer les mêmes difficultés quand on traduit de l’allemand, de l’italien, du grec ou de l’anglais. Il donna plusieurs exemples pour montrer que de nombreuses difficultés, inventoriées ici comme étant spécifiques aux traductions de langues asiatiques, sont en réalité de celles que tous les traducteurs rencontrent ordinairement lorsqu’ils traduisent une langue étrangère en français, que cette langue soit occidentale ou non.

9Tout en nous invitant à mieux situer les poètes asiatiques dans la réalité d’un monde global, Jean-Yves Masson attira également notre attention sur la problématique de la transmissibilité du sujet poétique. Il conclut en disant que, s’il est vrai que les langues et les cultures des poèmes étudiés se réfléchissent entre elles au prisme des systèmes d’écriture et de pensée qui les associent dans une même catégorie « asiatique », l’attitude d’un comparatiste consisterait à regarder cette catégorie au prisme des systèmes de langue et de pensée occidentales.

10Dans ce va-et-vient entre l’objet d’étude et l’image qu’on s’en fait, le monde asiatique se dépouille de ses mythes. Il se pose alors sur le vecteur de la contemporanéité qui donne à l’interculturalité un surcroît de sens, l’acuité du réel.

Auteur

Professeur, Institut de Technologie de Kyôto, docteur en philosophie de l’art et en littérature, spécialiste d’esthétique, de littérature japonaise et de littérature comparée.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540