Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Session en congrès (septembre 2005). La part d’intraduisible en poésie

Acheminement vers une traduction : l’exemple d’un recueil de poèmes de Lee Seong-Bok traduit du coréen en français

No Mi-Sug

Résumé

À partir de notre récente traduction de Namhae Gumsan du poète Lee Seong-bok, parue aux éditions Belin en 2005 sous le titre Des choses qui viennent après la douleur, nous avons voulu mettre en évidence les contraintes que la réception dans la langue d’arrivée fait peser sur une traduction de poésie coréenne contemporaine. Tout commence dès le titre, dont le sens littéral (la montagne de soie de la mer du Sud) et les sonorités suggestives pour l’auteur ne peuvent être maintenues, et qui a été changé en prenant l’incipit d’un autre poème. D’une manière générale la grammaire française impose à la phrase un ordre différent de celui de la grammaire coréenne, ce qui compromet la restitution des enjambements, des rejets et des ellipses du poème original. L’absence de ponctuation de l’original, que respecte la traduction, nécessite de même des clarifications du point de vue de l’agencement des mots en français. Outre ces difficultés syntaxiques, le contexte culturel et le champ sémantique différent d’une langue à l’autre entraînent des choix d’équivalences pour préciser le sens sémantique des objets ou des sentiments, tout comme les onomatopées, fréquentes en coréen et rendues par exemple par un adverbe ou un verbe en français. De la sorte, paire de langues et cultures éloignées d’une part et poésie difficile d’autre part se conjuguent pour exercer une contrainte maximale sur la traduction dont il ne peut exister de version unique et absolue, mais seulement une tentative de restitution par équivalence qui permet de guider le lecteur français dans son questionnement du texte coréen.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le second recueil de Lee Seong-Bok, Ah, Les choses sans bouche, également traduit par No Mi-Sug et (...)

J’aimerais vous présenter une petite réflexion à partir de mon expérience de traduction d’un poète coréen contemporain, Lee Seong-Bok (Yi Sěng-bok,Image, né en 1952. Ce poète possède la particularité d’être francophone, spécialiste, entre autres, de Baudelaire, Nerval et Proust, étant l’auteur d’une thèse sur l’interprétation de la poésie de Nerval à travers le Yi King (Livre des Mutations). Professeur émérite de littérature française à l’université Keimyung de Daegu, il a publié en Corée du Sud, depuis 1980, cinq recueils poétiques ainsi que des recueils d’essais et des aphorismes, dont aucun n’est encore traduit en français1. Nous avons présenté quelques-uns de ses poèmes en 1999 dans le numéro 88 de la revue Po&sie consacrée à la poésie contemporaine de Corée du Sud, ainsi que dans le numéro 111 de cette même revue au printemps 2005, numéro dans lequel figure également un entretien qui a eu lieu directement en français.

En équipe avec Alain Génetiot, relecteur français non coréanophone, j’ai donc traduit pour la première fois en français un recueil poétique entier de Lee Seong-Bok qui vient d’être publié chez Belin (septembre 2005) dans la collection « L’Extrême contemporain » dirigée par le poète Michel Deguy, et qui fournira aujourd’hui des exemples pour notre réflexion sur la traduction. Ce recueil paru en 1986 et intitulé en coréen Namhae Gumsan, est le second de Lee Seong-Bok qui a toujours attiré l’attention des lecteurs coréens pour son imagination insolite et sa transformation inattendue d’un recueil à l’autre. Au moment de la parution en 1980 de son premier recueil intitulé Twinggunǔn tol- ǔn ǒnje cham t ǔn ǔn’ga (ImageImage, Quand la pierre qui roule s’éveillera-t-elle ?), un critique a dit que ses tonalités singulières, ses comparaisons curieuses, ses agencements irréguliers, ses paradoxes et ses antiphrases, ont surpris par leur nouveauté. Ce caractère insolite, déstabilisant pour le lecteur coréen, devrait être pris en considération dans la traduction, car celle-ci doit susciter une réaction analogue chez le lecteur français. Namhae Gumsan (Image), littéralement « La montagne de soie de la mer du Sud », est également le titre du dernier poème du recueil. Pour la version française, intitulée Des choses qui viennent après la douleur (2005), nous avons emprunté le titre d’un autre poème du recueil – on verra bientôt pourquoi. Avant de continuer notre présentation, ajoutons que ce recueil a été choisi parmi « Les cent livres de Corée, 2005 » par l’Institut coréen pour la traduction littéraire (KLTI) et que, par ce hasard des circonstances, nous avons été amenés à traduire le deuxième recueil de Lee Seong-Bok avant même d’avoir eu l’occasion de présenter le premier aux lecteurs français.

Traduire un titre

1Commençons par la question de la traduction du titre, qui identifie l’ensemble du recueil et doit être choisi en fonction de la réception dans la langue d’arrivée. Nous pensons que le grand écart de sens entre le titre original et sa traduction en français cristallise, dès l’abord, une des questions qui se pose à tout moment pour la naissance d’une œuvre traduite. Visant à produire une œuvre équivalente à l’original dans la culture d’arrivée, les traducteurs sont les co-auteurs d’une œuvre nouvelle, car écrite dans une autre langue. Il faut donc savoir lâcher prise par rapport à une traduction littérale pour opérer un transfert non seulement de sens, mais de culture. L’intervention de l’éditeur, soucieux de la sensibilité du lecteur français, touche à l’interprétation de l’œuvre, ce qui équivaut au rôle du traducteur devant l’œuvre qu’il a à traduire. Si la traduction, surtout littéraire, ne peut pas être un transcodage de mots ou de phrases interchangeables d’une langue à l’autre comme on voit dans certains logiciels de traduction, c’est que la part d’interprétation du texte oriente préalablement la variation du style des différents traducteurs.

2Dans notre cas, à nous qui traduisons à deux (ce qui nous paraît nécessaire pour les langues très éloignées de la langue d’arrivée), on a l’impression que le processus de traduction se manifeste de façon plus visible et concrète quand l’opinion des deux parties se croisent. Ce qui se passe entre les deux traducteurs est davantage objectivé que ce qui se passe dans la tête d’un traducteur unique, rendant plus visibles les mécanismes de résistance et d’assimilation qui travaillent dans la langue de départ et dans la langue d’arrivée. D’autant que, lorsqu’on forme une équipe à deux, l’un est forcément plus compétent dans la langue de départ (ici, le coréen) et l’autre dans la langue d’arrivée (ici, le français). Or, comme nous avons eu pour objectif de traduire principalement pour ceux qui n’ont pas accès à la langue de départ, et non pas pour les étudiants de langues, notre souci était d’éviter le danger de garder la trace de la langue de départ. La part de travail du premier traducteur seul pourrait risquer d’introduire une étrangeté linguistique sans aucune intention valable. Le changement du titre du recueil peut être un exemple de ce croisement fécond entre deux parties : d’une part, les traducteurs et de l’autre, l’éditeur.

Le titre Namhae Gumsan a pour le lecteur coréen une importance phonétique particulière car il évoque le nom d’un lieu spécifique, ce qui n’est pas le cas pour le lecteur français. Dans son essai intitulé « Noces de l’eau et de la terre, Namhae Gumsan », l’auteur précise que, pour lui, la syllabe Nam (Image) et la syllabe Gum (Image) forment le phonème M (« Image », carré en coréen) en additionnant N (Image) et G (Image). Il cite par ailleurs toute une liste de mots coréens comportant le son M et que l’on ne peut pas toujours traduire en français par des mots contenant cette même sonorité : ǒmǒni (Image) « mère » ; mul (Image) : « eau » ; munǒjim (Image « écroulement » ; mudujil (Image « tannage du cuir » ; mun (Image) « porte » ; mǒn-got (Image « lointain » ; mom (Image) : « corps » ; muljil (Image « matière ». Pour Lee Seong-Bok, la rencontre de la lettre « Image » et de la lettre « Image » symbolise les « noces de l’eau et de la terre ». Il y voit l’abondance des pays des mers du Sud (Namhae et Gumsan). Le syntagme Namhae Gumsan, retenu pour titre du recueil, a donc un sens bien particulier pour l’auteur au sein de la culture coréenne.

3En français, on aurait aimé conserver ce mot coréen, même s’il est impossible d’en préserver intégralement le sens, à commencer par celui de la graphie, puisque c’est un toponyme. Mais sur ce point, l’éditeur, premier lecteur de l’œuvre en français, préférait une expression plus parlante pour le public d’arrivée, qui ignore la signification du mot coréen. Il craignait en outre qu’en laissant le titre original sur la couverture nous n’induisions en erreur notre lecteur qui aurait pu confondre le nom du poète avec Namhae Gumsan. Ainsi pour une raison esthétique et pratique, le mot en question est placé dans le sous-titre « Les eaux bleues de Namhae Gumsan » qui se trouve en page intérieure, et, comme on le voit, dans un environnement de termes qui indiquent bien qu’il s’agit d’un nom de lieu pour éviter toute ambiguïté.

4L’intervention de l’éditeur, premier représentant du public de la langue d’arrivée, a eu une conséquence pour la traduction elle-même. Comme ce vers en coréen parle littéralement des « eaux bleues de la mer du Sud de la Montagne de soie (Namhae Gumsan) », nous avons voulu préserver l’image de la mer avec le mot « flots », et nous avons proposé « Les flots bleus de Namhae Gumsan » comme titre ou sous-titre provisoire. Mais le directeur de la collection « L’Extrême contemporain » a trouvé avec raison que, alors que le recueil lui-même était très moderne, le syntagme « les flots bleus » en français était un cliché qui suggérait un exotisme daté faisant ressurgir les stéréotypes d’un Orient à la Mme Butterfly. Nous avons donc choisi le titre actuel « Des choses qui viennent après la douleur » à partir de l’incipit d’un autre poème. Autrement dit, nous avons procédé par équivalence pour trouver une traduction appropriée au lecteur français : comme le poète, nous avons retenu comme titre du recueil un incipit de poème évocateur pour le lecteur, mais nous avons trouvé en français un syntagme plus directement parlant et représentatif du contenu du recueil.

Une réalité perçue différemment et un autre découpage du monde

5J’ai parlé de cet épisode afin d’introduire l’idée que les éléments intervenant dans la prise de décision du traducteur, dans le choix des mots, peuvent être multiples, et parfois imprévisibles, soumis qu’ils sont à la contrainte de la réception dans la langue et dans la culture d’arrivée. Il existe non seulement des raisons externes comme dans le cas de l’intervention de l’éditeur, mais aussi des raisons internes, qui forcent le traducteur à des choix pragmatiques tout au long de la traduction. Contrairement à la création libre de l’auteur, nous dirons que la traduction est une création conditionnée qui a une mission de « communiquer » avec une autre culture. Mais étant donné que chaque réalité est quasi unique et représentée par le langage spécifique de l’auteur, il peut y avoir des obstacles continuels dans la représentation de cette réalité dans un entourage linguistique et culturel qui est celui du traducteur. Celui-ci doit saisir ce que serait cette réalité dans une autre condition linguistique et culturelle.

  • 2 Ainsi, j’ai pu m’entretenir avec Michel Deguy pour clarifier le sens de certaines expressions fran (...)

6La perception de la réalité et le découpage du monde, différents d’une culture à l’autre, sont régis par la grammaire et le lexique de chaque langue. La perception du monde peut même varier d’un individu à l’autre, ce qui pourrait permettre d’interpréter un texte de divers points de vue selon le lecteur, car le traducteur est avant tout un lecteur. Mais on peut aussi penser que les connaissances objectives et partagées, donc générales, interdiront les surinterprétations excessives du traducteur, sauf la part humaine qui suppose toujours une possibilité d’erreur… Quand l’auteur du texte à traduire est vivant, on peut avoir recours à lui pour lever certaines ambiguïtés de l’interprétation2. Mais malgré cela, il y a beaucoup de circonstances dans lesquelles le traducteur est obligé de trancher lui-même et de prendre une décision pour l’équilibre entre le texte original et le texte traduit. Nous allons donner ici quelques exemples de cette problématique.

7La première difficulté naît des différences structurelles entre le français et le coréen, deux langues particulièrement éloignées morphologiquement et syntaxiquement. Nous citerons par exemple la première strophe du premier poème du recueil, d’abord en coréen, puis sa traduction littérale en français, et enfin la traduction que nous en proposons. Il faut signaler que notre traduction respecte la ponctuation du texte original, c’est-à-dire, contrairement à l’usage du coréen moderne, l’absence de toute ponctuation, à l’exception de quelques rares virgules et points d’interrogation ou d’exclamation qui prennent donc par contraste une signification bien précise.

Image

  • 3 Les numéros des poèmes renvoient à ceux du recueil.

Kani siktang-esǒ chǒnyǒk-ǔl sa mǒgǒssǔmnida
Nǔtko hǒrhan chǒnyǒk-i omnida
Natsǒn param-i punǔn kǒri-nǔn mikkǔrǒpsǔmnida
Sarang hanǔn saram-iyǒ, tangsin-i majǔn p’yǒn kolmok-esǒ
Mundǔk na-rǔl arabol ttae-kkaji
Na-nǔn chǒngch’ǒ ǒpsǔmnid
cantine à / repas du soir/acheté et mangé
tardif et / bon marché / soir / vient
inconnu / vent / soufflant / rue / glissant / est
bien-aimé(e), / vous / en face / de ruelle
tout à coup/me/reconnaître / jusqu’à ce que
pour moi / de fixe lieu / il n’est pas
J’ai pris le repas du soir à la cantine
Il arrive le soir tardif et bon marché
La rue où souffle le vent inconnu est glissante
Jusqu’à ce que vous, ma bien-aimée,
Vous me reconnaissiez tout à coup d’une ruelle en face
Je n’ai pas de lieu fixe
(Poème 1 : 序詩, Prélude3)

8Avec cette juxtaposition de deux langues, on peut constater que la transformation est radicale. Si l’on ne recourait pas à l’équivalence du lexique et de la syntaxe grammaticale, il n’y aurait aucune possibilité d’équilibrer deux poèmes. Sans vouloir résumer la grammaire coréenne, nous nous bornons à mentionner l’absence d’articles et de genre des noms, l’absence de majuscules et minuscules, l’usage des infixes pour les adjectifs et verbes, l’ellipse du sujet, la marque facultative du pluriel et la présence des marqueurs qui indiquent le sujet et l’objet.

Sémantique et agencement syntaxique

9Du point de vue de l’agencement grammatical, la première difficulté réside dans la différence structurelle entre les deux langues : d’une manière générale la sémantique du coréen est concrète et analytique tandis que le français est plus abstrait et synthétique. Mais, en raison de sa syntaxe, le coréen a un aspect très compact, ce qui, dans la poésie, a des conséquences sur la longueur des vers. La langue française va avoir tendance à déplier et expliciter ce qui est condensé par le coréen. Or, traduisant de la poésie, nous nous sommes donnés comme priorité de garder plus ou moins la « forme » du poème, c’est-à-dire sa disposition typographique sur la page et la longueur des vers. Mais en raison de l’ordre syntaxique coréen (sujet, complément, verbe), on est parfois forcé d’interchanger quand le vers est long.

10Ce problème est intensifié par le fait que Lee Seong-Bok lui-même pratique le rejet, le contre-rejet et l’enjambement qui viennent briser l’unité sémantique du vers, ce qui conduit à transposer dans la traduction française ces phénomènes métriques en les adaptant au nouvel ordre des mots dans la syntaxe française. Or cela n’est pas toujours possible et on a préféré garder la lisibilité du sens au détriment du vers. Par exemple, le poème 6 dit littéralement : « si nous souffrons la vie nous/puisqu’elle aime », mais nous avons choisi l’ordre en français : « si nous souffrons/c’est que la vie nous aime ». De même le poème 15 dit littéralement : « Les herbes qui poussent sur les berges, les herbes qui courent/Les herbes qui glissent/ […] le jour ». En français le syntagme « jour », qui est un complément de temps, doit être placé en tête de phrase, d’où la traduction : « Le jour où les herbes qui poussent sur les berges/Les herbes qui courent, les herbes qui glissent […] ». Dans le poème 3 on ne peut pas non plus garder l’ordre du vers coréen qui dit : « Si vous vous montrez comme une écaille de poisson/En décrivant un arc-en-ciel je tomberai, mais », car on risquerait de lier « comme une écaille de poisson » à « vous », tandis qu’il s’agit en réalité de « moi qui tombe en décrivant un arc-en-ciel… » qui figure au vers suivant. Nous avons donc traduit : « Si vous vous montrez je tomberai/Comme une écaille de poisson en décrivant un arc-en-ciel, mais. »

11En ce qui concerne l’agencement des mots – et cela nous fait approcher la part d’intraduisible en poésie –, le rythme codifié d’un poème traditionnel coréen est difficile à rendre en français. En effet la poésie moderne de Lee Seong-Bok pratique ce que nous appellerions les genres ouverts du vers libre, du poème en prose et du monologue intérieur qui n’ont pour rythme que celui de leur propre mouvement sémantique. Or, et c’est une exception dans ce recueil, le poème 26 a en coréen un rythme différent puisqu’il relève d’un style ancien remontant à l’époque Koryo (xe-xive siècle) qui lui donne un rythme dansant immédiatement reconnaissable au lecteur natif. Nous n’avons pas essayé de garder ce rythme culturellement codifié et nous l’avons refondu pour essayer de trouver une éventuelle équivalence en découpant les vers différemment pour leur donner une autre forme ou un autre rythme.

La ponctuation vient aussi perturber la traduction de l’agencement syntaxique, d’autant que Lee Seong-Bok, en poète moderne, la supprime le plus souvent. Nous avons tenu à respecter ce choix. Nous n’avons donc pas, sauf quelques exceptions, ajouté de ponctuation nouvelle, ce qui nous a contraint à clarifier la syntaxe et le sens d’une manière différente comme l’exige la langue d’arrivée. Ainsi le poème 3 finit en coréen par une virgule après le suffixe qui signifie « mais ». Cependant, il est plus naturel en français de placer la virgule avant « mais », ce que nous avons fait tout en préservant l’audace de l’original d’ouvrir sur une phrase inachevée. Dans le poème 15, la troisième strophe se termine en coréen par une virgule, mais nous l’avons déplacée en français devant le syntagme nominal « la tête sur un cuvier vide », ce qui s’imposait du fait de la grammaire française (apposition). Concernant le poème 23, Lee Seong-Bok aime mettre des virgules après certaines onomatopées pour les souligner. Or comme nous ne traduisons pas littéralement hǔng hǔng (Image « action de renifler ») mais l’exprimons à travers le verbe français « renifler », la virgule a été réagencée sur un autre syntagme en apposition pour clarifier la grammaire française. De la sorte nous avons conservé la virgule de l’original mais à une place différente en fonction des nécessités de la grammaire de la langue d’arrivée. Plus clairement encore dans le poème 33, la virgule dépend de l’ordre inverse des mots en coréen et en français. Le coréen en effet termine la première strophe par le mot « femme (Image », précédé d’une longue subordonnée relative conformément à la grammaire. De ce fait, la virgule relie ce dernier mot avec l’apostrophe à la mère (Image) qui ouvre la deuxième strophe. Or, l’ordre grammatical étant inverse par rapport au français, il fallait insérer la qualificative après le mot qualifié et donc éloigner « femme » de « mère », ce qui interdisait de garder la succession « femme/mère ». De la sorte, la première strophe n’a plus de raison de s’achever par une virgule dans la traduction française et nous l’avons supprimée. La ponctuation, comme on le voit, est étroitement dépendante de l’agencement syntaxique dans les deux grammaires considérées.

12Outre l’ordre des mots d’une langue à l’autre, une grande difficulté provient également du sens sémantique proprement dit, dont la transposition suppose parfois des choix et des équivalences à la limite de la traduisibilité. Lee Seong-Bok fait plusieurs fois usage de termes de botanique, mais la flore n’est pas la même en Corée et en France. Une essence banale en Corée peut être inconnue en France. Elle peut aussi comporter une connotation que n’a pas la fleur française. Plutôt que d’employer la terminologie latine, qui n’évoque rien à la plupart des lecteurs, ne vaut-il pas mieux lui substituer le nom d’une autre fleur, plus connue dans la culture d’arrivée ? Faut-il traduire le nom de la fleur ou la valeur de l’image que représente symboliquement cette fleur ? On retrouve toujours le problème du choix entre exotisme de la langue de départ et connotation dans la langue d’arrivée. Pour ce recueil, nous avons fait coïncider le nom des plantes comme « œillets mignardises » ou « persicaires », mais dans un autre recueil, dont nous venons de commencer la traduction, il apparaît la fleur nommée « reine-des-prés ». Or en France cette fleur est connue pour être de couleur crème tandis qu’en Corée la variété la plus répandue est rouge, ce qui permet au poète de la comparer avec du sang. Pour le moment, nous sommes dans le dilemme de l’intraduisibilité, mais nous ne perdons pas l’espoir de trouver une solution pour satisfaire au besoin de communication entre les deux cultures.

Plus délicat est le problème sémantique de l’homonymie. Par exemple, en coréen le mot chŏnyŏk (Image désigne à la fois le « repas du soir » et le « soir ». Dans les deux premiers vers du poème 1 : « J’ai pris le repas du soir à la cantine/Il arrive le soir tardif et bon marché », il est clair que dans le premier vers il s’agit d’un repas, et que dans le deuxième vers le poète joue sur le double sens de « soir » et « repas du soir ». Il ajoute en effet deux adjectifs qui vont souvent avec le mot « repas », à savoir « bon marché » et « tardif » (littéralement : « enfin reçu »). La densité de l’intention du poète ne peut pas être rendue en français de la même façon, mais nous avons pensé qu’en guidant le lecteur étranger à travers un champ sémantique équivalent, on peut ne pas trop trahir l’image du vers.

Plus difficiles à traduire sont les objets qui n’existent pas comme tels en français. Or, comme nous nous sommes interdit la ressource des notes en bas de page pour ne pas perturber la lecture de ces brèves pièces poétiques dont l’effet réside dans leur intensité et leur concentration, il a fallu autant que possible transposer. C’est le cas de t’oenmaru (Image qui désigne un « petit » maru (Image : plancher où l’on accède souvent avant d’entrer dans une pièce traditionnelle. Nous avons rendu ce mot par « petit parquet » (poème 15).

Un cas particulier du sémantisme coréen est l’emploi fréquent d’onomatopées qui sont intraduisibles en tant que telles mais peuvent être rendues en français par des adverbes, des verbes ou des noms, ou encore ne pas être traduites du tout tant la traduction littérale serait lourde ou redondante. D’une manière générale, il est très souvent impossible de restituer en français les onomatopées du coréen, lesquelles font partie du génie de la langue. Heureusement pour les traducteurs que nous sommes, Lee Seong-Bok en fait un usage assez modéré. On trouve par exemple, dans le poème 21, l’expression : « Les jeunes filles éclataient de rire ». Cette expression est dite littéralement : « les jeunes filles ont ri kkarǔrǔ » (ImageImage). À elle seule l’onomatopée kkarǔrǔ donne l’image des filles qui éclatent de rire, mais si l’on traduisait en gardant cette onomatopée au nom de l’étrangeté ou pour faire goûter la langue d’origine, quel effet cela produirait-il ? Pour le lecteur de la langue d’arrivée, cette manière de parler ne semblerait-elle pas ridicule ? Ajoutons que kkarǔr ne s’emploie que si la personne qui rit est une femme. Si c’est un homme, la langue coréenne préfèrera l’onomatopée kkŏlkkŏl (Image poème 28). Pour éviter tout risque d’incompréhension, nous avons préféré recourir à une expression ordinaire en français. Le coréen, langue plus concrète que le français, va ainsi aimer préciser, par des onomatopées, des images et des sensations que le français laisse dans l’implicite. C’est encore le cas, dans le poème 23, des « corps bouffis » (Image). L’onomatopée rend l’effet plus réel et vivant, en amplifiant l’image. Ailleurs (poème 35), quand nous traduisons « la pastèque […] se fend avec un bruit sec », le coréen dit littéralement : « la pastèque […] se fend et se détache tchŏk (Image). Dans ce cas, notre traduction évoque l’onomatopée en parlant d’un « bruit sec » ; ailleurs, cette pastèque roule tegurǔrǔ (Image), et dans ce cas, nous n’avons pas jugé utile d’expliciter le mouvement d’une chose qui roule.

Il n’y a pas que les réalités concrètes ou les onomatopées qui sont à la limite de la traduisibilité. Dans un domaine aussi universel que celui des sentiments, on s’aperçoit que là aussi le découpage du monde relève du culturel. Plus précisément le coréen associe des nuances de sentiments que le français dissocierait. C’est le cas du mot kǔriǔm (Image, polysémique en français, puisqu’il a un champ sémantique très étendu qui peut désigner une aspiration vers quelque chose, donc un désir, mais aussi un regret du passé, une nostalgie. En ce sens une bonne équivalence pourrait être le mot allemand « Sehnsucht », lui aussi, pour les mêmes raisons, difficile à rendre en français : « aspiration, désir ardent, nostalgie, impatience, langueur, vœux ardents, vague à l’âme. » (Larousse Deutsch-Französisch)

Cette plurivalence du sens exige donc une adaptation au contexte et c’est pourquoi nous avons traduit l’expression kǔriwŏ hada (Image par « penser », « regretter », « nostalgie », « rêve », etc. suivant le contexte. Ainsi, poème 25 : « la main droite pensait à la joue gauche », « mon cœur regrettes-tu encore ? » ; poème 28 : « La nostalgie soudain m’envahit » ; poème 60 : « Les choses qui vivent après nos regrets » ; poème 65 : « Faute d’avoir aimé les choses belles » ; poème 67 : « … poursuivent leur rêve », « en pensant encore à eux », « le visage du regret rongé par les vers » ; poème 74 : « En effaçant la calme nostalgie. » Dans le même registre, on peut citer le mot chŏngdapta (Image. Selon le contexte, ce mot signifie « intime », « affectueux », « doux », « tendre », « poli », « avec tendresse », « en bonne entente ». Là encore, nous avons adapté la traduction en fonction du contexte : « amicaux » (Image) dans le poème 51, mais « les proches » (Image) dans le poème 56. Comme nous le disions plus haut, la collaboration d’un relecteur français non coréanophone objective le choix de céder ou non à la suggestion de la langue de départ et rend manifestes les compromis exigés par la recherche d’une équivalence dans la langue d’arrivée.

Conclusion

13Pour conclure, la pratique de la traduction nous amène à rencontrer diverses limites qui peuvent rendre difficile la recherche d’équivalences, voire confiner à l’intraduisible, qu’il soit d’ordre culturel, sémantique, émotif, linguistique, grammatical, métrique… Je pense qu’il est difficile de théoriser dans l’absolu et a priori une méthode qui permettrait de traduire tous les types de textes du coréen en français, et plus généralement d’une langue à une autre. Il m’a semblé, dans ma pratique de traductrice de divers poètes, qu’il fallait toujours essayer de s’adapter au contexte et au style de l’auteur et du genre littéraire, jusqu’à recréer un style dans la langue d’arrivée qui soit une équivalence du style de la langue de départ. C’est après des débats parfois conflictuels que la ligne de démarcation devient elle-même le résultat, c’est-à-dire le style de notre traduction à deux voix. Pour cette raison, la traduction de la poésie me paraît relever davantage d’une pratique littéraire, voire d’un art, que d’une science exacte. C’est pourquoi je préfère parler d’une tentative de traduction, ou d’un choix stylistique engagé de la part du traducteur, mais un choix qui n’interdit pas d’autres traductions possibles car il n’y aura jamais de traduction absolue et définitive. Face au texte original dont la lettre est fixée, l’acte de traduire est toujours un perpétuel recommencement. Ainsi le traducteur doit-il vivre dans l’inquiétude qui naît de sa responsabilité devant l’œuvre : comment savoir si l’on est parvenu à faire naître la même émotion dans une autre langue avec d’autres mots et par le jeu des équivalences, parfois difficiles ? La notion d’intraduisibilité en poésie est donc la mesure de cette inquiétude du traducteur. Mais on peut voir aussi cette part d’intraduisible comme un horizon qui va guider le lecteur vers sa propre interprétation des poèmes. Invité à suppléer, par sa propre imagination, la part d’intraduisible, le lecteur devient pour ainsi dire co-traducteur du poème original, voire co-créateur du nouveau poème en traduction.

Notes

1 Le second recueil de Lee Seong-Bok, Ah, Les choses sans bouche, également traduit par No Mi-Sug et Alain Génetiot, a été publié aux Éditions Circé en 2010.

2 Ainsi, j’ai pu m’entretenir avec Michel Deguy pour clarifier le sens de certaines expressions françaises en vue de traduire en coréen une sélection de ses poèmes. Cf. Chakka, no 10, nov. -déc. 1997, Séoul, p. 277-293.

3 Les numéros des poèmes renvoient à ceux du recueil.

Auteur

Ingénieur d’études, Bibliothèque, Institut d’études coréennes, Collège de France, spécialiste de poésie coréenne.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540