Version classiqueVersion mobile

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Session en congrès (septembre 2005). La part d’intraduisible en poésie

L’intraduisible en poésie vietnamienne

Lê Thanh Khôi et Dang Tiên

Résumé

La langue vietnamienne est une langue monosyllabique à six tons : deux tons plans et quatre tons obliques, ce qui la rend très musicale. La première part d’intraduisible est cette musicalité, surtout dans une langue logique, claire, mais peu musicale comme le français. Le monosyllabique est tempéré par l’existence de termes composés de deux ou trois mots dont l’ensemble a un sens différent de celui de ses éléments, tantôt renforcé, tantôt atténué. La traduction requiert donc un plus grand nombre de mots que l’original. Le rythme, de toute façon, est perdu. D’abord parce que le français est polysyllabique alors que le vietnamien, monosyllabique, dit la même chose en moins de mots. Ensuite, parce que le vietnamien a des rimes intérieures et finales. Et enfin, parce qu’il distingue les mots pleins (substantifs et verbes) et les mots vides (pronoms, adverbes, prépositions, conjonctions, etc.). Il résulte de tout cela, en vietnamien, une grande densité de l’expression, et parfois l’impossibilité de dire si le sujet de la phrase est « moi », « toi », « lui ou elle » : le pronom peut-être tout simplement omis. L’impersonnalité favorise l’expression discrète des sentiments tandis que le français met les points sur les i.

Texte intégral

Introduction

1La poésie vietnamienne comporte des spécificités de structure de langue et de contexte culturel qui engendrent des difficultés de traduction du même ordre que celles rencontrées pour la poésie chinoise. En effet, c’est une langue à tons (plus que le chinois) et les codes culturels sont très anciens ; malheureusement la langue vietnamienne a perdu son caractère idéographique, et si les poètes vietnamiens apprécient la langue chinoise en poésie, c’est pour cet aspect graphique évocateur. Dans ce bref exposé, nous présenterons des éléments caractéristiques de la composition poétique de ces deux points de vue : structure et contexte.

Structure

La « polytonalité » de la langue

2Le vietnamien a six tons, un de plus que le chinois qui n’en a que cinq. On les classe en deux groupes :

  1. Les tons bằng (égaux ou pleins) sont au nombre de deux :
    • plein et assez bref (a) : ba, « trois », « père », « vague marine » ;
    • plein descendant et grave (à) : bà, « grand-mère », « dame ».
  2. Les tons trằc (inégaux ou obliques) :
    • aigu (á) : bá, « comte », « onde », « cent » ;
    • interrogatif et montant bas () : bả, « poison », « appât » ;
    • glottal haut (ã) : bã, « déchet » ;
    • glottal bas () : bạ, « registre ».

3Les tons donnent une valeur expressive aux mots. Le ton descendant et grave évoque douceur, harmonie, obscurité ou tristesse, le ton aigu violence, dureté, etc. L’alternance des tons entraîne un rythme, élément constitutif de la phrase en vers comme en prose.

Les mots composés

4La composition la plus simple des termes est le redoublement qui en atténue le sens : to to, « assez grand », con con, « légèrement petit », vàng vàng, « légèrement jaune ». Pour des raisons d’euphonie, lorsqu’un mot est de ton trằc, il est précédé d’un mot de ton bằng. Ainsi on dit đo đỏ, « légèrement rouge » au lieu de nho nhỏ, « tout petit », etc. Entrent dans cette catégorie les onomatopées qui peuvent servir de nom (con quạ, « le corbeau », d’adjectif ou d’adverbe (le canon tonne ðùng ðùng, le vent souffle vù vù).

5On forme aussi des mots par allitération, ou répétition de la consonne initiale, ce qui renforce le sens : lạnh lùng, « très froid » (sens figuré), lênh láng (se dit de l’eau qui se répand abondamment), ríu rít (comme un gazouillis d’oiseau). Le ton peut être semblable : nồng nàn, « ardent » ou différent : buồn bã, « très triste », nhớ nhung, « se souvenir » (avec un sentiment de manque).

6La répétition de la rime ou de l’assonance tantôt renforce le sens : bẽn lẽn, « très honteux », bõ võ, « très seul, perdu », tantôt l’affaiblit : lầm rầm, « murmurer », « dire à voix basse », lác đác, « ça et là », bâng quõ, « vague ».

7De tels mots composés sont très expressifs, et l’humour vietnamien n’a pas manqué de les employer dans des comparaisons qui font mouche, telles que : « atone » lờ đờ : comme un rat enfumé ; « vigilant » khý khý : comme un gardien de temple surveillant les gâteaux de riz ; « embarrassé » lúng túng : comme une bonzesse qui accouche.

8Des mots composés sont aussi utilisés pour rendre une notion ou un concept différent de la signification de chaque élément : nhà, « maison », suivi de nýớc, « eau », signifie l’« État ». Nhà évoque l’union des familles ; nýớc, l’eau, est la ressource nourricière indispensable à la culture du riz.

9Les sentiments : amour, joie, colère, crainte, tristesse, etc., donnent lieu à des séries de termes qui en expriment toutes les nuances, certains n’étant employés que dans des cas déterminés, tandis que d’autres sont universels.

10Nguyễn Du est le maître des mots composés, qu’il place souvent au début des vers. Voici comment il décrit la tombe de Ðạm Tiên, une chanteuse qui fut célèbre, puis oubliée :

  • 1 Nao nao s’applique à l’eau d’un ruisseau qui coule assez rapidement et qui serpente.

Nao nao1 dòng nýốc un quanh
Dịp cầu nho nhõ cuối ghềnh bắc ngang
Sè sè nắm đắt bên đàng
Dầu dầu ngọn cõ nửa vàng nửa xanh

11La traduction ne peut pas rendre la mélancolie du tableau accentuée par les tons graves des mots composés (sè sè, dầu dầu) :

Là-bas un ruisseau court en serpentant
Sous l’arche d’un petit pont au bout d’une cascatelle
À côté du chemin voici un tertre bas
Recouvert d’une herbe jaunissante à demi flétrie

L’invariance des mots

12La deuxième caractéristique de la langue est le fait qu’il n’existe ni masculin, ni féminin, ni singulier ni pluriel, ni déclinaison ni conjugaison. L’ordre des mots détermine les fonctions grammaticales. Ainsi, « ma maison » se dit Nhà tôi, « la maison de moi », « la maison de mon frère aîné » se dit nhà anh tôi, « la maison du frère aîné de moi ». Il existe des indicatifs de pluriel (những, các) mais ils ne sont pas usités dans la langue classique, relevant plutôt du langage parlé. Ils rentreront, ainsi que d’autres mots grammaticaux, dans la langue écrite au xxe siècle, sous l’influence du français avec ses exigences de précision et de clarté.

13Le vietnamien classique se caractérise, comme le chinois hán, par l’opposition entre les mots pleins (substantifs et verbes) et les mots vides (pronoms, adverbes, prépositions, conjonctions, termes de comparaison, etc.), la prédominance donnée aux premiers, et l’omission des seconds qui, dans certains cas, peuvent remplacer les premiers. Il en résulte une grande densité de l’expression.

14Un mot plein peut être substantif, adjectif ou verbe. Ainsi, dans le vers de Nguyễn Du :

Cõ non xanh tận chân trời
« Herbe » « jeune » « verte » « jusque » « pied » « ciel »
xanh peut être considéré comme adjectif (verte) ou verbe (verdoie).

L’absence de pronoms personnels

15L’omission du sujet est de règle dans les proverbes :

Ᾰn quả nhớ kẻ trồng cây
« Manger » « fruit » « se rappeler » « celui » « planter » « arbre »
Quand on (ou tu) mange(s) un fruit, il faut te (vous) souvenir (ou souviens-toi) de celui qui a planté l’arbre.

16Lorsque le verbe seul est employé, on peut hésiter sur le sujet : je, tu, il, elle ou on. Dans les deux vers suivants d’une chanson populaire :

Găp nhau ăn miột miếng trầu
« Se » « rencontrer » « mâcher » « une chique » « bétel »
Gọi là nghῖa cũ về sau mà chào
« Appeler » « rapport » « ancien » « plus tard » « se saluer »

17Aucun mot ne permet de dire si c’est une fille ou un garçon qui parle (s’il y avait anh « frère aîné » ou em « petite sœur », on serait fixé). On peut traduire :

En cette rencontre prenez une chique de bétel

ou

En cette rencontre si l’on prend une chique de bétel
Ce sera un rapport qui nous permettra de nous saluer plus tard.

18Dans ce vers du Chinh Phụ Ngâm (Chant de la femme du combattant) :

Cùng trông lại mà cùng chẳng thấy
« Ensemble » « regarder » « je » « retourner », « mais » « ensemble »
« ne pas voir »,

19il n’y a pas de pronom personnel, mais le sens est clair :

Nous nous retournons mais sans nous voir.

20L’absence de pronoms personnels et particulièrement du « je » est un trait qui a frappé de nombreux commentateurs. En réalité, il est inexact de dire, comme l’ont fait certains, que le « je » n’existe pas en vietnamien classique. Au contraire, il peut s’exprimer par un grand nombre de mots qui ont chacun leur nuance propre :

21Ta s’emploie en s’adressant à soi-même, à un égal ou à un inférieur, ou signifie « nous » avec une nuance affectueuse, comme dans le ca dao suivant :

Em õi chua ngọt đã từng
« Petite sœur » « aigre doux » « déjà partagé »
Non xanh nýớc bạc ta đừng quên nhau.
« Montagne » « bleue » « eau » « argentée » « nous » « pas » « oublier »
« nous »

22La traduction sera bien maladroite :

Ô petite sœur, nous qui avons partagé le doux et l’amer
Par les montagnes et les eaux ne nous oublions pas.

23« Ta, “je”, » apparaît dans ce vers de Madame de Thanh Quan dans son huitain « Au col Ngang » :

Một mảnh tình riêng ta với ta
[Mes] sentiments intimes, je suis seule avec moi-même.

24Tớ s’emploie familièrement pour se désigner soi-même quand on est avec sa femme, ses amis ou seul, comme dans la dernière ligne de l’oraison funèbre pour rire que Trần tế Xýõng (1870-1907) composa pour son épouse après une dispute :

Toi (mình), va te faire ascète pour devenir immortelle ou bouddha, et te promener dans les jardins célestes
Moi (tớ), j’élèverai les enfants pour avoir gendres et brus, et accomplir mon devoir d’époux

25Tôi apparaît de temps en temps chez Nguyễn Khuyến (1835-1909) comme lorsqu’il pleure son ami Dýõng Khuê. Il emploie tôi six fois dans un poème de trente-huit vers :

Vẫn sõm hôm tôi bác cùng nhau
Toujours, matin et soir toi et moi étions ensemble
Tôi tuy thýõng lấy nhớ làm thýõng
Je souffre, et de mes souvenirs se nourrit ma souffrance

26Il est d’autres termes pour dire « je », de façon civile, discrète, voilée ou détournée.

Contexte

La hiérarchie sociale

27Dans l’ancien temps, la société était très hiérarchisée et l’individu devait se situer dans l’ensemble des rapports familiaux, villageois ou administratifs. Il devait chaque fois utiliser non pas un terme général comme tôi, mais approprié à la situation : con par rapport à ses parents et ses maîtres, anh ou em par rapport à ses cadets, ses aînés, ou la personne aimée, etc.

28La langue littéraire emploie thân qui désigne proprement le corps physique, et mình le corps physique et psychique. Voici le chant d’une fille :

Thân em nhý tấm lụa đào
Je (mon corps) suis comme une pièce de soie rose
Phất phõ trong chợ biết vào tay ai
Qui flotte au marché sans savoir en quelles mains elle tombera.

29Mình signifie, selon le contexte, « je », « tu », « il » ou « elle », avec une nuance de tendresse ou de pitié :

Nghῖ mình phận mὀng cánh chuốn (Kiều)
Pensant à mon sort fragile comme l’aile d’une libellule
Mình về có nhớ ta chăng (Ca dao)
Tu rentres, te souviendras-tu de moi ? (chanson populaire)
Mình Ve khô xép, ruột tằm héo hon (Lục vân Tiên)
Ce corps desséché de cigale, ces sentiments confus comme les fils du vers à soie
Mýời quan chẳng tiếc, tiếc ngýời răng đen (Ca dao)
Dix ligatures ne me manquent pas, me manque la fille aux dents noires !
(chanson populaire)

30Un mot souvent utilisé, ai, « qui », peut désigner « n’importe qui » ou « tout le monde », comme dans ce dicton :

Ai có thân ngýời ấy lo
Chacun doit se préoccuper de son sort (ne pas compter sur autrui ; littéralement : Qui a un corps doit s’en soucier)

31Dans le ca dao suivant :

Ai về Đồng Tἰnh, Huê Cẫu
Qui s’en va à Đồng Tinh, à Huê Cẫu

32Ðể thýõng ðể nhớ ðể su ch ầ o ai

Laissant amour, souvenir et tristesse à qui ?

33le ai du premier vers désigne la personne aimée dont il est question, celui du second vers la personne qui parle. Ai étant impersonnel, ce ca dao peut être chanté par une fille ou un garçon.

34Enfin, le pronom peut être tout simplement omis, comme dans ce ca dao chanté par un garçon :

Một thýõng tóc bὀ đuôi gà
Premièrement aimée (je vous aime) pour vos cheveux qui tombent comme la queue d’un coq

35De même, dans le poème envoyé à sa femme, au moment de partir en poste, Phan Thanh Giản écrit :

Õn nýõc nợ trai đành số phận
« Devoir » « pays » « dette » « homme » « accepter » « destin ».

36ce qui signifie :

Le devoir envers le pays, la dette de l’homme, je dois accepter mon destin.

37On trouve exprimée ici la conception du lettré de l’ancien temps : tout homme en naissant a le devoir de servir son pays, c’est une dette à payer. Õn et nợ sont deux notions très liées : Õn est proprement le bienfait qu’on reçoit (ici l’existence qui a été donnée), il constitue une dette (nợ) dont il faut s’acquitter.

La déclaration discrète des sentiments

38D’une manière générale, l’ambiguïté entretenue par l’impersonnalité favorise la déclaration discrète des sentiments. Sans parler de l’omission pure et simple du mot, thân et ai peuvent désigner la personne qui parle, la personne à qui on parle ou la personne dont on parle. Ai en outre peut être la nature, le Ciel, le destin. C’est son sens dans les trois premiers vers du quatrain suivant, tandis que dans le dernier vers, il désigne la personne aimée :

Qui fait que la fumée s’élève vers le ciel
Qui fait tomber la pluie et les êtres se séparer
Qui fait que la route ici se divise vers le nord et vers le sud
Qui fait couler les larmes du souvenir ?

39Ngýời, l’être humain, homme ou femme, sert aussi à nommer ou plutôt ne pas nommer la personne aimée et soi-même :

Ngýời õi ngýời ở ðừng về
« Être » « ô » « être » « rester » « ne » « pas » « partir »
O toi, reste, ne t`en va pas !
Sập đá hoa bὀ vắng chẳng ai ngồi

Le lit de marbre est vide personne ne s’y asseoit.
Buồng hýõng bὀ vắng cho ngýời quay tõ
Vide la chambre parfumée où seule je file (mot à mot : pour la personne qui file)

Des termes concrets issus du monde paysan

40La dernière caractéristique de la langue vietnamienne dérive du fait que la société, pendant deux mille ans, a été essentiellement paysanne. Encore aujourd’hui soixante-dix pour cent de la population vit à la campagne. C’est pourquoi la langue abonde en termes concrets et manque de termes abstraits.

41Ces deux mots « concret » et « abstrait » sont rendus par des termes hán : cụ thể, littéralement « corps complet » et trừu týợng, « image abstraite ». Ces termes eux-mêmes, faut-il le remarquer, ne sont pas réellement « abstraits », mais dérivent de figurations.

42Quand il s’agit d’objets, de sentiments et de comportements, le vocabulaire est très riche. Pour dire « porter » par exemple, il existe une quinzaine de mots : cầm « à la main », đội « sur la tête », mang « tout près du corps », ôm « embrasser », gánh « à la palanche », quảy « emporter à la palanche », xách « d’une seule main », khiêng « à deux mains un objet lourd », cắp « sous le bras », býng « à deux mains devant la poitrine », vác « sur une épaule », đeo « sur soi » (pour un objet facile à enlever : des lunettes, une montre, etc.), ẵm ou bế « dans ses bras » (par ex. un petit enfant), đeo « sur le dos », cõng « sur le dos (dans le cas d’un enfant ou d’un petit animal qu’on soutient des deux mains), et on en oublie !

43De même, les sentiments de joie et de tristesse, de colère et de crainte, d’amour et de haine, s’expriment par de nombreux termes ayant chacun sa nuance. L’amour a un vocabulaire particulièrement riche. Le mot général pour l’amour entre l’homme et la femme est yêu, mais il s’emploie aussi pour le pays (yêu nýớc), le métier (yêu nghề), la vie (yêu đồi), des idées comme la paix (yêu hòa bình), la liberté (yêu tự do), etc. L’association avec un autre mot introduit des différences subtiles : yêu suivi de chuộng (l’estime) signifie « la justice », « la raison » ; suivi de dấu (la profondeur), il signifie « une amante ».

44Mến signifie également aimer, mais ne s’applique pas aux animaux, et exceptionnellement aux choses (mến cảnh : aimer un paysage). Mến yêu et mến thýõng ont le même sens que yêu mến et yêu thýõng. Mến phục induit de l’admiration, mến tiếc du regret. Trìu mến évoque des attitudes, des gestes, des paroles d’affection ou d’amour.

45Chuộng et thích ont à peu près le même sens : aimer avec une nuance d’appréciation. Mais chuộng implique une comparaison explicite ou implicite : chuộng tự do, « aimer la liberté » (par rapport à l’esclavage), alors que thích ne l’implique pas : thích dọc sách, « aimer la lecture ».

46Quý signifie « aimer en donnant de la valeur ».

47Ham signifie « aimer jusqu’à la passion » : ham học, « aimer l’étude » ; ham chõi, « aimer le jeu ».

48 va souvent avec ham et le renforce ; ham mê cờ bạc, « aimer les jeux d’argent ». Il s’emploie aussi seul dans le même sens : mê gái, « aimer les filles ».

49Ýa est moins fort, il signifie avoir de l’inclination pour quelque chose : ýa nịnh, « aimer la flatterie », ýa ăn cá, « aimer le poisson ».

50Cette tendance au concret va si loin que les notions abstraites sont rendues par des combinaisons de mots concrets : « descendance » se dit con cháu (enfants et petits-enfants) ; « parenté » : bà con (aïeule et enfant) ; « qualité » : xấu tốt (le mauvais et le bon) ; « commencement et fin » : đầu đuôi (tête et queue). Quand on emploie des termes hán, le sens est également concret : l’espace se dit không gian (vide espace, temps) ou thời gian (temps espace) ; l’éternité n’est pas concevable, on dit : muôn đời (pendant dix mille générations), đời đời (de génération en génération) ou hán vῖnh viễn (long et loin).

Conclusion

51La traduction des poèmes vietnamiens en français présente certainement des difficultés, mais celles-ci ne sont pas plus insurmontables que pour une autre langue de départ ou d’arrivée. Du point de vue de la langue, le traducteur du vietnamien doit résoudre les mêmes problèmes qu’avec le chinois, par exemple : les deux langues voisines présentent les mêmes caractéristiques, surtout le monosyllabisme qui entraîne l’homophonie, et l’intonation qui crée une mélodie particulière.

52Traduire un poème d’une langue dans une autre consiste toujours à refaire le poème, en employant des techniques, mais aussi avec inspiration et sensibilité. La part d’intraduisible réside plutôt, à notre avis, dans l’essence de la création poétique, qui est un moment d’inspiration unique, impossible à ressusciter dans une autre forme de langage. Alors, il n’est plus question de langue ou de traduction : c’est un processus de création qu’il faut mener à terme. C’est pourquoi il arrive souvent que la traduction poétique débouche sur une poétique de la traduction. Le désespoir du traducteur génère alors une réflexion fascinante.

Notes

1 Nao nao s’applique à l’eau d’un ruisseau qui coule assez rapidement et qui serpente.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search