Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Introduction

Julie Brock

Texte intégral

1L’atelier « Lire et traduire les poésies orientales » est né d’une rencontre entre des traducteurs de différentes langues asiatiques. Notre interrogation commune portait sur la diversité des langages poétiques et l’universalité de la poésie. On pourrait croire qu’une pareille thématique, touchant au langage poétique comme expression de la subjectivité humaine, n’aurait aucune chance d’intéresser la recherche institutionnelle. Nous avons néanmoins rencontré auprès des responsables du Réseau Asie une écoute attentive, une ouverture au dialogue, voire une complicité à laquelle nous ne nous attendions pas. Jean-François Sabouret, dans sa préface, résume parfaitement la question qui motivait notre projet : « Comment traduire dans une autre langue ce qui constitue l’essence même d’une langue, sa poésie ? »

2Les progrès accomplis depuis la création de notre atelier en 2005, nous n’aurions pu les accomplir autrement qu’en équipe. Les communications de grande qualité, ainsi que les débats très animés qui marquèrent chacune de nos rencontres, témoignent de la mobilisation de cette équipe pluridisciplinaire, pluriculturelle et plurilinguistique. La plupart des membres étant à la fois spécialistes de langues et cultures orientales et praticiens de la traduction, nous avions décidé de partir des questions qui se posent concrètement. Les thématiques des différentes sessions sont issues de cette décision.

3Comme nous l’avons indiqué plus haut, deux sessions se sont tenues en congrès, et deux autres à l’occasion de journées thématiques. La première session en congrès s’intitulait « La part d’intraduisible en poésie » (2005). Présidée par Jean-Yves Masson, elle comprenait des communications sur la poésie chinoise classique (Véronique Alexandre Journeau) et contemporaine (Chantal Chen-Andro), sur la poésie japonaise classique (Patrik Le Nestour) et contemporaine (Julie Brock), ainsi que sur les poésies coréenne (No Mi-Sug), vietnamienne (Dang Tien et Lê Thanh Khôi) et télougoue (Daniel Negers). La discussion porta principalement sur les difficultés spécifiques à la traduction des langues orientales. Elle posait également la question de savoir s’il existe un critère commun à l’expression poétique dans les langues asiatiques.

  • 1 Les contraintes éditoriales ne nous permettent pas d’inclure ici les contenus de cette deuxième se (...)

4La deuxième session en congrès, intitulée « Rythmes et rimes », comprenait des communications sur les poésies chinoise (Véronique Alexandre Journeau), coréenne (Lee Bjoung-Jou), japonaise (Makiko Andro-Ueda) et vietnamienne (Dang Tien), ainsi qu’une communication sur la poésie kannada (Vasundhara Filliozat). La discussion porta sur les règles de composition qui diffèrent dans chaque langue, et sur la question des choix qui sont à l’origine de ces différences1.

5En ce qui concerne les journées thématiques, la première se déroula en juin 2006. Intitulée « Comparatisme en traduction poétique », elle se donnait pour objectif d’approfondir et de développer les questions concernant notamment l’influence du chinois sur les autres langues asiatiques. Pressentant le risque de nous perdre dans des discussions portant sur les différences entre les langues, et conscients par ailleurs de la nécessité de fonder notre travail sur une méthodologie adaptée aux enjeux de la recherche dans le monde d’aujourd’hui, nous avions décidé, plutôt que d’inventorier les difficultés spécifiques à la traduction des langues asiatiques, d’en faire simplement un repérage afin de pouvoir les intégrer dans une problématique globale.

6Pour atteindre cet objectif, il ne suffisait pas de réunir des traducteurs et autres spécialistes des langues et cultures asiatiques, il fallait encore élargir le cadre de notre échange. En discutant avec des collègues d’autres disciplines de sciences humaines, telles que la linguistique, la philosophie, l’esthétique, la traductologie, etc., nous espérions approfondir notre champ de réflexion et installer notre étude dans le champ des sciences du langage. Il nous restait à définir un angle susceptible de rallier ces différents points de vue autour d’une problématique commune. C’est ainsi que cette première journée fut axée sur la thématique du comparatisme.

  • 2 Ne pouvant inclure ici qu’une partie du contenu de cette journée, nous rappelons que l’intégralité (...)

7Le programme comprenait une conférence sur le fonds commun des langues asiatiques (Lê Than Khôi), un exercice de comparatisme portant sur des poèmes de langue chinoise, japonaise et coréenne (Véronique Alexandre Journeau, Lee Bjoung-Jou, Chantal Chen-Andro, Patrik Le Nestour), et un exposé sur le bilinguisme sino-japonais à l’époque des Cinq-Montagnes (Julie Brock). Pour finir, une table ronde eut lieu autour de Christiane et Alain Thiollier, responsables de L’Asiathèque, une maison d’édition spécialisée dans les œuvres traduites, sur le thème : « Comment concevoir l’édition des œuvres poétiques en traduction ? ». Ces différentes sessions, ainsi que la table ronde, furent présidées respectivement par Jean-Yves Masson, Florence Lautel-Ribstein et Marc-Mathieu Münch2.

8Cette rencontre fut encore une fois très stimulante. Comme si la discussion interdisciplinaire avait le pouvoir de dissiper d’invisibles barrières, les difficultés liées à la traduction du chinois, du coréen, du japonais, du vietnamien, n’apparaissaient plus tellement comme des difficultés spécifiques à chaque langue. Les problématiques individuelles se posaient sous les termes d’une interrogation commune, laquelle nous amena rapidement à mettre au jour les soubassements des cultures asiatiques. Chacune se profilait, singulière, sous un vaste horizon qui les englobait toutes.

9Cette perspective d’ensemble, comme l’expliqua Lê Than Khôi, est d’abord historique, puisque toutes ces cultures ont en commun le fait que l’écriture et le style chinois se sont imposés à l’expression autochtone (coréenne, vietnamienne, chinoise). Mais, si utile qu’il soit pour mettre en perspective diverses cultures sous le rapport d’une constitution commune, l’éclairage historique comporte une zone d’ombre, d’où ressortit paradoxalement une interrogation sur l’identité. Car enfin, si toutes ces cultures d’Extrême-Orient ont en commun de disposer d’un système d’écriture emprunté au chinois, elles ne sont pas devenues chinoises pour autant.

10On se demanda alors quels moyens les populations avaient mis en œuvre pour se distinguer les unes par rapport aux autres, affirmer leur différence, et se constituer comme une pluralité d’entités uniques, singulières, éloignées du modèle chinois. Julie Brock interrogea notamment la question du bilinguisme sino-japonais, dont la dualité même constitue le critère d’identité du japonais. Partant d’un poème écrit en chinois par un poète japonais du XIVe siècle, elle employa la métaphore bachelardienne de la « greffe » pour montrer que, si les formes peuvent être comparées à une plante, celles-ci s’attachent par des liens quasi organiques au creuset culturel qui les inspire et les nourrit.

11Pour résumer, toutes les communications ayant contribué à mettre en évidence l’influence du chinois sur le coréen, le japonais et le vietnamien, cette constatation nous avait amenés à nous interroger sur les moyens mis en œuvre par les différentes cultures vernaculaires pour résister à cette influence. Comment ces cultures, tout en acceptant les possibilités du chinois, les avaient-elles adaptées à leurs propres critères linguistiques, à leur propre organisation sociale, à leur propre vision du monde ? En faisant ressortir que les lettrés coréens, japonais et vietnamiens, décrivirent les questions spécifiques à leur culture, à leur société, à leur sensibilité, non pas dans leur langue d’origine (laquelle était employée par les femmes ou les auteurs des classes populaires), mais en recourant au chinois, c’est ainsi que l’usage du chinois nous apparut en même temps comme un facteur d’influence, et paradoxalement, comme un vecteur de la résistance opposée par chacune des cultures environnantes pour constituer ou affirmer sa propre identité.

12Ayant ainsi fait ressortir l’importance du rôle de la traduction, il nous parut intéressant d’élargir notre questionnement à d’autres cultures situées hors de l’Asie orientale. La décision fut prise alors d’organiser une rencontre associant des spécialistes de l’Asie orientale et de l’Inde. Nous devons à la précieuse collaboration de France Bhattacharya d’avoir pu organiser cette réunion à l’occasion de notre deuxième journée d’études.

Notes

1 Les contraintes éditoriales ne nous permettent pas d’inclure ici les contenus de cette deuxième session en congrès. Nous prions le lecteur de se reporter à la publication en ligne sur le site du Réseau Asie : http://www.reseau-asie.com (congrès 2007).

2 Ne pouvant inclure ici qu’une partie du contenu de cette journée, nous rappelons que l’intégralité a été publiée dans Comparatisme en traduction poétique, op. cit.

Auteur

Professeur, Institut de Technologie de Kyôto, docteur en philosophie de l’art et en littérature, spécialiste d’esthétique, de littérature japonaise et de littérature comparée.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540