Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tiges de mil et les pattes du héron

 | 
Julie Brock

Remerciements

Texte intégral

1Nous remercions bien vivement Jean-François Sabouret, directeur du Réseau-Asie, d’avoir accepté notre recherche collective au titre d’un projet de cette institution. Nos remerciements vont aussi à Jeanne Goffinet et à toute l’équipe du Réseau Asie pour leur accueil inoubliable et la qualité de l’organisation.

2Nous exprimons notre gratitude à Jean-Pierre Attal, directeur des Éditions Anagrammes, qui nous a autorisés à incorporer ici une partie de l’ouvrage mentionné plus haut. Merci à Jean-François Sabouret et à Pierre-Sylvain Filliozat pour avoir bien voulu préfacer respectivement les deux Livres contenus dans cet ouvrage, à Christiane et Alain Thiollier pour leur collaboration exceptionnelle, et à Robert Duquenne pour sa relecture attentive de notre manuscrit.

3Nous remercions CNRS Éditions qui se sont chargées de publier ce volume, et tout particulièrement Christophe Sabouret, responsable des éditions au Réseau Asie, pour son attention et ses soins diligents.

4Nos pensées reconnaissantes se tournent enfin vers notre lecteur. Nous espérons que cet ouvrage, conçu à l'attention des spécialistes aussi bien que des lecteurs de poésie, lui apportera des connaissances utiles en matière de poésies orientales en traduction.

5L’éclairage comparatiste fait ressortir une infinité de contrastes entre chacune des formes poétiques de notre corpus, et cette diversité même nous paraît être le miroir de l’universelle poésie. La forme qui permet au poète d’exprimer les phénomènes du monde intérieur est aussi ce qui permet au lecteur de ressentir les mêmes phénomènes dans son propre for intérieur. Entre la forme et le ressenti se crée un lien à la fois singulier et universel. Une œuvre d’art poétique travaille à la rencontre entre ces deux vecteurs. Aussi, l’idéal du traducteur de poésie n’est pas simplement de produire la forme d’un poème, mais une forme douée d’efficacité, dont la force est de stimuler le lecteur à vivre, pour lui-même, l’événement poétique.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540