Version classiqueVersion mobile

De Balfour à Ben Gourion

 | 
Ran Aaronsohn
, 
Dominique Trimbur

L’empreinte de la puissance britannique

William Harvey : architecte, restaurateur et chercheur en Palestine, 1908-1938

Ron Fuchs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’architecte britannique William Harvey (6 novembre 1883 à Tottenham, Middlesex – 4 avril 19621) a apporté pendant une période de trente ans une contribution importante à l’étude et à la préservation des monuments architecturaux de la Palestine. En 1908-1909, il visite la Palestine, alors une province ottomane, et y étudie le Saint-Sépulcre, la basilique de la Nativité, le Dôme du Rocher, et plusieurs exemples de l’architecture mamelouke comme de l’architecture populaire locale. Il consigne nombre de ces édifices par le biais de croquis, de relevés et de photographies. Outre sa contribution majeure à un livre portant sur la basilique de la Nativité à Bethléem (1910), le matériau qu’il recueille en Palestine, au Caire et à Damas est publié dans une série de quelque quinze articles. Quelques autres éléments n’ont jamais fait l’objet d’une publication. Vingt ans après sa première visite aux basiliques chrétiennes et aux mosquées du Haram, Harvey a une nouvelle fois l’occasion de s’occu...

Auteur

Ron Fuchs a fait des études d’architecture à la faculté d’architecture et d’urbanisme du Technion-Israel Institute of Technology, où il a également soutenu sa thèse de doctorat, en 1992. Il est maître de conférences au département d’histoire de l’art de l’université de Haïfa et au J & S College, d’Ariel. Ses publications ont trait à l’architecture vernaculaire, à l’architecture coloniale britannique, et à l’histoire architecturale de la Terre sainte.
Il est l’auteur de : avec M. Meyer-Brodnitz, « The Emergence of the Central Hall House Type in the Context of 19th Century Palestine », in J.-P. Bourdier & N. AlSayyad eds. Dwellings, Settlements & Tradition, University Press of America, Lanham, etc., 1989, pp. 403-424 ; « The Palestinian Arab House and the Islamic Primitive Hut », Muqarnas – an Annual for Islamic Art & Architecture 15 (Brill, Leiden, 1998), pp. 157-177 ; avec Gilbert Herbert, « Representing Mandatory Palestine, Austen St. Barbe Harrison and the Representational Buildings of the British Mandate in Palestine 1922-37 », Architectural History, Journal of the Society of Architectural Historians of Great Britain, vol. 43 (2000), pp. 281-333 ; « Public Works in the Holy Land : Government Buildings under the British Mandate in Palestine, 1917-48 », in L. Campbell ed., Twentieth Century Architecture and Its Histories, Special Millennial Issue of the Society of Architectural Historians of Great Britain, 2000, pp. 275-306 ; avec Gilbert Herbert, « À Colonial Portrait of Jerusalem, British Architecture in Jerusalem of the Mandate 1917-48 », in N. AlSayyad ed. Hybrid Urbanism, Praeger, Westpoint Conn., 2001, pp. 81-108 ; « Sites of Memory in the Holy Land : the Design of the British War Cemeteries in Mandate Palestine », Journal of Historical Geography, UK. Vol. 30 (October 2004), pp. 643-664 ; avec Marina Epstein-Pliouchtch, « Cycles of Modernity in the Holy Land », in Re-thinking and Re-constructing Modern Asian Architecture, Proceedings of the Modern Asian Architecture Network 5th Conference, Istanbul juin 2005, pp. 37-47.

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search