Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’intérêt du journal est son insignifiance. C’est là sa pente, sa loi. Écrire chaque jour, sous la garantie de ce jour et pour le rappeler à lui-même, est une manière commode d’échapper au silence comme à ce qu’il y a d’extrême dans la parole [...]. Ce qu’il y a de singulier dans cette forme hybride, si facile, c’est qu’elle est un piège. On écrit pour sauver les jours, mais on confie son salut à l’écriture qui altère le jour [...]. Finalement, on n’a donc ni vécu ni écrit, double échec à partir duquel le journal trouve sa tension et sa gravité1.

Cher ami, n’abandonnez pas votre journal : il se peut que vous ne parveniez pas à faire des œuvres. Mais votre journal est une œuvre, votre œuvre : ces difficultés multiples qui vous empêchent de produire constituent elles-mêmes le sujet de votre œuvre [...] Ces débats, ces angoisses, ces scrupules intérieurs, votre journal doit en garder registre2.

Doit-on, comme Blanchot, condamner une écriture de soi censée paralyser l’inspiration créatric...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search