Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Cinquième partie. Le Journal ou l'avant-texte de l'œuvre

Chapitre III. Genèse des images kafkéennes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’intériorité

Il s’agit d’images qui évoquent le repli de l’individualité dans ce qu’elle a de plus intime : le corps, souvent figuré par l’image de la forteresse ou de la cuirasse, et la chambre, la cave ou le terrier, refuge d’une singularité qui se sent menacée par le monde extérieur.

Le corps, la cuirasse et la prison

Lorsque Kafka évoque la sensation d’être enfermé dans son propre corps, l’image de la cuirasse, qui annonce celle du cloporte, est la plus parlante : « L’espace d’un instant, je me suis senti revêtu d’une cuirasse1. » Elle est liée à une perception de l’enveloppe charnelle comme prison, comme irréductible mur de séparation entre les hommes dont elle dénonce la « solide délimitation des corps2 ».

L’image de la prison revient fréquemment lorsqu’il s’agit d’évoquer le corps comme un obstacle à l’épanouissement de l’individu. « Ma cellule, ma forteresse3 », note ainsi Kafka en 1920. Dans un aphorisme du Journal daté de janvier 1920, le thème de la prison est repris pour dé...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search