Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Cinquième partie. Le Journal ou l'avant-texte de l'œuvre

Chapitre premier. Le Journal, laboratoire d’un style

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Image img01.jpg

Journal de 1914, ébauche de L'Étudiant Kosel. (In Tagebücher, Apparatband, p. 107).

Le mode d’écriture de Kafka

L’écriture du Journal, à l’image de l’œuvre kafkéen, est une écriture à processus. Une écriture « à l’aveuglette, conçue comme avènement et comme événement », où Kafka se « jette en avant dans l’aventure de la scription1 ». Inspiration et rédaction coïncident dans une tension absolue vers la naissance du mot, si poétiquement exprimée par Hélène Cixous :

Me passionnent les actes de naissance, puissance et impuissance mêlées. L’Être-en-train-d’écrire ou de dessiner [...]. Le vent vibre, je vois avec mes oreilles, j’avance dans la poitrine du monde, les mains en avant, captant la musique avec mes paumes,
Jusqu’à ce que quelque chose respire sous ma plume2.

Kafka pratique cette écriture en devenir qu’évoque Claude Simon dans son Discours de Stockholm :

On n’écrit jamais quelque chose qui s’est passé avant le travail d’écrire, mais bien ce qui se produit [...] au cours de ce travail ...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search