Desktop versionMobile Version

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie III. Le Maghreb dans l'espace international

Chine et Inde : deux nouveaux acteurs dans l’espace nord-africain

Françoise Nicolas

Volltext

1Alors que les économies occidentales continuent de se débattre face à une crise économique d’une gravité inégalée depuis la Grande Dépression, la Chine et l’Inde ont retrouvé en moins d’un an le chemin d’une croissance forte et ce sont elles qui ont tiré la croissance économique mondiale au cours de l’année 2010. La crise économique mondiale a démontré, s’il en était besoin, qu’il faut désormais compter avec les deux géants économiques asiatiques.

2Cette réussite économique s’est accompagnée d’une stratégie d’internationalisation agressive, qui a vu les entreprises chinoises et indiennes gagner des parts du marché mondial et se lancer dans des investissements directs tous azimuts. Cette expansion a touché tous les continents, y compris le continent africain. Si la présence chinoise et indienne en Afrique subsaharienne a été abondamment commentée et analysée, il n’en est pas de même pour l’Afrique du Nord. Or la spécificité de la région, tant en raison de son niveau de développement économique que de sa structure de spécialisation, en fait un cas à part qui mérite d’être analysé en détail.

  • 2 L’Afrique du Nord est définie ici comme comprenant les quatre pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tun (...)

3Ce chapitre propose d’établir un état des lieux de la présence économique chinoise et indienne en Afrique du Nord2, d’en examiner la nature et les motivations et enfin d’en analyser les implications tant pour les pays d’accueil que pour leurs partenaires traditionnels européens.

État des lieux des relations économiques avec la Chine et l’Inde

Panorama des échanges commerciaux

Des échanges dynamiques…

4Comme le montrent les figures 11 à 14, les échanges entre les deux géants asiatiques et l’Afrique du Nord sont en forte croissance depuis le début des années 2000. La tendance est donc spectaculaire mais récente. Dans les cinq économies étudiées, les importations de produits chinois se sont nettement intensifiées à compter de 2003, soit deux années à peine après l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). La hausse est particulièrement forte pour l’Égypte et l’Algérie. Les importations en provenance d’Inde enregistrent également une forte croissance, mais l’évolution n’a pas été aussi spectaculaire, sauf dans le cas de l’Égypte, et les montants demeurent de toute façon nettement inférieurs.

5Du côté des exportations, les situations sont beaucoup plus contrastées. Sur le marché chinois, la Libye est la seule qui parvienne à tirer son épingle du jeu ; l’Algérie et l’Égypte ont également accru leurs exportations mais à des niveaux encore très modestes (environ 1 milliard de dollars en 2009). En revanche, les cinq économies ont connu une forte expansion de leurs exportations vers l’Inde. L’Égypte apparaît toutefois comme la principale bénéficiaire de l’ouverture du pays : ses exportations ont explosé depuis 2005, passant de 500 millions à plus de 1,5 milliard de dollars entre 2005 et 2009. Même si les exportations des quatre autres économies nord-africaines ont augmenté de manière sensible au cours des dernières années, les volumes demeurent très faibles (ils atteignent près de 500 millions de dollars).

Figure 11 : Exportations vers la Chine (1980-2009).
Source : FMI, Direction of Trade Statistics

Figure 12 : Exportations vers l’Inde (1980-2009).
Source : FMI, Direction of Trade Statistics

Figure 13 : Importations de Chine (1980-2009).
Source : FMI, Direction of Trade Statistics

Figure 14 : Importations d’Inde (1980-2009).
Source : FMI, Direction of Trade Statistics

… et généralement asymétriques…

6Dans les flux commerciaux chinois et indiens, l’Afrique du Nord apparaît comme une source de matières premières, mais aussi comme un marché. De manière peut-être surprenante, la structure des échanges bilatéraux entre d’un côté la Chine et l’Inde et de l’autre les cinq pays d’Afrique du Nord étudiés ne reflète pas une stratégie de coopération Sud-Sud mais correspond plutôt à une structure commerciale de type « colonial », caractéristique des échanges entre pays industrialisés et pays en développement. La Chine, et dans une moindre mesure l’Inde, a en effet tendance à exporter des produits manufacturés (issus des secteurs de l’électronique et du textile/habillement en particulier) et à importer des matières premières non transformées.

7Les spécialisations des économies nord-africaines déterminent l’équilibre de leurs échanges avec les partenaires asiatiques. À l’exception de la Libye, les économies nord-africaines sont chroniquement déficitaires à l’égard de la Chine, leurs exportations de matières premières étant insuffisantes pour contrebalancer les exportations chinoises de biens de consommation. Les situations sont plus variées dans les échanges avec l’Inde. L’Algérie, la Tunisie et la Libye sont déficitaires vis-à-vis de l’Inde, alors que l’Égypte et le Maroc sont excédentaires.

… mais dont le niveau demeure relativement modeste

  • 3 Les gains de parts de marché opérés par la Chine sont apparemment plus importants en Afrique subsa (...)

8Le dynamisme des échanges décrit plus haut a permis à la Chine d’émerger comme un partenaire désormais incontournable pour les cinq économies nord-africaines. Néanmoins, il ne faut pas se laisser tromper par ces positions flatteuses : l’Union européenne (UE) demeure le principal partenaire commercial des pays d’Afrique du Nord, bien loin devant la Chine et l’Inde. La Chine détient au mieux 7 % des échanges, comme dans le cas de l’Égypte3.

9Ce rôle important de la Chine tient au fait qu’elle figure parmi les principales sources d’importations de ces économies. Elle ne constitue en revanche que rarement un marché d’exportation de premier plan, sauf dans le cas de la Libye, du Maroc et dans une moindre mesure de l’Égypte.

  • 4 Elle est la 9e source d’importations pour les économies de la région.

10Pour sa part, l’Inde figure rarement parmi les dix principaux partenaires commerciaux des économies nord-africaines4. Contrairement à la Chine, elle apparaît comme une source secondaire d’importations pour les économies en question et elle ne constitue un marché d’exportation vraiment important que pour le Maroc.

  • 5 FMI, Direction of Trade Statistics, 2007.

11Globalement, les deux grandes économies émergentes asiatiques restent donc des partenaires commerciaux relativement modestes pour les pays nord-africains. Les partenaires traditionnels que sont les économies européennes continuent de dominer les échanges avec le Maghreb. Même dans le cas du Maroc, où l’Inde occupe la deuxième place en tant que marché d’exportations (avec 4,2 %), l’UE est très largement devant5 (avec 61,5 %).

12De la même manière, du point de vue de la Chine et de l’Inde, les cinq économies nord-africaines étudiées sont des partenaires commerciaux globalement négligeables, même s’ils figurent parmi les plus importants du continent africain.

Panorama des investissements chinois et indiens en Afrique du Nord

13L’impression générale qui ressort de l’examen rapide des échanges commerciaux est confirmée par l’évolution des investissements directs étrangers (IDE) chinois et indiens en Afrique du Nord. En dépit d’une expansion marquée de ces IDE au cours de la période récente, l’Afrique du Nord ne semble constituer une priorité ni pour les investisseurs chinois ni pour les Indiens. Parallèlement, ces investissements ne pèsent pas non plus très lourd du point de vue des pays d’accueil. Dans ces conditions, les récits et les craintes sur la montée en puissance des multinationales chinoises et indiennes dans la région paraissent largement exagérés, tout au moins pour l’instant.

L’Afrique du Nord, une destination marginale pour les investisseurs chinois et indiens

  • 6 MOFCOM, 2009 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment, Beijing, 2010.

14La part de l’Afrique dans l’ensemble des investissements directs chinois à l’étranger est relativement faible (moins de 4 % du total6), ce qui est tout de même légèrement supérieur à la part de l’Europe et à celles combinées de l’Amérique du Nord et de l’Amérique latine (hors îles Caïman et îles Vierges britanniques). Comme on peut le voir sur la figure 15, la part de l’Afrique du Nord est marginale (12 % de l’ensemble des IDE chinois vers l’Afrique), presque à égalité avec le seul Nigéria (11 %), et loin derrière l’Afrique du Sud (25 %).

  • 7 J. P. Pradhan, « Indian Direct Investment in Developing Countries – Emerging Trends and Developmen (...)

15De la même manière, l’Afrique n’apparaît pas comme une destination prioritaire pour les investisseurs indiens, même si la région récupère tout de même 12 % du total des flux depuis le début du xxie siècle7. La part de l’Afrique du Nord dans le total des IDE indiens en Afrique est, comme dans le cas de la Chine, extrêmement marginale (5 %), comme l’indique la figure 16. Aucun des cinq pays couverts par cette étude ne figure parmi les dix principales destinations des investissements directs indiens à l’étranger, selon la Reserve Bank of India.

Figure 15 : Répartition du stock d’IDE chinois en Afrique (2009).
Source : MOFCOM, 2009 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment, Beijing, 2010

Figure 16 : Répartition des flux d’IDE indiens en Afrique (1990-2007).
Source : J. P. Pradhan, « Indian Direct Investment in Developing Countries – Emerging Trends and Development Impacts », ISID working paper, no 8, juin 2008.

Les investisseurs chinois et indiens, loin derrière les investisseurs européens

  • 8 Au Maroc par exemple, les pays européens (la France en tête) occupent les premières places (avec p (...)

16Du point de vue des pays d’accueil, la présence tant chinoise qu’indienne est également marginale. Selon les différentes agences de promotion des investissements, les principaux investisseurs dans les économies du Maghreb sont les pays européens et, dans une moindre mesure, les pays du Golfe8. Les États-Unis complètent le trio de tête des investisseurs en Égypte.

17La faiblesse des investissements chinois et indiens tient à des facteurs tant historiques que géographiques : d’une part, les liens traditionnellement étroits entretenus par les pays d’Afrique du Nord avec certains pays européens comme la France et l’Espagne, et d’autre part, la puissance financière et la proximité des monarchies du Golfe. La présence (et l’influence) des deux grandes économies émergentes d’Asie en Afrique du Nord apparaît donc bridée d’entrée de jeu. Il est intéressant de noter que les deux autres grandes économies asiatiques que sont le Japon et la Corée du Sud ne figurent pas non plus parmi les investisseurs de premier plan en Afrique du Nord.

Des préférences géographiques différentes

  • 9 Selon le ministre de l’Investissement égyptien, à la fin octobre 2009, 974 entreprises chinoises i (...)
  • 10 Les investissements chinois dépasseraient 800 millions de dollars en 2009 selon l’ambassadeur de l (...)
  • 11 Les premiers contacts entre les deux parties sont antérieurs à l’indépendance de l’Algérie, et la (...)
  • 12 Le statut à part de la Tunisie correspond à une réalité plus générale : l’essor des IDE en Tunisie (...)

18L’importance relative des différents pays nord-africains varie entre la Chine et l’Inde. Pour les investisseurs chinois, l’Égypte apparaît comme la première destination dans la région du point de vue du nombre de projets9, mais c’est l’Algérie qui est la première destination en termes de montants investis10. Ce décalage est dû pour partie à l’importance des investissements chinois dans le secteur énergétique en Algérie, mais les relations traditionnellement étroites entre cette dernière et la République populaire de Chine (RPC) constituent un autre élément important d’explication11. Le Maroc, la Libye et la Tunisie12 n’attirent en revanche que très peu d’investissements chinois.

  • 13 Bien que les deux pays aient créé une commission destinée à la promotion de la coopération économi (...)

19Dans le cas de l’Inde, l’Égypte arrive également en tête si l’on considère le nombre de projets qu’elle accueille, mais c’est la Libye qui apparaît comme la principale destination en termes de montants investis13. Tout comme précédemment, le poids des investissements indiens dans le secteur pétrolier en Libye explique sans doute ce décalage. Le Maroc figure également en bonne place en termes de montants investis, alors que l’Algérie et la Tunisie demeurent des destinations marginales.

  • 14 Les deux pays entretiennent des relations privilégiées depuis le milieu des années 1950 et la mont (...)

20Cette polarisation géographique relative tient à différents facteurs. L’attractivité de l’Égypte auprès des investisseurs chinois et indiens s’explique par la taille du pays ; en outre, les considérations politiques dominent les explications, puisque des liens étroits de longue date existent entre la Chine et l’Algérie d’une part et entre l’Inde et l’Égypte d’autre part14.

Des orientations sectorielles diversifiées

  • 15 Dans cette partie, nous nous appuierons sur la base de données compilée par le réseau ANIMA, compl (...)

21L’analyse qui précède s’appuie essentiellement sur les chiffres des balances des paiements, or pour se faire une idée plus précise de la réalité des relations entre les partenaires il apparaît nécessaire de s’en remettre à des données microéconomiques, qui peuvent sembler plus « anecdotiques » mais sont aussi plus précises, notamment sur le plan sectoriel15.

22Comme ailleurs sur le reste du continent, les investisseurs chinois et indiens sont présents dans le secteur pétrolier dans les pays d’Afrique du Nord. Une différence majeure tient à la destination des investissements, qui reflète une sorte de « partage des marchés » entre les deux grands émergents. Les grandes compagnies pétrolières chinoises (CNPC, Sinopec, CNOOC) sont présentes dans le secteur pétrolier en Algérie, en Libye, en Tunisie et au Maroc. Les Indiens semblent pour leur part privilégier la Libye et l’Égypte.

  • 16 En 1999, la société Chambal Chemicals & Fertilizers Ltd, qui appartient au groupe Birla, et l’Offi (...)

23Au-delà du secteur des hydrocarbures, les investisseurs indiens et chinois sont également présents dans l’exploitation de diverses autres ressources naturelles. C’est le cas de différents groupes miniers chinois (Cecomines, Socom, China Geo Engineering, Shaolin) qui ont obtenu des licences d’exploitation de mines de zinc ou d’or en Algérie. Les investisseurs indiens sont, quant à eux, présents depuis longtemps dans le secteur des phosphates au Maroc16. Les investisseurs chinois sont également très actifs dans le secteur halieutique marocain.

24En dehors de l’exploitation des ressources naturelles, c’est le secteur manufacturier qui absorbe désormais une part croissante des investissements chinois et indiens, dans des domaines d’activité extrêmement diversifiés : biens de consommation, produits chimiques, produits textiles, équipements électriques et électroniques, automobiles.

  • 17 Ces deux entreprises sont présentes partout dans le monde, même dans les économies industrialisées (...)

25Certaines activités de services ont également attiré des groupes chinois et indiens. Dans le secteur des services et équipements de télécommunications, les entreprises chinoises Huawei et Zhongxing Telecommunications Equipment (ZTE) sont extrêmement actives dans la région17. Les investisseurs indiens sont quant à eux particulièrement présents dans les activités d’ingénierie et de services aux entreprises, mais aussi dans la production de logiciels et les prestations informatiques, en particulier en Égypte (avec la présence de Wipro, Satyam Services, ou encore IDS Software). Enfin, dans le secteur du tourisme, le grand groupe indien Oberoi est aujourd’hui présent au Maroc et en Égypte, alors que des investisseurs chinois envisagent de développer le parc national de Zembra en Tunisie.

  • 18 J. P. Pradhan, « South-South Investment in Infrastructure – The Operation of Indian Firms in Devel (...)

26Le secteur du BTP attire également investisseurs chinois et indiens. Les projets des entreprises indiennes dans ce domaine sont essentiellement concentrés sur la Libye et l’Algérie18. Les investisseurs chinois sont quant à eux particulièrement présents en Algérie. La majorité des grands chantiers de construction (logements, barrages, ports, routes, etc.) y ont ainsi été « raflés » par les groupes chinois de BTP, dont le géant public China State Construction & Engineering Corporation (CSCEC).

Une comparaison Chine/Inde

27En Afrique du Nord, les investissements chinois et indiens se répartissent de manière à peu près égale entre les secteurs des services et de la production manufacturière. En ce qui concerne cette dernière, les pays d’Afrique du Nord sont pour l’instant plus utilisés comme des entrepôts que comme des bases de production à proprement parler.

  • 19 Les caractéristiques de l’économie indienne expliquent la concentration des IDE indiens dans la ré (...)

28Le type d’activités développées par les investisseurs indiens diffère assez nettement de celui des investisseurs chinois. Outre les secteurs pétrolier, textile, automobile et touristique où les entreprises des deux pays sont présentes, les investisseurs indiens tendent à être dominants dans les activités d’ingénierie et de services aux entreprises19 et dans l’industrie chimique, alors que les Chinois sont en tête dans les services de télécommunications, mais aussi dans les secteurs des équipements électriques et électroniques, et de la construction.

29En dehors de la concentration sectorielle, un autre point de divergence concerne les modalités d’investissement. Les acquisitions sont beaucoup plus fréquentes de la part des investisseurs indiens. En outre, à l’opposé de la Chine, la particularité des investissements indiens en Afrique est qu’ils sont quasi exclusivement assurés par des entreprises privées.

  • 20 Selon des informations de l’ambassade de Chine à Alger datant de décembre 2008, près de 30 000 res (...)
  • 21 Dans le quartier de Bab Ezzouar à Alger, il y aurait ainsi plus de 200 boutiques tenues par des re (...)

30Enfin, les investissements chinois sont plus fréquemment accompagnés de mouvements migratoires dans la région que les investissements indiens. C’est notamment le cas en Algérie où une grande partie de la main-d’œuvre employée par les groupes chinois de BTP est importée de Chine20. Or il est fréquent que ces travailleurs restent ensuite en Algérie et ouvrent des commerces21.

Une analyse de la présence chinoise et indienne

Des motivations largement convergentes

31La concentration sectorielle et géographique des investissements reflète pour partie les intentions des investisseurs chinois et indiens. Ceux-ci obéissent à des motivations tout à fait classiques mais aussi très diversifiées. Il peut en effet s’agir d’accéder à des ressources naturelles (pétrole, minerais), de pénétrer de nouveaux marchés, de renforcer des positions acquises antérieurement sur le marché local à travers des exportations, mais aussi éventuellement de tirer le meilleur parti possible des faibles coûts de production et de gagner ainsi en efficacité, ou encore d’exploiter les économies d’accueil comme point d’entrée vers d’autres marchés proches géographiquement ou aisément accessibles du fait d’accords commerciaux préférentiels.

32Outre ces motivations de nature économique, les considérations politiques et diplomatiques ne sont pas absentes des décisions, notamment dans le cas des entreprises d’État chinoises. L’effort d’implantation chinois dans la région répond notamment à la recherche d’influence ou de soutien diplomatique.

L’accès aux ressources naturelles

33Un objectif important des investisseurs tant chinois qu’indiens dans la région est d’obtenir un accès à certaines ressources naturelles indispensables à la croissance de leurs économies, en particulier le pétrole, les phosphates (indispensables pour la production d’engrais), le zinc, l’or, etc. Dans le cas du pétrole, cette stratégie n’a toutefois rencontré qu’un succès mitigé. Les pays d’Afrique du Nord demeurent des fournisseurs de pétrole marginaux pour la Chine en particulier. L’approvisionnement en ressources, notamment pétrolières, est un objectif plus important au sud du Sahara. En revanche, la réussite est plus nette pour d’autres ressources, et notamment pour les phosphates.

L’accès au marché local

34L’accès au marché strictement local est un objectif prioritaire dans le secteur des biens de consommation (produits alimentaires), mais aussi dans le secteur automobile, que ce soit sur le segment des voitures particulières bon marché ou sur celui des utilitaires ou des bus. De même, les investissements indiens dans le secteur des cosmétiques en Égypte ont à l’évidence pour objectif de pénétrer le marché local. Enfin, les investissements chinois dans le secteur des télécommunications sont exclusivement concentrés sur le marché local. Ce même objectif d’accès au marché local explique aussi les investissements destinés à faciliter la distribution de produits exportés.

35La taille du marché constitue un facteur déterminant d’attractivité pour les investisseurs, d’où un avantage certain pour l’Égypte en particulier au détriment de petites économies comme la Tunisie.

L’utilisation du pays d’accueil comme base d’exportation

36Dans l’objectif de recherche de marchés, ce n’est toutefois pas exclusivement le marché local qui est visé mais le marché régional nord-africain, voire africain. Les investisseurs peuvent même éventuellement avoir des visées plus ambitieuses et chercher à exploiter leur présence en Afrique du Nord pour accéder au marché européen ou encore américain.

37Ce dernier objectif est par exemple clairement affiché par le groupe indien de services aux entreprises Genpact qui a ouvert un centre francophone au Maroc de manière à avoir un accès aisé au marché français, voire à certains marchés africains. De même, les investisseurs chinois et indiens dans le secteur du textile en Égypte visent pour partie le marché européen. L’exploitation de l’Afrique du Nord comme point d’entrée sur le marché européen paraît particulièrement pertinente dans le cas du textile, où les Chinois cherchent à mettre à profit le « circuit court ». C’est le cas des entreprises chinoises implantées dans la zone industrielle sino-égyptienne de Suez, mais aussi du groupe indien Aditya Birla, dont l’usine de fibranne viscose est destinée à produire pour le marché européen.

  • 22 World Bank, Strengthening MENA’s Trade and Investment Links with China and India, Washington D. C. (...)

38Même si les activités exportatrices demeurent nettement minoritaires22, la probabilité est forte que les choses évoluent assez rapidement, car les gouvernements des différents pays de la région ont tous exprimé le désir de transformer leurs économies en plateforme d’exportation à destination des marchés européen, africain, moyen-oriental, voire américain.

  • 23 Le Maroc a signé un accord d’association avec l’UE, un accord de libre-échange avec les États-Unis (...)

39Les deux pays qui ont affirmé le plus clairement cette volonté sont le Maroc et l’Égypte, mais on retrouve aussi des déclarations allant dans le même sens en Algérie et en Tunisie. Outre leur avantage géographique, ces pays offrent la possibilité d’accéder aisément aux marchés européen, américain, africain et moyen-oriental du fait des différents accords préférentiels qu’ils ont signés avec ces différents partenaires23.

40L’Égypte est sans doute le pays où cette stratégie est la plus aboutie. La zone sino-égyptienne pour la coopération économique et le commerce située au nord-ouest du golfe de Suez est destinée à servir de « plateforme dans la région pour les industriels chinois cherchant à se rapprocher des marchés au Moyen-Orient et en Afrique, mais aussi éventuellement en Europe ». Dans le secteur du textile-habillement par exemple, les producteurs chinois peuvent trouver en Égypte des coûts de production très compétitifs et une matière première (notamment le coton) d’excellente qualité, mais ils peuvent également bénéficier de la proximité des marchés européens et devenir, au même titre que leurs concurrents maghrébins, des fournisseurs de proximité. À cette fin, les produits fabriqués dans la zone bénéficient de l’origine égyptienne et peuvent donc accéder sans peine aux marchés tant américain qu’européen.

Le renforcement de la stature internationale de l’entreprise

41Une autre motivation des investisseurs chinois et indiens dans la région est le renforcement de la stature internationale de l’entreprise et l’expansion de ses capacités. Ces motivations sous-tendent à n’en pas douter les investissements chinois dans le secteur des télécommunications et de la construction dans la région, de même que les investissements des entreprises chimiques indiennes.

42Enfin, dans certains cas, les investisseurs peuvent chercher à exploiter les faibles coûts de production locaux, et éventuellement des technologies locales plus avancées. Les investissements des entreprises textiles en Égypte s’inscrivent en partie dans cette logique.

Implications pour les économies d’accueil

43L’un des objectifs prioritaires des politiques de promotion des investissements étrangers appliquées par l’ensemble des pays de la région est la création d’emplois et la dynamisation de l’économie locale (à travers l’investissement, les exportations, les gains de productivité, les transferts de technologie, le renforcement des liens avec de grands partenaires économiques, le rééquilibrage des relations commerciales dans certains cas). Il apparaît dès lors intéressant d’examiner dans quelle mesure les investissements chinois et indiens contribuent à ces objectifs. Compte tenu de la faiblesse des montants investis, les impacts ne peuvent toutefois être que très limités au niveau macroéconomique. Au niveau microéconomique, ou au niveau local, ces impacts peuvent par contre être ressentis très durement.

Impact sur l’investissement

44Contrairement à ce que l’on observe dans le cas des investissements dans les pays industrialisés, la part des fusions-acquisitions est généralement marginale dans les investissements à destination des économies en développement, dont la grande majorité est constituée d’investissements « greenfield ». Les investissements chinois et indiens ne font pas exception sur ce point, même si les politiques de privatisation ont pu parfois offrir des opportunités comme cela a été le cas en Algérie par exemple, avec le rachat du complexe sidérurgique d’État SIDER par la société indienne ISPAT. Compte tenu de la prédominance des investissements greenfield, les risques d’éviction des investissements locaux sont extrêmement faibles et les IDE ont toutes les chances de contribuer positivement au niveau global de l’investissement dans les pays d’accueil.

Impact sur l’emploi

45Les montants des investissements sont pour l’instant insuffisants pour avoir un impact sensible sur l’emploi, d’autant que, comme on l’a vu, une bonne partie des investissements ne sont pas concentrés dans des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre. Au fur et à mesure que les investissements s’intensifieront, des effets positifs devraient néanmoins émerger, si ce n’est au niveau national, tout au moins au niveau local. Pour ce faire, cependant, les autorités locales devront sans doute prendre des mesures pour attirer les investisseurs dans les régions où leur apport pourrait être le plus élevé.

46Dans certains cas, toutefois, l’effet bénéfique potentiel de créations d’emplois est particulièrement contestable. Ainsi, dans le secteur de la construction en Algérie par exemple, la politique d’importation de la main-d’œuvre suivie par les investisseurs chinois entrave d’éventuels effets positifs.

Impact sur le tissu industriel

  • 24 J. P. Pradhan, op. cit. [18].

47L’impact des investissements chinois et indiens dans le secteur du BTP devrait être a priori positif en termes de contribution au développement économique global à travers le développement d’infrastructures. Par ailleurs, en accroissant la concurrence sur ces marchés, les investisseurs chinois et indiens contribuent sans aucun doute à faire baisser les prix et permettent donc ainsi aux pays d’accueil de bénéficier d’équipements à des conditions de prix très favorables24 et certainement plus avantageuses que celles offertes par les partenaires européens par exemple.

48Prenons le cas du Maroc : en apportant leurs techniques avancées et en partageant leurs expériences de gestion dans les secteurs de l’électricité, du transport, des télécommunications, de l’hydraulique, des chemins de fer et des matériaux de construction, les entreprises chinoises participent activement au développement socio-économique du Royaume.

49Cet impact potentiellement bénéfique est cependant à nuancer si les investissements s’accompagnent de flux d’importations de matériel et s’ils n’ont qu’un effet d’entraînement limité sur le tissu industriel local en ne faisant que faiblement appel à la sous-traitance locale par exemple.

Développement technologique

  • 25 J. P. Pradhan, « Growth of Indian Multinationals in the World Economy : Implications for Developme (...)

50En matière de transfert ou d’apport technologique, les investissements chinois et indiens semblent porteurs en raison des complémentarités qui existent entre les partenaires, mais aussi de la volonté de part et d’autre de faciliter ces transferts. Il n’est ainsi pas rare que des accords de transfert de technologie ou de formation soient conclus. À titre d’exemple, dans le cadre du contrat passé entre le gouvernement algérien et le consortium chinois associant CITIC et CRCC, un programme de formation d’ingénieurs algériens est prévu. Toutefois, il n’est pas sûr que les investisseurs du « Sud » se montrent systématiquement plus enclins à transférer de la technologie que les investisseurs des pays industrialisés. L’illusion entretenue dans les années 1970 ne tient plus aujourd’hui dès l’instant que les investisseurs des pays du Sud possèdent des avantages compétitifs qu’ils tiennent à sauvegarder. À cet égard, les multinationales indiennes ne se comportent pas de manière fondamentalement différente des multinationales des pays industrialisés25. Cette convergence des comportements tient à la sophistication croissante des technologies détenues par les entreprises indiennes et à leur tendance de plus en plus marquée à recourir à la pratique des filiales à participation majoritaire.

Impact sur la concurrence

  • 26 United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD), 2005.

51D’une manière générale, les entrées d’IDE peuvent soit contribuer à intensifier la concurrence sur les marchés des pays d’accueil, soit au contraire conduire à l’éviction des producteurs locaux et ainsi réduire le degré de concurrence26. Comme on l’a vu plus haut, les investissements chinois et indiens ont a priori toutes les chances de créer de l’investissement supplémentaire et non pas de se substituer à des investissements existants, engendrant ainsi un surcroît de concurrence, ce qui ne peut qu’être bénéfique en termes de prix. Alors que les importations de produits chinois ou indiens peuvent entrer en concurrence directe avec les productions locales (ce qui est par exemple le cas des jouets ou encore des produits électro-ménagers au Maroc notamment), les investissements chinois et indiens n’exercent pas de concurrence marquée sur les productions locales. L’un des principaux secteurs où les investisseurs chinois et indiens ciblent le marché local est le secteur automobile, or l’absence de production locale élimine le risque d’impact négatif. À l’inverse, la production locale sous contrôle étranger est destinée à remplacer des importations et devrait donc exercer un effet bénéfique sur l’économie d’accueil, tant en termes de créations d’emplois que d’éventuels transferts de technologie et autres externalités positives.

52Dans le secteur du BTP, la probabilité est en revanche forte que les investisseurs chinois dominent le marché et étouffent la concurrence du fait de l’importance des contrats publics qu’ils parviennent à décrocher. Cette concurrence s’exerce cependant plus aux dépens des opérateurs étrangers, notamment européens, qu’aux dépens d’opérateurs locaux. De même dans le secteur de la pêche au Maroc, les pratiques des entreprises chinoises sont fréquemment critiquées, mais elles portent plus sur les techniques de pêche et les conditions de rémunération des employés que sur le degré de concurrence proprement dit.

Quelques risques

  • 27 Textile Business News, no 17, novembre 2007.

53Les investisseurs chinois tendent à mettre les différents pays de l’Afrique du Nord en concurrence les uns avec les autres (ainsi dans le textile, les producteurs chinois ont préféré s’implanter en Égypte plutôt qu’au Maroc, où la main-d’œuvre est huit fois plus chère27). Dès lors, il existe un réel risque de concurrence entre les économies de la région et de course au mieux-disant fiscal en particulier, qui ne pourra qu’exercer un impact négatif sur les velléités de coopération régionale, déjà suffisamment difficiles à concrétiser.

  • 28 H. Asche et M. Schüller, China’s Engagement in Africa – Opportunities and Risks for Development, D (...)

54Un autre problème délicat lié en particulier aux investissements chinois est celui de l’immigration. L’Algérie est le seul pays de la région où le mouvement migratoire chinois est important. Diverses sources convergent et estiment à 20 000 le nombre de travailleurs chinois en Algérie28. Ce mouvement migratoire constitue un défi majeur dans la mesure où l’intégration de ces populations n’est pas toujours aisée. Les incidents de l’été 2009, qui ont opposé des Algériens et des ressortissants chinois, reflètent ces difficultés. Plus que le volume de la présence, ce sont les modalités qui semblent poser problème, les critiques portant davantage sur le comportement des travailleurs chinois que sur leur seule présence.

55On ne retrouve pas de mouvement analogue dans le cas de l’Inde. Les migrations à destination des pays africains sont certes importantes, mais les principaux pays de destination sont en Afrique subsaharienne (Afrique du Sud, île Maurice, Kenya, Tanzanie) et non en Afrique du Nord.

Perspectives d’évolution

56Compte tenu de la faiblesse relative de la présence chinoise et indienne en Afrique du Nord, mais aussi du dynamisme de leur expansion internationale (notamment à travers le commerce) et du désir des pays nord-africains de diversifier leurs sources d’investissement et de réduire leurs déséquilibres commerciaux avec la Chine par exemple, il ne fait aucun doute que les flux d’investissements chinois et indiens à destination de cette région seront amenés à s’intensifier rapidement.

57Dans le cas des investissements indiens, on observe fréquemment dans d’autres régions du monde un glissement des investissements dans des réseaux de distribution et des bureaux de vente, vers des investissements dans des activités manufacturières et des centres de formation. Il paraît légitime d’avancer l’hypothèse que ce sera également le cas dans les pays d’Afrique du Nord où les investisseurs indiens sont présents. Dès lors, des effets plus importants en termes d’emploi et de développement technologique peuvent être raisonnablement escomptés.

58Par ailleurs, les possibilités de coopération sont nombreuses. Certains secteurs ont été identifiés, dans lesquels des perspectives prometteuses peuvent être envisagées compte tenu des complémentarités entre les partenaires. C’est par exemple le cas du tourisme médical, dans lequel une coopération indo-marocaine serait envisageable.

Implications pour les partenaires traditionnels du Maghreb

59Les positions de force des partenaires traditionnels (essentiellement européens) des pays d’Afrique du Nord ne sont pas pour l’instant remises en cause. Les acteurs chinois et indiens jouent encore les seconds rôles dans cette région, mais les évolutions déjà observées dans certains secteurs et d’autres que l’on peut anticiper laissent penser que la situation ne devrait pas rester en l’état dans les années qui viennent.

60Pour l’instant, le défi est encore relativement limité en montants, mais la dynamique de gain de parts de marché est incontestable et les prises de contrôle des investisseurs chinois et indiens dans certains secteurs constituent une vraie concurrence pour les partenaires européens. La montée en puissance de la concurrence chinoise et indienne est essentiellement perceptible dans cinq secteurs : les ressources naturelles, le BTP, les télécommunications, l’automobile, le textile-habillement, chacun de ces secteurs présentant des difficultés propres.

  • 29 F. Lafargue, « La Chine en Afrique du Nord », Annuaire de la Méditerranée, IEMed, 2008.

61Les contrats obtenus par les investisseurs chinois dans le secteur pétrolier demeurent pour l’instant limités mais c’est un domaine dans lequel ils sont potentiellement en concurrence directe avec les partenaires traditionnels européens. Le risque de concurrence est vraisemblablement encore plus élevé dans le secteur du gaz29.

62Dans le secteur des travaux publics et des télécommunications, la concurrence est vive avant tout de la part des investisseurs chinois, et les opérateurs européens ont d’ores et déjà perdu des parts de marché. Cette situation ne diffère pas fondamentalement de celle que l’on observe sur le reste du continent africain.

63Si la concurrence dans le secteur des télécommunications ne semble pas avoir soulevé de réactions hostiles de la part des opérateurs européens, la situation est tout autre dans le BTP, où nombre d’entreprises européennes, notamment françaises, ont d’ores et déjà choisi d’opter pour une stratégie d’évitement sous prétexte qu’elles ne seraient pas en mesure de rivaliser « à armes égales » avec leurs concurrents chinois. Les critiques portent avant tout sur les conditions de travail incompatibles avec les normes européennes, au niveau des salaires, du logement ou de la sécurité sur les chantiers. Le soutien apporté par l’État chinois aux entreprises, qui leur permet d’afficher des prix défiant toute concurrence, constitue un autre problème. Plus généralement, des doutes persistent sur la manière dont certains contrats ont pu être décrochés par les entreprises chinoises au Maroc mais aussi en Algérie par exemple.

  • 30 Les voitures chinoises sont parvenues à représenter plus de 10 % du marché automobile algérien en (...)

64Dans le secteur automobile, la concurrence des constructeurs chinois et indiens n’a cessé de s’intensifier depuis quelques années sur les marchés nord-africains, si ce n’est sur le segment des voitures particulières, tout au moins sur celui des véhicules utilitaires (bus, camions, pick-up). Cette concurrence s’exerce avant tout pour l’instant à travers des exportations, mais les implantations d’unités d’assemblage devraient encore accroître la pression. En s’implantant directement sur le marché algérien, les producteurs chinois sont par exemple en position idéale pour détrôner les marques françaises traditionnellement dominantes au Maghreb, et ce d’autant plus que les producteurs français se montrent de plus en plus hésitants à investir en Algérie en raison de la situation sécuritaire. En outre, les produits proposés par les producteurs chinois ont toutes les chances de mieux correspondre à la demande locale et les prix très compétitifs des automobiles chinoises expliquent leur percée sur le marché algérien30.

65Outre la concurrence sur les marchés nord-africains, on peut également imaginer, à terme, que la concurrence des producteurs chinois et indiens puisse se transférer sur les marchés européens eux-mêmes. L’installation d’une usine de montage d’automobiles chinoises ou indiennes à la porte du marché européen constituerait une menace réelle, car il serait alors facile d’exporter des véhicules vers le marché européen désormais lui aussi de plus en plus demandeur de produits à bas coûts et à bas prix. Cette hypothèse n’est pour l’heure que pure spéculation mais un suivi attentif des stratégies des constructeurs indiens et chinois s’impose dans ce secteur.

66Pour l’instant, les investissements chinois et indiens dans le textile destiné à l’exportation sont peu importants, mais les déclarations d’intention de ces producteurs et la politique de promotion des investissements des pays d’accueil nord-africains suggèrent que les choses sont sur le point de changer.

  • 31 La Turquie bénéficie depuis de nombreuses années de cette règle au titre de son union douanière av (...)

67En s’implantant dans ces pays, les producteurs chinois cherchent à l’évidence à contourner les restrictions ou obstacles auxquels se heurtent leurs exportations en provenance directe de Chine continentale. Les pays d’accueil y trouvent leur compte mais la rigidité des règles d’origine imposée par l’UE risque rapidement de poser problème. Le système pan-euro-méditerranéen de cumul du pays d’origine a pour objectif d’éviter une éventuelle concurrence déloyale de la part de producteurs qui se contenteraient de réaliser des opérations d’assemblage dans les pays du Maghreb et tireraient donc injustement profit de leurs avantages en termes de coûts. Les pays maghrébins jugent néanmoins ce système d’ores et déjà trop restrictif. Ainsi, la Tunisie milite en faveur de l’adoption de la règle de la « simple transformation31 », selon laquelle le lieu de production du vêtement confère l’origine préférentielle. La montée en puissance des producteurs chinois et indiens dans le secteur a toutes les chances de renforcer ces pressions.

68Les partenaires européens devraient demeurer les partenaires traditionnels des pays d’Afrique du Nord, toutefois il n’est plus possible pour eux d’ignorer l’émergence de ces nouveaux concurrents que sont la Chine et l’Inde.

69La présence chinoise, et dans une moindre mesure indienne, via le commerce est pour l’instant plus importante qu’à travers les IDE, même si certains exemples, souvent montés en épingle, peuvent donner une impression différente. Globalement cette présence est encore limitée, mais compte tenu de la dynamique à l’œuvre depuis quelques années, on peut s’attendre à ce qu’elle se renforce à l’avenir. De plus, certains investissements ont précisément pour objectif de préparer le terrain pour des investissements ultérieurs. La présence indienne est plus faible (même si ce constat doit être nuancé en fonction du pays), ce qui explique qu’elle soit généralement perçue de manière moins négative. Il reste que les pratiques et la nature des opérateurs indiens expliquent aussi ces différences de perception.

70Pour l’instant, les deux géants asiatiques ne se livrent pas vraiment à une véritable concurrence sur ces marchés, pas même dans le secteur automobile, où les deux sont présents mais chacun sur un segment différent du marché. En outre, l’accès au marché local est recherché par les investisseurs tant chinois qu’indiens mais dans des secteurs sensiblement différents (télécommunications pour les Chinois, pharmacie et cosmétiques pour les Indiens). La situation pourrait toutefois évoluer dans le sens d’une concurrence plus marquée. À terme, les ambitions de ces deux grandes économies émergentes ont toutes les chances de se heurter dans cette région du monde. Pour preuve : la similitude de leurs stratégies d’implantation en Égypte par exemple. Il appartiendra aux économies de la région de tirer profit de cette éventuelle concurrence tout en évitant de s’engager dans une surenchère aux incitations aussi coûteuse que stérile.

71Les investissements chinois et indiens en Afrique du Nord posent à l’évidence des défis d’une autre nature que ceux posés aux pays d’Afrique subsaharienne. Pour les économies d’Afrique du Nord, il y a beaucoup à gagner d’un approfondissement des liens avec les deux émergents asiatiques, à condition que les termes de la coopération soient clairement définis et équitables. De nombreuses complémentarités existent et ces investissements devraient exercer un impact a priori bénéfique sur les économies d’accueil, tant en matière de créations d’emplois que de restructuration ou de renforcement de l’appareil industriel. Compte tenu des différences de spécialisation, la concurrence entre les producteurs chinois et indiens d’un côté et les producteurs locaux de l’autre devrait demeurer limitée. Pour l’instant toutefois, les modalités de la présence des entreprises chinoises et indiennes semblent relativement peu porteuses pour les pays d’accueil, puisqu’elles sont assez peu actives dans la production et utilisent plutôt leurs implantations comme des entrepôts ; par conséquent, l’impact en termes de création d’emplois est limité.

72Pour les partenaires traditionnels que sont les pays de l’UE, les défis sont encore à venir. Pour l’heure, les investissements sont en montants trop limités et ne sont pas non plus de nature à remettre en question les positions acquises. Le véritable défi tient au fait que dans un avenir assez proche, les investisseurs des deux pays pourraient chercher à utiliser les pays d’Afrique du Nord comme des relais vers les marchés africain, européen, voire américain. Ils seront d’ailleurs, selon toute vraisemblance, aidés dans cette ambition par les pays nord-africains eux-mêmes, qui espèrent doper leur activité économique en « vendant » leur proximité avec ces marchés ou leurs relations privilégiées dans le cadre d’accords de libre-échange ou d’association. Si la dynamique d’expansion de la Chine et de l’Inde se confirme dans les années qui viennent, le partenariat UE-Afrique du Nord risque d’être à nouveau mis sous pression.

Literaturverzeichnis

Bibliographie sélective

Abdelkrim, S. et P. Henry, « Foreign Direct Investment in the Med Countries in 2008 : Facing the Crisis », ANIMA Investment Network Study, no 3, mars 2009.

Asche, H. et M. Schüller, China’s Engagement in Africa – Opportunities and Risks for Development, Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, 2008.

Broadman, H. G., Africa’s Silk Road. China and India’s New Economic Frontier, Washington D. C., World Bank, 2006.

Direction des études et des prévisions financières, Structure et niveau technologique des exportations manufacturières du Maroc, ministère marocain des Finances et de la Privatisation, mai 2005.

Hansen, M. W., « Outward Direct Investment from India : Theory and Evidence », CBDS working paper series, no 8, Copenhagen Business School, février 2008.

Henry, P., S. Abdelkrim et B. DE Saint Laurent, « Foreign Direct Investment into MEDA in 2007 : The Switch », ANIMA Investment Network Study, no 1, juillet 2008.

Houser, T., « The Roots of Chinese Oil Investment Abroad », Asia Policy, no 5, janvier 2008, p. 141-166.

Jha, R., « Outward Foreign Direct Investment from India », Discussion paper, Emerging Markets Forum, 2006.

Kumar, N. et A. Chadha, « India’s Outward Foreign Direct Investments in Steel Industry in a Chinese Comparative Perspective », UNU-Merit Working paper series, no 053, 2008.

Lafargue, F., « La Chine en Afrique du Nord », Annuaire de la Méditerranée, IEMed, 2008.

Lafargue, F., « La Chine, une puissance africaine », Perspectives chinoises, no 90, 2005, disponible sur Perspectiveschinoises. revues. org.

Nicolas, F. et S. Thomsen, « Chinese Direct Investment in Europe – Motives, Strategies, Implications », mimeo, 2008.

Pradhan, J. P., « Indian Direct Investment in Developing Countries – Emerging Trends and Development Impacts », ISID working paper, no 8, juin 2008.

Pradhan, J. P., « India’s Emerging Multinationals in Developed Region », MPRA Paper, no 12361, novembre 2008, disponible sur Mpra. ub. uni-muenchen. de.

Pradhan, J. P., « South-South Investment in Infrastructure – The Operation of Indian Firms in Developing Countries », ISID working paper, no 9, Institute for Studies of Industrial Development, août 2008.

Pradhan, J. P., « Growth of Indian Multinationals in the World Economy : Implications for Development », ISID working paper, no 4, mars 2007.

Pradhan, J. P., « Outward Foreign Direct Investment from India – Recent Trends and Patterns », Working paper, no 153, Gujarat Institute of Development Research, février 2005.

Rosen, D. H. et T. Hannemann, « China’s Changing Outbound Foreign Direct Investment Profile : Drivers and Policy Implications », Policy Brief, no 09-14, Washington D. C., Peterson Institute for International Economics, juin 2009.

Saint Laurent, B. (de) et al., « Investissement direct et partenariats avec les pays MED en 2009 », Etude ANIMA, no 14, avril 2010, disponible sur Animaweb. org.

Siegle, P., « Explaining FDI Performance of Maghreb Countries – The Cases of Algeria, Morocco and Tunisia : Trade Patterns and Investment Policies », MSC Dissertation, Copenhagen Business School, 2008.

Wilson, D. et R. Purushothaman, « Reaming with BRICs – The Path to 2050 », Global Economics Paper, no 99, Goldman Sachs, octobre 2003.

Woetzel, J., « Reassessing China’s State-Owned Enterprises », The McKinsey Quarterly, juillet 2008. World Bank, Strengthening MENA’s Trade and Investment Links with China and India, Washington D. C., septembre 2008.

Anmerkungen

2 L’Afrique du Nord est définie ici comme comprenant les quatre pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye) ainsi que l’Égypte.

3 Les gains de parts de marché opérés par la Chine sont apparemment plus importants en Afrique subsaharienne, où, selon The Economist du 3 juin 2010, la Chine aurait remplacé la France pour devenir le plus grand partenaire commercial de la région.

4 Elle est la 9e source d’importations pour les économies de la région.

5 FMI, Direction of Trade Statistics, 2007.

6 MOFCOM, 2009 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment, Beijing, 2010.

7 J. P. Pradhan, « Indian Direct Investment in Developing Countries – Emerging Trends and Development Impacts », ISID working paper, no 8, juin 2008.

8 Au Maroc par exemple, les pays européens (la France en tête) occupent les premières places (avec près de 75 % des flux totaux), même si la part des investisseurs du Golfe est en hausse depuis quelques années.

9 Selon le ministre de l’Investissement égyptien, à la fin octobre 2009, 974 entreprises chinoises investissent et réalisent leurs affaires en Égypte (GAFI, 2009).

10 Les investissements chinois dépasseraient 800 millions de dollars en 2009 selon l’ambassadeur de la RPC en Algérie.

11 Les premiers contacts entre les deux parties sont antérieurs à l’indépendance de l’Algérie, et la RPC a été le premier pays non arabe à reconnaître cette dernière. Ces bonnes relations ne se sont pas démenties et la Chine est par exemple aujourd’hui l’un des principaux soutiens de l’Algérie au Conseil de sécurité de l’ONU sur le dossier du Sahara occidental.

12 Le statut à part de la Tunisie correspond à une réalité plus générale : l’essor des IDE en Tunisie est a priori nettement moins spectaculaire que dans les autres pays (P. Siegle, « Explaining FDI Performance of Maghreb Countries – The Cases of Algeria, Morocco and Tunisia : Trade Patterns and Investment Policies », MSC Dissertation, Copenhagen Business School, 2008).

13 Bien que les deux pays aient créé une commission destinée à la promotion de la coopération économique et industrielle dès 1978, les activités des entreprises indiennes en Libye sont longtemps restées confinées au secteur de la construction. Les investissements indiens dans le secteur pétrolier n’ont débuté qu’en 2002.

14 Les deux pays entretiennent des relations privilégiées depuis le milieu des années 1950 et la montée en puissance du mouvement afro-asiatique (consacrée par la conférence de Bandung de 1955), puis celui des non-alignés (avec la déclaration de Brioni en 1956).

15 Dans cette partie, nous nous appuierons sur la base de données compilée par le réseau ANIMA, complétée par nos propres recherches ainsi que par les données des agences nationales de promotion des investissements.

16 En 1999, la société Chambal Chemicals & Fertilizers Ltd, qui appartient au groupe Birla, et l’Office chérifien des phosphates (OCP) se sont rapprochés pour créer une joint-venture appelée IMACID, pour la production d’acide phosphorique. En 2005, la société Tata Chemicals Limited a rejoint IMACID en tant que partenaire tiers et égal. Les investisseurs chinois sont également présents dans ce secteur et le groupe chinois Sinochem et l’OCP sont engagés dans une joint-venture de fabrication d’acide phosphorique au Maroc.

17 Ces deux entreprises sont présentes partout dans le monde, même dans les économies industrialisées, et sont capables de faire jeu égal avec n’importe quel équipementier dans le monde.

18 J. P. Pradhan, « South-South Investment in Infrastructure – The Operation of Indian Firms in Developing Countries », ISID working paper, no 9, Institute for Studies of Industrial Development, août 2008.

19 Les caractéristiques de l’économie indienne expliquent la concentration des IDE indiens dans la région dans des activités telles que les opérations de back office (M. W. Hansen, « Outward Direct Investment from India : Theory and Evidence », CBDS working paper series, no 8, Copenhagen Business School, février 2008).

20 Selon des informations de l’ambassade de Chine à Alger datant de décembre 2008, près de 30 000 ressortissants chinois travaillent et résident en Algérie dont 120 médecins de la mission médicale. Près d’un quart de ces Chinois (8 500) travaillent sur le chantier de l’autoroute est-ouest.

21 Dans le quartier de Bab Ezzouar à Alger, il y aurait ainsi plus de 200 boutiques tenues par des ressortissants chinois.

22 World Bank, Strengthening MENA’s Trade and Investment Links with China and India, Washington D. C., septembre 2008.

23 Le Maroc a signé un accord d’association avec l’UE, un accord de libre-échange avec les États-Unis et un accord avec certains pays arabes dans le cadre du processus d’Agadir. L’Égypte a pour sa part un accord de « Zones industrielles qualifiées » selon lequel tout produit textile d’Égypte a accès au marché américain sous certaines conditions. De plus, l’Égypte a un accord d’association avec l’UE, qui donne à ses produits un accès privilégié au marché européen. Enfin, les entreprises produisant en Égypte peuvent exporter à des conditions préférentielles vers le monde arabe (grâce à la grande zone arabe de libre-échange), l’Afrique de l’Est et du Sud (grâce à l’accord sur le Common Market for Eastern and Southern Africa [COMESA]) et l’Afrique du Nord (grâce à l’accord d’Agadir).

24 J. P. Pradhan, op. cit. [18].

25 J. P. Pradhan, « Growth of Indian Multinationals in the World Economy : Implications for Development », ISID working paper, no 4, mars 2007.

26 United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD), 2005.

27 Textile Business News, no 17, novembre 2007.

28 H. Asche et M. Schüller, China’s Engagement in Africa – Opportunities and Risks for Development, Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, 2008.

29 F. Lafargue, « La Chine en Afrique du Nord », Annuaire de la Méditerranée, IEMed, 2008.

30 Les voitures chinoises sont parvenues à représenter plus de 10 % du marché automobile algérien en moins de cinq ans. La concurrence des producteurs indiens sur ce même marché algérien n’est pas moindre, mais elle passe pour l’instant par les exportations.

31 La Turquie bénéficie depuis de nombreuses années de cette règle au titre de son union douanière avec l’UE.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Figure 11 : Exportations vers la Chine (1980-2009).Source : FMI, Direction of Trade Statistics
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22788/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 117k
Bildunterschrift Figure 12 : Exportations vers l’Inde (1980-2009).Source : FMI, Direction of Trade Statistics
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22788/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 155k
Bildunterschrift Figure 13 : Importations de Chine (1980-2009).Source : FMI, Direction of Trade Statistics
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22788/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 131k
Bildunterschrift Figure 14 : Importations d’Inde (1980-2009).Source : FMI, Direction of Trade Statistics
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22788/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Bildunterschrift Figure 15 : Répartition du stock d’IDE chinois en Afrique (2009).Source : MOFCOM, 2009 Statistical Bulletin of China’s Outward Foreign Direct Investment, Beijing, 2010
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22788/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 137k
Bildunterschrift Figure 16 : Répartition des flux d’IDE indiens en Afrique (1990-2007).Source : J. P. Pradhan, « Indian Direct Investment in Developing Countries – Emerging Trends and Development Impacts », ISID working paper, no 8, juin 2008.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22788/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 90k

Autor

Directeur du Centre Asie de l’Institut français des relations internationales (Ifri) et maître de conférences associé à l’université Paris-Est à Marne-la-Vallée.

© CNRS Éditions, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search