Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie III. Le Maghreb dans l'espace international

Le Sahel : une zone grise aux portes du Maghreb

Alain Antil

Texte intégral

1Enlèvements d’Occidentaux, attaques des armées régulières, trafics divers, dissidences multiples, parties de territoires hors de contrôle, l’image renvoyée par les pays sahéliens, au début de 2011, est particulièrement préoccupante.

2Dans les médias, et même parfois dans les cercles de décision, les menaces qui émanent de cette zone sont souvent mal comprises : on additionne les risques sans vraiment comprendre comment ils peuvent se conjuguer, ou s’annihiler. Il nous paraît donc nécessaire de revenir sur quelques-unes de ces dimensions sécuritaires pour comprendre la perception que peuvent avoir les pays maghrébins, et en particulier l’Algérie et le Maroc, de leur Sud.

Un état des lieux des menaces dans les pays sahéliens

  • 2 Dans ce chapitre, nous entendons par Sahel les pays du sud du Sahara, en particulier la Mauritanie (...)
  • 3 Période qui commence par des différends avec le Sénégal voisin, et qui dégénère en Mauritanie en é (...)
  • 4 La Mauritanie a participé, aux côtés du Maroc, à la guerre du Sahara occidental, avant de se retir (...)

3En dépit de nombreux signaux d’alarme (faiblesse des États, vastes territoires à peine contrôlés, sécheresses récurrentes, question alimentaire, etc.), la zone sahélienne2 n’a pas été, depuis les indépendances, plus conflictuelle ni mortifère que d’autres régions africaines. C’est dire si les traditionnelles explications de ses fragilités (taille des territoires, vastitude des espaces désertiques, pauvreté des populations, sous-dimensionnement de l’organisation étatique en général et de l’appareil sécuritaire en particulier, etc.) sont à prendre avec précaution. En Mauritanie par exemple, les épisodes de violences politiques (période d’exception3 entre 1989 et 1991) et de guerre4 (1975-1978) sont en effet peu nombreux sur le demi-siècle d’indépendance de ce pays. Il convient donc, pour expliquer la situation actuelle, de croiser les facteurs de fragilité énoncés précédemment avec les évolutions politiques et géopolitiques de la région.

La mise à l’écart des populations touarègues

  • 5 L’irrédentisme africain-mauritanien, qui fut symbolisé par les Forces de libération africaines de (...)

4Les fragilités intrinsèques des pays sahéliens ont été révélées par les différents irrédentismes qui travaillent les États depuis l’indépendance à des niveaux divers, puisque la Mauritanie5 a été moins touchée que le Niger, le Mali ou le Tchad. Les cas du Niger et du Mali sont plus intéressants. En effet, les populations touarègues de ces deux pays se sentent marginalisées depuis l’indépendance et sont entrées en rébellion à plusieurs reprises : dans les années 1960 (au Mali en 1963-1964), puis 1990, et à la fin des années 2000. Pour analyser ces événements, il est impératif de convoquer plusieurs niveaux d’explication, qui agissent et se combinent de manière originale dans chacun des pays.

5L’espace où se sont développées ces rébellions abrite, entre les sociétés qui pratiquent l’élevage et celles qui pratiquent l’agriculture, des rivalités pour les ressources naturelles (eau et terres) qui sont anciennes. La séparation pasteur/paysan recoupe les particularismes ethniques (pasteurs touaregs, berabiches, kunta ou arabes au Mali, touaregs, arabes et toubous au Niger). D’une manière générale, depuis la colonisation, l’activité d’élevage et les nomades ont largement été défavorisés au profit de l’agriculture et des sédentaires. Au Mali et au Niger, la tendance s’est aggravée depuis les indépendances, les populations sédentaires ayant hérité du pouvoir : l’indépendance et la prise de pouvoir par les populations du Sud dans les deux pays ont été vécues comme une « deuxième colonisation » par les pasteurs touaregs du Nord. Marginalisés à l’époque coloniale, ils n’ont pas participé à l’indépendance de leurs pays et sont peu représentés dans les élites étatiques et économiques.

6De surcroît, les Touaregs, comme les autres populations du nord de ces deux pays, sont généralement sous-scolarisés, maîtrisent très mal la langue commune et abordent de fait le marché du travail – public ou privé – avec un sérieux handicap, d’autant plus que nombre de représentations négatives les stigmatisent encore dans les villes du Sud comme des esclavagistes, des razzieurs et des trafiquants.

L’enracinement des trafics

  • 6 Littéralement, le pays des Noirs, expression utilisée par les auteurs arabes pour désigner les con (...)
  • 7 L’économie n’était qu’une des dimensions de cette expédition, qui fut d’ailleurs suivie par d’autr (...)
  • 8 J.-Fr. Bayart, E. Ellis, et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe (...)
  • 9 A. Antil et A. Choplin, « Le chaînon manquant. Notes sur la route Nouakchott-Nouadhibou, dernier t (...)

7Deuxième menace importante dans les pays sahéliens : la problématique des trafics – armes, haschich, cigarettes, cocaïne… Plutôt que d’énumérer des chiffres, il faut comprendre comment l’économie de ces trafics s’enracine dans ces pays. Les premiers échanges économiques à grande distance ont eu lieu avec le Maghreb. Les échanges intra ouest-africains précoloniaux sont connus (ils procédaient de la complémentarité des économies locales : gibier des forêts, céréales des savanes, sel du Sahara, etc.), mais à partir de la pénétration des marchands arabes, des routes commerciales s’établissent entre le Bilad-es-Sudan6 et l’Afrique du Nord. Ce lien a une double répercussion sur la zone. D’une part, le Sahel devient une sorte d’interface commerciale entre l’Afrique du Nord et le reste de l’Afrique de l’Ouest : un semis de villes, véritables ports commerciaux sur les rivages sud du vaste désert (Tombouctou, Agadez, Ouadane, Gao, etc.), se développe. D’autre part, le contrôle des routes commerciales étant un enjeu central, les empires sahéliens médiévaux (Ghana, Mali, Songhaï) se sont construits en partie autour du contrôle de ces routes et grâce aux taxes prélevées sur la circulation des marchandises (or des mines du Bouré et du Bambouk, esclaves, etc.). L’économie florissante de la zone attire l’attention des Maghrébins : en 1591, le sultan de Marrakech Ahmed Al-Mansur Saadi envoie le pacha Djouder en expédition contre l’empire Songhaï d’où viennent le sel et une partie de l’or présents au Maghreb7. L’établissement des Européens sur la côte à partir du xve siècle puis la conquête coloniale du xixe vont remodeler les économies et les flux de marchandises. Le commerce transsaharien décline lentement, pour pratiquement péricliter dans la première moitié du xxe siècle. Les économies des colonies ouest-africaines, puis des jeunes États indépendants, connaissent alors un fort tropisme littoral. Le Sahel perd sa position privilégiée d’interface commerciale pour devenir une marge enclavée et « arriérée » de l’Afrique de l’Ouest. La sécheresse des années 1970 et 1980 contribue à affaiblir l’économie de ces pays, alors essentiellement agricole et pastorale. Étant parmi les moins développés, ils connaîtront, comme d’ailleurs la plupart des pays en développement, les thérapies de choc des institutions financières internationales, c’est-à-dire des mesures ultralibérales du consensus de Washington. Celles-ci obéreront les capacités des États à agir sur leurs sociétés et leurs territoires. En assainissant les déséquilibres macroéconomiques, ces politiques ont contribué à détruire les appareils d’État. L’économie informelle, l’économie grise ou, comme Jean-François Bayart la nomme, la criminalisation des États8, progresse dès lors rapidement. Parallèlement, la zone est reliée au Maghreb par un réseau d’axes goudronnés et de pistes améliorées de meilleure qualité, et donc par un trafic routier en forte augmentation. La route Nouakchott-Nouadhibou, en Mauritanie, inaugurée en 2006, constitue le dernier tronçon permettant de relier par une route goudronnée le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal9. Cette route a accéléré les échanges entre la Mauritanie et le Maroc : de nombreux transporteurs marocains apportent des produits alimentaires en Mauritanie, tandis que réfrigérateurs et équipements ménagers partent de Mauritanie, où ils entrent dans les ports quasiment détaxés pour partir vers le nord. Dans le nord-est du Mali, éloigné de Bamako, l’essentiel des produits alimentaires provient de l’Algérie voisine et traverse à la frontière la localité de Tinzaouatène. La dépendance de cette zone, majoritairement peuplée de Touaregs, aux produits algériens est telle qu’elle est devenue un moyen de pression d’Alger sur ces populations. Les échanges entre les pays sahéliens et le Maghreb sont de plus en plus importants, et les trafics contribuent, à leur mesure, au retour du Sahel comme interface « commerciale » entre Afrique de l’Ouest et Maghreb.

  • 10 C’est la thèse présentée par Roger Botte, « Économies trafiquantes et mondialisation. La voix afri (...)

8Ces trafics ne doivent pas être analysés de manière singulière. Ils participent, au même titre et parfois davantage que l’économie légale, à la fois à l’intégration de certains pays africains dans l’économie mondiale et à la perpétuation de l’État10. Si le pouvoir central réussit à contrôler les trafics et/ou à jouer le rôle d’arbitre entre les acteurs nationaux des trafics, il renforce son pouvoir. L’économie des trafics est une économie de rente qui, au même titre que les autres, permet au pouvoir central de distribuer des prébendes à des big men ou à des membres des forces de sécurité, et de les fidéliser, de les « clientéliser ». Les acteurs des trafics et ceux de l’économie formelle sont parfois les mêmes : un ex-représentant du patronat mauritanien peut aussi être l’un des plus importants opérateurs de la contrebande de cigarettes…

  • 11 K. Bennafla, « Entre Afrique noire et monde arabe : nouvelles tendances des échanges “informels” t (...)
  • 12 Office contre la drogue et le crime des Nations unies, Le Trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest. (...)
  • 13 Europol Drugs Unit, Project COLA. European Union Cocaine Situation Report 2007, La Haye, 5 septemb (...)
  • 14 C. Champin, Afrique noire, poudre blanche. L’Afrique sous la coupe des cartels de la drogue, Bruxe (...)
  • 15 V. Foucher, « Guinée-Bissau : les relations civilo-militaires complexes d'un “narco-État” », sémin (...)

9Les pays maghrébins voient donc se développer au sud des sortes d’États-entrepôts11 dont une part non négligeable de l’économie repose sur le transit de produits plus ou moins dangereux. Les acteurs de cette économie peuvent être des mafias mais ils peuvent jouir de hautes protections. Aujourd’hui, avec notamment l’arrivée de la cocaïne dans la zone12, la stabilité des États peut être menacée, à l’image de la Guinée-Bissau, devenue le premier narco-État africain. Entre 2004 et 2008, près de 33 tonnes de cocaïne ont été saisies en Afrique de l’Ouest, principalement en Guinée, Guinée-Bissau, au Sénégal, en Mauritanie et au Mali. Destinée au marché de consommation européen, elle transite pour partie par le Maghreb avant d’accéder au territoire européen. Europol13 affirme qu’environ 40 tonnes de cocaïne transitent annuellement par l’Afrique de l’Ouest avant d’arriver en Europe, soit près de 1,4 milliard d’euros de valeur marchande dans un pays comme la France : plus que le produit intérieur brut (PIB) de certains pays sahéliens. Des services de sécurité de la région sont d’ores et déjà gangrenés, comme la classe politico-affairiste14. Le risque est de voir, comme en Guinée-Bissau15, la compétition entre certains segments des services de sécurité et du monde politique atteindre un niveau critique. Moins spectaculaires que le terrorisme ou les irrédentismes, les trafics sont certainement le plus grave élément de corrosion des États et d’atteinte à la cohésion des sociétés sahéliennes.

Le développement du terrorisme

10Il touche les pays du Maghreb depuis plus longtemps que ceux du Sahel. Depuis les années 1990, il s’est développé en Libye (Groupe islamique combattant libyen [GICL]), des réseaux existent en Tunisie et au Maroc, mais c’est en Algérie que sa montée en puissance a été la plus flagrante. L’Algérie a été le théâtre d’une guerre civile : après la confiscation de la victoire électorale du Front islamique du salut (FIS) en 1992, les Groupes islamiques armés (GIA) se développent au nord du pays, auxquels succédera le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) en 1998. Ces deux organisations avaient des objectifs principalement algériens, et ont été fermement combattues par les forces de sécurité nationales. En 2007, le GSPC déclare son affiliation au réseau Al-Qaïda et devient Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

  • 16 J.-P. Filiu, « Al-Qaida au Maghreb islamique », in Th. De Montbrial et Ph. Moreau Defarges (dir.), (...)

11Jean-Pierre Filiu montre que la transformation du GSPC en AQMI s’accompagnait de trois objectifs, dont aucun n’est atteint trois ans plus tard16. AQMI n’est pas parvenue à unifier les mouvements djihadistes maghrébins. Elle n’a pas non plus réussi à frapper sur le sol européen. Enfin, loin d’élever le niveau de violence sur la scène algérienne, AQMI n’a pu que gérer la décroissance continue du nombre de ses combattants depuis le début de la décennie : les estimations les plus sérieuses parlaient de 28 000 combattants pour le GSPC à la fin des années 1990 ; AQMI compterait aujourd’hui entre 1 000 et 1 200 combattants. Le seul succès du GSPC/AQMI, depuis le milieu des années 2000, est d’avoir développé une branche saharienne forte de quelques katiba (groupes combattants) et, selon les estimations, de 100 à 400 hommes.

  • 17 Il s’agit de la Pan Sahel Initiative (PSI).

12On commence à parler de cette branche saharienne avec l’enlèvement, en février-mars 2003, de 32 touristes européens au sud de l’Algérie, non loin de la frontière malienne : le versement d’une rançon sera un premier succès médiatique et financier. Dès lors, les États-Unis se servent de cette présence terroriste pour proposer une coopération militaire aux pays sahéliens17. L’arrestation d’Amari Saïfi (dit Abderrezak El Para), en 2004, par des rebelles tchadiens, sera en partie portée au crédit de cette coopération ayant permis des échanges d’informations.

  • 18 A. Antil, Contrôler les trafics ou perdre le Nord : Notes sur les trafics en Mauritanie, Paris, If (...)
  • 19 Même s’il y a parmi eux des individus qui combattront activement en Algérie. Mohamed Fall Ould Oum (...)
  • 20 A. Antil, « Contestation islamiste en Mauritanie : menace ou bouc émissaire ? », in International (...)
  • 21 En effet, à côté des Mauritaniens intégrés à AQMI, il faut aussi compter des ralliés qui ont fait (...)
  • 22 Ces deux événements entraîneront la suppression de la très médiatique épreuve sportive « Paris-Dak (...)
  • 23 La libération de l’otage français Pierre Camatte, début 2010, a par exemple entraîné le rappel des (...)
  • 24 Les enlèvements et actes violents attribués à AQMI au Sahel ont presque tous été perpétrés sur les (...)

13À cette époque, le GSPC attire dans ses rangs quelques ressortissants sahéliens parmi lesquels les Mauritaniens sont les plus nombreux. En juin 2005, le GSPC rompt le pacte de non-agression qui le liait à la Mauritanie18, attaquant des militaires mauritaniens près de la localité de Lemgheyti. Il a toujours dénoncé les Occidentaux et le pouvoir apostat en Algérie. L’arrivée de Sahéliens dans ses rangs le conduit à étendre ses objectifs. Les ralliés mauritaniens sont peu attirés par des objectifs algériens19, ils entendent lutter contre le pouvoir en place à Nouakchott qui a toujours combattu les islamistes20. La Mauritanie va devenir un deuxième front, celui des salafistes mauritaniens plus ou moins liés à l’organisation21. Le succès médiatique sera important. Fin décembre 2007, quatre touristes français sont assassinés près d’Aleg et, quelques jours plus tard, au nord du pays, près d’El Ghallaouiya, trois militaires mauritaniens sont exécutés22. L’ambassade d’Israël à Nouakchott est mitraillée quelques semaines plus tard, et des fusillades éclateront en mai 2008 en pleine ville. L’année 2008 sera également celle de l’ouverture du front nigérien, avec des enlèvements d’Occidentaux puis des attaques contre des objectifs militaires. La stratégie d’AQMI au Sahel est donc couronnée de succès : implantation réussie au nord Mali grâce notamment à des liens matrimoniaux entre les djihadistes et des tribus locales ; autofinancement grâce aux rançons et à la capacité sinon à organiser les trafics, du moins à « vendre de la sécurité » aux trafiquants et à réguler la répartition de la rente des trafics entre tribus du nord Mali ; impact des enlèvements d’Occidentaux. Celui-ci est manifeste à plusieurs niveaux : médiatique, sécuritaire (le nord du Mali, de la Mauritanie et du Niger est devenu dangereux, y compris pour les forces de sécurité nationales), politique (une poignée d’hommes a réussi à exacerber les tensions entre les différents pays de la zone23). L’Algérie, en particulier, dénonce à plusieurs reprises en 2009 et 2010 le laxisme de Bamako. La presse gouvernementale accuse même régulièrement Amadou Toumani Touré d’avoir pactisé avec AQMI. En raison de la faiblesse des services de sécurité et de leur grande difficulté à intervenir au nord d’une ligne Tombouctou-Gao, un véritable sanctuaire s’est formé, en échange de la non-agression du territoire malien24.

14Une vaste zone grise s’est donc installée au sud des pays maghrébins, traversée de routes de trafics, parcourue par AQMI, par des trafiquants, des bandits de grand chemin, des ex-rebelles, que les États sahéliens peinent à contrôler. Toutefois, la perception du Sud par les pays maghrébins, même si elle présente de nombreuses convergences – notamment l’intégration dans le programme américain Trans Saharan Counter-Terrorism Initiative (TSCTI) –, n’empêche pas la coopération et l’élaboration de politiques communes de demeurer faibles, notamment entre l’Algérie et le Maroc.

La coopération régionale contre les menaces sahéliennes

L’intégration des pays maghrébins à la TSCTI

  • 25 Les forces armées américaines sont réparties en commandements géographiques (les combattant comman (...)

15Les pays du Maghreb prennent les menaces en provenance de la zone sahélienne au sérieux. Pour la première fois, ils rejoignent les pays sahéliens dans un programme anti-terroriste américain en 2005, en intégrant la TSCTI. En avril 2004, les responsables militaires de neuf pays du Sahel et de l’Afrique du Nord se sont rencontrés à Stuttgart, dans les quartiers généraux de l’European Command (EUCOM)25. Cette réunion a été coordonnée par le général américain Charles Wald, en charge des questions africaines à l’EUCOM. Les Américains prennent alors conscience de la méconnaissance réciproque des différentes armées, qui parfois n’entretiennent aucune relation, même en matière d’échanges de renseignements. À compter de cette date, les Américains commencent à envoyer des forces spéciales dans d’autres États d’Afrique de l’Ouest pour former des soldats et les équiper de pick-up, de radios et de GPS.

  • 26 Lors de sa déclaration devant le Senate Armed Services Committee du 7 mars 2006, le général Jones (...)
  • 27 Premier programme américain de lutte contre le terrorisme dans la zone sahélienne.

16Mise en place en 2005 pour une durée de cinq années, la TSCTI26 constitue une triple extension de la PSI27 :

  • une extension géographique : à l’Algérie, à la Tunisie, au Maroc, ainsi qu’au Sénégal et au Nigeria ;
  • une extension budgétaire : une enveloppe prévue de 100 millions de dollars par an, et une formation pour des unités militaires plus larges, puisque l’on passe de la compagnie au bataillon ;
  • une extension du périmètre : l’approche du phénomène terroriste devient globale et interministérielle. Outre le département de la Défense et le département d’État, le département de la Justice et du Trésor, l’US Agency for International Development (US AID), l’agence de lutte contre le trafic de drogue et les services de sécurité aéroportuaire sont parties prenantes.
  • 28 La Mauritanie a été suspendue des programmes de la TSCTI en raison du coup d’État d’août 2005. Le (...)

17Avec la TSCTI, Washington vise à introduire une approche plus globale de la sécurité régionale – loin de l’approche étroitement sécuritaire et militaire de la PSI –, qui comprend la lutte contre d’autres formes d’insécurité comme la contrebande, les trafics en tout genre, le blanchiment d’argent, l’insécurité aéroportuaire. Plus largement, Washington entend soutenir le développement de capacités contre-terroristes locales, renforcer et pérenniser les collaborations entre les services locaux de sécurité, et promouvoir la gouvernance démocratique28. En ce sens, la TSCTI intègre la logique de la Regional Strategic Initiative, un programme qui a pour finalité de développer un réseau contre-terroriste flexible entre plusieurs pays d’une même région pour éviter la formation de « safe havens ». Si la plupart des programmes de la TSCTI restent bilatéraux, les Américains souhaitent promouvoir une dimension multilatérale, en particulier dans le domaine militaire.

  • 29 Office of the Coordinator for Counterterrorism, Country reports on terrorism 2005, avril 2006, dis (...)

18Les principaux objectifs de la TSCTI29 sont donc de :

  • créer une dynamique pour la coopération transsaharienne antiterroriste, incluant la collaboration avec des organisations régionales comme l’Union africaine (UA) ou le Centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (CAERT) – des programmes d’entraînement visant à améliorer le contrôle frontalier et la sécurité civile sont prévus – ;
  • poursuivre les programmes d’assistance et d’entraînement dans la région transsaharienne et veiller à étendre les programmes régionaux ;
  • multiplier les initiatives diplomatiques d’assistance aux pays du Maghreb et du Sahel ;
  • aider à la préservation d’une tradition religieuse modérée et contrer le développement de l’extrémisme, en particulier chez les jeunes et dans la population rurale ;
  • soutenir la gouvernance démocratique et le développement économique, en particulier dans les pays du Sahel, et aider ces derniers à combattre les différentes menaces auxquelles ils sont confrontés ;
  • développer des programmes de coopération militaire, en particulier entre les différents services de renseignement.
  • 30 J. P. Pham, « America’s New Africa Command : Paradigm Shift or Step Backwards ? », Brown Journal o (...)
  • 31 J. P. Pham, op. cit. [30].

19La TSCTI sera rebaptisée Trans-Sahara Counter-Terrorism Partnership30 (TSCTP) à la fin 2007. Début 2008, la composante militaire du TSCTP, l’opération Enduring Freedom-Trans Sahara (OEF-TS) passe sous le commandement du tout nouvel US Africa Command31 (AFRICOM). C’est dans ce cadre que les militaires américains organisent désormais des exercices d’entraînement de bataillons africains.

20En dépit de ce programme, qui permet l’échange de renseignements, l’installation de systèmes d’écoute dans le Sahara, l’entraînement de différentes armées par des officiers américains, des coopérations bilatérales (autorisations de survol du territoire, d’utilisation de certains aéroports, etc.), ainsi que des exercices de grande envergure réunissant les armées de plusieurs pays baptisés fintlock, les pays maghrébins, et en particulier l’Algérie et le Maroc, ne semblent pas s’être fondamentalement rapprochés face aux risques en provenance de la zone sahélienne.

21La question du Sahara occidental obère en effet très fortement la capacité des États concernés à collaborer, comme en témoignent les perceptions divergentes des menaces sécuritaires parmi les États membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA), élément qui vient s’ajouter aux coûts du « non-Maghreb ». Cette dimension régionale est importante pour comprendre les diverses approches. Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’Algérie et au Maroc en soulignant leurs différences, tant au niveau de leurs perceptions respectives du Sud que des jeux d’alliances. Il nous semble en effet plus éclairant de s’appuyer sur cette dialectique que d’égrener les déclarations, engagements solennels et autres bonnes résolutions.

La persistance de la rivalité Algérie/Maroc

  • 32 À l’image de nombreuses sociétés du Sahara et du Sahel, les Touaregs présentent une stratification (...)
  • 33 Accords d’Alger pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région (...)
  • 34 Principalement depuis la localité de Bordj Badji Mokhtar.

22L’Algérie est le pays du Maghreb qui a la plus grande expertise sur les pays sahéliens. Pour comprendre la posture d’Alger, il faut, avant de reparler de la question terroriste, revenir sur son positionnement lors de la dernière rébellion touarègue au Mali. Celle-ci démarre en 2006, à la suite du séjour de Mouammar Kadhafi au Mali et de l’ouverture d’un consulat libyen à Kidal. Certains éléments de la rébellion des années 1990, menée par Ibrahim Ag Bahanga et Hassan Fagaga, sont des membres touaregs de fractions de dépendants32 qui s’étaient sentis exclus des accords de paix des années 1990. Concentrée autour de Kidal, la rébellion est assez violente, avec des enlèvements de militaires maliens, le mitraillage d’un avion américain, la pose de mines, et une médiation internationale menée par Alger, ponctuée par les accords d’Alger33 du 4 juillet 2006. À plusieurs reprises, lors de négociations postérieures à ces accords, des leaders rebelles se rendront ostensiblement à Tripoli. L’Algérie réagit dès le début de cette crise à ce qu’elle considère comme une tentative de déstabilisation de son voisinage malien par un rival maghrébin. Aussi les Algériens font-ils pression plusieurs semaines sur la région de Kidal, bloquant la frontière à Tinzaouatène et les camions venant d’Algérie34 qui ravitaillent cette partie du Mali éloignée de Bamako.

  • 35 D. Badi, Les Relations des Touaregs aux États : le cas de l’Algérie et de la Libye, Paris, Ifri, « (...)
  • 36 Les Touaregs sont des berbères.

23Cet intérêt pour la stabilité d’un pays voisin est plus largement lié à l’attention d’Alger vis-à-vis de son Sud. Dans un texte récent, le chercheur Dida Badi retrace l’histoire de la relation de l’État algérien à l’une de ses minorités nationales, les Touaregs35, une relation à insérer dans le lien délicat entre arabité et berbérité36 mais aussi dans les difficiles rapports d’un État algérien moderne avec la périphérie éloignée et immense de son territoire, peuplée de surcroît d’une population ayant des liens très forts avec les Touaregs maliens et nigériens. Cette très forte sensibilité aux fragilités du Sud rend Alger nerveux quant à la présence, dans les pays sahéliens, de partenaires trop puissants. Elle s’exacerbe encore quand il s’agit de la Libye et de la France. Quant à la Mauritanie, l’Algérie est très soucieuse de sa neutralité vis-à-vis de la question du Sahara occidental. Le réchauffement des relations entre Nouakchott et Rabat depuis le début des années 2000 a incommodé Alger ; ce malaise s’est changé en une franche hostilité lorsque Mohamed Ould Abdel Aziz, général mauritanien formé en partie à l’académie militaire de Mekhnès et dont la tribu Oulad Bou Sba puise son origine géographique dans le territoire marocain, prend le pouvoir par un putsch en 2008.

  • 37 S. Tlemçani, « Lutte contre le terrorisme au Sahel : le commandement militaire basé à Tamanrasset  (...)
  • 38 Cette réunion regroupait la Libye, l’Algérie, le Mali et le Niger.
  • 39 S. Tlemçani, op. cit. [37].

24La lutte contre le terrorisme est donc à replacer dans le contexte de rivalités entre pays riverains et partenaires extérieurs. L’Algérie est le pays du Maghreb le plus concerné par le terrorisme et entend devenir le leader régional de la lutte contre ce fléau. Quelques jalons sur cette voie ont d’ores et déjà été posés. En 2004, est créé à Alger le CAERT, centre panafricain dépendant de la commission de l’UA – qui ne s’est toujours pas illustré par une activité débordante. Autre étape, la création d’un comité d’état-major opérationnel conjoint entre l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger, pour coordonner la lutte contre AQMI dans les zones transfrontalières37. Une création précipitée par l’annonce38, quelque temps plus tôt, à Syrte, de la création d’une force commune de 25 000 hommes chargée de combattre les terroristes39. Enfin, le 29 septembre 2010, les chefs du renseignement de l’Algérie, du Mali, de la Mauritanie et du Niger se sont réunis à Alger, pour mettre en place un centre commun de renseignement en matière de lutte contre le terrorisme, censé voir le jour à Alger et qui alimentera le centre opérationnel de Tamanrasset.

  • 40 Le document en question peut être trouvé sur différents sites sous la référence suivante : REF : S (...)

25De son côté, le Maroc reste très en deçà de l’Algérie en matière de coopérations régionales, d’autant qu’Alger fait souvent pression pour que les Marocains ne soient pas invités à certaines rencontres. L’un des axes importants de la coopération sécuritaire du Royaume avec ses partenaires étrangers est la fourniture d’une assistance permanente en termes de formation, d’équipements et d’échange de renseignements. Des témoignages recueillis à Rabat et à Bamako en 2010 nous ont d’ailleurs confirmé l’existence d’une collaboration discrète des Marocains avec la Mauritanie et le Mali en matière de sécurité. Les services de sécurité marocains pensent en effet que des pays comme le Mali ou la Mauritanie sont incapables de contrôler leur territoire, comme l’a révélé l’une des fuites de Wikileaks40.

  • 41 En 2003, Casablanca est la cible d’une série d’attentats terroristes.
  • 42 Lors des élections, le Parti de la justice et du développement (PJD) n’a pu se présenter que dans (...)

26Cependant, il est difficile d’avoir des données fiables dans ce domaine. La question du « Sud » reste, au Maroc, très largement dominée par la question du Sahara occidental – ou des « provinces du Sud », selon la terminologie marocaine. Un temps concerné par la menace terroriste41 sur son propre sol, le Maroc a, à la différence de son voisin, très subtilement intégré l’islamisme au champ politique tout en mettant en place une stratégie de containment électoral42, faisant peut-être l’économie de débordements à l’algérienne. La perception des problématiques sahéliennes est donc assez différente.

  • 43 AFP, « Sahara : démantèlement d’un important réseau de trafic de drogue », Bamako, 20 décembre 201 (...)
  • 44 On peut penser en particulier au rôle d’Omar le Sahraoui dans l’enlèvement, fin 2009, des trois re (...)

27Au Maroc, les schèmes d’analyse du phénomène terroriste sont un peu plus lointains et éthérés qu’en Algérie. Pour Rabat, le Sahel est la composante extrême-occidentale d’un arc de crise reliant le Pakistan, l’Afghanistan, l’Irak, le Soudan, la Somalie – une analyse qui reprend les concepts américains. Ensuite, la problématique terroriste sahélienne n’est pas dissociée du contexte du Sahara occidental. Ainsi la communication officielle tente-t-elle d’accréditer l’idée d’une mutation du Front Polisario, hier mouvement tiers-mondiste et proche du bloc de l’Est, en mouvement islamo-terroriste, aux accointances étroites avec AQMI. Cette thèse, qui ne fait pas l’unanimité parmi les analystes qui travaillent sur cette zone, repose sur l’amalgame de plusieurs faits ou évolutions, eux bien réels : une jeunesse sahraouie de plus en plus séduite par un discours religieux radical pouvant conduire à des parcours individuels dans la mouvance islamiste ; des accointances économiques (des trafics) entre des éléments sahraouis, proches ou non du Polisario43, et des individus troubles du désert pouvant parfois appartenir à AQMI ; et enfin la collaboration de quelques éléments sahraouis avec AQMI44.

  • 45 Même si on a retrouvé, au cours de la conférence, les « tics » déplorés précédemment.

28La perception marocaine des menaces sahéliennes est en quelque sorte parasitée par le filtre saharien. En 2010, on relève toutefois l’organisation de deux grandes rencontres sur les questions de sécurité en Afrique (janvier 2010) puis au Sahel (juin 2010) par la Fédération africaine des études stratégiques (FAES) et le Centre marocain des études stratégiques : on peut espérer qu’elles feront naître une nouvelle réflexion sur ces questions45.

  • 46 Il faut toutefois noter que, côté algérien, les relations avec les États-Unis et en particulier le (...)

29Enfin, le Maroc est beaucoup plus ouvert que son voisin aux partenariats de sécurité, dépassant la simple dimension militaire, avec des acteurs extérieurs à la zone, comme les Français ou les Américains46. Rabat a appelé par exemple, à plusieurs reprises, à un plan Marshal au profit des pays du Sahel.

30En dépit du développement, à leur porte, d’une zone grise où des États aux faibles moyens doivent affronter des menaces importantes pour leur cohésion (terrorisme, trafics, etc.), les pays maghrébins, même s’ils sont conscients de la menace et relativement actifs, n’ont ainsi pu développer de démarche commune, si ce n’est intégrer un partenariat mis en place par les États-Unis.

Notes

2 Dans ce chapitre, nous entendons par Sahel les pays du sud du Sahara, en particulier la Mauritanie, le Mali et le Niger, qui constituent le voisinage méridional direct des pays du Maghreb.

3 Période qui commence par des différends avec le Sénégal voisin, et qui dégénère en Mauritanie en épuration ethnique à l’égard des populations africaines (wolof, soninké, halpulaar et bambara), et plus particulièrement de la communauté halpulaar. On compte vraisemblablement plusieurs centaines de morts et plus de 100 000 exilés (ou « déguerpis », selon la dénomination locale), dont la plupart sont partis sous la menace.

4 La Mauritanie a participé, aux côtés du Maroc, à la guerre du Sahara occidental, avant de se retirer de ce conflit après le renversement par une junte militaire du président Moktar Ould Daddah en 1978.

5 L’irrédentisme africain-mauritanien, qui fut symbolisé par les Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM) dans les années 1980, concernait une fraction minoritaire de la composante halpulaar ; ce mouvement existe aujourd’hui sous une forme moins radicale et prône un régionalisme accentué, voire un fédéralisme.

6 Littéralement, le pays des Noirs, expression utilisée par les auteurs arabes pour désigner les contrées du sud du Sahara.

7 L’économie n’était qu’une des dimensions de cette expédition, qui fut d’ailleurs suivie par d’autres.

8 J.-Fr. Bayart, E. Ellis, et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997.

9 A. Antil et A. Choplin, « Le chaînon manquant. Notes sur la route Nouakchott-Nouadhibou, dernier tronçon de la transsaharienne Tanger-Dakar », Afrique contemporaine, no 208, février 2003 ; P. Lepidi et P. Freund, Nouakchott-Nouadhibou : la Mauritanie trace sa route, Paris, Ibis Press, 2005.

10 C’est la thèse présentée par Roger Botte, « Économies trafiquantes et mondialisation. La voix africaine vers le développement ? », Politique Africaine, no 88, décembre 2002.

11 K. Bennafla, « Entre Afrique noire et monde arabe : nouvelles tendances des échanges “informels” tchadiens », Tiers-Monde, vol. 38 no 152, 1997 ; A. Mbembe, « À la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique », in B. Antheaume et Fr. Giraut (dir.), Le territoire est mort. Vive les territoires !, Paris, IRD Éditions, 2005.

12 Office contre la drogue et le crime des Nations unies, Le Trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest. Une menace pour la stabilité et le développement, New York, ONUDC, décembre 2007.

13 Europol Drugs Unit, Project COLA. European Union Cocaine Situation Report 2007, La Haye, 5 septembre 2007.

14 C. Champin, Afrique noire, poudre blanche. L’Afrique sous la coupe des cartels de la drogue, Bruxelles, André Versaille, 2010.

15 V. Foucher, « Guinée-Bissau : les relations civilo-militaires complexes d'un “narco-État” », séminaire de l’Ifri, 13 janvier 2010.

16 J.-P. Filiu, « Al-Qaida au Maghreb islamique », in Th. De Montbrial et Ph. Moreau Defarges (dir.), RAMSES 2011, Paris, Ifri/Dunod, septembre 2010.

17 Il s’agit de la Pan Sahel Initiative (PSI).

18 A. Antil, Contrôler les trafics ou perdre le Nord : Notes sur les trafics en Mauritanie, Paris, Ifri, « Note de l’Ifri », mars 2010.

19 Même s’il y a parmi eux des individus qui combattront activement en Algérie. Mohamed Fall Ould Oumère, directeur de l’hebdomadaire La Tribune, s’est entretenu avec eux lors de leur détention à Nouakchott. Plusieurs ont souligné ce fait. Entretien avec M. Fall Ould Oumère, juin 2008.

20 A. Antil, « Contestation islamiste en Mauritanie : menace ou bouc émissaire ? », in International Crisis Group, Rapport Moyen-Orient/Afrique du Nord, Bruxelles, IGC, no 41, 11 mai 2005.

21 En effet, à côté des Mauritaniens intégrés à AQMI, il faut aussi compter des ralliés qui ont fait un court « stage » dans le désert malien et qui reviendront à Nouakchott se réunir au sein d’une véritable cellule mauritanienne, que certains appellent Ansar Allah El Mourabitoune. Cette cellule prouvera ses capacités d’organisation lors de l’assassinat des quatre touristes français en décembre 2007. Les enquêteurs mauritaniens découvriront que certains de ses membres étaient liés à un « casse » ayant eu lieu sur le port de Nouakchott quelques mois plus tôt. Elle sera en grande partie démantelée à la suite de l’assassinat des Français et des fusillades de Nouakchott en mai 2008.

22 Ces deux événements entraîneront la suppression de la très médiatique épreuve sportive « Paris-Dakar ».

23 La libération de l’otage français Pierre Camatte, début 2010, a par exemple entraîné le rappel des ambassadeurs de Mauritanie et d’Algérie. Ces deux pays reprochaient à Bamako d’avoir libéré quatre membres d’AQMI sur injonction française.

24 Les enlèvements et actes violents attribués à AQMI au Sahel ont presque tous été perpétrés sur les territoires mauritanien et nigérien.

25 Les forces armées américaines sont réparties en commandements géographiques (les combattant commands) ; jusqu’à la création d’AFRICOM en 2007, la quasi-totalité du continent africain (sauf l’Égypte, le Soudan et la Corne de l’Afrique) dépendait de l’EUCOM.

26 Lors de sa déclaration devant le Senate Armed Services Committee du 7 mars 2006, le général Jones fait une présentation de la TSCTI qui résume assez bien la définition qu’en donnent les documents officiels : « TSCTI is the long-term interagency plan to combat terrorism in trans-Saharan Africa using a full range of political, economic and security tools. The need for TSCTI stems from concern over the expansion of operations of Islamic terrorist organizations in the Sahel region, a region that approximates the size of the United States. In EUCOM we support TSCTI through our involvement in Operation ENDURING FREEDOM-TRANS SAHARA (OEF-TS). OEF-TS is a regional and preventive approach to combat terrorism and enhance partner nation border security and response in Trans Sahara Africa. It is designed to assist governments who seek to better control their territories and to prevent large areas from becoming safe havens for terrorist groups. » [« La TSCI est un plan inter-agences à long terme qui a pour but de combattre le terrorisme en Afrique transsaharienne. Elle utilise un large éventail d’outils politiques, économiques et sécuritaires. Elle est née de l’inquiétude suscitée par le développement des activités des organisations terroristes islamiques dans le Sahel, une région dont la taille avoisine celle des États-Unis. L’EUCOM soutient la TSCTI par sa participation à l’Opération ENDURING FREEDOM-TRANS SAHARA (OEF-TS). L’OEF-TS propose une approche régionale et préventive pour combattre le terrorisme. Elle a pour but d’améliorer la sécurité des frontières et la capacité de riposte des pays partenaires qui bordent le Sahara. Elle est conçue pour aider les gouvernements qui cherchent à mieux contrôler leur territoire et pour éviter que de larges zones ne deviennent des refuges sûrs pour les groupes terroristes »]. (Déclaration du général James L. Jones, commandant de l’USMC, Commandement européen des États-Unis (EUCOM) devant la commission des services armés du Sénat, le 7 mars 2006, disponible sur Globalsecurity.org.)

27 Premier programme américain de lutte contre le terrorisme dans la zone sahélienne.

28 La Mauritanie a été suspendue des programmes de la TSCTI en raison du coup d’État d’août 2005. Le pays ne pourra redevenir membre de plein droit que lorsqu’il aura recouvert la légitimité institutionnelle.

29 Office of the Coordinator for Counterterrorism, Country reports on terrorism 2005, avril 2006, disponible sur Globalsecurity.org.

30 J. P. Pham, « America’s New Africa Command : Paradigm Shift or Step Backwards ? », Brown Journal of World Affairs, vol. XV, no 1, été 2008.

31 J. P. Pham, op. cit. [30].

32 À l’image de nombreuses sociétés du Sahara et du Sahel, les Touaregs présentent une stratification sociale nobles/hommes libres/anciens esclaves, ainsi qu’une organisation tribale (tribu/fraction/sous-fraction, etc.). On appelle dépendants les hommes libres et les anciens esclaves.

33 Accords d’Alger pour la restauration de la paix, de la sécurité et du développement dans la région de Kidal.

34 Principalement depuis la localité de Bordj Badji Mokhtar.

35 D. Badi, Les Relations des Touaregs aux États : le cas de l’Algérie et de la Libye, Paris, Ifri, « Note de l’Ifri », 2010.

36 Les Touaregs sont des berbères.

37 S. Tlemçani, « Lutte contre le terrorisme au Sahel : le commandement militaire basé à Tamanrasset », El Watan, 21 avril 2010.

38 Cette réunion regroupait la Libye, l’Algérie, le Mali et le Niger.

39 S. Tlemçani, op. cit. [37].

40 Le document en question peut être trouvé sur différents sites sous la référence suivante : REF : STATE 130969 (NOTAL) RABAT 00000005 001.2 OF 003. Subject : Gen. Ward signs CISMOA ; Discusses AQIM, ACSA, Guinea, Narcotics and future cooperation.

41 En 2003, Casablanca est la cible d’une série d’attentats terroristes.

42 Lors des élections, le Parti de la justice et du développement (PJD) n’a pu se présenter que dans un nombre limité de circonscriptions.

43 AFP, « Sahara : démantèlement d’un important réseau de trafic de drogue », Bamako, 20 décembre 2010.

44 On peut penser en particulier au rôle d’Omar le Sahraoui dans l’enlèvement, fin 2009, des trois ressortissants espagnols en Mauritanie (S. T. Diarra, « AQMI-Polisario : les dessous d’un commerce d’otages », Bamanet. net, 1er juin 2010).

45 Même si on a retrouvé, au cours de la conférence, les « tics » déplorés précédemment.

46 Il faut toutefois noter que, côté algérien, les relations avec les États-Unis et en particulier leur présence accrue comme partenaire de sécurité du Sahel, est bien moins problématique que celle des Français ou des Libyens.

Auteur

Chercheur et responsable du programme Afrique subsaharienne de l’Institut français des relations internationales (Ifri).

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search