Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Quatrième partie. Le Journal de Kafka, atelier de l'écrivain

Chapitre IV. Du procès du rêve au processus onirique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’importance du rêve, dans le Journal et dans le processus créateur kafkéen, n’est plus à prouver. Kafka lui-même a défini le rêve comme fondement de son écriture en déclarant que toute son existence se réduisait à sa volonté de décrire sa « vie intérieure, qui a quelque chose d’onirique1 ». Le rôle du rêve chez Kafka est attesté par le seul nombre de récits de rêves du Journal – une trentaine environ – et de la correspondance de Kafka avec ses amis, Felice et Milena, une vingtaine au total. Dans leur étude consacrée à ce thème, Hall et Lind2 recensent quelque trente-sept rêves, de l’année 1910 à 1923.

Le rêve ne saurait pourtant aller de soi aux yeux du diariste : il représente d’abord un obstacle au sommeil, symbole essentiel de l’enracinement dans la condition humaine et élément central de la communication entre individus3. Loin d’être inhérent au sommeil, le rêve entre en compétition avec lui, l’empêche d’advenir. Les Lettres à Felice sont ainsi traversées de plaintes de Kafka su...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search