Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie III. Le Maghreb dans l'espace international

Le Maghreb et son Sud : l’enjeu économique africain

Abdelmalek Alaoui

Texte intégral

1Rarement étudiée, la relation du Maghreb avec le reste du continent africain, voire avec son voisinage méridional direct, est pourtant importante pour cerner la place occupée par le Maghreb dans le monde et comprendre comment cette région se projette dans son avenir. Il convient donc d’analyser les stratégies de projection économique des pays maghrébins en Afrique.

Évolution économique du continent depuis la crise

2Avant de se pencher sur la projection des économies maghrébines en Afrique, il convient d’examiner avec attention les dernières tendances économiques du continent, tant ces dernières influencent les stratégies poursuivies par les principaux pays du Maghreb. En effet, de nombreux économistes, au cours de l’année 2009 puis début 2010, ont affirmé que l’Afrique avait été épargnée par la crise mondiale, en raison notamment de sa prétendue déconnexion du système financier international. Cette assertion couvre en fait une réalité beaucoup plus disparate.

3La croissance africaine s’est stabilisée autour de 2,6 % en 2009 (2,5 % selon le Fonds monétaire international [FMI], 2,8 % selon la Banque africaine de développement [BAD]), ce qui constitue un net recul par rapport à 2007 (5,7 %) et 2008 (6 %). Bien entendu, derrière ces chiffres se cache une réalité hétérogène en raison de plusieurs facteurs de « contamination » de la crise mondiale en direction du continent.

4Au niveau de l’appareil productif et des échanges commerciaux, les importations occidentales accusent une nette baisse, combinée à une chute significative des prix des matières premières. Ce double mécanisme a des effets collatéraux sur nombre d’indicateurs des pays africains, notamment la réserve en devises, la balance des paiements ou le déficit. Seuls rescapés de ce tableau globalement négatif : l’or et le cacao. Concernant le métal jaune, son statut de valeur refuge a entraîné une hausse des cours de la bourse, favorisant les pays où il est extrait. Pour le cacao, c’est la crise ivoirienne qui a créé un effet levier et permis le maintien des cours. En termes de recettes budgétaires, il y a là un véritable réservoir de croissance pour les économies maghrébines, les États et gouvernements à court de liquidités (short on cash) étant plus enclins à accélérer leur programme de privatisation, les télécoms ou les ports étant en première ligne. Les grands groupes français impliqués dans l’industrie portuaire se sont d’ailleurs montrés très offensifs depuis le déclenchement de la crise.

5Au niveau financier, l’Afrique dans sa grande majorité est déconnectée du reste du monde, exception faite de quelques pays connectés au système financier international, ou ceux ayant connu une forte libéralisation financière. Ainsi, l’Égypte, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, l’île Maurice, ou encore le Botswana ont vu leurs bourses dévisser. Autre point commun, les anciennes colonies britanniques encore fortement connectées à Londres, et ayant reproduit un système financier assez similaire à celui de la Grande-Bretagne, sont celles qui ont accusé le plus grand contrecoup financier. Enfin, la baisse des transferts des migrants depuis le déclenchement de la crise en 2007, de l’ordre de 1 milliard d’euros (sur 20 milliards de dollars US [MdsUSD]) pour les transferts formels, auquel il faut ajouter la baisse des transferts informels – près de 400 millions d’euros sur 5 MdsUSD – ont sensiblement affecté la consommation interne africaine, et altéré la capacité de rebond des populations. Cette tendance s’est poursuivie courant 2010, l’augmentation du chômage en Europe touchant en premier lieu les populations immigrées, entraînant de facto une baisse de la capacité de transfert.

6La volatilité des prix et des flux entraînée par la crise mondiale a eu de sérieuses répercussions sur le continent. Les économies africaines, fragiles et dépendantes des cours du pétrole et des denrées alimentaires, souffrent désormais de l’impossibilité d’effectuer des prévisions, ce qui pousse les responsables des budgets à privilégier des initiatives court-termistes ou opportunistes, qui peuvent s’avérer sur le moyen terme très coûteuses. La baisse des crédits octroyés par les filiales locales des banques européennes a également contribué à mettre en péril les flux et à plonger dans la précarité un certain nombre d’acteurs économiques confrontés à des besoins de trésorerie. De manière plus profonde, la crise financière mondiale a révélé une crise de gouvernance au niveau des institutions bancaires – notamment européennes –, qui ont tenté d’appliquer en Afrique des normes comptables et de crédit qui ne peuvent s’accommoder des pratiques locales, au risque de faire imploser l’économie.

7Enfin, le quatrième facteur de contamination est psychologique. En effet, l’Afrique a désormais en grande partie accès aux médias internationaux, à travers lesquels les populations ont vécu la crise financière mondiale quasiment au même rythme que les pays développés. Cela a surtout influencé les comportements : les acteurs économiques ont privilégié une posture attentiste, sauf quelques exceptions. Les acteurs publics ont également voulu se positionner au niveau de l’aide internationale octroyée par les grandes institutions internationales, parfois même alors qu’il n’y avait pas d’urgence budgétaire réelle. Néanmoins, cette réserve d’argent frais à des taux relativement cléments a permis d’induire une certaine relance de l’économie dans les zones concernées au dernier trimestre 2010, qui devrait avoir un effet positif sur la consommation.

  • 2 Directeur du Centre spécialisé en économie du développement et de la transition (université Paris (...)

8Face à cette quadruple dynamique, le chercheur Philippe Hugon2 estime qu’il est possible de diviser les pays africains en six catégories distinctes, ce qui permet d’appréhender les dynamiques possibles. Les critères pris en compte pour ce découpage superposent les « driving forces » aux données structurelles, ainsi que les attitudes des gouvernements.

9À cette combinaison sont ensuite ajoutés les facteurs de vulnérabilité issus des grands rapports internationaux consacrés aux politiques économiques.

10C’est donc à travers le croisement de trois données structurelles (économies agro-exportatrices, régimes miniers et pétroliers extravertis, et régimes mixtes d’accumulation) et des trois situations financières (état des déficits, de la dette et contrainte financière) que nous pouvons aboutir à une représentation fidèle de la réalité des situations économiques en Afrique (tableau 4).

Tableau 4 : Diversité des vulnérabilités des pays africains à la crise mondiale.

Régimes d’accumulation/Contraintes financières

Économies agro-exportatrices

Régimes rentiers miniers et pétroliers extravertis

Régimes mixtes accumulation

Déficit extérieurs
Contrainte extérieure forte
Déficit public
Poids élevé de la dette publique

Éthiopie, Côte d’Ivoire Économies sous perfusion Burundi, Ghana, Kenya, Burkina Faso, Madagascar, Sénégal

Congo-Brazzaville, RDC, Zambie, Mauritanie, Congo-Brazzaville, Tchad

Afrique du Sud

Pas de contrainte financière forte

Liberia, Tanzanie

Pays pétroliers (Algérie, Angola, Nigeria)

Botswana, île Maurice, Maroc, Tunisie

Source : P. Hugon, « La crise mondiale et l’Afrique : transmission, impacts, enjeux », Afrique Contemporaine. Afrique et développement, no 232, 2009.

11Répartis dans les grands groupes de pays présentés dans le tableau 4, les pays du Maghreb ont adopté des stratégies d’expansion économique assez différentes qui sont la résultante d’une triple combinaison : le poids de l’histoire, les stratégies opportunistes poursuivies par certains grands opérateurs, ainsi que le besoin de trouver de la croissance qui est « confisquée » par ailleurs, comme dans le cas du Maroc et de l’Algérie, dont les deux économies, pourtant parfaitement complémentaires, sont mal intégrées. Devant la difficulté d’obtenir des chiffres fiables pour la Mauritanie, et le peu d’engagement économique de la Libye sur le continent, il a été décidé de concentrer l’analyse de la projection économique du Maghreb sur le Maroc, la Tunisie et l’Algérie, afin d’identifier les stratégies poursuivies par chacun de ces pays et de déterminer s’il existe ou non un « modèle maghrébin ».

La Tunisie en embuscade

  • 3 M. Toumi, « La politique africaine de la Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, Centre national (...)
  • 4 Accord sur la levée des barrières douanières qui devait être signé courant 2010, mais qui a été re (...)
  • 5 Conférence nationale « La Tunisie dans son espace africain : rapprochement civilisationnel et part (...)

12Durant la période 1960-2000, la Tunisie a investi de manière relativement modeste le continent africain ; hormis quelques exceptions dans le secteur financier et l’« agribusiness », quasiment aucun groupe tunisien n’était présent à l’échelle continentale à l’orée du nouveau siècle. Une situation qui, déjà en 1979, faisait dire au politologue Mohsen Toumi, doué d’un sens certain de la formule : « Il y a vingt ans, la Tunisie était le seul pays du Maghreb à mener en Afrique une action diplomatique d’envergure. Aujourd’hui, il est pratiquement le seul qui n’en mène pas une3. » La Tunisie affiche néanmoins dès le début des années 2000 une ambition renouvelée pour le continent et intensifie ses exportations de fils et de câbles, de pâtes alimentaires, ainsi que d’huile végétale en direction de l’Afrique subsaharienne. Il faut néanmoins attendre la crise financière internationale de 2008 pour que la Tunisie prenne véritablement conscience que l’Afrique présente pour elle un enjeu économique de taille. En effet, l’économie tunisienne effectuant près de 80 % de ses échanges avec l’Europe, la crise de croissance du Vieux Continent a un impact considérable sur les carnets de commandes des entreprises tunisiennes, qui doivent donc se tourner vers de nouveaux réservoirs de croissance. L’État accompagne cette démarche en accélérant le calendrier des accords de libre-échange avec l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)4, qui représente un marché de 80 millions de personnes, et avec la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Ces initiatives de coopération multilatérale s’accompagnent de multiples manifestations économiques, tels le Forum économique tuniso-camerounais à partir de 2007 et le Forum économique tuniso-africain en 2010. L’État tunisien s’emploie à marquer de sa présence les grandes instances multilatérales. Cette tendance est confirmée par le discours officiel, puisque Abdelwaheb Abdallah, ministre des Affaires étrangères en 2009, affirmait lors d’une conférence nationale consacrée à la relation Tunisie-Afrique5 que son pays participe pleinement « à toutes les instances régionales et continentales ».

  • 6 Littéralement « du haut vers le bas », processus économique où l’impulsion vient du sommet de la h (...)
  • 7 « Tunisie : l’accord de partenariat avec l’UEMOA est en bonne voie », Les Afriques, 9 juin 2009.
  • 8 Structure en charge du commerce extérieur, placée sous la tutelle du ministère du Commerce et de l (...)

13Cette réorientation dans le cadre d’une démarche « top-down6 » a eu un impact certain, comme en témoigne le mouvement haussier des échanges au premier trimestre 2010, avec plus de 15 % d’augmentation des exportations en direction de l’Afrique subsaharienne, là où les échanges avec l’Europe reculaient de 17 %, selon des sources officielles tunisiennes. Il faut ici également souligner que les chambres de commerce tunisiennes ont joué un rôle non négligeable, avec en tête de file la chambre de commerce de Tunis, présidée par Mounir Mouakhar. Ce dernier, dans une interview accordée en juin 2009 à l’hebdomadaire Les Afriques7, précise la nature des objectifs poursuivis : « Le coton, le café, le cacao, le bois et l’industrie halieutique pour l’UEMOA, le textile-vêtement, l’industrie de moyenne technologie et les produits issus de l’industrie halieutique pour la Tunisie, feront l’objet de ces échanges. » À noter également que la prospection décentralisée n’est pas en reste puisque la chambre de commerce et d’industrie de Sfax a organisé des missions vers le Mali, la Côte d’Ivoire et le Burkina en 2009. Cependant, c’est sans conteste le Centre de promotion des exportations (CEPEX)8 qui se montre le plus offensif, réorientant sa stratégie vers l’Afrique et multipliant les visites de prospection à la tête de groupes d’hommes d’affaires. Le secrétaire d’État au Commerce extérieur, Chokri Mamoghli, s’est également beaucoup investi, entreprenant des tournées dans plusieurs pays d’Afrique afin d’expliquer le modèle tunisien.

14À cet égard, Douala serait envisagée comme principal relais de la stratégie africaine de la Tunisie, les opérateurs nationaux plaidant pour que les compagnies aériennes ouvrent de nouvelles lignes en direction du Cameroun, considéré comme une tête de pont potentielle pour leurs entreprises.

15Un examen attentif de la stratégie tunisienne indique également qu’il y aura bientôt des zones de compétition avec le grand rival marocain. En effet, la Tunisie affiche désormais ses ambitions dans l’exportation de services : le groupe de BTP Soroubat a déjà décroché le contrat de l’autoroute Abidjan-Yamoussoukro en 2009, et la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) s’occupe d’électrification rurale au Rwanda ou encore au Burkina. Selon toute vraisemblance, cette rivalité économique marocco-tunisienne sur le continent est appelée à s’intensifier, les deux pays étant concurrents sur les mêmes segments d’activité, bien que le Royaume chérifien ait en ce domaine une longueur d’avance.

Le « bilatéralisme économique » actif du Maroc

  • 9 B. Sambe, Islam et diplomatie : la politique africaine du Maroc, Rabat, Éditions Marsam, juin 2010
  • 10 Selon une estimation de la Banque mondiale en 2007, réitérée en 2008 puis en 2009.

16Absent de l’Union africaine depuis bientôt trente ans, peu présent dans les instances régionales, le Maroc aurait pu connaître la même trajectoire qu’au début du xixe siècle, marquée par l’isolationnisme et le protectionnisme. De surcroît, doté d’un voisin oriental qui désire l’« insulariser » et avec lequel les échanges économiques sont quasiment nuls, il aurait pu être tenté d’opter pour le repli. Néanmoins, les observateurs s’accordent à reconnaître que la doctrine marocaine de diplomatie économique, mêlée à une sorte de « bilatéralisme actif », a permis l’émergence d’un modèle de conquête économique du continent africain que lui envient les puissances régionales. Ce phénomène s’explique par des causes historiques comme par des raisons purement conjoncturelles. Parmi les raisons historiques, la sécularité des liens avec l’Afrique et l’aura religieuse du Royaume chérifien constituent un point d’ancrage sur lequel les Marocains peuvent s’appuyer pour servir leurs ambitions internationales. Pour illustrer la force de ce lien, le chercheur sénégalais Bakary Sambe a cette formule lumineuse : « L’histoire semble révéler que le destin du Maroc est tellement lié à celui de l’Afrique subsaharienne qu’il a toujours fallu un élément catalyseur pour perpétuer le contact. Il peut être conflictuel, fraternel, mais toujours passionnel9. » Ce lien « passionnel » a toute son importance dans un contexte où la non-intégration du Maghreb a obligé le Maroc, dépourvu d’hydrocarbures, à retrousser ses manches et à se projeter au sud afin de trouver la croissance économique qui agira comme un « amortisseur » des tensions sociales et lui permettra d’accéder aux précieux 6 % de croissance nécessaires à l’éradication de la grande pauvreté10.

17Dès la fin des années 1990, les responsables marocains commencent à utiliser le terme « diplomatie économique » pour qualifier leur stratégie à l’égard du continent africain, terme qui n’est pas employé dans les rapports Sud-Nord ou Est-Ouest. Mélange d’agressivité économique, de promotion de champions nationaux dans les télécoms (Maroc Telecom), la finance (Attijariwafa Bank ou la Banque marocaine du commerce extérieur [BMCE]), le BTP (groupes Chaabi et Addoha), ou encore l’énergie et l’assainissement (Office national de l’eau [ONE] et Office national de l’eau potable [ONEP]), la diplomatie économique marocaine traduit également la solidarité – régulièrement témoignée – du Royaume à l’égard du continent africain, le Maroc étant souvent le plus prompt à intervenir lors de catastrophes naturelles (sécheresse, inondations, etc.).

18Lors de la seconde moitié de la décennie 2000, le Maroc a investi massivement dans la « diplomatie économique » avec l’idée – affichée – d’en faire son arme principale pour promouvoir son plan d’autonomie pour le Sahara occidental.

  • 11 Campagne médiatique lancée par les mouvements d’opposition visant à révéler au grand public les ac (...)
  • 12 A. Ouedraogo, « Le Maroc en stock (options) en Afrique de l’Ouest », L’Événement, 16 mai 2007, dis (...)
  • 13 Fin 2007, l’État sénégalais annonce vouloir prendre le contrôle complet de la compagnie Air Sénéga (...)
  • 14 « Les entreprises marocaines à la conquête du marché des pays subsahariens », Agence de presse chi (...)

19D’un point de vue conjoncturel, le déplacement du centre de gravité de la diplomatie médicale de l’Afrique francophone – passé du Val-de-Grâce de Paris à l’Hôpital militaire d’instruction Mohammed V de Rabat – a constitué un événement important pour le Royaume chérifien en termes de projection de puissance et de stratégie d’influence. Certains événements récents illustrent ce basculement en faveur de Rabat : Edith Bongo y est décédée en mars 2009, Moussa Dadis Camara y a été hospitalisé en décembre 2009 à la suite de la tentative de coup d’État à son encontre et y a reçu plusieurs visites privées de son successeur Sékouba Konaté. Cette nouvelle tendance concerne, bien entendu, les chefs d’État africains mais également leurs états-majors, le monde économique ou les décideurs publics, pour lesquels Rabat est devenue une escale médicale incontournable. Ce mouvement a été intensifié par la médiatisation de l’affaire des biens mal acquis (BMA)11 en France, qui a achevé d’augmenter la défiance des dirigeants africains à l’égard de la France et de ses juges. Il faut également souligner qu’une nouvelle génération de décideurs africains ayant étudié au Maroc est en train d’arriver aux affaires. Des liens très forts ont été conservés avec le Royaume, puisqu’une seconde génération est actuellement en formation sur les bancs des universités et écoles marocaines. Cela est vrai dans le monde civil, mais également dans le monde militaire. Grâce, en partie, à cette « communauté de destin médicale et universitaire », le Royaume du Maroc est en train de construire son grand dessein économique africain, comme l’atteste la réussite de ses entreprises en Afrique depuis un peu plus d’une décennie. Ainsi que le souligne le journaliste burkinabé Aziz Ouedraogo, « le Royaume est à la recherche d’opportunités et d’investissements. À la différence de l’Europe, de la Chine ou encore des États-Unis, il joue la carte de la proximité géographique et culturelle. […] On le voit dans le secteur des télécommunications, des nouvelles technologies, de la formation, de l’aéronautique, etc.12 ». Cependant, les succès récents du Maroc en Afrique ne doivent pas faire oublier ses échecs, qui ont contribué à ternir, dans une certaine mesure, l’image du Royaume chérifien. Le différend – qui a failli dégénérer en crise majeure – ayant opposé la Royal Air Maroc (RAM) au Sénégal13 pour moins de 30 millions de dollars US est un exemple éloquent. Un autre facteur, beaucoup plus important, peut faire craindre un mouvement de repli paradoxal. En effet, le Maroc est en passe de devenir un acteur continental, ce qui modifie la dimension de ses adversaires économiques. Opposé à France Télécom plus d’une fois, Maroc Telecom doit désormais faire face à des géants des télécommunications chaque fois qu’elle répond à un appel d’offres pour l’obtention d’une licence. En outre, le Maroc commence à être visible. L’évolution de la composition des délégations officielles accompagnant le chef de l’État lors de ses voyages à l’étranger en témoigne ; que ce soit à travers des prises de participation au capital des entreprises africaines et/ou le montage de filiales, les investissements marocains en Afrique s’orientent vers presque tous les secteurs. La Chine, dont le nouveau terrain de chasse est indubitablement le continent africain, ne s’y est d’ailleurs pas trompée : dans une dépêche de son agence de presse officielle Xinhua, elle reconnaît que « le marché africain pourrait constituer un champ de manœuvre stratégique pour les entreprises marocaines, compte tenu de sa taille potentielle. Les exemples de réussite de coopération bilatérale ne manquent pas. Parmi l’éventail d’entreprises ayant enregistré des avancées, il convient de signaler la présence des groupes marocains Chaabi et Tazi, actifs en Côte d’Ivoire, au Mali, au Sénégal et en Guinée. Outre la présence marocaine de plus en plus visible dans les secteurs de la pêche et de l’irrigation, des entreprises bancaires marocaines ont activement intégré le marché africain à l’instar des banques BMCE et Attijariwafa Bank14 ». D’un point de vue psychologique, la pénétration du Maroc sur le marché économique africain devrait prendre une autre dimension si le pays, grâce en grande partie à son opérateur historique Maroc Telecom, arrive à assortir la route transsaharienne d’un axe technologique Tanger-Dakar à haut débit. Le lancement de la mise en place d’une ligne de fibre optique suit en réalité le développement continental de Maroc Telecom au fur et à mesure que l’entreprise acquiert de nouvelles licences en télécommunications (Burkina Faso, Gabon, Mali, Mauritanie). Ainsi, si la fibre optique a d’abord été déployée dans les provinces du Sud marocain, elle passera ensuite par la Mauritanie, permettant le désenclavement technologique de l’axe Nouakchott-Nouadhibou, avant d’emprunter le chemin du Mali, autre axe prioritaire pour l’opérateur chérifien, sans oublier le Burkina Faso. Ce maillage technologique continental doit permettre au Maroc d’obtenir un avantage compétitif important basé sur la technologie. Néanmoins, cette croissance n’est pas sans risque : du fait de leur haut niveau actuel, les investissements en Afrique des entreprises marocaines ont gagné en visibilité, faisant du pays une cible pour des concurrents plus puissants tels que la France, les États-Unis, ou encore la Chine.

L’Algérie à la recherche d’un modèle

  • 15 Gazoduc devant relier le Nigeria à l’Algérie, baptisé Trans-African gas pipeline, et devant mesure (...)
  • 16 La première version de la LFC a vu le jour en 2009 ; une autre version a été adoptée en 2010 – la (...)
  • 17 « La loi de finances complémentaire 2010 entre en application en Algérie », Econostrum, 8 septembr (...)

20À la différence de la Tunisie et du Maroc, l’Algérie investit en Afrique pour des raisons plus politiques, dans les secteurs de l’énergie et des méga-infrastructures ; ses investissements ne prennent que très rarement la forme de participations directes. Ainsi, on ne voit quasiment jamais une entreprise algérienne répondre à un appel d’offres continental, que ce soit dans les télécommunications, le bâtiment, la banque ou les services. Seule la Sonatrach, première entreprise algérienne, a commencé à s’ouvrir timidement en 2005, prenant des participations dans son cœur de métier, la prospection pétrolière, dans différents blocs au Mali et en Mauritanie. Les grands projets économiques de l’Algérie en Afrique sont donc orientés vers l’énergie, comme en témoignent le projet NIGAL15 et le pipeline transsaharien. Ces projets sont coûteux, et correspondent au premier chef à l’agenda politique du pays, centré sur le domaine énergétique (technologie Gas to Liquids [GTL], etc.). Ces mégaprojets sont d’ailleurs régulièrement reportés au motif que les financements nécessaires ne sont pas encore réunis. La véritable raison de ces retards accumulés se situe en fait au niveau du prix actuel du gaz, jugé trop bas pour rentabiliser un tel investissement. En réalité, il faut analyser la présence économique algérienne en Afrique à l’aune des contingences de la structure économique du pays et de l’insuffisance des savoir-faire développés en interne. En effet, l’Algérie n’a jamais orienté son économie vers la conquête des marchés étrangers, qu’ils se situent au Sud ou au Nord. L’échec de la politique des « industries industrialisantes » des années 1970 ajouté à la difficulté de voir émerger des « champions nationaux » marocains ou tunisiens a encore aggravé le mal originel. La lutte contre le terrorisme durant les années 1990 a achevé d’étouffer les velléités d’expansion continentale des opérateurs économiques algériens, et un net repli s’est opéré. À la fin des années 2000, après une brève période de libéralisation de l’économie, on assiste à une ferme reprise en main de cette dernière par les pouvoirs publics à travers la loi de finances complémentaire (LFC)16, qui vise à réduire le volume d’importations et impose aux investissements étrangers des conditions jugées drastiques par la plupart des experts. La LFC 2010 touche également le volet des exportations, à travers l’interdiction d’exporter le cuir et le liège jusqu’à l’élaboration d’un cahier des charges actualisé par l’État, et suspend sine die l’exportation de métaux ferreux et non ferreux. De surcroît, elle instaure une taxe sur les superprofits, le texte précisant que « cette taxe est assise sur les marges exceptionnelles par application d’un taux qui varie de 30 % à 80 %17 ».

  • 18 A. Belkaïd, « La diplomatie algérienne à la recherche de son âge d’or », Politique étrangère, vol. (...)

21Autre élément ayant freiné la projection économique de l’Algérie en Afrique, notamment selon la thèse développée par Akram Belkaïd18 : le surinvestissement de la diplomatie algérienne dans le dossier du Sahara, qui est probablement le facteur ayant le plus contribué à son déclin à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Par un jeu de vases communicants, le lobbying exercé par le Maroc pour promouvoir son projet d’autonomie pour le Sahara occidental a coupé l’Algérie de certains de ses partenaires économiques potentiels, ces derniers étant souvent acculés à choisir l’un ou l’autre des frères ennemis du Maghreb. C’est donc naturellement que les pays qui entretenaient une communauté de pensée forte avec l’Algérie sont devenus des alliés économiques privilégiés, aux premiers rangs desquels on retrouve le Nigeria, l’Afrique du Sud et, dans une moindre mesure, l’Angola. Sans surprise, ces pays font partie de l’axe politique Alger-Lagos-Luanda-Pretoria, qui témoigne d’un alignement stratégique évident et d’une convergence de positions sur une majorité de sujets, dont le Sahara occidental.

22Il s’agit donc d’un dossier déterminant et porteur de discorde, qui oblige un certain nombre de pays africains à dessiner les contours de leur coopération économique avec l’Algérie et le Maroc à l’aune de leur position sur le conflit saharien. Cette situation a eu un effet négatif sur la projection économique algérienne sur le continent, car elle n’a pas permis la libération des initiatives économiques en direction de pays qui ne sont pas sur la même ligne politique qu’Alger. À l’opposé, le souhait du Maroc de trouver de nouveaux alliés l’a poussé à aller voir au-delà de son terrain de chasse « naturel » – l’Afrique de l’Ouest francophone – et à investir de nouveaux territoires.

Une rivalité opportune ?

23Après examen de la projection économique du Maghreb en Afrique, on constate trois mouvements majeurs :

  • la Tunisie, qui s’était jusque-là montrée plutôt timorée en Afrique, a, depuis le déclenchement de la crise financière internationale, consenti un effort important afin de trouver de nouveaux débouchés continentaux, et commence à rattraper son retard sur le Maroc, historiquement mieux implanté ;
  • le Maroc est en passe de devenir un acteur économique important sur le continent, et devra réadapter son modèle, désormais trop étriqué et trop conjoncturel pour pleinement servir une stratégie économique continentale qui pourrait répondre aux besoins de croissance actuels du royaume chérifien ;
  • l’Algérie est, semble-t-il, toujours victime du « syndrome hollandais », et mise encore beaucoup sur les hydrocarbures pour pouvoir déployer une stratégie économique africaine ambitieuse.

24L’absence de grands groupes nationaux privés se fait sentir à cet égard ; seul un aggiornamento de la doctrine économique actuelle pourrait permettre d’inverser la tendance.

25Ce triptyque doit être appréhendé à l’aune de la faiblesse structurelle des échanges économiques intermaghrébins, régulièrement pointée du doigt et tenue pour responsable de la perte de près de deux points de croissance pour chacun des acteurs de la région. De surcroît, le dossier du Sahara occidental a eu un impact non négligeable sur les deux pays, obligeant le Royaume chérifien à développer une stratégie de conquête du continent qui place l’économique au service du stratégique, là où l’Algérie veut utiliser ses alliances politiques comme soutien à son économie.

  • 19 Voir dans cet ouvrage la contribution d’Alain Antil.

26Ce coût du non-Maghreb pèse sur un autre domaine essentiel, celui de la sécurité. Les différences de perception empêchent les pays maghrébins de prendre la pleine mesure de la menace qui se développe à leurs frontières sud et qui les concerne tous : l’émergence d’une zone grise sahélienne19.

Notes

2 Directeur du Centre spécialisé en économie du développement et de la transition (université Paris X-Nanterre).

3 M. Toumi, « La politique africaine de la Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord, Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes (CRESM), Paris, CNRS Éditions, 1979, p. 113-169.

4 Accord sur la levée des barrières douanières qui devait être signé courant 2010, mais qui a été reporté à une date ultérieure étant donné les circonstances internes.

5 Conférence nationale « La Tunisie dans son espace africain : rapprochement civilisationnel et partenariat solidaire », 5 mai 2009.

6 Littéralement « du haut vers le bas », processus économique où l’impulsion vient du sommet de la hiérarchie.

7 « Tunisie : l’accord de partenariat avec l’UEMOA est en bonne voie », Les Afriques, 9 juin 2009.

8 Structure en charge du commerce extérieur, placée sous la tutelle du ministère du Commerce et de l’Artisanat. Voir son site Cepex.nat.tn.

9 B. Sambe, Islam et diplomatie : la politique africaine du Maroc, Rabat, Éditions Marsam, juin 2010.

10 Selon une estimation de la Banque mondiale en 2007, réitérée en 2008 puis en 2009.

11 Campagne médiatique lancée par les mouvements d’opposition visant à révéler au grand public les achats immobiliers effectués par certains chefs d’État africains dans la capitale française.

12 A. Ouedraogo, « Le Maroc en stock (options) en Afrique de l’Ouest », L’Événement, 16 mai 2007, disponible sur Evenement-bf.net.

13 Fin 2007, l’État sénégalais annonce vouloir prendre le contrôle complet de la compagnie Air Sénégal International (ASI), créée en 2000 par la RAM (qui détient 51 % du capital) et l’État sénégalais (propriétaire à 49 %), arguant qu’elle aurait été mal gérée par la RAM. Début 2009, la RAM menace l’État sénégalais de se retirer de la gestion de la compagnie si celui-ci n’applique pas rapidement sa décision de reprise. Finalement, un accord sera signé en juin 2009, portant sur la création, sous l’impulsion de l’État sénégalais et avec le concours actif de la RAM, d’une nouvelle compagnie aérienne dont le capital sera majoritairement détenu par le secteur privé sénégalais.

14 « Les entreprises marocaines à la conquête du marché des pays subsahariens », Agence de presse chinoise Xinhua, 29 août 2006.

15 Gazoduc devant relier le Nigeria à l’Algérie, baptisé Trans-African gas pipeline, et devant mesurer près de 4 500 kilomètres de long.

16 La première version de la LFC a vu le jour en 2009 ; une autre version a été adoptée en 2010 – la LFC 2010 – et a été publiée au Journal officiel algérien le 6 septembre 2010.

17 « La loi de finances complémentaire 2010 entre en application en Algérie », Econostrum, 8 septembre 2010, disponible sur Econostrum.info.

18 A. Belkaïd, « La diplomatie algérienne à la recherche de son âge d’or », Politique étrangère, vol. 74, no 2, été 2009, p. 337-344.

19 Voir dans cet ouvrage la contribution d’Alain Antil.

Auteur

Consultant, associé-gérant du cabinet Global Intelligence Partners à Rabat (Maroc).

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search