Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie III. Le Maghreb dans l'espace international

Le Maghreb et l’Espagne

Bernabe López García et Miguel Hernando de Larramendi

Texte intégral

1Dans son histoire contemporaine, l’Espagne n’a commencé à développer une politique propre au Maghreb qu’à partir de la transition démocratique. C’est la décolonisation tardive du Sahara occidental qui a fait comprendre aux nouveaux gouvernants espagnols que le Maghreb n’est pas un ensemble de pays isolés, bien que ceux-ci n’aient pas réussi à réaliser l’unité rêvée depuis leur indépendance, mais une région qu’il convient d’appréhender dans son entier, étant donné l’imbrication des intérêts et des tensions qui s’y développent.

2Du fait des relations intenses que l’Espagne entretient avec le Maroc – alors que ses rapports avec les autres pays du Maghreb sont très limités –, l’opinion publique ainsi que les médias réduisent souvent cette région au seul Maroc. Le terme « Maghreb », utilisé pour désigner la région de l’Afrique du Nord, n’entre dans le vocabulaire politique que vers la fin des années 1980, du fait de l’immigration qui commence à arriver en Espagne après son adhésion en 1986 à la Communauté économique européenne (CEE).

L’espagne, le Sahara et la rivalité intermaghrébine

  • 2 M. Hernando de Larramendi., La política exterior de Marruecos, Madrid, MAPFRE, 1997, p. 376-378.

3La rivalité entre le Maroc et l’Algérie, qui date de la « guerre des sables » de 1963 et qui s’intensifiera avec le conflit du Sahara occidental, sera un élément difficile à gérer pour les premiers gouvernements issus de la démocratie espagnole. Pour comprendre la politique menée par l’Espagne au cours des premières années de la transition, il convient de se rappeler les accords tripartites de Madrid de novembre 1975, signés par le dernier gouvernement franquiste. Ces accords, par lesquels l’Espagne cède l’administration du territoire au Maroc et à la Mauritanie, ont alimenté la rivalité entre l’Algérie et le Maroc. Depuis lors, cette rivalité n’a cessé de conditionner les relations intermaghrébines et la politique espagnole dans la région. Signés dans un climat d’incertitude (Franco est mourant), les accords de Madrid symbolisent l’abandon par l’Espagne de ses obligations en tant que puissance colonial2.

4Ainsi, le référendum d’autodétermination, que l’administration espagnole s’était engagée à organiser au Sahara occidental et qu’elle avait commencé à préparer pendant l’été 1974, est abandonné. En lieu et place, l’administration du territoire est cédée à deux des États que l’Organisation des Nations unies (ONU) avait reconnus comme parties intéressées à sa décolonisation, le Maroc et la Mauritanie, qui se partagent le territoire.

  • 3 L’attitude de la gauche espagnole a été critiquée par Juan Goytisolo dans son article « La izquier (...)
  • 4 Il y avait en 2009 près de 300 associations solidaires du peuple sahraoui au niveau régional ou lo (...)
  • 5 J. Vaquer i Fanés, « España y el Sáhara Occidental : la dimensión partidista », Revista CIDOB d’af (...)

5Au sein de la société espagnole, l’abandon de cette colonie suscite le mécontentement de différents groupes idéologiquement hétérogènes. Alors que la droite franquiste considère les accords de Madrid comme un exemple de plus de la faiblesse des autorités espagnoles et une nouvelle concession accordée au Maroc, les forces de gauche y voient un abandon des engagements internationaux qui devaient permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination3. Depuis lors, le sort des Sahraouis n’a cessé de susciter une solidarité croissante d’une grande partie de l’opinion publique espagnole4, mais aucun des gouvernements successifs ne s’est véritablement fait l’écho de la position du peuple sur cette question5.

  • 6 Les accords de Madrid étaient accompagnés d’annexes secrètes, jamais publiées, dans lesquelles les (...)

6La position officielle de l’Espagne est la suivante : le conflit du Sahara occidental est un problème de décolonisation inachevée, dans l’attente de la tenue d’un référendum d’autodétermination. L’Espagne a cédé au Maroc et à la Mauritanie l’administration du territoire, mais pas la souveraineté, qui revient au peuple sahraoui. Cette position a été affirmée en février 1976 par le premier ministre des Affaires étrangères de la monarchie, José María de Areilza, dans une tentative de préservation des engagements que l’Espagne avait pris en tant que puissance coloniale, tout en veillant à ne pas compromettre ses relations avec le Maroc après la signature des accords tripartites6. Un objectif difficile à atteindre après la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) en 1976 et l’escalade du conflit au Sahara occidental.

7Pendant les premières années de la transition démocratique, ce conflit, particulièrement virulent entre 1976 et 1979, a lourdement pesé dans les relations entre l’Espagne et le Maghreb, chacun des principaux acteurs impliqués voulant voir sa thèse validée par l’ancien colonisateur ayant occupé ce territoire pendant près d’un siècle. Les tentatives des gouvernements espagnols successifs pour maintenir un certain équilibre face aux parties impliquées sont restées infructueuses, dans un conflit qui depuis lors n’a cessé d’interférer dans les relations hispano-maghrébines.

8Le Maroc comme l’Algérie disposent de moyens pour forcer l’Espagne à aligner sa politique extérieure sur leurs thèses respectives, et notamment sur la principale question qui les divise, le Sahara. La façon dont ils les utilisent a d’ailleurs un énorme impact sur l’opinion publique espagnole. Le Maroc fait pression sur Ceuta et Melilla ; l’Algérie sur les îles Canaries en mettant en avant leur africanité et en appuyant le MPAIAC, mouvement indépendantiste local.

9L’Espagne essaiera de mener une politique équitable envers les deux pays en faisant preuve de tact dans ses initiatives politiques (et notamment lors des visites officielles du président Adolfo Suarez) pour ne pas blesser les susceptibilités des deux voisins maghrébins rivaux. Cependant, le rapprochement avec le Maroc apparaît très nettement lors de la visite sur place du roi et de la reine d’Espagne en juin 1979 et dans la déclaration du président Leopoldo Calvo-Sotelo devant le parlement en 1981 : « la nécessité [pour l’Espagne] d’avoir à [sa] frontière méridionale un royaume du Maroc stable et prospère et de maintenir des relations cordiales avec les autres pays du Maghreb » y est présentée comme l’un des piliers de la politique étrangère espagnole.

10Les raisons de ce rapprochement vont au-delà de la seule volonté de garantir la permanence de la présence espagnole à Ceuta et Melilla ; il s’agit à l’époque d’assurer le renouvellement des accords de pêche, bien que la signature de ceux-ci ait constitué un véritable écueil dans les relations avec l’opposition politique intérieure : le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et le Parti communiste (PCE) ont en effet considéré le traité signé en février 1977 comme un « acte de belligérance » qui, selon eux, couvrait l’occupation du Sahara occidental par le Maroc.

Les socialistes espagnols au pouvoir (1982-1996) : une approche pragmatique du Maghreb

  • 7 Soit, en français, « Une politique étrangère pour l’Espagne ».

11L’arrivée des socialistes au pouvoir en octobre 1982, dans un premier temps jugée inquiétante par le monarque Hassan II, marque au contraire l’avènement d’une politique étrangère qui sera considérée comme un exemple de « realpolitik ». Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Fernando Morán, diplomate au fait des affaires africaines et de décolonisation et auteur du livre Una política exterior para España7 (paru en 1980), est chargé de donner aux pays voisins des garanties de la continuité de l’action diplomatique. Le premier gouvernement de Felipe González abandonne son idée de dénoncer les accords tripartites de Madrid de 1975 et trouve les formules adéquates pour signer un nouvel accord de pêche avec le Maroc en 1983.

12En ce qui concerne l’Algérie, pays dont l’Espagne est dépendante pour une bonne part sur le plan énergétique, la gauche espagnole aura à résoudre un contentieux gazier provoqué par le non-respect par l’Espagne d’un accord à caractère plus politique qu’économique, signé pendant l’été 1975 à la veille de la Marche Verte, et qui n’avait pas pris en compte la faible capacité de consommation du marché espagnol de l’époque. L’entente politique entre les autorités algériennes et certains des nouveaux dirigeants socialistes facilitera la négociation d’une nouvelle convention impliquant le développement du réseau de gaz en Espagne, préparant ainsi le chemin de la construction ultérieure de gazoducs pour la connexion avec l’Europe.

13Les autres pays maghrébins ont toujours présenté un intérêt stratégique moindre pour l’Espagne, bien que les relations économiques avec la Libye aient été intenses pendant la première décennie du régime démocratique espagnol. Au cours de cette période, l’État libyen accumule des dettes considérables auprès des entreprises espagnoles de construction (58 millions d’euros, soit 9,6 milliards de pesetas à l’époque) et du secteur de la chaussure (45 millions d’euros, soit 7,5 milliards de pesetas) que le premier gouvernement de Felipe González essaiera de négocier en échange de pétrole. Mais les échanges politiques entre les deux pays sont jalonnés d’écueils, comme en témoignent les craintes suscitées dans certains milieux espagnols par la création en août 1984 de l’Union arabo-africaine entre la Libye et le Maroc et par les déclarations de Mouammar Kadhafi lors d’une visite privée à Majorque dans lesquelles il qualifie Ceuta et Melilla de « villes arabes ». Dans un tel contexte, on comprend mieux la froideur de la réaction espagnole au moment de l’attaque américaine contre la Libye en 1986. En revanche, les relations avec la Tunisie, bien que rares, sont cordiales, comme le prouve la visite sur place du roi et de la reine d’Espagne en novembre 1983.

L’Espagne en Europe : multilatéralisme et relations bilatérales

14L’entrée de l’Espagne dans la CEE le 1er janvier 1986 représente un certain défi pour les pays du Maghreb. La création de l’Union du Maghreb arabe (UMA) en 1989 a d’ailleurs été mise en relation, bien que de nombreux autres facteurs en soient à l’origine, avec l’adhésion de l’Espagne et du Portugal à la CEE et les inquiétudes que celle-ci a suscitées dans les pays du Maghreb, ces derniers craignant que ces deux nouveaux arrivants entravent les exportations agricoles maghrébines vers l’Europe des douze. Cependant, la politique conçue par Felipe González et par son ministre des Affaires étrangères depuis 1985, Francisco Fernández Ordóñez, fait de la Méditerranée, et plus particulièrement du Maghreb, une priorité de l’action extérieure espagnole, l’Espagne aspirant à trouver, à travers ses échanges avec le Maghreb, un espace d’influence dans les affaires internationales. En effet, au moment de la chute du mur de Berlin en 1989, les gouvernants espagnols craignent que le nouveau centre de gravité de la CEE se déplace vers l’est, ce qui rejetterait l’Espagne à la périphérie de l’Europe unie.

  • 8 E. Barbé, « La cooperación política europea : la revalorización de la política exterior española » (...)

15La politique méditerranéenne que l’Espagne met alors en place est sans doute une réaction à cette crainte. En 1990, le lancement conjoint par les diplomaties espagnole et italienne d’un projet de Conférence sur la sécurité et la coopération en Méditerranée (CSCM) contribuera à ce que le Maghreb devienne une région prioritaire en tant que « zone à risque pour la sécurité globale de l’Espagne » – il s’agit ici de sécurité sociopolitique et non de sécurité au sens militaire du terme8. Des facteurs nouveaux, tels que l’arrivée massive d’immigrants en Espagne, originaires notamment du Maghreb, la guerre du Golfe de 1991 et les changements qu’elle introduit sur la scène internationale, contribueront à renforcer cette idée.

16C’est ainsi que l’Espagne réactive sa présence au Maghreb à partir des années 1990, en cherchant un espace d’influence dans une zone vitale pour sa sécurité et en assumant dès lors le rôle de défenseur des pays maghrébins face à Bruxelles, une position qui jusque-là était la chasse gardée de la France. Pour preuve de ce nouveau rôle, en 1992, la diplomatie espagnole défend avec ferveur à Bruxelles la nécessité de trouver un nouveau cadre pour gérer les relations avec le Maroc, le Parlement européen ayant refusé l’entrée en vigueur du protocole financier entre le Maroc et la Communauté européenne en invoquant « la violation des droits de l’homme au Maroc et l’objection de Rabat à la tenue d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental ».

17Cette image de défenseur des intérêts maghrébins en Europe est renforcée par le lancement et l’organisation de la conférence euro-méditerranéenne de Barcelone en novembre 1995, ainsi que par le rôle décisif que joue l’Espagne lors du Conseil européen de Cannes en juin de la même année et qui aboutira à un rééquilibrage progressif entre les aides accordées par Bruxelles aux anciens pays de l’Est et celles qui sont attribuées aux pays de la Méditerranée.

18En outre, la condition de membre de l’Union européenne (UE) offre à l’Espagne l’opportunité de « communautariser » certains dossiers – comme celui de la pêche – dans l’espoir de renforcer sa position de négociateur auprès du voisin marocain dans un cadre multi-bilatéral. En tant que membre de l’UE, l’Espagne est confrontée au poids grandissant des questions techniques liées aux échanges agricoles ainsi qu’à de nouvelles problématiques, comme l’émigration croissante de Marocains vers l’Espagne.

19La nouvelle politique espagnole à l’égard du Maghreb échappe à l’ancienne vision africaniste d’un franquisme obsédé par les questions territoriales, et envisage avant tout la région sous l’angle de la stabilité et de la sécurité, en parfait accord avec les objectifs de l’UE. Sur un plan bilatéral, la diplomatie espagnole conçoit une politique visant à normaliser les relations hispano-maghrébines grâce à l’intensification de la coopération multisectorielle et au développement de relations économiques et financières – ce que le ministère des Affaires étrangères de l’époque appelle « la création d’un matelas d’intérêts partagés ». En effet, à cette époque, l’intensification des relations économiques et la création d’une trame « d’intérêts croisés » apparaissent comme le moyen le plus efficace de limiter le caractère conflictuel des relations, surtout dans le cas du Maroc, en laissant de côté les contentieux territoriaux. Toutefois, au fil du temps, cette profonde conviction s’avérera erronée.

20Sur le plan politique, la diplomatie espagnole parie sur l’instauration d’un dialogue formalisé avec les différents pays du Maghreb, qui permettrait de maintenir régulièrement le contact pour prévenir ou limiter la portée des crises qui secouent de façon cyclique les relations bilatérales. C’est d’abord avec le Maroc, pays prioritaire dans ses relations avec le Maghreb, que l’Espagne essaie d’institutionnaliser un dialogue politique, avant de tenter d’élargir l’initiative aux autres pays de la région. Le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération signé à Rabat en juillet 1991 servira de modèle à celui que l’Espagne signera avec la Tunisie en octobre 1995. Il faudra attendre octobre 2002 pour qu’un traité similaire soit signé avec l’Algérie, en raison notamment de l’instabilité qui règne dans le pays dans les années 1990. Toutefois, le fait que la signature de l’accord intervienne alors même que les rapports hispano-marocains ne sont guère au beau fixe semble indiquer qu’il s’agit d’une stratégie destinée à exploiter la rivalité entre l’Algérie et le Maroc. Du moins est-ce ainsi que de nombreux observateurs le perçoivent. Ce n’est qu’en 2008 que la Mauritanie signe à son tour un traité de coopération avec l’Espagne : le contexte est favorable au développement des relations bilatérales entre les deux pays, la pression migratoire depuis le territoire mauritanien vers les îles Canaries étant en augmentation.

Le rôle de l’économie dans les relations hispano-maghrébines

  • 9 I. Martín, « La nueva política de Vecindad de la Union Europea : ¿hacia un espacio económico hispa (...)

21L’institutionnalisation du dialogue politique s’accompagne d’une intensification des échanges économiques entre l’Espagne et le Maghreb grâce aux accords-cadres de coopération financière qu’elle a passés avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie et aux protocoles successifs qui les ont accompagnés. Les trois pays du Maghreb central importent à eux seuls plus de produits espagnols que les 13 pays d’Amérique du Sud réunis : entre 1995 et 2002, les exportations espagnoles atteignent des taux de croissance cumulée de plus de 15 % (on observe une multiplication par deux des volumes importés par le Maroc et la Tunisie et une stagnation dans le cas de l’Algérie), ce qui confirme l’importance du Maghreb en tant que marché naturel de l’Espagne du fait de sa proximité géographique9.

22Le développement d’intérêts partagés apparaît comme l’objectif prioritaire pour limiter ou mettre fin à l’instabilité des relations, très exposées aux crises sectorielles qui menacent d’affecter l’ensemble des partenariats bilatéraux. La création d’un tissu d’intérêts multisectoriels est censée avoir une fonction préventive, permettre d’« encapsuler » les crises et d’empêcher qu’elles contaminent l’ensemble des relations. En outre, l’Espagne étant devenue une terre d’immigration, notamment pour de nombreux citoyens marocains – ils forment la plus importante communauté étrangère du pays avec 758 900 résidents en juin 2010 –, des sociétés qui jusque-là se tournaient le dos sont entrées en contact direct par la force des choses. Au-delà de la définition d’intérêts communs, le développement des échanges entre les sociétés civiles et le combat mené contre les préjugés basés sur la méconnaissance constituent l’autre pilier sur lequel doit s’appuyer la construction complexe et difficile de relations de bon voisinage.

  • 10 Un nouveau gazoduc qui transporte directement le gaz depuis l’Algérie jusqu’en Espagne, et dont la (...)

23C’est dans ce sens que la politique maghrébine de l’Espagne œuvre depuis les années 1990. Deux grands projets en sont une parfaite illustration : le gazoduc Maghreb-Europe pour le transport du gaz algérien jusqu’en Espagne via le Maroc, et la mise en fonctionnement de l’interconnexion électrique à travers le détroit de Gibraltar. Le premier, achevé en 1996 et conçu en plein règne de la gauche espagnole, est né de la volonté d’engager les deux pays rivaux du Maghreb dans un même projet, l’idée de départ étant que le partage d’intérêts communs amortirait leurs différends. Mais, une fois de plus, ce calcul se révélera infructueux10.

  • 11 DataInvex, « Estadísticas de inversión española en el exterior », Ministerio de Industria, Turismo (...)
  • 12 DataComex, « Estadísticas de Comercio exterior », Ministerio de Industria, Turismo y Comercio (Dat (...)
  • 13 M. Hernando de Larramendi et B. Azaola, « España, Mediterráneo y mundo árabe », in J. C. Pereira, (...)

24La création d’instruments financiers a facilité le développement des échanges commerciaux et l’installation de plusieurs centaines d’entreprises espagnoles au Maroc, en majorité des petites et moyennes entreprises (PME), en même temps que croissait le volume des investissements. Ceux-ci ont atteint entre 1993 et 2008 un total cumulé de 3 milliards d’euros, somme importante bien qu’elle ne représente que 0,5 % des investissements directs de l’Espagne à l’étranger11. Pendant cette période, l’Espagne consolide sa position de deuxième partenaire commercial du Maroc. Les exportations espagnoles vers le Maroc sont multipliées par sept entre 1995 et 2008, et les importations augmentent également. Entre 2000 et 2008, 50 % du total des exportations espagnoles vers l’Afrique du Nord sont à destination du Maroc12. L’aide officielle au développement du Maghreb connaît également une augmentation, puisqu’elle est multipliée par trois entre 1997 et 2008, le Maroc étant le premier pays bénéficiaire avec 81,3 millions d’euros en 2008, suivi par l’Algérie avec 44,5 millions, puis par les territoires sahraouis avec 23,8 millions et la Mauritanie avec 23,6 millions13.

« L’amitié conflictuelle » entre l’Espagne et le Maroc

25Si, sur le plan économique, les relations entre l’Espagne et le Maroc sont florissantes, sur le plan politique, elles sont marquées par des dissensions, dont la plus grave à ce jour est la crise de 2001-2003. Celle-ci marque une rupture avec les tentatives de normalisation des années 1990 : elle met en évidence la fragilité de relations bilatérales très sensibles à la conjoncture politique et l’insuffisance du « matelas d’intérêts partagés » tissé au cours des années précédentes. Le développement de relations de bon voisinage cesse alors d’être au centre des échanges hispano-marocains, de nouveau dominés par les contentieux.

  • 14 C’est une visite qu’il avait effectuée en tant que chef de son parti et non en sa qualité de prési (...)

26La crise couvait depuis la visite du président Aznar dans les villes de Ceuta et Melilla en janvier 2000, à la veille des élections14, et elle finit par éclater lorsque Rabat rappelle son ambassadeur à Madrid pour consultation en octobre 2001. L’absence de véritables explications quant aux motifs de cette décision plonge le gouvernement et l’opinion publique espagnole dans l’incompréhension. Cette perplexité sera exploitée par une certaine presse pour renforcer les clichés anti-marocains et le climat d’hostilité envers la France, accusée d’avoir interféré dans le fonctionnement normal des relations entre l’Espagne et le Maroc.

  • 15 Ces « questions vitales » font référence au Sahara occidental. Dans la Communauté andalouse, les a (...)

27À la suite du rappel de son ambassadeur, Rabat suspend toute une série de réunions bilatérales, y compris la réunion au sommet entre les deux chefs de gouvernement. Le 8 novembre 2001, un communiqué officiel du ministère des Affaires étrangères marocain précise que cette mesure est le « résultat de l’accumulation de plusieurs événements lamentables », et cite, entre autres, des campagnes hostiles envers le pays voisin, des « mascarades référendaires sur des questions vitales15 », « des discours publics comportant des menaces et des pressions ». Le communiqué se conclut par une plainte à l’égard des autorités espagnoles qui sont accusées d’« occulter les problèmes multiples, réels et importants accumulés au cours des derniers mois ».

  • 16 À un moment où Rabat paraissait entrevoir une solution politique qui préserverait sa souveraineté (...)

28Le Maroc est toutefois le premier à relancer le processus des relations bilatérales en tentant d’aborder des sujets sur lesquels le gouvernement espagnol a jusqu’ici refusé de dialoguer. L’échec de la négociation sur la pêche entre le Maroc et l’UE en avril 2001, question d’une importance économique limitée d’un point de vue global mais qui a un fort impact social dans les régions autonomes d’Andalousie, des Canaries et de Galice, entraîne une spirale d’interdépendances négatives qui contaminent l’ensemble des relations. Les différends sur le thème du contrôle de l’immigration illégale, la définition des espaces maritimes dans les eaux susceptibles de disposer d’hydrocarbures et la position espagnole sur la question du Sahara occidental16 alimentent une crise qui atteint son point culminant avec l’occupation par le Maroc de l’îlot Persil en juillet 2002 et le rappel de l’ambassadeur d’Espagne à Rabat.

  • 17 L’édition du journal El País du 7 mai 2004 (« Powell assure qu’il a intercédé dans le litige sur l (...)
  • 18 Sur la crise hispano-marocaine, voir. A. I. Planet et M. Hernando de Larramendi, « Maroc-Espagne : (...)

29En ramenant les questions territoriales sur le devant de la scène au moment où Madrid et Londres négocient une formule de souveraineté partagée pour Gibraltar, Rabat montre l’utilité que continuent d’avoir, en tant qu’élément de pression, les revendications sur Ceuta, Melilla et les îlots adjacents. Grâce à la médiation du secrétaire d’État américain Colin Powell17, les deux pays acceptent de revenir au statu quo antérieur en s’asseyant pour la première fois autour de la table des négociations presque dix mois après le rappel par Rabat de son ambassadeur à Madrid, sans qu’aucun des deux pays n’évoque le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération ni ne tente d’activer les mécanismes du processus de Barcelone18.

  • 19 Voir la déclaration commune hispano-marocaine du 9 décembre 2003 in C. Fibla García Sala, España-M (...)

30La normalisation des relations hispano-marocaines, encouragée par des gestes tels que la proposition de Mohamed VI, en décembre 2002, d’autoriser 64 bateaux de pêche affectés par la catastrophe écologique du pétrolier « Prestige » à pêcher dans les eaux marocaines, s’est produite de façon graduelle. Le retour à la normale des relations diplomatiques se fait attendre jusqu’en février 2003, avec le retour en poste des ambassadeurs espagnol et marocain dans les capitales des deux pays et la création de groupes de travail sectoriels (économie, société civile, migrations, politique et eaux territoriales) qui, de façon compartimentée, entament le processus de reconstruction de la collaboration bilatérale. Les attentats terroristes du 16 mai 2003 à Casablanca, dont l’une des cibles était la Maison de l’Espagne et qui ont coûté la vie à quatre Espagnols, sont mis à profit par le gouvernement Aznar qui réaffirme sa solidarité à l’égard du Maroc dans sa lutte contre le terrorisme. Le processus de coopération bilatérale se remet en route. Il avait été entravé par le refus marocain d’appliquer l’accord de réadmission des immigrants irréguliers issus de pays tiers signé en 1992. La réconciliation n’est rendue publique que lors de la Réunion de haut niveau hispano-marocaine de décembre 2003, à Marrakech : à cette occasion, les gouvernements des deux pays mettent officiellement fin à la crise avec la signature d’un accord sur le rapatriement des mineurs marocains entrés illégalement en Espagne et concèdent un important volume d’aides financières de 390 millions d’euros demandé par la Confédération espagnole d’organisations patronales19 (CEOE). Celle-ci a joué un rôle décisif dans la résolution de la crise bilatérale, la plus importante depuis la Marche Verte en novembre 1975.

  • 20 M. Hernando de Larramendi, et B. López, « Nouvel élan diplomatique au conflit du Sahara », Afkar/I (...)

31La question du Sahara occidental a continué d’interférer dans le processus de normalisation des relations diplomatiques entre l’Espagne et le Maroc. L’Espagne s’en est servie, tout comme de son rapprochement avec l’Algérie, pour faire pression sur le Maroc pendant la crise. L’entrée de l’Espagne au Conseil de sécurité en janvier 2003 oblige la diplomatie espagnole, qui avait toujours évité de jouer un rôle actif dans ce dossier, à se prononcer. Il s’agit d’une question particulièrement sensible pour Mohamed VI et sur laquelle le souverain marocain dispose du soutien ferme de la France. Lorsqu’en juillet 2003 le Conseil de sécurité, alors présidé par l’Espagne, examine le plan Baker II, le Maroc craint que, sous la pression des États-Unis et avec le consentement de l’Espagne, son application soit imposée aux parties. L’Espagne fait tout son possible pour ne pas blesser la susceptibilité du Maroc en adoptant la résolution 1495 sur laquelle repose le plan de paix, considérant que ce dernier constitue une solution politique optimale basée sur l’accord entre les parties20.

Le Maghreb, le Parti populaire et les relations transatlantiques

32La longue crise avec le Maroc de 2001-2003 a été à l’origine d’une recomposition des alliances de l’Espagne au Maghreb, axée sur le renforcement de ses relations avec l’Algérie et la mise à profit des opportunités que l’ouverture de la Libye et la découverte de pétrole en Mauritanie offrent alors aux acteurs économiques espagnols. À cause de la crise avec le Maroc, Madrid peut difficilement recourir au processus euro-méditerranéen pour stimuler les échanges entre l’Espagne et le Maghreb. La « priorité méditerranéenne » n’a pas disparu du discours diplomatique, mais elle a été affaiblie par la concurrence d’autres zones géographiques, telles que l’Asie, et par l’échec des efforts diplomatiques au Moyen-Orient.

33C’est dans ce contexte que le Parti populaire, alors au pouvoir pour un deuxième mandat consécutif (2000-2004), tente de jouer un rôle sur la scène internationale en resserrant les liens de l’Espagne avec les États-Unis, au point d’affecter les axes traditionnels de la politique étrangère espagnole, subordonnés à cette nouvelle ligne prioritaire. Au cours de cette période, l’Espagne n’a jamais sérieusement tenté d’exercer une influence auprès des institutions européennes pour mobiliser des ressources communautaires en faveur d’un espace économique euro-maghrébin. Elle n’a pas profité des débats autour de la Politique européenne de voisinage (PEV) pour promouvoir l’intégration du Maroc ou du Maghreb. Pourtant, elle tenait là l’occasion de retrouver l’image de défenseur des intérêts maghrébins devant Bruxelles qu’elle s’était forgée à la fin des années 1980 et au début des années 1990.

  • 21 E. Barbé, « La política europea de España 2003-2004 », Working Paper, no 59, Observatori de Políti (...)

34L’un des axes stratégiques à l’origine de la nouvelle approche du président Aznar est le suivant : le chef du gouvernement espagnol est parti du principe que le renforcement de la position de l’Espagne sur la scène internationale passait par l’abandon de la subordination à la France, considérée comme un fardeau limitant la marge de manœuvre du pays à l’échelle européenne et internationale21. Ce faisant, le président Aznar rompt avec une tradition datant de l’entrée de l’Espagne dans le club européen : jusqu’ici, l’Espagne adhérait à l’analyse française de la région maghrébine en matière de stabilité et coordonnait ses initiatives avec celles de la France avant de les soumettre aux instances communautaires, les deux pays partageant la même crainte de voir l’UE déplacer ses intérêts vers l’est de l’Europe au détriment des pays du sud de la Méditerranée. Bien que Paris et Madrid aient toujours rivalisé pour se présenter, devant les instances de Bruxelles, comme l’interlocuteur privilégié de ces pays, la collaboration franco-espagnole était monnaie courante sous les gouvernements socialistes.

  • 22 « Perejil » en espagnol et « Layla » en arabe.
  • 23 C. Yárnoz, « Francia bloquea una nota de la UE en favor de España para no dañar las relaciones con (...)

35La méfiance du gouvernement Aznar envers Paris s’est accentuée pendant la crise hispano-marocaine de 2001-2003. Au moment de l’incident de l’îlot Persil22, la France a joué un rôle décisif dans le blocage d’un communiqué de soutien de l’UE à l’égard de l’Espagne à la suite de l’action militaire entreprise par les troupes d’élite espagnoles pour reprendre le contrôle de l’îlot23.

36La position française dans cette affaire a contribué à renforcer, au sein du gouvernement espagnol, la thèse selon laquelle le cadre européen ne lui est d’aucune utilité pour défendre les intérêts territoriaux de l’Espagne en Afrique du Nord ; le renforcement des liens transatlantiques avec les États-Unis lui paraît une bien meilleure option. Le recours à la médiation du secrétaire d’État américain C. Powell lors de la crise de l’îlot Persil est une parfaite illustration de ce changement de cap. Pour le gouvernement Aznar, dans le monde unipolaire de l’après-11-Septembre, il est nécessaire que l’Espagne donne la priorité à la dimension transatlantique de sa politique étrangère, seule à même de la faire peser sur la scène internationale et de lui accorder les appuis nécessaires face à d’éventuelles crises avec le Maroc.

37La médiation américaine dans l’affaire de l’îlot Persil indique que Washington, de son côté, privilégie la préservation de la sécurité régionale au-delà des conflits bilatéraux qui opposent ses partenaires. Toutefois, son intervention constitue un précédent pour les disputes territoriales à venir entre l’Espagne et le Maroc autour de Ceuta et Melilla, que Mohamed VI revendiquera de nouveau dans son discours du 30 juillet 2002 à l’occasion de la fête du Trône.

Les gouvernements de José Luis Zapatero et la recherche de relations privilégiées avec le Maroc

38La normalisation des relations avec le Maroc, prévue dans le programme du PSOE en vue des élections de 2004, devient une des priorités de la politique étrangère du gouvernement socialiste après sa victoire imprévue. En outre, les attentats terroristes du 11 mars 2004 qui ont frappé Madrid, et à la suite desquels une majorité de Marocains ont été arrêtés, renforcent la conviction que la réactivation des relations avec le Maroc est primordiale pour assurer la sécurité du pays.

39Le rétablissement de la confiance perdue devient le premier objectif du gouvernement socialiste en vue de développer de nouveaux liens avec le pays voisin. Après avoir réaffirmé son engagement européen et multilatéraliste et ainsi corriger le virage atlantiste du gouvernement précédent, J. L. Zapatero mentionne expressément le Maroc lors de son discours d’investiture, en affirmant qu’il mérite une « attention préférentielle ». La réponse du Maroc ne se fait pas attendre. Mohamed VI envoie à J. L. Zapatero un télégramme dans lequel il appuie le projet de création d’une « association stratégique » entre les deux pays et propose au chef du gouvernement espagnol de lutter conjointement contre l’intégrisme et le terrorisme.

L’ambiguïté de la position espagnole sur la question du Sahara occidental

  • 24 Plan anual de cooperación internacional (PACI), Agencia española des cooperación internacional par (...)

40Le rétablissement du climat d’entente bilatérale favorise le développement de nouvelles relations dont l’un des pivots sera le renversement de la position espagnole sur le conflit du Sahara occidental qui dure depuis trente ans. Le gouvernement Zapatero voit dans la poursuite de ce dernier l’obstacle principal à l’avancement de la construction d’un Maghreb uni, objectif clé pour faire face aux défis sécuritaires, migratoires et énergétiques et pour éviter qu’Al-Qaïda ou d’autres groupes terroristes islamistes ne renforcent leur présence dans cette zone à proximité du Sahel. Le gouvernement espagnol estime donc qu’il ne peut plus continuer à s’abriter derrière un statu quo préjudiciable aux intérêts nationaux et parie sur une implication active dans la recherche d’une solution négociée. La position espagnole n’est pas exempte d’ambiguïté puisque le gouvernement espagnol tient à maintenir le dialogue avec toutes les parties impliquées dans le conflit, convaincu que toute solution politique est vouée à l’échec si l’une des parties s’y oppose. Autrement dit, l’organisation d’un référendum dans ces circonstances pourrait déstabiliser la région s’il n’y a pas d’accord préalable entre les parties. De ce fait, la diplomatie espagnole appuie la recherche de nouvelles formules basées sur un accord bilatéral entre le Maroc et le Front Polisario et « accueille avec intérêt » la proposition marocaine d’une autonomie pour le territoire présentée aux Nations unies en avril 2007, la qualifiant « d’élément novateur, d’un intérêt indubitable, […] qui pourrait permettre de relancer le dialogue pour surmonter l’impasse actuelle ». Le gouvernement espagnol soutient les cinq tours de négociations directes entre les parties qui se tiendront à Manhasset à partir de juillet 2007 sous l’égide de l’ONU. La marge de manœuvre de l’Espagne dans cette affaire est limitée du fait de l’existence, au sein de la société espagnole, d’un vaste courant de solidarité avec le Front Polisario. Pour contrecarrer l’impact négatif que ce virage « pragmatique » de la politique espagnole risque d’avoir sur un vaste pourcentage de l’opinion, le gouvernement augmente sensiblement l’aide humanitaire destinée aux campements de réfugiés de Tindouf, qui passe de 3,1 millions d’euros en 2004 à 5,3 millions l’année suivante24.

41Mais l’ambiguïté de la position espagnole dans le dossier du Sahara occidental apparaît dans toute sa dimension en novembre 2009, avec l’affaire Aminatou Haidar, une militante sahraouie pour l’indépendance qui est expulsée par les autorités marocaines depuis Laâyoune vers les Canaries, où elle entame une grève de la faim qui durera plus d’un mois. L’attitude des autorités espagnoles dans cette affaire suscite une vive opposition de la part de l’opinion publique espagnole et met le gouvernement socialiste au bord de la rupture avec Rabat, qui finit par accepter le retour de la Sahraouie grâce à l’intervention des États-Unis et de la France. Par la suite, la nomination comme ambassadeur du Maroc à Madrid d’Ahmed Ould Souilem, un Sahraoui revenu peu avant des camps de réfugiés, est interprétée comme une réaffirmation par Rabat du caractère marocain du Sahara, en réponse au soutien de l’opinion publique espagnole au Front Polisario. Toutefois, compte tenu des doutes suscités par cette nomination dans les milieux internationaux, le nouvel ambassadeur ne rejoindra son poste qu’en janvier 2011, soit 11 mois plus tard.

L’entente hispano-marocaine dans le secteur de la sécurité

  • 25 Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti.

42L’un des domaines où l’entente bilatérale entre l’Espagne et le Maroc est la plus manifeste est celui de la sécurité, avec la création de mécanismes d’échange d’informations utiles pour la lutte contre le terrorisme, l’intensification de la coopération en matière judiciaire et la création de patrouilles mixtes dans le détroit de Gibraltar et dans les eaux du Sahara occidental pour lutter contre l’immigration clandestine. En matière de défense, la collaboration s’est concrétisée par l’envoi en Haïti d’une force conjointe de deux cents militaires chargée de participer à la stabilisation et à la reconstruction du pays dans le cadre de la MINUSTAH25. Les reproches incessants que les gouvernements Aznar adressaient au Maroc au sujet de son manque de collaboration dans la lutte contre l’immigration illégale sont de l’histoire ancienne ; désormais, Rabat est cité en exemple pour sa coopération en la matière. L’implication marocaine dans le renforcement du contrôle des frontières via une augmentation des effectifs le long des côtes du Sahara occidental a contribué, en 2006, à déplacer la pression migratoire vers la Mauritanie et le Sénégal.

  • 26 M. Hernando de Larramendi et F. Bravo, « La frontière hispano-marocaine à l’épreuve de l’immigrati (...)

43La solidité de la coopération hispano-marocaine est toutefois mise à l’épreuve en automne 2005, lorsque plusieurs centaines d’immigrants subsahariens tentent de franchir par vagues successives les clôtures frontalières de Ceuta et Melilla alors que l’Espagne et le Maroc sont en pleine réunion au sommet. Devant l’émoi de l’opinion publique espagnole, le gouvernement déploie des troupes le long de la frontière et demande la collaboration des autorités marocaines, inquiet des méthodes peu respectueuses des droits de l’homme employées par le gouvernement marocain pour gérer la crise sur son territoire26. En signe de bonne volonté, le gouvernement marocain applique à titre exceptionnel l’accord de réadmission signé en 1992 et accepte le rapatriement de certains immigrants subsahariens. Au final, cette crise migratoire n’a pas contaminé les relations bilatérales ; elle a au contraire été utilisée par le gouvernement espagnol pour renforcer sa coopération avec le Maroc, qui cesse d’être exclusivement un pourvoyeur d’immigrants pour devenir un pays de transit et de destination de citoyens subsahariens.

Le cadre européen : un outil mis à profit pour favoriser les relations hispano-marocaines

44Le gouvernement espagnol tente parallèlement d’européaniser la politique migratoire, en promouvant une « approche globale » de l’immigration, cette question exigeant une réponse concertée de l’UE en coordination aussi bien avec les pays d’origine qu’avec les pays de transit. C’est dans cet esprit que se tient en juillet 2006 à Rabat une Conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement, organisée conjointement par l’Espagne et le Maroc. Le gouvernement espagnol souhaite mettre à profit cette rencontre pour souligner le besoin de coordonner les politiques d’immigration et de développement avec le continent africain, devenu une nouvelle priorité de la politique étrangère espagnole.

45Le gouvernement espagnol a aussi tenté de tirer profit des opportunités qu’offre le cadre européen pour stimuler ses relations avec Rabat. Le Maroc qui, déjà dans les années 1980, avait demandé son adhésion à la CEE, souhaite depuis lors la création d’un cadre spécial et différencié pour ses relations avec Bruxelles qui lui permette de préserver et d’intensifier ses échanges avec l’Europe dont il dépend commercialement. Le gouvernement Zapatero essaie alors de reprendre le rôle de défenseur des intérêts marocains que l’Espagne avait tenu avec succès sous les mandats de F. González pendant le processus de renouvellement des relations avec la Méditerranée, lequel avait abouti au lancement du processus de Barcelone en 1995. C’est dans ce cadre qu’il faut situer le rôle actif de la diplomatie espagnole, en collaboration avec celles de la France et du Portugal, en faveur des aspirations du Maroc à disposer d’un cadre spécial pour ses relations avec l’UE. Le « statut avancé » est finalement accordé à ce dernier en octobre 2008 ; il est présenté comme une « feuille de route » qui doit permettre au Maroc, dans les prochaines années, d’approfondir et de renforcer ses relations avec l’UE sans en devenir membre. Pendant sa présidence semestrielle de l’UE, le gouvernement espagnol a organisé, en mars 2010 à Grenade, le premier sommet Maroc-UE chargé d’avancer dans cette direction.

46Malgré les progrès réalisés en matière de bon voisinage, les relations entre l’Espagne et le Maroc demeurent fragiles. La persistance de certains sujets tabous, en particulier les revendications territoriales marocaines, est une véritable épée de Damoclès qui menace le maintien de relations dont l’intensité varie déjà selon les périodes, en y introduisant un élément d’instabilité potentielle. En témoignent les crises bilatérales surgies en novembre 2007 après la visite du couple royal espagnol à Ceuta et Melilla (la première depuis l’adoption de la Constitution espagnole en 1978), puis lors de l’été 2010 à la frontière de Melilla, à la suite d’allégations de mauvais traitements que la police frontalière aurait infligés à des citoyens marocains. Sans oublier les deux crises liées au Sahara occidental provoquées par le soutien de l’opinion publique espagnole d’abord à A. Haidar en novembre-décembre 2009, puis aux réfugiés du campement de Gdeim Izik à Laâyoune en novembre-décembre 2010, qui ont donné lieu à un véritable choc institutionnel et d’opinion entre le Maroc et l’Espagne.

Lenjeu énergétique, le Sahara et la sécurité au centre des relations hispano-algériennes

Les relations énergétiques hispano-algériennes : entre coopération et tensions

47La crise politique algérienne des années 1990 a mis la question énergétique au centre des relations hispano-algériennes. Cependant, la crainte d’une interruption de la fourniture de gaz en provenance d’Algérie ne s’est pas traduite par la conception et la mise en œuvre d’une politique énergétique claire à l’égard de celle-ci.

48Inquiet de l’impact d’une possible victoire électorale du Front islamique du salut (FIS) sur l’approvisionnement de l’Espagne en énergie, Jorge Dezcallar de Mazarredo, alors à la tête de la direction du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord du ministère des Affaires étrangères, rencontre en 1990 un des dirigeants du FIS, Abbasi Madani. Celui-ci tranquillise le diplomate espagnol en affirmant que « l’énergie est le sang qui court dans les veines de l’Algérie ». Le déchaînement de la guerre civile en Algérie après le coup d’État de janvier 1991 n’affecte pas la construction du gazoduc Maghreb-Europe qui entre en fonctionnement en janvier 1996. Celui-ci, baptisé du nom emblématique du pionnier des relations énergétiques hispano-algériennes, Duran Farrell, connecte les gisements d’Hassi R’Mel au réseau national espagnol, et consolide la position de l’Algérie en tant que principal fournisseur d’énergie de l’Espagne.

  • 27 B. López García et M. Hernando de Larramendi, « Spain and North Africa : Towards a “Dynamic Stabil (...)
  • 28 I. Moré, « El imprescindible eje Madrid-Argel », ARI, no 61, 2 octobre 2002, disponible sur Realin (...)

49Face au conflit interne algérien, les différents gouvernements socialistes de F. González adoptent une position prudente. L’appui au régime est accompagné d’appels au dialogue politique et au respect des droits de l’homme. Ce faisant, la diplomatie espagnole s’abrite derrière les positions concertées de l’UE pour ne pas mettre en péril ses intérêts, principalement énergétiques. À la différence d’autres pays tels que la France, l’Espagne maintient ses représentations diplomatiques et consulaires en Algérie, ainsi que les centres de l’Institut Cervantès à Alger et à Oran. Par la suite, et face à l’intensification du climat de violence, en particulier en 1997 et 1998, le gouvernement du Parti populaire, arrivé au pouvoir en 1996, se montre partisan d’une solution politique qui inclurait toutes les parties prenantes, y compris les islamistes27. Il est probable que la crainte d’une escalade de la violence en Algérie ait joué un rôle dans la promulgation de la loi sur les hydrocarbures approuvée en octobre 1998 par le parlement espagnol, qui interdit qu’un seul pays puisse fournir plus de 60 % du gaz naturel consommé en Espagne28.

  • 29 Initiative de la compagnie espagnole d’hydrocarbures REPSOL pour créer un Davos méditerranéen.
  • 30 A. Mañé Estrada, « Argelia : ¿ Retorno al nacionalismo energético ? », ARI, no 102, 19 septembre 2 (...)

50Avec l’élection d’Abdelaziz Bouteflika en 1999, la confiance dans les relations hispano-algériennes commence à revenir grâce à deux événements significatifs : d’un côté la venue à deux reprises du chef de l’État algérien en Espagne, avant même sa visite en France en juillet 2001, en tant qu’invité d’honneur du Forum Formentor29, et de l’autre l’élaboration en 2001 en Algérie d’un projet de loi controversé sur les hydrocarbures, très ouvert et généreux avec les intérêts étrangers30.

51Grâce au Forum Formentor, A. Bouteflika établit d’étroites relations personnelles avec le président du gouvernement José María Aznar, qui lui rend visite l’année suivante. Il est le premier chef de gouvernement européen à se rendre en Algérie depuis la fin de « l’embargo moral » auquel le pays avait été soumis pendant la décennie précédente. Cet accord bilatéral se concrétise par la signature en mars 2002 d’un accord de reconversion de la dette en investissements pour une valeur de 44 millions de dollars ; en avril, A. Bouteflika signe, en marge de la conférence euro-méditerranéenne de Valence (en Espagne), un accord d’association avec l’UE, en présence du président du gouvernement espagnol qui a expressément fait le déplacement pour assister à l’événement ; en juin est signé un protocole sur la circulation des personnes qui prévoit la réadmission des immigrants illégaux algériens ; en octobre, au moment de la visite officielle d’A. Bouteflika en Espagne, le Traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage est finalement signé.

  • 31 I. Moré, « España profundiza su dependencia energética de Argelia », ARI, no 86, 7 octobre 2002.
  • 32 A. Mañé Estrada et A. Lorca Corrons, « África del Norte ; su importancia geopolítica en el ámbito (...)
  • 33 Voir le site de la société Medgaz Medgaz.com

52Quelques jours auparavant, le gouvernement espagnol avait adressé à l’Algérie un message de conciliation en approuvant le plan énergétique 2002-2011 qui entérine le moratoire nucléaire et vise à faire du gaz naturel et des énergies renouvelables respectivement la deuxième et la troisième source d’énergie du pays, en lieu et place du charbon et de l’énergie nucléaire. Selon ce plan, l’Algérie assurerait non plus 15 % mais environ 30 % de l’approvisionnement énergétique de l’Espagne31. Cet objectif nécessite une profonde transformation des relations entre l’Espagne et l’Algérie dans le secteur de l’énergie ; de nouveaux types d’alliance tendant à l’intégration voient le jour, couvrant toutes les étapes depuis l’exploitation des gisements algériens jusqu’à la regazéification et la commercialisation en Espagne, et probablement dans l’UE. De ce point de vue, ces années représentent un point d’inflexion dans les relations énergétiques hispano-algériennes : on passe des contrats traditionnels de transport et de fourniture à la conception de projets mixtes et intégrés. Ainsi, c’est à cette époque que naissent les alliances de la Sonatrach avec les entreprises espagnoles Iberdrola, Union Fenosa et Endesa, qui donneront lieu à des projets comme celui de Reganosa ou de Sagunto32. Ces projets, d’une certaine façon, associent la participation de ces compagnies, conjointement avec les compagnies espagnoles CEPSA et Gas Natural, au projet de construction du gazoduc MEDGAZ entre Oran et Almeria pour un coût avoisinant 1,3 milliard d’euros33. Ce rapprochement entre les opérateurs espagnols et l’entreprise algérienne Sonatrach est avant tout dû au changement de la législation pétrolière algérienne, plutôt qu’à l’approbation du plan énergétique espagnol 2002-2011.

  • 34 Lors de la troisième Réunion de haut niveau en décembre 2006, le président Bouteflika, au moment d (...)
  • 35 Secretaría de Estado de Comercio, ROECEX (Red de Oficinas Económicas y Comerciales de España en el (...)

53Après la victoire des socialistes en 2004, les relations avec l’Algérie sont moins commodes que durant les deux mandats du Parti populaire. La priorité accordée à la normalisation des relations avec le Maroc et le soutien de l’exécutif espagnol au projet d’une « solution politique négociée et acceptée » dans le dossier du Sahara occidental ont interféré dans les relations hispano-algériennes34, révélant les difficultés des gouvernements espagnols à mettre sur pied une politique maghrébine globale capable de favoriser le processus d’intégration régionale, pourtant considéré comme un facteur clé du développement et de la stabilité de la région. Toutefois, la volonté espagnole de diversifier ses relations avec l’Algérie à travers un « partenariat stratégique à fort contenu économique » entraîne une accélération des investissements directs espagnols. Pendant la dernière décennie, les entreprises espagnoles représentaient 12 % du stock cumulé des investissements étrangers en Algérie, plaçant l’Espagne à la troisième place derrière les États-Unis et le Royaume-Uni35. La composante essentielle des investissements continue d’être le secteur énergétique, bien que les contentieux entre la Sonatrach et les entreprises espagnoles ayant des intérêts en Algérie aient terni depuis 2007 les relations bilatérales.

  • 36 « Gas Natural debe pagar 1.450 millones a Sonatrach », El País, 2 octobre 2010.
  • 37 A. Mañé, « L’intégration du gaz algérien dans le système énergétique espagnol », Confluences Médit (...)

54Ces différends ont eu des répercussions sur le prix du gaz naturel transporté par la compagnie espagnole Gas Natural au moyen du gazoduc Maghreb-Europe. L’un d’eux portait sur la « clause de bouleversement », invoquée par l’entreprise d’État algérienne pour augmenter le prix du gaz exporté vers l’Espagne compte tenu de l’envolée des cours pétroliers – sur lesquels sont indexés les prix du gaz (durant l’été 2008, le prix du baril de pétrole avait atteint un pic de 147 dollars). Les parties ont décidé de porter l’affaire devant la Cour d’arbitrage de Paris qui a rendu son jugement en septembre 2010, condamnant l’entreprise espagnole à payer à la Sonatrach la somme de 1,97 milliard de dollars36. Un autre contentieux a opposé REPSOL et la Sonatrach, dans le cadre de leur projet d’exploitation conjointe des gisements de Gassi Touil, signé en 2004 dans un climat d’entente entre les deux pays. Le contrat d’exploitation du gisement répondait à une conception globale de la collaboration entre les deux entreprises, depuis l’extraction jusqu’à la commercialisation du gaz naturel37. La composition de l’actionnariat de l’entreprise constituée pour la construction d’un second gazoduc entre les deux pays – MEDGAZ, consortium dans lequel Gas Natural aspirait à entrer – ainsi que le refus des autorités du secteur énergétique espagnol d’accorder à la Sonatrach le droit de commercialiser directement le gaz naturel sur le marché ibérique, en concurrence avec les opérateurs nationaux, ont été des éléments de friction.

55Dans ce contexte, il est difficile de savoir quelle direction prendront les relations hispano-algériennes. Si l’on considère le secteur énergétique, les tensions constantes entre les entreprises espagnoles et l’entreprise algérienne Sonatrach depuis quelques années constituent un phénomène nouveau. Au-delà d’un désaccord sur les prix, les coûts et les participations actionnariales, elles reflètent le mécontentement de la Sonatrach et du gouvernement algérien face à une politique énergétique espagnole qui ne s’est pas montrée favorable à l’entrée de l’entreprise algérienne sur le marché espagnol ou européen en échange de concessions et de contrats en Algérie.

La coopération hispano-algérienne dans le domaine de la sécurité

  • 38 L. Feliú, « España y el Magreb durante el segundo mandato del Partido Popular : un período excepci (...)

56Les attentats terroristes du 11-Septembre ont rapproché les deux pays face à la « grande menace du terrorisme ». C’est en ces termes que s’est exprimé le président Aznar lors de la Réunion de haut niveau en novembre 2003, en rappelant que l’Algérie comme l’Espagne avaient longtemps réclamé la solidarité d’autres pays dans la lutte contre le terrorisme. Déjà en 2001, l’échange d’informations avait facilité le démembrement en Espagne d’une cellule du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC). Malgré les différences de conception du terrorisme entre Madrid et Alger et leurs divergences à propos de l’invasion de l’Irak, l’Algérie se voit qualifiée de « partenaire stratégique de l’Espagne ». À travers cette déclaration, le gouvernement espagnol envoie un message en direction de Rabat, lui signifiant qu’aucun partenaire n’est irremplaçable – à cette époque, les relations hispano-marocaines traversent une crise profonde. On assiste ainsi, dans la pratique, à un retour à la vieille stratégie d’équilibres alternatifs basée sur la recherche de l’appui du principal rival de Rabat dans la région dans les moments de tension avec le Maroc38. La question du Sahara occidental est aussi utilisée par le gouvernement espagnol pour marquer son rapprochement avec Alger : il soutient le plan Baker II alors que celui-ci vient d’être catégoriquement rejeté par Rabat.

57La coopération avec l’Algérie en matière sécuritaire englobe non seulement le développement d’instruments juridiques (accord d’extradition, convention de coopération pour renforcer la collaboration policière dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé), mais aussi la coopération policière contre l’immigration illégale en provenance d’Algérie. Le gouvernement espagnol n’a cependant pas réussi à convaincre Alger d’adhérer à son approche globale de la question migratoire. Cette initiative, lancée conjointement avec le Maroc après les événements de Melilla en 2005, est rejetée par l’Algérie qui ne participe pas à la Conférence sur les migrations et le développement organisée par l’Espagne conjointement avec le Maroc en juillet 2006 à Rabat. Autre sujet source de différends : la gestion des enlèvements perpétrés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). L’inquiétude partagée face aux problèmes de sécurité au Sahel, accrue après l’enlèvement de trois coopérants espagnols en Mauritanie, n’a pas empêché l’émergence de désaccords sur des questions telles que le versement de rançons pour la libération des otages, catégoriquement rejeté par l’Algérie.

Les relations de l’Espagne avec la Libye, la Mauritanie et la Tunisie

58Dans ses échanges avec le Maghreb, l’Espagne a laissé la Libye, la Tunisie et la Mauritanie en arrière-plan de la scène diplomatique et politique, bien que les crises cycliques avec le Maroc associées à l’importance croissante des questions de sécurité et de lutte contre l’immigration clandestine aient contribué à revaloriser le rôle de certains de ces pays.

Les relations hispano-libyennes

  • 39 Le 21 décembre 1988, l’explosion d’un Boeing 747 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Écosse, f (...)
  • 40 C’est un homme politique espagnol, le président de la Communauté autonome de Galice, Manuel Fraga (...)

59Les relations de l’Espagne avec la Libye, à caractère essentiellement commercial et énergétique, ont été affectées par l’isolement international de Tripoli pendant les années 1990 en raison de son implication dans des actes de terrorisme international. Bien que la diplomatie espagnole ait défendu – sans succès – la participation de la Libye au processus de Barcelone, elle ne s’est pas démarquée de la politique de l’UE envers le régime du colonel Kadhafi. À partir de 1998, lorsque l’affaire Lockerbie39 entre en phase de négociation, la diplomatie espagnole prend la tête du processus de normalisation en multipliant les visites officielles (déplacements d’hommes politiques et de diplomates espagnols) en Libye40.

60Après les attentats du 11-Septembre, l’Espagne tient un rôle discret mais actif dans la normalisation des relations entre Londres, Washington et Tripoli, le régime du colonel Kadhafi ayant accepté d’abandonner son programme d’armes de destruction massive et renouvelé son engagement dans la lutte contre le terrorisme international. L’Espagne met à profit son absence de contentieux sérieux avec la Libye – à la différence de l’Italie, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la France et des États-Unis – pour servir d’intermédiaire entre les États-Unis et la Libye, en faisant circuler de nombreux messages et en accueillant sur son territoire des négociations secrètes entre les services secrets libyens et l’administration américaine.

  • 41 En 2007, l’Espagne importe pour 2,5 milliards de dollars d’hydrocarbures et de produits dérivés es (...)

61Le gouvernement de J. M. Aznar met de côté ses réticences à traiter avec un régime impliqué dans des actes terroristes pour privilégier les opportunités économiques que l’ouverture du marché libyen fournit aux entreprises espagnoles, contribuant ainsi à réduire le déséquilibre commercial entre les deux pays41. Le président Aznar est le premier leader européen à se rendre en visite officielle en Libye, en septembre 2003, après la levée des sanctions internationales imposées par l’ONU ; une délégation de chefs d’entreprise l’accompagne.

  • 42 Oficina Económica y Comercial de España à Tripoli, « Informe económico y comercial. Libia », juin (...)
  • 43 Cette crise avait été déclenchée à la suite de l’arrestation à Genève, en juillet 2008, d’Hannibal (...)

62Après son arrivée au pouvoir en 2004, J. L. Zapatero poursuit les efforts de son prédécesseur pour intensifier les relations commerciales de l’Espagne avec la Libye et tente de renforcer la coopération bilatérale en matière de sécurité, notamment dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ou l’immigration irrégulière. C’est en décembre 2007 que le colonel Kadhafi effectue une première visite officielle en Espagne à l’occasion de laquelle il signe un accord pour la protection et la promotion réciproque des investissements, le terrain étant dégagé pour la construction d’ouvrages civils et d’infrastructures. En janvier 2009, le roi d’Espagne lui rend la politesse, accompagné d’une importante délégation d’hommes d’affaires, et réussit à résoudre le problème de la dette libyenne accumulée auprès de certaines entreprises espagnoles depuis les années 196042. En juin 2010, le chef du gouvernement espagnol se rend à son tour en Libye, peu après la résolution de la crise des visas43 entre Tripoli et Berne.

63Le principal bénéficiaire du rapprochement entre les deux pays est la compagnie espagnole REPSOL, qui augmente ses licences d’exploration et de production de pétrole avec des réserves estimées à 765 millions de barils, qui sont garanties jusqu’en 2032 en vertu d’une convention signée avec la Compagnie nationale du pétrole de Libye.

Les relations hispano-mauritaniennes

  • 44 M. Hernando de Larramendi et A. I. Planet, « España y Mauritania : Sáhara, pesca, inmigración y de (...)

64L’Espagne s’intéresse à la Mauritanie en raison de sa proximité géographique avec les îles Canaries et de sa frontière commune avec le Sahara occidental. Dans un premier temps, les relations entre les deux pays sont conditionnées par les avatars de la décolonisation de ce dernier, puis elles commencent à se diversifier après l’adhésion de l’Espagne à la CEE en 1986. Cependant, ce ne sont pas les aspects économiques liés à la pêche ni les intérêts commerciaux qui ont poussé l’Espagne à renforcer ses relations bilatérales avec Nouakchott. C’est surtout la lutte contre l’immigration illégale au départ des côtes mauritaniennes et à destination de l’Europe via les îles Canaries qui a contribué à renforcer le caractère prioritaire des relations diplomatiques avec la Mauritanie44. Depuis le durcissement des dispositifs de lutte contre l’immigration illégale dans le détroit de Gibraltar en 2000, les itinéraires utilisés par les migrants subsahariens pour atteindre l’Europe se sont déplacés vers le Sahara occidental et le golfe de Guinée.

  • 45 Plan Anual de Cooperación Internacional (PACI), op. cit. [24], p. 105.

65La pression migratoire a connu un pic en 2006 : entre janvier et octobre, 11 000 migrants clandestins arrivés aux îles Canaries dans des pirogues sont interceptés et rapatriés en Mauritanie, mettant à l’épreuve l’accord migratoire signé entre les deux pays en 2003. L’impulsion donnée à la coopération dans la lutte contre l’immigration clandestine se traduit par une collaboration de l’Espagne à la formation des forces de sécurité mauritaniennes, la construction d’un nouveau centre d’accueil des migrants à Nouadhibou et la réalisation de patrouilles conjointes dans les eaux de l’océan Atlantique. Parallèlement, la Mauritanie, pays charnière entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, est déclaré pays prioritaire dans le cadre du plan Afrique élaboré en 2006, et les fonds consacrés à la coopération au développement augmentent considérablement45, passant de 9,2 millions d’euros en 2004 à 23,8 millions en 2008.

66L’instabilité politique en Mauritanie a été un sujet d’inquiétude pour les différents gouvernements espagnols, car ils craignent les effets négatifs que cette situation peut avoir sur la coopération bilatérale dans les secteurs de la pêche et de la gestion des flux migratoires. Même si l’Espagne a condamné les tentatives de putsch qui ont secoué le pays, elle finit par adopter une attitude pragmatique pour préserver le maintien de la coopération bilatérale en matière de sécurité. Après le coup d’État de 2005, l’Espagne soutient le modèle de processus de transition lancé par le colonel Ely Ould Mohamed Vall. L’appui espagnol devient manifeste avec la signature d’un Traité d’amitié et de bon voisinage entre les deux pays en juillet 2008, quelques jours avant qu’un nouveau coup d’État ne porte à la présidence le général Mohamed Ould Abdelaziz. Le gouvernement espagnol adopte une position « constructive » dans le cadre de l’UE en se démarquant des positions plus radicales défendues par d’autres pays comme la France, qui a interrompu ses projets de coopération pour le développement sauf dans le domaine de l’aide humanitaire. Le choix tactique espagnol s’est avéré très utile pour obtenir la collaboration des autorités mauritaniennes en vue de la libération des trois coopérants espagnols enlevés en décembre 2009 par AQMI en territoire mauritanien.

Les relations hispano-tunisiennes

  • 46 B. López García et M. Hernando de Larramendi, op. cit. [27], p. 181-182.

67L’Espagne entretient peu de relations avec la Tunisie, malgré la signature en octobre 1995 d’un Traité d’amitié, de coopération et de bon voisinage. Le dialogue politique a été maintenu avec régularité, sans toutefois soulever dans les forums bilatéraux la question de la détérioration de la situation des droits de l’homme en Tunisie. Lors des sessions du conseil d’association, la diplomatie espagnole a joué un rôle de médiateur face à l’Allemagne et d’autres pays du nord de l’Europe partisans de l’application de clauses conditionnelles liées au respect des droits de l’homme et des libertés publiques pour l’attribution de fonds MEDA46. La coopération hispano-tunisienne concerne surtout le secteur économique et commercial, avec une augmentation régulière des exportations espagnoles vers la Tunisie et une balance commerciale positive pour l’Espagne.

68Depuis la fin 2010, un nouveau chapitre des relations entre l’Espagne et le Maghreb s’est ouvert. Tout d’abord, le 7 octobre 2010, s’est opéré au sein du gouvernement Zapatero un changement de ministre des Affaires étrangères : Trinidad Jiménez a pris la suite de Miguel Angel Moratinos. La nouvelle ministre a un profil éloigné de celui de son prédécesseur, diplomate doté d’une bonne connaissance du Moyen-Orient et du Maghreb. Femme politique de profession, responsable de politique étrangère au PSOE, T. Jiménez a surtout orienté son action vers l’Amérique latine, notamment lorsqu’elle était secrétaire d’État entre 2002 et 2004. Les violents événements survenus au Sahara occidental après le démantèlement par les autorités marocaines, début novembre 2010, du camp de protestation de Gdeim Izik près de Laâyoune l’ont prise au dépourvu et ont engendré une nouvelle crise entre l’Espagne et le Maroc. L’opposition entre l’attitude prudente du gouvernement espagnol et la radicalisation de l’opinion publique qui exigeait une condamnation du Maroc pour la violence de sa répression contre les Sahraouis, a atteint son paroxysme lors de la campagne de mobilisation lancée par le gouvernement marocain : initialement dirigée contre les médias espagnols et le Parti populaire pour leurs positions en faveur de l’entité sahraouie, elle a fini par viser aussi le gouvernement socialiste après le vote à l’unanimité au parlement d’une motion en faveur du renforcement du dialogue avec le Front Polisario, considéré comme le « représentant légitime des Sahraouis ».

  • 47 Envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara occidental.

69Depuis, la ministre des Affaires étrangères n’a eu de cesse de marteler l’appui du gouvernement espagnol aux thèses officielles marocaines sur le Sahara occidental. Lors de sa visite à Washington en janvier 2011, au cours de ses entretiens avec Hillary Clinton, Ban Ki Moon et Christopher Ross47, elle a insisté sur la volonté de l’Espagne de réactiver le rôle du groupe des amis du Sahara occidental (qui réunit les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, la France et l’Espagne) pour trouver une solution au conflit ; elle a également loué les réformes politiques mises en œuvre par le Maroc, l’érigeant en exemple et l’opposant à la Tunisie alors en proie à un soulèvement populaire qui a mis fin au régime de Ben Ali.

  • 48 Cette loi faisait suite à la venue en Espagne d’une délégation d’associations tunisiennes de défen (...)

70Le gouvernement espagnol s’est montré tout aussi prudent face aux événements survenus en Tunisie et plus tard en Égypte. D’abord silencieux, il a ensuite manifesté un timide soutien au processus de démocratisation réclamé haut et fort par les peuples tunisien et égyptien, puis le président Zapatero a finalement insisté sur la nécessité de procéder à une transition dans l’ordre et la paix, opérant ainsi un revirement spectaculaire après avoir soutenu, quelques mois auparavant, lors de la présidence espagnole de l’UE pendant le premier semestre 2010, l’octroi à la Tunisie de Ben Ali d’un statut avancé similaire à celui du Maroc, et ce en dépit de l’adoption par le gouvernement tunisien d’une loi permettant d’emprisonner ceux qui diffuseraient une image négative du pays à l’extérieur48. En ce qui concerne la Libye, l’Espagne soutient les rebelles ; elle a approuvé l’ONU dans sa décision de créer une zone d’exclusion aérienne au-dessus du pays et participe à l’offensive que mène l’OTAN.

71De toute évidence, les changements qui se sont enchaînés au début de l’année 2011 dans le monde arabe obligent l’Espagne à repenser sa politique extérieure vis-à-vis de cette zone. L’opinion publique espagnole, favorable aux événements survenus en Tunisie et en Égypte, continuera à faire pression aussi bien sur le gouvernement Zapatero que sur celui qui prendra la relève en 2012, année des élections législatives, pour que ses dirigeants se montrent plus exigeants envers les gouvernements de ces pays en matière de démocratie et de respect des droits de l’homme, qui jusqu’ici ont été mis de côté au profit de la préservation des intérêts économiques et du statu quo.

Notes

2 M. Hernando de Larramendi., La política exterior de Marruecos, Madrid, MAPFRE, 1997, p. 376-378.

3 L’attitude de la gauche espagnole a été critiquée par Juan Goytisolo dans son article « La izquierda española, los nacionalismos mabrebíes y el problema del Sahara » repris dans El Problema del Sahara, Madrid, 1977, p. 17-66. L’auteur a de nouveau exprimé sa position pro-marocaine – minoritaire au sein de l’intelligentsia espagnole – dans sa contribution « Témoignage » à l’ouvrage collectif La Marche Verte, Paris, Plon, 1990, p. 61-66.

4 Il y avait en 2009 près de 300 associations solidaires du peuple sahraoui au niveau régional ou local, la plupart d’entre elles étant encadrées au niveau national par une Coordination des associations de solidarité avec le Sahara (CEAS-Sahara). Voir L. Feliú, « España y la promoción de los derechos humanos en el Mediterráneo (1996-2007) : Propuesta de un modelo de análisis », Documentos CIDOB. Mediterráneo y Oriente Medio, no 14, p. 37-39.

5 J. Vaquer i Fanés, « España y el Sáhara Occidental : la dimensión partidista », Revista CIDOB d’afers internacionals, no 79-80, décembre 2007, p. 125-144.

6 Les accords de Madrid étaient accompagnés d’annexes secrètes, jamais publiées, dans lesquelles les autorités marocaines et mauritaniennes donnaient à l’Espagne d’importantes contreparties qui sont restées lettre morte. L’Espagne avait obtenu des contreparties dans les secteurs de la prospection minière (phosphates de Fosbucraa), de l’assistance technique, de la coopération sidérurgique, de l’industrie chimique, de l’agriculture et de la construction navale, ainsi que des contreparties à long terme dans le secteur de la pêche, tant dans les eaux marocaines que dans celles du Sahara. Lors du débat qui eut lieu le 15 février 1978 au Congrès des députés sur les accords de pêche signés avec le Maroc, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Marcelino Oreja, reconnut leur existence.

7 Soit, en français, « Une politique étrangère pour l’Espagne ».

8 E. Barbé, « La cooperación política europea : la revalorización de la política exterior española », in R. Gillespie, F. Rodrigo et J. Story (dir.), Las relaciones exteriores de la España democrática, Madrid, Alianza Universidad, 1995, p. 166-169.

9 I. Martín, « La nueva política de Vecindad de la Union Europea : ¿hacia un espacio económico hispano-magrebí ? », Anuario Jurídico y Económico Escurialense, no 37, 2004.

10 Un nouveau gazoduc qui transporte directement le gaz depuis l’Algérie jusqu’en Espagne, et dont la mise en fonctionnement est prévue pour début 2011 selon le journal El Moudjahid du 29 décembre 2010, est le fruit d’une nouvelle conception des relations hispano-maghrébines initiée par le Parti populaire arrivé au pouvoir en 1996.

11 DataInvex, « Estadísticas de inversión española en el exterior », Ministerio de Industria, Turismo y Comercio (Datainvex. comercio. es).

12 DataComex, « Estadísticas de Comercio exterior », Ministerio de Industria, Turismo y Comercio (Datacomex. comercio. es).

13 M. Hernando de Larramendi et B. Azaola, « España, Mediterráneo y mundo árabe », in J. C. Pereira, La política exterior de España, Barcelone, Ariel, 2010 (2e édition), p. 514.

14 C’est une visite qu’il avait effectuée en tant que chef de son parti et non en sa qualité de président du gouvernement. Cependant, après la victoire à la majorité absolue du Parti populaire, Aznar se rendra pour sa première visite officielle à l’étranger au Maroc en mai 2000, et le roi du Maroc ira en Espagne en septembre de la même année.

15 Ces « questions vitales » font référence au Sahara occidental. Dans la Communauté andalouse, les associations pro-sahraouies avaient organisé un référendum informel auquel l’administration régionale avait participé en prêtant des locaux officiels, entre autres le Parlement andalou.

16 À un moment où Rabat paraissait entrevoir une solution politique qui préserverait sa souveraineté sur le territoire après son approbation du Plan Baker en juin 2001.

17 L’édition du journal El País du 7 mai 2004 (« Powell assure qu’il a intercédé dans le litige sur le “stupide îlot Persil” car le Palais le lui avait demandé ») avait publié avec de l’avance le contenu des déclarations que C. Powell avait faites au GQ Magazine dans son numéro de juin de la même année. Dans son livre Ocho años de gobierno (Barcelone, Editorial Planeta, 2004, p. 168), Jose María Aznar reconnaît qu’il avait obtenu l’appui des États-Unis, mais il nuance : « Ce n’est pas comme si nous étions allés demander l’aide ou la permission des États-Unis, loin de là. Simplement, les États-Unis étaient vigilants et savaient ce qui était en jeu. »

18 Sur la crise hispano-marocaine, voir. A. I. Planet et M. Hernando de Larramendi, « Maroc-Espagne : la crise de l’îlot Persil », in R. Leveau, Afrique du Nord-Moyen-Orient. Espace et Conflits, Paris, La Documentation Française, 2003, p. 133-140 ; L. Feliú, M. Lorenzo et M. Salomón, « La actuación española en la crisis entre España y Marruecos (2001-2003) », Ágora-Revista de Ciencias Sociales, no 8, 2003, p. 39-62 ; R. Gillespie, « This “Stupid Little Island” : A Neighbourhood Confrontation in the Western Mediterranean », International Politics, no 43, p. 110-132.

19 Voir la déclaration commune hispano-marocaine du 9 décembre 2003 in C. Fibla García Sala, España-Marruecos desde la orilla sur. La relación hispanomarroquí : Opiniones e ideas, Barcelone, Icaria-Antrazyt, 2005. Les échanges commerciaux ont été les seuls à ne pas être affectés par la crise, ils ont même augmenté de 20 %. Ce sont les entrepreneurs espagnols qui avaient des intérêts au Maroc qui ont cherché le plus activement une solution à la crise, agissant comme un véritable lobby pour favoriser le retour à la normalité.

20 M. Hernando de Larramendi, et B. López, « Nouvel élan diplomatique au conflit du Sahara », Afkar/Idées, no 4, 2004, disponible sur <www.iemed.org/afkar//4/fbernabe.php>.

21 E. Barbé, « La política europea de España 2003-2004 », Working Paper, no 59, Observatori de Política Exterior Europea, juin 2004.

22 « Perejil » en espagnol et « Layla » en arabe.

23 C. Yárnoz, « Francia bloquea una nota de la UE en favor de España para no dañar las relaciones con Rabat », El País, 18 juillet 2002, et J. Monar, « The CFSP and the Leila/Perejil Island Incident : The Nemesis of Solidarity and Leadership », European Foreign Affairs Review, vol. 3, no 7, 2002.

24 Plan anual de cooperación internacional (PACI), Agencia española des cooperación internacional para el desarrollo (AECID), Madrid, 2005.

25 Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti.

26 M. Hernando de Larramendi et F. Bravo, « La frontière hispano-marocaine à l’épreuve de l’immigration », L’Année du Maghreb, I/2004, Paris, CNRS, p. 153-171.

27 B. López García et M. Hernando de Larramendi, « Spain and North Africa : Towards a “Dynamic Stability” », Democratization, vol. 9, no 1, printemps 2002, p. 178-181.

28 I. Moré, « El imprescindible eje Madrid-Argel », ARI, no 61, 2 octobre 2002, disponible sur Realinstitutoelcano. org.

29 Initiative de la compagnie espagnole d’hydrocarbures REPSOL pour créer un Davos méditerranéen.

30 A. Mañé Estrada, « Argelia : ¿ Retorno al nacionalismo energético ? », ARI, no 102, 19 septembre 2006, disponible sur Realinstitutoelcano.org.

31 I. Moré, « España profundiza su dependencia energética de Argelia », ARI, no 86, 7 octobre 2002.

32 A. Mañé Estrada et A. Lorca Corrons, « África del Norte ; su importancia geopolítica en el ámbito energético », Documento de Trabajo del Real Instituto Elcano, no 11, 12 avril 2007.

33 Voir le site de la société Medgaz Medgaz.com

34 Lors de la troisième Réunion de haut niveau en décembre 2006, le président Bouteflika, au moment de porter un toast, en profite pour reprocher à l’Espagne de ne pas s’impliquer davantage dans la recherche d’une solution au conflit du Sahara occidental.

35 Secretaría de Estado de Comercio, ROECEX (Red de Oficinas Económicas y Comerciales de España en el Exterior), Alger.

36 « Gas Natural debe pagar 1.450 millones a Sonatrach », El País, 2 octobre 2010.

37 A. Mañé, « L’intégration du gaz algérien dans le système énergétique espagnol », Confluences Méditerranée, no 71, 2009, p. 135-151.

38 L. Feliú, « España y el Magreb durante el segundo mandato del Partido Popular : un período excepcional », Documento de Trabajo, no 9, Madrid, FRIDE, 2005, p. 3-5.

39 Le 21 décembre 1988, l’explosion d’un Boeing 747 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Écosse, fait 270 victimes.

40 C’est un homme politique espagnol, le président de la Communauté autonome de Galice, Manuel Fraga Iribarne, dirigeant du Parti populaire et ancien ministre de Franco, qui le premier rompt l’embargo politique occidental imposé à la Libye : il se rend sur place en juin 1998 – l’embargo aérien l’oblige à faire le voyage en voiture depuis la Tunisie – et rencontre le colonel Kadhafi (El País du 4 mai 1998).

41 En 2007, l’Espagne importe pour 2,5 milliards de dollars d’hydrocarbures et de produits dérivés essentiellement, et ses exportations à destination de la Libye atteignent une valeur de 110 millions d’euros.

42 Oficina Económica y Comercial de España à Tripoli, « Informe económico y comercial. Libia », juin 2009, p. 14.

43 Cette crise avait été déclenchée à la suite de l’arrestation à Genève, en juillet 2008, d’Hannibal Kadhafi puis de la détention à Tripoli, en signe de représailles, de l’homme d’affaires suisse Max Göldi pendant près de deux ans.

44 M. Hernando de Larramendi et A. I. Planet, « España y Mauritania : Sáhara, pesca, inmigración y desarrollo en el centro de la agenda bilateral », Documentos Cidob. Serie Mediterráneo, Barcelone, juin 2009.

45 Plan Anual de Cooperación Internacional (PACI), op. cit. [24], p. 105.

46 B. López García et M. Hernando de Larramendi, op. cit. [27], p. 181-182.

47 Envoyé spécial des Nations unies pour le Sahara occidental.

48 Cette loi faisait suite à la venue en Espagne d’une délégation d’associations tunisiennes de défense des droits de l’homme pour demander au gouvernement espagnol de freiner les négociations relatives audit statut.

Auteurs

Professeur d’études arabes et islamiques à l’Université autonome de Madrid.

Professeur à l’université de Castilla-la-Mancha où il dirige le Groupe d’études sur le monde arabe et musulman (GRESAM). Il est aussi chercheur associé à l’Atelier d’études internationales méditerranéennes (Taller de estudios internacionales méditerráneos) de l’Université autonome de Madrid. Ce chapitre fait partie des résultats des projets de recherche coordonnés « L’Espagne face aux migrations et les réformes politiques en Méditerranée et dans le monde musulman » (CSO20086062326C01603/CPOL) et « Acteurs et intérêts dans les relations extérieures de l’Espagne avec le monde arabe et musulman » (CSO20086062326C03603/CPOL), financés par le ministère des Sciences et de l’Innovation.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search