Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie III. Le Maghreb dans l'espace international

Les enjeux de la relation avec les États-Unis

William Zartman

Texte intégral

  • 2 Dans ce chapitre, le terme Maghreb désigne le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye. La Maurita (...)
  • 3 Why the Maghreb Matters : Threats, Opportunities, and Options for Effective American Engagement in (...)

1« Le Maghreb2 compte ! », titre un récent rapport spécial3 signé par un certain nombre d’universitaires et de diplomates américains, dont l’ancienne secrétaire d’État Madeleine Albright et l’ancien sous-secrétaire d’État au Commerce et au Trésor Stuart Eizenstat. L’existence d’une telle initiative indique en effet que la région ne compte pas autant que le voudraient certains spécialistes de la politique étrangère américaine et de l’Afrique du Nord. Pour preuve : le Centre de l’action préventive (Center for Preventive Action [(CPA]) du Conseil des relations étrangères (Council on Foreign Relations [CFR]), l’équivalent américain de l’Institut français des relations internationales (Ifri), vient de publier une liste des « 27 priorités des États-Unis pour 2011 », dont aucune ne concerne le Maghreb.

2Aux yeux des États-Unis, le Maghreb présente un intérêt pour diverses raisons : sa position géographique stratégique (il constitue l’extrémité occidentale du monde arabo-musulman et se situe sur la rive sud de la Méditerranée), les menaces liées au développement du terrorisme dans la région, la richesse de ses ressources et les opportunités économiques qu’il représente. Les États-Unis ont conservé un lien spécial et historique avec les pays de la région depuis leur indépendance – ils ont d’ailleurs joué un rôle important dans les mouvements de libération nationaux – jusqu’à nos jours. Le fait qu’il constitue un enjeu important pour d’autres régions ayant des liens plus directs avec les États-Unis, comme l’Union européenne (UE) – son premier allié –, ou encore le cœur du Moyen-Orient (le Machrek) – à l’égard duquel les politiques maghrébines vont d’un soutien au processus de paix à un ralliement au sein du front du refus – double la valeur du Maghreb aux yeux des Américains. Actuellement, l’importance que lui accordent les États-Unis tient moins à sa proximité avec la Méditerranée qu’à la situation au Sahara et au danger du terrorisme, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) étant présent dans la région.

3L’intérêt des États-Unis pour le Maghreb est surtout géostratégique, car la région est capitale sur les plans terrestre et maritime : sur le plan terrestre, la région est l’extension la plus occidentale (Al Maghreb Al Aqsa) du monde arabe ; sur le plan maritime, elle est l’extension la plus occidentale de la Méditerranée. Cependant, l’intérêt politique (et aussi universitaire) des États-Unis pour le Maghreb est souvent partagé entre une approche orientale et une approche africaine de la région. Envisagé comme relevant de la responsabilité européenne, il se trouve souvent exclu des considérations à l’origine de la politique étrangère américaine envers l’Afrique noire et le Moyen-Orient. L’ancien secrétaire d’État Henry Kissinger a retiré les affaires du Maghreb du Bureau africain du département d’État sans le rattacher totalement au Bureau du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Ouest et méridionale. La politique étrangère américaine à l’égard de la région consiste en trois ou quatre politiques bilatérales visant au maintien de bons rapports entre les États-Unis et chacun des pays du Maghreb, sans réel objectif de complémentarité. Pour l’instant, le Maghreb ne compte donc pas autant que cela. Ainsi, quand il y a des bouleversements dans la région, comme l’annulation des élections algériennes par l’armée en 1991 ou la chute, en Tunisie, du régime de Ben Ali début 2011 à la suite d’un mouvement de contestation populaire, les États-Unis se montrent attentifs et réagissent après-coup, en fonction de leurs intérêts stratégiques.

4Dans ce chapitre consacré à la politique maghrébine des États-Unis, nous rappellerons brièvement l’évolution de celle-ci depuis la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours en passant par la guerre froide, puis nous examinerons plus en détail les rapports entre les États-Unis et chacun des pays membres de l’Union du Maghreb arabe (UMA), à l’exception de la Mauritanie. Nous terminerons sur une mise en perspective des principales caractéristiques des relations américano-maghrébines et sur le rôle qu’elles seront amenées à jouer dans les années à venir.

Les relations entre les Etats-Unis et le Maghreb : rappels historiques

  • 4 Certains attribuent cet honneur à la France, probablement à tort.

5Quiconque s’intéresse à l’histoire du Maghreb sait que le Maroc a été le premier pays à reconnaître les États-Unis4, en 1787 ; que le traité d’amitié le plus ancien liant les États-Unis à un autre pays est celui qu’ils ont signé avec le Maroc – il n’a jamais été rompu depuis ; que la Tunisie a envoyé le premier ambassadeur arabe à Washington en 1805 ; et que « les rivages de Tripoli » sont mentionnés dans l’hymne patriotique des Marines (fusiliers marins américains). Tout cela indique que les rapports historiques entre les deux régions ont été tantôt amicaux, tantôt belliqueux, mais toujours maintenus. Pendant longtemps ces rapports ont été sporadiques, jalonnés de témoignages d’amitié ou, plus rarement, d’hostilité. Avec l’avènement de la colonisation française, puis italienne, les États-Unis se sont intéressés au Maroc, à la Tunisie, à l’Algérie et à la Libye dans le cadre de leurs rapports bilatéraux avec les pays colonisateurs. Il est intéressant de constater qu’il existe très peu d’ouvrages universitaires américains sur les pays du Maghreb avant leur indépendance.

6Néanmoins, la Seconde Guerre mondiale a entraîné une redistribution des intérêts américains sur le plan géographique. Les alliés ont préparé le débarquement sur les côtes méditerranéennes de l’Europe en débarquant sur les côtes marocaines et algériennes en 1942. Comme les Romains, les Arabes et les Européens eux-mêmes, les Américains se sont rendu compte qu’il était impossible de considérer une rive de la Méditerranée indépendamment de l’autre. Même si les colonies et les protectorats de la région étaient officiellement considérés comme la chasse gardée de la France et de l’Italie, les États-Unis ont joué un rôle auprès des mouvements indépendantistes. À titre d’exemples, citons la célèbre rencontre, en 1943, du président Roosevelt avec le sultan Mohammed ben Youssef (qui deviendra le roi Mohammed V quatorze ans plus tard), l’hébergement à Tunis, en 1938, de Habib Bourguiba (qui accédera à la présidence de la Tunisie dix-neuf ans plus tard) par le consul général des États-Unis Hooker Doolittle, et le discours au Sénat américain, en 1959, de John F. Kennedy (qui deviendra président deux ans plus tard) en faveur de l’indépendance algérienne.

7Durant la guerre froide, les pays du Maghreb, fait extraordinaire, entretiennent des rapports équilibrés avec les deux blocs, même s’ils sont censés appartenir au « Monde libre ». Ainsi, tandis que l’Algérie et la Libye, jugées plus proches de l’Union soviétique, maintiennent leurs rapports avec l’Occident, la Tunisie et le Maroc privilégient ce dernier sans pour autant diminuer leurs relations avec le bloc de l’Est. Évidemment, le bloc occidental pèse davantage en raison du maintien des rapports avec l’ancien colonisateur, et les États-Unis profitent de cet état de fait. De leur côté, et jusqu’à un certain point, les pays maghrébins utilisent leurs rapports avec les États-Unis pour réduire leur dépendance vis-à-vis de l’Europe, notamment de la France. Néanmoins, dans ce triangle Europe(France)/États-Unis/URSS, les rapports avec la France restent déterminants.

8La fin de la guerre froide, qui coïncide avec la création de l’UMA en 1989, entraîne la disparition de l’un des trois protagonistes de ce triangle. L’Europe, la France en tête, garde sa position dominante, légèrement atténuée par la mondialisation et la multilatéralisation des relations ; quant aux États-Unis, ils se retrouvent sans adversaire pour justifier leur intérêt dans la région. Néanmoins, aux yeux des Américains, le Maghreb continue de présenter un intérêt en raison de sa position géographique stratégique : il forme l’arrière-pays de l’Europe au nord et l’avant-pays du Moyen-Orient à l’est. Il est important pour les États-Unis de tout faire pour faciliter le développement du Maghreb afin de réduire la pression démographique qui pousse sa population à traverser la Méditerranée, et de mettre les bons rapports qu’ils entretiennent avec ces pays au service de leur politique au Moyen-Orient.

9À l’heure actuelle, ces deux intérêts indirects se fondent dans un intérêt direct : la fortification des économies et des sociétés maghrébines afin de faire barrage à l’intégrisme à la fois dans sa forme politique et dans sa forme terroriste. Autrement dit, selon le système de valeurs des États-Unis, qui joue un rôle majeur dans leur politique étrangère, le processus de démocratisation doit être poursuivi et les éléments constitutifs de la démocratie, tels les droits des hommes et des femmes, le vote libre et juste (free and fair), la liberté de la presse et l’état de droit, sont la base de bons rapports. Ou comment un intérêt négatif se transforme en intérêt positif et touche encore une fois le Maghreb en tant que région liée à d’autres régions importantes.

10Mais les frères ennemis du Maghreb ne constituent une région qu’en apparence. L’UMA est au point mort. Elle n’est en rien une communauté sécuritaire, une région où la guerre comme élément de politique étrangère est impensable. L’UE est une communauté sécuritaire, ainsi que l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Mais pas l’UMA. Si cela constitue un problème pour ses membres, c’en est un encore plus grand pour les États-Unis (comme, sans doute, pour d’autres pays étrangers) : s’ils entretiennent de trop bons rapports avec l’Algérie, le Maroc s’en inquiète et vice versa ; s’ils encouragent le développement économique en Algérie et en Tunisie, ils sont critiqués en raison du non-respect des libertés publiques dans ces mêmes pays ; quant à la coopération avec les trois pays du Maghreb central (moins développée avec la Libye) dans la lutte contre le terrorisme, elle passe par des voies parallèles – et des relations bilatérales – à Washington au lieu d’être coordonnée et unifiée sur le terrain. C’est en effet le bilatéralisme qui permet aux États-Unis de garder de bons rapports avec chacun de ces pays sans trop se préoccuper des contradictions que cela engendre, et de ne pas trop œuvrer en faveur d’une intégration contraignante.

11Il n’y a pas, au sein du Bureau du Maghreb du département d’État américain, de sous-secrétaire d’État chargé des affaires maghrébines, ni de puissants groupes de pression qui œuvrent en faveur de la région. Les affaires nord-africaines sont traitées au gouvernement par le Bureau de l’Afrique du Nord et par les spécialistes de chaque pays au sein du département d’État ainsi que par le bureau correspondant au département de la Défense. En revanche, quand le sujet devient sérieux, c’est le Conseil de sécurité nationale (National Security Council [NSC]) qui prend les choses en main. L’administration américaine continue de soutenir le projet d’autonomie du Sahara occidental proposé par le Maroc et s’inquiète de l’instabilité en Tunisie et en Algérie, autant de situations qu’elle observe avec intérêt mais sans intervenir. Au Congrès, il existe une cellule de soutien (Caucus) en faveur du Maroc, mais rien de semblable pour la région. Le Front Polisario a été très actif auprès des assistants des membres de la Chambre des Représentants (moins auprès du Sénat), mais, récemment, il a relâché ses efforts, battu par l’offensive marocaine : en 2008, une majorité de représentants et de sénateurs ont signé une déclaration de soutien au projet d’autonomie pour le Sahara occidental proposé par le Maroc.

12En dehors de la sphère politique, on constate qu’il existe très peu de programmes universitaires ou de groupes d’hommes d’affaires consacrés au Maghreb. En revanche, un certain nombre de spécialistes universitaires – professeurs et chercheurs – travaillent sur la région. L’Institut américain d’études maghrébines (American Institute for Maghrib Studies [AIMS]) compte plus de 200 membres et gère des centres d’études à Tunis (Centre d’études maghrébines à Tunis [CEMAT]), à Tanger (Tangier American Legation Institute for Moroccan Studies [TALIM]), et à Oran (Centre d’études maghrébines en Algérie [CEMA]) qui accordent des bourses d’études et organisent des conférences. L’AIMS publie, en coopération avec des chercheurs en Angleterre, une revue trimestrielle, The Journal of North African Studies. L’absence, sur le sol américain, d’une importante communauté maghrébine contribue à réduire le poids de la région en tant que sujet d’intérêt public.

Les relations bilatérales des Etats-Unis avec chacun des pays du Maghreb

Le Maroc

  • 5 Il s’agissait d’Anne Marie Louise d’Orléans, princesse de sang royal française, petite-fille d’Hen (...)

13Tout au long de son histoire, le Maroc a toujours poursuivi une politique très indépendante, faisant cavalier seul. Pendant longtemps, il a constitué sa propre Umma (communauté de croyants) sous le Khalifat de l’Ouest et il n’a jamais fait partie de l’Empire ottoman (la Sublime Porte). Depuis la conquête arabe au viie siècle, il a pour régime politique une monarchie, et le sultan – aujourd’hui le roi – reste l’Amir el-mu’minin, le commandeur des croyants. Durant le règne des monarchies en Europe, notamment au xviie siècle, le sultan de l’époque, Moulay Ismaïl, se considérait par exemple comme un monarque parmi d’autres (et fut surpris quand la main de la Grande Mademoiselle5 lui fut refusée). La dynastie alaouite règne en toute souveraineté depuis 1666, y compris sous les protectorats français et espagnol (1912-1956), conformément au jugement de la Cour internationale de justice (CIJ) du 28 août 1952 en réponse à une question posée par les États-Unis sur la continuité de son entité politique. Une fois son indépendance retrouvée, le Maroc mène une politique étrangère tournée vers la communauté maghrébine, musulmane et arabe, vers l’Europe de l’autre côté de la Méditerranée, et se soucie de sa place sur la scène internationale. Mohamed VI, l’actuel roi du Maroc, a décliné ces objectifs en trois cercles concentriques – voisinage, solidarité et partenariat – qui font respectivement référence au Maghreb, au Moyen-Orient et à l’Afrique, et enfin au monde occidental – surtout la France, l’Espagne et les États-Unis – et à la communauté internationale en général.

14Le Maroc et les États-Unis ont toujours eu de bons rapports, même s’ils ont été amenés à traiter des questions importantes, voire brûlantes. Depuis le jugement de la CIJ et la conférence d’Anfa en 1943 – on pourrait même remonter à la reconnaissance, par le Maroc, de l’indépendance américaine et à la signature du traité d’amitié qui lie toujours les deux pays –, il règne entre les États-Unis et le Maroc un climat d’entente. Hassan II, surtout, se déclarait « ami et conseiller » des présidents américains et exigeait que l’ambassadeur américain à Rabat ait des liens personnels avec son président (une fois, alors que la question du soutien américain à la guerre au Sahara occidental avait été soulevée, l’ambassadeur américain alors en poste, qui n’avait pas de lien personnel avec le président, fut remplacé).

15Dès le début, le Maroc a cherché à consolider ses liens avec les États-Unis pour contrebalancer ses relations avec la France, omniprésente. Le développement des premiers étant jugé indissociable d’une diminution des secondes, les rapports triangulaires entre les trois pays ont toujours posé problème, donnant lieu a des variations d’opinion chez les dirigeants marocains. La réaction américaine au moment de l’indépendance du Maroc a été rapide mais insuffisante pour parvenir à troubler la position dominante de la France. Pendant les premières décennies suivant l’indépendance, l’aide économique américaine accordée au Maroc atteint entre 50 millions et 60 millions de dollars par an. L’aide militaire augmente également, bien qu’à un degré moindre ; elle reste insuffisante pour subvenir aux besoins marocains. Pendant les années 1960, le Maroc teste l’option de gauche dans ses rapports avec l’étranger : il est le membre le plus conservateur du Groupe radical de Casablanca fondé en 1960, il achète des MiG-17 et d’autres équipements militaires soviétiques en réponse au refus des États-Unis de lui fournir des avions de chasse, jugés non nécessaires, dans son combat contre le Front Polisario. Le commerce entre les deux pays a de toute façon toujours été relativement faible.

  • 6 Ch. Diggs et L. Hamilton (dir.), The States of North Africa in the 1970’s – Joint Hearings before (...)

16Après l’indépendance du Maroc, les relations entre les deux pays ont connu quelques épisodes orageux. La présence de bases américaines, installées dans le cadre de l’OTAN au temps du Protectorat sans consultation préalable des autorités marocaines, a été considérée comme une entrave à la souveraineté du pays. Il a fallu attendre vingt-deux ans pour mettre officiellement fin à ce différend : les bases ont été rendues au Maroc en février 1982 pour être utilisées à des fins nationales. Par exemple, la base aérienne de Nouaceur, près de Casablanca, est ainsi devenue l’aéroport international Mohammed V. Plus largement, aux États-Unis, pays marqué par un passé anti-monarchiste, la situation politique marocaine est longtemps appréciée. Ce n’est qu’à partir de la dissolution du parlement marocain en 1965 et des attentats contre le roi Hassan II en 1971 et 1972 que les pronostics d’instabilité se multiplient. Les services de renseignement américains donnent alors dix ans au régime, le délai s’allongeant d’une année à chaque renouvellement du pronostic. En août 1972, à Washington, une réunion des sous-comités de la Commission sur les affaires internationales de la Chambre des représentants, consacrée aux « États de l’Afrique du Nord dans les années 1970 », se termine sur la conclusion suivante : « Le gouvernement des États-Unis se trouve lié d’une façon trop étroite au roi Hassan II6. » À la fin des années 1970, sous le mandat du président Carter, le Congrès, plutôt libéral, refusera d’envoyer des avions anti-guérilla pour aider Rabat face au Front Polisario, entraînant une dégradation des relations entre le Maroc et les États-Unis.

  • 7 Autre nom de la guerre du Kippour.

17Il est toujours difficile d’identifier la raison précise à l’origine d’un tournant dans les relations entre deux pays, mais le rôle – encore assez indépendant – qu’a joué Hassan II dans le conflit du Moyen-Orient a été d’une importance capitale. Sa position a évolué au fil du temps. En 1958, lors d’un voyage au Liban, il déclare être favorable à l’ouverture de négociations avec l’État d’Israël, et même à son intégration au sein de la Ligue arabe ! Quand celle-ci se réunit à Casablanca en 1965, Hassan II prône de nouveau l’ouverture de négociations : en retour, les autres pays du Maghreb ainsi que l’Égypte rompent toute relation diplomatique avec le Maroc. Pendant la guerre des Six Jours en 1967, le Maroc envoie des troupes en Égypte mais elles arrivent trop tard. Au cours des émeutes antisémites qui s’ensuivent, le roi protège les Marocains israélites qu’il considère comme « des citoyens à part entière », comme l’avait fait son père pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre d’Octobre7 en 1973, les troupes marocaines sont déjà en position dans les hauteurs du Golan, et c’est à l’occasion du sommet arabe de Rabat, en octobre 1974, que l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est reconnue en tant que représentant légitime du peuple palestinien, au détriment de la Jordanie.

18Mais c’est avant tout le processus de paix, entamé à Rabat par H. Kissinger – et qui marque le début de ce que l’on appellera la « diplomatie de la navette » –, qui donne au Maroc l’occasion de jouer les intermédiaires et de véritablement rentrer dans les bonnes grâces des États-Unis. La rencontre, en 1977, entre Moshe Dayan, alors ministre des Affaires étrangères d’Israël, et Ahmed Al-Touhami, vice-Premier ministre égyptien, qui ouvrira la voie à la visite historique du président Sadate à Jérusalem en novembre de la même année, a lieu à Rabat. Le Maroc soutient fermement le processus de paix, qui continue, sous l’égide du président Carter, avec les accords de Camp David en 1978 puis le traité de paix israëlo-égyptien signé à Washington en 1979. Bien que le processus de paix marque le pas au cours des années suivantes, le Maroc demeure aux côtés des États-Unis pendant la révolution iranienne. Le roi marocain est solidaire du Shah d’Iran – il l’accueillera début 1979, le Shah ayant été forcé de s’exiler – et désapprouve la révolution ; il condamne aussi la « déviation chiite » de l’islam. Plus tard, pendant la guerre du Golfe (1990-1991), le Maroc envoie des troupes, non pour se joindre aux forces de la coalition mais pour « défendre les Lieux saints », une nuance purement diplomatique. Toutes ces prises de position du roi Hassan II attestent du soutien du Maroc à la politique américaine aux moments cruciaux.

  • 8 Du nom de son instigateur, le prince saoudien Abdallah, demi-frère du roi Fahd.

19Son successeur Mohamed VI affiche de la même façon son soutien aux Américains. Après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 perpétrés sur le sol américain, le Maroc tout entier se déclare solidaire du peuple américain et organise une commémoration impressionnante dans la cathédrale de Casablanca. Fort d’une étroite collaboration avec son partenaire américain en matière de sécurité et d’échange de renseignements, le Maroc participe activement au Partenariat transsaharien contre le terrorisme (Trans-Sahara Counter-Terrorism Partnership [TSCTP]), destiné à combattre AQMI qui sévit dans le Sahara et au Sahel. Bien que le processus de paix n’avance pas beaucoup au cours de la première décennie du règne de Mohamed VI, le Maroc participe activement, en 2002, au ralliement des pays arabes en faveur du Plan Abdallah8 pour la reconnaissance d’Israël et la création d’un État palestinien. Il soutient également les négociations organisées part le président Bush en 2008 puis par le président Obama en 2010, tout en entretenant des rapports avec Israël. Le Maroc est d’ailleurs qualifié par les États-Unis de « pays allié non-OTAN », au même titre qu’Israël.

  • 9 Signé en août 2007 entre le Maroc et la Millenium Challenge Corporation (MCC), organisme gouvernem (...)

20La consolidation des liens américano-marocains a eu des conséquences positives non négligeables. Bien que le commerce entre le Maroc et les États-Unis n’ait jamais atteint un niveau significatif pour l’un comme pour l’autre, les deux pays ont négocié un accord de libre-échange en 2005, qui complète l’accord du Maroc avec l’UE – après tout, toute coopération peut être utile. Pour les secteurs agricole et industriel marocains, cet accord, tout comme celui qui lie le pays à l’UE, n’est pas sans risque, mais il peut aussi être considéré comme un défi susceptible de dynamiser les systèmes de production nationaux. Pour les États-Unis, l’accord présente en outre un intérêt politique : élaboré sous l’administration Bush, il fait du Maroc l’un des pôles, avec la Jordanie, d’une zone de libre-échange qui pourrait englober tout le monde arabe. Dans la foulée, les États-Unis octroient au Maroc une aide de près de 700 millions de dollars dans le cadre du « Contrat du défi pour le millénaire9 » en vue notamment de soutenir les petites et moyennes entreprises (PME), signe qu’ils considèrent le Maroc comme un pays politiquement et économiquement responsable.

21Autre région où le soutien marocain s’est révélé appréciable pour les États-Unis : l’Afrique. Le Maroc a longtemps entretenu des rapports assez étroits avec des régimes conservateurs tels que le Zaïre, le Gabon, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Quand une action internationale exigeait une participation militaire des pays de la région, par exemple pour défendre Mobutu contre l’invasion du Katanga à partir de l’Angola en 1978, ou encore lors de la Mission des Nations unies au Congo (MONUC) dans les années 2000, les Forces armées royales ont toujours répondu présent. Le Maroc a fourni des gardes du corps aux présidents du Gabon, du Cameroun, de la Guinée équatoriale, du Togo ; Mobutu mourra à Rabat, en exil. De leur côté, les États-Unis soutiennent – discrètement, tout en gardant une certaine distance – la position marocaine sur la question du Sahara occidental (nous y reviendrons en fin de chapitre).

22Les relations entre les deux pays sont souvent motivées par des intérêts partagés. Pour le Maroc, ses liens avec les États-Unis sont importants pour constituer un partenariat triangulaire avec l’Europe, renforcer sa situation économique et faire valoir son autonomie dans les cercles arabes. Toutefois, sur la question du Sahara occidental, qui prédomine dans les intérêts marocains, les États-Unis ont mis du temps à accorder l’appui désiré.

L’Algérie

23Les rapports entre l’Algérie et les États-Unis sont loin d’être aussi harmonieux. D’une manière générale, l’Algérie, comme le Maroc, fait preuve d’une certaine autonomie dans sa politique étrangère, mais elle se considère comme le leader de la région. L’Algérie est une nouvelle nation, révolutionnaire, qui a vaincu l’un des principaux membres de l’OTAN pour obtenir son indépendance, et qui de ce fait se sent destinée au leadership du Tiers-Monde. Par sa situation géographique, elle constitue la pierre angulaire du Maghreb.

  • 10 Essayiste et psychiatre né en Martinique mais ayant vécu plusieurs années en Algérie, où il noue d (...)

24Dans ses rapports historiques avec les États-Unis, elle a d’abord été l’une des bases des corsaires. Au moment de la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine a débarqué sur les côtes algériennes et, de là, a préparé les débarquements en Italie et dans le midi de la France. Après la guerre, le pays étant considéré comme un département français, les mouvements nationalistes algériens ne font pas l’objet de la même sympathie que ceux du Maroc et de la Tunisie. En principe, les États-Unis, en raison de leur propre histoire, sont toujours favorables à la libération des pays colonisés, mais l’importance de la France au sein de l’OTAN tempère ces inclinations premières. Malgré tout, les contacts se développent entre les États-Unis d’un côté et le Front de libération nationale (FLN) et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) de l’autre. En 1961, Frantz Fanon10 est escorté, pour des raisons de santé, par la CIA jusqu’à Washington, où il meurt. La cause algérienne est évoquée par le futur président des États-Unis alors sénateur, J. F. Kennedy, qui aura le temps de reconnaître l’Algérie comme État indépendant avant d’être assassiné en 1963.

25En termes de politique étrangère, l’Algérie choisit, à partir des années 1960, une voie qui inquiète Washington. Après l’admission officielle de l’Algérie au sein de l’ONU le 8 octobre 1962, le président de l’époque, Ahmed Ben Bella, rentre à Alger en passant par La Havane ; alors que la crise des missiles bat son plein, il demande avec Fidel Castro l’évacuation de la base américaine de Guantánamo. En 1963, les biens américains en Algérie sont nationalisés. En visite à Moscou en 1964, A. Ben Bella est décoré par l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS). L’Algérie soutient le Nord-Vietnam, accepte – mais avec méfiance – la présence à ses côtés de conseillers égyptiens et russes, épouse la doctrine du socialisme arabe – qu’elle transforme toutefois en un socialisme à l’algérienne – et, pendant les années 1970, prend la tête du mouvement tiers-mondiste pour l’avènement d’un nouvel ordre économique mondial. Au cours de ces deux décennies, l’aide militaire américaine au Maroc et en Tunisie vise à contrebalancer le poids de l’Armée nationale populaire (ANP) algérienne ; pendant la guerre des sables en 1963, l’Algérie accuse d’ailleurs les États-Unis d’avoir aidé le Maroc. C’est la guerre des Six Jours au Moyen-Orient qui provoque la rupture officielle entre les deux pays. En juin 1967, l’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec les États-Unis et nationalise ses investissements pétroliers.

26Malgré tout, aux États-Unis, l’ensemble des experts du Maghreb au gouvernement et dans les universités sont favorables à une politique équilibrée qui tienne compte à la fois de l’État central de la région – l’Algérie – et des pays sur ses flancs – le Maroc et la Tunisie. Aux yeux des États-Unis, l’Algérie est importante pour deux raisons : compte tenu de son penchant pour le radicalisme, qui la conduit à renforcer, pendant la guerre froide, ses relations avec l’URSS, il est dans l’intérêt des États-Unis de développer des rapports aussi bons que possible avec l’Algérie afin d’empêcher que ses liens avec l’Union soviétique ne deviennent trop étroits. Ce type de raisonnement domine les actions menées par les deux superpuissances dans les pays du Tiers-Monde pendant cette période. Plus positif, l’intérêt américain pour le pays est aussi d’ordre économique, surtout en raison de ses ressources en hydrocarbures.

  • 11 K. Benabdallah, La politique étrangère américaine au Maghreb de 1991 à 2004 : d’un intérêt dérivé (...)

27Malgré la rupture des liens diplomatiques en raison du rôle supposé des États-Unis dans la guerre des Six Jours en 1967, la Sonatrach, entreprise nationale algérienne et acteur majeur de l’industrie pétrolière, signe en octobre 1969 un accord avec la compagnie américaine El Paso portant sur l’achat annuel de 10 milliards de m3 de gaz naturel liquéfié (GNL) algérien sur vingtcinq ans. Ce chiffre sera augmenté de 50 % en 1971, et d’autres compagnies américaines installées en Algérie signeront à leur tour avec la Sonatrach. L’Algérie continue à figurer parmi les plus importants fournisseurs de GNL des États-Unis. En retour, ces derniers ont accordé à l’entreprise algérienne des crédits importants pour l’exploitation pétrolière et l’achat de matériel américain, ainsi que pour d’autres projets dans les secteurs de l’agriculture et des travaux publics. En 1973, la guerre d’Octobre au Moyen-Orient interrompt cette coopération. Au beau milieu de la guerre, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) décide d’augmenter le prix du baril de 70 %. Trois jours plus tard, l’Algérie propose un embargo total sur les ventes de pétrole aux États-Unis (et aux Pays-Bas), entraînant une nouvelle augmentation – de 400 % – du prix du baril11. L’affaire attire l’attention du secrétaire d’État américain H. Kissinger, qui rend visite au président Boumediene à deux reprises et obtient, en novembre 1974, le rétablissement des relations diplomatiques. L’Algérie a su se servir de son atout majeur – ses ressources en hydrocarbures – dans ses rapports avec les États-Unis afin de faire pression sur ces derniers, mais le résultat n’est pas très fructueux, pas plus du point de vue politique qu’économique. Son appartenance au front du refus contre le traité de paix israëlo-égyptien fait du pays un opposant déclaré des États-Unis et du processus de paix qu’ils défendent. L’ambiguïté des rapports américano-algériens apparaît très nettement à la fin des années 1970, avec l’affaire des otages américains retenus en Iran (1979). Forte de sa position de leader dans le secteur pétrolier et le mouvement tiers-mondiste, l’Algérie joue un rôle de médiateur essentiel dans cette affaire, qu’elle espérait mettre à profit pour se rapprocher des États-Unis. Malheureusement, il n’en sera rien ; l’administration Reagan, arrivée au pouvoir le jour de la libération des otages le 20 janvier 1981, ne lui manifestera pas la moindre reconnaissance.

28Les années 1980, marquées par la présidence de Chadli Bendjedid, sont dominées par des questions économiques, notamment le maintien de la livraison du gaz et du pétrole algériens aux États-Unis. La balance commerciale est largement excédentaire du côté de l’Algérie. L’annulation par l’armée des élections de 1991, qui menaçaient de porter au pouvoir le Front islamique du salut (FIS), non en raison d’une montée du fondamentalisme parmi le peuple algérien mais en signe de protestation contre la corruption et l’inefficacité du gouvernement, ne suscite, dans un premier temps, aucune réaction particulière aux États-Unis : le département d’État aurait vu d’un très mauvais œil qu’un gouvernement islamiste arrive au pouvoir en Algérie. Toutefois, il finit par déplorer publiquement l’annulation des élections démocratiques, entérinant ainsi l’ambiguïté des relations entre les deux gouvernements. Ainsi au même moment, au nom de la liberté d’opinion et de croyance, les États-Unis permettent à Anwar Haddam, un membre du FIS, de résider en Virginie – ce qui agace le gouvernement algérien (et français) –, avant de l’expulser quelque temps plus tard.

  • 12 G. C. Hufbauer et C. Brunel (dir.), Maghreb Regional and Global Integration, Peterson Institute of (...)
  • 13 A. Benantar (dir.), Les États-Unis et le Maghreb : Regain d’intérêt ?, Alger, CREAD, 2007, p. 77.

29Malgré l’ambiguïté des relations bilatérales, les deux pays parviennent à une véritable coopération dans la lutte anti-terroriste et anti-islamiste, surtout à partir de l’arrivée au pouvoir d’Abdelaziz Bouteflika en 1999. Cette coopération a pour cible principale AQMI. Parmi tous les États du Maghreb, l’Algérie est celui qui a le plus souffert des attaques d’AQMI : elle en a enregistré plus de 100 après 2006, contre seulement quatre ou cinq pour les autres pays. Aujourd’hui, pour les États-Unis, l’enjeu majeur de ses relations bilatérales avec l’Algérie d’A. Bouteflika est la sécurité ; de son côté, l’Algérie peut faire valoir sa vulnérabilité face à AQMI pour demander une aide et une coopération militaire soutenue. Le président Bouteflika n’a d’ailleurs pas manqué de le faire lors de sa visite aux États-Unis en 2004. L’Algérie a reçu entre 2 et 3 milliards de dollars d’équipement militaire en 2008-2009, surtout du matériel anti-terroriste. Les États-Unis ont gardé en mémoire les événements de 1974 et savent qu’il leur faut éviter l’avènement d’un gouvernement anti-américain s’ils veulent maintenir leur approvisionnement en gaz et en pétrole algériens. Washington fait son possible pour encourager la libéralisation en Algérie, octroyant une assistance technique d’un million de dollars en faveur des réformes des législations fiscale, judiciaire et commerciale afin de permettre à l’Algérie d’adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) – ce qui n’est pas encore le cas, malgré des efforts renouvelés depuis 1987 –, signant des accords commerciaux bilatéraux, investissant en 2007 plus de 5 milliards de dollars dans l’industrie pétrolière nationale12. Depuis plusieurs années, les États-Unis sont le premier client de l’Algérie dans le secteur des hydrocarbures13.

30Malgré des différences évidentes dans leurs orientations politiques générales respectives, l’Algérie et les États-Unis sont liés par un partenariat commercial dans le secteur des hydrocarbures et par la lutte contre le terrorisme. L’Algérie couvre actuellement 5 % des besoins américains en pétrole et cherche à faire passer le taux de couverture du marché des États-Unis à 20 % d’ici 2015. Du fait du poids politique de l’Algérie dans les conseils arabes, les deux pays se consultent et essaient de s’influencer l’un l’autre (les visites préalables de H. Kissinger à Alger dans les années 1970 afin de promouvoir le processus de paix en sont un parfait exemple). Depuis le soulèvement populaire tunisien initié fin décembre 2010 et la naissance d’un mouvement similaire en Algérie en janvier 2011, les États-Unis sont attentifs au gouvernement sclérosé du président Bouteflika, sans toutefois prendre partie.

La Tunisie

  • 14 J. Damis, « The United States and North Africa », in I. W. Zartman et W. M. Habeeb (dir.), Polity (...)

31Plaque tournante du monde méditerranéen, la Tunisie bénéficie elle aussi de rapports privilégiés avec les États-Unis, quoique moins marqués que par le passé. Sa position centrale entre deux géants radicaux – du moins est-ce ainsi que l’Algérie et la Libye apparaissent aux yeux des États-Unis – a imposé à ce petit État un sens de la modération et même de la médiation politique. Le fait qu’elle ne pèse pas très lourd dans les conseils arabes et méditerranéens l’a rendue moins importante que les autres pays alentour pour la politique étrangère américaine. « Si les relations États-Unis/Maroc sont importantes et étroites, tandis que les relations États-Unis/Algérie sont importantes mais pas si étroites, celles entre les États-Unis et la Tunisie sont étroites mais pas très importantes14 », écrivait John Damis en 1993.

  • 15 J. Damis, op. cit. [14], p. 232.

32De par sa modération et sa modernisation, la Tunisie de H. Bourguiba reste un exemple pour les États-Unis. Cette considération est d’ailleurs réciproque. L’aide américaine au développement, modeste mais croissante, représente beaucoup pour le pays – sur la période 1979-1990, elle atteint au total plus d’un milliard de dollars15 – et s’accompagne du soutien de la Banque mondiale. La majorité de ces aides financières est destinée à l’assistance économique et une petite partie seulement à l’aide militaire. Dans les années 1970 et 1980, la politique étrangère tunisienne, fidèle à elle-même, reste modérée, notamment à l’égard de la guerre du Vietnam et du conflit israëlo-palestinien. Les manifestations pro-arabes en Tunisie perturbent les rapports avec les États-Unis, provoquant même un débat au Congrès américain, mais la politique de soutien mutuel est maintenue. Les inquiétudes américaines quant à la stabilité du système politique tunisien compte tenu de la santé déclinante du président Bourguiba apparaissent au grand jour en 1972, lors d’une séance du Congrès sur la politique nord-africaine, deux ans avant l’épuration de l’aile libérale du Parti socialiste destourien (PSD) et l’élévation de H. Bourguiba au rang de président à vie. À la même période, la Tunisie soutient les négociations qui suivent la guerre d’Octobre ainsi que le traité de paix de Washington. Parallèlement, elle accueille le quartier général de l’OLP, expulsée du Liban, et celui de la Ligue arabe, expulsée du Caire ; l’ambassade américaine à Tunis devient un lieu de première importance pour les contacts arabes.

33Après la destitution de H. Bourguiba et l’arrivée au pouvoir de Zine El-Abidine Ben Ali en 1987, les États-Unis sont plutôt soulagés. Tout en partageant les craintes de H. Bourguiba face aux attaques du Mouvement de la tendance islamique (MTI), ils estimaient qu’il ripostait de façon démesurée. Ben Ali, dont le régime est fondé sur la peur de voir se répéter en Tunisie les événements sanglants qui ont déchiré l’Algérie, se présente comme le protecteur de son pays contre le terrorisme et essaie de vendre cette image aux Américains. Mais les États-Unis sont au courant de la corruption qui gangrène les cercles politiques tunisiens (comme le révélera Wikileaks). Après la chute, en janvier 2011, de Ben Ali, Barak Obama félicite le peuple tunisien pour son action et garantit le maintien des relations diplomatiques entre les deux pays.

34La guerre du Golfe de 1990-1991 ouvre un nouveau chapitre des relations américano-tunisiennes. Poussé par son opinion publique qui soutient l’Irak et Saddam Hussein, Ben Ali se déclare contre « les agissements américains dans le Golfe ». Même chose lors de la guerre d’Irak lancée en 2003. Parallèlement, la répression politique et les violations des droits de l’homme (surtout à l’encontre des membres de l’opposition) continuent en Tunisie, et l’alibi de la lutte contre le terrorisme devient de moins en moins convaincant. Ben Ali, qui a fait modifier la constitution de façon à rester au pouvoir au moins jusqu’en 2014 – il sera renversé en janvier 2011 –, a fondé ses mandats sur la lutte contre le terrorisme et l’essor économique ; or la menace terroriste en Tunisie n’est pas si présente et l’économie tunisienne s’effrite début 2011.

35La Tunisie a tout pour redevenir le pays modèle qu’elle a été pendant les deux premières décennies du mandat de H. Bourguiba. Malheureusement, la disparition progressive de son libéralisme politique, sous H. Bourguiba d’abord et plus encore sous Ben Ali, a terni son image outre-Atlantique, et ses tergiversations politiques l’ont rendue moins digne d’intérêt. La menace terroriste n’a pas été assez crédible en Tunisie pour faire oublier aux États-Unis les problèmes de corruption, de mauvaise gestion, d’élections truquées, qui sont la cible des critiques officielles américaines. Depuis la chute du régime, les rapports entre les deux pays restent stables, dans l’attente d’un renouveau de la proximité d’antan.

La Libye

36Premier pays du Maghreb à reconquérir son indépendance (1951), la Libye traditionnelle et corrompue a toujours entretenu des rapports stratégiques avec les États-Unis. Un lien quelque peu curieux si l’on considère que l’image historique du pays retenue par l’iconographie américaine est la mention des « rives de Tripoli » en tant que terrain de combat dans l’hymne officiel des Marines… Mais l’année 1969 marque l’avènement du pire : le colonel Mouammar Kadhafi s’empare du pouvoir, ferme la base aérienne de Wheelus, nationalise les compagnies pétrolières, autorise la foule à saccager l’ambassade américaine, et soutient des actions terroristes à divers endroits (en Irlande du Nord, en Corse, au pays Basque, en Palestine, au Nicaragua, au Salvador, etc.). L’administration Carter rompt les relations diplomatiques avec Tripoli, et l’administration Reagan suspend les rapports commerciaux – minimes – entre les États-Unis et la Libye.

37Du point de vue américain, le régime libyen collectionne les tares : adhésion au front du refus contre le processus de paix au Moyen-Orient, aide au renversement de gouvernements en Afrique, production d’armes chimiques et préparation d’un projet nucléaire, soutien au terrorisme, lequel culmine avec l’attaque, en 1986, d’une discothèque de Berlin-Ouest fréquentée par des soldats américains, que la Libye est soupçonnée d’avoir commandité. Les États-Unis ripostent aussitôt par une attaque aérienne contre des sites militaires libyens. Elle vise même une résidence du colonel Kadhafi. L’attaque produit l’effet escompté : le dirigeant libyen se lance alors dans des « campagnes de charme » sans véritablement changer de politique. Un tournant s’opère à la fin des années 1980 : en 1988, des agents libyens font exploser un avion de la compagnie américaine Pan Am au-dessus de Lockerbie en Écosse, et en 1989 un avion de la compagnie UTA au-dessus du Niger. Le colonel Kadhafi est alors qualifié de « chien enragé du Moyen-Orient » par le président Reagan, puis de « principal terroriste du monde et entraîneur de terroristes » par le président Bush. En 1992, l’ONU adopte de lourdes sanctions à l’encontre de la Libye. Elles seront levées en 2003 à la suite de l’accord entre la Libye et les familles des victimes.

38À la fin des années 1990, les prix du pétrole sont bas, l’économie libyenne est en déclin, son industrie pétrolière vieillissante, et un mouvement interne d’opposition mené par les islamistes commence à se faire entendre. Le colonel Kadhafi cherche alors à reprendre contact avec les États-Unis. Il prend ses distances avec le terrorisme, assouplit ses positions au sujet du conflit israëlo-palestinien et tente d’apaiser ses rapports avec plusieurs pays, notamment africains. En janvier 2001, un seul agent libyen, Abdel Basset Al-Megrahi, est condamné pour l’attentat de Lockerbie ; en septembre de la même année, la Libye manifeste sa solidarité envers les États-Unis après les attentats revendiqués par Al-Qaïda ; en 2002, la Libye accepte de payer 10 millions de dollars à chacune des familles des 270 victimes de l’attentat de Lockerbie ; en mars 2003, le régime libyen contacte le Royaume-Uni afin de commencer des négociations sur le démantèlement de son programme d’armes de destruction massive (ADM), y compris nucléaires.

  • 16 D. Moss, Reforming the Rogue : Lessons from the US-Libya Rapprochement, Policy Focus # 105, The Wa (...)

39En décembre 2003, la Libye renonce à son programme d’armes nucléaires, chimiques et biologiques, et amorce les paiements des dommages et intérêts aux familles des victimes de Lockerbie. Le démantèlement nucléaire est achevé fin 2004. Le processus d’élimination des armes chimiques n’est pas aussi efficace et reste en suspens. Les indemnités sont versées, non sans difficulté, aux familles des victimes de Lockerbie, mais A. B. Al-Megrahi est relâché en 2009 par les autorités écossaises « pour des raisons de santé » et repart vivre à Tripoli. À l’exception du projet d’attentat contre le prince héritier d’Arabie saoudite en 2003, la Libye ne soutient plus les organisations terroristes16. Au contraire, au Soudan par exemple, le colonel Kadhafi soutient le gouvernement de Khartoum et s’oppose à toute intervention de la communauté internationale au Darfour, comparant la situation à « un contentieux entre deux tribus se disputant un chameau ».

40Au cours des années 2000, en réponse au virage entrepris par la Libye, aussi incomplet qu’il soit, des compagnies pétrolières américaines reviennent s’établir en Libye, parmi lesquelles Occidental, le Groupe Oasis (Amerada Hess, Marathon, ConocoPhillips) et Exxon. Au total, plus de 50 compagnies internationales s’implantent en Libye pour aider le pays à retrouver son niveau de production de 3 millions de barils par jour (MBJ), soit le double de la production en 2004 (l, 6 MBJ). Le produit intérieur brut (PIB) double pour atteindre 100 milliards de dollars à la fin des années 2000, et le commerce avec les États-Unis, inexistant depuis l’embargo, atteint une valeur de 4 milliards de dollars. En revanche, la privatisation et la libre-entreprise ne démarrent pas vraiment en Libye ; la réforme économique n’a pas eu lieu et elle ne se produira sans doute pas dans les conditions politiques actuelles. Même l’objectif des 3 MBJ, fixé pour 2012, a été reporté à 2017.

41Autre déception pour les États-Unis : l’absence de mise en place d’un processus de démocratisation du régime libyen. Toutefois, la vague de mouvements de contestation populaires qui a gagné un à un les pays de la région depuis janvier 2011 a également touché la Libye, et ouvrira peut-être de nouvelles perspectives dans ce domaine.

Lavenir des relations entre les Etats-Unis et le Maghreb

42Les principaux intérêts défendus par la politique étrangère américaine en Afrique du Nord sont les mêmes que ceux qui caractérisent sa politique étrangère en général, ce qui confirme la place non négligeable mais toutefois secondaire que les États-Unis accordent à la région sur le plan international. Les enjeux majeurs pris en compte par les États-Unis sont les suivants : la lutte contre le terrorisme, les hydrocarbures, l’islam, le Moyen-Orient, les processus de démocratisation et de libéralisation, la coopération régionale et internationale, la succession au pouvoir, et le Sahara occidental, seul enjeu à la fois particulier et commun à la région.

La lutte contre le terrorisme

43Il s’agit là d’un élément capital de la politique sécuritaire des États-Unis. Le Maghreb est connu pour être le théâtre d’activités terroristes : il a été impliqué dans des attentats perpétrés en Europe, l’Algérie en particulier a connu dans les années 1990 une escalade du terrorisme qu’elle a combattu tout aussi violemment ; la région abrite dans sa partie sud un foyer terroriste entretenu par AQMI. Pour lutter efficacement contre le terrorisme, il est essentiel de favoriser le développement économique de la région et de lutter contre le chômage qui pousse certains jeunes au désespoir et à l’aliénation, encourage l’émigration et accentue la réceptivité aux discours extrémistes. La lutte contre le terrorisme ne relève pas de la seule responsabilité des agents en charge de la sécurité ; elle est à mettre en lien avec le développement économique et social, et justifie donc l’octroi d’aides au développement et la promotion du commerce international. Deuxième point essentiel de la lutte contre le terrorisme : la transparence en politique et l’adoption de bonnes pratiques de gouvernance, sans quoi la population pourra être tentée de prêter l’oreille à une opposition qui se prétend propre, populaire et inspirée. Trop de régimes au Moyen-Orient (Iran, Somalie, Palestine, Soudan, Afghanistan) ont succombé à des mouvements dits religieux, portés au pouvoir par des vagues de protestation contre des systèmes de gouvernance corrompus et inefficaces. C’est précisément ce qui inquiète les États-Unis, car l’Algérie, la Libye et la Tunisie – en tout cas celle de Ben Ali – sont des exemples de régimes corrompus. Pour reprendre le vocabulaire de l’OTAN, la « sécurité dure » – au sens militaire du terme – dépend de la « sécurité molle » – relative aux différents domaines de la société civile (développement économique, humain, respect des droits de l’homme, etc.).

44En ce qui concerne AQMI et tout autre groupe salafiste ou djihadiste, tous les pays du Maghreb coopèrent avec les États-Unis en matière d’échanges de renseignements et d’action policière et militaire. Il est toutefois dommage qu’ils ne coopèrent pas entre eux, faute de confiance mutuelle en matière de sécurité. L’Algérie étant la principale cible des attaques terroristes dans la région, elle a tout à gagner à coopérer avec les États-Unis, mais ses voisins semblent mener une politique de lutte contre le terrorisme plus efficace. Pour les États-Unis, l’intérêt opérationnel de ce type de partenariat est de promouvoir une coopération plus efficace entre les pays du Magreb eux-mêmes : la lutte contre le terrorisme s’en trouverait grandement facilitée.

Les hydrocarbures : ressource majeure du Maghreb

45Le secteur des hydrocarbures est de plus en plus important pour les États-Unis, qui cherchent à diversifier leurs fournisseurs jusqu’à présent concentrés au Moyen-Orient. À cet égard, l’Algérie et la Libye présentent un intérêt particulier pour les États-Unis, et ce même si les économies algérienne et libyenne, fortes de leur rente pétrolière, constituent une base erratique pour la croissance, la stabilité et l’approvisionnement. Du fait de leurs importations de pétrole et de gaz, les États-Unis sont le principal client de l’Algérie et un client majeur de la Libye, dont l’industrie pétrolière bénéficie également d’importants investissements américains. C’est un marché que les États-Unis veulent conserver et même développer dans les années à venir, en vue d’autres types de coopération. Comme nous l’avons dit plus haut, la coopération avec la Libye reste ponctuelle ; en revanche, elle est plus développée avec l’Algérie, et confirme la nécessité d’accentuer la coopération bilatérale dans la lutte contre le terrorisme.

L’islam

46L’islam est souvent mal compris par les Américains, qui ont tendance à l’assimiler à sa seule forme extrémiste. Pour un pays qui abrite en son sein des extrémistes religieux de toutes sortes et qui d’ordinaire fait preuve d’une grande tolérance en matière religieuse, ces préjugés contre l’islam sont difficiles à expliquer. Les présidents George W. Bush et B. Obama ont tous deux affirmé que les États-Unis n’étaient pas en guerre contre l’islam, mais les attentats du 11-Septembre ont touché la nation américaine au plus profond d’elle-même, comme l’attaque de Pearl Harbor en 1941. La solidarité envers le peuple américain que les pays du Maghreb ont tenu à manifester après les événements de septembre 2001 a été appréciée, et l’islam modéré qui y est pratiqué ajoute à l’intérêt des États-Unis pour la région. Peut-être les pays musulmans de la rive sud de la Méditerranée aideront-ils les Américains à mieux appréhender leur religion. Quoi qu’il en soit, celle-ci demeurera un élément d’importance dans les rapports futurs entre les États-Unis et les pays du Maghreb.

Le Moyen-Orient

47Cette région est d’une importance capitale pour les États-Unis. Les intérêts qui y sont rattachés sont divers, parfois contradictoires. Les États-Unis entretiennent avec Israël un lien extrêmement fort pour plusieurs raisons : son caractère démocratique et libéral, l’existence d’affinités historiques avec la Shoah ou encore sociales avec sa population juive. Cet engagement envers Israël constitue une entrave aux intérêts stratégiques américains dans le monde arabe, essentiellement liés au pétrole. Soucieux de concilier ces intérêts contradictoires, les États-Unis ont mis en route un processus de paix, surtout à partir de la guerre d’Octobre de 1973. Les pays maghrébins ont joué un rôle de médiateurs non négligeable dans ce processus et ils continuent de le faire, chacun à sa façon. S’il ne faisait pas office de passerelle entre les États-Unis et le Moyen-Orient, le Maghreb perdrait beaucoup de sa valeur aux yeux du partenaire américain. En se montrant utiles, les pays maghrébins renforcent leur position auprès des États-Unis et ont voix au chapitre. C’est donc un partenariat à double sens, élément essentiel pour le maintien de bonnes relations.

Les processus de démocratisation et de libéralisation

48La promotion de la démocratie est un sujet auquel les États-Unis sont très attachés. Il arrive même qu’elle entre en conflit avec d’autres priorités plus stratégiques ou matérialistes. Aux yeux des « puristes de la démocratie », que l’on retrouve parfois dans les think tanks américains, chaque pays du Maghreb a ses tares : une junte militaire qui tient les rênes du pouvoir en Algérie ; une autocratie familiale qui empêche toute réelle opposition en Tunisie – du moins était-ce le cas avant la chute du régime de Ben Ali début 2011 – ; une Jamahiriya qui a poussé la personnalisation du pouvoir à l’extrême en Libye. Il y a du vrai dans cette analyse, mais elle ne tient pas compte de l’évolution de ces pays. Si la Tunisie – jusqu’en janvier 2011 – et la Libye stagnent sur le plan démocratique, les systèmes multipartites en Algérie et, plus encore, au Maroc marquent un certain progrès sur la voie de la démocratisation. Au moment où nous écrivons, il est trop tôt pour se prononcer sur l’avenir de la Tunisie post-Ben Ali. Le Maroc, du fait de son libéralisme politique plus avancé, essuie plus de critiques et subit une plus grande pression que l’Algérie, mais il marque aussi des points dans ses rapports avec le partenaire américain.

49Les États-Unis continueront de promouvoir les libertés publiques et les droits civiques, notamment la liberté de la presse, l’état de droit, et la transparence plutôt que la corruption. Dans les faits, ces principes ne sont pas des éléments déterminants de la politique étrangère américaine mais ils créent un cadre, une orientation pour d’autres questions plus précises. L’administration Obama a émis une succession de commentaires ambigus et contradictoires au sujet des soulèvements de contestation populaires observés en Afrique du Nord depuis la fin 2010, tiraillée entre son aspiration démocratique et le besoin stratégique de traiter avec les gouvernements en place.

50La libéralisation des échanges économiques est tout aussi importante, mais, dans ce cas, les bénéfices retirés par les États-Unis sont directs et concrets et dépassent le simple cadre théorique : en effet, qui dit économie libérale dit ouverture aux investissements américains. La démocratisation et la libéralisation conduisent directement à deux autres enjeux : la succession au pouvoir et la coopération.

La succession au pouvoir

51Il s’agit d’une question majeure pour quatre des cinq pays de la région, mais qui tend à sortir du périmètre d’action des États-Unis. Au Maroc, Mohamed VI a déjà succédé à son père en 1999 ; la rotation des élites doit maintenant se produire au niveau des partis politiques, qui demeurent pour l’instant entre les mains de la vieille génération.

52En Algérie, l’avenir proche semble offrir peu de perspectives. Il faudrait une main ferme et déterminée pour libéraliser le système politique et économique du pays, ce qui peut sembler contradictoire. Quoi qu’il en soit, les intérêts américains vont de pair avec le réformisme et la libéralisation, à l’intérieur du pays mais aussi dans ses relations avec ses voisins.

53En Tunisie, la situation reste ouverte depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011. Le soulèvement populaire qui en est à l’origine rappelle les émeutes de 1984, mais à l’époque H. Bourguiba était là pour assurer la stabilité du pays. La lutte pour le pouvoir, avec une opposition affaiblie sans leader désigné, rappelle le sort du Néo-Destour devenu le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) en 1987-1989. La Tunisie n’est pas un pays marqué par l’instabilité. Le gouvernement américain a accueilli favorablement la chute de Ben Ali, avec toutefois une certaine réserve, espérant voir le pays s’orienter vers une démocratie pluraliste, stable et laïque, après avoir ouvert la voie de la contestation populaire contre les autocrates corrompus dans l’ensemble de la région.

La coopération : intermaghrébine d’abord, internationale ensuite

54La coopération sous toutes ses formes représente évidemment un intérêt d’ordre général pour les États-Unis, mais elle revêt aussi une importance particulière pour l’Afrique du Nord. Si les pays du Maghreb parvenaient à former un espace intégré et uni, il serait plus facile pour chacun d’eux de développer des liens de confiance avec ses voisins. Ce point a déjà été évoqué dans le cadre de la coopération avec les États-Unis dans la lutte contre le terrorisme, mais il est encore plus pertinent dès lors qu’il s’agit des rapports sécuritaires entre les pays de la région eux-mêmes. Il semble en effet aberrant que le Maghreb ne constitue pas, à l’heure actuelle, une communauté sécuritaire au sein de laquelle la guerre est exclue, alors que c’est le cas de l’ensemble des pays de l’autre côté de la Méditerranée et que des rapports similaires existent entre les pays des deux rives. Il est dans l’intérêt des États-Unis, et aussi de l’UE, de promouvoir la création d’une communauté semblable en Afrique du Nord.

  • 17 Pour une analyse détaillée et chiffrée, voir G. C. Hufbauer et C. Brunel, op. cit. [12].

55Plus urgente encore est l’instauration d’une coopération économique au Maghreb, puis entre le Maghreb, les États-Unis et l’Europe. Le commerce intrarégional, qui représente actuellement l, 3 % du commerce total de la région, est le plus bas de toutes les régions au monde. Des études économétriques ont démontré qu’une zone de libre-échange (ZLE) entre les pays de l’UMA engendrerait une croissance du commerce régional d’une valeur de l milliard de dollars. Plus encore, la création d’une ZLE régionale intégrant les États-Unis ou l’UE permettrait une hausse du commerce maghrébin de l’ordre de 4 à 5 milliards de dollars ; quant à l’instauration d’une ZLE réunissant les trois régions (États-Unis, UE, UMA), elle produirait une hausse de 9 milliards de dollars. Les investissements directs étrangers (IDE) seraient augmentés à peu près du même montant, dans un délai de deux à cinq ans seulement17. Mais ce type de coopération se heurte à un obstacle de taille : le Sahara occidental.

La question du Sahara occidental

  • 18 Ce ne fut néanmoins pas le cas au début du mandat du président Jimmy Carter.

56Le Sahara occidental a toujours été un problème pour les États-Unis, étant donné ses rapports avec deux des pays concernés, le Maroc et l’Algérie. Au départ, les États-Unis gardent leurs distances par rapport au conflit, mais la poursuite de ce dernier à la fin des années 1970 et au début des années 1980 les contraint à intervenir et à fournir une aide militaire aux forces marocaines18. Sur le plan politique, les États-Unis, soucieux de ne pas déstabiliser leur allié marocain, reconnaissent l’enjeu considérable que constitue la question du Sahara occidental pour Rabat. Ils ont toujours considéré que la seule solution réside dans l’élaboration d’un accord entre les parties intéressées. Ils ont soutenu le cessez-le-feu voté par le Conseil de sécurité de l’ONU en 1991 ainsi que le déploiement, la même année, de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). Malheureusement, les différents représentants du Secrétaire général de l’ONU qui se sont succédé pour traiter la question du Sahara occidental, dont l’ancien secrétaire d’État américain James Baker, n’ont pas réussi à produire un accord sur la tenue du référendum ni, surtout, sur l’établissement de la liste des électeurs.

57En 2007, le Maroc propose une autonomie pour le Sahara occidental mais rattachée à la souveraineté marocaine. La proposition est rejetée par le Front Polisario et l’Algérie, mais le gouvernement américain accueille favorablement l’initiative marocaine, tout comme le Conseil de sécurité qui la qualifie de « sérieuse et crédible ». Malheureusement, les pourparlers entre les parties demeurent bloqués, malgré plus de cinq tours de négociations directes.

58Les États-Unis n’ont aucun intérêt direct dans le conflit ; leur intérêt réside dans leurs rapports avec les deux pays rivaux du Maghreb central : le soutien au Maroc prime, mais pas au point d’offenser l’Algérie. Un équilibre des plus difficiles à tenir… Et ce d’autant plus que les concepts d’autodétermination, de mouvement de libération, de référendum font directement écho aux valeurs démocratiques et libérales des États-Unis. Pour l’instant, le statu quo est de mise, et reste préférable, aux yeux des parties au conflit, à l’adoption de la position de l’adversaire. Le Maroc avait fait un premier pas en proposant le statut d’autonomie, renonçant ainsi à sa position première, qui était la revendication pure et simple du Sahara occidental en tant que territoire marocain. Mais en face, le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, utilise cette concession comme moyen de pression pour obtenir davantage et ne rien céder de sa revendication première : l’indépendance du Sahara occidental. Souvent, dans pareille situation, l’une des parties finit par s’épuiser et abandonne. Mais dans le cas présent, cet épuisement paraît supportable : le Maroc a des appuis et le Front Polisario peut compter sur le soutien de l’Algérie. Les alliées traditionnelles de cette dernière – la Russie et la Chine – ayant elles aussi des problèmes territoriaux similaires à gérer, ne sont pas aussi présentes qu’elles auraient pu l’être. Quant aux États-Unis, leur crainte d’offenser l’Algérie est probablement exagérée. Pour preuve, lorsque la proposition du Maroc sur l’autonomie du Sahara occidental a reçu le soutien américain, l’Algérie n’a pas réagi avec véhémence.

59Les observateurs extérieurs au conflit, dont les États-Unis, craignent qu’un incident fasse monter la tension d’un cran et les oblige à choisir un camp. D’où la volonté – qui ne s’est pas encore changée en empressement – des États-Unis et d’autres pays européens tels que la France, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie, de trouver une solution au conflit. L’initiative « Le Maghreb compte ! » soumise en 2009 au gouvernement américain par d’éminentes personnalités politiques et universitaires proposait une négociation des détails de l’autonomie suivie d’une reconnaissance du statut, avec ou sans l’approbation du Conseil de sécurité : le plus important était de lancer le processus, le reste suivrait… Mais l’administration Obama est pour l’instant restée frileuse sur la question du Sahara occidental.

60Les républicains et les démocrates n’ont pas tout à fait la même position sur ce dossier. Les seconds ont toujours penché du côté de l’autodétermination classique ; or, l’administration actuelle a fait un léger pas en arrière en ne réitérant pas ouvertement le soutien des administrations Clinton et Bush Jr au projet d’autonomie. Elle préfère laisser plus de temps au représentant du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, l’ambassadeur Christopher Ross, afin qu’il « détende l’atmosphère ». L’administration précédente – républicaine – avait poussé le Maroc à soumettre son projet d’autonomie à l’ONU et l’avait clairement soutenu, sans toutefois aller jusqu’à le défendre fermement devant le Conseil de sécurité, arrêter une décision et fixer une échéance.

61Le Maghreb constitue une région d’importance mais qui reste secondaire pour les États-Unis, les intérêts américains dans la région étant majoritairement subordonnés à des intérêts plus importants concernant d’autres régions partenaires des États-Unis, comme l’UE ou le Moyen-Orient. Puisque, de par sa position géographique entre autres (proximité avec l’UE et le Moyen-Orient), l’Afrique du Nord constitue une région stratégique, les États-Unis souhaitent d’une manière générale maintenir de bons rapports avec les pays qui la composent, sauf si un conflit direct avec l’un deux éclate, comme ce fut le cas avec la Libye dans les années 1980, auquel cas ils n’hésitent pas à prendre les mesures qui s’imposent. De leur côté, les pays de la région savent se servir des intérêts américains pour promouvoir les leurs. Les États-Unis sont bien sûr nettement plus puissants que les pays du Maghreb, mais chaque partie fait valoir ses intérêts à l’autre, générant des échanges complémentaires qui donnent des résultats globalement positifs.

Bibliographie

Bibliographie sélective

Achy, L., Assessing Regional Integration Potential in North Africa, United Nations Economic Commission for Africa, ECA Office for North Africa, 2006.

Ben Abdallah, K., La politique étrangère américaine au Maghreb de 1991 à 2004 : d’un intérêt dérivé à une implication directe, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2007.

Benantar, A. (dir.), Les États-Unis et le Maghreb : Regain d’Intérêt ?, Alger, CREAD, 2007.

Brown, L. C., « US-Maghribi Relations : Model or Muddle ? », in H. Barakat (dir.), Contemporary North Africa : Issue of Development and Integration, Croom Helm and Georgetown University Center for Contemporary Arab Studies, 1985.

Damis, J., « The United States and North Africa », in I. W. Zartman et W. M. Habeeb (dir.), Polity and Society in Contemporary North Africa, Boulder, Westview, 1993.

Diggs Ch. et L. Hamilton (dir.), The States of North Africa in the 1970’s – Joint Hearings before the Subcommittee on Africa and the Subcommittee on the Near East of the Committee on Foreign Affairs, House of Representatives, Ninety-Second Congress. July 18, 19 and August 2, Washington D. C., US Government Printing Office, 1972.

Hufbauer, G. C. et C. Brunel (dir.), Maghreb Regional and Global Integration, Peterson Institute of International Economics, 2008, disponible sur <bookstore.petersoninstitute.org/book-store/4266.html>.

Moss, D., Reforming the Rogue : Lessons from the US-Libya Rapprochement, Policy Focus # 105, The Washington Institute for Near East Policy, 2010, disponible sur Washingtoninstitute.org.

Moss, D., Politique Étrangère, vol. 36, no 5-6, 1971, numéro thématique : « Intérêts et politiques de la France et des États-Unis au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ».

Rosenblum, J. et I. W. Zartman, « The Far West of the Near East : The Foreign Policy of Morocco », in B. Korany et A. E. Hillal Dessouki (dir.), The Foreign Policies of Arab States, American University in Cairo Press, 2008.

Rosenblum, J. et I. W. Zartman, Why the Maghreb Matters : Threats, Opportunities, and Options for Effective American Engagement in North Africa, Potomac Institute of Policy Studies and The Conflict Management Program (SAIS), The Johns Hopkins University, 31 mars 2009.

Zartman, I. W., « The Ups and Downs of Maghrib Unity », in M. Hudson (dir.), Middle East Dilemma : The Politics and Economic of Arab Integration, New York, Columbia University Press, 1999.

Zartman, I. W., « Morocco », in L. C. Brown, Diplomacy in the Middle East, I. B. Tauris, 2004.

Notes

2 Dans ce chapitre, le terme Maghreb désigne le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye. La Mauritanie est mise de côté.

3 Why the Maghreb Matters : Threats, Opportunities, and Options for Effective American Engagement in North Africa, Potomac Institute of Policy Studies and The Conflict Management Program (SAIS), The Johns Hopkins University, 31 mars 2009.

4 Certains attribuent cet honneur à la France, probablement à tort.

5 Il s’agissait d’Anne Marie Louise d’Orléans, princesse de sang royal française, petite-fille d’Henri IV et cousine germaine de Louis XIV.

6 Ch. Diggs et L. Hamilton (dir.), The States of North Africa in the 1970’s – Joint Hearings before the Subcommittee on Africa and the Subcommittee on the Near East of the Committee on Foreign Affairs, House of Representatives, Ninety-Second Congress. July 18, 19 and August 2, Washington, US Government Printing Office, 1972.

7 Autre nom de la guerre du Kippour.

8 Du nom de son instigateur, le prince saoudien Abdallah, demi-frère du roi Fahd.

9 Signé en août 2007 entre le Maroc et la Millenium Challenge Corporation (MCC), organisme gouvernemental américain qui octroie une aide au développement aux pays qui encouragent la bonne gouvernance, investissent dans le capital humain et garantissent les libertés économiques.

10 Essayiste et psychiatre né en Martinique mais ayant vécu plusieurs années en Algérie, où il noue des contacts avec le FLN et le GPRA. Il est l’un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste.

11 K. Benabdallah, La politique étrangère américaine au Maghreb de 1991 à 2004 : d’un intérêt dérivé à une implication directe, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2007, p. 221.

12 G. C. Hufbauer et C. Brunel (dir.), Maghreb Regional and Global Integration, Peterson Institute of International Economics, 2008, p. 38, disponible sur <bookstore.petersoninstitute.org/book-store/4266.html>.

13 A. Benantar (dir.), Les États-Unis et le Maghreb : Regain d’intérêt ?, Alger, CREAD, 2007, p. 77.

14 J. Damis, « The United States and North Africa », in I. W. Zartman et W. M. Habeeb (dir.), Polity and Society in Contemporary North Africa, Boul-der, Westview, 1993.

15 J. Damis, op. cit. [14], p. 232.

16 D. Moss, Reforming the Rogue : Lessons from the US-Libya Rapprochement, Policy Focus # 105, The Washington Institute for Near East Policy, août 2010, p. 22, disponible sur Washingtoninstitute.org.

17 Pour une analyse détaillée et chiffrée, voir G. C. Hufbauer et C. Brunel, op. cit. [12].

18 Ce ne fut néanmoins pas le cas au début du mandat du président Jimmy Carter.

Auteur

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site