Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Quatrième partie. Le Journal de Kafka, atelier de l'écrivain

Chapitre II. Le Journal comme atelier d’écriture

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par-delà la dimension métacritique du Journal, il s’élabore dans cet ouvrage protéiforme un véritable processus d’écriture, puisque l’autocritique alimente la gestation progressive de l’œuvre et permet l’expérimentation des modes d’écriture et des thèmes qui nourriront l’ensemble de ses textes :

L’œuvre de Kafka possède une unité si irréductible qu’on ne peut pas y discerner des niveaux d’âge et de vitalité : en elle l’ensemble renvoie à chacune de ses parties et la partie contient déjà le sens de la totalité, fût-elle fragmentaire ou seulement esquissée1.

Les formes brèves

On trouve tout d’abord dans le Journal maintes formes brèves qui obéissent toujours à une volonté de détacher un fait ou une réflexion d’une totalité dangereuse car toujours susceptible de se muer en système figé. La forme brève2 est en effet une « chose brisée », avant tout autonome, et qui reflète une conscience aiguë de la perte de l’unité et du sens de l’univers, tout en attestant de la volonté de créer une poét...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search