Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie II. Un espace de transit et de départ des migrants

Les enfants d’immigrés au pays de leurs parents : entre imaginaire transnational et double absence

Christophe Bertossi et Marie Bassi

Texte intégral

1Depuis quelques années, une nouvelle figure de la mobilité humaine semble gagner en visibilité dans l’espace entre les pays européens d’immigration et les pays d’émigration du Maghreb. Il s’agit des enfants des « travailleurs immigrés » postcoloniaux des années 1960 et 1970. Ces populations sont nées dans un pays européen dont elles ont acquis la nationalité. Elles y ont grandi, y ont été éduquées et formées, y ont réussi un parcours d’insertion socioéconomique et professionnelle, et leur socialisation politique et culturelle s’est faite dans le cadre du système des valeurs de la citoyenneté française et de ses institutions. Du fait du droit de la nationalité du pays d’origine de leurs parents, elles ont également conservé la citoyenneté de ce dernier. Cette seconde nationalité – leur première nationalité reste à leurs yeux celle du pays où elles sont nées – ne les a longtemps guère concernées. Or, parmi ces doubles nationaux de la deuxième génération, certains, arrivés à l’âge adulte, ont décidé d’aller s’installer dans le pays d’origine de leurs parents pour y développer un projet professionnel, la plupart du temps en devenant des entrepreneurs indépendants.

  • 2 Ces nouvelles pratiques liées à la double nationalité et développées par les « immigrés » de la de (...)

2L’apparition de ces nouveaux acteurs dans l’espace méditerranéen rentre difficilement dans les prédictions des modèles habituellement utilisés pour étudier la citoyenneté des migrants et de leurs descendants2. Le premier modèle dominant est celui de l’intégration. Il suppose que la sédentarisation et l’accès à la nationalité du pays d’installation des migrants ont pour conséquence l’intégration sociale, économique, politique, culturelle et symbolique de ces derniers, transformés en nationaux que plus rien d’incommensurable ne distingue des autres nationaux. Or ce « retour » des enfants de la deuxième génération dans le pays d’origine de leurs parents met à mal cette prédiction. Si ces populations ont réussi (plutôt mieux que d’autres) leur intégration socio-économique et socioculturelle dans le pays d’installation, elles ont néanmoins construit un cadre d’appartenance qui englobe deux pays et déplace le centre de gravité de leur citoyenneté, de la France vers la Méditerranée. Surtout, elles sont passées à l’acte et ont quitté le pays dans lequel elles avaient « réussi » leur intégration socio-économique et socioculturelle.

3Le second modèle d’analyse de la citoyenneté des migrants et de leurs descendants repose sur la notion de transnationalisme. Il analyse les stratégies d’investissement des individus en situation d’émigration dans les institutions sociales et politiques de plusieurs pays en même temps. Ce modèle semblerait donc plus adapté pour expliquer les cadres d’appartenances multiples qui s’appuient sur l’institution de la double nationalité de ces acteurs. Pourtant, les doubles nationaux de la deuxième génération que nous évoquons dans ce chapitre ne développent que très peu de pratiques que l’on peut véritablement qualifier de « transnationales ». Leur projet professionnel dans le pays d’origine reste très local et ne mobilise pas de réseaux vraiment transnationaux. Il en va de même de leur participation politique, peu organisée et finalement contingente par rapport à leurs pratiques sociales. À cela s’ajoute une autre difficulté qui tient aux prédictions du modèle transnational lui-même : celui-ci souligne habituellement que les stratégies transnationales s’estompent rapidement au bout d’une génération, les deuxièmes générations abandonnant progressivement les relations avec leurs sociétés d’origine. Le groupe qui nous intéresse ne trouve donc pas non plus sa place dans ce modèle.

4Comment faire, alors, pour comprendre les pratiques de ces doubles nationaux de la deuxième génération qui s’installent dans le pays d’origine de leurs parents ? Comment définir ces acteurs sociaux ? Constituent-ils un nouveau type de « migrants de retour » en rupture avec leur intégration dans le pays où ils sont nés ? Sont-ils à l’inverse des pionniers de nouvelles pratiques de la citoyenneté dans l’espace méditerranéen ? Ou entrent-ils dans une catégorie intermédiaire nouvelle : ni migrants car ils sont citoyens de fait comme de droit des deux espaces nationaux de référence, ni citoyens portés par une éthique de la participation transnationale, sont-ils des bricoleurs pragmatiques, visant leur réussite individuelle en utilisant les opportunités institutionnelles offertes par la double nationalité ? Si tel est le cas, quels sont les facteurs qui déterminent le sens de l’action de ce groupe nouveau ? C’est à ces questions que ce chapitre est consacré, à partir d’une étude sur les Franco-Marocains de la deuxième génération qui se sont récemment installés au Maroc.

La mobilité des citoyens issus de l’immigration : l’émergence de nouvelles pratiques ?

  • 3 Voir dans cet ouvrage les contributions de Mehdi Lahlou et Flore Gubert.

5Paradoxalement, alors que l’on assiste à la fermeture des frontières nationales dans le cadre des politiques migratoires des gouvernements du Nord3, il est intéressant de noter que les pratiques de la citoyenneté s’inscrivent également dans des formes de mobilité humaine qui concernent des espaces sociaux et politiques qui se chevauchent, par-delà les frontières des États-nations. La notion de « réseaux transnationaux » désigne habituellement ces pratiques.

  • 4 J. Rex, Ethnicité et citoyenneté. La sociologie des sociétés multiculturelles, Paris, L’Harmattan, (...)

6Ce fait en soi n’est pas nouveau. John Rex souligne combien le phénomène migratoire concerne surtout des « communautés transnationales de parenté », des réseaux appuyés sur les familles élargies des migrants, au sein desquels ces derniers construisent leur identification collective et définissent leur place dans les sociétés d’immigration. Ainsi, « si l’on pose la question “à quelle société les migrants appartiennent-ils ?”, la réponse ne peut être ni le pays d’origine, ni la société de première installation, ni celle de la migration prolongée. En fait, ils appartiennent simultanément aux trois. […] Un migrant originaire du Penjab vivant en Grande-Bretagne, par exemple, peut avoir des parents au Penjab, ainsi que dans diverses régions de Grande-Bretagne et d’Amérique du Nord. Son appartenance a alors peut-être pour cadre premier cette communauté transnationale de parenté4 ».

  • 5 D. Fitzgerald, Negotiating Extra-Territorial Citizenship. Mexican Migration and the Transnational (...)

7Au-delà de ces « communautés transnationales de parenté », les pratiques de la citoyenneté ont également été abordées sous l’angle transnational, un phénomène dont la recherche a montré le développement à partir des années 1990. Ces travaux ont décrit l’investissement des premières générations d’immigrés dans les « affaires publiques » de leur pays d’origine à travers la mobilisation de ressources collectives dans le pays de départ et le pays d’arrivée, ressources qui finissent par construire un espace de mobilisation supplémentaire : les réseaux transnationaux5.

  • 6 A. Portes, L. Guarnizo et W. Haller, « Assimilation and Transnationalism : Determinants of Transna (...)

8Largement intéressés par le « modèle américain », ces travaux ont montré que l’intégration nationale des migrants dans le pays d’installation prenait toutefois le relais de cette citoyenneté transnationale et que les secondes générations d’immigrés hispaniques aux États-Unis se désintéressaient rapidement des institutions politiques et sociales de leur pays d’origine. Dans une sorte de « jeu à somme nulle », les citoyens transnationaux primo-migrants laissaient ainsi la place, en seulement une génération, à des citoyens nationaux américains. C’est la marque de la capacité d’un grand pays d’immigration – les États-Unis – à incorporer les vagues migratoires successives et de la force de son modèle d’intégration6.

  • 7 Sur les questions de la double nationalité, voir R. Hansen et P. Weil (dir.), Dual Nationality, So (...)

9Dans les pays européens, qui sont loin d’avoir la même confiance dans leurs propres modèles d’intégration, cette accumulation de plusieurs espaces normatifs et institutionnels de référence de la citoyenneté a fait l’objet d’une autre problématisation, devenant un enjeu très politisé, notamment en France, en Grande-Bretagne ou en Allemagne. Dès les années 1980, la question des allégeances, de la loyauté, du service militaire obligatoire des doubles nationaux a pris une place importante dans les débats publics et politiques sur l’intégration des migrants. L’attachement maintenu par les nouveaux citoyens issus de l’immigration à leur pays d’origine est apparu comme une « anomalie » de leur intégration et un « déficit » de loyauté à l’égard du pays de leur nouvelle citoyenneté. Si la double nationalité est globalement acceptée – du moins tacitement – par la plupart des pays européens, des pays comme l’Allemagne ou l’Autriche continuent de la refuser, d’une part parce qu’il s’agit d’un sujet sensible pour leurs opinions publiques, et d’autre part en raison, du moins en partie, d’un modèle ethnoculturel de la citoyenneté historiquement développé autour de la langue et de la culture, et instrumentalisé dans le débat public7.

  • 8 Certains travaux montrent pourtant que certains groupes reconduisent des mobilisations transnation (...)

10Face à cette double appréciation sociologique et politique des citoyennetés multiples des migrants (premièrement, la « disparition sociologique » du caractère transnational au bout d’une génération ; deuxièmement, le « coût politique » des loyautés plurielles perçues comme une remise en question des allégeances nécessaires à la citoyenneté nationale), la mobilité des doubles nationaux de la deuxième génération constitue un nouveau phénomène, qui contredit les cadres analytiques habituels du transnationalisme et de l’intégration8.

11Plusieurs aspects soulignent la singularité de ces pratiques nouvelles. En premier lieu, l’effet générationnel : il ne s’agit pas pour ces populations de simplement conserver une relation avec le pays d’origine. Les doubles nationaux dont nous parlons ici ont dû au contraire construire, à partir parfois de très peu, cette relation avec un pays qu’ils connaissaient mal, où ils n’avaient jamais vécu. Citoyens d’un pays européen où leurs parents se sont installés plusieurs décennies auparavant, ces acteurs d’une nouvelle génération découvrent la valeur d’un passeport qu’ils ont longtemps possédé mais qui n’avait pour eux aucune connotation symbolique ou statutaire – c’était un simple document facilitant les allers-retours au moment des vacances estivales en famille.

  • 9 T. Lacroix, Les réseaux marocains du développement : géographie du transnational, politiques du te (...)

12En second lieu, la projection transnationale habituelle qui court du Nord (pays d’immigration) vers le Sud (pays d’origine) est ici inversée. Il s’agit de maintenir, à partir du Sud (pays d’installation), des relations avec un pays du Nord (pays de naissance). Dans cette mobilité, les acteurs disposent de cadres normatifs déjà existants, notamment dans le débat public des deux sociétés de référence, pour justifier et valoriser leur projet individuel. Parmi ces cadres, on retrouve par exemple celui du développement du pays d’origine. Mais si l’on compare la place de ce cadre normatif dans le discours des doubles nationaux à celle qu’il occupe dans les stratégies des associations transnationales de primo-migrants9, on mesure un écart important. Le projet qui occupe les doubles nationaux de la deuxième génération est avant tout individuel. Les ressources sociales et institutionnelles des réseaux transnationaux leur font relativement défaut et ne concernent pas véritablement leur projet.

  • 10 D’après B. Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Lo (...)

13Cela ne veut pas dire pour autant que la notion de citoyenneté transnationale n’est pas une référence pertinente pour eux. Mais il ne s’agit pas d’un groupe organisé, mobilisé autour d’un projet partagé. Leurs pratiques « transnationales » se limitent à des allers-retours entre les deux pays de référence. Il ne s’agit pas d’un espace de mobilisation collective mais de construction d’un parcours biographique individuel. Leur espace transnational n’est pas « public » (ce que l’on entend habituellement par « citoyenneté transnationale »), il est avant tout « privé ». Ces doubles nationaux restent sensibles à la vie publique du pays qu’ils ont quitté mais n’y votent pas nécessairement. Ils sont sensibles à leur place dans le pays où ils s’installent, mais ils ne construisent pas leur nouvelle position à partir de leur citoyenneté. Il ne s’agit pas pour eux de créer une synergie de ressources accumulées dans les deux espaces nationaux pour optimiser leur position dans les deux sociétés. Ils ne construisent pas de troisième espace social et institutionnel qui s’ajouterait aux deux espaces nationaux. La citoyenneté transnationale de ces acteurs ne laisse guère de trace dans leurs pratiques. Elle se traduit plutôt par l’émergence d’une « communauté imaginée10 » qui organise les deux cadres de leur appartenance, qui constitue une ressource cognitive utile pour donner sens et légitimité sociale à leurs pratiques – un message adressé à la fois à la société qu’ils viennent de laisser et à celle dans laquelle ils viennent s’installer. C’est cet imaginaire transnational qui leur permet d’articuler leur parcours d’intégration dans le pays où ils sont nés et leur décision de quitter ce dernier pour s’installer dans le pays d’origine de leurs parents.

  • 11 A. Hirschman, Voice, Exit, Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Camb (...)

14Cette « communauté transnationale imaginée » est notre variable dépendante : comment expliquer sa construction ? Pour répondre à cette question, nous pouvons suggérer au moins quatre variables indépendantes. La première concerne les structures institutionnelles d’opportunité offertes par les pays d’origine : les politiques des pays d’origine à destination des populations émigrées sont-elles une ressource capable d’attirer les descendants d’émigrés ? La deuxième variable a trait aux structures d’opportunité en Europe : l’accès à la nationalité et les législations libérales sur la double nationalité sont-elles un levier qui a permis à ces populations d’envisager une installation dans le pays d’origine de leurs parents ? Au-delà de cet aspect formel, leur position sociale objective dans la société de naissance contribue-t-elle à renforcer la capacité de ces doubles nationaux à se projeter dans un espace d’appartenance transnational ? La troisième variable concerne, à l’inverse, des opportunités « négatives » : le racisme et les discriminations vécues ou ressenties et la culturalisation des débats publics et politiques sur la citoyenneté, l’immigration et l’islam en Europe ont-ils poussé ces populations vers la « sortie »11 ? Enfin, une quatrième variable que l’on peut envisager est la définition positive d’un projet : celui d’une identité transnationale elle-même, comme cadre idéalisé d’appartenance dans un monde de diversité culturelle et de mobilité humaine, dans lequel ceux qui disposent de plusieurs nationalités sont privilégiés et ne subissent pas les contraintes des institutions chargées du contrôle des frontières nationales.

15Dans les paragraphes qui suivent, nous présentons l’étude empirique que nous avons réalisée au Maroc, puis nous en discutons les résultats pour évaluer le poids respectif de ces différentes variables indépendantes dans la construction de la « communauté transnationale imaginée » des doubles nationaux.

Une étude sur les doubles nationaux franco-marocains

16Nous avons réalisé au printemps 2010 une étude qualitative sur les doubles nationaux marocains. L’objectif initial de cette étude était d’analyser les pratiques entrepreneuriales transnationales qui se développent entre l’Europe et le Maghreb, et de voir dans quelle mesure les doubles nationaux de la deuxième génération étaient impliqués dans ces pratiques. Or, les résultats ont fait apparaître un groupe de doubles nationaux qui ne correspondait pas au profil type de l’entrepreneur transnational, comme nous venons de l’évoquer.

  • 12 À la double nationalité (franco-marocaine) et au lieu de naissance (en France), s’est ajouté un au (...)

17Cette étude n’est, à ce stade, qu’une recherche « pilote ». Notre échantillon s’est limité à une vingtaine d’entrepreneurs, parmi lesquels seulement dix Franco-Marocains de la deuxième génération – la population qui nous intéresse ici12. Pour mieux mesurer la spécificité de ce groupe et ses éventuelles pratiques transnationales, nous avons également réalisé six entretiens avec des primo-migrants marocains qui, pendant leur émigration, ont obtenu une seconde nationalité (en France, en Suède, aux États-Unis et au Canada). Enfin, quatre entretiens ont été conduits auprès de primo-migrants marocains, également entrepreneurs « de retour » au Maroc, qui ne possédent aucune autre nationalité. Nous avons par ailleurs rencontré des chercheurs et des représentants d’institutions publiques ou d’associations (14 au total), dans le cadre d’entretiens exploratoires.

L’intégration en france comme levier d’appartenance transnationale

18Les doubles nationaux de la deuxième génération de notre échantillon sont issus de familles nombreuses appartenant aux classes populaires ou moyennes. Ils sont nés en France et ont grandi en province ou dans des banlieues résidentielles (région parisienne ou Aquitaine). Leurs parents ont accordé une grande importance à leur réussite scolaire. Les enquêtés sont tous titulaires du baccalauréat et la majorité d’entre eux a poursuivi des études de niveau Bac + 3. Leur position sociale de départ est généralement plus fragile que celle des enquêtés des deux autres groupes de notre échantillon, qu’il s’agisse des primo-migrants binationaux (tous issus de la classe moyenne marocaine, ayant investi dans un projet d’émigration pour accroître leur capital humain) ou des entrepreneurs transnationaux marocains sans double nationalité (issus de milieux aisés, partis à l’étranger pour compléter leur parcours universitaire et renforcer leurs perspectives de carrière). Il s’agit donc d’une population ayant investi, avec succès, dans une stratégie de mobilité sociale ascendante en France.

19Dans leurs propos, ces Franco-Marocains de la deuxième génération se distinguent de l’image sociale des « jeunes issus de l’immigration » qui ont grandi dans ce qu’ils appellent les « quartiers » ou les « banlieues ». Ils mettent un soin particulier à ne pas être assimilés à ces « jeunes des cités ». L’un d’entre eux résume ce souci de distinction : « J’ai grandi à l’abri de tout ce que l’on peut vivre en banlieue : le côté un peu drogue, délinquance […]. Je n’ai pas trop connu ce parcours un peu dur du “beur de banlieue” parce que ça se voyait dans mes yeux. Les yeux ouverts, tranquille, pas à rougir de ce que je suis alors que mes potes avaient l’appréhension, un peu partis perdants. » D’autres insistent sur le fait qu’ils ne sont pas restés « entre immigrés », refusant l’étiquette « communautariste ».

20De sorte qu’ils ne se sentent pas concernés par la problématique de « l’intégration » qui anime les débats publics et politiques en Europe. Cette question n’a pas beaucoup de sens à leurs yeux. Tous se sentent « totalement Français » et parfaitement intégrés socialement et économiquement en France, même s’ils savent que leur origine marocaine peut être un motif d’attribution d’une identité ethnique qui leur vaudra de toujours devoir se justifier. « Pour moi, résume l’un d’eux, l’intégration ça n’a pas de sens. Je suis né en Bourgogne, je connais l’histoire de Vercingétorix à Sarko sur le bout des doigts. Je connais les coutumes, les fêtes… je suis français. »

21Enfin, la majorité des enquêtés de la deuxième génération sont fortement socialisés sur le plan politique en France. Ils y votaient régulièrement et étaient impliqués dans le domaine associatif. Il s’agissait généralement d’associations « d’aide aux devoirs » pour les enfants en situation défavorisée ou d’aide aux immigrés et aux personnes issues de l’immigration – une socialisation politique que l’on mesure également chez les primo-migrants binationaux, qui votent mais qui sont moins engagés dans les associations sociales de proximité que ne l’est la deuxième génération de Franco-Marocains de notre échantillon.

22On peut donc proposer l’hypothèse suivante : la décision d’un investissement entrepreneurial au Maroc se fait lorsque les individus sont intégrés sur le plan socio-économique dans la société de naissance et s’ils disposent des ressources (notamment financières) nécessaires au démarrage de leur activité entrepreneuriale à l’étranger. La marginalisation et la précarité sociales entravent les possibilités d’élargir l’espace pertinent d’appartenance. Cela explique la synergie plutôt que la contradiction entre « être intégré » en France et s’investir dans un projet d’installation au Maroc.

Construction cognitive de la relation entre « intégration » et imaginaire transnational

  • 13 Les prénoms des enquêtés cités ont bien entendu été changés.

23Dans les entretiens, c’est le désir de ne pas choisir qui apparaît au premier plan des structures de justification et de représentation de la relation entre « intégration » et imaginaire transnational : les Franco-Marocains de la deuxième génération revendiquent une double appartenance. Les deux cultures sont des éléments complémentaires et constitutifs d’une même identité. Ce thème de la double appartenance est bien connu de la sociologie de l’intégration depuis les travaux d’Abdelmalek Sayad. Paraphrasant la chanson de Joséphine Baker, Driss13 déclare : « J’ai deux pays dans le cœur : c’est la France et le Maroc ; je suis aussi bien gaulois que sarrazin. » Un autre enquêté décline ce thème : « Tu me demandes de choisir entre le Maroc et la France, c’est comme si tu me demandais de choisir entre ma mère et mon père […]. La France, je l’aime énormément. Je suis franco-marocain. Je suis né en France, mes parents sont marocains, je suis d’origine marocaine. »

24Mais cette double appartenance n’a ni automatiquement ni directement débouché sur la construction, à l’âge adulte, d’une double citoyenneté et encore moins d’un projet de départ à l’étranger. Certes, tous les binationaux de la deuxième génération ont eu l’habitude d’aller chaque année au Maroc avec leurs parents pendant les vacances d’été. Les propos suivants reviennent de façon systématique : « Je venais pour passer les vacances comme toute personne d’origine marocaine » ou, avec humour, « On a fait les bons immigrés : tous les ans, la voiture, la transhumance par l’Espagne ».

25Mais de ces voyages familiaux à la décision de quitter la France et de s’installer au Maroc pour y travailler, il y a loin. Qui plus est, certains avaient rompu le contact avec le pays de leurs parents, notamment au moment de l’adolescence, préférant découvrir d’autres destinations estivales et mettant donc un terme à ces allers-retours entre la France et le Maroc. D’autres enquêtés ont même témoigné d’un rejet pour le Maroc à un moment de leur vie. Enfin, la plupart ont longtemps envisagé l’avenir uniquement en France.

26Le projet de partir pour le Maroc n’est donc pas allé de soi. De retour au Maroc en janvier 2010, Adnane, un Franco-Marocain né en France en 1972, explique que, si on lui avait posé la question il y a dix ans, il n’aurait pas pensé à s’installer au Maroc : « Qu’est ce que je vais faire dans ce pays ? Avec des Marocains en plus ? Même pas en rêve ! Je ne me sentais pas du tout concerné. Rien à voir avec eux. Il y a dix ans j’étais français. Et maintenant je me sens les deux. Il y a un bon retour aux sources. »

27Les enquêtés dont les parents avaient conservé peu de relations avec le Maroc ont parfois dû reconstruire eux-mêmes une relation culturelle et des liens symboliques avec le pays d’origine. L’un d’entre eux explique que ses parents « se sont complètement détachés du Maroc. Ils n’ont rien à eux ici [au Maroc], rien à leur nom […]. À la maison [en France], on parle tous français. Mes parents sont complètement francisés ». Son père n’envoie plus d’argent à la famille restée au Maroc ; il appelle rarement ses frères, « une fois de temps en temps pour les fêtes ». Lorsqu’il arrive au Maroc à la fin de l’année 2009, Adnane parle parfaitement arabe. C’est le résultat d’un travail de restauration culturelle qui a commencé chez lui, en famille : « Pour moi c’était important [de parler l’arabe]. Je l’ai appris à la maison. À un moment, je m’en rappelle, j’ai toujours cette image : on était à table et j’ai tapé sur la table et j’ai dit : “maintenant vous me parlez qu’en arabe à la maison”. Et depuis ce jour, ils me parlent en arabe à la maison. Sauf quand il y a des invités, par respect. Par contre ma sœur, faut l’entendre parler, c’est une blague ! »

28Cela nous conduit à formuler une deuxième hypothèse : le sentiment de « double appartenance » ne suffit pas à expliquer l’élargissement des cadres d’appartenance de ces doubles nationaux de la deuxième génération. Si le cadre cognitif de la « double nationalité/double appartenance/double culture » permet de construire un lien entre leur « intégration réussie » en France et leur désir de s’investir dans leur seconde nationalité d’origine, il n’explique pas leur décision. Pour preuve, le travail parfois très important que ces enquêtés ont dû faire pour restaurer les dimensions culturelles et sociales de leur relation au Maroc, dimensions qui avaient disparu de leur environnement familial immédiat. La double appartenance est ainsi parfois davantage le résultat que le point de départ de la construction d’une communauté transnationale imaginée.

Les déterminants positifs et négatifs de leur installation au Maroc

29Leur décision de s’installer au Maroc est-elle alors plutôt liée à la définition d’un projet « positif » individuel, familial, professionnel ou citoyen (le transnational comme mode d’appartenance) ? Ou, à l’inverse, est-elle plutôt liée à des structures d’opportunités « négatives » en France (notamment le racisme et les discriminations vécues ou ressenties ainsi que l’impossibilité, malgré leur mobilité sociale ascendante, d’être reconnus comme des « Français comme les autres ») ?

30La moitié des doubles nationaux de la deuxième génération de notre échantillon s’est sentie discriminée du fait de son origine nationale. Sur ces cinq Franco-Marocains, deux ont construit leur discours quasi exclusivement sur cette thématique, identifiant les discriminations comme la cause de l’échec de leur ascension professionnelle en France. La première forme de discrimination ressentie en France concerne l’accès au marché du travail. Ainsi, « quand on est issu de l’immigration, quand on vous donne un poste à responsabilité, c’est comme si on vous faisait une fleur […]. Et on est d’autant plus exigeant avec vous ». Ou encore, pour un autre : « On doit redoubler d’efforts, que ce soit dans le taf, dans les études […]. Sur le CV, c’est toujours un peu plus difficile. Faut pas se voiler la face : les CV ne sont pas anonymes. »

31La politisation des thèmes de la diversité, de l’islam et de l’immigration a également compté, notamment dans le contexte qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001 : « Il y avait la montée du FN [Front National] […]. La crise, l’après-11-Septembre… L’effet chômage qui touche plus la communauté étrangère ou ceux catalogués comme étant d’origine étrangère, et puis les gens qui sont musulmans ou d’origine arabe. C’est quelque chose de très perceptible et pour certains, je pense, ça a pu jouer. Ça peut être un accélérateur effectivement. C’est une période qui n’est pas toujours simple pour les gens qui sont différents, ou qu’on présente comme étant différents. »

32Enfin, le rapport aux institutions publiques est également un vecteur de stigmatisation. Un enquêté explique que les contrôles au faciès effectués par la police ont été très pesants : « Ras-le-bol de la France, ras-le-bol de tout ce qui se passe en ce moment là-bas. Tout ce qui est politique ultra-sécuritaire, se faire contrôler […] cinq ou six fois dans la semaine, par les mêmes flics qui te connaissent d’ailleurs […]. Moi ça m’a saoulé plus d’une fois. Le truc bateau : les boîtes de nuit ou [si] tu rentres dans un magasin, t’as toujours le con de vigile qui te suit. »

33Si ces éléments n’ont pas constitué le motif principal de leur départ, ils ont pu conforter leur décision. Surtout, cela les a conduits à envisager une stratégie pour valoriser le capital acquis en France en cherchant à contourner le « plafond de verre » qu’ils y ont rencontré. En réfléchissant à cette stratégie, ils ont redécouvert le Maroc comme un espace de nouvelles opportunités, où il est possible de créer son entreprise même si l’on n’a pas fait de longues études ; de gagner rapidement de l’argent en travaillant dur ; d’avoir, à salaire égal, un niveau de vie nettement supérieur. À l’inverse, la France apparaît comme le pays des frustrations, des blocages, des limites à la libre entreprise : il y est très difficile d’avoir un salaire qui permette un niveau de vie élevé ; les perspectives d’ascension sociale sont limitées.

34De sorte que le projet d’aller au Maroc ne se conçoit pas « par dépit ». Les enquêtés font une analyse « coûts/bénéfices » qui conclut à l’attractivité économique du Maroc : « Aujourd’hui, le Maroc, c’est un des seuls endroits de la Méditerranée où l’on peut faire une belle carrière, où l’on peut rehausser son niveau de vie en y mettant la même énergie que celle que j’aurais mise en France. C’est saturé en France, là. Ici, y a de la place pour les entrepreneurs. Le mec qui a de l’énergie, une idée et un savoir-faire, il peut créer sa boîte. En France, c’est beaucoup plus dur. En plus, il y a de grosses taxes même s’il y a des exonérations au départ. Au Maroc, il y a encore cette possibilité de faire beaucoup d’argent avec un bon créneau assez vite. » La possibilité d’acquérir un nouveau statut social d’employeur, en s’affranchissant du statut de salarié, est très importante.

35Néanmoins, pour reprendre le vocabulaire de Max Weber, ce calcul des opportunités mettant en balance la France et le Maroc ne se limite pas à une « rationalité en finalité » (le choix par les acteurs des moyens qui leur permettront d’atteindre le plus vraisemblablement leurs buts – ici, une vie meilleure). Elle concerne également une « rationalité en valeur », au service d’une conviction et d’une éthique de la citoyenneté.

36Cette conviction concerne le désir des enquêtés de contribuer également au développement du Maroc. Ils se sentent plus utiles « à leur petite échelle » au Maroc qu’en France (un point de vue également partagé par les primo-migrants binationaux ou non de notre échantillon, partis en Europe ou au Canada). Le fait de pouvoir contribuer au développement de leur pays d’origine ou du pays d’origine de leurs parents donne un sens supplémentaire à leur retour et les valorise. Une enquêtée met très clairement en relation ces différents éléments : « J’ai envie aujourd’hui, moi, à mon petit échelon, de pouvoir contribuer à l’essor de mon pays […]. Si on ne nous reconnaît pas à notre juste valeur [en France], peut-être que dans notre pays d’origine, même si ça va pas forcément être évident, on va apporter quelque chose, et au moins on aura l’impression d’avoir contribué à quelque chose. Parce qu’ici [en France], moi j’ai pas l’impression de contribuer à quelque chose. »

37Cela nous conduit à une troisième hypothèse : la construction de l’imaginaire transnational est liée à une structure combinant une position objective favorable et une position symbolique défavorable dans la hiérarchie des inégalités du pays de première citoyenneté. Si l’intégration socio-économique réussie des citoyens issus de l’immigration leur permet d’engager des stratégies identitaires transnationales, les processus d’ethnicisation, de stigmatisation et les formes de discrimination dont ils peuvent faire l’expérience les conduisent indirectement à envisager une alternative à leur stratégie de mobilité sociale ascendante. Dans cette recherche d’alternative, le pays d’origine des parents semble offrir une possibilité de réaliser leur désir de mobilité sociale, de voir reconnaître leur capital social, culturel et humain et d’accompagner cette stratégie d’une rationalité en valeur, qui donne un sens symbolique et une légitimité sociale à leur parcours individuel – une dignité.

Le poids des institutions du pays d’origine dans la décision initiale

  • 14 À partir du milieu des années 1980, l’État marocain commence à changer son regard sur ses émigrés. (...)

38Dans quelle mesure la politique du pays d’origine motive-t-elle la décision des doubles nationaux de la deuxième génération de développer un projet professionnel au Maroc ? On relève un paradoxe dans le discours des enquêtés – qui n’est plus ici une spécificité des Franco-Marocains de la deuxième génération mais qui est partagé également par les primo-migrants, binationaux ou non, de notre échantillon. D’un côté, les enquêtés affirment que la politique du Maroc envers les « Marocains résidents à l’étranger » (MRE) a évolué positivement depuis une quinzaine d’années14 : « Il y a une réflexion, parce qu’on a quand même un secrétaire d’État chargé des MRE, et puis y a aussi la Fondation Banque Populaire qui œuvre pour l’entreprise. » De l’autre, ils ne mobilisent pas ou peu ces institutions et expriment un manque de confiance envers les institutions marocaines.

39Dans la phase préparatoire de leur projet, les enquêtés cherchent généralement à mobiliser à la fois leur réseau personnel et les ressources institutionnelles officielles. Constatant l’inefficacité ou le manque de structures d’aide et d’accompagnement (presque aucun d’entre eux n’a obtenu le crédit bancaire ou l’aide publique souhaitée), ils s’orientent ensuite vers leurs propres réseaux interpersonnels.

40D’autres professionnalisent cette activité de soutien aux MRE, en mettant sur pied des organisations destinées au développement de leurs projets entrepreneuriaux. Ces pratiques associatives prolongent donc l’expérience que les enquêtés ont acquise en France, mais dans un secteur très différent. Les enquêtés réinvestissent leur capital culturel ou militant dans le domaine économique. Par exemple, Hakim, franco-marocain de la deuxième génération, était éducateur social en France. Au Maroc, il préside la Commission pour les relations sociales du patronat marocain ainsi qu’une fondation pour l’emploi. Il a également créé le Réseau international pour la diaspora marocaine (RIDM) afin de « faciliter un peu le retour des gens qui veulent investir au Maroc, […] particulièrement des enfants de l’immigration ».

41Au-delà de ces initiatives, les enquêtés estiment toutefois que la voie informelle (famille proche et élargie, amis, connaissances) reste la plus adaptée et la plus efficace dans le contexte marocain. Ainsi les ressources informelles priment-elles largement sur les ressources formelles pour la mise en place de ces projets. Un enquêté explique en quoi la sphère informelle qui existe à côté du cadre institutionnel est la voie la plus efficace : « Il y a un cadre juridique mais personne n’est capable de vous dire le chemin exact. Donc, on s’entoure d’experts-comptables mais bon, il y a tout ce qui est parallèle qui fait gagner ou perdre du temps si on n’a pas les bonnes connexions. » Un autre insiste sur l’importance des réseaux au Maroc : « Le Maroc est un pays de réseaux : quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un. Sinon, vous ne vous en sortez pas […]. Si vous voulez faire les choses de manière administrative dans les règles de l’art, vous allez mettre six mois à obtenir un papier, si vous avez un réseau, vous pouvez l’avoir en 48 heures. »

42La quatrième hypothèse que nous pouvons proposer est donc que les politiques du pays d’origine à destination de ces nationaux de l’étranger n’ont qu’un impact très relatif sur la décision des doubles nationaux de la deuxième génération de démarrer un projet entrepreneurial dans le pays d’origine de leurs parents. Si ces politiques peuvent avoir un effet symbolique et politique (une reconnaissance de la légitimité sociale des doubles nationaux à participer au développement de la société d’origine), leur efficacité reste affectée par un déficit important de confiance à l’égard des institutions politiques et administratives du pays d’origine. C’est notamment le thème, récurrent dans les entretiens, de la corruption. En dehors de la nationalité qu’elles octroient, les institutions étatiques ne jouent donc guère un rôle actif dans la construction des pratiques nourries par un imaginaire transnational. À l’inverse, la citoyenneté transnationale imaginée par ces acteurs ne souffre pas de ce déficit de confiance et elle se construit dans d’autres espaces sociaux et institutionnels (les réseaux personnels, la sphère entrepreneuriale, les organisations professionnelles et le marché).

Limites et résilience culturelles

43Si la double appartenance apparaît, aux yeux des enquêtés, comme une richesse, elle est parfois stigmatisée par les Marocains qui n’ont pas quitté le Maroc. La plupart des personnes rencontrées racontent s’être heurtées à la méfiance, parfois même au rejet des autres Marocains. Cela se traduit par des remarques mettant en doute leur « marocanité », par des discriminations, des regards suspicieux. Plusieurs facteurs peuvent provoquer un tel déni d’identité : la langue, les habitudes religieuses, un comportement ou un mode de vie perçu comme « occidental », etc. Un enquêté explique par exemple qu’il « passe pour un extraterrestre » au Maroc, car « [il n’a] pas l’accent qui va bien en arabe et [son] français n’est pas celui des locaux ».

  • 15 A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, (...)

44Certains disent avoir été acculés à choisir une identité unique au Maroc. On cloisonne ce qu’ils relient : alors que les enquêtés s’envisagent comme appartenant à deux espaces, deux sociétés, deux cultures, le regard porté sur eux leur refuse cette double identité. La double appartenance a donc pour revers une « double absence15 » : « Ça n’a pas été facile parce que j’étais un Marocain en France, donc pas forcément français, et un Français au Maroc, donc pas forcément marocain non plus. Dans tout ça, il faut trouver sa place […]. Ici, j’ai été choqué plus d’une fois parce que quand on cherchait notre appartement, on nous a dit plus de cinq fois “non je ne loue pas aux zmagri”, et ça, ça fait mal. »

45Ces comportements ont souvent représenté un obstacle à l’adaptation des enquêtés, particulièrement des binationaux de la deuxième génération. Mais les primo-migrants ont également senti un regard particulier sur eux à leur retour au Maroc. Ils sont parfois vus comme des « immigrés ». Leurs compatriotes qui n’ont pas émigré leur reprochent d’avoir quitté la patrie pour y revenir avec un capital économique, social et culturel plus important que le leur.

46Dans la mise en œuvre de leur projet professionnel, plusieurs enquêtés ont connu des difficultés liées à la gestion des ressources humaines : le recrutement, la formation et l’encadrement des salariés sont des obstacles souvent évoqués. Ils sont confrontés à un décalage culturel : « manque de rigueur » professionnelle, « rapport au temps » différent, fonctionnement bureaucratique de l’administration marocaine, mais aussi relations sociales « biaisées », « intéressées », « fondées sur l’apparence ». Ils mentionnent également un cloisonnement fort entre classes sociales dans la société marocaine. Cela a conduit certains d’entre eux à fréquenter d’autres doubles nationaux franco-marocains – voire des Français expatriés – avec qui ils se sentent davantage en adéquation qu’avec les Marocains qui n’ont pas vécu à l’étranger.

47Pour dépasser ces obstacles, la communauté transnationale devient une ressource positive. Les enquêtés l’expriment tous de manière comparable : « J’ai besoin de respirer français […]. Impossible de couper les ponts. Je ne pars pas en claquant la porte et en me disant : “Je ne reviendrai pas !” » ; « Si j’ai fait ce choix de venir créer ma boîte, c’est pour m’installer et finir ma carrière ici mais avec des allers-retours au moins trois ou quatre fois par an pour des durées plus ou moins longues » ; « L’idée de venir au Maroc pour s’installer définitivement, pour moi c’est un mythe. Il faut venir au Maroc pour établir des projets tout en gardant des liens solides et constants avec nos pays d’accueil : la France, les États-Unis et ailleurs ».

48Ils cherchent par ce biais à réduire l’écart entre la valorisation de leur « double appartenance » et les obstacles liés à leur « double absence ». En s’investissant en tant que citoyens transnationaux, ils réussissent à récolter les fruits de la mobilité sociale qu’ils avaient espérée. Mais ils continuent à être confrontés aux limites des institutions non plus d’un mais de deux États (entre discrimination et corruption) et au regard social des deux sociétés dont ils sont membres mais qui leur contestent ce statut.

49La dernière hypothèse que nous pouvons proposer est donc la suivante : la remise en question de leur légitimité sociale dans le pays où ils s’installent les pousse plus encore à construire une communauté transnationale imaginée qui, si elle ne correspond pas à leurs pratiques institutionnelles et sociales, devient un espace de repli et de protection face à la « double absence » – une bulle sociale fondée sur leur projet entrepreneurial. L’imaginaire transnational de ces acteurs a alors pour source déterminante leur double nationalité mais dans une relation négative : la « double absence » décrite par A. Sayad concernait des immigrés s’engageant dans un parcours d’intégration socio-économique et socioculturelle après leur émigration (des nouveaux citoyens en devenir) ; les citoyens de la deuxième génération de notre échantillon sont confrontés à la « double absence » après avoir réussi ce parcours d’intégration et être devenus des citoyens à part entière du pays d’immigration de leurs parents. C’est une « double absence » à l’envers.

50Ce chapitre a eu pour objectif d’esquisser une analyse d’un phénomène encore peu abordé par la littérature des sciences sociales et politiques en France : celui de la mobilité entre la France et le Maroc de doubles nationaux issus de l’immigration (la deuxième génération). Nous avons présenté et analysé plusieurs variables explicatives de ce phénomène : la ressource de la double nationalité, le niveau d’intégration socio-économique de départ, l’expérience ou le ressenti du racisme et des discriminations dans le pays de naissance, et les politiques du pays d’origine à destination de ses nationaux à l’étranger.

51Nous avons identifié un lien probablement fort entre intégration socio-économique en France et capacité à mobiliser les ressources nécessaires pour s’installer au Maroc. Un lien également fort, même s’il semble indirect, existe aussi entre l’expérience des discriminations et du racisme et la décision de « sortir » du pays de naissance. L’impact des politiques du pays d’origine semble, quant à lui, tout à fait relatif. Enfin, nous avons montré les difficultés rencontrées par ces citoyens franco-marocains pour faire valoir leur légitimité sociale en tant que membres de la société marocaine, et la façon dont leur activité entrepreneuriale devient à la fois un espace de repli pour faire face à la « double absence » et un espace de contournement des institutions du pays d’origine, suspectées d’inefficacité ou de corruption.

52Malgré le caractère réduit de notre échantillon, nous pensons que les hypothèses de travail que nous avons proposées permettront de contribuer à la discussion sur les phénomènes transnationaux et les citoyennetés multiples, ainsi que sur l’effet des contextes discursifs, institutionnels et idéologiques européens sur l’évolution des pratiques d’acteurs qui contribuent, à leur niveau, à définir la problématique migratoire entre l’Europe et le Maghreb. Cet axe de réflexion ouvre la voie à d’autres pistes de recherche pour l’avenir : que deviennent ces entrepreneurs binationaux sur le long terme ? Restent-ils dans le pays de leur seconde nationalité (le Maroc) ou rentrent-ils en France ?

53Quel est l’impact respectif des contextes nationaux (différents pays d’origine et différents pays de naissance) sur ces pratiques ? Il sera certainement utile à terme d’élargir le champ de ce travail pour identifier divers types-idéaux qui pourraient mieux décrire ces nouveaux acteurs de l’espace méditerranéen, y compris par une comparaison avec d’autres contextes internationaux, notamment le contexte nord-américain.

Notes

2 Ces nouvelles pratiques liées à la double nationalité et développées par les « immigrés » de la deuxième génération ont été peu abordées par la littérature. On peut néanmoins citer Z. Chattou et M. Belbah, La double nationalité en question. Enjeux et motivations de la double appartenance, Paris, Khartala, 2002.

3 Voir dans cet ouvrage les contributions de Mehdi Lahlou et Flore Gubert.

4 J. Rex, Ethnicité et citoyenneté. La sociologie des sociétés multiculturelles, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 70-71.

5 D. Fitzgerald, Negotiating Extra-Territorial Citizenship. Mexican Migration and the Transnational Politics of Community, San Diego, Centre for Comparative Immigration Studies, UCLA, 2000 ; R. Waldinger et D. Fitzgerald, « Transnationalism in Question », American Journal of Sociology, no°109, mars 2004, p. 1177-1195.

6 A. Portes, L. Guarnizo et W. Haller, « Assimilation and Transnationalism : Determinants of Transnational Political Action among Contemporary Migrants », American Journal of Sociology, no°108, mai 2003, p. 1211-1248.

7 Sur les questions de la double nationalité, voir R. Hansen et P. Weil (dir.), Dual Nationality, Social Rights, and Federal Citizenship in the US and Europe. The Reinvention of Citizenship, Oxford, Berghahn Books, 2002. Sur l’idiome culturel de la nationalité allemande : R. Brubaker, Citoyenneté et nationalité en France et en Allemagne, Paris, Belin, 1997. Sur les limites de la notion de « modèle national » pour l’analyse des institutions de l’intégration : C. Bertossi et J. W. Duyvendak, « Penser les modèles, changer de question », Migrations Société, vol. 21, no°122, mars-avril 2009, p. 27-37.

8 Certains travaux montrent pourtant que certains groupes reconduisent des mobilisations transnationales à la deuxième génération. Voir C. R. Eybalin Casseus, Migrants as Transnational Development Actors : The Case of Haitians in Metropolitan France, mémoire du Master en administration publique, Université américaine de Paris, sous la direction de C. Bertossi et C. Joppke, 2008.

9 T. Lacroix, Les réseaux marocains du développement : géographie du transnational, politiques du territorial, Paris, les Presses de Sciences Po, 2005.

10 D’après B. Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1991. Voir également R. Kastoryano, « Vers un nationalisme transnational. Redéfinir la nation, le nationalisme et le territoire », Revue française de science politique, vol. 56, no°4, août 2006, p. 533-553.

11 A. Hirschman, Voice, Exit, Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1970.

12 À la double nationalité (franco-marocaine) et au lieu de naissance (en France), s’est ajouté un autre critère de définition de notre échantillon : tous les enquêtés sont professionnellement actifs et leur projet professionnel constitue le motif principal de leur présence dans le pays d’origine de leurs parents. S’ils ont majoritairement travaillé dans le secteur tertiaire avant leur installation au Maroc, 15 enquêtés sur 20 y exercent une activité tertiaire, et pour la majorité d’entre eux elle reste liée à celle exercée auparavant. Enfin, 15 enquêtés sur 20 ont créé leur propre société, dont seulement deux étaient déjà entrepreneurs indépendants avant leur installation au Maroc. Le projet d’investissement transnational au Maroc va donc de pair avec un changement de statut pour 13 d’entre eux.

13 Les prénoms des enquêtés cités ont bien entendu été changés.

14 À partir du milieu des années 1980, l’État marocain commence à changer son regard sur ses émigrés. Des dispositifs visant à conserver un lien avec les populations établies à l’étranger sont mis en place. En 1990, le ministère de la Communauté marocaine à l’étranger et la Fondation Hassan II pour les MRE, sont créés. La même année, est mise en place la Banque Al Amal qui vise à drainer les capitaux des MRE et à faciliter leurs conditions d’investissement. À cette époque, le droit de vote est accordé aux ressortissants vivant à l’étranger : de 1984 à 1992, cinq sièges de députés représentant les deux millions d’émigrés marocains sont créés. Cette politique est poursuivie avec l’arrivée de Mohamed VI au pouvoir. Des centres régionaux d’investissement (CRI) voient le jour en 2002 pour aider à développer l’investissement et à créer des entreprises. En 2007, le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) est créé.

15 A. Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

Auteurs

Directeur du Centre Migrations et Citoyennetés de l’Institut français des relations internationales (Ifri) à Paris.

Chercheur associé dans ce même Centre.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search