Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Troisième partie. Le Journal de Kafka ou le « procès de la littérature »

Chapitre IV. Les frères de sang : le Journal, lieu de création de l’homme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son Journal, Kafka évoque, outre ses modèles littéraires, les rencontres humaines qui jalonnent son existence et apaisent sa solitude. Il parle de Dostoïevski, Strindberg et Kierkegaard comme de ses « frères de sang ». Ces auteurs, sans provoquer en lui un quelconque sentiment de filiation ou désir d’imitation, le touchent, tant leur destin et leur sensibilité lui semblent proches de sa personnalité et de son histoire.

Dostoïevski et la faute

L’écrivain russe compte parmi les « frères de sang » de Kafka qui, dès 1913, lit avec ferveur son court récit Le Double. En 1914, il découvre Les Frères Karamazov, puis Crime et Châtiment, dont il reprend la structure de roman policier, la thématique et le mode de représentation ironique dans Le Procès. Jean Starobinski1, tentant d’expliquer le sentiment d’affinité de Kafka avec le romancier russe, évoque la communauté de destin des deux hommes. Selon lui, Kafka comme Dostoïevski construisent leur monde à travers le tourment personnel de leu...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search