Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie I. La quête d'une intégration régionale

Les effets de la crise économique mondiale

Akram Belkaïd

Texte intégral

1À bien des égards, l’impact de la crise mondiale sur le Maghreb pose non seulement la question de la structure des économies régionales mais aussi celle de leur trop grande dépendance vis-à-vis de l’Europe et de leur interdépendance insuffisante en tant que sous-région. Cet impact oblige aussi à réfléchir à une meilleure manière d’analyser les évolutions économiques et sociales de ces pays afin de détecter à l’avance l’aggravation des fragilités structurelles.

  • 2 Dans ce chapitre, le terme Maghreb fait référence à la partie occidentale de l’Afrique du Nord, c’ (...)

2Jusqu’en janvier 2011 et, plus précisément, jusqu’à la chute du régime de l’ex-président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, les économistes et les spécialistes du Maghreb2 partageaient la même analyse : selon eux, les pays de cette région avaient plutôt bien résisté à la crise économique mondiale. Ce jugement a été exploité à l’envi par les différents gouvernements – algérien, marocain ou tunisien –, toujours soucieux de convaincre leurs opinions publiques de la justesse de leurs choix en matière de politique économique. « La crise ne nous touche pas. Nous pouvons vivre en autarcie pendant au moins trois ans sans être affectés », a ainsi affirmé à plusieurs reprises, en 2009 comme en 2010, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia. Même son de cloche en Tunisie, où le Premier ministre Mohamed Ghanouchi expliquait en octobre 2010 à un petit groupe de journalistes occidentaux que son pays allait « sortir renforcé de la crise économique mondiale en ayant réussi à lui résister bien mieux que la majorité des pays européens ».

  • 3 Fonds monétaire international (FMI), janvier 2011.

3Il faut dire que les performances macroéconomiques semblaient parler d’elles-mêmes, du moins sur le papier. Alors que l’Europe, premier partenaire économique du Maghreb, se voyait menacée par la stagnation voire par la récession, Algérie, Maroc et Tunisie enregistraient encore d’appréciables taux de croissance de leur produit intérieur brut (PIB) malgré le net ralentissement de l’activité mondiale. En 2010, la production de richesse a ainsi progressé de 3,7 % en Algérie (+ 2 % en 2009 et + 3 % en 2008), de 3,2 % au Maroc (+ 5 % en 2009 et + 5,6 % en 2008) et de + 4 % en Tunisie (+ 3 % en 2009 et + 4,6 % en 2008)3. De leur côté, et tout en appelant à plus de réformes structurelles, les grandes institutions internationales, dont le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, ont toutes salué la résistance des économies maghrébines et le maintien des grands équilibres dans la région.

  • 4 A. Belkaïd, « Le Maghreb et la crise économique, in Th. de Montbrial et Ph. Moreau Defarges (dir.) (...)

4Jusqu’à la fin de l’automne 2010, soit juste avant que les prix des matières premières agricoles ne connaissent une hausse semblable à celle de 2008, l’inflation a été contenue dans les trois pays – elle a été maintenue à 4 % en moyenne – tandis que l’endettement public restait sous contrôle (50 % du PIB en moyenne pour la Tunisie et 70 % du PIB pour le Maroc). Il faut insister sur le caractère remarquable de cette maîtrise budgétaire au Maghreb – l’Algérie a même entièrement remboursé sa dette extérieure – dans une conjoncture marquée par l’explosion de la dette publique des États européens et par les crises de solvabilité successives de la Grèce, de l’Irlande, du Portugal et de l’Espagne4.

5Mais à la lumière des récents événements qui ont enflammé l’Afrique du Nord en particulier et le monde arabe en général, il est évident qu’il est nécessaire de revoir le diagnostic quant à l’impact de la crise économique mondiale sur les trois pays du Maghreb central. De même, il est tout aussi important de s’interroger sur les raisons qui ont conduit une large palette d’experts et d’observateurs internationaux à sous-estimer les effets de cette crise. En effet, une première analyse des causes de la révolution tunisienne montre bien que c’est la paupérisation d’une partie de la population, notamment celle qui vit à l’intérieur du pays, qui est à l’origine de la chute du président Ben Ali. Ce n’est pas non plus un hasard si le symbole de cette révolution, le jeune Mohamed Bouazizi qui s’est immolé par le feu le 17 décembre 2010 pour protester contre la saisie de sa marchandise, était un chômeur obligé de vendre des fruits et des légumes sur les marchés de la petite ville de Sidi Bouzid. Nombre de signaux sociaux ont certainement été ignorés, de même que la pertinence de certaines statistiques macroéconomiques n’a pas été suffisamment discutée. Mais avant d’aborder ces questions, il n’est pas inutile de dresser un historique de la crise et d’analyser, pour chacune de ses étapes, son impact sur le Maghreb.

Une crise financière quasiment indolore

6Annoncée dès l’été 2007 avec les premières faillites de fonds d’investissement spécialisés dans les subprimes et la titrisation de dettes hypothécaires, la crise financière a atteint son apogée à l’automne 2008. Mais ni la faillite de la banque Lehman Brothers ni la crise systémique bancaire qui a suivi n’ont vraiment affecté les systèmes financiers maghrébins. Aucune faillite bancaire n’a été enregistrée dans la région et les épargnants ne se sont pas rués sur les guichets pour retirer leurs avoirs. Alors que les circuits bancaires européens et des États-Unis étaient menacés par la paralysie et que les Banques centrales jouaient aux pompiers pour éviter leur effondrement, les établissements maghrébins continuaient ainsi de fonctionner normalement sans aide d’urgence ni nationalisation temporaire des établissements privés.

7Mais cette immunité n’est pas le signe d’une grande capacité de résistance. De fait, elle s’explique principalement par le manque de sophistication des marchés financiers maghrébins et par leur quasi-absence de connexion avec les grandes places internationales que sont New York, Londres, Paris ou Francfort. Peu développées, peu liquides et jugées peu attractives par les grands fonds internationaux, les Bourses de Casablanca et de Tunis n’ont guère attiré la spéculation et étaient structurellement incapables de permettre le traitement de produits tels que les subprimes. Quant à la Bourse d’Alger, qui compte très peu de sociétés cotées et enregistre des échanges insignifiants, son existence relève plus de l’anecdote que d’une volonté réelle des autorités locales de favoriser les activités boursières.

  • 5 Propos prononcés le mercredi 10 mars 2010 à Tunis lors d’une conférence organisée par la Chambre d (...)

8Dans le même temps, les banques dans les trois pays n’ont jamais cherché à développer des ingénieries particulièrement sophistiquées en matière d’offre d’investissement. Le plus souvent concentrés sur la récolte de l’épargne et le financement des opérations de commerce extérieur, essentiellement des importations, ces établissements n’avaient ni la capacité, ni l’expertise et encore moins l’autorisation légale d’acquérir les produits dérivés à l’origine de la grande catastrophe de 2008. Comme le relevait, en mars 2010, Taoufik Baccar, alors gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), « le retard du Maghreb en matière de système bancaire et financier s’est finalement révélé être un atout et la meilleure protection contre l’emballement des grands marchés internationaux5 ».

9Autre élément d’explication souligné par T. Baccar : l’extrême prudence des trois institutions monétaires maghrébines, qui n’ont jamais cédé aux injonctions du Fonds monétaire international (FMI) en matière de dérégulation des contrôles de change. Ni le Maroc ni la Tunisie et encore moins l’Algérie n’ont accepté de transformer leurs monnaies en devises totalement convertibles, ce qui leur a permis d’éviter des fuites de capitaux pendant la crise financière. De même, ces trois banques centrales restent très vigilantes quant au rôle des établissements étrangers. Peu nombreux, ces derniers sont soumis à la même réglementation que leurs concurrents locaux et ne constituaient donc pas des portes d’entrée possibles pour la spéculation internationale.

10Il reste que l’innocuité de la crise financière a tout de même eu trois conséquences majeures sur le Maghreb. La première est qu’elle a limité les capacités d’endettement de la Tunisie et du Maroc, l’Algérie étant épargnée par cette problématique du fait de ses importantes réserves de change (150 milliards de dollars à la fin 2010). Certes, les États tunisien et marocain ont pu se financer sur les marchés locaux, marqués par une surliquidité abondante, mais de nombreux projets économiques ont dû être retardés voire annulés en raison de difficultés d’accès aux financements étrangers. Le cas le plus emblématique est celui de l’usine Renault à Tanger, dans le nord du Maroc. Alors que la crise du crédit battait son plein en Europe mais aussi aux États-Unis et en Asie, le retrait du constructeur Nissan a failli torpiller ce projet vital pour le développement du nord du Royaume. Et ce dernier n’a pu être pérennisé qu’en juillet 2009 quand la Fipar-Holding, filiale et bras financier de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) – groupe public marocain – a acquis 47,6 % du capital de Renault Tanger-Méditerranée.

11Seconde conséquence : la non-propagation de la crise de 2008 dans les systèmes bancaires et financiers maghrébins a paradoxalement encouragé les dirigeants de la région à maintenir le statu quo. Or, et c’est un diagnostic général que personne ne conteste, les banques maghrébines, qu’elles soient nationales ou étrangères, sont loin de jouer le rôle traditionnel qu’on attend d’elles, c’est-à-dire financer l’économie. Absence de crédits et d’accompagnement pour les entrepreneurs, prêts rares, obtenus pratiquement à l’usure par quelques rares acteurs économiques : le secteur bancaire maghrébin a un besoin urgent d’être réformé même si son caractère archaïque l’a sauvé de la débâcle financière de 2008. De même, ce secteur s’avère incapable de transformer les immenses gisements d’épargne qu’il collecte en produits destinés à financer des projets économiques à long terme comme par exemple des infrastructures ou des sites de production industrielle. Plus grave encore, le secteur reste soumis à l’influence du politique et se voit obligé de financer des projets qui ne sont pas toujours rentables, d’où une proportion importante de créances douteuses dans les trois pays.

12La troisième et dernière conséquence majeure de la crise financière de 2008 concerne plus particulièrement l’Algérie et sa politique de gestion des réserves de change. Il convient ici de rappeler que cette crise a relancé les interrogations relatives à la solvabilité de nombreux États, dont les États-Unis, interrogations qui ont largement été relayées par les médias. Le rôle pivot du dollar est désormais remis en question et de nombreux économistes n’hésitent pas à prédire que la devise américaine risque de perdre jusqu’au tiers de sa valeur actuelle au cours des dix ou quinze ans à venir. De quoi alarmer plusieurs responsables algériens qui s’interrogent désormais sur la valeur future des avoirs extérieurs de leur pays dont l’essentiel est placé en Bons du Trésor américains, c’est-à-dire en billets verts. Du coup, certaines voix en Algérie ont réclamé une diversification de ces réserves de change ainsi que la création d’un fonds souverain. Pour ses défenseurs, cette institution, qui serait comparable à celles qui existent dans le Golfe, aurait deux avantages. D’une part, elle pourrait placer une partie des avoirs algériens dans d’autres actifs tels que l’immobilier, les terres agricoles en Afrique subsaharienne ou le capital d’entreprises occidentales rentables. D’autre part, elle obligerait les autorités à faire preuve de plus de transparence quant à la gestion de la manne pétrolière et gazière. Éclipsée début 2011 par les tensions sociales et les émeutes d’une partie de la jeunesse algérienne, cette question devra tôt ou tard être tranchée d’autant que la gestion du Fonds de régulation des recettes des hydrocarbures (FRR) – l’un des instruments destiné à soutenir la relance de l’activité économique algérienne – demeure entre les mains de la présidence algérienne, au grand dam de l’opposition.

Algérie : la tentation protectionniste

  • 6 Banque d’Algérie, janvier 2011.
  • 7 Banque d’Algérie, janvier 2011.
  • 8 Ibidem.

13Après avoir été presque totalement imperméables à la crise financière de 2008, les trois pays du Maghreb ont tout de même été touchés, à des degrés divers, par la crise économique qui s’en est suivie. Rappelons rapidement comment s’est effectuée cette transformation. En ébranlant le système bancaire, la crise financière a provoqué un gel majeur du crédit, les banques refusant de se prêter entre elles et encore moins de prêter aux entreprises. On le sait, cette situation a abouti à un brutal ralentissement de l’activité et à de nombreuses faillites d’entreprises. Et si l’économie mondiale a résisté en maintenant son taux de croissance autour de 4 %, c’est avant tout grâce au dynamisme de plusieurs pays émergents dont la Chine, l’Inde et le Brésil. Ces turbulences ont directement influé sur la demande mondiale en hydrocarbures, laquelle baisse automatiquement quand l’économie ralentit. Du coup, l’Algérie a enregistré une baisse de la valeur de ses exportations, qui sont passées de 79,29 milliards de dollars en 2008 à seulement 43,68 milliards de dollars l’année suivante6. L’excédent de la balance commerciale a donc chuté, passant de 39,81 milliards de dollars en 2008 à 4,5 milliards de dollars un an plus tard7. Une chute considérable qui peut expliquer pourquoi le gouvernement algérien a cherché à réduire ses importations. En effet, la baisse en valeur des exportations, notamment des hydrocarbures, a fait baisser le taux de couverture des importations par les exportations : entre 2008 et 2009, celui-ci est passé de 201 % à 112 %8.

  • 9 Ibidem.

14Face à cette soudaine contraction de ses ressources extérieures, Alger a tout de même pu bénéficier d’une marge de manœuvre importante. Contrairement à ce qui s’était passé en 1994 lorsque l’Algérie avait été obligée de s’en remettre au FMI pour éviter la cessation de paiement, le pays a pu amortir le choc de la crise économique grâce à ses importantes réserves de change ; celles-ci ont financé d’importants investissements ainsi que des programmes sociaux. En mai 2010, le gouvernement algérien a ainsi planifié, pour la période 2010-2014, 286 milliards de dollars d’investissements9. Un montant impressionnant dont la moitié est destinée aux projets de construction d’infrastructures dans les secteurs de l’eau, du rail et des routes, et qu’il faut additionner aux quelque 150 milliards de dollars du plan quadriennal précédent.

15Pour autant, ces dépenses colossales n’ont guère amélioré la situation sociale en Algérie, comme l’ont montré les émeutes sanglantes de janvier 2011. Malgré son aisance financière, le pays peine à diversifier son économie et à se défaire de sa dépendance aux hydrocarbures. Annoncés en grande pompe de manière régulière, les plans de développement de l’industrie et des services ne débouchent sur aucun résultat concret. À l’inverse, la crise a renforcé le caractère rentier du pays, les rares entreprises exportatrices hors secteur des hydrocarbures (agroalimentaire, textile, métaux) ayant vu leurs ventes à l’étranger décliner.

16Dans le même temps, la réaction des autorités algériennes face à la crise mondiale a dérouté plus d’un observateur et fait planer le doute quant à l’existence d’une politique économique cohérente. À la mi-2009, la loi de finances complémentaires (LFC) a constitué une nette remise en cause de l’ouverture menée depuis 1995. Outre l’interdiction du crédit à la consommation (mesure destinée à brider les importations et donc les dépenses en devises étrangères), Alger a décidé que tout investisseur étranger devrait désormais s’associer avec un partenaire algérien, lequel pourra posséder au minimum 51 % du capital de l’entreprise commune. À cela s’ajoutent une disposition qui oblige les importateurs à payer leurs fournisseurs par lettre de crédit – un outil onéreux et très difficile à manier en raison de la bureaucratie bancaire en Algérie – ainsi que l’introduction d’un droit de préemption pour l’État algérien et ses entreprises publiques sur toute cession d’actif possédé par des actionnaires étrangers.

  • 10 Douanes algériennes, janvier 2011.
  • 11 Ibidem.

17Ne tenant guère compte des protestations étrangères contre ce « néo-patriotisme » économique, Alger est même allé encore plus loin à la mi-2010 en appelant à une renégociation rapide de l’accord d’association liant l’Algérie à l’Union européenne (UE). Pour mémoire, cet accord, signé en 2002 et ratifié en 2005, prévoit la mise en place d’une zone de libre-échange en 2017 entre les deux parties. Visiblement très remontés, les différents responsables algériens qui se sont exprimés sur ce sujet n’ont eu de cesse de critiquer le déséquilibre commercial entre leur pays et l’UE ainsi que leur déception face à la faiblesse des flux d’investissements directs étrangers (IDE). Entre 2008 et 2017, selon un calcul effectué par le ministère du Commerce algérien, la baisse des tarifs douaniers devrait coûter au Trésor algérien entre 8 et 10 milliards de dollars cumulés10. Et certains officiels d’accuser l’Europe de chercher à augmenter ses exportations à destination de l’Algérie (+ 80 % par rapport à 2000)11 afin de compenser les effets de la crise économique et de la baisse de compétitivité européenne dans le reste du monde.

18Ainsi la crise a-t-elle exacerbé les contradictions qui minent l’économie algérienne, prise en étau entre une dépendance trop grande aux exportations d’hydrocarbures d’un côté, et un déséquilibre par rapport au partenaire commercial européen de l’autre. Alors que la rue algérienne a de nouveau grondé et que la question de la transition politique de l’après-Bouteflika a été posée en février 2011, il apparaît que l’Algérie n’a toujours pas défini une politique économique claire, et ce plus de vingt ans après sa rupture avec le socialisme spécifique et son adoption de l’économie de marché.

Tunisie et Maroc : une trop grande dépendance vis-à-vis de l’Europe

19Contrairement à l’Algérie, le Maroc et la Tunisie ne sont pas des pays exportateurs de pétrole et ne disposent pas de réserves financières suffisamment importantes pour amortir les effets de la crise économique. Cette absence de ressource s’ajoute au fait que les deux pays ont un commerce extérieur structurellement déficitaire. Plus importante encore, l’ouverture plus ou moins grande de ces deux pays à l’économie mondiale et aux échanges avec l’Europe fait que la moindre crise au nord de la Méditerranée a de graves répercussions sur leurs économies respectives. Ainsi, une simple statistique permet de prendre la mesure de l’omniprésence de l’UE dans les économies tunisienne et marocaine. Il s’agit de la règle des « 80 % », soit la part moyenne de l’UE dans les principales activités ou ressources économiques des deux pays. Qu’il s’agisse des exportations, du tourisme, des transferts de migrants et, enfin, des IDE, l’Europe représente au moins quatre cinquièmes des recettes marocaine et tunisienne.

  • 12 « Les effets des politiques de sortie de crise en Union européenne sur les pays tiers méditerranée (...)
  • 13 FMI, février 2011.
  • 14 FMI, Banque Al Maghrib et Banque centrale de Tunisie, février 2011.
  • 15 Ibidem.

20Du coup, ces quatre secteurs deviennent autant de canaux de contagion lorsque la crise s’installe en Europe. Comme le notent les deux économistes Abdeldjellil Bouzidi et Xavier Richet, « tout comme au Maroc et peut-être même davantage, la croissance économique en Tunisie est tirée par les exportations industrielles en bout de chaîne et de sous-traitance notamment dans les branches industrielles mécaniques, électriques et électroniques ainsi que le tourisme12 ». Selon une évaluation du FMI, les exportations marocaines et tunisiennes à destination de l’Europe ont baissé de 20 % entre 2008 et 2010 par rapport à leur niveau d’avant la crise. De leur côté, les recettes touristiques ont reculé de 10 % sur la même période alors que le nombre de visiteurs étrangers se maintenait13. Cette tendance s’explique par le fait que les opérateurs touristiques des deux pays ont préféré baisser leurs prix pour anticiper les effets de la crise sur le pouvoir d’achat des touristes européens. Essentiels pour l’équilibre budgétaire, les envois de fonds des migrants marocains et tunisiens ont eux aussi diminué avec une baisse estimée à 10 % par rapport à leur niveau d’avant la crise14. Enfin, les investissements directs ont reculé de près de 30 % dans les deux pays15.

21Cette contagion résultant des difficultés de l’Europe à sortir du marasme économique a donc mis en lumière les fragilités intrinsèques du Maroc et de la Tunisie. Les deux pays se sont avérés incapables de trouver d’autres débouchés pour leurs exportations, notamment dans les pays émergents à fort dynamisme. À Tunis comme à Rabat, des voix se font désormais entendre et réclament la mise en place de politiques économiques visant à réduire cette dépendance à l’égard de l’Europe. Une Europe qui semble perdre de son prestige en tant que marché prioritaire face au grand boom que connaissent l’Asie et l’Amérique latine.

22La crise a aussi démontré l’étroitesse des marchés intérieurs qui n’ont pu compenser le manque à gagner dû à la baisse des exportations. Avec un temps de retard, le Maroc a néanmoins cherché à dynamiser la demande interne par le biais de plusieurs mesures parmi lesquelles la baisse de l’impôt sur le revenu, la revalorisation des salaires et la facilitation du crédit à la consommation. Le Royaume a également multiplié les programmes gouvernementaux pour soutenir l’activité et favoriser l’investissement national. Rabat a ainsi lancé le Plan vert pour moderniser le secteur agroalimentaire et le Plan émergence dont l’objectif est d’élargir la base industrielle du pays.

23En Tunisie, la réaction des autorités avant la chute du régime de Ben Ali a été de multiplier les appels aux entreprises européennes pour qu’elles délocalisent une partie de leur activité sur le sol tunisien. De même, une stratégie de montée en gamme a été mise en place pour faire en sorte que les entreprises tunisiennes soient capables de s’attaquer à des marchés internationaux en dehors de l’Europe. L’enjeu de ce positionnement, qui ne devrait pas être remis en cause par les nouvelles autorités du pays, est d’arriver à augmenter la part de valeur ajoutée dans les activités exportatrices. Après avoir longtemps été un « atelier » pour sous-traitants européens, la Tunisie tente donc de passer à l’échelon supérieur pour exporter des produits ou des services à haute valeur ajoutée, c’est-à-dire plus rémunérateurs et plus créateurs de richesses.

24Comme dans le cas de l’Algérie et de sa rente pétrolière, la crise économique interpelle la Tunisie et le Maroc quant à leur trop grande dépendance aux transferts des migrants ; ces derniers, qui s’élèvent à 4 milliards d’euros annuels, constituent une rente captive qui ne dit pas son nom. Confrontées à une baisse de leur pouvoir d’achat, les nouvelles générations de Marocains et de Tunisiens expatriés, souvent des bi-nationaux n’ayant jamais vécu dans leurs pays d’origine, n’ont pas hésité à réduire leurs transferts. Il s’agit là d’un signal d’alarme important que ni le Maroc ni la Tunisie ne peuvent ignorer. Il reste à savoir si ces deux pays seront capables de pérenniser cette manne au cours des prochaines décennies.

La solution régionale absente du débat

25Face à la crise, les trois pays du Maghreb central ont opté pour des stratégies nationales et très peu coordonnées. À aucun moment, la question d’une éventuelle relance de l’Union du Maghreb arabe (UMA) n’a été posée alors même que l’idée d’une intégration régionale plus poussée fait partie des solutions pour relancer l’activité économique. Selon les estimations les plus courantes, les échanges commerciaux intra-maghrébins ne représentaient en 2010 que 3 % du commerce global des pays concernés. Certes, ce chiffre minore les échanges informels aux frontières (contrebande, troc, etc.), mais, même en prenant en compte ces activités, le commerce intra-maghrébin resterait dérisoire par rapport au poids considérable de l’UE.

26Une plus grande intégration économique pourrait générer un à deux points de croissance supplémentaires dans la région. Cela permettrait au Maroc et à la Tunisie non seulement de mieux absorber les nouveaux diplômés sur le marché du travail mais aussi de résorber la pauvreté, notamment en milieu rural. Quant à l’Algérie, son économie bénéficierait à coup sûr du savoir-faire de ses voisins dans le secteur agricole mais aussi industriel. Pourtant, et alors même que les effets de la crise se faisaient le plus durement sentir, les trois capitales n’ont pas esquissé la moindre initiative pour faire front commun. La frontière terrestre entre l’Algérie et le Maroc est restée fermée et la proposition du patronat privé algérien d’ouvrir un corridor commercial entre les deux pays n’a guère trouvé d’écho auprès du gouvernement d’A. Ouyahia.

27Mais les Maghrébins ne sont pas les seuls à avoir ignoré l’approche régionale pour faire face aux effets de la crise. C’est le cas aussi de l’UE qui continue à sous-estimer les gisements de croissance que lui offrirait une intégration économique plus poussée avec la rive sud de la Méditerranée en général et le Maghreb en particulier. Actuellement dans l’impasse en raison du blocage du processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, l’Union pour la Méditerranée (UPM) n’a apporté aucune réponse tangible à la crise et n’a pas contribué à l’augmentation des taux de croissance dans le pourtour méditerranéen. Hétéroclite, peu lisible dans ses objectifs réels, cette Union n’a pas permis le lancement de projets économiques d’envergure même si ses promoteurs insistent sur le fait que le Plan solaire méditerranéen – qui vise à développer les centrales solaires en Méditerranée – est une réalisation concrète de l’UPM. De fait, la crise économique a démontré qu’il n’existe à ce jour aucun mécanisme de solidarité ni même de concertation entre les trois pays du Maghreb et leur premier partenaire commercial et politique qu’est l’Europe.

28Cela vaut aussi pour le domaine monétaire. Alors que la majorité des pays émergents se préparaient, fin 2010, à une « guerre internationale des monnaies », pour reprendre l’expression du gouvernement brésilien, les pays du Maghreb semblaient ignorer cette question bien qu’ils soient exposés à la volatilité de l’euro et du dollar. Pour la Tunisie et le Maroc, l’appréciation de la monnaie unique européenne est une mauvaise nouvelle car leurs recettes extérieures sont essentiellement libellées dans cette devise. Pour garder leur compétitivité, ces deux pays risquent donc de dévaluer leur monnaie, surtout s’ils cherchent de nouveaux débouchés commerciaux, notamment en Asie. Le problème est qu’il n’existe pas de coopération monétaire entre eux et l’Europe et encore moins avec les autres pays méditerranéens qui sont dans la même situation. Une propagation de la guerre des monnaies en Méditerranée n’est donc pas exclue, le Maroc et la Tunisie se retrouvant dans la position de concurrents en l’absence d’une stratégie commune qui aurait été élaborée de concert avec l’UE.

29Le cas de l’Algérie est encore plus épineux puisqu’elle exporte essentiellement en dollars et importe en euros. La baisse du billet vert conjuguée à l’appréciation de la monnaie unique européenne crée donc un manque à gagner pour un pays déjà confronté à une hausse tangible de ses importations en provenance du Vieux Continent. Face à cette situation, des voix s’élèvent en Algérie et réclament que les exportations de gaz et de pétrole à destination de l’Europe se fassent en euros de façon à préserver l’économie nationale de la dépréciation continue du dollar américain. Si une telle piste venait à se concrétiser, ce serait l’une des conséquences les plus inattendues de la crise économique mondiale.

Des indicateurs à revoir

30Il faut maintenant analyser les raisons de l’incapacité des grandes institutions internationales à anticiper la révolution tunisienne, et tenter de comprendre comment le discours sur la bonne santé des économies maghrébines a pu à ce point masquer les impacts de la crise et la dégradation de la situation sociale dans la région. Une première explication réside dans la prééminence des grilles d’analyse basées sur les statistiques macroéconomiques traditionnelles. Obnubilés par des indicateurs tels que la croissance du PIB ou l’évolution de l’inflation, les experts n’ont accordé que peu d’importance à des éléments qui auraient dû les alerter, comme par exemple le rapport annuel sur le développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). En 2010, la vingtième édition de ce document a mis en lumière la stagnation du Maghreb en matière de progrès social. Sur les 169 pays considérés, la Tunisie pointait à la 81e place, l’Algérie à la 84e et le Maroc à la 114e. Dans les trois cas, ces positions étaient en net recul par rapport à 2007, preuve encore que la crise économique a eu un impact social bien plus profond que ne le laissaient entendre les responsables de ces trois pays. Ces derniers ont d’ailleurs dénoncé un rapport basé sur des statistiques incomplètes mais le PNUD a avancé, à raison, qu’il se basait avant tout sur les données disponibles publiées par les États eux-mêmes. Fait plus important encore, de nombreux économistes maghrébins estiment que des données fondamentales comme le taux de chômage des jeunes ou le poids de l’activité informelle sont délibérément minorées par des gouvernements soucieux de leur image internationale.

  • 16 Disponible sur Stiglitz-sen-fitoussi.fr.
  • 17 Allocution prononcée lors des Rencontres de Cybèle, Paris, 17 décembre 2010.

31Le cas tunisien plaide donc pour une refonte des grilles d’analyse économique des pays maghrébins. Cette refonte tiendrait compte des pistes ouvertes par le rapport Stiglitz sur la mesure de la performance économique et du progrès social16, notamment l’intégration d’indicateurs sociaux et environnementaux trop longtemps délaissés. Comme l’explique l’économiste tunisien Azzam Mahjoub, il est nécessaire « d’élaborer des indicateurs qui tiennent compte des fragilités structurelles de ces pays et de leur degré d’exposition aux chocs exogènes17 ». Pour ce spécialiste, il est important que l’on puisse aussi juger de manière indépendante de la qualité des politiques mises en œuvre au Maghreb mais aussi de l’efficacité institutionnelle. Sur le papier, les trois pays possèdent des législations économiques visant à favoriser la croissance et à dynamiser les initiatives individuelles. En réalité, la bureaucratie, le sous-encadrement mais aussi la corruption, font que ces textes ne sont guère efficaces. Or, les institutions internationales se risquent rarement à juger de l’efficacité d’une loi une fois qu’elle a été adoptée par les pays concernés. Cela favorise les effets d’annonce – comme lorsque le régime de Ben Ali a lancé une stratégie de relance de la croissance pour faire face à la crise – mais ne peut permettre des diagnostics pertinents.

Notes

2 Dans ce chapitre, le terme Maghreb fait référence à la partie occidentale de l’Afrique du Nord, c’est-à-dire l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Il n’inclut donc pas les deux autres pays, la Libye et la Mauritanie, qui font partie de l’Union du Maghreb arabe (UMA).

3 Fonds monétaire international (FMI), janvier 2011.

4 A. Belkaïd, « Le Maghreb et la crise économique, in Th. de Montbrial et Ph. Moreau Defarges (dir.), Ramses 2011. Un monde post-américain ?, Paris, Ifri/Dunod, 2010.

5 Propos prononcés le mercredi 10 mars 2010 à Tunis lors d’une conférence organisée par la Chambre des conseillers sur le thème « Quelle gouvernance après la crise économique et financière ? ».

6 Banque d’Algérie, janvier 2011.

7 Banque d’Algérie, janvier 2011.

8 Ibidem.

9 Ibidem.

10 Douanes algériennes, janvier 2011.

11 Ibidem.

12 « Les effets des politiques de sortie de crise en Union européenne sur les pays tiers méditerranéens », colloque international, Rabat, novembre 2010.

13 FMI, février 2011.

14 FMI, Banque Al Maghrib et Banque centrale de Tunisie, février 2011.

15 Ibidem.

16 Disponible sur Stiglitz-sen-fitoussi.fr.

17 Allocution prononcée lors des Rencontres de Cybèle, Paris, 17 décembre 2010.

Auteur

Journaliste et essayiste.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search