Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Partie I. La quête d'une intégration régionale

Un envol contrarié sur la scène internationale

Amine Aït-Chaalal

Texte intégral

1Le Maghreb dans les relations internationales existe plus par ses pays constitutifs que sous la forme d’un ensemble cohérent. Malgré l’existence, depuis février 1989, d’une organisation régionale, l’Union du Maghreb arabe (UMA), le Maghreb politique en tant qu’ensemble est aujourd’hui plus une potentialité et un espoir qu’une réalité concrète. Plus de vingt ans après la création de l’UMA, la construction d’un Maghreb uni et cohérent semble demeurer un horizon à atteindre. Les perspectives restent décevantes au vu des enjeux économiques et sociaux de ce projet politique visant à la création d’un ensemble solidaire entre la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye. La signature du traité instituant l’UMA semblait constituer, en 1989, un jalon significatif dans le long (et lent) processus d’édification d’un ensemble maghrébin cohérent. Les réalités des deux décennies suivantes ont montré le caractère encore illusoire, jusqu’à présent, de cet espoir et de cette volonté.

2Dès lors, ce chapitre vise à mettre en évidence les principales étapes et vicissitudes de la construction maghrébine depuis la période des indépendances. Cette analyse permettra d’évoquer les obstacles rencontrés par le processus de formation du Maghreb politique depuis une cinquantaine d’années.

Des indépendances aux premiers différends intermaghrébins

Les luttes pour l’indépendance

3La période des luttes de libération est marquée par d’importantes solidarités intra-maghrébines. L’exemple le plus significatif est le soutien apporté par le Maroc et la Tunisie indépendants (depuis 1956) au peuple algérien dans son combat armé contre les troupes françaises lancé le 1er novembre 1954. La Conférence de Tanger d’avril 1958 entre l’Istiqlal marocain, le Néo-Destour tunisien et le Front de libération nationale (FLN) algérien marque un moment important et réaffirme la communauté de destins des peuples maghrébins ainsi que le soutien à la cause indépendantiste algérienne. Ce soutien se manifeste tant au niveau populaire qu’officiel, notamment dans le cadre des débats à l’Assemblée générale des Nations unies sur la « question algérienne ». C’est d’ailleurs à Tunis que s’installe le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) créé par le FLN en septembre 1958.

4Le cycle des indépendances maghrébines prend fin le 5 juillet 1962 avec celle de l’Algérie. La Libye avait obtenu son indépendance le 24 décembre 1954, le Maroc le 2 mars 1956, la Tunisie le 20 mars 1956 et la Mauritanie le 28 novembre 1960.

Problèmes territoriaux

5Leur indépendance reconquise, les pays du Maghreb, dans la continuité des solidarités antérieures, auraient pu coopérer les uns avec les autres en vue d’aboutir progressivement à la construction d’un ensemble cohérent et harmonisé. Ce ne sera pas le cas, pour plusieurs raisons. L’une d’entre elles est le souci des dirigeants de chaque pays de constituer un État fort dans le cadre des frontières issues de la période coloniale. Les questions frontalières et territoriales constituent d’ailleurs un problème de premier plan dont il faut tenir compte pour bien comprendre la situation du Maghreb contemporain au niveau géopolitique. En effet, si la période coloniale est terminée, elle laisse néanmoins derrière elle des problèmes épineux, surtout au vu de certaines revendications nationales.

6Le premier sujet de discorde porte en 1960 sur la Mauritanie, territoire revendiqué par les autorités marocaines. Cette situation provoque une forte tension entre le Maroc et la Tunisie qui, seule parmi les pays arabes, reconnaît rapidement l’indépendance de la Mauritanie et vote en faveur de son admission à l’Organisation des Nations unies (ONU). La fin de ce différend ne se dessine que bien plus tard, lorsque le président mauritanien Mokhtar Ould Daddah est invité au Sommet islamique de Rabat de septembre 1969, sur le conseil du président algérien Houari Boumediene, très impliqué dans la réconciliation entre le Maroc et la Mauritanie. Cette invitation constitue une reconnaissance de facto de la Mauritanie par les autorités marocaines. La situation est officiellement réglée en 1970, notamment avec l’échange d’ambassadeurs. Deux sommets à trois – entre le roi Hassan II et les présidents Ould Daddah et Boumediene – ont lieu, le premier en septembre 1970 à Nouadhibou en Mauritanie et le second en juillet 1973 à Agadir au Maroc.

7Bien plus grave est le différend entre le Maroc et l’Algérie dans la guerre dite « des sables » d’octobre 1963. Le pouvoir marocain estime que de vastes zones sahariennes algériennes lui reviennent du fait de liens historiques, notamment les régions de Tindouf et Béchar. L’Algérie pour sa part estime avoir « payé le prix du sang » pour ces territoires durant sa guerre de libération nationale de 1954 à 1962, et souligne le fait que les populations de ces territoires ont participé au référendum d’indépendance de juillet 1962. En outre, la charte de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), adoptée en mai 1963, pose le principe de l’intangibilité des frontières issues de la colonisation. La tension entre les deux pays s’accroît jusqu’à déboucher sur un conflit armé. Il faudra notamment l’intervention de la toute récente OUA pour ramener la paix dans la région.

8Ce délicat litige frontalier est résolu par étapes. Une première rencontre officielle a lieu entre le roi Hassan II et le président Boumediene en janvier 1969 à Ifrane au Maroc, au cours de laquelle un traité de bon voisinage est signé, puis une autre rencontre est organisée en mai 1970 à Tlemcen en Algérie. Le processus se conclut, provisoirement, en marge du sommet de l’OUA qui se tient à Rabat en juin 1972, avec la signature par les deux chefs d’État d’accords entérinant les frontières issues de la colonisation. Ces accords sont ratifiés par la partie algérienne en mai 1973 et en mai 1989 par la partie marocaine. Ce long intervalle de seize ans s’explique en partie par le conflit du Sahara occidental.

9Autre problème frontalier – bien moins grave – issu de la colonisation : la question plus technique, mais aux répercussions territoriales significatives, de la « borne 233 » entre la Tunisie et l’Algérie. Le problème est finalement réglé par un traité de délimitation frontalière entre les deux pays signé à Tunis en janvier 1970 par les ministres des Affaires étrangères Abdelaziz Bouteflika et Habib Bourguiba Junior. À cette occasion, un traité de coopération et de bon voisinage est également signé. Treize ans plus tard, en mars 1983, un nouveau traité délimitera la frontière algéro-tunisienne de la Méditerranée jusqu’à Bir Romane.

10Un autre problème territorial et frontalier a opposé la Tunisie et la Libye, au sujet du plateau continental du golfe de Gabès. Cette question a longtemps empoisonné les relations entre les deux pays. Deux arrêts de la Cour internationale de justice (CIJ) de l’ONU, respectivement du 24 février 1982 et du 10 décembre 1985, traitent de cette question. Une issue sera finalement proposée par la Libye en vue d’une exploitation en commun des ressources pétrolières du plateau continental, solution qui est acceptée par la Tunisie et mise en œuvre à partir de 1988.

11Ces problèmes frontaliers et territoriaux qui jalonnent l’histoire du Maghreb depuis les années 1960 ne doivent pas, néanmoins, occulter certaines réalisations dans d’autres domaines, notamment dans la sphère de la convergence économique.

Le Conseil permanent consultatif maghrébin (CPCM)

12Le CPCM, qui n’est, comme son intitulé le précise, que consultatif, est créé en 1964 à Tunis à la suite de la première conférence des ministres de l’Économie de quatre pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye). Le CPCM met un certain temps à se concrétiser sur le plan institutionnel, son siège n’étant établi à Tunis qu’en 1966. Les objectifs prévus étaient multiples et ambitieux : développement des échanges intermaghrébins, politique douanière commune, politique industrielle coordonnée, harmonisation de la politique de négociation avec la Communauté économique européenne (CEE). De nombreuses commissions sont créées ainsi que des structures chargées de mener des études et rédiger des rapports.

13Les ministres de l’Économie se réuniront à six reprises après la conférence d’octobre 1964 : en novembre 1964, mai 1965, février 1966, novembre 1967, juillet 1970 et juillet 1975. Les longues périodes séparant les trois dernières réunions montrent que les difficultés s’accentuent au fur et à mesure que les projets en vue de l’intégration économique progressent. En effet, dès la réunion de novembre 1967, des propositions ambitieuses en ce sens sont élaborées. Cependant, de profonds désaccords apparaissent rapidement et les deux réunions suivantes – qui seront aussi les dernières – n’ont lieu qu’après avoir été maintes fois reportées.

14Le conflit du Sahara occidental porte le coup de grâce à cet organisme prometteur et novateur, la réunion de 1975 ajournant, sine die, les projets prévus. Cependant, le CPCM avait perdu une partie de son efficacité depuis le début des années 1970 avec notamment le retrait de la Libye, après l’arrivée au pouvoir du colonel Kadhafi le 1er septembre 1969. Les changements d’attitude successifs du dirigeant libyen à l’égard du Maghreb sont un excellent exemple de la complexité de la situation.

Le colonel Kadhafi et le Maghreb

15Dès son arrivée au pouvoir, le dirigeant libyen manifeste son désintérêt pour le processus de construction maghrébine : celui-ci constitue à son avis une division du monde arabe, il est donc contraire à ses vues panarabes de l’époque. Il décide de se retirer du CPCM au début de l’année 1970. Son attention et son énergie se tournent vers l’Égypte et le Machrek. En Égypte, le président Nasser décède le 28 septembre 1970 et Anouar El Sadate lui succède. Mouammar Kadhafi propose une union complète entre les deux pays. Le président Sadate l’accepte en juillet 1972, celle-ci devant entrer en vigueur le 1er septembre 1973.

16Mais le colonel Kadhafi, qui s’était jusque-là désintéressé du Maghreb, semble éprouver un nouvel intérêt à son égard. C’est ainsi qu’en décembre 1972 il se rend à Tunis où il prononce un flamboyant discours en vue d’une union rapide entre la Libye et la Tunisie. Le président Bourguiba remet poliment, mais fermement, son hôte à sa place. Le chef d’État libyen est attentif à un autre pays du Maghreb, le Maroc, et manifeste une forme de soutien aux organisateurs de deux complots contre le roi Hassan II en 1971 et en 1972. Pour autant, il ne perd pas de vue son projet d’union avec l’Égypte. Cependant, après plusieurs péripéties, celui-ci ne se concrétise pas. Dès lors, dépité, le colonel Kadhafi se tourne à nouveau vers le Maghreb. Cette démarche aboutit au traité de Djerba de janvier 1974 avec la Tunisie. En l’absence de son Premier ministre Hédi Nouira alors en déplacement à l’étranger, et sur le conseil insistant de son ministre des Affaires étrangères Mohamed Masmoudi, très panarabe, le président Habib Bourguiba signe avec le dirigeant libyen un traité portant création d’une « République arabe islamique ». Celle-ci n’a qu’une très brève existence. En effet, H. Nouira rentre rapidement pour reprendre la situation en main : M. Masmoudi est limogé et les autorités tunisiennes considèrent ne pas être liées par le traité. Au niveau maghrébin, l’Algérie avait très fraîchement réagi à l’annonce impromptue de ce traité.

17Par la suite, le colonel Kadhafi se rend en Algérie en décembre 1975 où il rencontre à Hassi Messaoud le président Boumediene. Il lui propose une union entre leurs deux pays, proposition qui est poliment déclinée. Cette rencontre est d’ailleurs à situer dans le contexte de la guerre du Sahara occidental.

Le conflit du Sahara occidental

18Ce conflit, qui entrave depuis plus de trois décennies de manière durable et préjudiciable toutes les tentatives de construction maghrébine, est complexe et multiforme. Les principaux éléments qui le composent ainsi que le déroulement global des faits sont présentés dans les paragraphes suivants.

De l’occupation espagnole à l’entrée sur le territoire de troupes marocaines et mauritaniennes

19Territoire de 266 000 km2, peuplé par les Sahraouis, ayant deux longues frontières avec le Maroc au nord et la Mauritanie au sud, ainsi qu’une petite frontière à l’ouest avec l’Algérie, le Sahara occidental a d’abord été une colonie espagnole à partir de 1884-1886. La frontière avec le Maroc est délimitée en 1912 par un traité franco-espagnol, le Maroc étant devenu cette même année un protectorat français. Un des intérêts de ce territoire est économique : il est riche en phosphates, on suppose qu’il abrite du pétrole et ses côtes sont très poissonneuses.

20Au niveau politique, malgré l’ampleur des moyens militaires espagnols, les Sahraouis n’ont pas accepté l’occupation coloniale et ont lutté contre elle. À partir des années 1960, des mouvements sahraouis structurés de résistance à l’occupant espagnol se manifestent. En 1973 est créé le Front populaire pour la libération du Saguiet El Hamra et du Rio de Oro, plus connu sous le nom du Front Polisario, qui lance sa première attaque contre les troupes espagnoles le 20 mai 1973. Le deuxième congrès du Front Polisario en août 1974 pose clairement l’objectif de l’indépendance. Au niveau international, l’Assemblée générale de l’ONU vote dès 1965 sa première résolution concernant ce territoire en vue d’obtenir sa décolonisation. Une résolution de 1966 fait mention d’un référendum pour permettre l’autodétermination du territoire, puis d’autres en 1972 et 1973 parlent du droit à l’indépendance des populations concernées. Des résolutions de l’OUA de 1972 et 1973 posent également le principe de l’autodétermination. Sur cette question assez classique de décolonisation vient se greffer un différend régional aux répercussions non négligeables.

21En effet, quand l’Espagne déclare son intention de mettre en œuvre le processus d’autodétermination du peuple sahraoui, le roi Hassan II du Maroc réitère des prétentions déjà formulées dans les années 1950. À cette époque, l’Istiqlal avait développé l’idée d’un « Grand Maroc » couvrant une partie de l’Algérie de l’Ouest, le Sahara occidental, la Mauritanie et une partie du Mali.

22Fin 1974, le Maroc et la Mauritanie revendiquent le Sahara occidental. Afin de bloquer le processus enclenché par les Espagnols (et qui prévoit un référendum début 1975), le roi Hassan II obtient que l’Assemblée générale de l’ONU saisisse la CIJ de La Haye en vue de la formulation d’un avis consultatif. Une commission d’enquête de l’ONU est envoyée sur le terrain en mai 1975, concluant à la volonté d’indépendance des Sahraouis et à un large soutien au Front Polisario. Par la suite, le 16 octobre 1975, la CIJ rend son avis qui stipule notamment :

  • 2 Extrait de l’avis consultatif rendu par la Cour internationale de justice le 16 octobre 1975 sur l (...)

« Les éléments et renseignements portés à la connaissance de la Cour démontrent l’existence, au moment de la colonisation espagnole, de liens juridiques d’allégeance entre le sultan du Maroc et certaines des tribus vivant sur le territoire du Sahara occidental. Ils montrent également l’existence de droits, y compris certains droits relatifs à la terre, qui constituaient des liens juridiques entre l’ensemble mauritanien, au sens où la Cour l’entend, et le territoire du Sahara occidental. En revanche, la Cour conclut que les éléments et renseignements portés à sa connaissance n’établissent l’existence d’aucun lien de souveraineté territoriale entre le territoire du Sahara occidental d’une part, le Royaume du Maroc ou l’ensemble mauritanien d’autre part. La Cour n’a donc pas constaté l’existence de liens juridiques de nature à modifier l’application de la résolution 1514 (XV) quant à la décolonisation du Sahara occidental et en particulier l’application du principe d’autodétermination grâce à l’expression libre et authentique de la volonté des populations du territoire2. »

23Procédant à une lecture partisane de l’avis de la CIJ, Hassan II déclare que celui-ci lui donne raison et il lance une marche en direction du territoire sahraoui (la Marche Verte). Fin octobre 1975, des troupes marocaines entrent au Sahara occidental et sont confrontées à une opposition de la part du Front Polisario. Début novembre, en coordination avec les autorités espagnoles, la Marche Verte effectue une percée symbolique sur le territoire sahraoui. Au même moment, la situation en Espagne est des plus incertaines du fait de la transition qui se prépare au niveau institutionnel en raison de l’agonie de Franco (tombé dans le coma à la mi-octobre, il décédera le 20 novembre). Le 14 novembre 1975, un accord tripartite entre l’Espagne, le Maroc et la Mauritanie est signé à Madrid, accordant les deux tiers nord du territoire au Maroc et le tiers sud à la Mauritanie. La présence militaire espagnole cesse en janvier 1976, la passation de pouvoir s’effectuant au profit des troupes marocaines et mauritaniennes. La fin officielle du pouvoir espagnol est fixée au 26 février 1976.

La montée en puissance du Front Polisario et l’extension du conflit

24Dans la foulée, le 27 février 1976, le Front Polisario proclame la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Le premier Conseil des ministres de la RASD a lieu le 4 mars. Depuis la fin février, la RASD est reconnue par plusieurs pays africains, dont l’Algérie qui la reconnaît le 6 mars. La Mauritanie et le Maroc rompent alors leurs relations diplomatiques avec celle-ci. Les violents combats entre troupes sahraouies et marocaines qui se déroulent à partir de cette période obligent de nombreux Sahraouis à fuir leur territoire et à se diriger vers des camps de réfugiés en Algérie. Se référant à son passé, celle-ci se fait un devoir moral de soutenir les Sahraouis en lutte pour leur indépendance. Bien que l’Algérie ait semblé privilégier une certaine prudence pendant un temps, elle affiche clairement son soutien au Front Polisario et à la RASD à partir de 1976. La position de l’Algérie peut également en partie s’expliquer par sa rivalité avec le Maroc sur le plan géopolitique : le président algérien n’apprécie guère de voir le roi Hassan II accroître de manière substantielle son territoire et ainsi sa capacité à prétendre à une forme de leadership régional. Le dirigeant algérien aurait bien entendu été nettement plus favorable à la création d’un nouvel État, plus proche idéologiquement des options algériennes. Dans ce cadre, après une phase de soutien libyen au Front Polisario, ce dernier bénéficie progressivement de l’aide logistique, humanitaire, politique et diplomatique des autorités algériennes. Cette aide provoque de vives tensions entre le Maroc et l’Algérie, avec parfois des affrontements militaires.

25Le 14 avril 1976, un accord entre le Maroc et la Mauritanie pour le partage du territoire du Sahara occidental est signé à Rabat : deux tiers vont au Maroc, le tiers restant à la Mauritanie. La première phase du conflit se déroule principalement entre la Mauritanie et le Front Polisario. Les opérations sahraouies sont particulièrement préjudiciables pour le régime mauritanien. Celui-ci signe d’ailleurs en mai 1977 un accord avec les autorités marocaines autorisant le stationnement de troupes marocaines en Mauritanie et dans la partie sud du territoire sahraoui. D’autres accords sont signés en 1976-1977 avec la France, permettant une intervention militaire indirecte française dans le conflit. Tous ces accords n’empêchent pas la chute du président Ould Daddah en juillet 1978. Le Front Polisario instaure alors un cessez-le-feu en signe de bonne volonté. Voyant que la situation stagne au niveau politique, il reprend ses opérations un an plus tard. C’est dans ce contexte qu’un traité de paix est signé le 5 août 1979 entre la Mauritanie et le Front Polisario. Une clause non publiée de celui-ci stipule le transfert de la zone sud du territoire sahraoui au Front Polisario. Mais dans la réalité, ce sont les troupes marocaines qui prennent possession de cette section du territoire dès l’annonce du traité de paix mauritano-sahraoui.

26À partir de ce moment-là, le conflit se poursuit entre le Maroc et le Front Polisario. Dans un premier temps, ce dernier, fort de sa bonne connaissance du terrain et d’une profonde détermination, inflige de lourdes pertes aux troupes marocaines. Il entreprend des opérations d’envergure à travers tout le territoire sahraoui et même en territoire marocain (à Tan-Tan en janvier 1979). Les troupes marocaines se contentent alors de contrôler un nombre réduit de villes importantes et les effectifs de soldats marocains dans la région sont augmentés de manière très significative.

27Commence alors la stratégie marocaine dite « des murs », qui consiste à construire de hauts remblais de terre, truffés de dispositifs électroniques de surveillance et de destruction. Plusieurs d’entre eux sont successivement édifiés, permettant d’englober progressivement une grande partie du territoire. Le premier mur englobe ce qui a été appelé le « triangle utile », constitué de villes comme Laâyoune, Smara et Bou Craa. Toutefois, cela n’empêche pas le Front Polisario de poursuivre ses actions. Ainsi, l’attaque d’octobre 1981 contre Guelta Zemmour oblige les troupes marocaines à quitter la ville. Par la suite, la construction de plusieurs autres murs permet aux militaires marocains d’englober des zones de plus en plus vastes du territoire sahraoui.

28Au plan militaire, le Maroc bénéficie du soutien logistique de plusieurs pays dont les États-Unis et la France.

L’évolution du conflit sur le plan diplomatique

29Si les combats sont nombreux et meurtriers entre le Maroc et le Front Polisario, les évolutions sont également denses au niveau diplomatique. Après avoir longtemps refusé l’idée d’un référendum au Sahara occidental en ne participant pas aux diverses réunions de l’OUA dévolues à cette question depuis 1978, le roi Hassan II en accepte finalement le principe en 1981 au sommet de l’OUA à Nairobi. Cependant, il refuse toute idée de négociation avec le Front Polisario et, par ailleurs, prononce un discours d’une tonalité fort différente au Maroc. Un comité de mise en œuvre de l’OUA est créé pour faire aboutir le processus mais il ne peut pas progresser dans sa tâche compte tenu du caractère inconciliable des positions.

30Par ailleurs, ayant été reconnue par une majorité d’États africains (26 à l’époque), la RASD est invitée à participer au Conseil des ministres de l’OUA de février 1982, devenant ainsi le 51e État membre de l’organisation panafricaine. Une grave crise en résulte : 18 pays quittent la réunion et la séance est levée, faute de quorum. Cette évolution, ainsi que le problème de la représentation tchadienne, ne permet pas la tenue du sommet de l’OUA prévu la même année à Tripoli. Pendant deux ans, la RASD accepte de s’exclure de ces rencontres, afin de ne pas entraver le processus de négociation avec le pouvoir marocain.

  • 3 Résolution AHG/Res. 104 (XIX).
  • 4 Traduction depuis l’anglais de l’extrait suivant de la résolution AHG/Res. 104 (XIX) : « […] Urges (...)

31Au sommet de l’OUA d’Addis Abbeba de juin 1983, en l’absence de la RASD, une résolution est adoptée3 dans laquelle les deux protagonistes sont pour la première fois nommément cités. Elle « engage les parties au conflit, le Royaume du Maroc et le Front Polisario, à ouvrir des négociations directes en vue d’instaurer un cessez-le-feu, et ainsi de créer les conditions nécessaires de paix et de justice pour que puisse se tenir un référendum d’autodétermination des populations du Sahara occidental, sans entraves administratives ou militaires, sous l’égide de l’OUA et des Nations unies, et invite le Comité de mise en œuvre à veiller au respect du cessez-le-feu4 ».

32Mais rien de substantiel ne résulte de cette démarche, le roi Hassan II refusant, malgré des contacts secrets antérieurs, de négocier directement avec les représentants sahraouis. En conséquence, la RASD décide de siéger au sommet de l’OUA de novembre 1984, où elle est désormais reconnue par 30 États africains. Cette arrivée provoque le départ du Maroc, suivi par le Zaïre du président Mobutu. Le Maroc et le Zaïre ne participent pas au sommet de juillet 1985, à l’occasion duquel la RASD est élue à l’une des huit vice-présidences de l’OUA. Le Zaïre réintègre son siège au sommet de juillet 1986. À ce jour, le Maroc n’a pas réintégré l’organisation panafricaine.

  • 5 Résolution AG/RES/34/37.
  • 6 Résolution AG/RES/38/40.

33Au niveau de l’ONU, des résolutions sont également votées régulièrement sur la question du Sahara occidental. La première5 qui mentionne le Front Polisario date de novembre 1979 ; elle « réaffirme le droit inaliénable du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination et à l’indépendance » ainsi que « la légitimité de la lutte qu’il mène pour obtenir la jouissance de ce droit ». Par ailleurs, elle recommande que le Front Polisario « participe pleinement à toute recherche d’une solution politique juste, durable et définitive de la question du Sahara occidental ». Les années suivantes, des résolutions demandant des négociations directes entre le Maroc et le Front Polisario sont votées. En décembre 1983, une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU6 reprend le texte de la résolution de l’OUA de juin 1983 et demande au Secrétaire général de l’ONU de coopérer avec celui de l’OUA « en vue de l’application des décisions pertinentes de l’OUA ainsi que de la présente résolution ». D’autres résolutions du même genre sont adoptées à chaque Assemblée générale de l’ONU au cours des années suivantes.

34Dans ce contexte, le Secrétaire général de l’ONU, Javier Perez de Cuellar, entreprend des démarches en vue de débloquer la situation. C’est ainsi qu’il mène, à New York et à Genève, des négociations indirectes avec des délégations officielles marocaines et sahraouies. Celles-ci débouchent sur la présentation aux deux parties d’une proposition de paix en août 1988. Le 20 septembre 1988, le Secrétaire général déclare au Conseil de sécurité que le Royaume du Maroc et le Front Polisario, parties au conflit du Sahara occidental, tout en formulant des remarques et des commentaires, ont, le 30 août 1988, à Genève, donné leur accord sur les dispositions de règlement pacifique soumises par le président en exercice de l’OUA et lui-même dans le cadre de sa mission. La proposition portait notamment sur l’organisation d’un référendum d’autodétermination des populations sahraouies. Par ailleurs, en janvier 1989, le roi Hassan II reçoit officiellement une délégation du Front Polisario. L’espoir d’une résolution de la question grandit encore avec la signature du Traité de l’UMA en février 1989. Cependant, la fin du conflit n’aura pas lieu.

35Parallèlement aux évolutions du conflit du Sahara occidental, la situation change au Maghreb dans les années 1980 avec la mise en œuvre de nouvelles dynamiques politiques et diplomatiques. Ainsi, malgré une rupture entre la Mauritanie et le Maroc en 1981, le début de la décennie 1980 est marqué par un relatif dégel des relations intermaghrébines. Ce nouveau climat est illustré par la rencontre en février 1983, dans un village frontalier, entre le roi Hassan II et le président Chadli Bendjedid (celui-ci ayant accédé à la présidence algérienne au début de l’année 1979). Cette rencontre suscite des espoirs qui ne se matérialiseront pas. Par ailleurs, des rencontres ministérielles et des entrevues informelles ou secrètes entre diplomates des deux pays ont lieu. Néanmoins, ce n’est pas encore l’heure d’une réconciliation à l’échelle du Maghreb tout entier. On voit plutôt se créer des structurations partielles, et parfois surprenantes, concernant seulement certains pays.

Définition de nouveaux partenariats intermaghrébins : entre réussite et tensions

Le Traité de fraternité et de concorde, mars 1983

36Le 19 mars 1983, les présidents Bourguiba et Chadli signent à Tunis un « Traité de fraternité et de concorde » entre l’Algérie et la Tunisie. Le traité est ouvert à l’adhésion d’autres pays. Dès lors, la Mauritanie le signe à son tour en décembre 1983. La Libye présente sa candidature le même mois, mais celle-ci ne suscite qu’un enthousiasme mitigé chez les dirigeants algériens qui souhaitent que toutes les questions litigieuses, et en particulier celles relatives au bornage des frontières, soient réglées avant d’avaliser l’adhésion libyenne. Les autorités libyennes refusant d’accepter ces frontières, l’adhésion ne sera pas possible.

37Ce traité impulse une dynamique nouvelle dans les relations algéro-tunisiennes. Les visites de délégations de haut niveau dans les deux capitales se succèdent à un rythme soutenu, les présidents eux-mêmes faisant parfois le déplacement. De nombreux projets économiques sont lancés, concernant surtout les zones frontalières. La coopération s’intensifie également avec la Mauritanie à partir de son adhésion au traité.

L’Union arabo-africaine, août 1984

38Le colonel Kadhafi, déçu de ne pouvoir participer au traité de Tunis de 1983, se tourne alors vers le roi Hassan II. Il avait déjà effectué une visite réussie au Maroc en 1983 au cours de laquelle il avait prêché son idéal d’unité. Dès cette première tentative de rapprochement, les contacts maroco-libyens s’intensifient, le roi Hassan II multipliant les appels discrets à une union. Cela aboutit à la signature par les deux protagonistes d’une « Union arabo-africaine » le 13 août 1984 à Oujda.

39Cette alliance entre un roi traditionnel pro-occidental et un dirigeant se voulant révolutionnaire et anti-américain suscite une profonde surprise. Cependant, les avantages immédiats sont perceptibles pour les deux parties. Pour le roi Hassan II, l’Union assure à la fois la cessation du soutien libyen au Front Polisario, la recomposition du paysage géopolitique maghrébin et un significatif soutien financier. Pour le colonel Kadhafi, cette alliance avec le Maroc pro-occidental signifie un regain de respectabilité sur la scène internationale et un premier pas vers la réalisation de ses ambitions d’unité arabe. En plus de ces intérêts stratégiques immédiats, l’Union devait permettre d’exploiter une gamme de potentialités économiques et commerciales entre les deux pays. Au fil des mois cependant, l’arrangement révèle son caractère largement conjoncturel. Des discordances apparaissent rapidement sur divers sujets. Elles culminent en août 1986 à la suite de la rencontre d’Ifrane entre le roi Hassan II et le Premier ministre israélien Shimon Pérès. Celle-ci donne lieu à un communiqué syrolibyen virulent, qui qualifie cette rencontre de « trahison ». Le 29 août 1986, le souverain alaouite décide de rompre le traité.

40Mais l’essentiel pour le roi Hassan II est d’avoir obtenu ce qu’il entendait tirer de ce traité entre 1984 et 1986. En outre, l’occasion de rompre s’est présentée au bon moment, car son allié libyen était devenu encombrant. En effet, les autorités américaines (administration Reagan) considéraient ce traité d’un œil défavorable et elles l’avaient clairement fait savoir au souverain marocain.

Tensions entre la Libye et la Tunisie

41Durant la période d’existence du traité d’Oujda, les relations entre la Libye et la Tunisie se dégradent considérablement. En août 1985, le régime libyen expulse un nombre important de Tunisiens travaillant sur son territoire (environ 30 000 personnes). Le 26 septembre, les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues. De son côté, l’Algérie marque son soutien politique, économique et militaire à la Tunisie, comme en témoigne une visite du président Chadli à Tunis au début du mois de septembre 1985. Des démarches sont entreprises par ce dernier, ainsi que par le président mauritanien Ould Taya, afin d’apaiser la situation. Mais les relations tuniso-libyennes ne redeviennent normales qu’après l’accession au pouvoir, en Tunisie, de Zine El-Abidine Ben Ali (novembre 1987).

Premiers signes d’une relance de la dynamique maghrébine

42La deuxième moitié des années 1980 connaît une relance notable du processus maghrébin. Les éléments favorables se multiplient. En 1985, la Mauritanie et le Maroc rétablissent leurs relations diplomatiques rompues depuis 1981. Événement d’une grande portée symbolique, en avril 1986 se réunissent à Alger les dirigeants du Parti social destourien (PSD) de Tunisie (héritier du Néo-Destour), de l’Istiqlal et de l’Union socialiste des forces populaires (USFP, née d’une scission de l’Istiqlal) du Maroc, et du FLN d’Algérie pour commémorer la Conférence de Tanger de 1958. L’année 1987 voit les visites intermaghrébines se multiplier. À l’initiative du roi Fahd d’Arabie saoudite, le roi Hassan II et le président Chadli se rencontrent de nouveau en mai. Fin juin, le colonel Kadhafi se rend à Alger. En juillet, le président Chadli se rend à Tunis pour rencontrer le président Bourguiba afin de poursuivre la médiation entre la Tunisie et la Libye. Les efforts algériens commencent à être couronnés de succès avec, durant ce même mois de juillet 1987, le rétablissement des relations aériennes et téléphoniques entre la Tunisie et la Libye ainsi que l’engagement libyen de liquider le contentieux portant sur les biens des Tunisiens expulsés en 1985. En Tunisie, l’accession de Ben Ali à la présidence en novembre permet de normaliser la situation en supprimant certains mobiles de rancœurs parfois anciennes. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont rétablies le 28 décembre 1987.

43Les premiers mois de l’année 1988 marquent une accélération du processus. Le président Chadli se rend en janvier à Tunis et à Tripoli, où il souligne la nécessité de franchir une étape nouvelle vers la construction du Maghreb politique. Début février, le colonel Kadhafi se rend en Tunisie puis en Algérie. Il s’ensuit un sommet tripartite entre le dirigeant libyen et les présidents Bendjedid et Ben Ali qui a lieu le 8 février 1988 à Sakiet Sidi Youssef, à l’occasion de la 30e commémoration du bombardement par l’armée française, en février 1958, de cette ville frontalière tunisienne où se trouvaient de nombreux réfugiés algériens. De plus, l’Algérie et le Maroc rétablissent leurs relations diplomatiques le 16 mai 1988. Ces événements ouvrent la voie à des évolutions nouvelles sur la scène maghrébine dans son ensemble.

Vers l’Union du Maghreb arabe

44En juin 1988, un sommet arabe se tient à Alger pour traiter principalement de la question palestinienne. À cette occasion, le roi du Maroc revient à Alger pour la première fois depuis la rupture entre les deux pays en 1976. L’accueil populaire est chaleureux et enthousiaste. À l’échelle du Maghreb, un événement marquant se déroule dans la foulée du sommet arabe : le 10 juin 1988, le premier sommet maghrébin réunit à Zéralda le roi Hassan II, le colonel Kadhafi et les présidents Bendjedid, Ould Taya et Ben Ali. Depuis les indépendances, c’est la première rencontre entre les cinq chefs d’État maghrébins. Le temps de la dynamique unitaire semble être venu.

45Le sommet débouche sur la création d’une Haute Commission maghrébine, dont la première réunion se tient à Alger le 13 juillet 1988. À la suite de celle-ci, cinq sous-commissions spécialisées sont mises sur pied ; elles se réunissent dans chacune des capitales maghrébines durant le mois de septembre 1988. D’autres réunions de la Haute Commission se tiennent à Rabat (octobre 1988) puis à Tunis (janvier 1989) en vue de réaliser la synthèse du travail des sous-commissions et d’élaborer un traité intermaghrébin. En outre, le roi Hassan II reçoit, début janvier 1989, une délégation du Front Polisario et, le 6 février 1989, le président algérien effectue une visite officielle au Maroc. Les derniers obstacles politiques en vue de la signature d’un traité maghrébin sont tombés.

46C’est au Maroc, dans la ville de Marrakech, que le pas est franchi : le 17 février 1989, les cinq dirigeants signent le traité portant création de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Il semble alors qu’une étape importante a été franchie et qu’une volonté politique sérieuse existe chez chaque partenaire. L’article 2 du traité fixe les objectifs généraux de l’UMA :

  • renforcer les liens de fraternité qui unissent les États membres et leurs peuples ;
  • œuvrer au progrès et à la prospérité des sociétés qui les composent et à la défense de leurs droits ;
  • contribuer à la préservation de la paix fondée sur la justice et l’équité ;
  • poursuivre une politique commune dans différents domaines ;
  • favoriser progressivement la libre-circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux.

47L’article 3 précise la politique commune à mener dans les domaines international, de la défense, économique et culturel. Les institutions créées par le traité sont nombreuses, parmi lesquelles un Conseil présidentiel composé des cinq chefs d’État, dont la présidence est assurée à tour de rôle par chacun d’entre eux pour une durée de six mois. Sont également instaurés un Conseil des ministres des Affaires étrangères, une Commission de suivi, un Secrétariat général, un Conseil consultatif et un organe judiciaire. Ce traité se présente donc comme un instrument ambitieux. Par la suite, les rencontres multilatérales (politiques, économiques, culturelles, techniques) se multiplient et diverses associations maghrébines voient le jour. Au niveau institutionnel, la première réunion du Conseil consultatif a lieu à Alger en juin 1989, celle de la Commission de suivi à Rabat en juillet.

48Le sommet suivant se tient du 21 au 23 janvier 1990 à Tunis, avec la participation de quatre des cinq chefs d’État, le président Ould Taya (frappé par le décès de son épouse) étant représenté par son ministre des Affaires étrangères. À l’issue du sommet, un communiqué final est publié portant certaines modifications et améliorations des structures de l’UMA. Par ailleurs, des résolutions sont adoptées concernant la coopération en matière de défense, le renforcement de la coopération avec les autres groupements régionaux arabes, les relations avec la Communauté économique européenne (CEE), la question palestinienne, la situation libanaise, l’Afrique australe et d’autres problématiques internationales. Bien que la question du Sahara occidental ne soit toujours pas résolue, la coopération politique entre les cinq États du Maghreb semble possible, comme en témoignent des prises de position communes sur des sujets d’envergure. Il faut aussi souligner que les chefs d’État acceptent que l’un d’entre eux les représente au niveau international. Mais les espoirs vont être de courte durée.

49À cet égard, le sommet d’Alger de juillet 1990 marque les premiers signes d’essoufflement de la dynamique maghrébine initiée l’année précédente. Des blocages se font jour lorsqu’il s’agit de déterminer la ville d’accueil du siège du Secrétariat général de l’UMA. De plus, le succès des islamistes algériens aux élections locales de juin 1990 et son impact sur l’avenir du Maghreb préoccupent les participants au sommet. La non-résolution de la question sahraouie constitue un autre motif sérieux de ralentissement.

50Quelques semaines plus tard, la crise du Golfe, provoquée par l’invasion irakienne du Koweit le 2 août 1990, met en lumière le manque de coordination entre les cinq dirigeants maghrébins et la grande diversité de leurs opinions. Au sommet arabe du Caire d’août 1990, les cinq pays adoptent des positions divergentes quant à la résolution condamnant l’Irak : la Mauritanie émet des réserves, le Maroc vote pour, l’Algérie s’abstient, la Tunisie ne participe pas au sommet et la Libye vote contre. Il était techniquement impossible d’obtenir une plus grande diversité de positions à cinq. L’UMA est ainsi confrontée à sa première crise d’envergure. Quatre sommets ont lieu par la suite : en mars 1991 à Ras Lanouf en Libye, en septembre 1991 à Casablanca, en novembre 1992 à Nouakchott et finalement à Tunis en avril 1994.

La construction d’un Maghreb uni et cohérent : un projet qui reste à concrétiser

Des blocages persistants sur la question du Sahara occidental

51Malgré de nombreux efforts et plusieurs tentatives, l’UMA n’a pas été en mesure de prendre son envol de manière décisive. La non-résolution de la question du Sahara occidental a constitué une faille permanente.

52La montée de la violence en Algérie dans les années 1990 contribue à accentuer les tensions entre l’Algérie et le Maroc ; il en résulte la fermeture de la frontière entre les deux pays en 1994. Cette frontière n’est pas officiellement rouverte à ce jour, ce qui compromet toute réelle dynamique maghrébine. À cet égard, l’élection d’Abdelaziz Bouteflika à la présidence de l’Algérie en mai 1999 est apparue comme le signe d’une possible relance des rapports algéro-marocains, notamment du fait de ses bonnes relations personnelles avec le roi Hassan II. Cependant, cette potentialité n’a pu se matérialiser : le souverain chérifien est en effet décédé en juillet 1999, et le président algérien a du mal à établir une relation constructive avec le nouveau roi Mohamed VI.

53La question sahraouie et ses multiples péripéties symbolisent cette difficulté à instaurer une dynamique maghrébine réellement fructueuse. Le 30 août 1988, le Maroc et le Front Polisario acceptent un plan de paix proposé par le Secrétaire général de l’ONU (prévoyant notamment un référendum d’autodétermination). Ce plan est adopté par le Conseil de sécurité de l’ONU le 20 septembre 1988. Mais le processus s’enlise. La crise et la première guerre du Golfe (1990-1991) font passer ce dossier à l’arrière-plan. Ce n’est que le 29 avril 1991 que le Conseil de sécurité approuve la mise sur pied de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO). Un cessez-le-feu est prévu pour le début du mois de septembre 1991 et le référendum pour janvier 1992.

54Le plan n’est pas respecté, et le référendum n’a pas lieu, notamment du fait de désaccords persistants sur l’identification du corps électoral. S’ajoutent à cela de nombreuses péripéties : on assiste notamment à la démission de représentants du Secrétaire général chargés de la mise en œuvre du référendum et à de nombreuses irrégularités qui ont sérieusement entaché le processus. Signalons aussi la désignation, en mars 1997, au poste de représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, de l’ancien secrétaire d’État américain James Baker, qui mène plusieurs négociations en vue d’un accord entre Marocains et Sahraouis sur les conditions relatives à la tenue du référendum au Sahara occidental. Après plus de sept années d’efforts infructueux, il démissionne en juin 2004.

55Les autorités de Rabat proposent en avril 2007 une « Initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara ». De leur côté, les autorités sahraouies présentent à la même période une « Proposition du Front Polisario pour une solution politique mutuellement acceptable assurant l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ». Dans le premier cas, l’idée avancée est celle d’une autonomie significative au sein du Royaume du Maroc. Dans le second, l’axe choisi est celui de l’organisation d’un référendum d’autodétermination pour décider du statut du territoire. La situation paraît donc bloquée.

L’UMA aujourd’hui

56L’UMA est aujourd’hui une réalité incertaine. Des institutions existent. Le siège de son Secrétariat général est à Rabat. Son Secrétaire général est l’ancien ministre des Affaires étrangères tunisien Habib Ben Yahia depuis 2006. Au niveau technique et opérationnel, l’UMA et ses institutions tentent de mettre en œuvre des dynamiques à l’échelle du Maghreb. Cela dit, le rôle de l’UMA semble se réduire à celui d’une structure de coordination assez évanescente.

57L’enlisement de l’UMA depuis le début des années 1990 a d’ailleurs incité les États maghrébins à agir de manière non coordonnée sur la scène internationale. Dès lors, il n’est pas envisageable de parler aujourd’hui d’une politique maghrébine. Il est plus réaliste de parler de cinq politiques incarnées par les cinq États maghrébins en fonction de leurs orientations politico-idéologiques.

58La non-réalisation de la dynamique maghrébine unitaire pose la question des raisons de la perpétuation de cet échec depuis plusieurs décennies. Les explications sont diverses. Certains analystes mettent surtout l’accent sur la question du Sahara occidental et, par ricochet, sur la rivalité géostratégique entre le Maroc et l’Algérie. Ces dimensions constituent incontestablement des facteurs importants de déstabilisation du processus maghrébin. La non-résolution de la question du Sahara occidental entrave de manière rédhibitoire toute progression vers la constitution d’un ensemble politique maghrébin. Malgré son caractère central depuis 1975, ce conflit a été, de fait, mis de côté lors du lancement de l’UMA en 1989. Certains dirigeants maghrébins espéraient que la création de l’UMA aurait un effet vertueux sur le règlement de ce dossier. Cependant, plusieurs observateurs avaient d’emblée mis en garde contre cette vision à leurs yeux trop optimiste de la réalité. Ils avaient donc plaidé pour un processus inverse visant à résoudre, au préalable, la question du Sahara occidental avant de se lancer dans une démarche d’intégration maghrébine. Les faits paraissent leur donner raison.

59Selon d’autres analyses, cette incapacité à progresser vers une dynamique d’intégration trouverait son origine dans l’incompatibilité des régimes politiques maghrébins et leur déficit de convergence. Entre des régimes à l’apparence républicaine, une monarchie traditionnelle, un « État des masses » au dirigeant fantasque et un régime aux soubresauts multiples, le degré de compatibilité s’est réduit au fil du temps. Une telle variété n’a pas permis et ne permet pas de créer des points de convergence suffisants en vue de la constitution d’un véritable ensemble intégré. De plus, les différences de niveaux de développement économique, social et culturel contribuent aussi à accentuer les difficultés. Les vicissitudes de l’histoire et des positionnements géopolitiques ont compliqué la situation. Tout comme le sérieux déficit démocratique caractérisant ces différents régimes. Au-delà des proclamations et des discours, les parcours des pays du Maghreb se sont, dans les faits, diversifiés au fil du temps. De plus, même si les opinions publiques penchent davantage du côté du rapprochement, on peut se demander si les dirigeants le souhaitaient et le souhaitent véritablement. La réalité des faits permet d’en douter sérieusement.

60De manière plus globale, les difficultés entravant la constitution d’un ensemble maghrébin intégré renvoient aux maux touchant de nombreux pays de l’aire régionale arabe. Déficits de démocratie, de légitimité, de créativité, de modernité, blocages économiques, sociaux et culturels, chômage, corruption, sclérose intellectuelle, manque de renouvellement des classes politiques, absence de perspectives d’avenir : les nombreux obstacles à la structuration et à la solidification de sociétés créatives, ouvertes et dynamiques ont eu des impacts très défavorables sur la concrétisation de processus d’intégration porteurs et fructueux.

61Même si le progrès vers la création d’un ensemble maghrébin intégré est hautement souhaitable et souhaité par les populations, il paraît peu probable qu’il soit réalisé dans un futur proche. La construction d’un espace maghrébin intégré est peut-être vouée à rester encore longtemps une simple potentialité prometteuse…

Bibliographie

Bibliographie sélective

Ageron, C.-R., Histoire de l’Algérie contemporaine. Tome II : De l’insurrection de 1871 au déclenchement de la guerre de libération (1954), Paris, PUF, 1979.

Ageron, C.-R., Genèse de l’Algérie algérienne, Paris, Bouchène, 2005.

Aït-Chaalal, A., « Le Maghreb uni : évolutions, réalités et défis », Notes et études de l’Unité des relations internationales, no 2, Louvain-la-Neuve, 1991, p. 31-66.

Aït-Chaalal, A., L’Algérie, les États-Unis et la France. Des discours à l’action, Paris, Publisud, 2000.

Assidon, E., Sahara occidental : un enjeu pour le Nord-Ouest africain, Paris, Maspero, 1978.

Balta P. et C. Rulleau, Le grand Maghreb. Des indépendances à l’an 2000, Paris, La Découverte, 1990.

Barakat, H. (dir.), Contemporary North Africa, Londres, Croom Helm, 1985.

Basfao, K. et J.-R. Henry (dir.), Le Maghreb, l’Europe et la France, Paris, CNRS, 1992.

Bearman, J., Qadhafi’s Libya, Londres, Zed, 1986.

Berque, J., Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Seuil, 1979.

Berramdane, A., Le Maroc et l’Occident (1800-1974), Paris, Karthala, 1987.

Bontems, C., La guerre du Sahara occidental, Paris, PUF, 1984.

Chevallier, A. et V. Kessler, « Économies en développement et défis démographiques : Algérie, Égypte, Maroc, Tunisie », Notes et études documentaires, no°4878, Paris, La Documentation française, 1989.

Claisse, A. et G. Conac (dir.), Le grand Maghreb. Données sociopolitiques et facteurs d’intégration des États du Maghreb, Paris, Economica, 1988.

Cubertafond, B., L’Algérie contemporaine, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? », 1988.

Dalle, I., Les trois Rois. La monarchie marocaine de l’indépendance à nos jours, Paris, Fayard, 2004.

Dalle, I., Maroc. Histoire, société, culture, Paris, La Découverte, 2010.

Damis, J., Conflict in Northwest Africa. The Western Sahara Dispute, Stanford, Hoover Institution, 1983.

Froberville, M. (de), Sahara occidental. La confiance perdue. L’impartialité de l’ONU à l’épreuve, Paris, L’Harmattan, 1996.

Entelis, J., Comparative Politics of North Africa. Algeria, Morocco and Tunisia, Syracuse (NY), Syracuse University Press, 1980.

Etienne, B., L’Algérie, cultures et révolution, Paris, Seuil, 1977.

Grimaud, N., La politique extérieure de l’Algérie (1962-1978), Paris, Karthala, 1984.

Grimaud, N., La Tunisie à la recherche de sa sécurité, Paris, PUF, 1995.

Hodges, T., Sahara Occidental. Origines et enjeux d’une guerre du désert, Paris, L’Harmattan, 1987.

Hubert, M. et J.-C. Santucci (dir.), Le Maghreb dans le monde arabe ou les affinités sélectives, Paris, CNRS, 1987.

Julien, C.-A., L’Afrique du Nord en marche. Nationalismes musulmans et souveraineté française, Paris, Julliard, 1972.

Julien, C.-A., Histoire de l’Afrique du Nord. Des origines à 1830, Paris, Payot, 1994.

Khader, B., Le grand Maghreb et l’Europe. Enjeux et perspectives, Paris/Louvain-la-Neuve, Publisud/Quorum, 1992.

Kodmani-Darwish, B. (dir.), Maghreb, les années de transition, Paris, Masson/Ifri, 1990.

Lacoste, C. et Y. Lacoste (dir.), L’état du Maghreb, Paris, La Découverte, 1991.

Laroui, A., L’histoire du Maghreb, un essai de synthèse, Paris, Maspero, 1970.

Lawless, R. et L. Monahan (dir.), War and Refugees. The Western Sahara Conflict, Londres & New York, Pinter, 1987.

Leca, J. (dir.), Développements politiques au Maghreb, Paris, CNRS, 1979.

Le Tourneau, R., Évolution politique de l’Afrique du Nord musulmane 1920-1961, Paris, Armand Colin, 1962.

Long, D. et B. Reich (dir.), The Government and Politics of the Middle East and North Africa, Boulder, Westview, 1995.

Mohsen-Finan, K., Sahara occidental. Les enjeux d’un conflit régional, Paris, CNRS, 1997.

Parker, R., North Africa. Regional Tensions and Strategic Concerns, New York, Praeger, 1987.

Pazzanita, A. et T. Hodges, Historical Dictionary of Western Sahara, Metuchen & Londres, Scarecrow, 1994.

Quandt, W., Revolution and Political Leadership : Algeria, 1954-1968, Cambridge, MIT, 1969.

Quandt, W., Between Ballots and Bullets. Algeria’s Transition from Authoritarianism, Washington, D. C., The Brookings Institution, 1998.

Ruf, W. (dir.), Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine, Paris, CNRS, 1975.

Santucci, J.-C. (dir.), E. Gobe et J.-P. Dahdah, « Vers le Grand Maghreb », Problèmes politiques et sociaux, no 626, Paris, La Documentation française, 1990.

Stora, B., Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, 1994.

Stora, B. et A. Ellyas, Les 100 Portes du Maghreb, Paris, Éditions de l’Atelier, 1999.

Toumi, M., Le Maghreb, Paris, PUF, collection « Que sais-je ? », 1988.

Toumi, M., La Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, PUF, 1989.

Vermeren, P., Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, 2006.

Vermeren, P., Le Maroc de Mohamed VI, une transition inachevée, Paris, La Découverte, 2009.

Vermeren, P., Le Maghreb, Paris, Le Cavalier bleu, 2010.

Zartman, I. W., La résolution des conflits en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1990.

Zartman, I. W. et W. Habeeb (dir.), Polity and Society in Contemporary North Africa, Boulder, Westview, 1993.

Zoubir, Y. et D. Volman (dir.), International Dimensions of the Western Sahara Conflict, New York, Praeger, 1993.

Notes

2 Extrait de l’avis consultatif rendu par la Cour internationale de justice le 16 octobre 1975 sur la question du Sahara occidental.

3 Résolution AHG/Res. 104 (XIX).

4 Traduction depuis l’anglais de l’extrait suivant de la résolution AHG/Res. 104 (XIX) : « […] Urges the parties to the conflict, the Kingdom of Morocco and the POLISARIO Front, to undertake direct negotiations with a view to bringing about a cease fire to create the necessary conditions for a peaceful and fair referendum for self-determination of the people of Western Sahara, a referendum without any administrative or military constraints, under the auspices of the OAU and the United Nations, and calls on the Implementation Committee to ensure the observance of the cease fire. »

5 Résolution AG/RES/34/37.

6 Résolution AG/RES/38/40.

Auteur

Directeur du Centre d’étude des crises et des conflits internationaux (CECRI) et professeur à l’Université catholique de Louvain (UCL) à Louvain-la-Neuve (Belgique).

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search