Version classiqueVersion mobile

Le Journal de Franz Kafka

 | 
Florence Bancaud

Troisième partie. Le Journal de Kafka ou le « procès de la littérature »

Chapitre II. Les expériences fondatrices : entre la fascination et le renoncement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La rencontre de Kafka avec le théâtre s’inscrit dans la continuité de sa réflexion sur la représentation, ébauchée dès le début des Journaux, dans les notations brèves qui décrivent d’un trait une situation, donnée d’emblée comme théâtrale :

Les lingères de blanc sous les averses1.
Les spectateuts se figent quand le train passe2.

Le théâtre

En 1911, Kafka pousse plus avant son expérimentation de l’art du regard, et les situations qu’il décrit alors ne font que prolonger l’expérience du 23 avril 1909, où il assiste à Prague à la première de la pièce de Schnitzler, L’Appel de la vie (Der Ruf des Lebens). Cette découverte se confirme lors de la tournée du ballet russe impérial à Prague, fin mai 1909. Kafka s’y enthousiasme pour la danseuse Eduardowa, dont il prévoit de faire un sujet de récit et dont il rêve pendant des mois. C’est cette même danseuse qui inspirera ensuite à Kafka le personnage d’Eisa dans Le Procès.

Les premières pages du Journal sont tout imprégnées de la présence fougueu...

© CNRS Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search