Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Introduction

Khadija Mohsen-Finan

Texte intégral

1Au commencement de ce xxie siècle, le Maghreb paraissait bien marginalisé, et largement occulté par les événements du Moyen-Orient. Véritable parent pauvre des relations internationales, la région était considérée tantôt comme l’arrière-cour de l’Europe, tantôt comme une sous-région d’un espace méditerranéen qui peine à trouver une cohésion dans le cadre d’un projet politique. Le désintérêt pour cette zone était largement perceptible dans la presse, mais aussi au niveau académique où l’objet Maghreb n’existe presque plus. La présence d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) avait quelque peu ressuscité l’intérêt porté à la région, qui fut alors perçue à travers le seul prisme sécuritaire, notamment sur la question de l’immigration (Mehdi Lahlou).

  • 2 K. Mohsen-Finan (dir.), Les médias en Méditerranée – Nouveaux médias, monde arabe et relations int (...)

2Les révolutions qui se sont opérées pendant l’hiver 2011 changent considérablement la donne et dictent une redéfinition des rapports entre le nord et le sud de la Méditerranée. Il est naturellement trop tôt pour apprécier les effets réels de ces ruptures, mais elles ont d’ores et déjà mis au jour les manquements des États-Unis, de l’Union européenne (UE) et de la France vis-à-vis du monde arabe. Les populations tunisienne, égyptienne et libyenne ont montré leur vitalité en bousculant des régimes que les pays et les institutions du monde occidental ont voulu croire garants de la stabilité du Sud. Au nord de la Méditerranée, les États ont construit des mythes auxquels ils ont fini par croire. Paralysés par la peur d’AQMI (Alain Antil) et par l’angoisse des migrations, ils ont oublié de prendre en compte les sociétés. Délaissées par les États, celles-ci ont trouvé refuge dans la débrouillardise en développant une économie informelle pour survivre et en se tournant vers le réseau internet pour s’informer et communiquer. En effet, en dépit de la configuration autoritaire des pouvoirs (censure, rétention de l’information et incitation à l’autocensure), on a vu apparaître, à partir du milieu des années 1990, un cyberespace de protestation qui a défié les pratiques musclées des régimes arabes. Lettres d’information, forums de discussion, journaux en ligne et blogs ont diffusé informations et analyses critiques qui échappaient totalement aux pouvoirs tunisien, égyptien et libyen2.

3De la même manière, les partis d’opposition se sont dotés de sites et de journaux en ligne. Cette cyber-communauté a constitué un refuge pour ses membres et un nouveau mode de communication qui a réussi à contourner les méthodes anachroniques de ces États. À mesure que ces pratiques se sont développées, cette jeunesse, constituée d’internautes et de blogueurs, a progressivement pris ses distances vis-à-vis des pouvoirs en place, qui n’ont vu dans les soulèvements de ce début d’année 2011 que des rébellions de jeunes non politisés. Or ces jeunes générations sont, comme on a pu le voir, à l’écoute de la « culture-monde » et veulent sortir du trop-plein d’une histoire exclusivement nationaliste (Benjamin Stora). Ce sont ces jeunes qui ont crié leur colère dans la rue pour protester contre le chômage, les inégalités, les humiliations et l’absence de liberté. Sans leader et sans assise idéologique, ils ont réussi, grâce à leur détermination, à mettre un terme à des décennies de dictature. Leur victoire invite à écouter les messages envoyés par cette jeunesse en détresse. Elle nous incite aussi à regarder les réalités de ces pays en face et à nous débarrasser des faux-semblants et des préjugés pour appréhender le Sud méditerranéen d’un œil nouveau.

4Ce livre, dont la rédaction est antérieure aux révolutions, ne porte pas sur les effets de ces ruptures. Toutefois, en retraçant de manière analytique l’évolution du Maghreb sur les vingt dernières années, il apporte des éléments d’explication aux carences et dysfonctionnements révélés par les frondes observées un peu partout dans la région, et prend en compte les facteurs qui ont contribué à une mauvaise appréciation des réalités de ces pays.

5S’il existait un consensus sur la nécessité de dépasser le projet euroméditerranéen lancé en 1995 à Barcelone, des impératifs bien plus urgents obligent aujourd’hui à redéfinir les relations entre les deux rives de la Méditerranée. Comment traverser la difficile conjoncture actuelle compte tenu des frustrations des classes moyennes qui ont été mises au jour lors de ces soulèvements populaires ?

6Au plan économique comme au niveau politique, nous étions dans des images construites qui se sont avérées décalées par rapport au vécu des populations. Il est vrai que les données macroéconomiques étaient satisfaisantes, que les taux de croissance n’avaient rien de déshonorant, notamment en Tunisie. Mais cette demi-vérité a occulté le fait qu’il aurait fallu, au vu de la croissance démographique et des dysfonctionnements dus à la gouvernance de ces pays, une croissance encore plus importante.

7De la même façon, contrairement à une idée répandue, les pays du Maghreb n’ont pas été épargnés par la crise. D’une part, l’impact limité de celle-ci s’explique par le faible ancrage des pays de cette zone dans la mondialisation. D’autre part, la crise a tout de même touché les pays du Maghreb en raison de leur dépendance économique et commerciale vis-à-vis de l’Europe, qui absorbe 80 % de leurs exportations. Ces dernières ont donc été touchées ainsi que, dans une moindre mesure, les importations, en raison d’une demande en baisse.

8Cette dépendance à l’égard de l’UE est d’autant plus préjudiciable que la zone euro est appelée à entrer dans une période de croissance molle, d’où la nécessité pour les pays du Sud de diversifier leurs partenariats économiques en essayant de modifier leur offre et d’investir dans d’autres débouchés. Aujourd’hui, l’économie algérienne reste très dépendante de ses hydrocarbures tandis que la Tunisie et le Maroc sont spécialisés dans des secteurs qui sont confrontés à la concurrence des pays d’Europe de l’Est et de l’Asie, notamment dans le domaine du textile et de la mécanique.

9En l’occurrence, par-delà ces données macroéconomiques qui seules ont été mises en exergue, il y avait une réalité, celle d’une polarisation de l’économie autour de secteurs qui génèrent peu d’emplois, d’où un taux de chômage avoisinant les 30 % et le développement d’une économie informelle. Les pays du Maghreb vont devoir transformer leurs économies et mettre en œuvre les réformes qui s’imposent ; le défi est d’autant plus grand qu’il ne s’agit pas simplement de redynamiser l’économie, mais de prendre en compte les attentes nées de ces mouvements, y compris dans les pays voisins, touchés par ricochet.

10Toutefois, l’adaptation de l’économie aux besoins des sociétés nécessite un climat de confiance, tant au sein de ces pays que dans leurs relations avec leurs partenaires étrangers, notamment pour attirer des investissements directs étrangers (IDE) qui restent très faibles, même en provenance de l’Europe. Les changements observés au niveau des investissements concernent des pays qui ne sont pas des partenaires économiques traditionnels du Maghreb, comme la Chine et l’Inde (Françoise Nicolas) ou encore les pays du Golfe. L’Union pour la Méditerranée (UPM) n’a pas permis le lancement de projets d’envergure (Akram Belkaïd) et, malgré de sérieux atouts susceptibles d’attirer les investisseurs – par exemple « l’électricité verte » ou certaines infrastructures importantes comme le port de Tanger –, les pays de la région restent peu attractifs pour les investisseurs étrangers mais aussi locaux. Pour corriger cette faiblesse, la mise en œuvre de réformes n’est pas suffisante. Plusieurs ont déjà été opérées et des textes de loi votés. Il faut désormais que ces lois soient appliquées pour mettre en confiance entrepreneurs et financeurs et également pour en finir avec le système de privilèges qui pollue le monde des affaires.

11Le changement serait certainement plus significatif si les actions des États étaient coordonnées dans un Maghreb intégré (Amine Aït-Chaalal) et donc économiquement cohérent. A. Belkaïd montre que cette intégration permettrait d’augmenter la croissance de deux points, et ainsi d’absorber le chômage, notamment celui des diplômés, et de réduire sensiblement la pauvreté.

12La configuration actuelle donne le sentiment de pays enclavés et isolés dont les populations tentent de dépasser les frontières. Jacques Ould-Aoudia montre que la migration emprunte des modalités nouvelles, comme en témoigne le commerce informel. Mais cette volonté de franchir les frontières qui enferment les hommes et les projets dans un territoire national concerne également d’autres catégories de la population, notamment le patronat algérien qui propose un corridor commercial entre l’Algérie et le Maroc pour contourner le bouclage (A. Belkaïd).

13Les dynamiques internes et régionales ont leurs propres limites ; le Maghreb a réellement besoin d’aide et de partenariat pour relever les défis auxquels il fait face et qui ont été mis au jour par les mouvements révolutionnaires. L’Europe est appelée à rester le partenaire principal des pays de la région compte tenu de sa proximité géographique et culturelle. Pour autant, l’esprit du partenariat qui la liait à ces pays doit subir une réelle métamorphose. Abdallah Saaf met l’accent sur la complexité de cette relation. À travers les exemples du Maroc, qui a obtenu le statut avancé, de la Tunisie, qui avait entamé des négociations pour l’obtenir à son tour, et de l’Algérie, qui alimente l’Europe en gaz naturel, il explique qu’« on observe un abandon de fait de la conditionnalité par l’UE » et se demande « comment lutter contre le déficit démocratique observé dans ces pays qui entendent pourtant renforcer leurs relations avec l’UE ». À ce niveau aussi, l’onde de choc de la révolution tunisienne se fera sentir et, devant l’ampleur du chômage des jeunes et les risques d’instabilité, l’UE va devoir baisser ses exigences vis-à-vis des économies maghrébines qu’elle aspire à voir se conformer au modèle libéral et à l’économie mondialisée, et privilégier la conditionnalité politique.

14Si les partenaires occidentaux du Maghreb doivent réformer leur approche et leur regard sur le Sud, les pays du nord de l’Afrique doivent aussi saisir l’opportunité que leur offre ce moment historique pour sortir de la quasi-exclusivité de cette relation avec le Nord. Les atouts dont ils disposent pour entrer de plain-pied dans la mondialisation sont plus nombreux qu’ils ne le pensent.

15Les différentes contributions à cet ouvrage montrent que le Maghreb peut développer de nouvelles activités, notamment dans les services, mais qu’il peut également mettre en place des axes nouveaux. La région peut être un levier entre l’Europe et l’Afrique. Abdelmalek Alaoui montre que les relations économiques et commerciales des pays du Maghreb avec ceux de l’Afrique subsaharienne sont en nette progression. Le Maghreb entretient également des relations avec des pays émergents, comme la Chine et l’Inde, qui restent faibles dans l’absolu mais qui n’en demeurent pas moins existantes (F. Nicolas). Certes, elles n’ont pas vocation à se substituer à celles qui lient les États-Unis au Maghreb (I. William Zartman), ni à celles qui sont appelées à se développer et à se consolider, comme les relations avec l’Espagne (Bernabé López García et Miguel Hernando de Larramendi).

16Un autre atout réside dans le capital humain. À partir d’une étude de terrain conduite sur les bi-nationaux franco-marocains, Marie Bassi et Christophe Bertossi montrent que ces nouveaux acteurs qui ont la volonté de ne pas s’enfermer dans une citoyenneté unique désirent profondément contribuer au développement de leur pays d’origine. Pour autant, comme nous l’expliquent Flore Gubert et J. Ould-Aoudia, il n’y a pas de lien direct et évident entre migration et développement, contrairement à une idée très répandue. En outre, l’apport des migrants à leur pays d’origine n’est pas forcément financier. Le migrant est aussi un « passeur de modernité », par son comportement civique, sa volonté de dépersonnaliser les institutions, sa manière de valoriser la scolarité des enfants ou encore de diffuser des approches de la médecine occidentale (J. Ould-Aoudia). Ce capital humain réside autant dans les pays du Maghreb que dans la diaspora, créant ainsi des réseaux et des passerelles entre des mondes différents.

17L’avenir du Maghreb se joue donc aussi à l’extérieur de ses frontières, dans un espace transnational. Les mouvements révolutionnaires de janvier et février 2011 nous ont montré que la jeunesse du Maghreb, en avance sur les États, était déjà ancrée dans la mondialisation, ne revendiquait pas d’idéologie particulière, n’avait pas de leader politique et réclamait surtout un nouveau mode de gouvernance fondé sur les libertés individuelles, le droit à la représentation politique et la responsabilité des gouvernants devant les représentants des citoyens. Ces jeunes connectés à Facebook ou Twitter ont transformé de manière radicale, et probablement définitive, les relations entre l’État et les individus, mettant en évidence l’anachronisme des discours politiques fondés sur le nationalisme.

Notes

2 K. Mohsen-Finan (dir.), Les médias en Méditerranée – Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Paris, Actes Sud, 2009.

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris VIII et chercheur à l’Institut Maghreb/Europe/Méditerranée de cette même université. Elle a dirigé cet ouvrage au titre de responsable du programme de l’Ifri « Le Maghreb dans son environnement régional et international ».

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search