Version classiqueVersion mobile

Le Maghreb dans les relations internationales

 | 
Khadija Mohsen-Finan

Préface

Mohammed Harbi

Texte intégral

  • 2 Cl. Collot et J.-R. Henry, Le Mouvement national algérien. Textes 1912-1954, Paris/Alger, L’Harmat (...)

1En des temps fort lointains, les dirigeants nationalistes du Maghreb sous domination française ambitionnaient de constituer leurs pays en un ensemble géopolitique. Dès avant la Première Guerre mondiale, le Tunisien Ali Bach Hamba avait tenté d’organiser un congrès des musulmans de la Régence (Tunisie) et de la colonie (Algérie). Le 18 janvier 1919, un « comité algéro-tunisien », qu’Ali Bach Hamba anime avec son frère Mohammed, adresse aux membres du Congrès de la Paix à Versailles, avant son ouverture, et au président américain Woodrow Wilson un mémoire au terme duquel il réclame l’indépendance. Plus tard, en 1926, naît l’Étoile nord-africaine, présidée à sa création par le Tunisien Chadli Kheirallah auquel succédera Messali Hadj, qui prend en main « la défense des intérêts matériels, moraux et sociaux des populations nord-africaines2 ».

2Cet idéal se nourrit d’une infinité d’éléments. À tous les points de vue – géographique, ethnique, culturel et religieux –, le Maghreb apparaît comme un tout. Depuis la Première Guerre mondiale, les grandes puissances ont cherché, ouvertement ou discrètement, à instrumentaliser cet idéal à leur profit. Les mouvements nationalistes alors en gestation s’en sont également servis, tout en jouant des deux dimensions, l’une nationale, l’autre régionale, pour accélérer la marche vers l’émancipation de leurs pays respectifs.

3La réciprocité maghrébine devient évidente sous le Front populaire quand, en 1937, le Néo-Destour tunisien lance un mot d’ordre de grève générale pour protester contre l’arrestation des dirigeants algériens et marocains. Il n’empêche que lors de la création le 6 janvier 1948 du Comité de libération du Maghreb arabe, présidé par l’Émir Abdelkrim El Khattabi, les débats montrent que chacun des partenaires a tendance à présenter son expérience propre comme ayant une valeur régionale. L’unité d’action contre la France décidée en 1951 à la première réunion internationaliste de Tanger entre le Parti du peuple algérien (PPA), l’Istiqlal marocain et le Néo-Destour tunisien ne se réalisera pas, mais l’Algérie bénéficiera largement, en dépit de frictions et de malentendus, de la solidarité des États tunisien et marocain pendant sa guerre de libération.

4Le temps a passé depuis la période des luttes pour l’indépendance. Dès juillet 1962, des litiges liés à la définition des frontières opposent les nouveaux États et éclipsent la collaboration régionale au point de provoquer, en octobre 1963, un conflit ouvert entre le Maroc et l’Algérie, auquel on pourrait sans doute appliquer le terme de « guerre civile ».

5À mesure que les nationalismes d’État se renforcent, les tendances à l’hégémonie se manifestent chez les plus forts, l’Algérie et le Maroc imposant aux populations de cruelles épreuves. Curieusement pourtant, les conflits n’excluent pas la solidarité entre les gouvernants et leurs opposants. Sur ce point, le traité de Marrakech du 17 février 1989 instaurant l’Union du Maghreb arabe (UMA), qui ne répond guère aux nécessités de l’intégration régionale, est sans ambiguïté. L’espoir de construction d’un destin commun dépend au premier chef de la réconciliation entre l’Algérie et le Maroc. La politique du xxie siècle est celle des ensembles organisés, et il est à prévoir que les États qui persistent à ne pas s’attaquer à l’unification du Maghreb vont rater leur rendez-vous avec l’Histoire.

  • 3 H. Laurens, Le Rêve méditerranéen, Paris, CNRS Éditions, 2009.

6Dans cet ouvrage dirigé par Khadija Mohsen-Finan dans le cadre de l’Institut français des relations internationales, des spécialistes font le point sur les questions brûlantes qui se posent aux Maghrébins et à leurs partenaires dans le champ international, tout particulièrement sur le Sahel, les flux migratoires et le « rêve méditerranéen », dont on se sert, note Henry Laurens, « pour ne pas mentionner directement la question des rapports entre l’Europe et ses populations arabes et musulmanes et ses relations avec les pays de la rive sud3 ».

7Continuera-t-on à utiliser les référents religieux pour fuir un « humanisme commun », maintenant que la légende de « la démocratie importée d’Occident » est rejetée en Tunisie, en Égypte et ailleurs ? Affaire à suivre.

Notes

2 Cl. Collot et J.-R. Henry, Le Mouvement national algérien. Textes 1912-1954, Paris/Alger, L’Harmattan/OPU, 1978.

3 H. Laurens, Le Rêve méditerranéen, Paris, CNRS Éditions, 2009.

Auteur

Historien franco-algérien. Il a exercé des responsabilités importantes au sein du FLN. Auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire contemporaine de l’Algérie et du Maghreb, il est professeur émérite à la retraite.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search