Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Glossaire

Texte intégral

Abouchouchou : Drap seizain*. Son fil, au titrage le plus fort des étoffes destinées aux Échelles du Levant* représente la qualité inférieure de ces produits.

Il est tissé à base de laines d’Aragon et de Languedoc.

Basse draperie : S’emploie pour qualifier la petite draperie grossière.

Battant : Pièce qui sert à frapper la trame sur le métier. Le nombre de frappes et leur force déterminent si l’on a affaire à un tissu plus ou moins serré.

Bayette : Étoffe combinée produite essentiellement pour les marchés ibériques et les colonies. Le titrage du fil de chaîne est peu élevé alors que la trame est plutôt grosse. À la différence de la sempiterne*, la bayette est très peu frappé au métier, ce qui en fait un tissu léger et ajouré.

Bedford : Tissu serré à côtes longitudinales destiné à la confection féminine.

Bergopsums : Petites draperies dont le nom est tiré de la ville des Pays-Bas Berg-op-Zoom en Brabant septentrional.

Blousse : Sous-produit du peignage. Les blousses sont des fibres trop courtes et des bourres impropres à la filature peignée. Elles sont, en revanche, tout à fait adaptées à la filature cardée. Elles permettent de constituer un fil de qualité donnant de la souplesse au drap.

Broadcloth : Étoffe anglaise de qualité supérieure, inventée à la fin du Moyen Âge, toute de laine cardée, qui assure la suprématie anglaise sur les marchés internationaux des draps du xve au xviie siècle.

Burats : Regroupe un ensemble d’étoffes rases et sèches* à la filature grossière appelées étaminés blancs ou mêlés, petits, doubles, demis, communs, rayés, etc.

Cadis à chaîne cardé : Il existe dans la généralité de Montauban des cadis* dont la chaîne et la trame sont cardés. Il s’agit des cadis abious, peu nombreux, et surtout des cadis refoulés de La Canourgue, représentant une production importante du Gévaudan.

Cadis : Famille de produits combinés. Inventée à la fin du Moyen Âge, comme de nombreux tissus, destinée au marché espagnol, l’étoffe tire son nom – cadis ou cadin – de la ville de Cadix. Spécialité par excellence des centres du Midi, elle domine dans presque tous les territoires de petite draperie de l’Atlantique au Rhône et des Pyrénées au Limousin.

Camelot : Étoffe peignée à pas simple, spécialité d’Amiens et de Lille. Elle peut être tout en laine, mélanger poil et laine tant en chaîne qu’en trame, n’avoir qu’une trame en poil, une chaîne en fil, etc. Dans tous les cas, sa chaîne est d’étaim double et retordue, et son aspect est grené sur la largeur, principalement par la trame. Il existe une qualité supérieure formée par les camelots mi-soie dont la chaîne est composée d’un fil de laine et d’un fil de soie. L’aspect peut être jaspé du fait de l’emploi de fils de soie de couleur différente de la laine. Notons qu’il existe une qualité de petits camelots à bas prix appelés lampareilles* fabriqués à Lille.

Casimir : Tissé en laine cardée retorse. Son nom est une altération du nom anglais kerseymere (voir Kersey*). Son armure croisée est identique à celle du mérinos*. Elle est un dérivé de l’armure fondamentale serge.

Castorine : Étoffe en laine cardée mêlée de poils de castor destinée à fournir le marché en vêtements d’hiver.

Chalon : Serge de qualité supérieure tissée en grande largeur pour l’exportation vers les marchés méditerranéens. Le chalon comporte 1 900 fils de chaîne d’un faible titrage ce qui en fait un produit assez fin.

Cheviotte : Drap souple et léger fabriqué en laine de moutons de race Cheviot, en Écosse, dont l’appellation est tirée des monts du même nom. Ce drap subit un foulage énergique afin de faire bourrer les filaments.

Cordelat : Cette fabrication connaît une grande continuité dans les territoires de la laine peignée (En Gascogne, Guyenne, Béarn) où elle forme une importante production de tissus combinés. Dans les territoires dominés par la laine cardée, on fabrique des cordelats tout de laine cardée dont les meilleurs sont les « mazamets ».

Cuir-laine : Drap cardé croisé inventé à Castres sous la Restauration. Fortement frappé au métier et double croisé, il diffère sensiblement de l’ancienne production de Languedoc par sa densité, sa lourdeur et son épaisseur.

Dix-huitain : Drap comportant 1 800 fils de chaîne.

Drap de montagne : Tissu produit à l’époque moderne en particulier dans les jurandes de la partie orientale des Pyrénées, des Corbières, de la Montagne Noire et du Minervois, allant des seizains* aux vingt-quatrains*. Élaboré à partir de laines des Corbières, du Roussillon et des meilleures fibres du pays, il a un titrage de fil supérieur et des apprêts moins élaborés que ceux de la draperie fine destinée au Échelles du Levant.

Drap de troupe : Ensemble de tissus destinés aux armées, à la marine et aux administrations françaises et étrangères. Leur fabrication obéit d’une manière stricte au cahier des charges fixé par l’État, depuis la sélection des matières jusqu’aux apprêts. Leur finesse varie en fonction de la hiérarchie des usagers envisagés ; il existe ainsi une qualité supérieure pour les officiers, intermédiaire pour les sous-officiers et courante pour les soldats.

Drapé : Apprêt consistant à coucher le poil dans un sens déterminé, à la différence de l’apprêt foulé*.

Draperie : Concerne l’ensemble des étoffes tissées à base de laine. Elle se décompose en petite draperie* et en grande draperie*.

Draps larges : Tissus essentiellement vingt-sixains*, vingt-huitains*, trentains*, trente-deuxains*, trente-sixains*, quarantain*. Il en existe de deux types : à pas simples et à pas croisé. Plus lourd que les étoffes destinées au Levant, ils se rapprochent beaucoup des draps de montagne. Mais, par leur largeur, la qualité des laines employées (issues de Narbonne, des Corbières, du Roussillon et de l’Espagne) et la finesse des apprêts, ils offrent une production différente et supérieure à celle des draps de montagne. Produits à partir du Consulat, à Chalabre dans un premier temps, puis à Carcassonne et à Limoux, enfin à Lavelanet. Ils sont le tissu phare du commerce civil du Midi, avec les draps pour le Levant, jusqu’à la Restauration.

Draps pour le Levant : Des très beaux mahoux* en passant par les londrins*, les diverses catégories de londres*, les nims* et les modestes abouchouchous*, on a affaire à la plus belle production du Midi. Il s’agit de draps foulés*, feutrés, dont l’attrait réside dans la légèreté, la souplesse, la beauté des apprêts et les couleurs éclatantes.

Droguet : Entièrement en laine cardé. Il s’agit d’une étoffe étroite foulée. De ce fait, elle est aussi appelée petit drap*. Le droguet façon d’Angleterre en fait partie.

Droguet : Tissu à chaîne peignée et trame en fil de lin. Il est très peu présent dans le Midi.

Échelles du Levant : Ensemble des douze ports dans lesquels l’essentiel de la grande draperie de Languedoc trouvait ses débouchés. Il s’agissait de la Morée, de la Crète, de Salonique, Constantinople, Smyrne, Chypre, Alexandrie, Le Caire, Alep, Acre Seyde, et Tripoli de Syrie.

Escot : Genre de serge* de qualité supérieure, spécialité du Gévaudan, en particulier de l’espace de production situé autour de Mende.

Estame : Voir étaim*.

Étaim : Partie la plus fine de la laine peignée filée à la quenouille, avec de la torse, pouvant servir aussi bien à l’élaboration de la chaîne* que de la trame*. Dans le Midi, on emploie le terme estame* pour désigner l’étaim.

Étamine : Étoffe faite d’étaim* sur étaim*, c’est-à-dire d’une chaîne et d’une trame également lisses, l’une et l’autre également serrées, et d’une fine et longue laine passée par le peigne pour être mieux torse et plus luisante.

Étoffe combinée : Relève de la petite draperie. La chaîne est en laine peignée commune. La trame est constituée de laine cardée. Elle est obtenue soit à partir de laine neuve soit à partir de sous-produits du peignage desquels on obtient le peignon*.

Étoffe rase et sèche : Catégorie de la petite draperie* constituée par des produits entièrement tissés à base de laines peignées communes.

Étoffe sur étaim : Voir étoffe combinée*.

Flanelle : Draperie de laine cardée en laine douce et moelleuse – selon les époques, issue d’agneaux, de blousses, etc. Son poids au mètre carré peut varier entre 130 et 180 gr. À l’inverse des draps cardés et des couvertures, elle n’est en général pas foulée. Elle subit un lainage qui augmente ses pouvoirs calorifuge et absorbant.

Flanelle : Tissu peigné rémois connu aussi au XVIIIe siècle sous le vocable de serge* demi-ras. Il diffère sensiblement des flanelles cardées produites dans le Midi, dans le territoire de Mazamet, en particulier.

Foulé : Apprêt consistant à coucher le poil sans un sens déterminé sous l’action de maillets puis de cylindres, à la différence de l’apprêt drapé*.

Grande draperie : Dénomme la production de draps, tissés à pas simple, du seizain* au quarantain* (1 600, 1 800, 2000, 2 200, 2 400, 2 600, 2 800, 3 000, 3 200, 3 400, 3 600, 3 800, 4 000 fils de chaîne). Elle s’effectue sur des grands métiers à deux tisserands, avant l’adoption de la navette volante. Si les plus belles productions du Midi appartiennent à la grande draperie, cette expression n’est pas synonyme de grande finesse. Il existe des draps ordinaires alors que l’on trouve des petites draperies fines.

Half-worsteds : Tissus combinés anglais.

Kersey : Petit drap anglais étroit, inventé à la fin de Moyen Âge. Fabriqué entièrement à base de laine cardée courte. Foulé moins fortement que les broadcloths*, il est plus léger et meilleur marché que les draps. Peut-être est-il à l’origine du cariset, petite étoffe française produite en imitation d’un produit anglais, appelée aussi carisel et créseau.

Laine d’Espagne : Laine issue de troupeaux mérinos transhumants ou non. Les plus recherchées proviennent de la grande transhumance. Les meilleures viennent de Ségovie, de Léon et de Soria. Une laine de qualité moindre provient de Cacérès, Molins et Baylas, toutes produites dans le cadre de la Mesta. La qualité la plus basse est représentée par les fibres aragonaises, catalanes et navarraises aux troupeaux transhumant sur de courtes distances.

Lampareille : Petit camelot* fabriqué essentiellement à Lille.

Large : Se dit d’une étoffe dont le nombre de fils de chaîne est plus important que la moyenne observée pour un type précis de produit. Cela est valable pour la grande draperie (londres larges*, draps larges*). Ca l’est aussi pour la petite draperie (cadis* larges, cordelats* larges, burats* larges, etc.).

Londre large : Drap vingt-quatrain* au fil plus lâche et plus bourru que le nim* filé avec les mêmes matières premières. Il est aussi moins frappé au métier. Aussi, beaucoup plus large que les draps plus fins au sortir du métier, il rétrécit considérablement au foulon.

Londre ordinaire : Drap dix-huitain* tissé avec des laines de qualité légèrement inférieures aux londre* et londre large*. Elles proviennent du Roussillon et du Languedoc.

Londre : Drap vingt-deuxain* qui ne diffère du londre large* que par le nombre moins élevé des fils de chaîne.

Londres : Draps vingt-quatrain*, vingt-deuxain* et dix-huitain*. Ils forment la qualité ordinaire des étoffes destinées aux Échelles du Levant*.

Londrin premier : Très beau drap destiné au Levant dont le fil à un titrage compris entre celui des mahoux* premiers et des mahoux* seconds. La qualité des laines employées est légèrement inférieure à celle des mahous et provient en totalité de Ségovie. Il comporte 3 200 fils de chaîne.

Londrin second : Diffère sensiblement du londrin premier* car tissé avec un fil nettement plus gros à base de laine de Soria en chaîne (moins fine que la ségovienne) et seconde Ségovie en trame. Il comporte 2 600 fils de chaîne. Il forme la masse de la production et du commerce entre le Languedoc et les Échelles du Levant.

Mahout : Désigne dans l’Hérault, au xixe siècle, la production héritée de la belle fabrication destinée au Levant. Leurs prix inférieurs et leur modeste réputation laissent penser que l’on a affaire à une fabrication nettement moins fine que par le passé.

Mahoux : Qualités supérieures des draps de Languedoc destinés au Levant. Ils étaient majoritairement destinés à vêtir les dignitaires de la Porte à l’époque moderne. La première qualité, comportant 3 600 fils de chaîne, est tissée avec les plus belles laines d’Espagne en refin Villecastin, refin Ségovie ou refleurette Ségovie. La seconde comportant 3 000 fils de chaîne, est tissée avec les mêmes laines mais comporte un fil à plus fort titrage.

Mélangé : Qualifie les draps (drap mélangés, drap de mélange) et les petites étoffes (cadis* mélangé, droguet* de mélange, etc.) dont les fibres ont été teintées en laine et mélangées en couleurs variées à la carde, donnant des effets impossibles à obtenir par les teintures en fil ou en drap (voir Mesclat*).

Mérinos : Appelé shall* après son invention en 1804, il prend le nom de mérinos à partir de 1808. Le caractère innovant de ce tissu tout de laine peigné, tient à sa trame faite en fil lisse tordu – employé ordinairement à la chaîne – à son armure croisée dérivée de l’armure fondamentale serge*. La qualité des laines et la finesse de la filature en font sa supériorité.

Mesclat : Participe passé du verbe occitan mesclar signifiant « mélangé » que l’on trouve parfois à la place de « drap mélangé » ou de « drap de mélange » (voir Mélangé*).

Mixed fabrics : tissus mélangés anglais.

Molleton : Draperie de laine cardée, à poils, en laine douce et moelleuse – selon les époques, issue d’agneaux, de blousses*, etc. Le molleton est légèrement foulé au savon, tiré à poil d’un seul ou des deux côtés.

Molleton : Genre de cordelat* large qui se fabrique à Mazamet et dans les environs, tout en laine cardé.

Moquette : Il s’agit d’une variante plus commune du velours façon d’Utrecht* ; veloutée et à chaîne et trame de fil elle aussi, le fil de lin ou de chanvre y est écru et fort. Fabriquée en uni ou à dessin variant à l’infini, elle convient aux meubles et aux « tapis de pieds » d’appartements.

Nim : Drap vingt-quatrain* destiné aux Échelles du Levant dont le titrage du fil est légèrement plus important que celui du londrin second*. Il diffère surtout de ce dernier par une moindre finesse de ses matières premières qui proviennent de Languedoc (refleuret), de Gandie, d’Albarazin, du Roussillon et du Bas-Dauphiné.

Nouveauté : Tissu cardé façonné, faiblement apprêté, dont l’originalité est liée à la variété des dessins et des couleurs, renouvelés sans cesse. Il est constitué d’une chaîne de fils de laine communs et résistants et d’une trame de fils de laine plus fins, doux et élastiques, à laquelle on peut incorporer des matières diverses telles le coton, la soie ou des poils : cachemire, vigogne, castor, rat, lapin, etc. Il fait la réputation de Mazamet, puis de Lavelanet et de Labastide-Rouairoux, enfin de Castres dans le Midi.

Nouvelles draperies : Terme peu approprié pour caractériser les petites draperies apparues entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne. Pris dans le sens étroit, elles concernent les étoffes rases et sèches. Dans une définition étendue, elles regroupent toutes les étoffes étroites : étoffes rases et sèches*, étoffes combinées* et petits draps*.

Panne et peluche : Tissus veloutés en poil de chèvre ou de chameau tissés à pas simple à base de laine peignée en chaîne et en trame dont le marché est dominé presque totalement par Amiens. Les pannes sont les plus jolies, les peluches les suivent de près et diffèrent de par la qualité des matériaux employés et la quantité des poils qui entrent dans la constitution de la deuxième chaîne. Il existe des pannes et des peluches de toutes sortes : unies, rayées, tigrées, sur soie, en poil de chèvre, à long poil, à court poil, en laine, ciselées, imprimées ou teintes principalement en couleur écarlate, cramoisi et bleu.

Pas croisé : Tissage effectué grâce à au moins quatre lisses et quatre marches donnant une double croisure. Un seul fil hausse et baisse deux fois pour chaque duite au lieu qu’il ne hausse et ne baisse qu’une fois au drap. On obtient une étoffe croisée de type serge*.

Pas simple : Tissage effectué grâce à deux lisses et à deux marches dont les fils haussent et baissent à chaque coup de navette. On obtient ainsi une étoffe lisse.

Pas : Le tissage s’effectue de deux manières principales : l’une à pas simple – ou point de toile – l’autre à pas croisé – serge.

Paumelle : Constituée par les laines les moins longues restées prisonnières du peigne à l’issue du peignage des longues fibres que l’on souhaite les plus fines possibles, en particulier pour la confection de la chaîne.

Peignon : Fil cardé obtenu à partir des fibres courtes récupérées à l’issue du peignage de l’étaim*.

Peluche : Voir panne*.

Péruvienne : Étoffe mélangée à chaîne en coton et trame en laine cardée (pure et effilochages). Remplace les sargues*. Porte le développement de Castres de 1860 au début du XXe siècle grâce à son prix modéré et à sa belle apparence.

Petit drap : Expression désignant une étoffe tissée entièrement en laine cardée comportant le plus souvent entre 800 et 1 100 fils de chaîne. Les apprêts sont moins soignés que pour les draps.

Petite draperie : Elle recouvre la production des petits draps*, des étoffes rases et sèches*, des étoffes combinées*, fabriquées majoritairement sur des métiers étroits à un seul tisserand. La majeure partie des produits comporte entre 600 (pour les étroits) et 1 200 fils de chaîne (pour les demi-larges). Il existe minoritairement, toutefois, des types de tissus appartenant à cette catégorie et tissés dans de grandes largeurs nécessitant de grands métiers à deux tisserands (la plupart d’entre eux ont entre 1 200 et 1 600 fils de chaîne). Il existe toutefois des tissus dépassant les 1 660 fils de chaîne comme les cadis grands larges (1 650), les impériales (1 800), certains chalons (1 900), escots (2 100) et escots larges (2 400). Tous ces produits sont bon marché mais pas nécessairement grossiers. Il existe, en effet, de belles rases*, serges* et étamines*, de beaux escots*, cordelats* et molletons*.

Pinchinat : Étoffe combinée de qualité très diverse dépendant de la finesse des matières premières utilisées. L’aspect varie aussi sensiblement en fonction de la grosseur de la trame et du serrage des duites, variables selon les catégories.

Quarantain : Drap comportant 4 000 fils de chaîne.

Rases : Ensemble de produits appelés « du seigneur », doubles croisées, blanches ou mêlées, drapées, les larges, etc. Les plus communes sont des étoffes combinées* et les plus fines sont entièrement faites de laine peignée. Dans ce cas on obtient les étoffes rases et sèches* parmi les plus fines du Midi.

Ratine : Étoffe qui tire son nom de l’apprêt qui lui est appliqué. Il consiste à tirer le poil en dehors et à le friser soit à la main soit à la machine (ratineuses, machines à friser), avec des dents métalliques. Ressortant aussi bien du système peigné que du cardé, on trouve donc des ratines laissant paraître l’armure pour les unes, étant drapées pour les autres.

Renaissance : On appelle « laines renaissances » ou simplement « renaissances », les laines de récupération : déchets de filature, de tissage, de bonneterie. Moins nerveuses, plus courtes, moins résistantes et moins chaudes que les laines mères, elles donnent, en mélange avec ces dernières, du moelleux aux étoffes.

Sargue : Étoffe mélangée à chaîne en filoselle et trame en laine cardée. Produite dans le castrais depuis l’Ancien Régime, en particulier dans le canton de Vielmur. Cette production soutient le développement de Castres entre 1830 et 1860, avant leur remplacement par les péruviennes*.

Seizain : Drap comportant 1 600 fils de chaîne.

Sempiterne : Étoffe combinée produite d’abord pour les marchés ibériques et les colonies. Le titrage du fil de chaîne est peu élevé alors que la trame est plutôt grosse, comme pour la bayette*.

Serge : Désigne les étoffes tissées à pas croisé. Le terme est employé d’une manière plus précise pour les étoffes rases et sèches, spécialité de la Bigorre, du Gévaudan et de la zone des Cévennes et des Garrigues.

Shall : Tissus de laine peignée (voir Mérinos*).

Teinture en drap : Sous l’Ancien Régime, les draperies teintes en draps l’étaient à la sortie de l’atelier du tondeur, avant les derniers apprêts. À l’époque contemporaine, du fait de la mécanisation, la teinture était effectuée à la sortie du foulon.

Teinture en fil : S’impose pour les tissus façonnés par le dessin.

Teinture en laine : Permet d’obtenir des effets très variés grâce au mélange de laines teintes en diverses couleurs.

Trentain : Drap comportant 3 000 fils de chaîne.

Trente-deuxain : Drap comportant 3 200 fils de chaîne.

Trente-huitain : Drap comportant 3 800 fils de chaîne.

Trente-quatrain : Drap comportant 3 400 fils de chaîne.

Trente-sixain : Drap comportant 3 600 fils de chaîne.

Tricot : Genre de cordelat*, entièrement en laine cardée, d’abord destiné aux armées.

Tricot : Genre de serge*, donc tout de laine peignée, dont la trame est filée gros.

Velours façon d’Utrecht : Il s’agit d’une panne* à poil court, unie en couleur, rayée, gaufrée ou imprimée, à chaîne et trame de fil et veloutée de poil de chèvre, d’une qualité sensiblement inférieure que l’on réserve aux meubles et aux doublures de voitures.

Vingtain : Drap comportant 2 000 fils de chaîne.

Vingt-deuxain : Drap comportant 2 200 fils de chaîne.

Vingt-huitain : Drap comportant 2 800 fils de chaîne.

Vingt-sixain : Drap comportant 2 600 fils de chaîne.

Whipcord : Tissu serré de la famille des gabardines, à côtes obliques très en relief, destiné à la fabrication d’uniformes ou à la consommation civile (pantalons et imperméables).

Woollen : Terme anglais désignant les draperies cardées.

Worsted : Terme anglais désignant les draperies peignées.

N.B. : Le glossaire présente essentiellement les étoffes produites dans le Midi pour le commerce, qu’il soit national ou international, et celles qui y sont importées pour le marché régional ou pour être réexportées par le biais des foires et des ports méridionaux. L’astérisque renvoie à un terme défini dans le glossaire.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540